Version classiqueVersion mobile

Wassily Leontief et la science économique

 | 
Amanar Akhabbar

Chapitre IV

Des méthodologies quantitatives concurrentes : quel empirisme pour la science économique ?

Texte intégral

Une grande partie de la théorie macroéconomique est séparée de manière excessive de l’observation empirique et, […] en conséquence, est prise plus sérieusement qu’elle ne devrait l’être. Dans une large mesure, c’est le résultat de l’échec du travail empirique à produire des faits dans une forme telle que la théorie puisse les appréhender. (Summers 1991, p. 144)

  • 1 À cette époque, la reconfiguration disciplinaire dans les sciences en général est autant sociologi (...)

1La force donnée à la théorie économique par les technologies numériques et les mathématiques aboutit, à la fin des années 1940, à une reconfiguration épistémologique au sein de la discipline1 : c’est la méthodologie hypothético-déductive des économistes théoriciens qui tient, dorénavant, le haut du pavé, et plus particulièrement l’économie mathématique. En dotant le courant dominant d’une méthodologie spécifique, le tournant épistémologique des années 1940-1950 n’évacue pas pour autant la tension fondamentale entre théorie et observation dans la discipline, où la question de la justification et de la légitimité est posée de manière continue. Nous revenons ici sur l’épisode central de cette reconfiguration, celui de la controverse de la « mesure sans théorie », et sur la manière dont Leontief y a contribué.

La controverse de la « mesure sans théorie »

2Si le courant dominant, qui émerge au sortir de la Seconde Guerre mondiale et donne naissance à la Synthèse néoclassique, avait un dogme épistémologique, ce serait celui énoncé par Koopmans (1957) dans ses Three Essays on the State of Economic Science [Trois essais sur l’état de la science économique]. En effet, c’est depuis la Cowles Commission, alors hébergée par l’université de Chicago, et où Koopmans est arrivé en 1944, que s’opère le tournant épistémologique de la discipline économique. À la fin des années 1940, les tenants d’un empirisme inductif, qui expriment souvent un scepticisme radical vis-à-vis de la théorie économique, notamment mathématique, sont attaqués frontalement par Koopmans, donnant lieu à la controverse dite de la « mesure sans théorie ». Alors qu’en économie, l’empirisme, avec son appareillage technoscientifique, est encore essentiellement entre les mains des « inductivistes », un retournement s’opère. La méthodologie de l’économie comme science empirique, que nous appellerons « empirisme » sans le confondre avec l’induction, est arrachée des mains des défenseurs de la statistique inductive par les tenants d’une approche hypothético-déductive.

  • 2 La méthodologie de Sims est difficile à décrire dans la mesure où elle ne relève pas de la pure in (...)

3Depuis les années 1920, Mitchell a fait du NBER l’organisation modèle de la recherche quantitative où le savant trouve « un laboratoire statistique, des appareils de calcul et […] une équipe de travailleurs de terrain » (Mitchell 1925, p. 2). Comme il le souligne, une telle recherche empirique nécessite des moyens qui dépassent le chercheur individuel et suppose la coopération d’agences privées et publiques. On a vu plus haut que, dans l’entre-deux-guerres, les agences de statistique économique et de recherche empirique en économie se sont multipliées et souvent sont créées sur le modèle du NBER ou de l’institut de la conjoncture économique de Harvard. L’attaque lancée dans les années 1940 par Koopmans contre ces approches inductives, signale la fin de leur influence jusqu’aux années 1970 et les travaux de Sims2 qui assumera l’héritage de Mitchell. Ce que Koopmans récuse c’est le profond scepticisme de ces approches vis-à-vis de la théorie économique. Pour lui, une enquête statistique qui n’est pas solidement appuyée sur un appareil théorique explicité depuis ses hypothèses et prémisses jusqu’à ses conséquences et théorèmes, n’a pas de valeur scientifique et ne peut ni informer sur le monde ni donner lieu à des tests rigoureux. En outre, cette théorie économique doit être formulée dans un modèle mathématique et s’appuyer sur la théorie des probabilités.

  • 3 Comme le synthétise Tinbergen dans son discours de Nobel, l’aller-retour entre modèles et tests éc (...)
  • 4 Dans l’esprit de Koopmans, parler de théorie économique, c’est parler en premier lieu de la théori (...)
  • 5 Mitchell meurt en 1948.

4Koopmans exprime cette doctrine épistémologique en 1947, dans un célèbre compte rendu intitulé « Mesure sans théorie » (« Measurement without theory »), du livre de Mitchell et Burns, Measuring Business Cycles. Ce principe méthodologique s’accompagne d’une exigence de réalisme des théories et des hypothèses à travers le développement de la méthodologie économétrique des tests (Koopmans 1949a)3. De fait, cette approche économétrique suppose de définir des principes théoriques4 exprimés dans un modèle mathématique : non seulement la théorie est première, mais elle va de pair avec la modélisation mathématique et la spécification d’hypothèses probabilistes pour décrire le comportement des variables (Koopmans 1947). C’est une fois le modèle formulé que l’économètre intervient pour la phase d’estimation et de test. Pour les économètres, l’époque n’est plus aux doutes du temps du problème de l’identification des courbes d’offre et de demande marshallienne : une méthodologie spécifique est développée et standardisée pour contourner le problème (voir Koopmans 1949b) et, surtout, l’économétrie connaît une véritable révolution scientifique avec l’introduction systématique de l’analyse stochastique, grâce aux travaux de Trygve Haavelmo. La position ferme de Koopmans s’appuie également sur le développement de l’économie mathématique. Toutefois, vue du NBER, cette révolution économétrique prend une tournure dogmatique. En effet, au NBER, l’économiste Rutledge Vining, à qui il est revenu de répondre à l’attaque de Koopmans5, synthétise cette doctrine en imaginant qu’il ait à présenter ses résultats empiriques au « Commissaire de la recherche Koopmans » :

« Où sont vos équations différentielles ? » [serait la première question du Commissaire Koopmans], et je devrais lui répondre que je n’en ai pas dont je puisse parler. La question suivante serait : « Où est votre argument montrant que le meilleur usage des données disponibles a été fait en lien avec les aspects les plus importants du phénomène étudié ? » ; et je me devrais de lui dire que je suis encore perplexe quant à l’aspect le plus important du phénomène que j’étudie. Ma liquidation en tant qu’enquêteur [scientifique] serait précédée par la reformulation de la question précédente, « Quelle est votre assurance que, dans ce que vous avez fait, vous n’avez pas perdu de l’information ? » ; ce à quoi je répondrais que j’ai bien la conviction que j’en ai perdu des pans entiers. Il n’y aurait alors aucun sens, pour le Commissaire, à examiner la puissance de mes tests. (Vining 1949a, p. 85-86)

5La caricature de Koopmans par Vining indique le sentiment de dogmatisme face à cette alliance nouvelle entre la théorie économique formalisée et l’économétrie. Toujours est-il que c’est là qu’est célébré le mariage flamboyant entre la théorie économique et l’observation, pour reprendre l’image de Desrosières, et cela pour les trois décennies suivantes.

Leontief et la « mesure sans théorie » : pour Koopmans

6Le désaccord de Leontief avec cette approche se fait sur la manière particulière d’articuler concepts et observations au sein de l’économétrie (voir Akhabbar 2010). Mais, pour commencer, relevons les points communs qui rapprochent Leontief de la méthodologie de la Cowles Commission, car ils ne sont pas négligeables. D’abord, comme Koopmans, Leontief affirme que la théorie est première et guide la recherche empirique et quantitative. À cet égard, Leontief est en accord avec Koopmans contre la démarche des économistes-statisticiens du NBER dont, après son bref passage en 1931, il garde le souvenir d’un lieu « où il y avait beaucoup d’information mais pas de théorie » et il raconte qu’il avait « alors organisé un petit groupe pour discuter de théorie. Mais c’était presque subversif et cela n’a pas duré longtemps » (Leontief, dans Rosier 1986, p. 83). Il considère que les travaux des membres du NBER, qui ont « culminé dans les statistiques du revenu national » de Kuznets, relèvent d’une démarche « développée parfois dans l’ignorance et souvent dans la défiance de la tradition de l’économie abstraite », démarche qu’il qualifie « d’empirisme radical » (Leontief  dir. 1953, p. 4-5). Il est important de retenir ce positionnement de Leontief en faveur de la théorie pour ne pas ensuite mésinterpréter sa critique de l’épistémologie de Koopmans.

7En outre, pour Leontief comme pour Koopmans, la théorie s’exprime dans le langage des mathématiques et de la modélisation en particulier. Dans son compte rendu de l’ouvrage de Koopmans, Three Essays (1957), Leontief souligne :

Les vertus évidentes de ce que [Koopmans] appelle la méthode postulationnelle peuvent difficilement être remises en question. Qui pourrait objecter contre l’énoncé clair des prémisses (ou postulats) sur lesquelles une chaîne spécifique de raisonnement déductif est établie ou contre la formulation concise des conclusions auxquelles elles mènent ? Nonobstant des voix dissidentes, il est aujourd’hui à peu près clair que ce type d’articulation logique est grandement facilité par l’utilisation du langage mathématique, notamment quand le nombre de variables engagées dans l’argument est grand et que la chaîne des déductions est longue et fragile. (Leontief 1958, p. 103-104, nous soulignons)

  • 6 Notons que dans l’article de Leontief reproduit ci-après, sa revue de la théorie économique se con (...)
  • 7 Sur « la signification de l’économie marxiste aujourd’hui », voir Leontief 1938.

8Le plus souvent, pour Koopmans comme pour Leontief, la clarification logique de la théorie économique renvoie à l’économie mathématique néoclassique et en particulier à la théorie walrassienne de l’équilibre général6. Mais si Koopmans a depuis longtemps rompu avec ses lectures de Marx, lectures de jeunesse, Leontief pense l’équilibre général walrassien avec Marx, en particulier les schémas de la reproduction (ou, inversement, il pense Marx à partir des équations de l’équilibre général de Walras)7. Quoi qu’il en soit, un schéma analytique, pour ne pas dire une théorie, est le préalable à l’enquête empirique. À la fin des années 1940, cette théorie est celle des modèles linéaires walrassiens. Au moment où éclate la controverse de la « mesure sans théorie », Koopmans, à la Cowles Commission (Chicago), et Leontief, au Harvard Economic Research Project (Cambridge), se trouvent d’ailleurs en contact étroit au sujet du développement des modèles linéaires de production, que ce soit les modèles input-output ou ceux de la programmation linéaire.

9La clarté logique n’est toutefois pas l’alpha et l’oméga de l’analyse économique. Pour Leontief comme pour Koopmans, la théorie doit être descriptive et explicative de la réalité. Dans les termes de Koopmans, il existe un impératif de réalisme des hypothèses comme de la théorie dans son ensemble : les conséquences et prévisions tirées du modèle, aussi bien que les prémisses et les hypothèses, doivent être réalistes. Néanmoins, comme nous le verrons, c’est sur la nature des règles de correspondance entre théorie et observation, et donc sur ce qu’il est entendu par « réalisme », qu’une divergence irréconciliable apparaît entre Leontief et Koopmans.

  • 8 À partir des années 1960, mais surtout 1970, Leontief sera de plus en plus explicitement en faveur (...)

10Pour autant, pour Koopmans comme pour Leontief, les modèles sont en mesure de seconder et de guider la politique économique. Sur ce point, Koopmans est plus explicite et insistant que Leontief qui, paradoxalement, quoi que discret sur le sujet8, est bien plus consulté et impliqué dans la politique économique américaine que Koopmans. Ce dernier a en tête aussi bien l’arsenal des politiques macroéconomiques de contrôle du cycle (les politiques dites keynésiennes) que la planification (depuis les outils de l’équilibre général pour le calcul socialiste jusqu’à la programmation linéaire). On comprend que Leontief est alors bien plus proche des positions de la Cowles Commission que de celles du NBER.

Leontief, la théorie et l’économétrie : les ambiguïtés de la méthode de la Cowles Commission

11Rapidement, néanmoins, Leontief se différencie de la méthodologie de la Cowles Commission, qu’il qualifie de « déductive » (Leontief 1937b) et qu’il faut entendre comme hypothético-déductive : certes la théorie est première et guide l’enquête empirique, mais, pour Leontief, les concepts introduits par la théorie doivent être soumis à un impératif d’observabilité et de mesurabilité qui se révélera bien plus contraignant que la méthode des tests économétriques. Dit autrement, la théorie ne doit pas perdre pied et se doit au contraire de rester terre à terre. Or Leontief se méfie du tropisme mathématisant des économistes de la Cowles. C’est dans cette perspective que Leontief s’inquiète de l’engouement des membres de la Cowles Commission pour ses modèles intersectoriels, craignant qu’ils n’en gardent que les formalismes mathématiques et les enjeux théoriques en délaissant la collecte et l’organisation des données input-output ainsi que la recherche de résultats empiriques. Et c’est d’ailleurs ce qui se produit.

De la théorie pure à la Cowles Commission

  • 9 Pour les travaux évoqués ici, voir Arrow 1951, Georgescu-Roegen 1950, Koopmans (dir.) 1951, McKenz (...)

12À la Cowles Commission, avec Koopmans, Kenneth Arrow, Gérard Debreu, Lawrence Klein, Leonid Hurwicz, Lionel McKenzie, en particulier, et dans ses réseaux proches, où l’on retrouve Samuelson, Solow, et quelques autres, le modèle de Leontief est en effet étudié comme un pur modèle mathématique et théorique. Le premier sujet d’étude des économistes-mathématiciens de la Cowles est l’étude des propriétés formelles du modèle de Leontief et de ses variantes. Ces problèmes mathématiques et théoriques deviennent un enjeu à part entière, indépendamment de toute question de mesure et de statistique. C’est ainsi, à titre d’exemple, que Simon Hawkins et Herbert Simon établissent un théorème important indiquant les conditions formelles pour lesquelles, étant donnée la matrice structurelle des coefficients techniques d’une économie, cette économie est viable et est en mesure de se perpétuer ; par ailleurs, chacun de leur côté, Samuelson au MIT (et en relation étroite avec Leontief et la Cowles Commission), et Georgescu-Roegen au Harvard Economic Research Project (de Leontief), établissent le résultat évoqué plus haut sur la possibilité de substitutions entre les inputs dans un modèle input-output caractérisé par des technologies à coefficients fixes, résultat connu comme le théorème de non-substitution ; ce théorème est repris et généralisé par Koopmans ainsi qu’Arrow ; d’autres théorèmes encore, de Solow et Samuelson notamment, portent sur la stabilité de la solution du modèle input-output dynamique ; citons également les très nombreux théorèmes établis à partir de « modèles de Leontief généralisés » et dont il est démontré que la structure mathématique, à savoir celle de la programmation linéaire, est formellement équivalente à celle de la théorie des jeux9. Cette époque est particulièrement riche pour l’économie mathématique et, quoique cela ait été oublié aujourd’hui, la méthode input-output – ou plutôt le modèle input-output – comptait parmi les préoccupations des happy few gravitant autour de la Cowles Commission. Debreu se souvient que dans la décennie ouverte par la publication par Von Neumann et Morgenstern de leur Theory of Games and Economic Behavior en 1944,

de puissants stimuli intellectuels provinrent de bien d’autres directions. Outre le livre de Von Neumann et Morgenstern, l’analyse input-output de Leontief, les Foundations of Economic Analysis de Paul Samuelson, l’analyse d’activité de la production de Tjalling Koopmans et l’algorithme du simplexe de George Dantzig étaient des sujets fréquents de discussion, en particulier à la Cowles Commission que j’ai rejointe au premier juin 1950 […]. (Debreu 1984, p. 267)

13Tandis que les résultats en mathématiques appliquées et en économie mathématique se multiplient dès la fin des années 1940, leur interprétation et leurs enjeux en termes de théorie économique se révèlent au fur et à mesure dans les années 1950, préparant l’affrontement entre néoclassiques et néo-ricardiens lors de la controverse du capital dans les années 1950-1960. En effet, pour Samuelson (1957, 1959a, 1959b), les développements théoriques à partir des modèles input-output, de la programmation linéaire et de la théorie de l’équilibre général, conduiraient à l’établissement d’un impérialisme walrassien dans la théorie économique : cette dernière serait unifiée dans le langage mathématique des modèles linéaires et permettrait d’établir une hiérarchie analytique faisant de la théorie classique, de Ricardo à Leontief en passant par Marx, un cas particulier de la théorie de l’équilibre général.

  • 10 Voir Morgan 1990, Mirowski 2000, Armatte 2010.
  • 11 Cowles Commission où, d’ailleurs, ce n’était pas de l’économétrie appliquée à des données statisti (...)

14On le voit, entre les mains des économistes-mathématiciens du MIT ou de la Cowles Commission, la question de l’observation, de la mesure, des tests et de l’économétrie, passe en arrière-plan pour laisser libre champ à la pensée théorique. Même si ces économistes ont en commun de considérer que la théorie et ses hypothèses doivent être réalistes, la mesure et l’application de tests à ces théories est reléguée au domaine de l’économétrie qui, semble-t-il, n’est plus celui de la Cowles (voir Armatte 2010). On ne trouve donc pas, ou rarement, d’étude empirique et de recherche ou d’application des modèles à des données. De fait, et comme cela a été relevé à plusieurs reprises10, après la controverse de la « mesure sans théorie », la question économétrique disparaît progressivement des travaux de la Cowles Commission11 au profit de l’économie pure, théorique et mathématique. Alors que la puissance de l’économétrie est un argument central de Koopmans, contre le NBER, pour fonder la légitimité scientifique des modèles théoriques dans une perspective de testabilité, dans les faits, l’arrivée de Koopmans à la direction scientifique de la Cowles au temps de la controverse y marque le déclin des travaux économétriques. Ce n’est pas là que se développera la macroéconométrie dans l’après-guerre.

L’économétrie sans mesure

  • 12 De la fin des travaux de Tinbergen à la SDN en 1938 au retour de Klein aux États-Unis en 1958 et s (...)

15Cette transformation de la Cowles Commission est surprenante à plus d’un titre, tant l’économétrie était au cœur de son projet scientifique depuis sa fondation en 1932. Elle était apparue comme le principal allié de l’Econometric Society au point que la devise choisie par Alfred Cowles était « science is measurement » (la science est la mesure). Mais, en 1952, sous la direction scientifique de Koopmans, cette devise devient « theory and measurement » (théorie et mesure). De plus, Koopmans est loin d’être étranger à la macroéconométrie, lui qui, avant d’émigrer aux États-Unis en juin 1940, a été proche de Frisch et de Tinbergen. Ce dernier était d’ailleurs son référent pour les aspects économiques de sa thèse de doctorat à l’université de Leiden. Plus encore, en 1938, Koopmans a pris la suite de Tinbergen à la section financière de la Société des Nations, à Genève, pour construire un modèle macroéconométrique de l’économie britannique, similaire à celui développé par Tinbergen pour l’économie américaine. Engagé par Marschak à la Cowles Commission en 1944, Koopmans est mandaté pour poursuivre son travail macroéconométrique. Néanmoins, il se tourne essentiellement vers les problèmes de théorie économétrique posés par la modélisation économétrique, comme ceux liés à l’estimation de systèmes d’équations simultanées et au problème de l’identification (voir Koopmans 1949b). Toutefois, Marschak finit par recruter Klein, dont la thèse a été dirigée par Samuelson au MIT, pour (enfin) remettre sur les rails le projet macroéconométrique initié par Tinbergen. Mais après quelques années à la Cowles, Klein part rejoindre le NBER puis l’université du Michigan où il trouve vraisemblablement une atmosphère plus propice aux travaux empiriques (voir Pinzon-Fuchs 2018). Aussi, dans l’après-guerre, après près de deux décennies de suspension – qui ont certes permis la maturation de la théorie économétrique (notamment avec Haavelmo) –, la macroéconométrie reprend là où Tinbergen l’avait laissée à la fin des années 1930. Cette reprise se fait notamment avec les travaux de Klein et d’Arthur Goldberg à l’université du Michigan, avec le modèle Klein-Goldberg, puis ceux de Klein à partir de 1958 à l’université de Pennsylvanie, les Wharton Models, et aussi, en Europe, avec les travaux de Frisch, de Tinbergen et de Stone. Toutefois, entre 1938 et 195812, alors que la méthodologie économétrique de la Cowles Commission se met en place, le programme macroéconométrique semble stagner, comme s’il n’était pas une préoccupation centrale et, à la Cowles, il ne l’était pas. Depuis la mobilisation par Koopmans de la modélisation et de l’économétrie contre la méthode statistique du NBER, jusqu’au départ de Klein, en passant par l’hyper-formalisation des « modèles généralisés de Leontief » de la Cowles, c’est l’ambivalence profonde de la notion de réalisme et la tension entre « réalisme et rigueur » qui sont mises au jour.

Analyse input-output et macroéconométrie : l’époque de Klein, Leontief et Stone

16Avant de revenir sur la manière dont les économistes de la Cowles ont reçu et interprété la méthode de Leontief, arrêtons-nous brièvement sur cet épisode où se mêlent analyse input-output et macroéconométrie. Notre récit, très bref et sans doute trop bref, appelle quelques remarques. Notons d’abord que la période 1938-1958, durant laquelle la macroéconométrie a connu une certaine éclipse, est celle durant laquelle les travaux input-output de Leontief émergent et connaissent une diffusion à grande échelle. Il n’y a vraisemblablement pas de lien entre l’un et l’autre mouvement, chaque approche bénéficiant du soutien des mêmes forces sociales, à savoir une demande sociale croissante pour des technologies numériques économiques, que ce soit dans le cadre du contrôle de la conjoncture économique, de l’organisation de l’économie de guerre, de la reconstruction et de la planification du développement économique. Durant ces deux décennies, et pour emprunter une formule de Bruno Latour, « un immense mouvement social parcours le corps social afin de reconstruire le Léviathan » (2001, p. 42). Ce mouvement porte, dans un premier temps, l’analyse input-output – terme qui n’est d’ailleurs pas de Leontief lui-même mais des administrateurs américains qui développent son dispositif pendant la guerre – puis, dans un second temps, la macroéconométrie (voir Desrosières 2000).

17Une seconde remarque s’impose à la suite de celle-ci, à propos des relations entre macroéconométrie et analyse input-output. Rapidement, la perspective macroéconomique et celle input-output sont amenées à se rejoindre, d’abord à travers la constitution d’une comptabilité nationale à même de mettre ensemble la comptabilité du revenu national et le tableau intersectoriel. Ce sera là l’une des contributions majeures de Stone depuis le Department of Applied Economics de l’université de Cambridge en Grande-Bretagne, département créé à l’initiative de Keynes. Cette intégration, Stone la met en œuvre d’abord dans le cadre du système de comptabilité nationale de l’ONU et celui de l’OECE (l’Organisation européenne de coopération économique, future OCDE), dans le contexte du plan Marshall et ses suites (Stone 1961). Ce travail donne naissance aux « make tables » et « use tables » ainsi qu’aux matrices de comptabilité sociale (social accounting matrices).

  • 13 Le développement économique est en effet conçu comme un processus multisectoriel de passage d’une (...)

18La suite de cette articulation entre la cadre macroéconomique de la comptabilité nationale et celui du tableau input-output passe par le développement d’une macroéconométrie multisectorielle. Parmi les contributeurs de cette dernière démarche, on retrouve Stone et ses modèles calculables multisectoriels ainsi que Tinbergen, Frisch et, parmi la nouvelle génération, Leif Johansen (en Norvège) ou encore Dale Jorgensen (aux États-Unis). Cette coopération entre macroéconométrie et analyse input-output se retrouve également dans la naissance de l’économie du développement où des auteurs comme Hollis B. Chenery (1959, 1999), mais aussi Tinbergen (1967) et Alfred O. Hirschman (1958) combinent des raisonnements macroéconomiques à des modélisations et des enjeux multisectoriels input-output13.

19Pourtant, à la Cowles Commission, où se réalise le tournant épistémologique dans ces années d’après-guerre, il n’est rapidement plus question de macroéconométrie, d’économie du développement, d’analyse input-output et encore moins de comptabilité nationale. C’est là, néanmoins, à la Cowles, que se forme le noyau dur de la théorie économique, autour de la théorie paréto-walrassienne de l’équilibre général. En dépit de la défense par Koopmans du réalisme des hypothèses théoriques et de la démarche économétrique, Leontief souligne la contradiction introduite par l’hyper-abstraction assumée des travaux de la Cowles Commission.

La controverse sur la constance des coefficients techniques

20Dans son essai « Les mathématiques dans la science économique », Leontief commence par établir un état des lieux de la théorie économique de son temps. Il l’identifie à celle du programme néo-walrassien d’après-guerre, la même que l’on trouve chez Samuelson comme du côté de la Cowles Commission avec Koopmans, Arrow, Debreu, notamment. La formulation mathématique de la théorie (en équilibre général) est au cœur de ce programme. Pour Leontief, la clarification logique par les mathématiques, si elle est nécessaire, puisque les mathématiques sont le langage de l’économie, n’ajoute rien au contenu empirique de l’analyse économique. Aussi, il reproche aux économistes-théoriciens dont Koopmans est devenu le porte-parole, leur emballement pour la pensée déductive mathématique :

Imaginons qu’il soit donné à une équipe de mathématiciens et de logiciens la tâche immense de réviser toute la littérature économique des trois dernières décennies avec la consigne précise d’en corriger les négligences et d’en éliminer les arguments incohérents, d’en revoir les termes mal définis et, à chaque fois que cela s’avère nécessaire, de rectifier les conclusions qui en ont été tirées. Il en résulterait un ensemble théorique dont la logique serait certifiée qui, je crois, différerait très peu dans son contenu opérationnel de ce dont nous disposons aujourd’hui, c’est-à-dire que son utilité immédiate pour l’explication des faits observés serait à peu près la même. (Leontief 1958, p. 104, nous soulignons)

21Si, comme Koopmans, Leontief conçoit l’économie dans la perspective néopositiviste des sciences empiriques et est en faveur de sa mathématisation, il conçoit très différemment la relation entre le théoricien et le statisticien, entre la théorie et l’observation. Contre la division du travail proposée par Koopmans, il considère que l’économiste doit se soucier à la fois de la mesure et de l’observation pour construire des modèles mathématiques dont les concepts sont effectivement observables.

22Du côté de la Cowles et des économistes-mathématiciens qui en sont proches, la méthodologie mise en avant par Leontief semble bien trop contraignante et restrictive. Les attaques répétées de Leontief contre la méthodologie de la Cowles, donnent lieu à une réponse cinglante, à la suite de la parution, en 1953, du premier volume des travaux du Harvard Economic Research Project, Studies in the Structure of the American Economy (Leontief dir. 1953). Les comptes rendus de l’ouvrage publiés par Arrow, Klein et Hurwicz relèvent du règlement de compte. Ils sont à resituer dans le contexte post-controverse de la « mesure sans théorie ». La méthodologie de la Cowles s’impose et est en passe de devenir le dogme qu’elle sera pour les trois décennies suivantes. Mais pour Klein, c’est plutôt Leontief qui fait preuve de dogmatisme en rejetant la méthode économétrique :

Leontief a des idées fortes à propos du bon cours de la recherche quantitative en économie et un faible niveau de tolérance pour les méthodes alternatives. Il se prononce en faveur d’études empiriques soigneuses et de grande envergure, mais veut qu’elles soient basées sur des observations et des mesures directes et non sur [les] méthodes indirectes d’inférence statistique [de l’économétrie]. (1953, p. 206)

  • 14 D’un point de vue théorique, si les coefficients techniques des matrices input-output étaient effe (...)

23Les actuels ou anciens membres de la Cowles examinent alors le dispositif input-output sous l’angle du paradigme koopmansien. Un point particulier attire leur attention : l’hypothèse, par Leontief, de constance des coefficients techniques. D’un point de vue théorique, cette hypothèse, d’abord formulée par Walras, a longtemps été discutée. Elle a été profondément révisée par les récents théorèmes de non-substitution de Samuelson (1951) et de Georgescu-Roegen (1950). Elle n’est dorénavant considérée que comme un cas très particulier14. D’un point de vue statistique, cette hypothèse revient à considérer que le seul point observé, le coefficient technique mesuré à un moment donné, représente sa seule valeur possible, qui peut être considérée comme stable et donc « structurelle ». On en revient alors à la distinction par Frisch entre ce qui est confluent, c’est-à-dire le résultat de processus complexes (comme l’équilibre entre l’offre et la demande), et ce qui est structurel (les données techniques et les préférences notamment). Or, un coefficient technique dans le tableau input-output pourrait être considéré comme un agrégat qui reflète le choix effectué à un moment donné entre différents processus de production : si les prix changeaient, ou la demande finale, ou encore les ressources rares disponibles, alors la combinaison entre ces processus changerait et avec elle la valeur des coefficients techniques. Le coefficient technique exprimerait donc une relation confluente et ne pourrait être considéré, comme Leontief le fait, comme une relation structurelle. Grâce à la pensée abstraite et, en l’occurrence, la modélisation par la programmation linéaire du choix des combinaisons optimales entre différents processus techniques, il serait possible d’expliquer les coefficients techniques comme le résultat d’un processus économique de minimisation des coûts à techniques données.

24Dans cette perspective confluent / structurel, Leontief se contenterait d’extrapoler à partir d’une valeur unique en traçant une droite représentant la relation linéaire entre la quantité requise d’inputs et la quantité d’outputs. Cette inférence serait-elle abusive ? Du point de vue de Leontief, l’information disponible est bien celle du tableau entrées-sorties, c’est-à-dire, pour chaque branche, un ensemble unique de coefficients techniques, et non pas les données détaillées des coefficients techniques pour chaque processus technique mis en œuvre. On en revient alors au problème déjà rencontré : comment établir une relation entre des éléments observés (les coefficients techniques mesurés par le tableau) et des éléments non observés (les valeurs des coefficients techniques des différents processus technologiques mis en œuvre dans chaque secteur) ? La réponse de l’économétrie, nous la connaissons, consiste justement à postuler une relation hypothétique, à en estimer les paramètres à partir des données disponibles, et à en évaluer la pertinence par des tests statistiques. C’est la méthode de « l’inférence indirecte », dans le vocabulaire de Leontief. Mais, pour ce dernier, il n’est pas légitime d’inférer des relations inobservables à partir d’éléments dont certains sont eux-mêmes inobservables. Leontief fera preuve d’une animosité constante vis-à-vis de l’économétrie et c’est en ces termes qu’il parle, trente ans plus tard, du processus économétrique d’estimation d’une fonction de production :

Il est important du point de vue méthodologique d’interpréter l’économétrie moderne. Dans [la théorie économique], on dit : donnez-moi des fonctions de production, donnez-moi les goûts des consommateurs et je peux dériver mathématiquement les prix et les niveaux de production. Les économètres typiques renversent le processus. Ils observent des séries de prix et de production, les seules qui dans [la théorie] sont tenues pour des inconnues… Et ils considèrent au contraire comme inconnus la forme des fonctions de production et les goûts des consommateurs. C’est une entreprise insensée parce que, si vous avez, par exemple, un système de dix équations linéaires avec dix variables, vous avez cent paramètres. Alors essayer de trouver les paramètres lorsqu’on donne les valeurs est quelque chose de fou. Aussi les économètres commencent-ils par choisir des fonctions dont le nombre de paramètres est limité. Mais du point de vue de la logique, ces opérations sont insensées. Pourquoi font-ils cela ? Parce que cela leur évite d’aller observer. C’est beaucoup plus élégant d’observer les prix et d’en déduire la forme de la fonction de production… Je pense que c’est un manque de conscience méthodologique. Ils ne sont pas conscients de ce qu’ils font. Ils ne sont plus maîtres de leur propre méthode. (Leontief, dans Rosier 1986, p. 104, nous soulignons)

25Si, d’un point de vue théorique, les coefficients techniques sont le résultat d’un processus de minimisation des coûts étant données des techniques disponibles, on en revient, pour leur estimation économétrique, au problème de l’identification. Or, pour Leontief, l’économiste ne dispose pas encore d’explication du processus déterminant le choix des techniques et donc les coefficients techniques. Une formulation plus complexe des coefficients ramènerait aux problèmes déjà soulignés de l’économétrie, considérée comme une impasse. Il faut se contenter de mesurer les coefficients techniques et les considérer comme un paramètre structurel du modèle.

Vers une critique générale de l’économétrie ?

  • 15 Sims a toutefois une vision pluraliste de la théorie économique et de la méthodologie et, dans cet (...)

26Cette critique de l’économétrie, Leontief l’avait déjà formulée dans les années 1930 et détaillée dans un article méthodologique à la fin des années 1940 (Leontief 1948c). Il n’est d’ailleurs pas complètement isolé dans cette attitude critique. À partir des années 1980, dans la foulée de la critique de Lucas et de la critique de Sims, la macroéconomie se débarrasse de l’économétrie et, avec elle, du critère de testabilité de la théorie. À la place, elle s’engage soit dans la démarche instrumentaliste de Lucas, soit dans la perspective statistique inductive à la manière des modèles VAR de Sargent et Sims15. Cette époque marque la fin du quasi-monopole de la doctrine koopmansienne réfutationniste et ouvre une ère de pluralisme méthodologique où se concurrencent, et parfois coopèrent, différentes approches. Parmi ces dernières, on trouve la calibration associée à la macroéconomie d’équilibre général et les statistiques des séries temporelles des modèles VAR, auxquelles s’ajoutent notamment la méthodologie bayésienne défendue par Edward Leamer ainsi que la modélisation économétrique de David F. Hendry.

  • 16 Sur la méthodologie des tests de Neyman et Pearson en économétrie, voir notamment Desrosières 1993 (...)
  • 17 Comme le souligne Francesco Sergi (2017), pour Lucas comme pour Sargent, il convient de « traiter (...)

27En macroéconomie, la critique de l’économétrie s’est généralisée à partir des années 1980. Dans son discours Nobel, Sims (2011) rappelle comment le programme koopmansien et l’économétrie associée, celle d’Haavelmo, contiennent deux limites qui en sapent les fondations. D’une part, il s’agit du choix, infructueux, par Haavelmo, des statistiques fréquentistes de l’approche du test des hypothèses par Neyman et Pearson16 et, d’autre part, de l’exogénéité des variables de politique économique plutôt que leur introduction comme des variables aléatoires dotées d’une distribution de probabilité. À cela s’ajoute la disproportion, dans les modèles macroéconométriques, entre le nombre très grand de paramètres à estimer – des centaines ou des milliers – et les données disponibles limitées. Cette disproportion amène les macroéconomètres à introduire, dans leurs modèles, des hypothèses conventionnelles non explicitées et à procéder à des « ajustements ad hoc des méthodes d’estimation » (2011, p. 11). Le résultat de ces ajustements est que ces modèles « ne pouvaient pas être pris au sérieux […], même par ceux qui les construisaient et les estimaient » (ibid.). On ne saurait trop insister sur la crise profonde que connaît l’économétrie dans les années 1980 et la transformation radicale sur laquelle elle débouche par la suite pour la macroéconomie empirique. Mais si à la calibration correspond l’instrumentalisme de Lucas17, et si aux modèles VAR de Sims correspond l’inductivisme, ou mieux, une démarche abductive, à quelles règles épistémologiques correspond le dispositif input-output de Leontief ?

Notes

1 À cette époque, la reconfiguration disciplinaire dans les sciences en général est autant sociologique et politique qu’épistémologique. Pour une perspective de sociologie des sciences (ou qui s’en rapproche) sur ces années 1940, voir notamment Dahan et Pestre 2004, Mirowski 2001, Porter 1995, Armatte 2010, Morgan 2012 ; mais aussi, dans une perspective de philosophie des sciences, voir Lyotard 1979 et Hottois 2004. Dans notre essai, nous nous concentrons sur les enjeux méthodologiques des développements de la discipline économique (voir aussi Akhabbar 2010).

2 La méthodologie de Sims est difficile à décrire dans la mesure où elle ne relève pas de la pure induction mais plutôt d’une démarche statistique inductive guidée par un modèle mathématique formé d’un système d’équations interdépendantes : le modèle n’est pas, néanmoins, le produit d’une déduction à partir des axiomes d’une théorie et peut être décrit, d’une certaine manière, comme un modèle sans théorie. Pour Duo Qin (2011), toutefois, la méthodologie des modèles VAR de Sims s’inscrirait en continuité avec la tradition économétrique de la Cowles.

3 Comme le synthétise Tinbergen dans son discours de Nobel, l’aller-retour entre modèles et tests économétriques permet « d’arriver à un degré satisfaisant de réalisme de la théorie contenue dans le modèle » (1981, p. 17).

4 Dans l’esprit de Koopmans, parler de théorie économique, c’est parler en premier lieu de la théorie du choix rationnel, c’est-à-dire de « théories du comportement économique de l’homme » (1947, p. 172).

5 Mitchell meurt en 1948.

6 Notons que dans l’article de Leontief reproduit ci-après, sa revue de la théorie économique se concentre pour l’essentielle sur la tradition walrassienne.

7 Sur « la signification de l’économie marxiste aujourd’hui », voir Leontief 1938.

8 À partir des années 1960, mais surtout 1970, Leontief sera de plus en plus explicitement en faveur de la planification économique indicative, y compris dans les économies de marché (voir Leontief 1974 et Rosier 1986).

9 Pour les travaux évoqués ici, voir Arrow 1951, Georgescu-Roegen 1950, Koopmans (dir.) 1951, McKenzie 1957, Samuelson 1951.

10 Voir Morgan 1990, Mirowski 2000, Armatte 2010.

11 Cowles Commission où, d’ailleurs, ce n’était pas de l’économétrie appliquée à des données statistiques concrètes qui était pratiquée, mais la méthodologie et la théorie économétrique.

12 De la fin des travaux de Tinbergen à la SDN en 1938 au retour de Klein aux États-Unis en 1958 et sa reprise de la modélisation macroéconométrique avec les Wharton models.

13 Le développement économique est en effet conçu comme un processus multisectoriel de passage d’une économie dominée par l’agriculture et l’exploitation des ressources naturelles à une économie industrialisée.

14 D’un point de vue théorique, si les coefficients techniques des matrices input-output étaient effectivement fixes alors, au cours d’une année donnée, les biens consommés n’auraient pu être produits que d’une seule et unique manière. Ce qui est en jeu en outre, c’est la théorie de la productivité marginale, et donc le mode de répartition du revenu : en simplifiant, elle peut s’appliquer quand les coefficients sont variables mais pas quand ils sont fixes.

15 Sims a toutefois une vision pluraliste de la théorie économique et de la méthodologie et, dans cet esprit, envisage souvent un même problème selon différentes approches. Il est un des rares économistes à défendre et pratiquer un pluralisme méthodologique (voir, par exemple, Sims 1996).

16 Sur la méthodologie des tests de Neyman et Pearson en économétrie, voir notamment Desrosières 1993 et Armatte 2001. Au sujet des tests économétriques d’hypothèses, Jean-Marie Dufour montre « que certaines des méthodes statistiques et économétriques les plus utilisées sont fondamentalement inappropriées pour les problèmes et modèles considérés, tandis que de nombreuses hypothèses, pour lesquelles des procédures de test sont communément proposées, ne sont en fait pas du tout testables. De telles situations conduisent à des problèmes statistiques mal posés » (2001, p. 171, souligné dans le texte). Pour rendre testables certaines hypothèses, il faut les rendre plus contraignantes, ce qui amène Dufour à conclure : « Si jamais on vous reproche de faire des hypothèses trop contraignantes, il faut poser la question : “l’hypothèse générale que vous cherchez à tester est-elle testable ?” » (ibid., p. 186).

17 Comme le souligne Francesco Sergi (2017), pour Lucas comme pour Sargent, il convient de « traiter des résultats empiriques ambigus non pas comme une source de falsification mais comme une incitation à proposer des nouvelles procédures de test » (p. 108). De leur côté, malgré leur prétention au réalisme, les nouveaux keynésiens héritent des techniques et de la méthodologie de la modélisation des nouveaux classiques et se heurtent, selon la reformulation par Sergi de l’expression de Kundera, à « l’insoutenable légèreté des faits ». Dans cette dernière, « la revendication forte d’une modélisation fondée sur le réalisme des hypothèses pèse de façon insoutenable sur une pratique méthodologiquement trop frêle pour supporter une telle ambition » (ibid., p. 155).

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search