Version classiqueVersion mobile

Wassily Leontief et la science économique

 | 
Amanar Akhabbar

Intermède

Un mariage difficile

Texte intégral

Tôt ou tard, toute véritable science tend à devenir mathématique. Les sciences sociales sont simplement un petit peu en retard comparé à l’astronomie, la physique et la chimie, quand la biologie est encore plus en retard. (Fisher 1930, p. 243)

Personne ne saurait être plus franc, plus minutieux, plus libre de biais subjectif ou de parti pris que le professeur Tinbergen. En conséquence, il n’y a personne […] avec qui on pourrait être plus en confiance dans [la manipulation] de la magie noire. […] [Cependant] que cette sorte d’alchimie statistique [l’économétrie] soit prête à devenir une branche de la science, je n’en suis pas persuadé. Mais Newton, Boyle, Locke ont tous pratiqué l’alchimie. Alors, laissez-le poursuivre. (Keynes 1940, p. 156)

Le dispositif input-output : articuler la théorie et la mesure

  • 1 Peu d’économistes ont contribué à ces conférences : Irving Fisher en 1929, Leontief en 1953, et le (...)

1En décembre 1953, à l’invitation de l’American Mathematical Society (AMS), Leontief prononce une conférence intitulée « Les mathématiques dans la science économique » (« Mathematics in Economics »)1. Ce cycle de conférences, les Josiah Willard Gibbs Lectures, a pour but de rendre compte des apports et des applications des mathématiques dans les autres disciplines, par exemple en physique, en biologie ou encore en astronomie.

2Si Leontief est invité par l’AMS, c’est qu’en ce début des années 1950, la méthodologie input-output qu’il a mise au point à Harvard dans les années 1930 connaît un succès qui dépasse le champ universitaire. Le succès mondial de l’analyse input-output porte la popularité de Leontief bien au-delà des cercles académiques et, notamment, auprès des administrateurs dans les gouvernements et des experts dans les organisations internationales.

  • 2 On peut aisément penser à John Maynard Keynes ou, à Harvard même, parmi ses collègues, à Joseph Al (...)

3Leontief n’est certes pas le premier économiste à parvenir à toucher un public bien plus large que celui des universitaires de sa discipline2 mais il a la particularité de devoir sa popularité spécifiquement à l’application des mathématiques à l’analyse économique. Il a en effet contribué et encouragé une utilisation systématique et rigoureuse des mathématiques par le développement du modèle input-output, fondé sur l’algèbre linéaire et les matrices. Rappelons que son dispositif input-output consiste en l’articulation de deux éléments principaux : un tableau statistique, le célèbre tableau entrées-sorties (voir chapitre 2), et un modèle mathématique matriciel (chapitre 2 également), appelé modèle de Leontief ou modèle input-output. Pris séparément, le tableau entrées-sorties est largement associé à la comptabilité nationale et le modèle de Leontief relève de la modélisation de l’équilibre général par l’algèbre linéaire. Toutefois, c’est la combinaison et l’articulation de ces deux éléments, le tableau statistique et le modèle mathématique, qui a permis le succès de l’analyse input-output et non pas l’un ou l’autre élément pris isolément.

4Dans ce préalable, nous rappelons certains des événements clés et certaines des étapes importantes qui ont rendu populaire l’analyse input-output et qui permettent d’éclairer le contexte dans lequel Leontief délivre son discours « Les mathématiques dans la science économique ». Ce contexte peut se résumer ainsi : l’analyse input-output apparaît dans l’entre-deux-guerres comme une des réponses au difficile mariage entre la théorie économique et l’observation statistique. Le dispositif input-output se positionne comme une alternative critique à l’économétrie structurelle. Elle se distingue ainsi de l’approche descriptive et inductive d’un Kuznets au NBER comme de celle déductive et économétrique d’un Ragnar Frisch ou d’un Jan Tinbergen.

5En somme, cela revient à situer le projet input-output de Leontief dans le vaste panorama de la transformation de l’économie politique, déductive et littéraire, en une science économique, quantitative et mathématique. Partant de Leontief, il en sera ensuite peu question, le reste de l’essai examinant précisément son insertion dans ce grand mouvement de transformation.

Théorie et mesure : un mariage difficile

6La publication des premiers travaux input-output de Leontief dans les années 1930 s’inscrit dans ce moment de la science économique qu’Alain Desrosières a décrit dans La politique des grands nombres (1993) comme celui du « mariage tardif » (2000 [1993], p. 200) entre la théorie économique et les observations statistiques. Si ce mariage est tardif, c’est que dans bien d’autres disciplines, comme la démographie et la médecine, la méthode statistique a depuis longtemps pénétré le cœur de l’enquête scientifique. Mais, en économie, le « branchement ne va pas de soi » entre théorie et statistique (ibid.). Il y est difficile de dépasser une polarisation entre d’un côté des approches essentiellement théoriques et déductives qui dominent la pensée économique depuis le xviiie siècle et, de l’autre des approches, plus tardives, où l’enquête de terrain et la manipulation des données statistiques se fait sans ou avec une défiance certaine vis-à-vis de la théorie économique. Ces nouvelles approches sont notamment représentées, en Europe, par l’école historique allemande dont le fondateur, Gustav Von Schmoller, a mené à la fin du xixe siècle une célèbre « querelle des méthodes » (Methodenstreit) contre l’approche théorique déductiviste de Carl Menger (voir Gioia 2000).

Observation et induction

  • 3 À la différence de l’approche des économistes de Harvard avec leurs baromètres, la démarche des éc (...)

7La tension entre ces deux pôles, celui théorique et celui statistique, s’exacerbe durant l’entre-deux-guerres avec, comme principal terrain de bataille, le domaine d’étude des business cycles ou cycles des affaires. Dans ce domaine, l’étude statistique inductive se déploie à grande échelle avec la multiplication des instituts d’étude économique et de la conjoncture. Parmi ceux qui mobilisent l’analyse statistique de manière inductive pour étudier les business cycles, on trouve notamment : en Russie, Nikolaï D. Kondratiev ; aux États-Unis, Wesley Clair Mitchell autour de qui se développent, au NBER (National Bureau of Economic Research), de vastes études statistiques de l’économie nationale et des cycles ; ou encore à Harvard où Warren M. Persons développe des baromètres de la conjoncture visant à prévoir le cycle des affaires grâce à une série d’indicateurs statistiques (Armatte 1992)3.

  • 4 Sur l’introduction du coefficient de corrélation en économie et sa première carrière, voir Armatte (...)

8À Harvard, par exemple, les promoteurs de la méthode des baromètres, fondée sur l’étude de séries chronologiques et l’usage des coefficients de corrélation4, sont parmi les plus hostiles à la théorie économique et prônent une exploration statistique des données qui ne soit pas biaisée par une théorie : il s’agit d’employer les outils statistiques pour faire parler les données et y découvrir des régularités. Comme le souligne Michel Armatte, avant 1929, « le succès [des] baromètres est si grand auprès des hommes d’affaires et des économistes, qu’il est imité par plusieurs initiatives européennes » (1992, p. 137, voir aussi 2010). L’institut de Harvard et ses baromètres sont dans les années 1920 une référence phare pour les économistes et statisticiens de la conjoncture. C’est le cas notamment en Allemagne où est créé, en 1925, un institut d’étude de la conjoncture, l’Institut für Konjunkturforschung (IfK), sous la direction de l’économiste Ernst Wagemann. C’est aussi le cas à Stockholm en 1922 avec la création d’un institut de la conjoncture, à Londres et à Paris en 1923, à Rome en 1926, etc.

9C’est à cette époque que la recherche économique prépare son entrée dans l’ère de la Big Science où de grandes équipes, dotées de budgets généreux et ayant à leur disposition de puissants instruments et machines (notamment pour le calcul), sont hébergées au sein de vastes centres de recherche et développement. De fait, Kondratiev dirige à Moscou l’Institut des conjonctures économiques qui est lui-même en lien avec d’autres instituts de statistique économique comme l’Administration centrale soviétique des statistiques (la TsSOU) dirigée par le statisticien social-libéral Pavel Illich Popov (Blum 2000 ; Akhabbar 2014b ; 2014d) ; Mitchell, à New York, a fondé en 1920 et longtemps dirigé le NBER d’où il tisse des liens étroits avec les administrations du gouvernement américain, si bien qu’au début des années 1930 il charge Simon Kuznets d’assister le gouvernement pour la mise au point et l’estimation officielle des comptes nationaux américains ; par ailleurs, à Washington, on trouve l’Institute of Economics absorbé en 1927 par la Brookings Institution ; à Harvard, Persons est recruté pour diriger le Harvard University Committee for Economic Research (HUCER), qui vise à fournir au public et au milieu des affaires des études empiriques basées sur des statistiques inductives publiées à un rythme soutenu par une revue créée à cet effet, The Review of Economic Statistics. Cette économie statistique, dans le domaine des business cycles, se construit explicitement de manière antagonique avec la théorie économique. Proche de Mitchell et de Persons, Wagemann, écrit à propos de la théorie néoclassique autrichienne : « cette “théorie” n’est pas seulement irréaliste mais est inspirée par une hostilité fanatique à toute réalité » (1930, p. 16).

Théorie pure

10Du côté des théoriciens, on distingue différentes attitudes vis-à-vis de l’observation et de la mesure. Certains considèrent que « la théorie est première et ne peut être falsifiée » (Desrosières, p. 370) et ce n’est bien sûr pas de leur côté que se fera le mariage entre théorie et mesure. Une telle attitude épistémologique a des conséquences qui dépassent la méthodologie puisqu’elle ne suppose pas d’inscrire l’économiste dans un réseau sociopolitique où s’établissent des standards d’objectivité par l’élaboration de normes de mesure, de conventions, de règles comptables, etc., et que l’on peut appeler « réseau de mesure ». L’économiste autrichien Mises exprime parfaitement cette attitude quand il déclare :

La fondation d’instituts de recherche sur le cancer peut contribuer à la découverte de méthodes pour prévenir et combattre cette maladie pernicieuse. Mais un institut de recherche sur les cycles n’est d’aucune aide dans l’effort pour éviter la récurrence des dépressions. L’assemblage le plus exact et le plus sûr de toutes les données sur les dépressions économiques du passé est de peu d’intérêt pour notre connaissance dans ce domaine. […] La science économique, comme la logique et les mathématiques, est un déploiement du raisonnement abstrait. La science économique ne peut jamais être expérimentale et empirique. L’économiste n’a pas besoin d’un dispositif coûteux pour mener ses recherches. Ce dont il a besoin, c’est du pouvoir de penser clairement et de discerner dans la foule des événements ce qui est essentiel de ce qui n’est qu’accidentel. (Mises 2007 [1949], p. 868)

11On voit ici comment s’articulent un positionnement épistémologie et une pratique scientifique. L’épistémologie aprioriste de Mises le situe, dans notre schéma d’une polarisation théorie / mesure, du côté de la théorie pure puisque la science économique, comme la logique et les mathématiques, est un déploiement du raisonnement abstrait. Par conséquent, le savant y est désengagé des dispositifs coûteux où s’établissent des réseaux de mesure et qui se mettent en place dès la fin du xixe siècle, se multiplient dans l’entre-deux-guerres et se déploient dans l’après-guerre à une échelle sans précédent. Parce qu’ils sont coûteux, ces dispositifs de mesure supposent la coopération étroite des administrations. Aussi, le financement public des réseaux de mesure est intimement lié au développement des États et à l’adoption d’une attitude interventionniste : la mesure est imbriquée à des enjeux de description et d’explication mais aussi de contrôle.

Statistique, théorie et politique économique

12Le lien entre défenseurs d’une économie statistique et défenseurs d’un interventionnisme de l’État est plus subtil qu’il n’y paraît à premier abord. Il n’existe pas d’attitude systématiquement interventionniste chez les économistes statisticiens. C’est notamment le cas des institutionnalistes-statisticiens du NBER qui entretiennent une relation prudente avec l’interventionnisme et favorisent les réformes institutionnelles aux autres formes d’intervention étatique dans l’économie. Néanmoins, hormis ce cas notable, souvent les économistes-statisticiens n’hésitent pas à considérer que leur savoir positif n’est pas au seul service de la connaissance scientifique et contribue à la décision politique. Cela est vrai aussi bien des économistes-statisticiens inductivistes que des déductivistes pour qui la théorie économique – la « grande théorie » de Schackle (1967) – dirige l’enquête. Ainsi Irving Fisher qui, dès 1906, met en garde

en premier lieu les hommes qui méprisent toute « théorie » et se disent « pratiques ». Ce sont eux qui prennent une mesure législative un jour et qui [face à son échec et ses conséquences imprévues] l’abrogent le lendemain. Un véritable homme pratique peut prévoir dans quelle mesure une décision marchera et sa capacité à prévoir ne requiert pas seulement une connaissance « pratique » mais aussi « théorique » ; une connaissance, en bref, non seulement de l’histoire, mais de la science. (Fisher 1906, p. 261)

13À la suite de Fisher, les économistes qui auront le plus recourt aux mathématiques et à l’abstraction, seront souvent de fervents défenseurs de l’intervention de l’État dans l’économie, à la manière de Ragnar Frisch, Jan Tinbergen, Jacob Marschak ou encore Tjalling C. Koopmans. À l’opposé, l’épistémologie aprioriste d’un Mises et son rejet d’une science économique empirique – qu’elle soit hypothético-déductive ou inductive – trouvent leur contrepartie politique dans un anti-interventionnisme farouche. C’est d’ailleurs Mises qui, en réponse à un article pro-planification économique du sociologue et philosophe néopositiviste Otto Neurath, ouvre ce qui est connu depuis comme « la controverse du calcul socialiste ». En mettant le doigt sur la difficulté – pour lui l’impossibilité – de planifier une économie où il n’existe pas de système de prix puisque le marché est abandonné (ainsi que le numéraire monétaire), Mises réactive un débat qui trouve ses racines chez Vilfredo Pareto et Enrico Barone et aboutira au développement de l’économie de l’information et de la nouvelle économie du bien-être. Toujours est-il que loin de s’isoler dans une tour d’ivoire et d’être déconnectés des préoccupations mondaines de la politique économique et de sa mise en œuvre, nombre d’économistes théoriciens et mathématiciens se perçoivent comme des « ingénieurs sociaux », ce que dira, entre autres, Marschak (1941). Du côté des économistes-statisticiens, inductivistes ou déductivistes, il existe une tendance de fond en faveur de l’intervention publique, par la législation ou plus directement dans le circuit économique, et cela relève d’un positivisme de la performance (Lyotard 1979) : l’attitude positiviste n’est pas confinée à la connaissance scientifique mais elle colonise le domaine de la pratique.

Contrats épistémologiques

14Pour ce qui est de la polarisation entre théorie et mesure, l’attitude aprioriste de Mises n’est pas généralisée du côté des théoriciens. De plus en plus s’affirme l’idée que non seulement la théorie économique est pertinente dans l’enquête empirique mais qu’elle la dirige (Fisher 1906, 1932). À partir des années 1920, les théoriciens eux-mêmes insistent sur l’importance d’articuler de manière étroite théorie et observation. C’est dans cette articulation qu’un groupe d’économistes français situent « la méthode scientifique » en faveur de laquelle ils plaident en 1921, avec parmi eux Lucien March, Albert Aftalion, Charles Rist ou encore Charles Gide :

Science d’observation en même temps que science analytique, l’économie politique rencontre deux grands ordres de difficultés. D’une part la masse écrasante des faits à élucider l’accable. D’autre part, le langage ordinaire se prête mal à traduire les actions et réactions mutuelles qui caractérisent des phénomènes se déroulant à l’intérieur d’un groupe social. Elle n’a jamais pu se libérer non plus entièrement de la gêne créée par le flottement de concepts (tels que capital, revenu, etc.) qui doivent s’appliquer aussi bien à l’économie individuelle qu’à l’économie collective. (Collectif 1921, p. iii)

15Cette préface identifie ce qui constituait alors et constitue encore aujourd’hui une difficulté pratique dans l’emploi de la théorie économique pour l’analyse empirique des données issues de l’observation, ce que Desrosières résume par : « le branchement ne va pas de soi » (2000 [1993], p. 200). Répétons-le, si en économie le mariage entre théorie et observation est tardif, c’est qu’il soulève de lourds problèmes et cet essai examinera les enjeux épistémologiques de quelques-uns. Filons la métaphore du mariage et envisageons la relation entre la théorie et l’observation comme un contrat épistémologique. La difficulté à opérer le branchement explique aussi que ce mariage se fera selon des contrats épistémologiques différents d’une époque à l’autre, donnant lieu régulièrement à de vives controverses, des dénonciations et finalement des dissolutions pour l’établissement d’un nouveau contrat, d’un nouvel agencement entre théorie et mesure.

D’un contrat épistémologique à l’autre : le caractère provisoire des alliances

16La perspective selon laquelle la théorie est première et guide l’enquête statistique est formalisée par Koopmans (1947) à la fin des années 1940 par sa formule dénonçant « la mesure sans théorie » des études statistiques du NBER. La critique de Koopmans vise la méthodologie popularisée par Mitchell (1925) et, en particulier, sa mise en œuvre dans l’ouvrage rédigé avec Arthur Burns, Measuring Business Cycles, publié en 1946. L’attaque épistémologique de Koopmans ne reste pas sans réponse mais Mitchell, alors âgé de 73 ans, meurt en 1948 et c’est un autre membre du NBER qui répond, Rutledge Vining donnant lieu à la controverse dite de « la mesure sans théorie » (Koopmans 1949a ; Vining 1949a et 1949 b). L’article de Leontief (1954) sur « Les mathématiques dans la science économique » est d’ailleurs, dans une large mesure, une contribution au débat ouvert par cette controverse.

17Pour Koopmans, l’idée que les faits puissent parler d’eux-mêmes est une hérésie épistémologique : l’économie comme la physique est une science empirique où la théorie décide en amont ce qu’il est pertinent de mesurer et, en retour, elle est testée à l’épreuve des faits. C’est le paradigme de l’économétrie structurelle fondé sur le couple formé par la modélisation mathématique et la théorie des tests statistiques. Dans ce paradigme, culminent à la fois l’abstraction mathématique et la préoccupation pour le réalisme des hypothèses. Ce paradigme domine la discipline économique jusque dans les années 1970.

  • 5 Quand Friedman (1953) publie son plaidoyer en faveur de « l’irréalisme des hypothèses », il n’est (...)

18Dans les années 1970-1980, en macroéconomie notamment, une reconfiguration épistémologique se met en place et la tension théorie / mesure refait surface. La macroéconomie du courant dominant abandonne le paradigme macroéconomique du réalisme des hypothèses et de la testabilité de la théorie pour une démarche épistémologique instrumentaliste5 où le modèle est un instrument théorique, irréaliste par définition. Ce tournant est réalisé avec et à la suite des travaux de Lucas et, plus généralement, des économistes de la nouvelle économie classique, comme Finn E. Kydland et Edward C. Prescott. La redéfinition radicale de la théorie macroéconomique s’accompagne d’un tournant épistémologique tout aussi radical marquant, vingt-cinq ans plus tard, la victoire de l’instrumentalisme de Friedman (1953).

19Toutefois, dans le même temps, les démarches statistiques inductives inspirées de celles des économistes statisticiens du NBER au temps de Mitchell, et qui avaient été sérieusement marginalisées par le principe de Koopmans selon lequel « pas de mesure sans théorie », rencontrent un vif regain d’intérêt. C’est ainsi que Christopher Sims, qui se fait le porte-parole de cette renaissance inspirée par l’inductivisme mitchellien, ironise sur ce rejet de la « mesure sans théorie » devenue le credo de ceux qui, « dans d’innombrables séminaires, commencent par un cantique pour les théories explicites comme guide du travail empirique » (1987, p. 2), ce qui reviendrait en réalité à annoncer que le modèle théorique employé « contient une hypothèse outrageusement simplificatrice » (ibid.). S’il est accepté de présenter des hypothèses « outrageusement simplificatrices », c’est qu’avec une épistémologie instrumentaliste à la Friedman ou Lucas, la légitimité des hypothèses n’est plus liée à leur réalisme mais à leur rigueur analytique et à leur capacité à générer des prédictions.

20Ces deux démarches, instrumentaliste et inductive, sont soumises à la critique de ceux qui ne renoncent pas à une théorie économique réaliste et testable (voir Colander et al. 2008 ; Kirman 1989 ; Summers 1986, 1991 ; Solow 2001). Dit autrement, la tension entre les deux pôles, théorie et mesure, qui s’exacerbe dans l’entre-deux-guerres et donne lieu à une première stabilisation à la fin des années 1940, n’est pas résolue à ce moment-là une fois pour toutes. Elle travaille en profondeur les équilibres au sein de la discipline, donnant lieu régulièrement à des tensions qui s’expriment au travers de controverses et peuvent aboutir à de nouveaux arrangements et contrats épistémologiques.

21À chaque fois, c’est la place de la théorie relativement à la mesure qui se joue et est négociée : que l’on fasse parler les faits par des techniques statistiques ou que l’on considère que la théorie préside à la mesure et est en retour soumise à l’épreuve des faits par des tests statistiques, ou encore que l’on considère la théorie à l’abri de la falsification, l’arrangement entre théorie et mesure n’est pas arrivé en économie à un point de consensus. Des arrangements intellectuels et institutionnels stables émergent mais ils ont une durée limitée. Et c’est exactement dans la nature de ces arrangements et réarrangements, dans cette manière de « brancher » la théorie à la mesure statistique, que les travaux input-output de Leontief interviennent, de l’entre-deux-guerres et au tournant des années 1940, jusqu’aux années 1970-1980 et au basculement instrumentaliste. Il nous faut alors comprendre comment les travaux input-output apparaissent dans cette période clé 1920/1940 pour proposer un arrangement spécifique entre théorie et mesure.

Notes

1 Peu d’économistes ont contribué à ces conférences : Irving Fisher en 1929, Leontief en 1953, et le suivant sera Samuelson en 1974.

2 On peut aisément penser à John Maynard Keynes ou, à Harvard même, parmi ses collègues, à Joseph Aloïs Schumpeter.

3 À la différence de l’approche des économistes de Harvard avec leurs baromètres, la démarche des économistes-statisticiens du NBER est moins franchement inductive et soulève une série de problèmes importants qui sont encore traités par les théories actuelles des cycles.

4 Sur l’introduction du coefficient de corrélation en économie et sa première carrière, voir Armatte 2001.

5 Quand Friedman (1953) publie son plaidoyer en faveur de « l’irréalisme des hypothèses », il n’est pas suivi par les économistes et en particulier les macroéconomistes et les macroéconomètres.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search