Version classiqueVersion mobile

L’empire des gènes

 | 
Jacques G. Ruelland

12. L’impossible institutionnalisation de la sociobiologie

Texte intégral

L’Angleterre est encore gouvernée par le Rectorat de Langar, l’École de Shrewsbury, [l’Université de] Cambridge et leurs annexes, la Bourse et les cabinets de juristes ; et même si les produits humains de ces institutions étaient tous des génies, ils finiraient bien par ruiner tout pays civilisé moderne après s’être eux-mêmes accrochés à leurs propres principes au prix de la misère et de l’esclavage des quatre cinquièmes de ses habitants.
George Bernard Shaw, Introductory Essay to Samuel Butler’s The Way of All Flesh

  • 1 Le terme « institutionnalisation » est un néologisme que l’on ne retrouve pas encore dans les dict (...)

1Une description des récentes tentatives d’institutionnalisation1 de la sociobiologie fournit les éléments nécessaires à une description des « écoles » de sociobiologistes, des tendances qu’ils défendent et des luttes qu’ils se livrent entre eux, afin de conquérir un certain pouvoir au sein des institutions.

  • 2 Notamment T. N. Clark (1972) ; T. S.Kuhn (1975) ; G. Lemaine, R. Macleod, M. Mulkay, P. Weingart, (...)
  • 3 La chronobiologie offre l’exemple d’un nouveau champ de recherche en quête de la constitution de s (...)

2Certains sociologues des sciences estiment que l’institutionnalisation est ce qui permet à un champ de recherche d’accéder au rang de discipline scientifique2. La macro-éthologie pourrait être institutionnalisée à partir du moment où son paradigme théorique aurait atteint sa maturité, c’est-à-dire quand elle représenterait une branche particulière et originale du savoir. Si l’on stipule par ailleurs que les éléments constitutifs d’une discipline scientifique sont la construction d’un paradigme, la présence d’individus de talent capables d’approfondir le paradigme et l’institutionnalisation des structures de base en vue de la préservation et de la diffusion du paradigme3, la macroéthologie est en voie de devenir une telle discipline : elle constitue actuellement un champ de recherche scientifique.

  • 4 T. N. Clark (1972), p. 699.

3L’étude de ce processus permet de mieux cerner les problèmes que rencontre une protodiscipline comme la macro-éthologie pour gagner son statut et sa reconnaissance sociale à la fois sur le plan théorique et sur le plan institutionnel ; l’examen attentif de ce processus permet aussi d’écrire une histoire des sciences toujours plus rigoureuse et nuancée, tenant compte des aspects scientifiques et des aspects sociaux4.

4Puisque le comportement humain peut être étudié par divers spécialistes (psychologues, anthropologues, sociologues, biologistes, etc.), la sociobiologie humaine ne recoupe-t-elle pas un champ de recherche déjà couvert par ceux-ci ? Alors que la sociobiologie animale a déjà sa place au sein des disciplines biologiques (notamment en éthologie), la sociobiologie humaine peut-elle continuer à tenter de se faire reconnaître et institutionnaliser ?

5Contrairement à la macro-éthologie, la sociobiologie humaine ne peut devenir une discipline scientifique à part entière et totalement institutionnalisée ; dans certains cas, elle semblerait avoir à sa disposition tous les moyens techniques nécessaires à son institutionnalisation, compte tenu des recherches en biologie (en éthologie surtout, en primatologie, en entomologie, etc.) que mènent ses adeptes. Mais tant sur le plan de la reconnaissance du bien-fondé scientifique de ses thèses que sur celui de la conquête de l’institutionnalisation, ses tentatives la montrent dans la position de Sisyphe : elle recommence éternellement son funeste destin.

  • 5 Une institution est « la forme socialement organisée par laquelle s’accomplit une tâche dans une s (...)
  • 6 M. Fournier (1973), p. 27. Voir aussi M. Fournier (1986), p. 22 et M. Fournier, A. Germain, Y. Lam (...)

6L’institutionnalisation est l’ensemble des actions ainsi que le choix des moyens pris par un groupe social dans le but de créer une institution5. Il existe des institutions de divers types et de complexité variable. Une université est une institution plus complexe qu’une petite société savante et d’un autre type qu’une discipline scientifique. Chaque institution doit d’abord passer par un ensemble d’étapes (l’« institutionnalisation ») au cours desquelles elle va tendre à se diriger vers sa forme achevée d’institution. Ces étapes très diverses sont particulières à chaque type d’institution : une université ne s’institutionnalise pas de la même façon qu’une discipline scientifique ; dans le premier cas, l’intervention de l’État joue souvent un rôle primordial, alors que dans le second, la constitution d’un paradigme, absente du premier cas, semble être à la fois plus importante et plus pertinente au parachèvement de l’institution projetée. Par ailleurs, une petite société savante s’institutionnalise comme une université, mais avec des moyens et des objectifs beaucoup plus modestes et moins nombreux. Marcel Fournier donne une bonne description de ce processus6.

  • 7 Fournier ne souligne pas l’importance des paradigmes scientifiques ; même si son article porte sur (...)

7Selon Marcel Fournier, 1) l’institutionnalisation d’une discipline se confond avec l’histoire de sa genèse ; 2) celle-ci est l’histoire de la constitution progressive d’un public et d’un groupe de producteurs, stade marqué par une période de luttes et de légitimation culturelle ; 3) l’adoption de règles d’accès à la profession, avec insertion dans le système universitaire, constitue le troisième stade ; 4) au quatrième stade, le degré d’autonomie de la discipline se mesure à son pouvoir d’imposer des normes de production et d’évaluation de ses produits ; à ce stade, il y a reproduction de la distribution du capital culturel entre les classes sociales7. Une discipline scientifique devient une institution lorsqu’elle est institutionnalisée. Dans ce sens, la sociobiologie animale ou « macro-éthologie » est institutionnalisée, puisqu’elle donne lieu à une recherche dans le cadre d’études universitaires en éthologie et à des publications subséquentes dans des revues spécialisées ; dans ce cas, la macro-éthologie est déjà institutionnalisée, à titre de sous-ensemble disciplinaire de l’éthologie.

Les critères d’institutionnalisation des disciplines scientifiques

  • 8 C’est-à-dire un ensemble de connaissances cohérentes « en devenir », une condition « préparadigmat (...)
  • 9 T. N. Clark (1972), p. 699 Voir aussi T. S. Kuhn (1983), p. 41.

8D’après Terry N. Clark, les disciplines scientifiques ne sont institutionnalisées que dans la mesure où chacune d’elles forme ce qu’il nomme « une sorte de paradigme »8, qu’elle fait l’objet de recherches scientifiques par des spécialistes, et qu’elle tend à s’imposer à la société par le biais d’institutions de formation scientifique et / ou de canaux ou de circuits de diffusion scientifique9. Clark précise que l’institutionnalisation est un processus qui se subdivise en cinq parties : 1) le chercheur isolé ; 2) les petites organisations professionnelles ; 3) les chaires universitaires pour quelques spécialistes ; 4) les programmes de formation supérieure ; 5) une vaste communauté scientifique – où l’homme de science isolé ne se retrouve qu’en (1), l’amateurisme scientifique en (1) et (2) ; la science académique en (2) et (3) ; la science organisée en (2), (3) et (4), et la science lourde en (3), (4) et (5).

  • 10 L’histoire de la médecine est également révélatrice à cet égard : la physiologie n’est devenue une (...)

9L’élaboration de thèses originales est insuffisante pour faire une discipline scientifique d’un secteur de recherches. La discipline scientifique ne devient telle que par l’effet de l’institutionnalisation : la reconnaissance officielle de sa spécificité comme discipline. La construction de l’objet scientifique constitue une sorte d’histoire interne, intime, de la discipline. Thomas S. Kuhn signale avec insistance que la constitution du paradigme théorique revêt une importance capitale pour faire de ce secteur de la connaissance une discipline à part entière. Mais il faut aussi considérer l’histoire externe, les conditions sociopolitiques et institutionnelles de la discipline en quête de son statut, pour comprendre qu’un secteur de recherche scientifique ne peut revendiquer le titre de discipline que s’il est institutionnalisé de manière autonome – bien qu’un secteur de recherche puisse être considéré comme institutionnalisé en tant que sous-ensemble d’une branche plus large du savoir scientifique : c’est le cas de la macro-éthologie, qui est un sous-champ de l’éthologie10. Par ailleurs, si l’on regarde les éléments constitutifs d’une discipline scientifique que préconise Clark, la macroéthologie est peut-être en voie de devenir une telle discipline, mais la sociobiologie humaine ne peut prétendre accéder au même statut.

10Une étude complète de l’institutionnalisation de la sociobiologie humaine devrait porter sur les stratégies utilisées par ses adeptes pour la faire reconnaître comme discipline à part entière, c’est-à-dire comprendre une analyse des moyens traditionnels d’institutionnalisation de ces disciplines, de leurs modes d’émergence et de leur répartition géographique ou sociologique, etc. Dans la perspective de Fournier, la sociobiologie humaine s’inscrit dans la « science des amateurs et des pionniers », alors que la macro-éthologie est une « science académique » ; la sociobiologie humaine est caractérisée par la rédaction d’essais, de manuels scolaires et d’articles pour des revues de culture générale ou de vulgarisation, alors que les articles traitant de macro-éthologie se retrouvent dans des revues savantes ou scientifiques ; la sociobiologie humaine a des préoccupations littéraires, politiques et religieuses, alors que la macro-éthologie fait preuve de compétence technique et de neutralité ; la sociobiologie humaine génère des cercles où s’affrontent ses partisans et ses adversaires, alors que la macro-éthologie est à la source de cours universitaires, de chaires de biologie ou de thèses de doctorat où sont diffusés ses enseignements.

L’institutionnalisation actuelle de la sociobiologie humaine

11La macro-éthologie est actuellement au début de son processus d’institutionnalisation. On lui consacre des livres, des revues, des articles, on l’inscrit au programme de certains cours, on accepte ses perspectives dans certains départements universitaires. Mais il n’y a pas encore de départements de sociobiologie, ni de diplômes de sociobiologiste ; elle n’est pas institutionnalisée parce qu’elle n’est pas arrivée au stade de « discipline indépendante ». Les diverses tentatives d’institutionnalisation de la sociobiologie humaine révèlent son caractère idéologique et n’appuient en rien sa revendication à la scientificité – l’institutionnalisation complète n’étant qu’un indicateur parmi d’autres de la scientificité. La recherche institutionnalisée, telle celle de la macro-éthologie, est déjà un bon indicateur, mais une recherche peut également se développer sous des formes para-institutionnelles, comme en témoignent les résultats publiés dans les revues. L’âpreté des oppositions, et surtout le fait qu’elles portent la plupart du temps sur les postulats de base de la théorie – et non sur des détails de son application –, voire même sur sa raison d’être, impliquent qu’elle n’est pas acceptée comme paradigme et que les raisonnements des sociobiologistes sont rejetés par l’ensemble du reste de la communauté scientifique.

  • 11 I. Bourgeois (1990) signale l’insuffisance de certains modèles explicatifs courants de l’instituti (...)

12Dans le cas de la sociobiologie animale comme dans celui de la sociobiologie humaine, les modèles de Clark et de Fournier ne parviennent pas à rendre parfaitement compte de l’évolution de l’institutionnalisation de la sociobiologie ; il faut aussi tenir compte des conditions sociohistoriques ayant accompagné la production (scientifique ou idéologique) des sociobiologistes, c’est-à-dire les conditions propres à la recherche en sociobiologie et l’histoire du développement interne de la sociobiologie11. Avant de se développer en laboratoire, la sociobiologie animale s’est d’abord développée dans des échanges entre éthologues et sociobiologistes, puis son discours s’est articulé autour de livres et d’articles, qui ont été discutés et ont alors tracé une double perspective de recherche en laboratoire : en éthologie et, dans une mesure beaucoup moindre et sans générer de résultats appréciables, en génétique ; l’institutionnalisation de la sociobiologie animale est donc nettement postérieure à son émergence dans le champ du savoir. D’un autre côté, la sociobiologie humaine ne fait l’objet que de spéculations, mais celles-ci occupent néanmoins un « espace » non négligeable du processus d’institutionnalisation : celui de revues spécialisées et de livres.

13Le modèle de Fournier ne peut rendre compte du processus d’institutionnalisation de la sociobiologie animale « génétique », puisque son développement s’est arrêté au stade 3 et ne semble pas devoir le dépasser. D’un autre côté, la sociobiologie humaine ne peut entrer dans le modèle de Fournier que si l’on considère qu’elle est une « science des pionniers et des amateurs » ; mais cela va à l’encontre de ses prétentions scientifiques – le propre d’une « science des pionniers et des amateurs » étant de ne pas se prétendre « scientifique » dès la première formulation de ses hypothèses de base ; en conséquence, la sociobiologie humaine n’est pas réellement une « science des pionniers et des amateurs » et le modèle de Fournier ne peut servir à décrire son processus d’institutionnalisation en tant que « science académique ». Il ne reste que la macro-éthologie, dont le modèle de Fournier rend bien compte du processus d’institutionnalisation. Quant au modèle de Clark, il ne rend pas compte entièrement de l’institutionnalisation de la macro-éthologie. L’institutionnalisation complète de la sociobiologie humaine supposerait la présence de treize indicateurs différents : 1) une structure départementale légitimée par une faculté universitaire ; 2) des spécialistes enseignant uniquement cette discipline au sein de la structure départementale ; 3) des chercheurs spécialisés dans cette discipline ; 4) l’octroi de diplômes dans cette discipline ; 5) l’octroi de bourses d’études dans cette discipline – ce qui ne peut se faire sans 6) la reconnaissance officielle de la discipline par les institutions gouvernementales ou privées gérant les crédits ; 7) la création de revues spécialisées assurant la publication régulière des résultats de la recherche disciplinaire ; 8) la création de sociétés savantes ou de groupes de recherche ; 9) l’organisation de congrès, colloques, etc. ; 10) la publication de livres traitant explicitement et uniquement de questions relevant exclusivement de la discipline ; 11) la création éventuelle, par les éditeurs de livres scientifiques, de collections spécialisées dans le domaine ; à ces critères, nous pouvons ajouter deux indicateurs plus faibles : 12) une pratique interdisciplinaire de la science, 13) qui respecte le processus normal de différenciation et qui ne vise pas à se substituer aux disciplines existantes.

14Un département universitaire de sociobiologie humaine demanderait au moins les six premiers indicateurs. Or, ceux-ci ne sont que partiellement ou indirectement présents dans le processus d’institutionnalisation de la sociobiologie humaine :

  1. La structure départementale n’existe pas : il n’existe pas, à notre connaissance, de département de sociobiologie humaine.
  2. Les spécialistes de la macro-éthologie ne détiennent pas de diplômes en sociobiologie, mais en éthologie, en anthropologie, en zoologie (Wilson), en biologie, en génétique, etc. ; quelques cours ou parties de cours seulement dans quelques départements universitaires explorent la macro-éthologie ; la sociobiologie humaine ne semble faire l’objet de discussions que dans le cadre de rares cours de sciences humaines (philosophie, histoire des sciences, sociologie, etc.)12, mais la reconnaissance par une structure départementale de l’enseignement de la macro-éthologie ou de la sociobiologie humaine n’en assure pas à elle seule l’institutionnalisation.
  3. Les chercheurs en macro-éthologie ont une formation académique comparable à celle des enseignants décrits en (2) ; d’ailleurs, ils sont presque tous également professeurs13 ; il en résulte une recherche académique réelle en macro-éthologie, qui n’existe pas pour la sociobiologie humaine. D’un autre côté, le fait que peu de chercheurs en sciences biologiques s’intéressent à la sociobiologie humaine tend à prouver qu’elle n’est pas prise au sérieux par le milieu scientifique, et c’est peut-être là la meilleure preuve de son caractère idéologique.
  4. Il n’y a pas de diplômes en sociobiologie humaine, mais en sociologie, en anthropologie, etc., même si la perspective sociobiologique est importante dans certaines thèses de doctorat considérées14 : cet indicateur est important car il montre que la sociobiologie est traitée par des spécialistes des sciences humaines dissidents ou insatisfaits de leur propre statut ou de celui de leur discipline et qu’elle n’est pas considérée comme une perspective scientifique importante par les étudiants en sciences biologiques.
  5. Au Canada, il n’y a pas de bourses octroyées pour des recherches en sociobiologie humaine (cela ne signifie pas qu’il ne peut y en avoir ailleurs) ; les bourses et les crédits accordés par les instances gouvernementales ou privées canadiennes sont destinés aux recherches en sociologie, en anthropologie, etc., même si la perspective sociobiologique y est importante15.
  6. Il n’y a pas de reconnaissance directe de la sociobiologie humaine comme champ de recherche par les institutions subventionnaires, puisqu’elle n’est même pas reconnue comme champ de recherche institutionnel. Quant aux éléments (7) à (13), ils peuvent exister indépendamment des six premiers ; ils contribuent quelque peu à l’institutionnalisation de la sociobiologie animale sans pour autant lui assurer la reconnaissance pleine et entière au sein d’une institution universitaire ; d’un autre côté, les mêmes éléments, même s’ils existent réellement, ne suffisent pas à donner un statut institutionnel à la sociobiologie humaine.
  7. Il existe au moins deux revues spécialisées en sociobiologie publiées aux États-Unis : Sociobiology, consacrée exclusivement à la sociobiologie animale, en particulier les mœurs des insectes « sociaux », et Ethology and Sociobiology, dont les articles traitent de sociobiologie humaine.
  8. Des groupes de réflexion sur la sociobiologie humaine se sont formés dans plusieurs universités, notamment à l’Université Harvard ; il y a (ou il y eut) aussi des groupes moins importants dans d’autres universités comme celles du Québec (Université Laval, Université de Montréal16). Il faut toutefois distinguer les « groupes de recherches scientifiques » et les « groupes de discussion » ; même s’ils réfléchissent sur les enjeux ou les implications de la sociobiologie, ces derniers ne s’intéressent la plupart du temps qu’à la sociobiologie humaine et n’élaborent pas de nouvelles thèses scientifiques à partir de celles de la macro-éthologie. Il faut dire aussi que ces groupes de discussion ne constituent qu’un épiphénomène dans l’ensemble des stratégies d’institutionnalisation d’une discipline ; d’un autre côté, la macro-éthologie est présente dans les sociétés savantes et fait l’objet de recherches en groupes.
  9. Depuis 1975, de nombreux congrès et colloques ont réuni, particulièrement aux États-Unis et en France, partisans et opposants des thèses de la sociobiologie humaine et de la macro-éthologie et de leurs applications respectives.
  10. La publication d’ouvrages traitant de sociobiologie humaine est certainement le phénomène d’institutionnalisation le plus visible : en témoignent les livres de Wilson après 1975, ceux de Barash, Christen, Dawkins, Fisher, Hrdy, etc., ainsi que les articles qui font l’apologie de la sociobiologie humaine sur le plan sociopolitique ; beaucoup de ces ouvrages sont signés par des spécialistes des sciences humaines.
  11. Il n’existe pas encore, à notre connaissance, de collection spécialisée en sociobiologie chez un éditeur.
  12. La pratique interdisciplinaire est une des qualités évidentes de la macro-éthologie.
  13. Mais qui est gâchée en sociobiologie humaine par son ambition de soumettre les sciences sociales à l’« autorité » de la biologie. La sociobiologie humaine n’est pas institutionnalisée. Elle n’a pas dépassé le stade des discussions et des hésitations ; elle sert parfois de perspective exploratoire ou de « piste » à certaines recherches en anthropologie, mais aucun chercheur scientifique ne l’utilise comme si elle constituait un paradigme bien établi.

Les obstacles à l’institutionnalisation de la sociobiologie humaine

15En raison des contestations dont elle fait toujours l’objet, la sociobiologie humaine n’est pas éligible au titre de perspective sérieuse dans une recherche à prétention scientifique. De son côté, la sociobiologie animale repose sur des bases biologiques plus solides que la sociobiologie humaine, mais ces bases sont rarement d’ordre génétique. Le déterminisme génétique des comportements « sociaux » des animaux est loin d’être une certitude scientifique. La recherche d’une compréhension de l’organisation du monde animal se construit largement sur les schèmes conceptuels de domaines connexes ou étrangers à la génétique : éthologie, primatologie, écologie, chimie, etc. Le monde animal est souvent compris à travers celui des humains, auquel on emprunte certains schèmes conceptuels. Le développement de la macro-éthologie montre qu’il n’est pas absolument nécessaire de recourir à la génétique pour comprendre le comportement des animaux. Un tel recours ne s’impose pas davantage pour la compréhension du comportement humain – à moins que l’on veuille imposer, pour des raisons d’ordre sociopolitique, une interprétation univoque et indiscutable du comportement humain. L’adoption d’une telle stratégie relève à la fois du physicalisme et du scientisme le plus naïf (la science pouvant tout expliquer, la génétique pouvant expliquer tout comportement). Le recours aux sciences expérimentales (notamment la biochimie) n’est pas pour autant exclu d’une compréhension du comportement animal, mais ce recours ne s’impose pas comme la seule voie d’explication scientifique acceptable de ce comportement. Les hypothèses de la génétique peuvent très bien se combiner à celles de la zoologie, de l’entomologie, de l’éthologie, de la primatologie, etc., c’est-à-dire à des hypothèses relevant de disciplines connexes ou même étrangères à la génétique. On peut alors parler d’interfécondation de deux ou de plusieurs disciplines et estimer que la macro-éthologie a renouvelé l’éthologie. Mais dans ce dernier cas, la macro-éthologie n’éprouve pas un besoin impérieux de trouver ses fondements dans la génétique, ni d’un point de vue scientifique, ni du point de vue de son institutionnalisation. Imposer un tel recours à la génétique ne peut qu’éveiller la suspicion des scientifiques et miner ainsi la crédibilité de la théorie que l’on veut promouvoir. L’examen de la revue Sociobiology, créée en 1975 par la California State University, dans laquelle Wilson a publié quelques articles, et qui est presque exclusivement consacrée à la vie des insectes « sociaux », peut éclairer cette assertion. Voici le début d’une table des matières prise dans l’un des volumes de cette revue :

  • 17 Sociobiology, vol. 14 (1988), n° 1.

« Recent Developments in Termite Biology : A Tribute to W. L. Nutting » : Introductory Remarks by J. -P. La Fage and S. C. Jones — « Host Selection in Subterranean Termites : Factors affecting Choice » by Deborah Ann Waller — « The Worker Caste is Polyphyletic in Termites » by Charles Noirot and Jacques M. Pasteels — « The Caste System of Parrhinotermes browni (Isoptera : Rhinotermiditæ) » by Yves Roisin — « A New Genus and two New Species of Athetine Staphylinids from the Nests of Microcerotermes in Sulawesi and Brunei with a Cladistic Analysis of their Relationships (Coleoptera ; Isoptera : Termiditæ) », by David H. Kistner and Jean Doby — « Preliminary Studies on the Significance of Head-Banging Movements in Termites with Special Reference to Zootermopsis angusticollis (Hagen) (Isoptera : Hodotermiditæ) », by A. M. Stuart — « Dealation in Termites (Isoptera) », by Timothy G. Myles — « Isopteran Sex Ratios : Phylogenetic Trends » by Susan C. Jones et al. — « Intra- and Interspecific Competition of the Formosan and Eastern Subterranean Termite. Evidence from Field Observations (Isoptera : Rhinotermitidæ) », by Nan-Yao Su and R. H. Scheffrahn — « Chemical Ecology of Euro­pean Termites of the Genus Reticulitermes : Allomones, Pheromones, and Kairomones », by J.-L. Clément et al. — « The Chemicals of Termite Societies », by G. D. Prestwich — « Morphological and Chemical Criteria in the Taxonomy of Nasutitermes from Papua New Guinea (Isoptera : Termitidæ) », by J.-M. Pasteels et al. […].17

16Cet exemple, qui se répète dans tous les numéros de la revue Sociobiology, montre que l’analyse du monde des insectes se fait sur la base de plusieurs disciplines « parabiologiques », d’emprunts très fréquents à des disciplines autres que la génétique et par le biais d’analogies avec la vie sociale humaine.

17Le paradigme de la sociobiologie animale se constitue par des moyens qui ne sont pas directement et immédiatement associés à la recherche de lois scientifiques « authentiquement » sociobiologiques – c’est-à-dire des lois formulées à partir de la seule sociobiologie. Les emprunts aux diverses branches de la biologie sont très fréquents, mais la génétique étant la science biologique de prédilection des sociobiologistes, force est de constater qu’elle ne figure que très peu à titre de fondement des thèses de la sociobiologie animale. Les chercheurs en sociobiologie animale utilisent les moyens (lois, résultats de recherches, méthodes, etc.) des autres disciplines scientifiques dans le but d’éclairer certaines hypothèses suggérées par la perspective sociobiologique : on va se servir de l’écologie chimique pour comprendre le phénomène décrit par la sociobiologie animale comme « l’organisation sociale » de la vie des termites ; mais on va encore se servir bien plus de l’éthologie. La sociobiologie humaine se situe sur un tout autre plan. Les applications scientifiques acceptables de la sociobiologie animale, par exemple l’exploration des facteurs chimiques entrant en ligne de compte dans l’explication du comportement des termites, ne trouvent pas leur équivalent au niveau humain. De la même façon, les facteurs très diversifiés (d’ordre psychologique, par exemple) entrant en ligne de compte dans l’explication du comportement humain ne trouvent pas leur équivalent au niveau animal. Croire que l’étude de la génétique peut aussi bien expliquer, à elle seule, les comportements des animaux que les comportements humains, c’est présumer des pouvoirs réels de la génétique et prendre pour acquise la réduction de l’être humain à l’animal et pour acquis que le comportement de l’animal ne dépend que des seuls facteurs endogènes (chimiques, génétiques, par exemple), alors que tous les biologistes savent que chaque être vivant dépend aussi bien de facteurs endogènes que de facteurs exogènes et que ceux-ci déterminent largement les premiers (l’inverse étant également vrai, mais dans une mesure beaucoup moindre). C’est pourquoi, d’un point de vue strictement scientifique, l’explication du comportement de tous les êtres vivants (végétaux, animaux ou humains) ne peut se bâtir qu’au prix d’un recours simultané à plusieurs disciplines – autant biologiques que non biologiques. Le caractère interdisciplinaire de la macro-éthologie explique en partie son succès sur les plans scientifique et institutionnel ; en revanche, l’isolement de la « sociobiologie animale génétique » dans un type d’arguments excluant les facteurs extra-génétiques, explique ses échecs sur les mêmes plans.

18La seule voie de la légitimation scientifique et institutionnelle de la sociobiologie animale est l’interdisciplinarité qu’emprunte la macro-éthologie. Mais l’adoption d’un point de vue interdisciplinaire ne peut à lui seul garantir ni la scientificité, ni l’institutionnalisation d’une discipline. Il faut également que celle-ci soit dépourvue de caractère scientiste. La sociobiologie humaine a aussi pour ambition de démontrer un jour, par des observations scientifiques incontestables, la valeur de ses avancés sur le comportement humain. Ses adeptes devraient plutôt la considérer comme un danger envers la liberté sociale et politique des individus et comme une menace à l’endroit de leur propre liberté scientifique.

  • 18 Nous avons omis les éditoriaux, les recensions de livres, etc.

19Une recension des neuf premiers volumes d’Ethology and Sociobiology, une revue consacrée à la sociobiologie humaine, montre qu’un seul des 181 plus importants articles18 parus dans ses 36 numéros porte sur les déterminismes génétiques des comportements sociaux humains, et il s’agit d’un article signé par Charles J. Lumsden. Pourtant, dès sa fondation (1979), la revue annonçait clairement ses objectifs et ses exigences. Au début de chaque numéro, on peut lire le texte suivant :

  • 19 Ethology and Sociobiology, page couverture intérieure de chaque numéro.

buts et champs d’intérêtEthology and Sociobiology est d’abord intéressée à la publication de données et de théories éthologiques et sociobiologiques sous la forme d’études descriptives, d’expériences, de recensions ou d’articles favorisant le développement et le raffinement de la théorie. Du fait que le principal champ d’intérêt de la revue est l’espèce humaine, son but est d’éliminer la dispersion du savoir scientifique en éthologie, en sociobiologie et dans les domaines connexes, en particulier lorsque ce savoir s’applique aux humains. Les théories relatives aux espèces non humaines seront acceptées pour autant que leurs implications concernant l’être humain soient spécifiées.19

20Ethology and Sociobiology doit montrer que le bagage génétique humain explique les comportements sociaux humains. Mais il n’en est rien. Le plus souvent, les « anthroposociobiologistes » se contentent d’affirmer péremptoirement qu’un tel lien existe ou étayent toutes leurs déductions sur un recours systématique à des arguments d’ordre anthropologique ou éthologique – évitant toute allusion au bagage génétique. Ils ne parviennent pas à fonder leurs thèses sur des évidences génétiques satisfaisantes. Ils font une sociobiologie différente de celle qu’ils prônent – la base « officielle » de la sociobiologie (humaine ou animale) étant la génétique et non l’éthologie. C’est un cas flagrant de « fausse représentation ». L’analyse de la seule table des matières de chaque numéro en convainc aisément ; en voici un exemple :

  • 20 Ethology and Sociobiology, vol. 2, n° 2.

N.G. Blurton Jones : « Editorial : Human Ethology – The Study of People as if they could not talk ? » — Ronald M. Veigel and Peter Johnson : « An Ethological Classification System for Verbal Behavior » — James S. Chisholm : « Prenatal Influences on Aboriginal-White Australian Differences in Neonatal Irritability » — Harvey J. Ginsburg and Shirley M. Miller : « Altruism in Children : A Naturalistic Study of Reciprocation and an Examination of the Relationship between Social Dominance and Aid-Giving Behavior » — Patricia McCullough, John W. Owen, and Edward I. Pollak : « Does Androstenol affect Emotion ? » — Clara B. Jones : « Comment on Allomothering in Hanuman Langurs » — Samuel K. Wasser and David P. Barash : « The Selfish Allomother : A Comment on Scollay and DeBold (1980) » — Linda D. Wolfe and Patrick Gray : « Comment on Gaulin and Schlegel (1980) »20

21Le contenu des articles de la revue Ethology and Sociobiology prouve que le fondement actuel de la sociobiologie humaine est l’éthologie animale ou, plus exactement, la supposition non fondée de l’identité du comportement animal et du comportement humain. Mais la macro-éthologie ne s’applique qu’aux animaux, et non aux humains. La sociobiologie humaine est encore loin de se doter d’une base génétique acceptable, expliquant le déterminisme des comportements sociaux humains. L’assimilation de l’humain à l’animal et la supposition de l’identité des causes de leurs comportements respectifs constituent une inférence illégitime tant qu’elle n’est fondée que sur des observations éthologiques : seule une preuve génétique pourrait légitimer cette inférence ; les sociobiologistes le savent ; c’est pourquoi ils insistent tant sur l’importance de trouver le fondement génétique des comportements. Mais tant que cette preuve génétique n’est pas découverte, les arguments éthologiques sont insuffisants pour démontrer la validité scientifique de cette inférence – qui demeure une hypothèse de travail.

22La recherche des causes des comportements sociaux humains pourrait légitimement se fonder sur les hypothèses macro-éthologues, mais elle devrait alors renoncer à trouver son fondement en génétique. Une telle alliance entre la macro-éthologie et la sociobiologie humaine entraînerait cependant la mise en sommeil des prétentions immédiates de cette dernière à la scientificité, lui ferait perdre sa « mission sacrée » et la ramènerait au statut ordinaire de toute hypothèse scientifique. Cette perspective ne plairait certainement pas aux sociobiologistes wilsoniens.

23Les sociobiologistes qui publient dans Ethology and Sociobiology ne s’aventurent guère à traiter du fondement génétique des comportements sociaux humains. Ils semblent y avoir temporairement renoncé. Cette hypothèse explique les schismes dont la « communauté » des sociobiologistes est victime, et qui constituent un autre obstacle à l’institutionnalisation de la sociobiologie humaine.

  • 21 Ibid., p. 2 de chaque numéro de la revue.
  • 22 Wilson n’a pas plus fait partie du comité de rédaction de la revue Sociobiology. Peut-être n’est-i (...)

24Le comité de rédaction d’Ethology and Sociobiology, dont l’adresse est à l’Université de Californie à Los Angeles, se compose des personnes suivantes : Rédacteurs en chef : M. T. McGuire, N. G. Blurton Jones — Rédacteur pour l’Europe : W. C. McGrew — Rédacteur des recensions : M. J. Raleigh — Membres : R. Alexander, D. P. Barash, J. Barkow, N. Chagnon, W. Charlesworth, K. Connolly, I. De Vore, I. Eibl-Eibesfeldt, P. Ekman, L. A. Fairbanks, J. Fentress, D. G. Freedman, F. Hall, W. D. Hamilton, P. H. Harvey, W. Irons, A. Kendon, M. Konner, J.-S. Lockard, R. S. Marvin, W. McKinney Jr., H. Montagner, F. X. Plooij, J. Richer, P. K. Smith, F. F. Strayer, L. Tiger, R. Trivers21. On remarque l’absence de C. J. Lumsden et de E. O. Wilson ; ce dernier n’a jamais publié un seul article dans cette revue et ne fait même pas partie de son comité de rédaction22. Ce fait est particulièrement révélateur, car il montre que certains sociobiologistes forment des sous-groupes dont l’existence avait été décelée dès 1975 :

  • 23 P. Ladrière (1980), p. 80.
  • 24 Kaye amorce à cet endroit une discussion sur les risques que la vulgarisation fait encourir au car (...)

Quoique tous les sociobiologistes ne soient pas partisans d’une sociobiologie humaine – le théoricien évolutionniste John Maynard Smith, l’éthologue Richard Dawkins, et l’anthropologue biologiste Melvin Konner sont les plus importantes exceptions – la question des implications humaines de la sociobiologie a été centrale dans les textes de vulgarisation à discuter […]23. Les analyses, les spéculations et les prescriptions de Dawkins, Alexander, Barash et Wallace différaient parfois beaucoup de celles de Wilson24.

25Le groupe dirigeant Ethology and Sociobiology semble être formé, au moins en partie, de sociobiologistes dissidents, critiques à l’endroit des thèses de Wilson : on note les noms de Melvin Konner, mais aussi ceux de Williams Irons et Napoleon A. Chagnon. Il faut dès lors distinguer au moins deux groupes de sociobiologistes : ceux qui, autour de Wilson, prétendent fonder la sociobiologie humaine sur des preuves irréfutables et faire ainsi de leur théorie une sorte de nouvelle « reine des sciences », et ceux qui se contentent d’explorer les différentes hypothèses de l’éthologie dans les limites actuelles de cette science et qui tiennent compte de l’apport des autres sciences humaines. Les premiers veulent faire de la « géno-éthologie » (étude du fondement génétique des comportements des animaux), les seconds se contentent de faire de la macro-éthologie (étude des comportements « sociaux » des animaux sur la base des théories éthologiques, c’est-à-dire expliquant le comportement individuel des animaux). La sociobiologie que nous critiquons est avant tout celle de Wilson, celle qui veut réduire à tout prix l’humain à l’animal.

  • 25 « La position de Wilson [dans Sociobiology et On Human Nature] a donné des difficultés surprenante (...)
  • 26 « La plus récente tentative de Wilson […] d’une théorie biologique adéquate de la culture humaine (...)
  • 27 « Aujourd’hui [en 1982 – donc après la troisième sociobiologie et avant la quatrième], le mouvemen (...)
  • 28 P. Ladrière (1980), p. 78.

26Dans le chapitre 9 de cette étude, nous avons montré que si l’on découpe l’évolution du concept de « nature humaine » selon ses occurrences dans l’œuvre de Wilson, on obtient quatre « sociobiologies » différentes, S1 à S4. Chacune des « sociobiologies » aboutit elle-même à une impasse : S1, qui postule le déterminisme génétique des comportements sociaux, mène à une impasse scientifique ; S2, qui veut fonder le passage animal / homme, conduit à une impasse épistémologique ; S3, qui veut fonder le déterminisme génétique des comportements moraux, aboutit à une absence totale de libre arbitre ; S4, qui établit l’isomorphie téléonomique entre l’évolution de l’espèce humaine et l’évolution des sciences de la vie, amène l’adepte de la sociobiologie à croire en un mythe scientiste. En outre, chaque passage d’une « sociobiologie » à une autre aboutit également à une impasse parce que la théorie générale fait l’objet d’une contestation de la part d’un sous-groupe de sociobiologistes et que cela mène toujours à une sorte de schisme, de scission au sein du groupe initial : le passage de S1 à S2 semble peu crédible en raison des hésitations de Wilson quant au rôle joué par les gènes dans la détermination des comportements sociaux humains – ce qui a provoqué des dissidences parmi les partisans de la théorie initiale25 ; le passage de S2 à S3, c’est-à-dire l’élaboration de la théorie coévolutionniste, est très faiblement étayé26 et, comme tel, est rejeté par la communauté scientifique ; enfin, le passage de S3 à S4 devrait poser des problèmes similaires27. Wilson a plusieurs fois tenté, mais en vain, de fonder sa théorie. Ses échecs successifs lui ont progressivement aliéné la confiance de la communauté scientifique, qui se méfie de la sociobiologie28.

27Les implications sociopolitiques de la sociobiologie wilsonienne, ses incohérences épistémologiques et ses insuffisances scientifiques expliquent l’apparition de « chapelles », de sous-groupes d’opposants ou de sociobiologistes dissidents, et la naissance d’une orientation nouvelle de la sociobiologie dans laquelle l’accent n’est plus mis sur la recherche des fondements génétiques des comportements sociaux humains, mais sur l’exploration de possibles explications de ces comportements, en termes plus larges, respectant l’idiosyncrasie de l’espèce humaine :

  • 29 R. Lewin (1982), p. 226.

William Irons, un anthropologue de la Northwestern University, confesse être très sceptique sur le fait que la culture puisse être mise dans des modèles ainsi que le font Lumsden et Wilson, c’est-à-dire en la traitant comme un phénomène particulier. Il insiste sur le fait que les gens passent d’une culture à l’autre et modifient radicalement leur comportement. « Cela va à l’encontre de l’idée selon laquelle leur comportement est génétiquement guidé d’une façon importante » [dit-il]. L’une des études de cas importantes du livre [Genes, Mind, and Culture] – le fonctionnement des villages yanomamis – est tiré de l’anthropologue Napoléon Chagnon de la Pennsylvania State University. « Cette théorie est un progrès important parce qu’elle lie le développement culturel à la connaissance » déclare ce chercheur, « mais dans l’ensemble elle me met mal à l’aise. Elle est trop hautement mathématique et complexe. J’ai lu ce qu’ils [Lumsden et Wilson] disent de mon livre, et j’ai trouvé difficile de comprendre ce dont ils parlaient. Et pourtant je connais ces Indiens. Cela semble trop éloigné de la biologie ».29

  • 30 Ibid., p. 226.
  • 31 .« E. O. Wilson » est mentionné comme pseudonyme de Frank B. Baird, J.-R., sur la page 4 de la jaqu (...)
  • 32 Wilson reconnaît lui-même ce fait dans le chapitre 17 de Naturalist.

28La personne même du principal fondateur de la sociobiologie, Wilson, ses opinions personnelles et les objectifs holistes qu’il assigne à la science en général et à la théorie sociobiologique en particulier, bref la place primordiale qu’il occupe au centre de la recherche en ce domaine, génère un climat de tension davantage propice aux schismes et aux disputes qu’aux échanges fructueux dans une collaboration franche et constructive – et ce climat constitue un obstacle au développement normal de la théorie, comme l’atteste ce témoignage personnel que livre Roger Lewin : « Richard Lewontin est un généticien des populations qui travaille à l’étage au-dessous de celui de Lumsden et Wilson au Musée de Zoologie comparative à Harvard. Lumsden et Wilson n’ont pas consulté Lewontin [au sujet de leurs théories sur les Yanomamis] parce que, selon Lumsden, “il n’a pas la compétence pour commenter avec autorité ce type de travail” ». Même si un tel détail n’a que peu d’importance dans l’histoire de la sociobiologie – et ne devrait en avoir aucune aux yeux de Lewontin – on peut penser, avec Lewin, que ce manque d’empressement, de la part de Lumsden et de Wilson, à approcher Lewontin, « pourrait aussi être en rapport avec la réputation de ce dernier bien connu comme critique vigoureux des applications de la sociobiologie aux affaires humaines ». Les modèles de la sociobiologie humaine qui sont, selon Lewontin, « tyranniques, […] tronqués et déformés pour s’ajuster à une idée préconçue », ont valu à Wilson la méfiance de ses collègues ; les querelles suscitées par ces modèles ont achevé d’isoler leur créateur : « À cause de la nature des batailles qu’il y a eu autour de la sociobiologie, beaucoup de personnes ne veulent pas se prononcer et dire réellement ce qu’elles pensent »30. Un tel climat ne peut favoriser l’épanouissement d’un paradigme naissant. Même s’il n’est pas de force à entraver totalement une telle entreprise (car on peut toujours supposer que la théorie acquerra peut-être un jour des bases scientifiques satisfaisantes ou que, de guerre lasse, les opposants abandonneront la partie), un tel obstacle ne peut que retarder la consolidation d’une théorie qui se pose dès ses débuts comme un problème issu d’un autre âge de la science. La personnalité des acteurs principaux, lors de la mise en place d’une nouvelle théorie, joue un rôle important et peut expliquer en partie sa formation, sa formulation et son développement. Mais on ignore à peu près tout de Wilson : la rédaction de livres scientifiques n’est pas propice à l’autobiographie. Son véritable nom est Frank B. Baird, J.-R., « Edward O. [pour Osborn] Wilson » étant un pseudonyme31 qui l’a d’ailleurs suivi durant toute sa carrière ; même sa thèse de doctorat (The Insect Societies) a été publiée sous ce nom d’emprunt. « Wilson » est aussi le nom de Thomas Woodrow Wilson, président américain (1913-1921) dont l’administration, placée sous le slogan de « la Nouvelle Liberté » (New Freedom), fut marquée par de nombreuses réformes et par une extension du pouvoir fédéral. Comment ne pas y voir une analogie ? On ne sait de E. O. Wilson que le peu qu’il révèle sur lui dans Biophilia et dans une autobiographie, Naturalist, datant de 1995. Néanmoins, son intransigeance envers ses critiques et ses détracteurs (notamment le Sociobiology Study Group de Boston) semble se refléter sur ses idées scientifiques et ont presque brisé sa carrière32.

  • 33 Un exemple de ces luttes est donné dans La Science du mal (P. Keating [1993]), où l’auteur traite (...)

29Il faut aussi questionner la nécessité d’institutionnaliser la sociobiologie humaine. L’insistance de Wilson à dépasser l’éthologie, à vouloir absolument fonder la sociobiologie sur la génétique et à assimiler l’humain à l’animal ne s’explique que par la lutte pour le pouvoir institutionnel et académique. En créant une discipline explicative de tous les comportements (individuels et sociaux, animaux et humains), en apportant des preuves que ne pourront réfuter les éthologues, Wilson deviendra le maître de la recherche en ce domaine, il conquerra le pouvoir institutionnel et académique, les crédits, etc., et, surtout, il vaincra ses ennemis en les dévorant, exactement comme la sociobiologie « cannibalisera » les sciences humaines. Cette explication n’est pas irréaliste lorsqu’on connaît les luttes âpres et sans merci que se livrent certains universitaires ou certaines institutions pour obtenir des subventions, une promotion, une gratification quelconque33. Tous les scientifiques ne conçoivent pas le développement de la science comme une œuvre de paix.

30La recherche de bases génétiques aux comportements sociaux humains rappelle le châtiment de Sisyphe : un éternel recommencement à jamais dépourvu de résultat satisfaisant. C’est là le signe d’un échec sur le plan scientifique. Un autre signe de cet échec est l’insistance de Wilson à présenter sa théorie comme une approche entièrement nouvelle, une « nouvelle synthèse », une « discipline » dont la compréhension requiert une nouvelle approche du savoir. Or, la sociobiologie humaine n’est que la réactivation d’un vieux rêve scientiste qui hante les consciences de plusieurs savants depuis le xixe siècle. Nous appelons « ambivalence » cette caractéristique de la sociobiologie humaine de se présenter comme pensée d’avant-garde en étant en même temps résurgence d’une conception révolue de la science. William I. Thompson évoque bien ce rêve scientiste lorsqu’il décrit le dessein de la sociobiologie :

  • 34 W. I. Thompson (1989), p. 118-119.

La perte de l’idée de représentation, ainsi que les descendants de l’idée d’adaptation peuvent être reliés à la perte du pouvoir politique des élites scientifiques, car on suppose que les élites sont d’adéquates représentations d’un monde objectif, et ce monde ne devrait pas être exposé au changement ou aux multiples mauvais plis. C’est un monde fixe et absolu de « loi naturelle » et le scientifique est précisément celui qui connaît les secrets de la nature et qui en possède la clé de contrôle. Le scientifique est celui qui représente la loi naturelle dans la société et, en conséquence, il est parfaitement sensé qu’il puisse avoir le pouvoir de l’amener à l’harmonie par cette loi naturelle que lui seul comprend. Ce développement, bien entendu, signifie qu’il faut contrôler le sauvage et amener les aires non scientifiques de l’humanité sous la gestion scientifique. Le béhaviorisme skinnérien était toujours largement ouvert à cette ambition sociale, et maintenant c’est la sociobiologie. Si l’ingénierie génétique et l’intelligence artificielle connaissent le succès dans leurs divers projets d’éliminer l’évolution et de remplacer la sélection naturelle par la sélection culturelle, et de remplacer l’écologie de l’intelligence par l’intelligence contrôlée des machines, alors Cambridge, États-Unis d’Amérique, deviendra littéralement le Vatican de l’Église, une, sainte, catholique et académique.34

  • 35 Selon l’ouvrage de G. Leach, The Biocrats (1970). Précisons que G. Leach appelle biocrats les méde (...)

31Cette sévère mise en garde contre la prise du pouvoir sociopolitique par les sociobiologistes et autres « biocrates »35 n’évacue pas, cependant, la nécessité de repenser à la fois la science et la nature sous un autre angle. C’est bien ce que disait en 1979 Sydney Brenner, un biologiste qui n’est pas sociobiologiste :

  • 36 Cité dans F. Capra (1982), p. 122.

Je pense que dans les vingt-cinq prochaines années, nous devrons enseigner un autre langage aux biologistes. […] L’objectif, c’est le problème fondamental de la théorie des systèmes complexes. […] Il y a là un grave problème de niveaux : il pourrait être faux de croire que toute la logique se trouve [au] niveau moléculaire. Nous pourrions avoir besoin d’aller au-delà du mécanisme de l’horloge.36

  • 37 « Le sophisme du déterminisme génétique a donné naissance à une théorie très controversée connue s (...)

32Mais la sociobiologie humaine n’offre pas une telle vision. Elle n’est qu’une nouvelle forme de réductionnisme biologique, pareille à celles que l’on a déjà vues et que Fritjof Capra dénonce vigoureusement37.

  • 38 I. Prigogine et I. Stengers (1979), p. 382.

33L’origine même de la sociobiologie n’en fait pas une approche nouvelle de la « nature humaine ». Les concepts et les théories qu’elle utilise ont déjà fait l’objet de multiples discussions, amendements, reconsidérations ou abandons. Pour créer une nouvelle « vision du monde », il faudrait changer notre façon d’envisager la science et son développement historique, et dépasser l’idée kuhnienne selon laquelle les sciences progressent par « crises » et le cloisonnement auquel les institutions actuelles contraignent les disciplines scientifiques38. Or, si la sociobiologie humaine se réclame bien à la fois de l’interdisciplinarité et d’une vision holiste de la science biologique, dépassant en cela le cloisonnement gnoséologique et administratif des institutions actuelles, elle se pose aussi comme une nécessité en regard de la crise actuelle des sciences sociales, qu’elle juge impuissantes à remplir adéquatement le rôle social qui est le leur. Cette dernière caractéristique de la sociobiologie humaine l’empêche de se présenter authentiquement comme une nouveauté, dans la mesure où elle s’inscrit elle-même dans le cadre d’un processus évolutif des sciences que l’on devrait considérer, selon Prigogine et Stengers, comme déjà périmé.

34Par ailleurs, les prétentions de la sociobiologie humaine à l’interdisciplinarité constituent un obstacle à son institutionnalisation dans la mesure où les institutions actuelles n’acceptent pas le découpage nouveau des sciences sociales qu’elle propose. La sociobiologie humaine ne pourrait donc, en raison de son ambivalence, faire l’objet d’une institutionnalisation ni dans le cadre entièrement nouveau d’une autre « vision du monde » (telle que la prônent Prigogine et Stengers), ni dans celui que l’on connaît actuellement. Le cadre actuel ne peut l’accepter en raison du découpage nouveau qu’elle entend imposer aux sciences sociales : leur inféodation à la biologie ; un nouveau cadre ne pourrait par ailleurs admettre une théorie dont les origines évidentes la présentent à la fois comme une résurgence du passé scientifique qu’il veut précisément dépasser et comme la réponse à une « crise » que ce nouveau cadre ne permet plus de considérer comme telle. En définitive, la sociobiologie humaine, parce qu’elle n’est rien d’autre qu’une perspective d’approche des phénomènes sociaux humains, n’est pas institutionnalisable.

Notes

1 Le terme « institutionnalisation » est un néologisme que l’on ne retrouve pas encore dans les dictionnaires spécialisés ; il est peut-être la traduction littérale du terme anglais institutionalization qui ne se trouve pas non plus dans les dictionnaires spécialisés de langue anglaise. Le Dictionary of the History of Science, de W. F. Bynum, E. J. Browne et Roy Porter (1984), définit les termes Institution (social) (p. 208-209), Science indicators (p. 377) et Scientific institutions (p. 377-378), mais le terme Institutionalization n’y figure pas, ni à titre d’article, ni dans le corps des articles signalés. Nous avons choisi ce terme après son emploi par T. N. Clark (1972), M. Fournier (1973), P. Bourdieu (1975), Y. Gingras (1991).

2 Notamment T. N. Clark (1972) ; T. S.Kuhn (1975) ; G. Lemaine, R. Macleod, M. Mulkay, P. Weingart, éd. (1976).

3 La chronobiologie offre l’exemple d’un nouveau champ de recherche en quête de la constitution de son paradigme qui désire s’émanciper de la biologie et de la physique, ses disciplines mères principales (A. Cambrosio et P. Keating [1983]) ; l’écologie acquerra son autonomie dans les années 1950 grâce à la théorie de l’écosystème (I. Bourgeois, 1990, p. 159).

4 T. N. Clark (1972), p. 699.

5 Une institution est « la forme socialement organisée par laquelle s’accomplit une tâche dans une société considérée. […] Si l’on remarque après Durkheim que l’institution est ce qui différencie la société humaine des « sociétés » animales, on peut penser que l’institution définit le domaine de la sociologie » (A. Noiray, éd., 1972, vol. 2, p. 346-347). L’institution est un ensemble d’éléments socioculturels structurés selon des formes et des règles propres, pour réaliser dans la continuité un ou plusieurs objectifs déterminés (A. Lempereur et G. Thinès, 1975, p. 503) ou un ensemble d’actes ou d’idées, de croyances que les individus voient s’imposer à eux dans une société donnée (J. Cazeneuve et D. Victoroff, éd., 1972, vol. 2, p. 335).

6 M. Fournier (1973), p. 27. Voir aussi M. Fournier (1986), p. 22 et M. Fournier, A. Germain, Y. Lamarche, L. Maheu (1975), p. 126.

7 Fournier ne souligne pas l’importance des paradigmes scientifiques ; même si son article porte sur « l’institutionnalisation des sciences sociales au Québec », la « discipline » au sens où il l’entend peut appartenir à toute connaissance structurée et se confondre avec le terme « institution » ; l’extension que l’on peut donner au concept de « discipline » tel que M. Fournier l’utilise, englobe tout intérêt partagé par un groupe formel d’individus, qu’ils soient des scientifiques ou non ; la « discipline » au sens où l’entend ce sociologue a un sens plus large que celui de simple « discipline scientifique ». Mais lorsqu’il précise que les « disciplines » dont il parle sont les sciences sociales, alors on se rend compte que l’institutionnalisation d’une discipline scientifique, comme par exemple une science sociale, ne se réalise que par son insertion dans un système universitaire. Il faut donc accorder au terme « discipline », dans la vision fourniériste, le double statut de (a) « discipline générale » (les disciplines artistiques, par exemple : la peinture, la sculpture, etc.) et de (b) « discipline scientifique ». L’institutionnalisation de la discipline scientifique est directe : son institutionnalisation, c’est son insertion dans le système universitaire, alors que l’institutionnalisation de la discipline générale (non scientifique) est indirecte : cette discipline s’épanouit d’abord en marge du système universitaire, puis s’institutionnalise ensuite en s’y intégrant.

8 C’est-à-dire un ensemble de connaissances cohérentes « en devenir », une condition « préparadigmatique » de la discipline qui correspond au point (2) de la description que Fournier donnait du processus d’institutionnalisation.

9 T. N. Clark (1972), p. 699 Voir aussi T. S. Kuhn (1983), p. 41.

10 L’histoire de la médecine est également révélatrice à cet égard : la physiologie n’est devenue une branche distincte des autres branches de la médecine que par une lente et pénible lutte pour son institutionnalisation.

11 I. Bourgeois (1990) signale l’insuffisance de certains modèles explicatifs courants de l’institutionnalisation, notamment celui de T. N. Clark.

12 Notre analyse porte sur les cours universitaires canadiens. Aux États-Unis, l’accueil fut beaucoup plus enthousiaste, surtout au niveau des écoles secondaires : « […] Ses partisans ont su l’imposer jusque dans les high schools américaines : dès 1981, 27 États américains avaient institué un programme d’enseignement inspiré des travaux de Wilson et de ses collègues, intitulé “Exploring Human Nature” (P. Ehrensaft et C. Saint-Denis, 1984, p. 155 ; voir aussi P. Thuillier, 1981, p. 121-122). Mais, en même temps qu’ils étudient l’évolutionnisme, les élèves américains suivent aussi des cours sur le créationnisme, qui n’ont pas moins de succès (P. Kitcher, 1986, p. 3). À ce sujet, voir D. Lecourt (1992).

13 D’après les qualifications ajoutées sous la signature de l’auteur dans les articles et ouvrages consultés.

14 Il existe un cas à l’Université de Montréal : un étudiant a soutenu une thèse de doctorat en sociologie où la sociobiologie humaine est présentée comme un « instrument de libération » pour l’homme du xxe siècle ; toutefois, les fondements scientifiques de la théorie de Wilson ne sont pas questionnés et les origines historiques de la sociobiologie humaine ne font l’objet d’aucun examen critique dans cette thèse (G. Gagné, 1984). La lecture des répertoires de thèses de doctorat et de mémoires de maîtrise présentés à la même université ne permet pas d’ajouter d’autres mentions similaires. Toutefois, une enquête plus approfondie, qui dépasse le cadre de notre propos, permettrait sans doute de mettre au jour un plus grand intérêt pour la perspective sociobiologique, que l’on retrouve certainement dans plusieurs recherches, notamment en anthropologie.

15 C’est ce que révèle un examen des annuaires et autres documents de la Fédération canadienne des études humaines, organisme fédéral gérant notamment l’octroi de crédits à la recherche (année 1991).

16 Un groupe de discussion, formé à l’Université de Montréal par les professeurs Claude Lagadec (philosophie) et Bernard Chapais (anthropologie), s’est réuni d’octobre 1985 à avril 1986 ; plusieurs étudiants en anthropologie exploraient la perspective sociobiologique dans leurs mémoires et leurs thèses ; ces étudiants et le professeur Chapais s’affichaient comme des partisans modérés de l’approche sociobiologique, les étudiants en philosophie et le professeur Lagadec se montrant un peu moins critiques ; nous représentions seul le secteur de l’histoire des sciences. Ce groupe fut dissout par ses responsables, probablement en raison des tensions que soulevaient les deux approches contradictoires. La courte vie de ce groupuscule ne constitue certainement pas le meilleur indicateur de l’institutionnalisation de la sociobiologie humaine – pas plus que la vie d’autres groupes. Formés ailleurs et nettement défavorables à la sociobiologie, ces groupes ont cependant eu plus d’impact que celui de Montréal : le King’s College Sociobiology Group de Cambridge (Angleterre) a publié un ouvrage collectif en 1982 ; le Sociobiology Group de la British Society for Social Responsibility in Science, réunissant six chercheurs d’universités diverses, critique depuis 1975 environ les implications politiques de la sociobiologie et a publié deux chapitres dans L. Birke et J. Sylverstown, éd. (1984). Il y a aussi, bien sûr, le Sociobiology Study Group de Science for the People, de Boston, formé en 1975, et qui est le plus ancien de ces groupes.

17 Sociobiology, vol. 14 (1988), n° 1.

18 Nous avons omis les éditoriaux, les recensions de livres, etc.

19 Ethology and Sociobiology, page couverture intérieure de chaque numéro.

20 Ethology and Sociobiology, vol. 2, n° 2.

21 Ibid., p. 2 de chaque numéro de la revue.

22 Wilson n’a pas plus fait partie du comité de rédaction de la revue Sociobiology. Peut-être n’est-il pas intéressé par ce genre d’activité ?

23 P. Ladrière (1980), p. 80.

24 Kaye amorce à cet endroit une discussion sur les risques que la vulgarisation fait encourir au caractère « scientifique » de la sociobiologie ; nous reproduisons ici la suite de son texte, parce qu’il confirme un argument que nous avons déjà avancé : « En partie, cela est dû au fait que la vulgarisation soit un genre : son esthétique requiert que le langage choisi soit simple, familier et vivant, et que la pertinence des conclusions scientifiques relatives à l’être humain soit soulignée, en vue de rendre le texte intéressant et attirant pour le lecteur ordinaire. Malheureusement, ce style encourage de temps en temps l’anthropomorphisme de phénomènes naturels et la construction imprudente d’analogies entre la nature et la vie sociale humaine, qui peuvent être sérieusement trompeuses, sinon idéologiques » (H. L. Kaye, 1986, p. 136-137).

25 « La position de Wilson [dans Sociobiology et On Human Nature] a donné des difficultés surprenantes aux commentateurs qui voulaient l’appuyer » (ibid., 139).

26 « La plus récente tentative de Wilson […] d’une théorie biologique adéquate de la culture humaine – la théorie de la « gene-culture coevolution » – se s’avère pas plus efficace » (ibid., p. 119).

27 « Aujourd’hui [en 1982 – donc après la troisième sociobiologie et avant la quatrième], le mouvement semble déjà se dessiner d’une nouvelle génération de sociobiologistes qui entend prendre ses distances par rapport à Wilson » (ibid., p. 124).

28 P. Ladrière (1980), p. 78.

29 R. Lewin (1982), p. 226.

30 Ibid., p. 226.

31 .« E. O. Wilson » est mentionné comme pseudonyme de Frank B. Baird, J.-R., sur la page 4 de la jaquette de l’édition cartonnée de E. O. Wilson (1978a). L’usage d’un pseudonyme par un savant est rare au xxe siècle. Par ailleurs, Wilson, dans Naturalist, parle de ses parents en leur donnant le nom de Wilson.

32 Wilson reconnaît lui-même ce fait dans le chapitre 17 de Naturalist.

33 Un exemple de ces luttes est donné dans La Science du mal (P. Keating [1993]), où l’auteur traite des tensions dans la mise en place de pratiques psychiatriques au Québec entre 1800 et 1914. Un autre exemple qui n’est pas l’histoire des débuts d’une pratique mais celle de l’adoption d’une théorie est donné dans L’Implantation et les applications de la doctrine de la dégénérescence dans le champ de la médecine et de l’hygiène mentales au Québec entre 1885 et 1930 (G. Grenier, 1990). Ces deux ouvrages illustrent ce que nous désignons par « luttes âpres et sans merci ». Voir aussi P. Bourdieu (1975), J. Sapp (1983) et (1987), Y. Gingras (1991). Wilson lui-même, dans Naturalist, décrit avec amertume les luttes auxquelles le débat autour de la sociobiologie l’a confronté durant une vingtaine d’années.

34 W. I. Thompson (1989), p. 118-119.

35 Selon l’ouvrage de G. Leach, The Biocrats (1970). Précisons que G. Leach appelle biocrats les médecins, et non les biologistes. Mais le terme nous a semblé aussi bien convenir à ces derniers.

36 Cité dans F. Capra (1982), p. 122.

37 « Le sophisme du déterminisme génétique a donné naissance à une théorie très controversée connue sous le nom de sociobiologie, selon laquelle tous les comportements sociaux sont prédéterminés par la structure génétique. De nombreuses critiques font remarquer que cette vision est non seulement erronée sur le plan scientifique, mais qu’elle est, de plus, très dangereuse. Elle fournit des justifications pseudoscientifiques au racisme et au sexisme en présentant les différences dans le comportement humain comme génétiquement programmées et immuables » (F. Capra, 1983, p. 101-102).

38 I. Prigogine et I. Stengers (1979), p. 382.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search