Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empire des gènes

 | 
Jacques G. Ruelland

Glossaire

Texte intégral

1Anthroposociobiologie – Nous proposons ce néologisme pour remplacer l’expression « sociobiologie humaine » dans le cas où cette dernière prendrait pour objectif premier l’étude de l’homme et non seulement celle de sa biologie. Nous estimons que, dans l’état actuel des choses, la sociobiologie humaine, par l’expression même qui la désigne, inverse ces objectifs – et que notre néologisme désigne en fait un champ d’investigation qui n’existe pas et qui n’existera peut-être jamais.

2Éthogénétique – Nous proposons ce néologisme pour désigner l’étude du « comportement » des gènes eux-mêmes, l’objet même des préoccupations de Richard Dawkins dans Le Gène égoïste.

3Éthologie – Nous proposons de conserver à ce terme sa stricte définition de « science du comportement des espèces animales dans leur milieu naturel », c’est-à-dire l’observation des mœurs animales, et non des mœurs humaines. Les animaux ne formant aucune « société » – contrairement à ce que prétendent les sociobiologistes –, l’éthologie ne peut s’intéresser à leurs soi-disant comportements « sociaux », mais seulement établir certaines hypothèses sur la base d’une observation des mœurs « individuelles » de ces animaux et de leurs rapports réciproques au sein des colonies qu’ils forment. Pour désigner ce dernier champ d’étude, nous proposons le néologisme « macro-éthologie ». Pour désigner l’étude des comportements sociaux humains, nous proposons d’utiliser les noms des champs d’études qui leur sont déjà consacrés : la psychologie du comportement, la sociologie et toutes les autres sciences humaines pertinentes.

4Géno-éthologie – Ce néologisme désigne l’étude de la base génétique des comportements « individuels » des animaux. L’étude des soi-disant comportements « sociaux » des animaux étant un échec total, elle est sans fondement.

5Glissement épistémologique – Nous désignons par cette expression, forgée sur le modèle bachelardien d’« obstacle épistémologique », un changement brusque et inexpliqué dans le sens accordé aux concepts d’une théorie, doublé de l’utilisation des mêmes mots pour désigner deux réalités différentes. C’est aussi le procédé trompeur qui consiste à présenter une métaphore comme une homologie, ainsi que cela se manifeste souvent dans l’emploi des anthropomorphismes ou des zoomorphismes.

6Institutionnalisation – Nous n’avons pas créé ce néologisme qui se retrouve déjà chez de nombreux auteurs. Il désigne le processus de gestation et de naissance d’une nouvelle discipline scientifique, artistique ou autre, d’une idée ou d’un concept, à travers un ensemble d’outils (universités, journaux, institutions et médias divers) dont se servent ses promoteurs pour faire valoir l’objet même de l’institutionnalisation.

7Macro-éthologie – Ce néologisme désigne l’étude des comportements qu’adoptent les animaux lorsqu’ils forment des colonies. Les bases de cette étude ne peuvent être de nature génétique, les études en ce sens s’étant toutes soldées par des échecs ; il en résulte que la base et la méthodologie de la macro-éthologie sont les mêmes que celles de l’éthologie.

8Théorie sociobiologique – Dans le jargon des sociobiologistes, cette expression est synonyme de « sociobiologie humaine ». Le fait que cette expression soit synonyme de « sociobiologie humaine » prouve bien que l’objectif premier de cette « théorie » n’est pas l’être humain, celui-ci étant éliminé, même au seul titre de vocable, de l’expression d’origine.

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540