Version classiqueVersion mobile

Wassily Leontief et la science économique

 | 
Amanar Akhabbar

Chapitre VII

Application : une analyse empirique du changement économique

Texte intégral

Le principal mérite de la théorie de l’équilibre général est qu’elle nous permet de tenir compte du réseau extrêmement complexe des interrelations qui transmet aux parties les plus éloignées du système économique les impulsions de tout changement primaire localisé. (Leontief 1937a, p. 109-110, nous soulignons)

1Avec le dispositif input-output, Leontief a pour ambition de fournir à la science économique la plateforme scientifique à partir de laquelle elle pourra véritablement prétendre être une science empirique. Il applique ce dispositif à l’étude d’un grand nombre de problèmes économiques. Nous avons déjà vu que Leontief a appliqué son dispositif à l’étude de la structure du commerce international (Leontief 1953b, 1956, 1964, 1973). Mais le problème à travers lequel se forge et émerge le dispositif input-output est celui du changement économique qui, dans sa définition la plus simple, est celui de l’explication des variations des prix et des quantités (Leontief 1935). Dans leur dimension quantitative, ces changements donnent lieu à des variations régulières et irrégulières qui portent sur le développement et la croissance économique ainsi que sur le cycle des affaires. Nous en revenons donc aux problèmes des cycles rencontrés au début de cet essai et qui sont fondateurs de la macroéconomie ainsi que de l’économie statistique moderne (voir supra, « Préalable » et chapitre 1). Ces problèmes du changement économique sont communs à la macroéconomie, qui émerge dans l’entre-deux-guerres, et au dispositif input-output de Leontief. Dans ce chapitre, plus que dans les précédents, nous verrons comment d’autres que Leontief ont employé le dispositif input-output pour explorer les problèmes du changement économique.

2Dans un premier temps, nous revenons sur ce lien entre macroéconomie et analyse input-output, puis nous examinons certains enjeux input-output de la croissance, avant d’explorer comment le dispositif input-output permet d’éclairer la question du cycle économique.

Le changement économique : macroéconomie, agrégation et désagrégation

  • 1 Sur la contribution de Kalecki, voir, dans cette même collection, l’ouvrage de Michaël Assous et P (...)

3L’émergence de la macroéconomie dans l’entre-deux-guerres est largement dominée par la problématique des business cycles et de leur contrôle à travers la planification et la politique économique. Ces sujets sont au premier plan des travaux de Frisch, Tinbergen mais aussi de Keynes, Roy Harrod, Michal Kalecki1, et bien d’autres. Il en va de même pour Leontief. Ainsi, sa thèse de doctorat, présentée et publiée à Berlin en 1928 sous le titre Die Wirtschaft als Kreislauf [L’économie comme flux circulaire] adoptait déjà la perspective multisectorielle du cadre input-output pour étudier le changement économique. Cette perspective contraste avec celle, agrégée, de la macroéconomie naissante. Celle-ci se structure sur l’étude de la détermination et de l’interdépendance d’agrégats comme le produit national, la consommation nationale ou encore l’investissement national. Leontief exprime, quant à lui, un profond scepticisme vis-à-vis de ces agrégats. En 1936, soulevant le problème de l’agrégation à travers la question des nombres indices (ou indices), il exprime l’incrédulité d’un empiriste face à ces construits, trop construits si l’on peut dire :

La théorie économique moderne fait un usage de plus en plus important des nombres-indices. C’est un résultat logique de la tendance prédominante de l’analyse quantitative. Dans une vague description qualitative, des termes comme « salaire réel » ou « biens de production » peuvent simplement désigner la totalité des marchandises qui ont certaines caractéristiques en commun. (Leontief 1936c, p. 253)

4Parmi ces construits, on trouve le niveau général des prix (P), la vitesse de circulation de la monnaie (v), ou encore le produit national (Y) et le volume des transactions (T) tels que, selon la théorie quantitative de la monnaie, Mv = PT = Y, avec M la masse monétaire. Ces indices établissent la « mesure de prix et de quantités composés » (ibid., p. 254). Leur construction suppose d’établir des règles d’agrégation et, en fait, de procéder à des choix théoriques :

En général, on laisse au statisticien l’importante tâche pratique de mesurer ces prix et quantités collectives. […] [Mais] quand la tâche de mesurer certains objets lui est assignée, le statisticien en vient à douter de leur existence même. Ce qui paraissait comme une difficulté pratique semble se révéler une impossibilité logique. (ibid.)

5Par exemple, établir l’indice du niveau des prix à la consommation suppose, pour pouvoir l’utiliser au sein de l’analyse économique standard, d’introduire deux hypothèses. En effet,  cet indice n’a de sens économique que pour « des personnes de goûts semblables et parmi elles, à celles seulement qui disposent de revenus réels égaux » (ibid., p. 255). En effet, en dehors de ces hypothèses, il est possible de montrer que l’interprétation d’une hausse des prix ou de la consommation selon les schémas théoriques standards peut être contradictoire avec ce qui est mesuré par l’indice (voir Leontief 1936a). Toutefois, si en pratique les résultats obtenus sont « plausibles », ces indices (ou agrégats) se révèlent, à l’examen, des « approximations statistiques [de] concepts indéterminés sur le plan théorique » (ibid., p. 262). Autrement dit, plus l’analyse est agrégée, moins les agrégats employés reflètent effectivement ce que le théoricien croit capturer. D’où l’engagement continu de Leontief pour une approche désagrégée des problèmes macroéconomiques, c’est-à-dire une approche au niveau sectoriel avec un niveau de désagrégation aussi poussé que possible.

6L’agrégation de l’économie en une seule branche, dans la macroéconomie agrégée, n’est pas neutre d’un point de vue conceptuel. Prenons, en contre-exemple, un des premiers modèles macroéconomiques, dont s’inspire le modèle input-output de Leontief, à savoir celui des schémas de la reproduction de Marx. Dans ce cadre, l’économie est représentée à travers l’interdépendance entre les branches productives de l’économie. De cette interdépendance découle, chez Marx, ce que l’on pourrait appeler des défauts de coordination entre les branches et donc la possibilité (ou la nécessité) de crises économiques. De même, pour Leontief, l’économie de marché fonctionne comme un ordinateur gigantesque qui devrait résoudre continuellement, par itérations, les problèmes d’ajustement des inputs et des outputs par la circulation des biens et des services dans l’économie. Cet ordinateur, comme une machine, note Leontief, se trompe, commet des erreurs, tombe en panne… La crise économique est donc possible sinon nécessaire et la question de la politique économique et de la planification se pose. Toutefois, à la différence d’auteurs comme Tinbergen ou Frisch qui consacrent des ouvrages à l’élaboration de théories du « contrôle économique » – pour reprendre l’expression de Lerner –, Leontief concentre ses publications sur l’étude descriptive du système économique conçu comme un système d’interdépendance général entre ses unités constitutives.

7Nous l’avons déjà indiqué, les schémas de Marx constituent implicitement l’arrière-plan intellectuel du modèle input-output sans pour autant en épuiser le fond, qui trouve également des enjeux du côté de la théorie walrassienne de l’équilibre général. Pour Leontief, les schémas de la reproduction de Marx « constituent toujours une des rares propositions au sujet desquelles la majorité des théories des cycles des affaires se soient mises à peu près d’accord » (1938, p. 34). Et Leontief de détailler la « liste impressionnante » des prévisions empiriques pertinentes tirées de ces schémas, comme,

la concentration croissante des richesses, l’élimination progressive de la concurrence, le progrès technique incessant s’accompagnant d’une importance toujours croissante du capital fixe, et enfin et surtout l’amplitude sans diminution des cycles économiques périodiques : voilà autant de prévisions justes avec lesquelles la théorie économique moderne, malgré tous ses raffinements, ne peut guère rivaliser […]. (Leontief 1938, ibid.)

8Ces derniers en particulier, le rôle du progrès technique dans la croissance et les cycles économiques, comptent parmi les principaux phénomènes qui préoccupent Leontief. Avec son dispositif input-output, il tente d’en offrir une meilleure compréhension notamment par la collecte de données organisées de manière à correspondre au modèle mathématique qu’il a établi. Un modèle dont les principales données sont les coefficients techniques, les coefficients de travail et les coefficients de capital, est-il en mesure de faire apparaître des artefacts comme un progrès technique accompagné de l’accumulation du capital fixe et des cycles d’amplitude significative ? Leontief semble s’être convaincu d’une réponse positive à cette question à travers son travail de thèse (1928) où, sans aucune référence statistique, il a exploré les potentialités d’un cadre multisectoriel ressemblant à son futur modèle input-output.

9Dans ce cadre multisectoriel très simple et à peine formalisé, Leontief parvient en effet à montrer qu’une hausse non persistante de la productivité dans un secteur peut générer des oscillations explosives dans toute l’économie : d’une période à l’autre, les productions sectorielles varient avec une amplitude de plus en plus forte. Avec ce cadre, il pose les piliers de l’étude input-output du changement économique : (1) c’est dans le changement technique que se trouve la cause principale du changement économique ; (2) la technique est représentée par des coefficients de production constants ; (3) les variations de la productivité sont capturées à travers des coefficients de productivité tel que, si le coefficient de productivité double, la productivité double ; (4) les variables à expliquer sont les prix relatifs et les quantités ; (5) les prix et les quantités sont déterminés dans un cadre d’équilibre général multisectoriel.

  • 2 Pour rappel, dans le cas du modèle fermé, le système des équations des prix est donné par ATPt = 0(...)
  • 3 Il s’agit de la célèbre fonction de production Cobb-Douglas initialement présentée en 1928.

10Après son étude purement théorique de 1928, il s’agit pour Leontief de réaliser une analyse empirique. D’où le dispositif input-output. Examiner le changement économique suppose de comparer des équilibres économiques à différentes périodes et donc d’établir les tableaux entrées-sorties pour plusieurs années. Il faudra à Leontief près de dix ans pour obtenir deux tableaux input-output de l’économie américaine : le premier, pour l’année 1919, est achevé et publié en 1936, et le second, pour l’année 1929, est prêt et publié en 1941. Encore dix ans plus tard, Leontief parvient à collecter et à examiner un troisième tableau de l’économie américaine, celui pour l’année 1939 (voir Leontief 1951 et dir. 1953). Au vu des difficultés et des délais nécessaires à l’établissement des tableaux entrées-sorties, on comprend l’importance accordée par Leontief à la collecte des données économiques, et son insistance auprès des économistes et des instituts statistiques pour en faire une priorité scientifique. Les tableaux entrées-sorties sont particulièrement lourds à établir : même avec seulement une cinquantaine de secteurs – la plupart des tableaux en ont plusieurs centaines – cela suppose d’établir, pour chaque année, 50 indices de prix sectoriels Pi, 50 indices de produits sectoriels Qi, 2500 volumes de consommations intermédiaires Qij et 2500 volumes de stocks de biens de capital, afin de déterminer les 2500 coefficients techniques (aij) et les 2500 coefficients de capital fixe (bij). Ce sont là les données requises pour ‘alimenter’ les équations du modèle intersectoriel de Leontief2. Pour comparaison, les études du changement économique par Paul Douglas, à partir de sa fonction de production à deux facteurs3, ne nécessite, pour chaque année considérée, qu’un indice agrégé du volume de travail employé (Lt), un indice du niveau de capital fixe utilisé (Kt) et un indice du niveau du produit (Yt). Aussi, en 1934, Douglas étudie dans Theory of Wages des séries chronologiques de ces indices allant de 1890 à 1922. À cette époque, le premier tableau entrées-sorties est encore en cours de construction.

11À la difficulté de collecter une si grande masse de données, s’ajoute celle de pouvoir les traiter par des calculateurs et de pouvoir en tirer des conclusions synthétiques. À moins de reconstruire des agrégats à partir des données multisectorielles, et donc retrouver le problème de l’agrégation évoqué plus haut, il est délicat de parvenir à des résultats généraux à partir de dizaines d’indices de prix et de quantités. L’utilisation du dispositif input-output se révèle donc être un formidable défi pratique, technique, et théorique.

Les liaisons input-output et les relations indirectes

12Un des premiers résultats obtenus par Leontief est l’évaluation statistique des effets directs et des effets indirects des changements structurels, c’est-à-dire la mesure de l’impact d’un changement d’un ou plusieurs coefficients techniques sur les prix et les quantités. Avant les études input-output de Leontief (1937a, 1941), l’évaluation de l’impact d’un changement dans un secteur ne pouvait pas se faire en tenant compte des effets du changement sur les autres secteurs et, en retour, sur le secteur de départ. Une augmentation de la productivité dans un secteur A, par exemple, génère automatiquement une baisse du coût et donc du prix du bien A – c’est l’effet direct du changement – et réduit, à son tour, le coût de production des biens utilisant le bien A ce qui, en retour, réduit le coût de production de A, etc. – c’est l’effet indirect. On peut aisément s’imaginer qu’un gain de productivité de l’extraction charbonnière réduit le prix du charbon et donc le coût du transport ferroviaire et, puisque le transport est un input du charbon, réduit encore le prix du charbon et ainsi de suite jusqu’à épuisement de cet effet multiplicateur (c’est le même principe itératif que celui que nous avons présenté précédemment avec le modèle input-output).

13Si ce principe d’évaluation des effets directs et indirects est facile à imaginer, en revanche, sa mise en œuvre est moins évidente. De fait, les études sectorielles (en équilibre partiel) l’ignorent complètement et, par ailleurs, il est nécessaire de disposer des données input-output pour pouvoir le mesurer grâce au modèle matriciel de Leontief. La question est alors de savoir si, dans les faits, ces effets indirects sont importants ou s’ils sont négligeables. Dans tous les cas d’évaluation d’un changement de coefficient ou d’une variable sur les prix et les quantités, l’effet indirect s’est révélé très élevé. Par exemple, quel est l’impact sur l’emploi d’un secteur d’une hausse de la demande finale du bien de ce secteur ? Dans le cas de l’agriculture, par exemple, Leontief (1957, p. 155) mesure que 60 % de l’impact sur l’emploi est direct, et 40 % est indirect ; plus encore, l’impact indirect est de 70 % dans le cas du secteur minier, de 50 % dans le secteur des métaux, de 65 % dans le secteur de l’énergie, etc. Autrement dit, évaluer en équilibre partiel l’impact d’une hausse de la demande finale sur l’emploi dans un secteur, reviendrait à négliger de 40 % à 70 % de cet impact. De telles proportions se retrouvent dans la plupart des relations mesurées, que ce soit comme ici pour l’économie américaine en 1939 ou pour des données actuelles. Baumol (2000a) mesurait ainsi que la consommation directe d’énergie par unité de revenu national négligeait 60 % de l’impact d’une hausse du revenu.

  • 4 Cf. supra, chapitre précédent.

14De même, puisqu’un changement dans un secteur, que ce soit un choc de productivité, un changement de prix ou encore la répercussion d’un changement de la demande finale, mobilise l’économie entière, il est aussi possible d’évaluer son impact sur le reste de l’économie. Nous avons vu4, par exemple, dans le cas des automobiles, qu’il était estimé, en 1953, qu’une augmentation d’un million de dollars des exportations conduirait à augmenter la production et donc le capital fixe sectoriel, mais aussi le capital dans les secteurs fournisseurs : l’accroissement du stock de capital se répartit pour 26 % dans le secteur de la construction automobile même (effet direct) et, pour 74 % dans le reste de l’économie (effet indirect input-output).

15La mesure des effets directs et indirects d’un changement dans un secteur sur ce secteur même, ou sur les autres secteurs, montre que chaque secteur est profondément dépendant des autres secteurs, puisque ceux-ci constituent à la fois les fournisseurs de ses inputs et les débouchés de son output. En examinant l’impact d’un changement intervenu dans un secteur sur les autres secteurs, il devient possible de déterminer l’intensité du lien qui le lie aux autres secteurs. Par exemple, une augmentation de la productivité dans le secteur de la métallurgie aura un impact, du plus fort au moins fort, d’abord sur le prix des biens de l’agriculture et de l’alimentation, puis le prix des combustibles et de l’énergie, ensuite celui des textiles et du cuir, et enfin celui des services (Leontief 1957, p. 72). Autre exemple, Leontief (1941) s’aperçoit que la demande finale des ménages a un fort impact sur le secteur de la métallurgie, alors que les ménages ne consomment que très peu de produits provenant de ce secteur : c’est que la fabrication des voitures nécessite beaucoup de métaux et « la croissance spectaculaire de l’industrie automobile [entre 1919 et 1929] […] a porté le secteur des métaux plus près de la consommation des ménages » (1957, p. 95). On obtient ainsi l’ordre de proximité d’un secteur aux autres secteurs à travers les prix et les coûts.

16Selon que l’on évalue la proximité d’un secteur A à un secteur B par les inputs de B consommés par A, ou l’utilisation du produit de A par B, ou encore par les liens indirects entre A et B, et que la mesure porte sur la relation prix ou sur la relation en quantité, la force du lien n’est pas la même et l’ordre de proximité n’est pas le même : le secteur A peut ne pas consommer le produit de B (le lien est nul) et fournir une portion importante de son produit à B (le lien est fort car B est un débouché important). Par ailleurs, si A consomme l’input du secteur C et que la production de C nécessite d’importantes quantités de B, alors, cette fois, un lien fort unit B comme fournisseur indirect de A. À travers ce type d’évaluations, il devient possible de mesurer la proximité et la force des liens qui unissent les secteurs entre eux. C’est ce qui conduit Hirschman (1958), dans The Strategy of Economic Development, à utiliser les matrices input-output pour mettre en œuvre, par des mesures quantitatives, ses concepts de liaisons en amont et liaisons en aval. Les premières sont établies par les relations d’approvisionnement en inputs tandis que les secondes proviennent de l’utilisation des produits. Cette problématique d’évaluation des liaisons intersectorielles a donné lieu à une vaste littérature qui se poursuit aujourd’hui. Pour autant, parce que le réseau des relations input-output est complexe et passe à travers des effets en prix et en quantité, par les coûts comme par les débouchés, ces liaisons sont difficiles à maîtriser. Hirschman notera ainsi que « les différents effets de liaisons, leur éventuel échec et leurs combinaisons variables déterminent un champ complexe de possibilités » (1986, cité dans Ferraton et Frobert 2017, p. 44).

Croissance et développement économique : une perspective input-output

17Dans la suite des travaux de Leontief, de Hollis B. Chenery et d’Hirschman, Charles I. Jones (2011) a réinterprété la notion de relation input-output et des liaisons associées dans un cadre néoclassique, afin d’en réévaluer l’importance quantitative. En effet, une fois encore, si les effets indirects produits par la circulation des biens intermédiaires entre les secteurs n’ont pas d’impact significatif sur les prix et les quantités (et donc le revenu national), alors il est préférable d’alléger l’analyse des milliers de liaisons établies par une matrice input-output. En somme, faut-il se soucier des biens intermédiaires ?

18L’approche de Jones est particulièrement intéressante car, d’une part il reformule cette problématique dans un cadre plus facilement acceptable par la plupart des économistes, à savoir un modèle néoclassique et, d’autre part, il reconstruit dans le modèle désagrégé les agrégats standards afin d’évaluer l’impact macroéconomique des relations intersectorielles microéconomiques (voir aussi Ciccone 2002). Une des reformulations néoclassiques du modèle consiste à assouplir l’hypothèse de Leontief de complémentarité stricte entre les inputs : les facteurs peuvent être fortement ou faiblement substituables selon les paramètres des fonctions de production. La parfaite substituabilité comme la parfaite complémentarité sont deux cas extrêmes du modèle. Une autre reformulation néoclassique consiste à considérer que le choix des facteurs et des biens de consommation finale, ainsi que l’épargne et l’investissement, sont le résultat des décisions d’une entreprise représentative et d’un ménage représentatif. Un résultat théorique tiré de ce modèle indique que la présence des biens intermédiaires, et donc des relations input-output, introduit un effet multiplicateur qui amplifie l’effet d’un changement sectoriel sur le revenu national. Si une hausse ou une baisse de la productivité dans un secteur, a priori mineure au niveau sectoriel, est amplifiée parce que le produit du secteur est utilisé pour produire un autre bien, qui lui-même est également transformé, et ainsi de suite, le gain ou la perte sont démultipliés par la circulation des biens intermédiaires.

  • 5 Pour rappel, en comptabilité nationale, la production totale (Q) d’une économie comprend les conso (...)

19Cet effet multiplicateur est alors d’autant plus grand que la part des biens intermédiaires dans la production brute totale est importante. Or, même dans les pays économiquement avancés où les services dominent, et où les inputs clés sont le travail et le capital, il apparaît que les biens intermédiaires représentent 50 % de la production totale de biens et services, le reste étant les biens et services destinés à la demande finale5. Avec une telle proportion, l’amplification créée par les biens intermédiaires sur le revenu par habitant est significative. Aussi, un pays dont la productivité est deux fois plus importante qu’un autre pays aura, en l’absence de biens intermédiaires, un revenu près de trois fois supérieur au pays moins efficace – faisant jouer le multiplicateur lié à l’investissement en capital fixe – et, en présence de biens intermédiaires, un revenu huit fois supérieur. La structure input-output de l’économie aurait pu joueur le rôle d’un amortisseur, atténuant et diluant les effets d’un choc local sur le reste de l’économie et sur le revenu national. Mais, au contraire, elle a pour effet d’amplifier les chocs, les changements, les distorsions, les gains et les pertes sectorielles de productivité. Cette amplification est d’autant plus forte que les complémentarités entre les inputs au sein des secteurs sont fortes et que la part des biens intermédiaires dans la production totale est importante. Par conséquent, il faut se soucier des biens intermédiaires et donc des relations input-output dans l’économie.

  • 6 Les gains de productivité sont traditionnellement beaucoup plus importants dans les secteurs indus (...)

20Ce type de modélisation et les inférences statistiques qu’ils permettent de réaliser, convergent avec d’autres travaux sur la productivité et le changement structurel, dans l’idée que la structure input-output et la circulation des biens intermédiaires jouent un rôle important dans l’explication de la croissance et du développement économique. De fait, les résultats agrégés peuvent être la conséquence de changements à l’intérieur des secteurs (par exemple des gains sectoriels de productivité), ou au niveau macroéconomique par le changement de la structure productive de l’économie. Par exemple, le ralentissement de la croissance de la productivité agrégée observée entre 1970 et 1995 est-il le fait d’un ralentissement dans chacun des secteurs ou de la montée en puissance, dans la structure de l’économie, de secteurs aux gains de productivité moins forts ? On pourrait en effet penser que la désindustrialisation de l’économie au profit des services pourrait, par un effet de recomposition de la structure productive, expliquer ce ralentissement6. Pour le savoir, cela suppose donc d’établir une analyse désagrégée de la productivité et d’évaluer, par un modèle multisectoriel, l’impact des secteurs et de la structure de l’économie sur la productivité et le revenu agrégé. C’est ainsi que Wolff (1985) montre que seulement 22 % du ralentissement de la croissance de la productivité sur cette période est le résultat du changement de la composition sectorielle de l’économie américaine, le reste étant dû à un ralentissement effectif dans l’ensemble de l’économie.

  • 7 Pour une perspective néoricardienne et essentiellement théorique du changement structurel, voir le (...)

21Pour autant, cet effet de composition sectorielle n’est pas négligeable. Il amène à ce que William Baumol (1967) a appelé la « maladie des coûts » (cost disease). Supposons, pour simplifier, que l’économie se divise en deux types de secteurs : les secteurs « progressifs » qui connaissent des gains significatifs de productivité par travailleur, et les secteurs dits « stagnants » qui ne connaissent pas de gain de productivité. Pour illustrer ce dernier cas, Baumol prend l’exemple des spectacles vivants où, par exemple, la performance en public d’un quintette de Mozart nécessite cinq musiciens, aujourd’hui comme au temps de Mozart. Dans les secteurs progressifs, la productivité par travailleur augmente, poussant dans ce secteur – et par effet de concurrence dans le reste de l’économie – le salaire réel vers le haut. Par conséquent, dans les secteurs progressifs, le salaire réel augmente en accompagnant les gains de productivité alors que dans les secteurs stagnants, les salaires augmentent sans contrepartie, ce qui implique un renchérissement des produits de ces secteurs. Ce renchérissement des produits des secteurs stagnants est d’autant plus grand que les gains de productivité sont forts dans les secteurs progressifs. Baumol parvient alors à deux résultats particulièrement intéressants : d’une part, ce mécanisme explique la difficulté et la tension croissantes liées à la production de ces services des secteurs stagnants – souvent confiés ou subventionnés par l’État – auxquels on peut associer une partie des services éducatifs et des soins médicaux ; d’autre part, par effet de composition, la part de ces secteurs dans l’économie augmente et tire le taux de croissance vers le bas jusqu’à tendre vers zéro. Cette conjecture de Baumol, la « maladie des coûts », amène à examiner le changement économique de manière désagrégée afin d’évaluer la contribution de chaque secteur à la productivité totale des facteurs et à distinguer les effets liés à la composition sectorielle de l’économie (Baumol et al. 1985)7.

  • 8 Rappelons que, chez Leontief, le changement structurel est le changement des coefficients de produ (...)

22Cette question de la mesure de la productivité et des gains de productivité est centrale dans les études empiriques de Leontief. Pour ce dernier, la technologie et le changement technique sont le cœur du développement des économies capitalistes. Il interprète les changements des coefficients techniques comme des changements techniques. En examinant le « changement structurel » dans l’économie américaine8 entre 1919 et 1929, et entre 1929 et 1939, Leontief (1941, 1951, [dir.] 1953) identifie certains traits caractéristiques qui se retrouveront par la suite : premièrement, la tendance générale est la baisse des coefficients ; deuxièmement, les coefficients techniques des inputs intermédiaires varient peu –on observe une relative stabilité ; troisièmement, les coefficients de travail, indiquant la quantité de travail par unité d’output sectoriel, baissent considérablement d’une période à l’autre. Ainsi, la baisse des coefficients techniques, qui offre une première approximation du progrès technique, s’est révélée être de 14 % en moyenne entre 1919 et 1929, et de 11 % seulement entre 1929 et 1939, laissant penser que le progrès technique s’est ralenti durant la Grande Dépression. Par ailleurs, en distinguant dans cette baisse ce qui est dû aux coefficients des biens intermédiaires et à ceux du travail, on voit que les premiers ont baissé de 6 % entre 1919 et 1929 (et 3 % pour la période suivante) tandis que les coefficients de travail ont baissé de 36 % sur la même période (et 16 % respectivement). La différence est frappante. On trouve là un aspect essentiel des effets du changement technique, qui sera confirmé dans les études suivantes (voir Carter 1970, par exemple), à savoir la tendance à se concentrer sur les économies du facteur travail (labor saving technological change).

23Ce résultat empirique, celui d’un changement technique par réduction des coefficients de travail, a confirmé Leontief dans l’une de ses hypothèses les plus anciennes sur la nature du changement technique, à savoir la possibilité que la destruction d’emplois ne soit pas compensée par la création d’emplois. Ce qui est en jeu est la possibilité du chômage technologique. Cette hypothèse peut être associée aux thèses de Ricardo (1821) d’abord, sur la substitution du travail par le capital, de Marx, ensuite, sur le rôle de l’armée industrielle de réserve, et aussi à la démonstration par Tougan-Baranowksi, à partir de schémas de la reproduction de Marx, de la possibilité d’une économie capitaliste sans travailleurs (voir Allisson 2014). Leontief exprime à plusieurs reprises la plausibilité de cette perspective (pessimiste) et utilise l’analogie du remplacement des chevaux par l’introduction du moteur à explosion (Leontief 1938, 1952b) : les travailleurs humains disparaîtraient comme les chevaux ont disparu du circuit économique.

  • 9 L’étude sur l’automatisation et l’emploi reprend dans une large mesure le modèle multisectoriel et (...)
  • 10 Ayant accepté que son hypothèse sur le volume de l’emploi fût infirmée, Leontief a examiné l’impac (...)
  • 11 Cette question de la réalisation proche d’un chômage technologique de masse a été source de débats (...)

24L’automatisation croissante à partir des années 1960-1970 et la concomitance de la montée du chômage l’amènent à ouvrir un projet de grande ampleur, à l’Université de New York où Leontief transfère ses activités après sa retraite de Harvard en 1975. Ce projet donne lieu à la publication, avec Faye Duchin en 1986, d’une étude input-output prospective détaillée, The Future Impact of Automation on Workers9. Le résultat empirique obtenu infirme sa conjecture originale : la vague d’innovations portant le développement de l’automatisation et des ordinateurs ne détruira pas plus d’emploi qu’elle n’en créera, ce que viendra confirmer la suite des événements10. Le changement technique dans les procédés de production a certes d’abord un effet sur l’emploi mais sans créer de chômage technologique11.

  • 12 Leontief (1937a) divise toute la colonne des coefficients techniques (aji) d’un secteur i par le c (...)
  • 13 Il s’agit des gains (ou des pertes) de productivité sur dix ans réalisés directement dans le secte (...)

25Au-delà des coefficients de travail et de la problématique spécifique du chômage technologique, et à partir des coefficients mesurés dans les matrices input-output, il devient possible de déterminer, secteur par secteur comme pour l’économie entière, quelles sont les quantités d’inputs intermédiaires, de travail et de capital fixe, économisées par le changement technique. Ainsi, plus généralement, si l’on supposait que les gains de productivité étaient uniformes au sein d’un secteur, cela reviendrait à réduire d’un certain multiple ses coefficients techniques par un coefficient de productivité, noté Ai par Leontief12. Entre 1919 et 1929, ce dernier mesure un gain de productivité de 25,5 % dans le secteur agricole et de l’alimentation, de 8 % dans la métallurgie ; il s’avère quasi-nul (< 2 %) dans trois secteurs, les industries minérales, les transports, et les services ; enfin certains secteurs ont enregistré des pertes de productivité, notamment dans l’énergie et les combustibles (-9.8 %) (1957, p. 107-108)13.

  • 14 L’indice A de la TFP est un multiplicateur associé à la fonction de production macroéconomique tel (...)
  • 15 Sur le lien entre l’analyse désagrégée et agrégée, voir néanmoins Houthakker 1955-1956, et Solow 1 (...)

26Rétrospectivement, on ne peut manquer d’établir un lien entre cet indice sectoriel de la productivité et celui employé dans les années 1950 et popularisé par Solow (1957) au niveau agrégé, à savoir l’indice A de la productivité totale des facteurs (total factor productivity, TFP)14. Selon Solow (1957, p. 315), la TFP aurait augmenté aux États-Unis entre 1919 et 1929 de 8 %. Quoi que Solow ait été l’étudiant de Leontief à Harvard, puis son assistant au Harvard Economic Resarch Project, où la question du changement structurel et des gains de productivité était centrale, et qu’il ait publié de nombreux travaux théoriques sur les modèles de Leontief (avec Samuelson notamment, voir Dorfman, Samuelson et Solow 1958), il n’a pas cherché à relier son indicateur de productivité agrégé à ceux désagrégés des modèles de Leontief15. Mais que ce soit dans un cadre agrégé avec substitution des inputs, comme chez Solow, ou dans un cadre désagrégé avec complémentarité des inputs, comme chez Leontief, la question de la productivité, des impulsions qu’elle génère et de leur propagation, est au cœur des énigmes du changement économique.

Fluctuations et cycles dans une perspective multisectorielle : renaissance d’un programme de recherche

27L’élaboration du dispositif input-output par Leontief visait en premier lieu à l’exploration du phénomène du changement économique, notamment dans sa relation au changement technique. Une des dimensions du changement économique est le cycle. Pour Leontief, il s’agit d’être en mesure de distinguer entre la manière dont des facteurs internes à un secteur déterminent son propre comportement cyclique, et la manière dont des changements sectoriels se transmettent dans l’économie :

En général, le changement de schéma du comportement cyclique des prix et des quantités trouve son origine dans [plusieurs] sources. […] La localisation de la cause primaire responsable des fluctuations périodiques peut changer d’une période à l’autre. Par exemple, tandis que le rôle de la branche « stratégique » passe d’une branche de production à une autre, le mouvement cyclique de toutes les autres branches doit nécessairement exprimer une modification correspondante. (Leontief 1935, p. 27)

28Le développement par Leontief du dispositif input-output est, dans une large mesure, conçu pour traiter cette problématique. Toutefois, dans l’après-guerre, la question de la croissance et celle du développement ont pris le dessus sur celle des cycles. Il faut attendre les années 1970-1980 pour retrouver dans la macroéconomie un traitement systématique des fluctuations économiques. Pour autant, dans la macroéconomie contemporaine des business cycles, la problématique des relations intersectorielles a été largement reléguée au second plan. En dépit de cela, elle a néanmoins continué à donner lieu à des travaux, quoi que de manière sporadique, et semble donner quelques signes de vitalité depuis le milieu des années 2000. Aussi, ces études récentes ont repris l’étude empirique et multisectorielle des cycles là où elle avait été laissée, au début des années 1950.

  • 16 Voir aussi Abraham-Frois 2005.

29Parce que le changement technique est considéré comme la cause essentielle des impulsions à l’origine des fluctuations économiques – régulières ou irrégulières –, le cadre analytique de Leontief a une affinité naturelle avec les théories des cycles réels (Kydland et Prescott 1982, Long et Plosser 1983)16. La distinction entre deux grandes explications des cycles, monétaire et réelle, est ancienne. Dans les années 1930, Frisch (1933a) propose avec son célèbre modèle d’impulsion-propagation un mouvement cyclique, dit de « cheval à bascule » (rocking horse), généré par des chocs aléatoires de productivité dus à des innovations. Par la suite, Tinbergen (1939) teste l’une et l’autre explication des cycles à travers son modèle macroéconométrique, concluant à la faiblesse de l’explication d’origine monétaire (1939, p. 184). La centralité de la thèse d’une origine technologique des cycles est réaffirmée par Kydland et Prescott en 1982, donnant naissance à la théorie des cycles réels.

  • 17 Voir notamment Carvalho et Gabaix 2013, ainsi que di Giovanni, Levchenko et Méjean 2014.

30Si l’on peut considérer à la suite de Schumpeter et de Frisch que les innovations techniques sont une source des cycles, il reste à identifier statistiquement ces chocs technologiques, ainsi que la manière dont ils se répercutent de façon à effectivement générer des fluctuations cycliques au niveau agrégé. Les modèles macroéconomiques agrégés parviennent bien à reproduire le comportement cyclique des agrégats, mais le processus par lequel celui-ci se produit effectivement reste à expliquer. C’est dans cette perspective que certains auteurs tentent d’ouvrir la boîte noire de la productivité agrégée (la productivité totale des facteurs) et des chocs associés, en cherchant au niveau désagrégé l’origine des chocs et leur mécanisme de propagation. Du côté de l’origine des chocs, la question posée est notamment celle de savoir si ces chocs de productivité sont des chocs communs à tous les secteurs, ou des chocs spécifiques à chaque secteur. Les études récentes montrent clairement que c’est dans des chocs locaux, au niveau sectoriel ou même de la firme, que se situent les chocs de productivité dans l’économie17. L’hypothèse de chocs de productivité macroéconomiques communs à tous les secteurs n’est pas confirmée. Le progrès technique ne se réalise pas de manière uniforme dans l’économie et simultanément dans tous les secteurs, mais se manifeste localement, secteur par secteur. L’identification des chocs idiosyncratiques de productivité, au niveau local, nécessite d’employer et d’intégrer au modèle macroéconomique les matrices input-output.

  • 18 Pour une présentation plus détaillée de ces analyses des fluctuations économiques, voir Akhabbar 2 (...)

31Par ailleurs, du côté du mécanisme de propagation des chocs locaux, le problème réside dans le rôle de la structure intersectorielle input-output de l’économie. On pourrait en effet supposer qu’en diffusant un choc local, elle en atténuerait l’impact jusqu’à l’annuler (Dupor 1999). En représentant les relations input-output dans l’économie américaine comme des réseaux et, avec la théorie des graphes, Acemoglu et al. (2010 et 2012) montrent que le réseau input-output amplifie les chocs locaux quand ils ont lieu dans des secteurs stratégiques, c’est-à-dire des secteurs qui fournissent en inputs la plupart des autres secteurs de l’économie. Ces études récentes confirment le rôle central joué par le réseau input-output dans l’émergence de fluctuations macroéconomiques et théorisé par Leontief dans les années 1920-193018.

Synthèse : la perspective input-output du changement économique

  • 19 Sur l’étude du changement économique dans une perspective input-output dans les années 1930, voir (...)

32Dans l’entre-deux-guerres, Leontief envisageait d’utiliser le dispositif input-output alors en cours d’élaboration pour étudier et expliquer le changement économique, y compris le comportement cyclique des prix et des quantités. L’idée que ce sont les interrelations input-output entre les unités constitutives de l’économie qui permettent de saisir le mécanisme de propagation de chocs locaux (sectoriels) est partagée par divers auteurs. Elle était déjà là chez Mikhail Tougan-Baranowski (1913) comme chez Ernst Wagemann (1930) et quelques autres. Pourtant, les macroéconomistes ont eu tendance, le plus souvent, à envisager cette question du changement économique d’un point de vue agrégé19. Frisch (1933a), le premier, a formulé son modèle dynamique d’impulsion-propagation dans un cadre agrégé où ce qui importe est l’explication du produit national, de l’investissement et de la consommation. Le modèle de croissance optimale de Ramsey était lui aussi agrégé. Cette démarche s’est répandue ensuite et a dominé les travaux d’économistes de la croissance comme Solow (1956), Koopmans ou encore Phelps. L’agrégation n’est pas le propre de ces perspectives marginalistes. Le cadre keynésien est lui-même clairement agrégé. Dans les années 1980, le retour en force des explications réelles des cycles par les économistes nouveaux classiques a poussé à rechercher des explications plus fines des chocs de productivité, en s’interrogeant notamment sur l’origine de ces chocs, et à renouer avec l’esprit des recherches input-output au Harvard Economic Research Project de Leontief : s’agit-il de chocs macroéconomiques communs à toute l’économie ou de chocs idiosyncratiques spécifiques aux secteurs ? C’est l’usage du dispositif input-output, et en particulier les tableaux et les matrices entrées-sorties, qui a permis d’explorer le sujet de manière empirique. Même à partir de modèles avec inputs substituables, l’interdépendance intersectorielle permet de situer l’origine des fluctuations agrégées au niveau sectoriel, voire de l’entreprise : l’impulsion provient en premier lieu de chocs locaux et la propagation doit beaucoup aux liaisons input-output et à la configuration spécifique du réseau intersectoriel.

33Ces résultats récents confirment la pertinence de la piste et des outils de recherche élaborés par Leontief dans les « années de haute théorie ». Toutefois, alors que ce dernier situait les impulsions à l’origine du changement économique exclusivement du côté des chocs de nature technologique et des préférences des consommateurs, les travaux menés depuis les années 1980 ne permettent pas de confirmer cette hypothèse. Premièrement, l’origine des chocs n’est pas exclusivement technologique et peut trouver sa source dans des crises sectorielles ou des changements institutionnels locaux et, deuxièmement, une part importante des fluctuations s’explique par les effets réels de phénomènes nominaux amplifiés par le réseau input-output. Ces résultats offrent une vision plus équilibrée du changement économique, amenant à explorer les interactions entre la sphère monétaire et la sphère réelle, interactions qui, elles aussi, peuvent être pensées en termes de réseaux. Dans tous les cas, l’approche macroéconomique agrégée d’une économie à un seul secteur animée de chocs macroéconomiques, réels ou monétaires, ne permet pas de rendre compte du phénomène du changement économique tel qu’il se produit effectivement. C’est à travers les interactions et les problèmes de coordination entre des unités hétérogènes en réseau que se laisse saisir la complexité économique.

Encadré. Le dispositif input-output au-delà du changement économique

La question du changement économique a été la première question examinée par Leontief à partir de son dispositif input-output. Ce n’est toutefois pas le problème qui a été le plus étudié à partir de l’analyse input-output, même s’il a connu récemment un certain regain de vitalité comme, par exemple, pour l’étude de la productivité et de la croissance par la collecte et l’organisation de données avec le projet européen EU KLEMS (O’Mahony et Timmer 2014). Outre ce problème et celui du commerce international (Leontief 1953a, 1956, 1964, 1973), qui d’ailleurs connaît également un renouveau avec l’élaboration et l’exploitation dans un cadre renouvelé de bases de données du commerce mondial (voir le projet européen WIOD – World Input-Output Database – présenté dans Timmer et al. 2009), s’ajoutent notamment, l’étude de l’économie régionale (Leontief dir. 1953) ; l’étude des propriétés formelles et théoriques des divers types de modèles input-outputa ; celle des fonctions de production à partir de données d’ingénierie (ibid.)b ; l’analyse des dépenses militaires et du désarmement (Leontief 1960, Leontief et Duchin 1983) ; l’étude du développement économique et sa planification, dont Hollis B. Chenery deviendra le principal représentant (Chenery et Clark 1959, Chenery et al. dir. 1999 ; voir aussi Hirschman 1958) ; l’étude des prix (Leontief 1946) ; bien sûr la comptabilité nationale, où Richard Stone (1961) a joué un rôle central et a été le seul économiste à se voir décerner le « prix Nobel » pour ses travaux dans ce domainec ; le développement de méthodes de planification (Leontief 1976, Johansen 1960, Malinvaud et Bacharach dir. 1967, Tinbergen 1967) et de prospective macroéconométrique (Almon 1985) ainsi que, depuis les années 1980, le développement de méthodes de calibration des modèles d’équilibre général calculables à partir de données input-output.

À partir des années 1970, les nouveaux domaines privilégiés d’application de l’analyse input-output sont l’économie de l’environnement et de l’énergie (Leontief 1970b), ainsi que la modélisation de l’économie mondiale (Leontief, Carter et Petri 1977, Leontief et Sohn 1982)d. Par ailleurs, tandis que des années 1950 jusqu’aux années 1980, la communauté input-output des économistes, statisticiens et comptables nationaux s’organisait notamment autour des conférences internationales Input-Output organisées sous l’égide de l’ONU, depuis la fin des années 1980, c’est autour de l’International Input-Output Association (IIOA) et de sa revue scientifique, Economic Systems Research, que se retrouve cette communauté. Toutefois, les travaux ayant recours aux matrices input-output de Leontief ne sont pas cantonnés à cette revue et comprennent, plus généralement, ceux qui développent une approche macroéconométrique désagrégée.

a. Voir, par exemple, de Mesnard 2016.
b. L’étude empirique des caractéristiques techniques de la production au niveau microéconomique, à l’échelle de l’ingénieur ou de l’entrepreneur, incarne l’idéal de l’observation directe de Leontief.
c. Les motivations des prix Nobel décernés à Frisch, en 1969, à Kuznets, en 1971, ou encore à Leontief, en 1973, ne font pas mention de la comptabilité nationale. Pour une histoire de la comptabilité nationale, voir notamment Fourquet 1980 et Vanoli 2002.
d. Pour des synthèses des applications de l’analyse input-output à tous ces domaines et d’autres encore, voir Dietzenbacher et Lahr 2001, Dietzenbacher et Lahr dir. 2004, Miller et Blair 2009, ten Raa 2005, Baumol et ten Raa 2011, et Dietzbacher et al. 2013.

Notes

1 Sur la contribution de Kalecki, voir, dans cette même collection, l’ouvrage de Michaël Assous et Paul Fourchard : Michal Kalecki et l’essor de la macroéconomie, 2017.

2 Pour rappel, dans le cas du modèle fermé, le système des équations des prix est donné par ATPt = 0 et celui des quantités par AQt + BQt = 0.

3 Il s’agit de la célèbre fonction de production Cobb-Douglas initialement présentée en 1928.

4 Cf. supra, chapitre précédent.

5 Pour rappel, en comptabilité nationale, la production totale (Q) d’une économie comprend les consommations intermédiaires (CI) et les valeurs ajoutées (le produit national, noté Y) : Q = CI + Y, où le produit national correspond à la demande finale telle que Y = C + I + G + (X M), avec C la consommation finale des ménages, I l’investissement, G les dépenses publiques, X les exportations et M les importations. Dire que les biens intermédiaires représentent 50 % de la production totale Q, c’est donc dire que le produit national en représente également 50 %. La macroéconomie agrégée vise à expliquer le revenu national uniquement, Y, par deux facteurs de production, le capital (K) et le travail (L) en introduisant une fonction de production agrégée Y = F(K, L).

6 Les gains de productivité sont traditionnellement beaucoup plus importants dans les secteurs industriels que dans les services (voir infra).

7 Pour une perspective néoricardienne et essentiellement théorique du changement structurel, voir les travaux de Luigi Pasinetti 1981.

8 Rappelons que, chez Leontief, le changement structurel est le changement des coefficients de production (et non pas le changement de la structure des outputs).

9 L’étude sur l’automatisation et l’emploi reprend dans une large mesure le modèle multisectoriel et les prévisions établis par Anne Carter et Peter Petri à l’université Brandeis pour le rapport pour l’ONU, publié avec Leontief, sur les grandes évolutions de l’économie mondiale à l’horizon 2000, The Future of the World Economy (Leontief, Carter et Petri 1977). Sur l’approche de Carter, voir Akhabbar 2011a et Baumol et Raa 2011.

10 Ayant accepté que son hypothèse sur le volume de l’emploi fût infirmée, Leontief a examiné l’impact du changement technique attendu pour les années 1980-2000, sur la répartition des revenus en exprimant tour à tour une prévision optimiste (1986, seul article où Leontief emploie une version sraffaienne de son modèle input-output) et une vision pessimiste (1995). Dans un cas, la répartition salaires-profits ne change pas en défaveur des travailleurs et, dans l’autre cas, la répartition des salaires est marquée par une forte croissance des inégalités.

11 Cette question de la réalisation proche d’un chômage technologique de masse a été source de débats lors de l’élection présidentielle de 2017 en France à travers les propositions, par le candidat socialiste Benoît Hamon, d’une « taxe robot » et d’un revenu universel. Loin d’être spécifique à l’Hexagone, ce débat est largement présent dans les pays avancés. Aux États-Unis, tandis que l’homme d’affaires Bill Gates, ainsi que des économistes comme Jeffrey Sachs, à Harvard, ou encore Robert Solow, au MIT, défendent la plausibilité d’un effet net destructeur du changement technique à venir, d’autres réfutent cette thèse.

12 Leontief (1937a) divise toute la colonne des coefficients techniques (aji) d’un secteur i par le coefficient Ai.

13 Il s’agit des gains (ou des pertes) de productivité sur dix ans réalisés directement dans le secteur. Le gain de productivité total, direct et indirect, est le double en moyenne.

14 L’indice A de la TFP est un multiplicateur associé à la fonction de production macroéconomique telle que Y = A.F(K, L), si bien qu’une augmentation de A permet d’accroître proportionnellement le produit national sans modifier le volume employé des facteurs de production.

15 Sur le lien entre l’analyse désagrégée et agrégée, voir néanmoins Houthakker 1955-1956, et Solow 1958 et 1998.

16 Voir aussi Abraham-Frois 2005.

17 Voir notamment Carvalho et Gabaix 2013, ainsi que di Giovanni, Levchenko et Méjean 2014.

18 Pour une présentation plus détaillée de ces analyses des fluctuations économiques, voir Akhabbar 2018.

19 Sur l’étude du changement économique dans une perspective input-output dans les années 1930, voir Akhabbar 2011b et 2014a.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search