Version classiqueVersion mobile

Wassily Leontief et la science économique

 | 
Amanar Akhabbar

Synthèse

Leontief et la méthodologie économique

Texte intégral

Bien que je croie que dans l’histoire de la science, c’est toujours la théorie et non l’expérience, toujours l’idée et non l’observation, qui ouvre la voie à une connaissance nouvelle, je crois également que c’est toujours l’expérience qui nous préserve de suivre une piste sans issue, qui nous aide à sortir de l’ornière et nous met au défi de découvrir une voie nouvelle. (Popper 1973 [1934], p. 274)

Leontief et la critique de la méthode

1Le discours épistémologique de Leontief sur l’économie comme science empirique a deux dimensions, une dimension critique et une dimension positive. Dans sa dimension critique, son épistémologie disqualifie les méthodes statistiques inductives et, surtout, souligne les faiblesses de la démarche hypothético-déductive. Si la critique de l’induction naïve est répandue et largement acceptée, celle de la « méthode déductive » l’est beaucoup moins. Cette méthodologie est traditionnellement celle des économistes. La méthode déductive se trouve aussi bien du côté des formulations littéraires que du côté des formulations mathématiques de la théorie économique. La mathématisation de la théorie économique a permis de clarifier les liens logiques entre les hypothèses et les déductions et, parfois, de formuler de manière axiomatique la théorie. Koopmans et, de manière générale les économistes mathématiciens, accorde une place centrale à ce travail de clarification et de déduction rigoureuse : la dimension logique de la théorie est essentielle. La critique de Leontief ne porte ni sur l’importance de la théorie ni sur l’usage des mathématiques, mais sur la valeur de vérité des énoncés théoriques ainsi formulés.

  • 1 Dans cette perspective instrumentaliste, une théorie est un instrument qui ne vise ni à décrire ni (...)

2Les économistes ont développé des attitudes différentes à ce sujet, allant de l’apriorisme, comme Hicks ou Lionel Robbins, affirmant la vérité a priori d’énoncés analytiques, au réfutationnisme, de Samuelson ou Koopmans, où un système théorique est scientifique s’il donne lieu à des prédictions qui peuvent être mises à l’épreuve des faits, en passant par l’instrumentalisme, de Friedman ou Lucas, selon lequel une théorie ou une hypothèse ne doit être évaluée que dans sa capacité à permettre de reproduire fidèlement des régularités statistiques observables comme les cycles1. Dans chaque cas, il existe des variantes qui s’éloignent plus ou moins du critère épistémologique de base. C’est au réfutationnisme affiché des économistes du programme koopmansien que s’adresse en premier lieu la critique de Leontief, les deux autres étant écartés, en raison, d’une part, du caractère non empirique de l’apriorisme et, d’autre part, du caractère non descriptif de l’instrumentalisme, les hypothèses ne prétendant pas représenter ou décrire le fonctionnement de l’économie telle qu’elle est.

3Cette critique suppose d’accepter que la reformulation logique et mathématique d’une théorie n’ajoute rien au contenu positif d’une théorie. Dès lors, si dans une science empirique l’objet d’une théorie est « d’expliquer les faits » (Leontief 1958, p. 104), la valeur de vérité de cette théorie et de ses hypothèses dépend de leur mise en correspondance avec la réalité observée. Dans une démarche hypothético-déductive, cette correspondance se fait par le test des prédictions. Le critère de testabilité, identique au critère de réfutation de Popper, suppose d’abord d’énoncer la théorie et ensuite d’en tester les conséquences ou les prédictions. Le problème est alors double : ce critère est permissif et facilement contournable.

Un critère permissif

4En effet, d’une part, un tel critère est extrêmement permissif, « libéral » comme le dit Carnap (1937), quant aux concepts acceptés dans la théorie et à leur degré d’abstraction. Il permet, par exemple, d’expliquer des phénomènes concrets à partir d’éléments eux-mêmes parfaitement abstraits ou non observables. Cette procédure peut être illustrée par les travaux d’estimation économétrique des courbes d’offre et de demande en équilibre partiel. Nous avons vu que cette estimation rencontre un problème d’identification, puisque les données disponibles ne portent pas séparément sur l’offre et sur la demande mais sur les couples prix-quantités observés sur les marchés. Chaque point (P*, Q*) est interprété comme résultant de l’équilibre entre l’offre et la demande. Ces données ne suffisent pas à identifier un ensemble unique de paramètres pour les équations d’offre et de demande et l’on peut facilement imaginer une infinité de ces courbes passant par un même point (P*, Q*). Pour résoudre ce problème, il faut introduire un facteur supplémentaire comme, par exemple, une variable U expliquant les déplacements de la courbe de demande et une variable V expliquant les déplacements de la courbe d’offre. Ces variables ne sont pas spécifiées et il n’est pas nécessaire de préciser ce qu’elles désignent dans la réalité : ce sont des artefacts permettant d’expliquer les déplacements observés des courbes. D’un point de vue économétrique, ce procédé employé par Frisch est parfaitement licite et permet de résoudre le problème d’identification des paramètres du modèle. Plus fondamentalement, quelle que soit l’approche adoptée pour l’identification des paramètres, c’est la forme réduite du modèle qui sera estimée, et non pas la forme structurelle. Pourtant, l’explication des données repose sur les équations structurelles qui ne sont donc évaluées que très indirectement.

5En macroéconométrie, tous les modèles présentés sous forme de systèmes d’équations structurelles rencontrent ce problème d’identification des paramètres laissant à l’économètre la liberté de choisir entre une infinité de valeurs. Le choix se résout le plus souvent par l’introduction d’hypothèses théoriques et statistiques ad hoc. Cette critique n’est pas entendue au moment où elle est formulée par Leontief, dans les années 1930-1940. En économétrie, l’époque est à la recherche active de solutions statistiques à ce problème (voir Morgan 1990, Spanos 2006, Qin 1997). Pourtant, les solutions statistiques peuvent soulever des problèmes théoriques. À la fin des années 1970, les estimations économétriques des modèles macroéconomiques n’ont plus aucune valeur scientifique (Sims 2011, p. 11).

6Qu’il ait été possible de développer des modèles économiques pendant des décennies sans s’inquiéter de ce que ces modèles ne peuvent avoir une contrepartie économétrique qu’au prix d’ajustements qui en sapent la crédibilité scientifique s’explique largement par le lien lâche introduit par la démarche hypothético-déductive entre la théorie et l’observation. Dit autrement, qu’il y ait des difficultés d’estimation économétrique n’est pas interprété comme le signe d’une mauvaise formulation des énoncés théoriques mais comme une inadéquation des techniques économétriques : le développement des techniques économétriques est chargé de résoudre, tôt ou tard, les détails de la mise en correspondance des concepts avec les données statistiques. Cet état des choses est institutionnalisé par la division du travail encouragée par Koopmans entre, d’un côté, les théoriciens, chargés d’une formulation mathématique rigoureuse des énoncés théoriques et, de l’autre côté, les économètres à qui il revient d’estimer et de tester les modèles formulés par les précédents. Or, comme le souligne Leontief à propos de ces derniers,

aucun des chercheurs dont le nom a été associé au cours des quatre dernières décennies à une contribution économétrique empirique majeure n’a employé un modèle théorique déjà près [ready-made model] mais chacun a invariablement été amené à construire son propre modèle […]. (Leontief 1958, p. 104)

7Les problèmes rencontrés par l’économètre dans l’estimation et le test d’un modèle concernent-ils le théoricien ? Pour Leontief, ce problème est « au cœur d’une science empirique » (ibid.). D’où une première recommandation méthodologique, de ne pas séparer l’activité de théorisation et de modélisation de celle de l’estimation économétrique. C’est à celui qui formule le modèle de définir précisément comment ses concepts et ses hypothèses peuvent être mis en correspondance avec les données statistiques. De cette procédure, provient la recommandation suivante, d’employer des données qui ont été collectées, organisées et traitées pour la théorie et en accord avec les définitions de ses variables et paramètres. Exit donc la division du travail koopmansienne, puisqu’elle vide de sens la notion même de réalisme des hypothèses.

8Ce problème de la mesure statistique et de l’estimation économétrique vient saper la notion même de « réalisme » supposé de la théorie et de ses hypothèses. Quel est le fondement empirique de la prétention de réalisme du modélisateur quand celui-ci n’établit pas lui-même les correspondances entre ses concepts et les observations statistiques ? Entre une fonction de consommation où la variable explicative est le revenu courant et une autre où la variable explicative est le flux des revenus futurs attendus, laquelle des deux est la plus réaliste ? Une théorie sans correspondance explicite avec les données et les observations ne peut prétendre à un quelconque réalisme, car il n’existe aucune réalité objective déjà-là et identique pour tous :

Un modèle économique abstrait ne peut être relié à ladite réalité qu’à travers un système intriqué de définitions de base, de classifications et de règles de mesure qui ne sont ni vraies ni fausses mais sans lesquelles le plus rigoureux des modèles ne peut avoir aucune signification empirique d’aucune sorte. (Leontief 1958, p. 105)

9L’économiste qui se penche alors sur les règles de correspondance entre ses concepts et les observations ne peut que se heurter aux problèmes économétriques comme celui de l’identification et du choix d’un modèle parmi ceux compatibles avec un ensemble de données, mais aussi à des problèmes qui sont autant théoriques que statistiques tel le problème de l’agrégation. Ces derniers sont particulièrement sensibles en macroéconomie quand il s’agit d’expliquer des agrégats comme le revenu national, l’investissement, ou encore le niveau général des prix : la procédure d’agrégation peut conduire à des contradictions logiques (Leontief 1936c). Les économistes ont mis au jour de nombreuses difficultés liées à l’agrégation, comme dans l’agrégation des préférences depuis le théorème d’impossibilité d’Arrow jusqu’au théorème de Sonnenschein-Mantel-Debreu, où il apparaît que les propriétés des entités agrégées ne sont pas similaires à celles des éléments constitutifs – voire que les premières ne peuvent être déduites des dernières. Des résultats problématiques se retrouvent également du côté de la fonction de production, comme l’a montré par exemple Houthakker (1955-1956), dans un modèle où la fonction de production agrégée a les caractéristiques d’une fonction Cobb-Douglas avec des facteurs de production substituables, alors que les entreprises qui composent l’économie ont des fonctions de production de type Leontief à facteurs de production complémentaires. L’hypothèse de l’agent représentatif et le choix d’une fonction de production agrégée permettent de contourner les difficultés redoutables des problèmes d’agrégation. Mais quelle est la légitimité scientifique de cette procédure ? La réponse des nouveaux classiques, qui ont popularisé cette approche, est que le modèle n’a pas à être réaliste puisqu’il est nécessairement une simplification de la réalité. De ces problèmes d’agrégation, Leontief tire, quant à lui, une méthodologie qui vise à une désagrégation la plus poussée possible de manière à identifier des processus technologiques de production pour des biens homogènes tout en identifiant, toutefois, les situations où l’agrégation est inoffensive (Leontief 1947, 1967).

Un critère contournable

10Les raisonnements abstraits des économistes sont compatibles avec le critère de testabilité dans la mesure où ce dernier ne suppose pas que les énoncés théoriques donnent lieu à des observations directes. Selon l’image de Carnap (1936, 1937), dans un système hypothético-déductif, la théorie « flotte dans les airs ». D’ailleurs, quand les prévisions du modèle sont réfutées, bienheureux celui qui peut dire quelle partie du modèle est réfutée. Ce problème, connu comme la thèse de Duhem (ou, dans sa version forte, la thèse de Duhem-Quine), n’était pas considéré initialement par Popper comme un obstacle à la réfutation. Mais il se révèle problématique en réalité. Tant qu’une alternative considérée comme valable par le scientifique est disponible en remplacement de l’hypothèse invalidée, l’issue de la réfutation est facilement acceptable. En revanche, en l’absence d’une telle hypothèse, des stratagèmes d’immunisation sont mis en œuvre.

11La réception de la réfutation par Leontief (1953b) du modèle H-O-S (Hecksher-Ohlin-Samuelson) illustre bien la thèse de Duhem. Plus de soixante ans après cette réfutation, le modèle H-O-S est encore parmi nous et enseigné comme le cadre analytique d’une théorie générale du commerce international. Conçu par Samuelson comme une formulation mathématique réaliste à même d’expliquer la structure du commerce international, ce modèle vise à débarrasser la théorie économique de « crypto-explications » (Samuelson 1948) de la structure du commerce comme le produit d’aptitudes nationales et culturelles. Ce ne seraient pas ces dernières qui donneraient un avantage comparatif mais plutôt la dotation en facteur de production primaire, la terre, le travail et le capital : ce n’est pas « l’ingéniosité yankee » (ibid.) mais l’abondance relative des terres vis-à-vis du travail qui explique la structure des importations et des exportations des États-Unis. Mais les conclusions du modèle des dotations des facteurs de production sont réfutées. Dès lors, en amont, qu’est-ce qui est réfuté dans le modèle H-O-S ? Comme l’annonce d’emblée Samuelson (1949), il faut bien que l’abondance relative des facteurs de production joue, d’une manière ou d’une autre, un rôle dans l’explication de la structure du commerce international. Par ailleurs, les distorsions introduites par les taxes et les barrières douanières, comme les problèmes de mesure et les hypothèses statistiques des instruments employés, ne permettraient-ils pas de rendre compte du décalage entre les prévisions du modèle et les observations ? Ces arguments sont recevables et d’autant plus légitimes que dans une démarche hypothético-déductive le lien entre les hypothèses et les conclusions est indirect. Après tout, le modèle est forcément une simplification de la réalité et il ne peut être attendu une correspondance précise. Néanmoins, si l’on accepte ces arguments, quelle différence existe-t-il entre l’épistémologie réaliste des koopmansiens et celle instrumentaliste de Friedman ou de Lucas ? La seule différence semble être que ces derniers assument l’irréalisme du modèle, produit de l’abstraction et de la simplification. Néanmoins, une position instrumentaliste a un coût, à savoir qu’il n’est pas possible d’interpréter le fonctionnement réel de l’économie à partir du modèle : ce dernier est une machine mimétique qui permet de reproduire les séries temporelles d’agrégats, et il n’en est donc ni une description ni une explication. Un tel modèle-instrument pourrait montrer que la monnaie n’est pas neutre, mais il ne faudrait pas prendre au sérieux le mécanisme par lequel cet effet est produit, par exemple par l’hypothèse de coûts d’ajustement des prix (hypothèse dite menu cost).

  • 2 Les arguments des uns et des autres sont clairement exposés dans un entretien datant de 2016, entr (...)

12Plus récemment, nous trouvons en finance un autre exemple de cas critique de réfutation avec l’hypothèse d’efficience des marchés (HEM) selon laquelle les prix des actifs financiers reflètent pleinement toute l’information disponible. Formulée dans les années 1970 par Eugene Fama en s’appuyant sur la théorie des anticipations rationnelles, elle permet de formuler cette proposition en hypothèse statistique testable. L’hypothèse d’efficience pouvant se décliner en différentes versions, quand la version forte est réfutée, des versions alternatives d’efficiences sont corroborées par les tests statistiques de Fama. Toutefois, comme l’a montré Robert Shiller à partir des années 1980, d’autres tests statistiques peuvent permettre de conclure que ces dernières versions de l’HEM sont également réfutées : les informations disponibles, sur les dividendes par exemple, ne permettent pas de justifier la volatilité du prix des actifs, excessive au regard de l’HEM. Depuis, deux théories concurrentes coexistent en finance de marché, l’hypothèse d’efficience des marchés, dans la lignée des travaux de Fama, et la finance comportementale, dans la lignée des travaux de Shiller et de Richard Thaler. La procédure d’argumentation et de démonstration empirique fait de ce domaine un terrain privilégié pour les tests statistiques et l’économétrie. En 2013, Fama, Shiller et Lars Peter Hansen (spécialiste de l’économétrie financière), ont été récompensés d’un « prix Nobel » pour leurs travaux empiriques sur les prix des actifs financiers. Et en 2017, c’est Thaler qui est récompensé par la Fondation Nobel pour sa contribution à l’économie comportementale. Les travaux en finance comportementale accumulent les preuves empiriques d’anomalies dans l’hypothèse d’efficience des marchés si bien que, plutôt que des anomalies, celles-ci peuvent être considérées, du point de vue de la finance comportementale, comme des régularités produites par les biais cognitifs systématiques dans les décisions des acteurs financiers. Mais, après tout, ces régularités, ou irrégularités, ne sont-elles pas d’inoffensives anomalies voire des cas anecdotiques que l’HEM ne peut encore expliquer2 ? On voit que la procédure de réfutation est certainement moins aisée que peuvent le laisser penser le critère de réfutation et la procédure de mise à l’épreuve des tests selon Popper.

  • 3 La mise à l’épreuve des faits et le critère de réfutation ont, quant à eux, été reconnus comme ne (...)

13Il faut envisager sérieusement qu’en science, si, en effet, une théorie ou hypothèse n’est pas vérifiable, elle n’est peut-être pas toujours réfutable. Non pas qu’elle ne puisse donner lieu à des observations, mais que l’interprétation de ces observations est profondément ambivalente. On a beaucoup discuté de la perte de contact de la théorie économique avec la réalité sans prendre en considération que le réalisme d’une hypothèse est une notion très floue. C’est ici que prend tout son sens l’expression de Carnap (1939) d’une théorie hypothético-déductive qui flotte dans les airs, testable et réfutable en principe et pourtant inatteignable en pratique. Rarement soulignées, les limites de la méthodologie hypothético-déductive sont pourtant nombreuses3. Elle est difficilement compatible avec une interprétation réaliste ou instrumentaliste, et l’on voit mal comment elle pourrait échapper longtemps et de manière cohérente à un usage profondément pragmatique (Quine 1951). Une autre voie est celle tracée par la méthode opérationnaliste de Leontief, qui constitue la dimension positive de sa réflexion méthodologique.

La méthode opérationnaliste

  • 4 À l’inverse, les articles en économie commencent, traditionnellement, par l’exposition des hypothè (...)

14Nous en venons à la dimension positive du discours méthodologique de Leontief. La théorie structure et guide l’enquête empirique dans le choix, par exemple, d’une perspective d’équilibre général plutôt que d’équilibre partiel, ou dans le choix du niveau d’agrégation des variables à expliquer et des relations entre les variables. Mais dans l’ordre de la démonstration, plutôt que de partir des axiomes et des hypothèses théoriques, celle-ci commence avec les observations. Il est remarquable que Leontief ait (presque) systématiquement commencé par présenter son tableau entrées-sorties puis, ensuite seulement, le modèle mathématique associé4. Le tableau constitue le dictionnaire du modèle théorique. L’ensemble des éléments, les tableaux, le modèle et aussi les procédures et les instruments de calcul, forment le dispositif input-output.

15À partir des observations, le scientifique introduit progressivement, par l’usage de définitions explicites, les concepts de sa théorie. Le contenu empirique des concepts, leur signification empirique est garantie par cette procédure : pour connaître la signification empirique d’un concept, il suffit de revenir en arrière et de remonter l’exposé jusqu’aux mesures et observations associées au concept. Les définitions explicites indiquent la procédure d’observation et de mesure pour chaque terme du modèle. Les termes inobservables, les invisibles, sont exclus de l’explication scientifique. Cette dernière règle n’est pas applicable à tous les domaines scientifiques, notamment en physique quantique. En économie, cela suppose de ne pas utiliser, par exemple, des fonctions mathématiques continues mais plutôt le langage des mathématiques linéaires, où les coefficients des vecteurs peuvent provenir de l’observation directe : une recette de cuisine, où un litre de pâte à crêpe nécessite 1 litre de lait, 6 œufs, 500 g de farine, 2 pincées de sel et 2 cuillères à soupe d’eau s’écrit, dans le langage matriciel de Leontief, comme une matrice-ligne des coefficients techniques mesurés (a1, a2, a3, a4, a5) = (1, 6, 500, 2, 2). Et il sera assez facile de concevoir que substituer l’un des ingrédients à un autre, sans modifier le produit, n’aura aucun sens. Cette représentation de la production ou de la consommation n’est ni théorique ni athéorique, elle est opérationnelle.

16Le choix des définitions explicites comme règle de correspondance entre les termes théoriques et les observations impose une contrainte extrêmement lourde pour le théoricien, car peu de concepts peuvent être introduits de cette manière. Il en résulte un niveau d’abstraction minimal du vocabulaire théorique. De facto, Leontief fait du choix d’un critère épistémologique un problème de choix du langage scientifique approprié et, plus précisément, du degré d’abstraction du langage scientifique. Ici, comme l’a montré Carnap (1937), il ne s’agit pas d’une question de vérité où il serait possible de dire, une fois pour toutes, quel est le « bon » degré d’abstraction du vocabulaire scientifique. Par exemple, en adoptant les définitions explicites dans la méthodologie opérationnaliste de Leontief, il n’est pas possible de formuler des lois universelles, seuls les énoncés spécifiques, historiques, seront considérés comme dotés d’une signification empirique. Une fois encore, un tel critère ne correspond pas à la pratique dans la plupart des sciences, y compris dans les sciences naturelles, et n’a peut-être d’équivalent qu’en psychologie avec le béhaviorisme radical qui rejette la référence à des états mentaux ou à une intériorité pour l’explication des comportements des individus. Mais pour Leontief, il s’agit explicitement de limiter la spéculation théorique en économie en restreignant de manière maximale le degré d’abstraction du langage scientifique. L’identification de ce critère épistémologique de Leontief n’a, à notre connaissance, encore jamais été réalisée. C’est pourtant ainsi que s’explique la simplicité apparente du modèle input-output comparativement, en particulier, au modèle de Von Neumann ou à ceux de la programmation linéaire. Il faut ici insister sur ce lien entre l’épistémologie opérationnaliste de Leontief et la simplicité de son modèle mathématique. Cette dernière a parfois été attribuée à l’usage du modèle à des fins de planification mais la planification exige, au contraire, de complexifier le modèle de manière à rendre explicites les produits joints et les techniques de production alternatives, amenant à établir un critère normatif d’efficacité pour choisir le meilleur plan. Ce sont les modèles de programmation linéaire qui permettent de formaliser et de résoudre ce type de problèmes. Une autre explication de la simplicité du modèle serait son usage pour et par la comptabilité nationale. Toutefois, là encore, le dispositif input-output nécessite de nombreux ajustements pour être pleinement intégré à la logique de la comptabilité nationale. C’est Richard Stone qui a poussé le plus loin l’intégration des tableaux entrées-sorties à la comptabilité nationale amenant à la distinction entre quatre tableaux différents : la Use matrix, la Make matrix, la matrice de comptabilité sociale et enfin le TES reconstruit à partir des précédents. Pour en saisir les enjeux et la portée, il faut resituer le modèle de Leontief dans la méthodologie opérationnaliste de son auteur, en vue d’un usage pour le développement de connaissances empiriques.

17Le choix d’un langage minimal peut paraître excessif mais il faut considérer encore l’alternative, à savoir utiliser comme règle de correspondance les tests où ne sont observables que les conséquences d’un énoncé et non l’énoncé lui-même. Il n’y a pas d’entre-deux entre le vocabulaire minimal opérationnaliste et la libéralisation à laquelle conduisent les autres règles de correspondance. Dans une perspective opérationnaliste, la théorie keynésienne comme les théories fondées sur la notion d’utilité (ordinale ou cardinale), ou simplement les concepts d’offre et demande sont non scientifiques ou, du moins, ne peuvent pas prétendre à un contenu empirique. Dans ce dernier cas, ce sont des instruments de prévision, des règles d’inférence, ni vraies ni fausses. Dès lors, à quelle valeur peuvent prétendre les théories économiques, sinon celle de métaphore ou de récit fictionnel ? C’est ici que, paradoxalement, l’adoption du positivisme logique, associé à la méthode opérationnaliste, rapproche des thèses postmodernistes sur le discours économique comme rhétorique (McCloskey 1985).

Notes

1 Dans cette perspective instrumentaliste, une théorie est un instrument qui ne vise ni à décrire ni à expliquer le fonctionnement de l’économie mais à formuler des prédictions sur une série d’éléments observables.

2 Les arguments des uns et des autres sont clairement exposés dans un entretien datant de 2016, entre Richard Thaler et Eugene Fama, collègues à la University of Chicago Booth School of Business, dont la vidéo est disponible sur Internet : http://review.chicagobooth.edu/economics/2016/video/are-markets-efficient.

3 La mise à l’épreuve des faits et le critère de réfutation ont, quant à eux, été reconnus comme ne décrivant pas la pratique scientifique, notamment depuis les travaux de Thomas Kuhn et de Imre Lakatos. Pour une réflexion en économie sur l’inadéquation du critère de testabilité, voir Mäki 1998 et 2013.

4 À l’inverse, les articles en économie commencent, traditionnellement, par l’exposition des hypothèses théoriques pour introduire le modèle et en tirer des théorèmes. Les inférences statistiques sont présentées en bout de chaîne du raisonnement déductif.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search