Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empire des gènes

 | 
Jacques G. Ruelland

13. Conclusions

Texte intégral

Tout le monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature. Nulle idée n’en approche. Nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes au prix de la réalité des choses. C’est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part.
Blaise Pascal, Pensées

1Les fondements épistémologiques de la sociobiologie humaine ne lui permettent aucune prétention à la scientificité. L’analyse des concepts de base de la sociobiologie humaine et des idées qui les sous-tendent a permis de montrer sous quelles conditions la scientificité de la sociobiologie animale et en particulier celle de la macro-éthologie pourrait être considérée. L’examen de l’ensemble des modèles dont s’inspire la sociobiologie a confirmé que la sociobiologie humaine est une idéologie scientiste, et même, en tant qu’idéologie de scientifiques, un historicisme, bref une idéologie qui apparente la sociobiologie humaine à l’eugénisme et aux théories totalitaires de régulation sociale. En conclusion, nous désirons attirer l’attention sur un certain nombre de points qui ressortent de l’ensemble de notre ouvrage. Ces points concernent le statut épistémologique de la sociobiologie humaine et les aspects sociopolitiques qui dérivent de cette doctrine en tant qu’idéologie de scientifiques.

2Dans The Social Meaning of Modern Biology, Howard L. Kaye vient à la rescousse de la sociobiologie :

  • 1 Kaye considère Lorenz comme un sociobiologiste au même titre que Wilson : il ignore l’histoire des (...)
  • 2 H. L. Kaye (1986), p. 2-3.

Dénoncée comme une nouvelle mouture du darwinisme social et du déterminisme biologique, […] cette nouvelle veine de théorisation sociobiologique me semble avoir un caractère tout à fait différent. Dénigrer les écrits d’un Konrad Lorenz ou d’un E. O. Wilson1 comme étant simplement l’excuse scientifique à l’existence des inégalités sociales et des injustices en présentant celles-ci comme une nécessité biologique […], c’est rater largement la cible. Les enseignements sociaux de la biologie contemporaine, comme le darwinisme social et l’eugénisme qui l’ont précédée, ne sont pas les monopoles du capitalisme. Des arguments biologiques ont été utilisés pour accréditer une multitude de positions économiques et politiques. Le but des efforts actuels est, plutôt que de transformer l’idée que l’homme se fait de lui-même, de traduire à nouveau la vie humaine et son histoire dans le langage de la nature, afin que nous puissions encore trouver un guide cosmique aux problèmes du vivant.2

3Les sociobiologistes ne favorisent pas toujours consciemment des idéologies comme le darwinisme social ou l’eugénisme. Le caractère holiste de la sociobiologie humaine les incite à poser les problèmes d’intervention sociopolitique en termes globaux, comme si la société considérée formait un tout homogène. Mais la nouvelle tendance en sociologie et en travail social est de ne pas tenter de réformer la société dans sa totalité, mais seulement de régler les problèmes que peuvent poser certaines institutions ou mécanismes de régulation sociale ; c’est ce que Popper appelle la sociotechnique d’intervention, « opportuniste » et fragmentaire.

  • 3 Biologisme : « attitude épistémologique qui considère la biologie comme la science fondamentale et (...)
  • 4 Sociologisme : « doctrine selon laquelle les faits sociaux sont autonomes et ne résultent pas de t (...)

4Kaye admet que la modélisation de la société par les sociobiologistes porte sur la totalité de celle-ci ; le but final de la sociobiologie semble être sociologique dans le sens où la compréhension des phénomènes biologiques expliquerait les faits sociaux, ces derniers étant le dernier niveau de la science biologique. Mais il existe une grande différence entre la recherche de la compréhension des faits sociaux en tant que pur objectif gnoséologique et l’utilisation politique de ces faits en vue de modéliser la société. Le premier objectif est scientifique ; le second, politique. En insistant sur la portée sociale de la sociobiologie, Kaye la présente comme un sociologisme ou une sociologie expliquant à elle seule tous les phénomènes culturels et humains, comme si la fin ultime de la sociobiologie humaine n’était que la compréhension scientifique des faits sociaux, alors qu’elle est un biologisme3, une soumission du social au biologique, une autre forme de réductionnisme. Il balaie du revers de la main les critiques accusant la sociobiologie d’utiliser des arguments fondés sur la biologie. En minimisant ces arguments, il veut faire admettre que l’objectif premier de la sociobiologie humaine est sociologique, ce qui a pour effet d’occulter les faits et de présenter la théorie sociobiologique comme un sociologisme4 au lieu de reconnaître qu’il s’agit d’un biologisme. La sociobiologie humaine est un biologisme : par sa doctrine, elle vise le contrôle politique de la société par les lois du biologique. Un but scientifique comme celui de comprendre les faits sociaux humains ne réussirait d’ailleurs pas, à lui seul, à faire de la sociobiologie humaine un sociologisme car, en aucun cas, les sociobiologistes n’admettent l’autonomie des faits sociaux, c’est-à-dire l’absence de lien entre ces faits et les déterminants biologiques.

5Kaye a raison de ne pas considérer l’eugénisme et le darwinisme social comme les monopoles du capitalisme ; on trouve déjà une variété d’eugénisme dans la Grèce de Platon. Mais cela ne signifie pas que capitalisme, darwinisme social et eugénisme n’ont aucune affinité ; au contraire, les deux derniers se développent particulièrement bien à la faveur d’un système économique comme le capitalisme ou le libéralisme – que Kaye confond avec le premier, le capitalisme étant pourtant un mode de production alors que le libéralisme est une doctrine sociopolitique.

  • 5 P. Thuillier (1981).
  • 6 Que P. Thuillier dénonce dans Les Biologistes vont-ils prendre le pouvoir ? et G. Leach dans The B (...)
  • 7 P. Bénéton (1983), p. 9.

6Une des questions auxquelles les sociobiologistes ne répondent pas est la suivante : pourquoi la définition du social devrait-elle passer par la connaissance du biologique ? Pourquoi le pouvoir devrait-il être remis entre les mains des biologistes ? Thuillier répond à cette question en dénonçant les aspects totalitaires de la sociobiologie humaine5. Cette réponse a pour effet de nous faire retomber dans l’argumentation qui justifie l’objection de Kaye. Si Thuillier demandait : « Pourquoi le pouvoir devrait-il être remis entre les mains des biologistes ? », Kaye aurait simplement à répondre : « Pourquoi pas ? ». Il est dangereux, pour trois raisons, de remettre le pouvoir entre les mains des biologistes : parce que ceux-ci ne sont pas les meilleurs experts du social ; parce que la sociobiologie favorise une approche holiste de la société conduisant au totalitarisme ; parce que le fait de remettre le pouvoir entre les mains de quelques-uns mène aussi au totalitarisme : en décrivant l’intervention sociale comme s’adressant à la société tout entière, c’est-à-dire comme une tâche immense et difficile, le holisme incite les individus à remettre le sort de la société entre les mains de quelques personnes perçues comme spécialistes ; ces dernières6 n’ont plus qu’à imposer à la société les changements dont elles sont les seules à profiter et à faire valoir leur point de vue en contrôlant de plus en plus l’individu dans son intimité et dans sa personne. La prétention – proclamée par la sociobiologie humaine – de faire le bien d’autrui en décidant pour la personne est caractéristique de tous les dictateurs. « Les vocations de “pères des peuples” sont fréquentes dans l’histoire » fait remarquer Philippe Bénéton7, mais elles ne sont rendues possibles que par une démission de la responsabilité individuelle dans une société démocratique. « Dans sa version extrême, le “démon du bien” engendre une société totalitaire » ajoute Bénéton, en donnant des exemples : Lénine, Staline et quelques autres. La liberté individuelle fondée sur la connaissance biologique de l’être humain que promet la sociobiologie humaine ne peut se réaliser dans le cadre des institutions démocratiques actuelles et mènerait, au contraire, à la création d’une société totalitaire. Cette promesse d’une liberté hyperbolique révèle le caractère idéologique de la sociobiologie humaine et pose des problèmes d’éthique fort complexes.

  • 8 Cité dans G. Seldes, éd. (1985), p. 205.

7Le 11 septembre 1899, William James écrivait à son ami William M. Salter : « Nous, intellectuels d’Amérique, devons tous travailler à garder notre précieux droit de naissance à l’individualisme et la liberté de nos institutions [l’Église, l’armée, l’aristocratie, la royauté]. Chaque grande institution est forcément un moyen de corruption »8. Si la sociobiologie humaine éclaire un jour l’homme sur le rôle de certains déterminants génétiques dans les comportements sociaux, on peut espérer que ce ne sera pas pour l’asservir, mais au contraire pour le libérer. C’est un lieu commun d’affirmer que la libération de l’individu commence par lui-même et non par la restructuration totale de la société dans laquelle il vit ou par sa soumission à un ensemble de règles biosociologiques comprises exclusivement par un petit groupe d’initiés. Mais la sociobiologie ne l’entend pas ainsi :

  • 9 P. Ehrensaft et C. Saint-Denis (1984), p. 159 ; voir aussi P. Thuillier (1981), p. 48.

Rejetée ou pas, pour son malheur ou pour son bonheur, la sociobiologie [humaine] n’en a pas moins un effet politique. Et […] cet effet pourrait bien être, à terme, de mettre en place une nouvelle technocratie – une « biocratie » – en ces jours où les biotechnologies et le génie génétique, alliés à l’informatique, font figure de sauveur de l’Occident. En effet, selon la raison sociobiologique, les problèmes sociopolitiques sont réduits à des problèmes biologiques, incomprehensibles à des non-biologistes.9

8La sociobiologie humaine porte atteinte aux droits fondamentaux que l’on reconnaît à l’individu en Occident – droit à l’intégrité et à l’inviolabilité de sa personne, à ses opinions, à sa liberté de mouvement et d’action. En favorisant la mise en place d’une biocratie, la socio­biologie humaine privilégie une vision sociopolitique plus proche du fascisme et du totalitarisme que du libéralisme économique : même si le darwinisme semble au contraire la relier théoriquement au libéralisme, l’action sociopolitique qu’elle prône et qu’elle suscite renvoie à la vision d’une société où les individus sont contrôlés par les institutions jusque dans leur bagage génétique.

9Le déterminisme biologique, justifié par la réduction de l’humain à l’animal, constitue l’élément scientifique le plus important de la sociobiologie. Le fondement de ce déterminisme se retrouve dans le concept d’« eusocialité », lui-même expliqué par la formule de Hamilton. Or, cette formule ne peut s’appliquer à l’« eusocialité » :

  • 10 L’objection de Vaysse et Médioni constitue une réfutation du modèle de Hamilton ; elle restreint c (...)
  • 11 J. Médioni et G. Vaysse (1982), p. 302.

Le modèle de Hamilton est intéressant, mais son domaine strict de validité est restreint au cas particulier des hyménoptères sociaux. En effet, les insectes dont le caractère « eusocial » est le moins discutable ne sont pas les hyménoptères (dont bien des espèces actuelles ont un mode de vie solitaire, ou seulement subsocial) : ce sont les termites, insectes plus primitifs, dont toutes les espèces connues sont sociales et présentent, entre membres d’une même famille, la division des rôles (caractéristique de l’eusocialité) entre individus reproducteurs et individus sexuellement « neutres » (ouvriers, soldats). Or les termites sont des organismes strictement diploïdes10 : en sorte que l’hypothèse de Hamilton ne peut être tenue pour une base explicative générale de l’eusocialité.11

10Voilà un bel exemple où les faits sont déformés pour se conformer à une théorie préconstruite. Cette dérive intellectuelle par rapport à la rigueur attendue dans le domaine scientifique, se retrouve encore ailleurs :

  • 12 On Human Nature (1978) s’attaque à des comportements dont la nature « sociale » est discutable (le (...)
  • 13 J. Médioni et G. Vaysse (1982), p. 302.

La vogue immense du courant de recherche sociobiologique qui submerge actuellement l’éthologie, surtout dans les pays anglo-saxons, s’explique sans doute par l’extension des concepts de Hamilton bien au-delà du cas de figure de l’eusocialité. Depuis Wilson (1975) en effet, ces notions sont étendues à des considérations phylogénétiques sur le comportement interindividuel (plutôt que sur l’organisation sociale proprement dite)12 au sein de groupes familiaux, non seulement chez les insectes, mais également chez les vertébrés (oiseaux et mammifères principalement) authentiquement diploïdes.13

  • 14 K. R. Popper, (1984), p. 145.

11D’un point de vue scientifique, les définitions des concepts dont se sert la sociobiologie humaine sont inacceptables. Que l’on parle de la base génétique de la sociobiologie ou de sociobiologie humaine, on retombe chaque fois sur des thèses qui ont peu de crédibilité scientifique. Mais la macro-éthologie pourrait-elle, de son côté, fournir une telle crédibilité à la sociobiologie humaine ? Oui, mais il faudrait alors accepter la réduction arbitraire de l’homme à l’animal. Comme le soutient Popper, le réductionnisme ne peut expliquer la créativité de l’univers14.

  • 15 K. R. Popper (1982), p. 5, 131, 161.

12Le réductionnisme n’est pas seul en cause ; la croyance en la toute-puissance de certains déterminismes présente également des dangers. Il y a lieu de questionner radicalement la fausse évidence qui fait envisager les comportements sociaux – humains ou animaux – comme nécessairement déterminés par le bagage génétique. Popper dénonce l’origine religieuse du déterminisme scientifique, son lien avec le réductionnisme et son caractère idéologique15. Le recours au déterminisme scientifique constitue une menace envers la liberté individuelle, mais aussi une absurdité du point de vue de la science. De cela résultent deux choses. D’abord, la thèse du déterminisme biologique du comportement « social » des animaux, véhiculée par certains chercheurs en macro-éthologie, repose trop souvent et de façon non critique sur des analogies avec le monde humain. Cette thèse, qui a eu quelque temps valeur de piste de recherche, n’a pas généré de résultats convaincants et a déjà été abandonnée par nombre de biologistes. Ensuite, le transfert des thèses de la sociobiologie animale à l’étude du comportement social humain est non seulement illégitime par le fait que les déterminations sociologiques sont complètement évacuées, mais aussi parce que la théorie de base (la base génétique de la sociobiologie) elle-même, dans son état actuel de formulation, n’a pas de valeur scientifique.

  • 16 K. Lorenz et K. R. Popper (1990), p. 130-131. Et ceci n’est ni la répétition d’une des thèses impo (...)
  • 17 N. Khouri (1990), p. 292.

13Le monde dans lequel nous vivons actuellement, même s’il n’est pas parfait, est encore le meilleur que nous ayons construit16. C’est au nom de la liberté que nous devons considérer le déterminisme génétique comme une menace pour l’intégrité de la société et de la personne. L’absurdité du biodéterminisme saute aux yeux de celui qui est encore capable de s’apercevoir de l’immensité de son ignorance face à la complexité du monde. On en trouve une des meilleures illustrations dans le biodéterminisme sociobiologique. La position biodéterministe a pour effet de faire apparaître comme « naturel » et intangible l’ordre social établi et de rendre impossibles sa critique et sa remise en cause17. Les plus récentes observations en matière d’étude du comportement humain tendent à prouver qu’il n’y a aucune commune mesure entre un comportement conscient, désiré, voulu et choisi par un être capable de le manifester sous des formes et en des circonstances très diversifiées, et le comportement univoque, répétitif, automatique, immuable de l’animal tel que le représentent les sociobiologistes. Non seulement cette dernière façon de voir le comportement animal est complètement erronée, mais il est absurde d’y voir l’archétype du comportement humain – à moins que l’on désire l’avènement d’un monde où l’individu – animal ou humain – soit privé de toute initiative sous prétexte qu’il serait l’esclave de ses gènes. Mais on a alors affaire à une idéologie et à un projet sociopolitique et non à un programme de recherche scientifique.

  • 18 M. Blanc (1986), p. 445-446. Voir aussi J.-G. Ruelland (2001).
  • 19 « La conscience de l’imperfection de la science […] distingue le savant du scientiste. […] Si le s (...)

14Selon Marcel Blanc, nous sommes entrés dans l’ère de la génétique, où les applications les plus monstrueuses deviennent possibles et même parfois réelles. Les potentialités des manipulations génétiques devraient nous permettre de réfléchir sur le type de monde que nous voulons créer18. Les sociobiologistes ne peuvent être sourds au nom de la pseudo-neutralité de la science et aveugles devant les implications sociopolitiques de leurs théories. Cette soi-disant neutralité ne peut ni justifier ni légitimer toutes les entreprises scientifiques – et encore moins des théories qui relèvent du scientisme le plus naïf. L’attitude scientiste n’est pas scientifique, elle n’a aucun rapport avec le travail actuel du savant ; elle consiste à penser que la science peut tout expliquer, qu’elle est objective en soi ; cette attitude est très loin de la vérité19. L’attitude scientiste des adeptes de la sociobiologie humaine démontre bien qu’ils ne sont pas des savants mais des idéologues en quête de pouvoir institutionnel, académique et sociopolitique. Le savant doit d’abord et avant tout se questionner sur le bien-fondé scientifique de ce qu’il avance, ainsi que sur le progrès réel qu’il fait faire à l’humanité. Sans cette précaution, de nouvelles sociobiologies naîtront encore.

15Pourquoi les sociobiologistes croient-ils indispensable de « cannibaliser » les autres sciences sociales ? Est-ce vraiment nécessaire ? Quelle est la cause de cet « appétit » peu orthodoxe ? Une seule réponse paraît évidente : par le fait qu’elle est impuissante à expliquer les comportements humains par elle-même et de manière scientifiquement acceptable, la sociobiologie humaine a tendance à s’imposer par la force plutôt que par la raison, la discussion, la libre circulation des idées et les moyens pacifiques qu’utilisent habituellement, à notre époque, les scientifiques « civilisés ». On peut penser que la lutte institutionnelle que livrent les sociobiologistes aux spécialistes de la biologie et des sciences humaines pour conquérir une place autonome et plus importante dans le champ scientifique, est sûrement, en partie, responsable de cette attitude vindicative des partisans de la sociobiologie humaine.

16L’attitude vindicative des sociobiologistes à l’endroit des sciences sociales leur cause préjudice et nuit au développement de la sociobiologie elle-même. Sous certaines conditions, la sociobiologie pourrait éventuellement jouer un rôle positif dans l’ensemble des connaisances humaines, si elle pouvait être considérée comme un « programme de recherche métaphysique ». Un tel programme est un ensemble cohérent de « pistes » de recherches qui n’a pas pour but de démontrer l’exactitude de quelque théorie et ne peut d’ailleurs servir à telle fin, mais éclaire seulement les recherches en fournissant un point de vue, un éclairage qui peut être intéressant et fécond. Ce genre de programme a une fonction similaire à celle d’une analogie méthodologique : il génère des idées, suggère des solutions nouvelles, rend féconde une recherche qui, sans lui, resterait ardue, mais il ne fournit jamais aucune preuve de l’existence d’une quelconque homologie entre ce qu’il suggère et ce qu’il éclaire. La sociobiologie répond en partie à une telle description, et sous certaines conditions. Il convient ici de distinguer la recherche en macro-éthologie des spéculations que génère la sociobiologie humaine :

  • 20 J. Médioni et G. Vaysse (1982), p. 298. Les auteurs reconnaissent l’existence de déterminants biol (...)

Beaucoup de chercheurs (notamment en France) considèrent la sociobiologie [animale] comme un champ d’études distinct de la théorie sociobiologique : les innombrables travaux concernant le grégarisme, l’interattraction, l’organisation des groupes sociaux d’insectes et de vertébrés, les répercussions du mode de vie social sur la structure et le fonctionnement de l’organisme… constitueraient un domaine de recherche « sociobiologique » au sens primaire du terme, […] propre à révéler les racines biologiques des conduites sociales (ceci en référence plus ou moins explicite à la vie sociale humaine). Cette approche […] légitime […] s’est révélée comme l’un des pôles importants de l’éthologie moderne. Il convient pourtant d’indiquer ses limitations, dès lors qu’on voudrait y trouver des modèles explicatifs du fonctionnement des sociétés humaines : chez l’Homme, les conduites sociales qui sont des entités psychologiques relèvent […] de deux ordres de détermination différents. L’ordre biologique (condition biologique de la vie en groupes organisés, notamment déterminants neuroendocriniens), mais aussi l’ordre sociologique qui rend partiellement compte des conduites sociales sur la base des institutions qu’elles ont lentement mises au point et qui sont transmises et différenciées par le jeu de la transmission culturelle. […] C’est la prise en considération, dans les cultures humaines, des déterminants sociologiques comme des déterminants biologiques qui devrait marquer les bornes de la sociobiologie […] [laquelle] ignore délibérément cette limite.20

17La macro-éthologie donne lieu à une « recherche scientifique » au sens actuel de cette expression. Quelques chercheurs en macro-éthologie explorent encore les possibilités d’expliquer les causes des comportements « sociaux » des animaux par la génétique, bien que beaucoup de leurs confrères aient abandonné cette piste de recherche ; d’autres, plus nombreux, utilisent à cette fin le seul matériel scientifique déjà accumulé par l’éthologie. La macro-éthologie apparaît ainsi comme une sous-discipline de l’éthologie, une extension de son champ de recherche, dont elle n’a pas nécessairement besoin de se dissocier dans la mesure où les arguments des « macro-éthologues » et ceux des éthologues appartiennent au même registre. Il faut distinguer ici la macro-éthologie des vaines tentatives de quelques biologistes en quête d’un fondement génétique des comportements « sociaux » des animaux ; il faut aussi distinguer la recherche scientifique telle qu’elle se pratique en macro-éthologie des spéculations scientistes de la sociobiologie humaine et des « pratiques » que celle-ci génère en tant qu’idéologie. Les adeptes de la sociobiologie humaine se placent eux-mêmes dans une position intenable : ils ne peuvent à la fois tenir compte des déterminants sociologiques de la conduite sociale humaine et s’inspirer d’une démarche qui repose sur une théorie qui ignore délibérément ces déterminants. Par ailleurs, il est vrai que la sociobiologie animale a renouvelé une réflexion sur le fondement biologique de l’éthologie :

  • 21 Ibid., p. 298-299, 306-307. Sans doute un ouvrage comme Genes, Mind, and Culture peut-il ouvrir de (...)

La théorie sociobiologique (et […] les concepts dus à Hamilton) ont renouvelé certaines des perspectives de l’éthologie, auparavant trop centrée sur l’étude des conduites à l’échelon individuel et sur la recherche de leurs déterminations actuelles (psychophysiologie) ou, à la rigueur, expérientielles. Une décantation est nécessaire et, par ailleurs, une dénonciation vigoureuse de certains errements idéologiques pernicieux. Mais une fois jetée l’eau trouble du bain, le bébé devra être accompagné avec intérêt dans son développement.21

18Toute recherche scientifique est pertinente, enrichissante et légitime. Mais cela ne vaut que pour la recherche en macro-éthologie ; les réflexions des adeptes de la sociobiologie humaine qu’ils qualifient eux-mêmes de « recherches » ne sont pas scientifiques et leur légitimité est contestable. Les spéculations de la sociobiologie humaine, que peu de scientifiques prennent au sérieux, peuvent nuire à la macro-éthologie en la discréditant aux yeux de ceux qui, parmi ces scientifiques non avertis, ne distinguent pas bien le discours de la macro-éthologie de celui de la sociobiologie humaine. C’est pourquoi les avancées de la macro-éthologie doivent être scrutées avec attention, afin d’éviter qu’elles véhiculent à leur insu des thèses de la sociobiologie humaine. Trop souvent, les nouvelles théories scientifiques sont adoptées sans être critiquées. Il faut éviter de réserver à la macro-éthologie un accueil non critique, en raison du fait que l’ombre de la sociobiologie humaine plane toujours sur elle. En banalisant les avancées de la macro-éthologie par un accueil non critique, les « macro-éthologues » non avertis des dangers du discours de la sociobiologie humaine, favoriseraient à leur insu la propagation des visées sociopolitiques de cette dernière. Ils contribueraient ainsi sans le vouloir à l’implantation et à l’acceptation de la sociobiologie humaine comme champ légitime d’investigation du fondement biologique des comportements sociaux humains ; ils mettraient en péril leur propre liberté scientifique – et du même coup celle de la société.

  • 22 C. J. Lumsden et E. O. Wilson (1981), p. 360.
  • 23 Cité dans S. J. Gould (1987), p. 123.

19Enfin, Wilson soutient que l’histoire de l’humanité peut mieux être comprise grâce à la sociobiologie humaine. Il existe, dit-il, une trajectoire unique qui part de la biologie et explique, en même temps que la nature humaine, l’emprise de l’humain sur son environnement22. Dans cette perspective, la sociobiologie est présentée comme unitaire par ses promoteurs, alors qu’il existe deux sociobiologies bien différentes. La présentation de la sociobiologie comme unitaire ne repose en fait que sur la réduction pure et simple de l’humain à l’animal. La conception unitaire de la sociobiologie est symptomatique d’un manque flagrant de vision critique des sociobiologistes sur leur propre entreprise et d’une ignorance totale de l’histoire des sciences. Cette ignorance se révèle d’ailleurs dans leurs textes. La science et la technologie ont permis de créer des mécanismes pour les fonctions sociobiologiques, soutient Wilson. Ce constat lui permet d’affirmer que la sociobiologie humaine se trouve dans la même position que la biologie moléculaire à ses débuts23. Mais le succès de la biologie moléculaire n’est en rien garant de celui de la sociobiologie humaine. Il faut en outre interroger la méthode qui consiste à comprendre l’histoire de la sociobiologie humaine à travers le modèle de l’histoire de la biologie moléculaire. Il n’y a pas deux histoires pareilles parce qu’il n’y a pas deux sciences identiques. Et prédire le succès de la première sur la base du succès de la seconde, c’est prophétiser la victoire d’une armée en examinant le vol des oiseaux : ce procédé convenait peut-être aux Romains, mais il est jugé peu scientifique et surtout peu fiable aujourd’hui.

20Cependant, pour Wilson, le succès de la sociobiologie lui est assuré parce qu’elle réalise une révolution. Le programme de cette révolution semble d’ailleurs bien orchestré en périodes quasi triennales : 1971, The Insect Societies (E. O. Wilson seul signataire) ; 1975, Sociobiology. The New Synthesis (E. O. Wilson seul signataire) ; 1978, On Human Nature (E. O. Wilson seul signataire) ; 1981, Genes, Mind, and Culture (Wilson et Lumsden, co-signataires) ; 1983, Promethean Fire (Wilson et Lumsden, co-signataires) ; 1984, Biophilia (Wilson seul signataire). Mais ce programme, où chaque livre semble être la suite du précédent, s’achève dans une impasse. Nombre de programmes révolutionnaires scientifiques ont atteint leurs buts, mais il en va autrement des programmes révolutionnaires politiques. Wilson parle avec dédain des « gauchistes » du Sociobiology Study Group of Science for the People ; lorsqu’il critique les philosophes (dont Marx), c’est pour dénoncer le fait qu’ils ont été incapables de faire découvrir à l’homme sa vraie « nature humaine » et qu’ils l’ont trompé en lui indiquant des règles d’éthique contraires à l’ordre naturel des choses. Mais en assignant à la sociobiologie humaine un objectif prométhéen et en orchestrant sa révolution dans un programme qui, sous des aspects pseudo-scientifiques, cache des intentions sociopolitiques, Wilson fait ce qu’il reproche aux philosophes et en particulier aux marxistes.

  • 24 « On a […] critiqué la conception naïve de la base génétique des phénotypes de comportement envisa (...)

21Les sociobiologistes ont une vision naïve du rôle social de la science et de l’histoire – l’histoire des sciences en particulier. Ils la conçoivent comme une chronique. Ils estiment que seule l’histoire biologique de l’humanité pourrait donner un sens acceptable à cet « amas de faits » que constitue l’histoire. La vision empiriste des sociobiologistes leur bouche une fois encore l’horizon ; ils établissent des équations simplistes entre des entités réduites à leur plus simple expression : 1 gène = 1 comportement24 ; 1 comportement = 1 geste ; 1 cause = 1 effet ; 1 événement = 1 conséquence, etc. Cette façon puérile d’envisager la complexité du monde, de l’espèce humaine, de la culture et de l’histoire des sciences ne donne pas l’effet escompté d’une allure scientifique à la sociobiologie humaine ; elle en ridiculise les prétentions et rappelle étrangement la méthode des historicistes pronaturalistes. En ne sélectionnant que quelques faits tout en faisant abstraction des liens tracés par les historiens pour les relier entre eux, la sociobiologie humaine entend remplir les espaces entre ces faits et légitimer sa démarche tout en démontrant sa profonde signification en tant que « nouvelle histoire ». Mais l’histoire ne s’écrit pas à l’aide de modèles rigides, mathématiques ou mécaniques ; elle s’écrit en interprétant les faits dans leurs significations intimes et en tenant compte, le plus possible, de tous les éléments qui peuvent en avoir affecté la nature. Le travail de l’historien est bien plus proche de celui de l’anthropologue, qui étudie aussi bien des déterminants biologiques que sociologiques pour expliquer l’évolution d’une culture humaine, que du travail du sociobiologiste qui évacue les déterminants sociologiques pour les remplacer par un modèle d’interprétation mécanique. La « sociobiologie humaine », par le vocable même par lequel elle se nomme, subordonne l’homme à la biologie ; si elle avait pour cible première l’être humain, elle devrait s’appeler elle-même une « anthroposociobiologie », une sociobiologie dont l’objectif essentiel et primordial serait de décrire l’homme, et non sa machine biologique.

  • 25 E.O. Wilson (1995), p. 353.

22Les affrontements entre les partisans de la sociobiologie humaine et leurs opposants ont eu raison de Wilson, qui a finalement réorienté ses intérêts vers la biodiversité – en attendant le moment de présenter à nouveau aux hommes le cadeau prométhéen qu’ils ont refusé : « Il est possible que le sujet de la coévolution gène-culture dorme pour de nombreuses années encore, en attendant que ce savoir devienne suffisamment fort et persuasif pour intéresser les savants. Je demeure néanmoins convaincu que la vraie nature [humaine] est le problème central des sciences sociales et, plus encore, l’un des grands domaines inexplorés de la science en général, et je ne doute pas un instant que son heure viendra »25. Toujours inconscients des dangers de leurs théories, les sociobiologistes se trouvent encore actuellement dans la situation de l’affreuse « bestiole » que Franz Kafka dépeint avec humour : ils pensent ne relater que des faits, mais ils ne voient pas la réalité que cachent ces derniers.

  • 26 F. Kafka (1955), p. 188-189 (dernières lignes du roman).

Quand je jette un regard sur mon évolution et sur le but qu’elle a poursuivi jusqu’ici, je ne me plains ni ne me réjouis. Les mains dans les poches, la bouteille sur la table, je me tiens à demi couché, à demi assis dans le rocking-chair et je regarde par la fenêtre. Une visite m’arrive-t-elle, je la reçois comme il se doit. Mon impresario se tient dans l’antichambre ; quand je sonne, il vient et écoute ce que j’ai à dire. Le soir, il y a presque toujours représentation et mes succès ne peuvent sans doute plus être dépassés. Quand je reviens à une heure avancée de banquets, de sociétés savantes ou d’un tête-à-tête agréable, une demoiselle chimpanzé à demi dressée m’attend chez moi et je m’abandonne avec elle aux plaisirs de notre race. Le jour, je ne veux pas la voir ; elle montre en effet dans ses yeux l’égarement de la bête dressée ; je suis seul à le remarquer et je ne peux pas le supporter. Dans l’ensemble, je suis arrivé à ce que je voulais obtenir. Qu’on ne dise pas que ce n’était pas la peine. D’ailleurs, je ne veux pas du jugement des hommes, je ne cherche qu’à propager des connaissances, je me contente de relater ; même avec vous, Éminents Messieurs de l’Académie, je me suis contenté de relater.26

Notes

1 Kaye considère Lorenz comme un sociobiologiste au même titre que Wilson : il ignore l’histoire des sciences ou il n’a pas compris les œuvres de Lorenz et de Wilson. Dans l’esprit de plusieurs intellectuels, la sociobiologie animale trouve son principal fondement dans l’éthologie, et la sociobiologie humaine dans une réduction de l’homme à l’animal.

2 H. L. Kaye (1986), p. 2-3.

3 Biologisme : « attitude épistémologique qui considère la biologie comme la science fondamentale et cherche à ramener l’ensemble des phénomènes mis en évidence par d’autres sciences (psychologie, sociologie, économie, etc.) à des mécanismes biologiques. Le biologisme apparaît comme une extrapolation des lois biologiques à des domaines dont on ignore s’ils peuvent se prêter à une telle transposition » (A. Lempereur et G. Thinès, 1975, p. 132).

4 Sociologisme : « doctrine selon laquelle les faits sociaux sont autonomes et ne résultent pas de tout autre phénomène biologique ou psychologique, mais au contraire peuvent servir à expliquer certaines réalités d’un autre ordre : moral ou religieux, par exemple. Il s’agit alors d’un réductionnisme » (J. G. Ruelland, 1990c, p. 2417).

5 P. Thuillier (1981).

6 Que P. Thuillier dénonce dans Les Biologistes vont-ils prendre le pouvoir ? et G. Leach dans The Biocrats.

7 P. Bénéton (1983), p. 9.

8 Cité dans G. Seldes, éd. (1985), p. 205.

9 P. Ehrensaft et C. Saint-Denis (1984), p. 159 ; voir aussi P. Thuillier (1981), p. 48.

10 L’objection de Vaysse et Médioni constitue une réfutation du modèle de Hamilton ; elle restreint considérablement les prétentions de la sociobiologie animale de trouver un fondement dans la génétique.

11 J. Médioni et G. Vaysse (1982), p. 302.

12 On Human Nature (1978) s’attaque à des comportements dont la nature « sociale » est discutable (le comportement religieux, notamment), et Genes, Mind, and Culture (1981) ne traite plus que de l’individu isolé ; à la fin, le comportement strictement social est complètement oublié. Cela démontre bien l’absence totale de bases scientifiques de la sociobiologie humaine et la fragilité de la sociobiologie animale.

13 J. Médioni et G. Vaysse (1982), p. 302.

14 K. R. Popper, (1984), p. 145.

15 K. R. Popper (1982), p. 5, 131, 161.

16 K. Lorenz et K. R. Popper (1990), p. 130-131. Et ceci n’est ni la répétition d’une des thèses importantes de Leibniz ni celle de la déclaration dérisoire de Pangloss dans le Candide de Voltaire, mais un constat empirique fait par deux savants de notre époque.

17 N. Khouri (1990), p. 292.

18 M. Blanc (1986), p. 445-446. Voir aussi J.-G. Ruelland (2001).

19 « La conscience de l’imperfection de la science […] distingue le savant du scientiste. […] Si le scientisme représente quelque chose, c’est la croyance aveugle et dogmatique en la science. Or cette croyance aveugle est étrangère au véritable savant. Et c’est pourquoi le reproche de scientisme s’adresse peut-être à certaines conceptions vulgaires de la science, mais ne peut pas toucher les savants eux-mêmes » (K. Lorenz et K. R. Popper, 1990, p. 59).

20 J. Médioni et G. Vaysse (1982), p. 298. Les auteurs reconnaissent l’existence de déterminants biologiques, mais aussi de déterminants sociaux, lesquels ne sont, dans aucun cas, identifiés à des gènes.

21 Ibid., p. 298-299, 306-307. Sans doute un ouvrage comme Genes, Mind, and Culture peut-il ouvrir de nouvelles voies à la neurologie, à la neurochirurgie et à la cybernétique, mais l’éthique et l’histoire sont là pour rappeler que l’expérimentation sur l’être humain doit se faire en deçà de certaines conditions limitatives et que de telles expériences ont souvent eu pour conséquences des abus et des erreurs. Pourquoi, si même de telles expériences sur l’être humain étaient techniquement possibles, faudrait-il nécessairement les tenter parce qu’elles sont faites sur les termites ? La légitimité épistémologique de recherches scientifiques comme celles des sociobiologistes et des généticiens peut-elle excuser la dérogation aux principes de l’éthique ? Répondre par l’affirmative à cette question équivaut à ouvrir la porte aux plus dangereux abus. D’un autre côté, les recherches quantitatives que mènent les sociobiologistes, tant dans le monde animal que dans celui des humains, ne légitiment pas les visées sociopolitiques des pratiques que leur théorie engendre. Elles constituent certainement le principal argument de la théorie sociobiologique, mais n’en excusent pas le caractère impérialiste (E. O. Wilson, 1978b, p. 293). Ces recherches peuvent orienter les actions des sociobiologistes comme elles le font dans tous les domaines, mais elles ne garantissent pas la valeur éthique de ces actions, pas plus qu’elles n’indiquent clairement la nécessité de passer à l’action. Les autres sciences humaines qui construisent des modèles mathématiques (économétrie, psychométrie) connaissent ce problème : une statistique n’est pas un code moral.

22 C. J. Lumsden et E. O. Wilson (1981), p. 360.

23 Cité dans S. J. Gould (1987), p. 123.

24 « On a […] critiqué la conception naïve de la base génétique des phénotypes de comportement envisagés comme modulateurs de l’évolution. […] L’existence d’un “gène de l’altruisme” […], semble dérisoire […] dans la mesure où les phénotypes de comportement sont liés aux gènes de façon indirecte et pléiotrope. Il n’y a donc pas plus de gène de l’altruisme que de gène de la mémoire ou de la vigilance » (J. Médioni et G. Vaysse, 1982, p. 305).

25 E.O. Wilson (1995), p. 353.

26 F. Kafka (1955), p. 188-189 (dernières lignes du roman).

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540