Version classiqueVersion mobile

Wassily Leontief et la science économique

 | 
Amanar Akhabbar

Chapitre V

Le critère de signification empirique : l’opérationnalisme de Leontief

Texte intégral

Il n’est pas exact de dire que mes travaux sont essentiellement empiriques. Ils sont scientifiques. […] J’ai essayé de développer un modèle qui ne donne aucune réponse aux questions empiriques sauf lorsqu’on y intègre les données. Et cela est une analyse scientifique. (Leontief, dans Rosier 1986, p. 95)

1Dans ce chapitre, nous examinons la critique par Leontief de la méthodologie de la Cowles Commission et les fondements de sa propre méthodologie, en tentant de serrer d’aussi près que possible les enjeux en termes épistémologiques et leurs conséquences pour l’analyse économique.

Signification contre testabilité des concepts théoriques

2Le désaccord méthodologique entre les membres (ou proches) de la Cowles Commission et Leontief est loin d’être accidentel ou superficiel. Il prend racine dans une division épistémologique profonde au sein du néopositivisme dont leurs méthodologies découlent. La controverse de la « mesure sans théorie » (voir supra chapitre 4) a pour mérite de clarifier les positions épistémologiques des uns et des autres. D’un côté, à la Cowles, on trouve un critère de testabilité qui accorde une grande liberté aux développements théoriques et, de l’autre, avec Leontief, est mis en avant un critère d’observabilité qui contraint radicalement les développements théoriques à un langage scientifique simple. Dans l’un et l’autre cas, l’analyse empirique est encadrée par une théorie. Toutefois, la manière dont la théorie est articulée aux observations est très différente d’une approche à l’autre :

– la méthode hypothético-déductive défendue à la Cowles Commission suppose de prendre comme point de départ de la démonstration un ensemble de lois et d’hypothèses théoriques abstraites à partir duquel, par une chaîne de déductions, on parvient in fine à des énoncés qui peuvent donner lieu à des observations comme, par exemple, des prédictions. Si la prédiction est correcte, alors la théorie est corroborée, sinon elle est réfutée. Cette démarche correspond, au moins dans l’esprit, au critère poppérien de testabilité et de falsification ;

– la méthode opérationnaliste défendue par Leontief consiste, dans l’exposition et la démonstration scientifique, à débuter des observations directes pour progressivement introduire, étape par étape et grâce à des définitions explicites, des termes de plus en plus abstraits : le tableau entrées-sorties et ses données sont d’abord présentés, puis sont introduits les concepts du modèle input-output et, enfin, sont exposés les résultats des calculs. À la différence de la méthode déductive, les termes théoriques les plus abstraits ne sont pas le point de départ mais plutôt le point d’arrivée : ils sont construits progressivement à partir des termes observationnels. D’où l’importance, pour Leontief, de toujours commencer par exposer ses données et la manière dont elles sont réunies et organisées dans un tableau intersectoriel, pour ensuite exposer le modèle en précisant systématiquement la relation entre les données du tableau et les termes du modèle. Chaque concept (du modèle) reçoit ainsi une signification empirique.

  • 1 On peut attribuer à un énoncé théorique différentes valeurs de vérité, par exemple vrai, faux, cor (...)
  • 2 Dans l’exemple exposé précédemment de l’économétrie de l’offre et de la demande, les paramètres U (...)

3Selon la méthode opérationnaliste de Leontief, la valeur de vérité1 des concepts ne provient pas indirectement de la réalisation de prédictions (si les prédictions sont vérifiées, on accepte provisoirement le modèle) mais est directement obtenue par un système de définitions explicites en termes d’observation. Pour Leontief, c’est au théoricien, et non au statisticien, de développer le dispositif d’observation et de mesure qui fournit les données par lesquelles les concepts du modèle sont remplacés. Ce remplacement introduit une contrainte d’équivalence entre, d’une part, les observations, mesures et données et, d’autre part, les concepts théoriques, qui n’existent pas dans l’approche hypothético-déductive où il est admis que certains axiomes, hypothèses et concepts ne sont pas observables2.

4Il en ressort deux épistémologies distinctes qui se traduisent par deux styles scientifiques différents. À la Cowles Commission, il convient en premier lieu, pour le théoricien, de développer à partir d’axiomes un modèle qui, par un jeu de déductions, permet de formuler des théorèmes et, en fin de compte, des prévisions. Seules ces dernières (et pas l’ensemble théorique en amont) peuvent être directement « interprétées » en termes d’observation. Selon Koopmans (1949a, 1957), c’est alors le travail du statisticien et de l’économètre que de rendre interprétables les prévisions du modèle en termes observationnels. Ce principe établit une division du travail entre le théoricien, l’économètre et le statisticien. Dans cette division du travail, il revient à l’économiste théoricien de veiller, en premier lieu, à la rigueur logique et mathématique de ses modèles, plutôt qu’au réalisme des postulats :

Si la science économique se développe dans cette direction, il est certainement inévitable, quoique non sans risque, que la différentiation des compétences au sein de la profession économique soit poussée encore plus loin qu’elle ne l’est déjà. D’un côté, la tâche de relier les concepts avec les observations exige une grande connaissance détaillée des réalités de la vie économique ainsi que des procédés de mesure. De l’autre côté, le raisonnement depuis les postulats jusqu’aux conclusions, et l’évaluation des postulats au regard de leur pertinence comme point de départ de la réflexion, exige de plus en plus de compétences logiques et mathématiques rarement réunies chez la même personne avec les compétences précédentes. Le test des conclusions, en plus d’exiger les compétences d’alignement des concepts et des phénomènes, dépend aussi, dans de nombreux cas, de la maîtrise de procédures subtiles d’inférence statistique. Finalement, et sans doute le plus important, l’évaluation de la plausibilité et du réalisme des postulats ainsi que de leur pertinence ou de leur utilité au regard des conclusions auxquelles ils conduisent, exige un type de jugement d’ensemble dont le spécialiste en définition et en mesure, en raisonnement, ou en inférence statistique n’est pas nécessairement doté. (Koopmans 1957, p. 145, nous soulignons)

5Koopmans ne se révèle pas très inquiet au sujet du réalisme des postulats. À propos de la théorie économique établie, notamment la théorie paréto-walrassienne de l’équilibre général, les axiomes sur les préférences ordinales des consommateurs ou de la maximisation du profit sont considérés comme des « premières approximations d’une réalité complexe qui sont bien choisies » et « qui montrent d’une manière frappante la puissance du raisonnement déductif en tirant des conclusions qui, si l’on accepte leurs prémisses, se révèlent d’une grande pertinence pour les questions de politique économique » (ibid., p. 142).

6La possibilité d’un arbitrage entre rigueur et réalisme, soulevée par Koopmans (ibid., p. 126), se dissout dans la priorité donnée, pour le théoricien, à la « vérité logique et la clarté » de ses modèles tandis que « le réalisme est toujours en avance sur la rigueur lors de l’extension graduelle de l’éventail de la connaissance économique » (ibid., p. 143). Le réalisme de la théorie progresse par la prise en considération successive de nouveaux « aspects de la réalité » faisant du développement de la théorie « une séquence de modèles » (ibid., p. 142). De la priorité donnée pour le théoricien à la rigueur logique et mathématique suit le déroulement standard des articles relevant de cette approche, où l’auteur commence par exposer ses axiomes et son modèle, puis déroule ses déductions et théorèmes pour enfin, dans une section finale, le plus souvent absente, estimer et tester les prédictions issues du modèle.

  • 3 Par comparaison avec la discipline de référence du paradigme koopmansien, la physique, la proporti (...)
  • 4 Voir aussi Blaug 1994, p. xiv-xvi, et T. Morgan 1988. Plus récemment, une inversion de la tendance (...)
  • 5 L’abandon de l’économétrie par les macroéconomistes dans les années 1980 à la suite de la critique (...)

7Cette absence a été quantifiée par Leontief (1982) dans un article de la revue Science où il montre que les deux tiers des publications dans l’American Economic Review ne font usage d’aucune donnée3 et, parmi elles, 85 % exposent uniquement un modèle mathématique. Cet article, qui a marqué les esprits et dont les évaluations ont donné lieu à plusieurs vérifications et mises à jour4, d’une part, illustre bien le déséquilibre chez les économistes koopmansiens en faveur du travail théorique et mathématique aux dépens de la mesure et des tests économétriques5 et, d’autre part, alimente la thèse de Leontief du vice de la dissociation entre formulation théorique et mesure.

8À la différence de l’épistémologie hypothético-déductive et réfutationniste (du moins dans l’esprit) défendue par Koopmans, avec Leontief, l’exposé scientifique commence par la présentation des termes les moins abstraits, les termes primitifs, qui sont les plus proches des observations directes : ce sont essentiellement les mesures établies et présentées dans le tableau entrées-sorties et la matrice de capital. Vient ensuite la définition des variables du modèle, les prix (Pi) et les quantités (Qi et Qij), en relation directe avec les mesures du tableau, ainsi que les paramètres structurels du modèle, les coefficients techniques, de travail et de capital, mesurés dans les tableaux des coefficients techniques. Cette démarche ne correspond ni à la démarche hypothético-déductive ni à l’induction. Elle correspond à la démarche opérationnaliste formulée et popularisée, notamment, en 1927 dans The Logic of Modern Physics par le physicien Percy Bridgman, lui aussi à Harvard. Dans cette perspective, le théoricien, qui fournit aux économètres les modèles à estimer et à tester, ne peut juger sur la base du bon sens si un axiome ou un concept est réaliste ou non, et encore moins indépendamment des vérifications empiriques qui sont placées, par Koopmans, en fin de chaîne de la procédure scientifique. De même, il ne devrait pas revenir au statisticien le soin de déterminer comment mesurer tel ou tel concept, puisque la question de la définition et de la mesure peut soulever elle-même des problèmes théoriques. À cet égard, Leontief a montré, dans un article sur la construction des agrégats et des indices de la macroéconomie, à quelles contradictions et impasses théoriques ces derniers peuvent conduire (1936c). Dit autrement, c’est dès l’étape de conception analytique des modèles théoriques que la problématique de la mesure doit se poser au théoricien. D’où la réponse de Leontief aux références de Koopmans au « réalisme » des axiomes du théoricien :

Ses références fréquentes à plus ou à moins de « réalisme » des postulats théoriques semblent supposer l’existence d’une description unique et univoque de la réalité à laquelle un modèle théorique doit correspondre. En fait, un modèle abstrait ne peut être relié à la soi-disant réalité qu’à travers un système intriqué de définitions de base, de classifications, et de règles de mesures qui, d’un point de vue logique, ne sont ni vraies ni fausses mais sans lesquelles le modèle le plus rigoureusement construit ne peut avoir de signification empirique d’aucune sorte. (Leontief 1958, p. 105)

9Cette tâche de définition, de classification et de mesure, qui vise à établir « une stratification conceptuelle des faits observés, informes et vagues, est le noyau même de la science empirique » (ibid.). Sans ce travail de définition, l’économiste parvient à une « image confuse de la réalité et finalement à un cul-de-sac » (ibid.). Leontief met le doigt sur un problème qui deviendra de plus en plus apparent en économétrie dans les années 1970-1980 et dont Zvi Griliches ou encore Haavelmo (1997) ont souligné l’importance : c’est au théoricien de se soucier des définitions statistiques des termes théoriques qu’il emploie. Tandis que Koopmans met en avant la communication entre le théoricien, l’économètre et le statisticien, pour s’assurer du réalisme de la théorie économique, Leontief exprime son scepticisme au sujet de cette « négociation entre l’expert en raisonnement déductif et le spécialiste de l’observation des faits » (ibid.). Leontief, en désaccord avec la division du travail proposée par Koopmans entre théorie, mesure et observation, conçoit le dispositif input-output comme l’alternative opérationnaliste à l’approche hypothético-déductive.

La signification empirique et les définitions explicites des concepts

  • 6 Plus généralement, une définition explicite donne les conditions nécessaires et suffisantes pour e (...)

10Pour introduire de manière opérationnelle des termes abstraits qui aient une signification empirique, le procédé consiste à en offrir systématiquement une définition explicite en termes observables. Le rôle des définitions explicites est de permettre de remplacer le terme théorique par des observations en indiquant le procédé de mesure. C’est le principe d’une définition explicite d’établir cette relation souhaitée d’identification (≡) entre un terme abstrait et les opérations de mesure. Pour définir un terme X, la forme la plus simple de définition explicite est de poser  B (Leontief 1937b, p. 341), où B est un terme primaire. Dans  B, le signe ≡ établit l’identité entre X et B, établissant une relation de synonymie entre les deux termes. C’est une définition explicite6. Ici, le nouveau terme, X, qui appartient à une classe plus éloignée que celle de B, est le synonyme d’un terme initial. Dans cet exemple, évidemment, la définition par un seul terme initial est superflue, mais il est important pour nous de noter que pour Leontief, la forme logique d’une définition explicite est bien : X ≡ {I, J, K,…} où I, J, K… sont les termes primaires, c’est-à-dire les observations directes, et X le terme à définir.

  • 7 C’est cette synonymie qui fait dire à Leontief que les termes algébriques doivent « être remplacés (...)

11Leontief met en pratique ce principe avec sa méthode input-output. Pour lui, « les hypothétiques équations de consommation et de production acquièrent un sens explicite dès lors que les signes algébriques sont remplacés par des valeurs numériques observées » (1936a, p. 116, nous soulignons). Le critère de scientificité d’un énoncé théorique est un critère de signification empirique, où les termes théoriques sont définis, dans une relation de synonymie7, par des termes observationnels. Au cours du raisonnement, on peut introduire ainsi des termes intermédiaires par des définitions explicites, de manière à alléger l’écriture dans les démonstrations : si X correspond à un ensemble de mesures directement observables {I, J, K,…}, alors, dans la chaîne de raisonnement, il est plus aisé d’abréger ces mesures par le seul terme X. La signification des termes introduits est sûre tant que les définitions de ces termes prennent la forme énoncée ci-dessus. C’est, pour ainsi dire, la règle d’or de l’épistémologie de Leontief.

  • 8 Notons que le fondateur de l’opérationnalisme, Percy Bridgman enseigne à Harvard à la même époque (...)

12Même si Leontief ne se réfère pas aux philosophes des sciences contemporains, son usage des définitions explicites comme alternative à l’approche hypothético-déductive et à la méthode des tests correspond étroitement à la vision de l’opérationnalisme par les néopositivistes, à commencer par Carnap8. Pour ce dernier, l’idéal de la science comme science empirique consiste également dans l’exposé de la théorie, à partir des observations – les termes premiers –, pour introduire progressivement, par le biais de définitions explicites, des termes de plus en plus abstraits.

13En 1939, pour Carnap, la méthode hypothético-déductive est celle qui, partant de termes théoriques abstraits comme termes premiers et de lois générales comme axiomes, introduit progressivement des termes de moins en moins abstraits jusqu’à atteindre les termes élémentaires (les observations directes). Il introduit ainsi une distinction entre les termes du vocabulaire scientifique selon leur plus ou moins grand degré d’abstraction, défini en fonction de leur degré de proximité avec les observations directes. Nous retrouvons ici une idée employée par Leontief (1937 b), dans son article sur les définitions explicites, d’une distance entre les termes scientifiques et les termes primaires. Carnap explique :

Entre les concepts plutôt élémentaires et ceux hautement abstraits, il existe des niveaux intermédiaires. Nous ne tenterons pas de donner une définition exacte du « degré d’abstraction » ; ce que cela signifie deviendra suffisamment clair par la série suivante d’ensembles de concepts allant du plus élémentaire au plus abstrait : brillant, obscur, rouge, bleu, chaud, froid, aigre, tendre, dur, doux […], coïncidence, durée temporelle, masse, vélocité, accélération, densité, pression, température, quantité de chaleur, charge électrique, courant électrique, champ électrique, potentiel électrique, résistance électrique, coefficient d’induction, fréquence d’oscillation… (1939, p. 64)

14Carnap se demande alors quels sont les termes qui doivent être choisis comme termes élémentaires :

Devons-nous prendre les termes élémentaires comme signes premiers ou alors les termes abstraits ? Notre choix de faire reposer les règles sémantiques sur les termes élémentaires n’est pas décisif pour cette question. Chacune des procédures est possible et compte des raisons en sa faveur, selon le point de vue adopté. La première méthode consiste à prendre les termes élémentaires [les observations] comme termes primitifs [au début de la démonstration scientifique] et ensuite à introduire sur cette base de nouveaux termes, étape par étape, jusqu’à atteindre les termes les plus abstraits. (ibid., p. 63)

15Cette première méthode, celle du critère de signification, est développée par les néopositivistes du Cercle de Vienne (et du Cercle de Vienne en exil) et qui, au début des années 1930, prend la forme de l’opérationnalisme.

  • 9 Le « système hypothético-déductif », comme l’appelle Popper (1973 [1934]), trouve une formalisatio (...)

16Naturellement, cette méthode du positivisme logique est vivement critiquée par Karl Popper qui considère qu’elle ne peut que buter sur un problème identique à celui de l’induction (1973 [1934], p. 31). La tentative de « réduire » les « lois scientifiques » à des « énoncés d’expérience élémentaires » est vouée à l’échec. La seconde méthode envisagée par Carnap est celle favorisée par Popper où l’on prend comme termes premiers (ou primitifs) les termes les plus abstraits pour redescendre, par des déductions logiques, vers les énoncés observationnels élémentaires : c’est la méthode hypothético-déductive9. Carnap propose une représentation graphique de ce problème épistémologique, que nous reproduisons dans la figure 4.

Figure 4. Le problème des choix des termes primitifs selon Carnap (1939)

Figure 4. Le problème des choix des termes primitifs selon Carnap (1939)

17Comment choisir entre ces deux méthodes ? Celui qui cherche à établir une relation forte entre les termes élémentaires et les autres termes privilégie la première méthode, celle qui prend comme termes premiers les termes élémentaires, les observations. Néanmoins, celui-là se heurte à un problème, dorénavant célèbre en philosophie des sciences, celui de l’impossibilité de l’introduction des termes dispositionnels par des définitions explicites, et il doit rapidement renoncer, même si « la première méthode a l’avantage de présenter clairement le lien entre le système et les observations et de faciliter l’examen portant sur la mesure dans laquelle un terme donné est empiriquement fondé » (Carnap 1939, p. 63). Qu’est-ce qu’un terme dispositionnel ? Un terme dispositionnel indique les potentialités contenues dans une chose : par exemple, pour un matériau, sa flexibilité (ou encore des dispositions comme « inflammable », « soluble », etc.). Dans le contexte de cet essai, nous nous intéressons au caractère « constant » des coefficients techniques, par opposition à leur caractère « variable ». Cette distinction entre coefficients variables et coefficients constants a cristallisé les débats théoriques et économétriques autour des modèles input-output de Leontief. Or il n’est pas possible d’apporter une définition explicite à un terme dispositionnel (Carnap 1936, 1937 ; Goodman 1983 [1946]). Par conséquent, restreindre les concepts « empiriquement significatifs » à ceux qui peuvent recevoir une définition explicite, exclut les termes dispositionnels et, en fait, la plupart des termes théoriques.

  • 10 Pour un exposé détaillé du problème des termes dispositionnels et des définitions explicites dans (...)
  • 11 Pour Goodman, cette question n’a bien sûr rien « d’un petit exercice grammatical tatillon » et san (...)

18Autrement dit, la méthode opérationnaliste où les termes primaires sont les observations directes, et où les déductions sont produites par une chaîne de définitions explicites, a pour défaut de « trop » restreindre le vocabulaire scientifique en empêchant notamment d’employer les termes dispositionnels comme, par exemple, « constant ». Ce terme, si important pour le modèle de Leontief, est un terme dispositionnel qui indique la disposition des coefficients techniques, dans un environnement économique changeant, à ne pas changer10. Or, comme le démontre Carnap, aucune définition explicite ne permet de définir ce type de termes. Ce petit problème apparemment « tatillon » (pour reprendre le terme de Goodman11) met fin au programme vérificationnisme et conduit les philosophes des sciences néopositivistes à envisager des règles de correspondance moins restrictives. C’est la fin du positivisme logique et le début de l’empirisme logique :

  • 12 Nous suivons ici la traduction de Jacob 1980, p. 135.

Serait-il possible de formuler toutes les lois de la physique en termes élémentaires, en n’admettant des termes plus abstraits qu’à titre d’abréviations ? Si oui, nous posséderions l’idéal de la science sous sa forme sensationnaliste que Goethe, dans sa polémique contre Newton, ainsi d’ailleurs que certains positivistes, semblent avoir eu en tête. Mais il s’avère – et c’est un fait empirique, pas une nécessité logique – qu’il n’est pas possible d’arriver de cette manière à un système de lois à la fois puissant et efficace. (Carnap 1939, p. 6412)

  • 13 Par la suite, Carnap ainsi que d’autres empiristes logiques comme Goodman vont toutefois continuer (...)

19Ce problème épistémologique rencontré par le critère opérationnaliste de la signification empirique met-il en difficulté l’épistémologie de Leontief ? La réponse est non car, ce qui est un problème pour Carnap, à savoir l’impossibilité de définir explicitement les termes abstraits de la physique et des sciences empiriques en général, est ce qui constitue l’intérêt principal, aux yeux de Leontief, du critère de signification opérationnelle. À la différence de Carnap, qui reconnaît la pertinence empirique des grands ensembles théoriques de la physique moderne et qui cherche à leur apporter des fondements épistémologiques empiriques définitifs13, Leontief doute de la pertinence empirique des grandes théories économiques telles qu’elles sont formulées. Ce dernier a volontairement choisi et maintenu l’épistémologie opérationnaliste en raison même de la restriction sévère qu’elle impose au théoricien. Et l’alternative à la méthode empiriste-opérationnaliste ne fait qu’encourager Leontief dans cette direction, car cette alternative, la méthode déductive, ne sort pas non plus indemne des déboires du positivisme logique : il devient clair qu’elle rencontre elle-même des difficultés épistémologiques sérieuses, comme nous le verrons plus bas et dans le chapitre suivant. Entre les maux de l’opérationnalisme et ceux de la méthode déductive, Leontief préfère ceux du critère de signification opérationnaliste. C'est peut-être le principal enseignement de ces discussions épistémologiques, il n’existe pas de fondement empirique univoque, définitif et indiscutable, des énoncés scientifiques.

L’importance d’être constant

20Il n’est pas possible de donner une définition explicite au terme « constant » associé aux coefficients techniques, car c’est un terme dispositionnel. Il n’est donc pas étonnant de voir que Leontief ne cherche pas à formuler une telle définition et que c’est sur ce terme théorique que se concentrent les discussions du modèle de Leontief. La disposition à être constant n’est pas la propriété actuelle d’une chose, mais la propriété latente à pouvoir faire quelque chose le cas échéant. C’est une potentialité qui, n’étant pas un fait, ne peut être relevée comme un fait. De facto, définir la constance des coefficients techniques supposerait d’employer un énoncé conditionnel du type Toutes choses étant égales par ailleurs, si X se produisait, alors le coefficient aij varierait, ce X pouvant être, par exemple, un changement de la demande finale ou des quantités de ressources disponibles. Un tel énoncé n’est pas une observation directe de la constance mais le test d’une hypothèse. Or, c’est bien là le fond du problème, comment apporter un fondement empirique solide à une hypothèse théorique ? Comment procéder autrement que de manière indirecte, c’est-à-dire en testant les prédictions auxquelles cette hypothèse donne lieu ?

  • 14 Si l’on considère que les inputs sont substituables et que les rendements sont constants, alors il (...)

21Il nous faut examiner les alternatives à cet énoncé théorique. Quelles seraient les alternatives à l’hypothèse de constance ? Au moins deux voies s’ouvrent. D’une part, dans une perspective inductive, on peut chercher à étudier le comportement des coefficients techniques dans le temps, et distinguer une possible tendance croissante ou décroissante, par exemple. D’autre part, dans une perspective déductive, on peut chercher à expliquer le changement des coefficients techniques. Dans ce dernier cas, il serait possible de reprendre la formulation théorique standard d’une fonction des coefficients techniques pour chaque secteur i telle que φ(a1i, a2i,…, ani) = 1, dont la spécification pourrait ressembler à une fonction Cobb-Douglas avec φ(-) une fonction homogène de degré un14. Mais dans ce cas, l’estimation des paramètres de cette fonction et son test supposerait de recourir à l’analyse structurelle indirecte, c’est-à-dire à l’économétrie. Une autre possibilité, qui s’ouvre à partir de la fin des années 1940, est l’explication des coefficients techniques observés par la programmation linéaire : si l’on est en mesure de distinguer pour chaque produit les processus technologiques disponibles et mis en œuvre, chaque processus k étant décrit par un ensemble de coefficients techniques (aij)k, et si l’on suppose que la combinaison mise effectivement en œuvre à chaque période est celle qui minimise le coût de production, alors un programme de minimisation permettra d’expliquer les coefficients observés (aij) dans l’économie. Dans la perspective de Leontief, cette approche suppose d’accepter le principe selon lequel la combinaison des activités productives obéit bien à la minimisation des coûts de production, ce qui ramène à la question de la pertinence empirique de l’optimisation en économie descriptive.

22Étant donnée chacune des alternatives théoriques, supposer que les coefficients sont constants, c’est s’épargner d’introduire une hypothèse bien plus lourde et bien plus engageante, à savoir le principe d’optimisation (des agents ou du système productif). Or, comme le souligne Leontief dans « Les mathématiques dans la science économique », qu’il soit appliqué à un agent ou pour la planification économique, le concept d’optimisation est essentiellement normatif. Au mieux, il peut correspondre à un idéal mais pas à un état du monde.

23En somme, les alternatives à l’hypothèse de constance supposent soit de recourir franchement à l’induction, soit d’employer l’inférence statistique indirecte avec l’économétrie, soit encore d’introduire des hypothèses et concepts théoriques sans contrepartie observable et bien plus abstraits que celui de constance. Le choix d’une hypothèse minimaliste correspond donc à l’exigence de contrepartie empirique et a pour conséquence l’emploi d’un langage scientifique au vocabulaire proche des termes élémentaires (les observations directes). C’est un choix assumé par Leontief :

Je ne veux pas faire de spéculations, surtout dans mes publications. Je pense que la science économique est assez spéculative comme ça. Je suis très attentif aux faits, je ne veux pas publier du vent. (Leontief, dans Rosier 1986, p. 106)

24Il s’ensuit que la constance des coefficients techniques n’est pas un énoncé empirique sur l’état du monde, mais une règle pratique permettant de réaliser des calculs. Ce n’est pas une hypothèse, mais un instrument d’analyse et de calcul. C’est une règle d’inférence. Car, de facto, il est admis par tous que les coefficients techniques changent dans le temps. Les divergences sur l’hypothèse de constance, ou de variabilité, viennent non pas de cette observation, mais de l’explication qui en est donnée : à technologie donnée, dans quelle mesure ces changements reflètent-ils des substitutions entre les inputs ? Dans quelle mesure reflètent-ils des changements techniques ? Dans une perspective empirique, la question est alors de savoir comment étudier ces problèmes et à partir de quelles données.

  • 15 Pour ces tableaux, voir respectivement Leontief 1936a, 1941, 1951.

25La construction de tableaux entrées-sorties pour différentes années est une étape nécessaire vers une clarification. C’est notamment ce que Leontief entreprend à partir de son tableau input-output de l’économie américaine pour 1919, publié en 1936, puis celui pour l’année 1929 publié en 1941, et celui pour 1939 publié en 195115. L’intervalle entre les publications, quinze ans pour obtenir trois tableaux, indique la difficulté à collecter et organiser des données. Comme nous le verrons dans le dernier chapitre, où nous présentons quelques résultats de l’analyse input-output sur le changement économique, un résultat établi très tôt (Leontief 1951, dir. 1953) et confirmé par la suite (Carter 1970) indique que le changement des coefficients est marqué par une grande stabilité des coefficients techniques des consommations intermédiaires, et se révèle fort pour les coefficients de travail. Cela laisse penser qu’effectivement les effets de substitution sont mineurs comparés aux effets du changement technique (voir Carter 1970, p. 163, 175, 217). En d’autres termes, la règle de constance des coefficients techniques, employée pour des calculs synchroniques ou des prévisions à court terme, n’est pas sans portée pratique.

Des limites des systèmes hypothético-déductifs comme « systèmes flottants »

26Nous avons vu que deux méthodologies s’opposent. L’une, opérationnaliste, suppose d’établir des correspondances étroites et directes entre les termes théoriques et les observations. L’autre, déductive, admet une correspondance indirecte entre ces deux types d’éléments. Si la première méthode a pour conséquence une réduction drastique du degré d’abstraction du vocabulaire scientifique, l’autre ne va pas non plus sans poser problème à l’activité scientifique telle qu’elle se fait.

27Dans les deux cas, les règles choisies déterminent le calcul, c’est-à-dire les opérations que l’on peut mener à l’intérieur d’un système pour des règles données. Or la méthode déductive établit une relation lâche entre les termes élémentaires et les termes abstraits. Avec la méthode déductive,

le calcul est d’abord construit comme flottant dans les airs ; la construction commence par le haut et ajoute des niveaux de plus en plus bas. Finalement, par les règles sémantiques, le niveau le plus faible est ancré au socle solide des faits observables. Ces lois [celles définies à l’intérieur du système], qu’elles soient générales ou spéciales, ne sont pas directement interprétées ; seuls les énoncés particuliers peuvent être directement interprétés. Pour les termes les plus abstraits, les règles déterminent seulement une interprétation indirecte, qui est […] incomplète […]. (Carnap 1939, p. 65, nous soulignons)

  • 16 Et c’est bien ce flottement que Leontief désire éliminer.

28Cette conclusion de Carnap est fondamentale pour l’épistémologie des sciences empiriques car la méthode déductive, où la « construction commence par le haut » (par les termes théoriques), a pour effet de laisser un espace d’indétermination et d’interprétation entre la théorie et l’observation : le système théorique est dit « flottant »16. Ce qui donne lieu à une interprétation directe (en termes élémentaires), ce ne sont ni les lois ni les termes théoriques (primitifs), mais les énoncés singuliers auxquels on aboutit par des chaînes de déduction. Pour illustrer ce problème, nous pouvons citer en exemple les études macroéconométriques comme celles de Lawrence Klein, qui relèvent clairement de la seconde méthode : partant d’un ensemble de termes abstraits (propension marginale à consommer, préférence pour la liquidité, etc.) et de lois (la fonction de consommation, d’investissement, etc.), il peut déduire une série d’énoncés singuliers donnant lieu à une corroboration empirique (par exemple, réaliser des prévisions économiques). Mais, comme le note Klein,

étant donné le nombre fini des données disponibles pour le test des différents modèles économiques […] il n’est pas encore possible de sélectionner un modèle unique. Plus d’un modèle est cohérent avec les données observées […]. Le lecteur est libre de choisir parmi les modèles, chacun reposant sur des hypothèses différentes […]. (1947, p. 112)

29La théorie flotte, et l’interprétation de la théorie n’est pas univoque. Les hypothèses ne sont pas directement testables, et plus d’un ensemble d’hypothèses peut rendre compte des données disponibles.

  • 17 Nous pouvons penser à la méthode employée par Tinbergen et Klein, consistant à sélectionner un ens (...)

30En s’écartant de l’opérationnalisme, on ne peut pas formuler une interprétation complète des termes scientifiques. En effet, admettre des termes tels que les termes dispositionnels exige non plus d’employer des définitions explicites mais d’autres procédures, qui sont alors des « règles de correspondance ». Ces règles d’emploi d’un terme ne permettent plus alors de spécifier des conditions nécessaires et suffisantes, ce qui ouvre un champ immense à l’interprétation17. Si ces règles permettent de construire des langages plus complexes, le choix du niveau de complexité est avant tout une question pratique. Inversement, si seuls les termes pouvant recevoir des définitions explicites sont admis, alors la complexité du langage est minimale. C’est le langage noté L0 par Carnap. Dans un tel langage L0, il n’est pas possible d’employer des énoncés universels (car on ne peut observer tous les cas), c’est-à-dire des énoncés ayant la forme de lois. En effet, dans ce contexte, une loi conduit à inférer à partir d’observations passées des prévisions hors de son domaine d’application légitime (ce qui est observé). On ne peut donc l’admettre dans un langage L0 comme un énoncé ayant une signification empirique : on interprète alors une loi comme une règle d’inférence, qui permet de formuler des énoncés. C’est à ce statut que correspond la constance des coefficients techniques dans le modèle de Leontief. À ce sujet, celui-ci précise :

On a parlé très souvent de coefficients constants. Mais du point de vue mathématique, cela signifie seulement que les coefficients sont des paramètres du modèle et non des variables inconnues. Or, un paramètre n’est pas nécessairement fixe, il peut varier dans le temps. Il peut changer. (Leontief, dans Rosier 1986, p. 104)

31Ce qui est en jeu avec la méthodologie de Leontief est un problème largement étranger à l’épistémologie hypothético-déductive, à savoir le degré d’abstraction du vocabulaire scientifique et le degré de complexité des énoncés formulés. C’est dans cette question du choix de la complexité du langage scientifique, que se trouve la raison, selon nous, pour laquelle Leontief a proposé des modèles qui, pour beaucoup d’économistes, ont semblé des simplifications – et dont ils ont proposé d’innombrables versions « généralisées ». Mais c’est ignorer que Leontief a délibérément établi une épistémologie limitant drastiquement la complexité du langage scientifique. Cette préoccupation est sensible dans la plupart de ses publications méthodologiques. C’est le cas dans son article (1937b) contre l’usage des « définitions implicites » par les économistes cambridgiens, à commencer par Richard Kahn, Joan Robinson et Keynes. Ou encore dans son article sur les agrégats et les indices (1936c) montrant comment la macroéconomie introduit par ce biais des termes sans pertinence théorique ou statistique. Dans un cas comme dans l’autre, les défauts méthodologiques associés à l’introduction de termes abstraits, outre leur portée empirique limitée, conduisent à identifier des contradictions logiques. L’abstraction, comme les procédés économétriques, est souvent un palliatif au manque de données, voire à l’impossibilité d’observer directement. Plutôt que de garder le silence sur ce dont on ne sait rien, en attendant de développer les dispositifs d’observation et de mesure appropriés, une stratégie courante est l’introduction d’hypothèses et de concepts inobservables. Ces concepts sont « comme des fantômes », « on ne peut pas les saisir » (Leontief, dans Rosier 1986, p. 100) :

Keynes fut un grand artiste pour réussir à introduire [des fantômes]. Il y eut un autre grand artiste, ce fut Marx. Tous deux ont développé de grandes écoles. Pour avoir une grande école, la meilleure façon est de formuler quelque chose avec ambiguïté. Et tout le monde va l’interpréter. Mais lorsque vous faites quelque chose de tout à fait clair, personne ne l’interprétera. On pourra seulement l’utiliser ou le développer, en montrant quelques erreurs théoriques. (ibid.)

32Avec son analyse méthodologique et son dispositif input-output, Leontief place la théorie économique en amont de l’analyse empirique et favorise les mathématiques. Toutefois, il prévient que la formalisation mathématique, bien que nécessaire, quand elle va seule, « échoue à produire des résultats factuels incontestables et supérieurs d’une manière évidente à ceux obtenus par les méthodes récursives traditionnelles reposant sur le soi-disant bon sens de l’intuition. Dans une science empirique, rien ne compte finalement que les découvertes empiriques » (1953a, p. 1). Ce qui est en question, c’est la possibilité d’y parvenir par la méthode déductive.

Notes

1 On peut attribuer à un énoncé théorique différentes valeurs de vérité, par exemple vrai, faux, corroboré, etc.

2 Dans l’exemple exposé précédemment de l’économétrie de l’offre et de la demande, les paramètres U et V introduits par Frisch, qui expliquent les déplacements des courbes d’offre et de demande, ne sont pas observables. Autres exemples : ni les préférences des consommateurs ni leur rationalité ne sont observables. Ce qui est observable en revanche, ce sont les choix des consommateurs (Samuelson et la théorie des préférences révélées) ainsi que les quantités de chaque bien consommé (Leontief et les coefficients de consommation).

3 Par comparaison avec la discipline de référence du paradigme koopmansien, la physique, la proportion est de 12 % dans les revues académiques de référence (T. Morgan 1988, p. 163).

4 Voir aussi Blaug 1994, p. xiv-xvi, et T. Morgan 1988. Plus récemment, une inversion de la tendance semble se produire, amenant à parler de « tournant empirique en économie » (voir Angrist et Pischke 2013, et Cherrier 2016).

5 L’abandon de l’économétrie par les macroéconomistes dans les années 1980 à la suite de la critique de Lucas et de la critique de Sims sera d’autant plus aisé que celle-ci n’était pas entrée dans les mœurs des théoriciens.

6 Plus généralement, une définition explicite donne les conditions nécessaires et suffisantes pour employer un terme. Typiquement, la définition explicite d’un triangle est « une figure plane et fermée, limitée par trois segments de droite ».

7 C’est cette synonymie qui fait dire à Leontief que les termes algébriques doivent « être remplacés » par des observations.

8 Notons que le fondateur de l’opérationnalisme, Percy Bridgman enseigne à Harvard à la même époque que Leontief, et les principaux protagonistes de la philosophie opérationnaliste se trouvent alors dans les universités de la côte Est américaine. C’est à l’université de Chicago et à Harvard que Rudolph Carnap discute de l’opérationnalisme. Carl Hempel est, quant à lui, l’assistant de Carnap à Chicago (1936-1939), avant de rejoindre d’autres universités, dont Harvard. Enfin, Nelson Goodman, autre protagoniste important de l’émergence et du déclin de l’opérationnalisme, est étudiant dans les années 1930, à Harvard, où il obtient un doctorat en 1941. Les analyses de l’opérationnalisme par Carnap, Hempel et aussi Goodman, comptent parmi les plus décisives. Cet épisode du néopositivisme est raconté par Pierre Jacob dans L’empirisme logique, ses antécédents, ses critiques (1980).

9 Le « système hypothético-déductif », comme l’appelle Popper (1973 [1934]), trouve une formalisation dans le modèle déductif-nomologique (D-N). Pour l’application du modèle D-N à l’économie, voir Lallement 2007.

10 Pour un exposé détaillé du problème des termes dispositionnels et des définitions explicites dans l’opérationnalisme de Leontief, voir Akhabbar 2007 et 2008.

11 Pour Goodman, cette question n’a bien sûr rien « d’un petit exercice grammatical tatillon » et sans l’élucider on ne peut prétendre « à une quelconque philosophie des sciences » (Goodman 1983 [1946], p. 3).

12 Nous suivons ici la traduction de Jacob 1980, p. 135.

13 Par la suite, Carnap ainsi que d’autres empiristes logiques comme Goodman vont toutefois continuer à explorer des voies alternatives à la méthode hypothético-déductive et au critère de testabilité associé, renouvelant les fondements épistémologiques de la démarche inductive. Ces travaux éclairent la démarche de ceux qui, comme Sims, emploient le raisonnement inductif.

14 Si l’on considère que les inputs sont substituables et que les rendements sont constants, alors il existe une fonction de production, homogène de degré un, φ(X1i, X2i, …, Xni) = Xi, avec Xi la quantité produite de bien i et Xki la quantité de bien k employée par le secteur j. En divisant chaque partie de l’équation par l’output Xi on obtient bien φ(X1i/Xi, X2i/Xi, …, Xni/Xi) = 1, or, par définition des coefficients techniques, Xki/Xi = aik, par conséquent on obtient en effet φ(a1i, a2i, …, ani) = 1.

15 Pour ces tableaux, voir respectivement Leontief 1936a, 1941, 1951.

16 Et c’est bien ce flottement que Leontief désire éliminer.

17 Nous pouvons penser à la méthode employée par Tinbergen et Klein, consistant à sélectionner un ensemble de modèles différents, tous compatibles avec les mêmes données.

Table des illustrations

Titre Figure 4. Le problème des choix des termes primitifs selon Carnap (1939)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search