Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empire des gènes

 | 
Jacques G. Ruelland

11. L’idéologie de la sociobiologie

Texte intégral

À force de vouloir rechercher les origines, on devient écrevisse. L’historien voit en arrière ; il finit par croire en arrière.
Friedrich Nietzsche, Le Crépuscule des idoles

1Certains modèles ont un effet important, mais indirect, sur la formulation des théories sociobiologiques : ce sont les idéologies, qui sont des « modèles inconscients », des schèmes de valeurs, des ensembles d’idées qui guident le savant – ou quiconque – à son insu, dans le choix qu’il croit exercer librement en agissant de telle ou telle manière, en formulant telle ou telle théorie, en développant telle ou telle hypothèse.

  • 1 E. O. Wilson (1977a), p. 135.

2Wilson affirme que « le marxisme est en grande partie une sociobiologie sans biologie »1 ; ailleurs, il se réclame de la pensée freudienne ; ailleurs encore, il cite Camus ; cela ne fait pas de lui un marxiste, un psychanalyste ou un existentialiste, mais constitue seulement un indice sur les sources idéologiques possibles de la sociobiologie. L’idéologie travaille toujours à deux niveaux : au niveau de la pensée, c’est-à-dire de la conscience (au sens moral), et au niveau de l’action, justifiant la nécessité dont elle investit celle-ci par la transformation qu’elle fait subir à celle-là.

  • 2 « Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes, aut (...)

3Les sociobiologistes américains comme Wilson n’échappent pas à la règle générale : pour eux aussi, l’idéologie est l’ensemble des idées de la classe dominante à une époque déterminée2 – la classe dominante étant, dans leur cas, non seulement celle des scientifiques, mais aussi celle d’une certaine élite intellectuelle américaine, une élite scientiste, qui croit que la science est à même de résoudre tous les problèmes de l’humanité et, bien sûr, la science du plus puissant pays au monde : les États-Unis d’Amérique. Quant aux sociobiologistes non américains – fort rares, -au demeurant –, ils épousent les mêmes vues et se trahissent pas leur scientisme et leur « américanophilie » : une confiance aveugle en la science, une absence d’esprit critique à l’endroit des théories les plus récentes et les plus prometteuses quoique souvent aussi les plus étonnantes (des théories « à la fine pointe du progrès », comme l’on dit), une absence de conscience sociale, c’est-à-dire de conscience des dangers que peuvent représenter certaines théories pour la société, ou une pleine conscience de ces dangers doublée de la conviction que ces derniers constituent en fait un « progrès », regrettable mais nécessaire, pour l’humanité.

4L’idéologie des scientifiques allemands sous le iiie Reich prétendit que la race aryenne était supérieure aux autres ; cela mit en péril les autres « races », jugées inférieures, et s’est traduit par le massacre de millions de victimes innocentes, des êtres décrétés « inférieurs ». L’effet de cette action sur la conscience (au sens moral) de la plupart des savants qui avaient mis au point les diverses théories que commandait leur idéologie fut nul. Ils croyaient ainsi assurer l’avenir de « leur » race. L’idéologie avait fait son travail : elle avait transformé les « dangers » en « progrès » pour la « race » aryenne, et elle avait justifié la nécessité absolue et incontournable de cette action. Sans insinuer que la sociobiologie humaine puisse avoir des conséquences aussi désastreuses que l’idéologie nazie, elle suit les mêmes schèmes conceptuels. Elle occulte les dangers potentiels qu’elle fait courir à l’humanité et justifie certaines actions éventuelles ou réelles dans divers domaines, principalement dans le domaine sociopolitique. Pour agir ainsi, il faut que la sociobiologie humaine soit déjà elle-même une idéologie ; mais pour devenir telle, elle doit avoir des racines idéologiques, elle doit elle-même être bâtie sur des fondements idéologiques.

5Il existe au moins trois preuves du caractère idéologique de la sociobiologie humaine :

  1. La définition des comportements expliqués par la sociobiologie a varié au moins quatre fois dans les écrits de Wilson, dans un court laps de temps, signe évident qu’elle ne repose pas sur des bases scientifiques sûres.
  2. La nature de l’entreprise sociobiologique dépasse largement l’objectif normal d’une théorie scientifique en menaçant de « cannibaliser » les disciplines dans lesquelles elle puise ses propres fondements.
  3. L’examen de la sociobiologie permet d’établir une filiation entre plusieurs idéologies bien connues et les idées qui la sous-tendent.

6Habituellement, les théories scientifiques contemporaines laissent entendre que l’acception d’un concept est déterminée dans le temps ; chaque concept subit des transformations de sens qui lui donnent à chaque fois et, selon chaque théorie, une définition différente. Une théorie scientifique cohérente n’adopte qu’une seule acception des concepts qu’elle formule, mais elle tient compte également des diverses mutations historiques que chacun d’eux a subies, afin de les définir à la fois en fonction de ses exigences légitimes de cohérence interne et de la rigueur, de l’absence d’ambiguïté que requiert une telle théorie. Les sociobiologistes changent également le sens des principaux concepts qu’ils utilisent ; toutefois, ce n’est pas dans le but de faire évoluer leur théorie, mais au contraire de la sauvegarder dans son état initial le plus longtemps possible.

7La sociobiologie s’abstient de définir avec précision et de manière univoque les concepts qu’elle mobilise et ne tient nul compte de leur histoire respective, donnant ainsi à entendre que la définition qu’elle donne de ces concepts est toujours identique à elle-même et qu’aucun d’eux n’évolue. Cette économie de définition critique des concepts de la théorie a pour effet de faire croire que leur définition sociobiologique est acceptée comme scientifique par la communauté des savants ; elle a aussi pour effet secondaire de faire en sorte que la cohérence interne de la théorie sociobiologique soit ainsi assurée, quoiqu’elle ne repose alors que sur un artifice, une illusion consistant à faire croire qu’il y a cohérence réelle là où il n’y a qu’apparence de cohérence : si les concepts de la théorie sociobiologique semblent former un ensemble logiquement cohérent, ce n’est là que l’effet de leur définition univoque, non critique et anhistorique.

  • 3 G. W. Barlow (1980), p. 4.

8George W. Barlow présente trois sources de la sociobiologie : la génétique évolutionniste, l’écologie et l’éthologie3. Au sujet de l’écologie, il reconnaît qu’elle n’a servi que d’arrière-fond à la sociobiologie et que son rôle a été beaucoup moins important que celui des deux autres disciplines dans l’élaboration de la théorie. En effet, la sociobiologie humaine ne présente pas de thèses proprement « écologistes ». Mais Barlow reconnaît aussi que la sociobiologie humaine a fait l’objet d’âpres critiques de la part d’anthropologues et de savants œuvrant en sciences sociales. Il admet que certains aspects de la théorie sociobiologique peuvent soutenir des idées sexistes ou racistes. Mais il ne va pas plus loin que ce simple constat.

Le scientisme de la sociobiologie

  • 4 Alan P. Lightman exprimait cette idée à sa façon en 1984 : « Au cours des dernières décennies, la (...)

9En présentant la sociobiologie humaine comme la nouvelle synthèse qui donnera aux sciences sociales les assises scientifiques qui lui manquent, Wilson évite de la fonder sur une position philosophique clairement exposée. Mais cela ne l’empêche pas d’être lui-même influencé par des idéologies et de les exprimer peut-être à son insu. La sociobiologie s’abreuve de formules idéologiques visant à reculer les bornes de l’individualisme au profit d’une sorte de prise en charge de l’individu par l’État et surtout par les scientifiques. Son recours constant à des lois de développement téléologique et son dessein eschatologique la métamorphosent en historicisme pronaturaliste. La seule chose qui soit quelque peu rassurante dans ce tableau, est le fait que la science n’a pas encore pu répondre à toutes les questions que la philosophie lui pose4.

  • 5 J.-F. Skrzypczak (1989), p. 38.
  • 6 .« Dans tous les systèmes de morale que j’ai rencontrés jusqu’ici, j’ai toujours remarqué que l’aut (...)

10En se développant autour de thèses scientifiques, la sociobiologie humaine présente un danger : celui de ne plus être qu’une idéologie scientiste. Nombre d’idéologies scientistes ont généré des catastrophes sociales et n’ont servi ni la science ni l’humanité. Parmi les idées scientistes véhiculées par la sociobiologie humaine, il y a le sexisme, l’eugénisme et le racisme, qui ont en commun le fait de constituer un raisonnement où l’on infère l’inégalité de la diversité5, ce qui constitue un sophisme, et de générer des règles de vie sociale (c’est-à-dire des énoncés normatifs) à partir de constats factuels (c’est-à-dire des énoncés de faits), ce qui est logiquement inacceptable. Ce procédé, connu depuis Henry Sidgwick et George E. Moore sous le nom de naturalistic fallacy, avait déjà été décrit par David Hume en 1739 dans son Traité de la nature humaine6. Les caractéristiques sexistes, eugénistes et racistes de la sociobiologie la mettent dans une position où, non seulement l’on ne pourrait la prendre au sérieux d’un point de vue scientifique, mais où encore elle se révèle comme le pur produit de ce que Louis Althusser appelait « la philosophie spontanée des savants ».

  • 7 A. Jacquard (1978), p. 188.
  • 8 « Nous avons constaté qu’il y avait une singularité de chaque patrimoine génétique. Déduire une in (...)
  • 9 Une anomalie de l’hémoglobine constitue un handicap dans certains milieux de vie, mais en Afrique, (...)

11Au sujet du raisonnement qui infère l’inégalité des hommes à partir de leur diversité, Albert Jacquard fait remarquer que la notion d’inégalité ne peut s’employer que pour des quantités et non pour des qualités7. Si l’on admet la singularité génétique de chaque individu, on ne peut soutenir qu’un individu soit supérieur à un autre, à moins que l’on ne parle que de la quantité de gènes qu’il véhicule. On ne peut parler d’inégalité que si l’on peut comparer deux éléments à un même étalon-mesure8. En outre, on ne peut juger de la qualité d’un patrimoine génétique que par rapport à un milieu biologique et social qui fixe des critères de normalité toujours variables – puisque toujours en évolution. Il ne peut y avoir d’étalon-mesure dans ces conditions. Un même amalgame de gènes peut être bénéfique ou néfaste selon les circonstances9. Ces problèmes relèvent de la logique, des choix méthodologiques et des abus de langage, et débouchent tous sur des questions d’éthique.

Le sexisme

12Nul ne songe à contester les différences biologiques qui existent entre hommes et femmes, ou entre mâles et femelles d’une espèce animale. Non seulement les êtres sexués sont différents de par leur sexe, mais ils le sont également entre eux de par leur bagage génétique individuel. Aucun homme n’est la copie conforme d’un autre et, à plus forte raison, ne peut être la copie d’une femme ! Le problème du sexisme apparaît lorsque, sur ce rapport de différence dans la diversité, on fonde un rapport de supériorité d’un sexe sur un autre. À maintes reprises, le discours sociobiologique consacre la « naturalité » de la différence entre hommes et femmes pour démontrer l’infériorité de celles-ci. Dans la perspective sociobiologique, le fait de définir le rapport homme / femme comme une lutte amène à penser que, l’homme étant « plus fort » que la femme (sous la plupart des aspects : économique, social, physique), la lutte entre les sexes aboutit nécessairement à la victoire de l’un sur l’autre, le vainqueur étant alors considéré comme supérieur au vaincu.

  • 10 M. Ruse (1979), p. 95.

13La sociobiologie étaye ses thèses sexistes sur des données biologiques mal utilisées. C’est l’usage abusif de ces arguments qui permet de taxer ces thèses de sexisme scientiste. Wilson s’est vigoureusement défendu contre les accusations de sexisme portées à l’endroit de ses théories. Michael Ruse s’insurge contre cette interprétation : il n’y a rien de sexiste dans la description d’une réalité10, dit-il : les hommes et les femmes sont en perpétuelle lutte pour conserver leurs avantages au sein de l’espèce, et dans cette lutte, les victimes sont les femmes. Cependant, il ne s’agit pas ici de discuter ce que chacun peut constater, mais plutôt de critiquer le choix méthodologique consistant à utiliser dans la compréhension de rapports humains le concept purement biologique de lutte pour l’existence. C’est de ce choix méthodologique que découle le caractère sexiste du constat empirique des sociobiologistes, et non des faits eux-mêmes, car ceux-ci ne peuvent générer des normes – et encore moins des normes méthodologiques.

  • 11 E. O. Wilson (1975a), p. v-vi. Sarah Landry a également illustré l’ouvrage de Wilson, The Diversit (...)
  • 12 E. O. Wilson (1987), p. 10.
  • 13 M. Ruse (1979), p. 93.
  • 14 Ibid., p. 94.
  • 15 Robert T. Bakker, Brian Bertram, Iain Douglas-Hamilton, Richard D. Estes, F. Clark Howell, Allison (...)

14Ruse relève un « cas » de sexisme dans les dessins illustrant Sociobiology : ces illustrations furent réalisées par une dame, Sarah Landry, qui esquissa, d’après les directives d’une équipe de biologistes11, des scènes de la vie aux temps préhistoriques (notamment l’illustration 27-512, montrant des hommes primitifs chassant l’éléphant, l’hyène et le léopard ; les femmes sont absentes de cette image). Sur la base de cette illustration et d’autres, des critiques accusèrent Wilson de sexisme13. Ruse trouve cette accusation un peu faible14 – ce dont nous convenons. On peut supposer que Sarah Landry, en tant que graphiste, n’avait pas les connaissances nécessaires pour discuter du sexisme des thèses sociobiologiques ; en outre, elle ne faisait qu’exécuter une commande, en suivant strictement les directives données par une équipe de biologistes qui n’étaient pas tous des hommes15. Toutefois, ce ne sont pas les illustrations de Sociobiology, ni même les métaphores utilisées par l’auteur qui prouvent le sexisme de sa théorie, mais plutôt les présuppositions méthodologiques et les concepts de base que l’on trouve aux sources de la théorie – non seulement chez Wilson d’ailleurs, mais aussi chez les autres sociobiologistes.

  • 16 1) À la suite de changements climatiques et écologiques importants, certains hominidés ont dû s’ha (...)
  • 17 J. N. Spuhler (1979), p. 455.
  • 18 Notamment J. H. Barkow (1982).

15Un des choix méthodologiques douteux des sociobiologistes se trouve dans leurs théories anthropologiques et paléontologiques. Partant de l’idée formulée par Darwin selon laquelle la sélection naturelle opère aussi dans le domaine de la sexualité, les anthropologues actuels expliquent celle-ci en termes de « combat pour la vie » et de « victoire du mieux armé ». Quelle victoire ? Celle de se reproduire en donnant naissance à des rejetons « viables », en bonne santé. C’est ainsi qu’Helen E. Fisher expose cette thèse en traçant en huit étapes l’historique de l’infériorisation des femmes16. Certains généticiens vont même lier l’évolution du bagage génétique humain à l’adoption de la bipédie17. Cette hypothèse anthropologique, devenue classique puisqu’elle est reprise dans plusieurs ouvrages de sexologie18, d’ethnologie, de génétique, etc., n’est fondée que sur des observations très discutables du monde animal et de quelques squelettes d’humanoïdes préhistoriques. On la retrouve dans l’œuvre de Wilson ; mais cette idée s’est généralisée parmi les scientifiques de tous domaines ayant épousé les thèses de la sociobiologie.

  • 19 R. Dawkins (1990a), p. 27.
  • 20 R. Dawkins (1990b), p. 140.
  • 21 Ibid., p. 46.
  • 22 C. R. Cox et B.J. Le Bœuf (1980), p. 320.
  • 23 B. S. Low (1979), p. 462.
  • 24 R. D. Alexander, J. L. Hoogland, R. D. Howard, K. M. Nooman, et P. W. Sherman (1979), p. 402.
  • 25 N. A. Chagnon, M. V. Flinn, et T. F. Melançon (1979), p. 291. Les Yanomamis pratiquent l’infantici (...)
  • 26 H. V. C. Harris (1984), p. 319.

16Tout en appuyant les thèses sociobiologiques, Fisher n’étaye pas sa théorie avec des arguments d’ordre génétique. Mais il ne faudrait pas en conclure que les généticiens sociobiologistes tiennent un autre discours : en termes de génétique, la sexualité est le théâtre d’une lutte serrée de certains gènes, à travers la sélection sexuelle, pour faire valoir leurs droits ! Dawkins déclare à ce propos que « Vous ne pouvez parler de sélection de parentèle ou de n’importe quelle autre forme de sélection darwinienne sans tenir compte explicitement ou autrement des gènes qu’elle implique »19. Dawkins expliquait ailleurs la « guerre des sexes » (the battle of sexes)20 par la nécessité de survie de la « machine génique » (the gene machine)21. Il en résulte que la sexualité est envisagée sous l’angle de la compétition : « Si une femelle accroît son aptitude en choisissant ses partenaires sexuels mâles, elle supplantera les femelles qui ne font pas de tels choix »22. Il faut alors s’attendre à ce que les « moyens » utilisés par les humains ou les animaux pour faire valoir leurs « charmes » et attirer le ou la partenaire (la taille, la force musculaire, le plumage, les cris, etc.) soient eux aussi génétiquement déterminés, puisque profitables au vainqueur23. Ce point de vue permet d’expliquer la « distribution » ou la « démographie sexuelle » d’une espèce (sex-ratio)24, mais aussi certains comportements comme l’infanticide chez les Yanomamis25. Dans tous les cas, il s’agit d’un enjeu : la survie de l’individu dans sa progéniture ou la reproduction du patrimoine génétique. C’est pourquoi « Les sociobiologistes considèrent l’attraction sexuelle humaine très proche de la survie génétique »26.

  • 27 G. C. Williams (1980).

17Il est curieux de constater que l’hypothèse de la lutte sexuelle comme moyen de sélection naturelle ait tant séduit les sociobiologistes, puisqu’il a été démontré qu’elle conduit à un paradoxe : selon George C. Williams, la survie des êtres vivants est bien plus fonction de leur coopération que de leurs luttes ; en conséquence, la « lutte pour l’existence » devrait être fatale aux espèces, plutôt que bénéfique27.

Le darwinisme comme source du sexisme de la sociobiologie humaine

  • 28 Notamment H. B. Robinson, A. E. Williams, et S. C. Woods (1980), p. 94 ; T. H. Clutton-Brock (1983 (...)
  • 29 M. Ruse (1981), p. 228.

18Quoique certains des auteurs avouent ne rien savoir des mécanismes de sélection sexuelle et de régulation démographique des sexes28, tous se fondent sur The Descent of Man and Selection in Relation to Sex de Darwin (1871) pour affirmer l’existence d’une sélection sexuelle. Certains philosophes favorables à la sociobiologie, comme Ruse, ne voient aucune malice à décrire ce qui leur paraît être la réalité29. Quelques-uns ne songent même pas à étayer leur point de vue : le fait qu’ils soient évolutionnistes justifie par lui-même le recours à Darwin. Mais aucun ne se pose la question des motivations profondes de Darwin dans l’élaboration de sa théorie de la sélection sexuelle. Selon Yvette Conry, La Descendance de l’homme est bien plus le produit d’une idéologie que le résultat d’une investigation scientifique :

  • 30 Y. Conry (1983), p. 166, 168.

Ce dont hérite La Descendance et ce sur quoi elle fonctionne, c’est d’une part un savoir à titre de matériau informatif et d’instrument de travail (l’anthropologie humboldtienne, les recherches sur l’anatomie et l’embryologie comparées du cerveau, les premiers dépouillements d’archéologie préhistorique parmi d’autres), d’autre part une modélisation axiologique, en l’occurrence des normes d’estimation non critiquées, aussi bien véhiculées par les lectures darwiniennes – il n’est que de citer Spencer, Greg, Bagehot, Galton, etc. – que diffuses mais dominantes dans l’ordre bourgeois européen du xixe siècle : l’apologie du mariage contre l’abomination morale et dysreproductive du célibat, la légitimation de la propriété, les mythes colonisateurs, la souveraineté du technologique pour l’évaluation de degré de civilisation : tous ces stéréotypes sont colportés communément et pris en compte dans La Descendance à travers une ethnologie naissante qui y sacrifie, voire s’y fonde.30

19Si la sociobiologie est sexiste, c’est parce qu’elle s’inspire du darwinisme, et que celui-ci l’est aussi ; si le darwinisme est sexiste, c’est parce qu’il est le reflet, ou plutôt une partie constitutive du discours de l’idéologie dominante dans laquelle baignait Darwin au moment de la rédaction de La Descendance de l’homme, cette idéologie étant notamment, d’un point de vue actuel, sexiste, mais aussi eugéniste et raciste.

20Les valeurs conservatrices soulignées par Conry sont bien celles que l’on retrouve dans la théorie sociobiologique : le mariage y est vu comme un acte de reproduction qui permet (selon les points de vue) la survie du patrimoine génétique ou la survie de la mère et de l’enfant chez les « primitifs » ; la femme et les enfants y sont considérés comme les « propriétés » du mâle ; l’homosexualité masculine est un mystère : les homosexuels auraient en fait un comportement altruiste consistant à se sacrifier pour que d’autres, plus « aptes », se reproduisent ; quant à l’homosexualité féminine, il n’en est jamais question ; le déterminisme biologique explique le territorialisme, l’appétit du gain – donc le colonialisme ; enfin, les « primitifs » sont traités comme s’ils étaient arriérés, inférieurs et surtout moins intelligents que les Occidentaux d’aujourd’hui.

21En choisissant délibérément de se fonder sur une théorie datant de 1871 pour élaborer la sienne en 1975, Wilson n’a pas seulement adopté la méthodologie darwinienne, c’est-à-dire le recours à des hypothèses encore controversées sur l’origine de l’homme, le fonctionnement du cerveau, les spéculations autour des découvertes de la paléontologie, etc., il a également épousé les valeurs idéologiques qui ont guidé Darwin – consciemment ou inconsciemment : cela est un autre débat – dans la rédaction de sa théorie, ces valeurs constituant l’idéologie dominante de son temps.

La théorie freudienne comme source du sexisme de la sociobiologie humaine

  • 31 B. Malinowski (1932).
  • 32 M. Ruse (1981), p. 224.

22Une autre preuve de la « proximité parentale » entre l’idéologie sexiste et la théorie sociobiologique se retrouve dans l’insistance de Wilson à se réclamer de Freud. Or, il a été amplement démontré par des travaux récents que la psychanalyse freudienne est largement fondée sur des vues sexistes du xixe siècle (c’est-à-dire des vues que l’on qualifie actuellement de sexistes, à la lumière des valeurs sociales d’aujourd’hui), mais aussi qu’elle est le produit exemplaire de l’idéologie de son époque, comme l’a d’ailleurs soutenu Bronislaw Malinowski à propos, précisément, de la sexualité dans les sociétés « primitives » et de la prétention non fondée du complexe d’Œdipe à l’universalité31. Ruse souligne le fait que si, réellement, à la fin du xixe siècle, les femmes se considéraient elles-mêmes comme inférieures aux hommes et que la société en général favorisait ceux-ci au détriment de celles-là, alors la théorie freudienne n’est pas sexiste eu égard à son contexte historique, quoiqu’elle puisse apparaître maintenant comme telle. Il soutient en outre que Freud ne « ménage » pas plus l’homme que la femme, car si celle-ci souffre de ne pas avoir de pénis, celui-là craint que son père ne le castre s’il copule avec son véritable amour – sa mère32. Mais une réhabilitation aussi partiale de la théorie freudienne ne suffit pas à l’exonérer de l’accusation de sexisme, car ce n’est pas seulement sur la théorie de la sexualité infantile que Freud fonde la psychanalyse, mais aussi sur la sexualité telle qu’elle se manifeste à tous les âges et à tous les niveaux, notamment dans l’explication de l’origine des névroses, dans la formulation de l’idéal du moi, etc. En fait, toute la théorie freudienne baigne dans ce que l’on juge actuellement être du sexisme mais qui n’était en fait, à son époque, que des études sur la sexualité.

  • 33 J. Alper, J. Beckwith, et L. G. Miller (1978), p.482.

23La pudeur qui a longtemps régné sur la sexualité – jusqu’à ce que se manifeste ce que Wilhelm Reich qualifie de « révolution sexuelle » des années 1960 – est encore responsable, dans l’esprit de beaucoup de gens et notamment chez Wilson, d’une confusion des rapports de l’inconscient avec la sexualité. Sans être réellement sexiste à l’époque de Freud, la psychanalyse freudienne doit maintenant paraître telle à ceux qui estiment pouvoir s’en réclamer pour établir une théorie qui veut fonder l’une de ses thèses sur la prétendue infériorité de la femme par rapport à l’homme. Dans ce cas, le recours à la psychanalyse freudienne porte à faux et la thèse en question est sans fondement. C’est bien le problème que rencontre la sociobiologie humaine, dont le caractère sexiste ne fait pas de doute : « Le sexisme est une excroissance de la théorie elle-même »33. La sociobiologie humaine a ainsi voulu trouver son fondement dans une théorie du xixe siècle qui fait encore autorité dans plusieurs milieux à l’heure actuelle, mais elle n’a pas eu soin de critiquer ce fondement à la lumière des valeurs que véhiculait la psychanalyse lors de sa création et de celles qu’elle véhicule actuellement ; la sociobiologie humaine a en outre omis de se demander si, dans le contexte même de son élaboration en 1975, elle pouvait décemment chercher son fondement dans une théorie actuellement jugée comme sexiste alors que le sexisme est, depuis la « révolution sexuelle », au nombre des attitudes bannies par la nouvelle philosophie de vie des Occidentaux. L’erreur de Wilson n’est pas seulement d’avoir omis d’évaluer le « sexisme » actuel de la psychanalyse – ce qui constitue une faute épistémologique – mais aussi d’y avoir eu recours pour fonder sa théorie – ce qui constitue une position éthique pour le moins surprenante.

24Le problème du sexisme de la théorie sociobiologique n’est pas en fait celui de l’occurrence effective d’énoncés sexistes dans le texte des sociobiologistes – voire dans les illustrations de leurs œuvres ; c’est plutôt celui du choix méthodologique consistant à se référer explicitement, à l’heure actuelle, à des théories qui ont été élaborées à la fin du xixe siècle dans un cadre idéologique nettement différent du nôtre. En recopiant mal les schèmes conceptuels de ces théories-mères, en fondant ses propres recherches sur une estimation erronée de leurs méthodes, de leurs concepts et de leurs hypothèses, la sociobiologie fait en même temps apparaître les schèmes idéologiques qui ont présidé à l’élaboration de ses propres thèses : un ensemble de valeurs fondées sur la loi du plus fort.

  • 34 Dans un contexte différent, Althusser qualifiait de « réactionnaire » l’attitude des communistes q (...)

25La théorie darwinienne apparaît actuellement, aux yeux de certains philosophes, comme l’apologie d’une négation des droits à l’égalité ; sur la même base, la théorie freudienne est aujourd’hui taxée de sexisme par tous ceux que révolte l’infériorisation de la femme dans nos sociétés ; la psychanalyse et les autres théories datant de la fin du siècle dernier sont maintenant vues d’un œil plus sévère, à la lumière d’une rationalité où l’égalité des hommes et des femmes, des riches et des pauvres, des Blancs et des Noirs, prend le pas sur la plupart des autres valeurs En conséquence, le recours non critique à ces théories ne peut que miner la crédibilité de la sociobiologie humaine34.

  • 35 La sixième édition de L’Origine des espèces, qui est aussi la dernière du vivant de l’auteur, date (...)
  • 36 « Lorsque les idées que j’ai avancées dans cet ouvrage […] seront généralement admises par les nat (...)
  • 37 « Son œuvre, Sigmund Freud l’a construite non en mesurant les astres, les crânes ou les grands flu (...)

26D’un autre côté, le recours des sociobiologistes aux théories de Darwin et de Freud repose sur une conception erronée de l’histoire de ces théories. Darwin avait d’abord fait des observations lors de sa circumnavigation (1831-1835), et avait ensuite induit sa théorie en la construisant progressivement, d’abord dans une Esquisse de 35 pages (1842), puis dans un Essai de 230 pages (1844) et enfin dans un livre, L’Origine des espèces (1859) ; il a débuté sa théorie par l’étude de cas particuliers et a ensuite généralisé ses observations en les formulant comme des lois. Ce n’est qu’à la fin du dernier chapitre de L’Origine des espèces – chapitre qui ne se trouve pas dans sa forme définitive lors de la première édition de l’ouvrage en 1859, mais qui a été amplifié dans les cinq éditions suivantes35 – que Darwin évoque pour la première fois les possibilités d’application de sa théorie à d’autres champs de recherche36. Freud a suivi un cheminement semblable. Il a commencé par fonder sa théorie dès 1893 (dans ses Études sur l’hystérie, écrites avec Breuer) sur l’observation de cas individuels37 (et cela se constate en regardant les titres de ses œuvres les plus anciennes : Gradiva, 1907 ; Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, 1910, etc.), puis il a tenté d’élargir ses conceptions aux sociétés (Totem et tabou, 1913) et a ensuite exploré les possibilités d’appliquer sa théorie à d’autres domaines dans ses œuvres plus tardives (Malaise dans la civilisation, 1927 ; L’Avenir d’une illusion, 1929). Mais Wilson n’a pas procédé de la même manière ; alors que, de 1971 à 1981, la théorie elle-même tend à s’appliquer de plus en plus aux individus et de moins en moins aux espèces, on voit que le concept de comportement social restreint de plus en plus son champ d’investigation à l’individu puis à son seul cerveau, en même temps qu’il permet d’inclure des comportements qui ne sont plus seulement des comportements « sociaux » animaux, mais aussi des comportements individuels humains ; en outre, la sociobiologie humaine s’est annoncée elle-même, dès 1975, comme une théorie dont l’objectif est de remplacer presque tous les domaines du savoir et en particulier les sciences sociales : c’est bien là le contraire de la démarche de Darwin et de Freud.

27Wilson a suivi un cheminement intellectuel historique inverse de celui de Freud, élargissant de plus en plus l’application de la sociobiologie en commençant par les insectes « sociaux » (1971), suivis des mammifères (1975), des humains (1978) et finalement de tout être vivant possédant une « culture » (1981). Dans un même temps, le champ d’investigation du concept de comportement social s’est de plus en plus restreint à l’individu, alors qu’il était parti d’une notion très large de l’espèce (tous les comportements des insectes « sociaux », 1971), était ensuite défini en fonction de quelques comportements sociaux (1975), puis de quelques comportements individuels et à l’action du cerveau (1978), pour finalement être restreint à l’investigation de l’action des gènes sur le cerveau de l’individu (1981). Par contre, le concept de comportement social s’est de plus en plus élargi pour finalement éclater et inclure tous les types de comportements, en passant d’abord par les comportements « sociaux » des insectes « sociaux » (1975), les comportements plus complexes des mammifères (1978), les comportements sociaux encore plus complexes des humains, puis tous les comportements culturels quels qu’ils soient. Mais la démarche freudienne diffère essentiellement de celle de Wilson : la notion d’inconscient, par exemple, est d’abord individuelle (dans L’Interprétation des rêves, en 1900) avant de devenir collective (dans les œuvres tardives). Le recours de Wilson à Freud procède non seulement d’une méconnaissance de l’histoire de la psychanalyse et d’une incompréhension profonde de ses concepts, mais aussi d’une attitude non critique à l’endroit de l’histoire de la sociobiologie elle-même. Cette attitude non critique n’est pas inconsciente chez Wilson et les sociobiologistes, mais correspond au contraire à un dessein d’institutionnalisation de leur théorie dans un monde gouverné par des valeurs conservatrices dont ils déplorent la mise en sommeil. Le recours à Darwin et à Freud paraît nécessaire à Wilson dans la mesure où il croit que ces auteurs défendent à leur époque des valeurs qu’il entend prôner à la nôtre.

La philosophie spontanée des sociobiologistes

  • 38 L. Althusser (1974), p. 98, 124.

28La sociobiologie se présente comme ce que Louis Althusser appelait la « philosophie spontanée des savants » : une philosophie nouvelle créée par des savants saisis de la crise de la science38. Les sociobiologistes voient les sciences sociales actuelles dans un état de crise : le fossé les séparant de la biologie ne cesse de s’agrandir au fur et à mesure que naissent en leur esprit des hypothèses nouvelles sur l’existence d’un déterminisme génétique suggérées par les récentes observations des comportements sociaux humains que ne peuvent expliquer avec satisfaction les sciences sociales actuelles. Le capitalisme et le libéralisme économique ont donné lieu à la formation de classes sociales pauvres dont le contrôle échappe parfois au pouvoir politique ; la recherche de moyens d’intervention sociale en vue de la régulation des conduites justifie ainsi la modélisation des comportements souhaités et, corollairement, l’identification des causes des comportements déviants et leur répression. Dans cette quête du contrôle de tous les intervenants sociaux par le pouvoir politique, les scientifiques jouent un rôle primordial en fournissant les analyses nécessaires à l’instauration de l’ordre social. Quoique ce rôle politique de la science éloigne singulièrement les savants de leur mission première, à savoir la maîtrise du monde physique par l’espèce humaine, plusieurs scientifiques pensent que leur entreprise, si même elle s’inscrit dans un ensemble de mesures politiques de contrôle social, se justifie par la recherche du bien de l’humanité. Ne se référant qu’à leur seule compréhension subjective du monde dans lequel ils œuvrent, les savants se créent alors spontanément leur propre philosophie, afin de répondre aux objections d’ordre moral auxquelles devaient les conduire leurs propres hypothèses. En agissant ainsi, ils participent inconsciemment à « une tradition où les sciences sont exploitées à des fins apologétiques ». C’est ce que fait Jacques Monod dans Le Hasard et la nécessité et que dénonce Althusser dans Philosophie et philosophie spontanée des savants. Althusser montre bien comment Monod élabore une philosophie baroque, où le matérialisme intrascientifique se heurte à un idéalisme extrascientifique sous-jacent. Mal définis, souvent contradictoires, les concepts et les syllogismes de ces philosophies spontanées ne résistent pas aux exigences de clarté et de logique des analyses auxquelles ils sont soumis par les critiques. Mais ils continuent néanmoins de satisfaire les scientifiques jusqu’au moment où, mis face à leurs propres contradictions, ils condescendent parfois à apporter de substantielles modifications à leurs théories.

  • 39 P. Tort (1983), p. 525.
  • 40 P. Tort (1989), p. 344-345.

29La philosophie spontanée des savants est présente dans la sociobiologie, aussi bien au niveau de l’exposition de ses résultats que dans sa formulation ou dans ses effets rétrospectifs. Sur le plan des idées, la sociobiologie humaine n’apporte rien de nouveau qui n’ait été développé au xixe siècle39. Elle répète non seulement les idées du spencérisme, mais aussi ses erreurs, et elle aboutit aux mêmes contradictions et aux mêmes conséquences : la dépendance du social par rapport au biologique ; Patrick Tort montre bien l’origine purement idéologique du spencérisme et de la sociobiologie humaine40. Si la sociobiologie peut être vue comme le produit d’une évolution « dégénérescente » de la pensée occidentale, sa justification philosophique est, elle, le produit d’une « génération spontanée » : elle est la philosophie spontanée des sociobiologistes. Le manque de rigueur et de cohérence philosophique de la théorie sociobiologique trahit ses origines idéologiques ; le manque d’esprit critique des sociobiologistes à l’endroit de leur propre théorie, de ses origines et de ses conséquences, trahit son caractère scientiste.

Les pseudo-lois scientifiques de la sociobiologie humaine

30Il n’existe que trois « lois » spécifiquement sociobiologiques, toutes les autres étant empruntées à la biologie et à la génétique : 1) celle que nous appelons ici la « loi de transmission des comportements sociaux humains » ; 2) la « loi d’isomorphie du règne animal et du genre humain en ce qui concerne leurs comportements sociaux respectifs » ; 3) la « loi de similitude entre l’évolution des espèces animales et végétales et l’évolution des sciences sociales actuelles ». Les deux premières lois ne sont pas scientifiques : elles ne reposent pas sur des preuves génétiques satisfaisantes. Leur formulation se fonde exclusivement sur le constat empirique d’un certain nombre de comportements ; elles sont donc formulées comme généralisations à partir d’une induction. Par ailleurs, elles peuvent être appuyées par des données statistiques. Ces deux lois ne permettent aucune prédiction car, d’une part, on ne peut dire que l’humain réagira comme l’animal réagit en certaines circonstances (loi d’isomorphie), ni qu’un enfant réagira comme ses parents dans d’autres conditions précisées et contrôlées (loi de transmission).

31Le caractère essentialiste de la sociobiologie humaine tend à prouver que ces lois sont historiques et non scientifiques. L’expression « caractère essentialiste » désigne la tendance des sociobiologistes à insister davantage sur les réactions d’un groupe d’individus que sur les réactions individuelles (du moins dans les deux premières phases de la sociobiologie wilsonienne ; ce caractère se perd dans la troisième sociobiologie wilsonienne, puisque l’on se trouve alors sur le plan de l’individu). La troisième sociobiologie wilsonienne montre bien le caractère holiste de l’entreprise qui vise à connaître l’individu dans les moindres recoins de sa personnalité.

32Le caractère historique de la troisième loi est évident. À l’instar de Popper qui établissait un parallèle entre l’évolution biologique et celle de la science, Wilson imagine une isomorphie « darwinienne » entre les sciences sociales et la sociobiologie : les sciences sociales actuelles étant insatisfaisantes, elles ne peuvent s’adapter aux besoins nouveaux de la civilisation ; elles périront et seront remplacées par la sociobiologie. Dans ces conditions, les lois de l’évolution des espèces sont homologiquement transposées sur le plan de l’évolution de la science ; mais ce transfert leur ôte toute leur scientificité car, évidemment, les sciences sociales n’ont rien de commun avec des espèces animales ou végétales et elles ne portent pas sur celles-ci. Comme toutes les sciences sociales actuelles, la sociologie ne semble pas convenir aux sociobiologistes. Leur dessein est précisément de réécrire cette science en l’épurant de ses présupposés philosophiques et en lui donnant des assises biologiques. Dans ce schéma, la sociologie est reléguée au second plan derrière la biologie, qui devient la « reine des sciences ». Par cette loi, la sociobiologie humaine montre son caractère essentiellement holiste, dans le sens où elle veut réformer l’ensemble des connaissances humaines et non seulement un fragment de celles-ci.

  • 41 J.-G. Ruelland (1991).

33Quant à la place de l’histoire dans la théorie sociobiologique, il ne s’agit pas de l’histoire politique ou culturelle des sociétés comme l’envisageaient les historicistes, mais de l’histoire naturelle de l’espèce humaine envisagée sous l’angle de l’évolutionnisme. Par conséquent, les lois du développement historique seront, dans la sociobiologie, les mêmes que les lois de l’évolution biologique de l’espèce humaine ; dans ce cas précis, les objections apportées par Popper s’adressent aussi bien à l’évolutionnisme darwinien41 qu’ la sociobiologie. La sociobiologie est historiciste dans la mesure o l’on accepte que les lois historiques du pronaturalisme historiciste s’appliquent l’espèce humaine.

  • 42 C. J. Lumsden et E. O. Wilson (1981), p. 295.
  • 43 R. Lewin (1982), p. 220.

34La sociobiologie se garde bien de préciser des périodes autres que celles que peut lui suggérer la paléontologie. Néanmoins, la stratification de l’évolution humaine en différentes catégories d’hominidés incite à penser que les lois de l’évolution des espèces, et en particulier les lois qui stigmatisent l’impact de l’environnement (social ou naturel) sur les espèces, ne sont valables qu’en fonction d’une strate particulière. Les principales étapes de cette stratification sont les suivantes : 1) les insectes « sociaux » ; 2) les vertébrés ; 3) les primates ; 4) les « primitifs » des temps préhistoriques ; 5) les « primitifs » actuellement vivants ; 6) les Occidentaux de la fin du xxe siècle. À chacune de ces six strates, les sociobiologistes font appel à des disciplines différentes pour établir leurs conclusions : la première est fondée sur l’entomologie et la génétique ; la deuxième et la troisième, sur l’éthologie et un peu sur la génétique ; la quatrième, sur la paléontologie ; la cinquième, sur l’anthropologie et l’ethnologie ; la sixième, sur la sociologie. En conséquence, les lois découvertes par ces disciplines ne sont valables qu’à l’intérieur des strates dans lesquelles elles s’inscrivent. Si l’on considère que ces strates sont aussi les étapes de l’évolution générale de la vie animale, on n’a pas de périodes « historiques » au sens (a) comme l’entend l’historien ou l’historiciste, c’est-à-dire débutant avec les premières civilisations et l’invention de l’écriture (Sumer, 5 000 ans avant J.-C.), mais « historiques » au sens (b) : des périodes de l’histoire naturelle, depuis que la vie existe sur la planète. Mais cette périodisation n’implique pas que l’on ne puisse appliquer à la sociobiologie humaine des périodes au sens (a). En effet, Wilson affirme que 50 générations, c’est-à-dire 1 000 ans, suffisent pour étayer génétiquement des modèles culturels42 ; cette surprenante « règle des 1 000 ans » (thousand-year rule) a pour effet de ramener l’histoire biologique humaine à des dimensions fort proches de celles de l’histoire de la culture humaine. Se fondant sur les spéculations des anthropologues, Wilson fait remonter les débuts de l’agriculture à quelque 10 000 ans, ce qui lui permet de considérer ce laps de temps plus que suffisant pour que se forme une coévolution substantielle et l’établissement de règles épigénétiques dans virtuellement chaque catégorie de comportement culturel. Comme le fait remarquer Roger Lewin, la « loi des mille ans » place […] fermement des aspects importants de l’évolution humaine dans un cadre temporel historique plutôt que géologique43.

35Dans ces conditions, il est possible d’établir une double échelle de périodisation de l’histoire biologique humaine ; les périodes historiques peuvent aussi bien être celles du type (a) que celles du type (b). Dans le cas de la sociobiologie, les périodes historiques du type (b) ont une longueur de 1 000 ans, alors que les périodes du type (a) varient selon la durée de vie des civilisations. Il n’est pas exclu que la vitesse foudroyante de cette évolution biologique s’accélère et que les périodes du type (b) deviennent de plus en plus courtes, se fondant ainsi complètement avec les périodes historiques au sens (a). La variation des périodes du type (b) pourrait même expliquer la chute de certaines civilisations et l’émergence de celles qui les remplacent… L’histoire biologique se confond alors avec l’histoire culturelle ; l’histoire telle que nous la connaissons n’existe plus : elle vient d’être remplacée par l’histoire biologique de la culture humaine telle que la conçoivent les sociobiologistes. La périodisation historique des historicistes s’applique donc à la sociobiologie. Les règles épigénétiques qui régissent une certaine période de l’histoire biologique humaine ne peuvent être valables durant la période suivante – sans quoi il n’y aurait aucune évolution. En conséquence, on a bien là, en sociobiologie, des périodes historiques telles que les entendent les historicistes.

36Le caractère totalitaire de la sociobiologie humaine transparaît dans son entreprise de réforme holiste des sciences sociales et dans son dessein de connaître l’individu humain dans ses moindres détails biologiques – deux missions sacrées de la sociobiologie qui justifient le destin politico-social que lui assignent les idéologues de droite.

37Il existe une différence ontologique entre la prophétie sociobiologique visant le devenir des sciences sociales (et leur remplacement par la sociobiologie) et la prédiction de tel comportement animal dans des circonstances contrôlées. Il est vrai que l’éthologie animale peut se permettre, sur la base de statistiques, de miser sur la conduite éventuelle d’un animal en milieu contrôlé. Mais l’éthologie humaine doit, elle, tenir compte de variables beaucoup plus importantes et plus complexes. Dans la mesure où la sociobiologie se base sur les données de l’éthologie animale, de la biologie, de la génétique, elle peut émettre des prédictions… éthologiques, biologiques ou génétiques ; mais lorsqu’elle touche au domaine humain, ses prédictions deviennent des prophéties ou des gageures. Quant aux prédictions sur le comportement futur d’une espèce entière, elles relèvent encore de la simple conjecture. On peut expliquer mathématiquement certains comportements animaux : certaines équations rendent compte de la reproduction différentielle. Mais ces formules s’adressent à des comportements passés. On peut seulement présumer que dans des circonstances semblables, des causes semblables engendreront des effets semblables… avec une probabilité statistique. Mais les statistiques et les formules mathématiques ne peuvent s’appliquer à des comportements dont les variables sont innombrables et fort complexes, comme les comportements humains. En se servant des mathématiques, des théories génétiques, des observations éthologiques, etc., la sociobiologie humaine se sert des sciences comme d’un masque ; elle se travestit en science exacte alors qu’elle n’est qu’une idéologie holiste : c’est cela, son caractère scientiste.

38La sociobiologie a connu un grand succès entre les années 1975 et 1985 parce qu’elle avait été formulée dans un contexte où la société occidentale traversait une crise de valeurs qui avait atteint un point culminant au lendemain de la Guerre du Vietnam. Cette crise profonde, qui avait débuté avec la Deuxième Guerre mondiale, avait généré de sérieuses remises en question de la place de l’homme dans la société – l’existentialisme athée en est un exemple –, mais aussi des espoirs de réorienter la science vers des découvertes et des usages qui fassent oublier les guerres, les atrocités nazies, Hiroshima, le napalm en Asie du Sud-Est et les génocides de toutes sortes dont l’efficacité a été décuplée par la science et la technologie. La sociobiologie ne se présente toutefois pas comme une œuvre de paix. Au contraire, ce qu’elle propose, c’est de faire la guerre aux sciences qui ont permis l’avènement de cet état de fait… la guerre aux sciences sociales qui n’ont pas su assagir l’homme et le mettre face à sa réalité biologique ; c’est pourquoi elle ne propose pas une réforme, mais une révolution, elle veut faire table rase de tout ce qu’elle juge désormais caduc et recommencer sur de nouvelles bases, des bases sociobiologiques. Nouvelle métaphysique, elle entend remplacer à elle seule la philosophie, la morale, la sociologie, la criminologie, l’économie, la science politique et toutes les autres sciences humaines ou sociales – sans compter la biologie, l’éthologie, etc. Cette métaphysique se métamorphose en panacée sous la plume des idéologues et des savants scientistes. Son projet est tellement vaste qu’il en perd toute crédibilité !

  • 44 E. O. Wilson (1979a), p. 273-274.
  • 45 P. Ladrière (1980), p. 82.

[Wilson] reconnaît [dans On Human Nature] qu’il peut bien se tromper lorsqu’il met tous ses espoirs dans le « matérialisme scientifique », mais en même temps, il pose en principe d’explication nécessaire et non révisable l’application de la théorie de l’évolution à tous les aspects de l’évolution humaine. Il n’existe pas d’exigence scientifique en dehors du déterminisme génétique. Ce que cette exclusive peut avoir de mythique est revendiqué par Wilson. Le paradoxe de la science versant dans la profession de foi au nom de la science devient l’assise reconnue du système. Le matérialisme scientifique – que l’auteur prend soin d’opposer radicalement au marxisme44 – devient délibérément une « mythologie de rechange ». L’humanité a besoin d’épopée, le récit de l’évolution en est la plus haute.45

  • 46 G. Duby (1980), p. 38.

39La « règle de 1 000 ans » fait de Wilson comme un « millénariste ». Le « millénarisme » consiste à penser qu’au passage d’un millénaire à l’autre peuvent se produire des événements qui bouleversent complètement la civilisation46 – ce qui est farfelu, comme nous venons de le voir en passant de l’an 1999 à l’an 2000. Cette singulière croyance repose sur un passage du chapitre 20 de l’Apocalypse :

  • 47 Jean, Apocalypse, traduction de L. Segond (1977), p. 1053-1054.

Puis je vis descendre du ciel un ange qui tenait la clef de l’abîme et une grande chaîne à la main. Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l’abîme, qu’il ferma et scella au-dessus de lui, afin qu’il ne séduise plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans soient accomplis ; après cela, il faut qu’il soit délié pour un peu de temps. […] Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre. Leur nombre est comme le sable de la mer.47

  • 48 Le terme anglais snake désigne le reptile ; le terme serpent est utilisé en anglais pour désigner (...)

40La sociobiologie récupère trois éléments de cette prophétie : le nombre 1 000, le serpent et la guerre entre nations. Le choix par Wilson du nombre 1 000 pour établir sa « règle de 1 000 ans » n’est pas fortuit : si l’espèce humaine a disposé de 10 000 ans pour accomplir son évolution et qu’elle a pu changer une dizaine de fois de règles épigénétiques durant cette période, alors il est concevable qu’un autre changement soit imminent, puisque nous nous trouvons à la fin d’un millénaire… ou au seuil d’un nouveau. Les deux derniers points de la prophétie, le serpent et le combat, s’expliquent d’une autre manière : d’après la prophétie biblique, Satan doit être délivré et revenir pour organiser la guerre entre nations. Or, Wilson associe ce qu’il appelle la biophilia à un serpent48 :

  • 49 E. O. Wilson (1948), p. 83-85. Afin de distinguer les termes anglais snake (serpent) et serpent (S (...)

La science et les humanités, la biologie et la culture, sont dramatiquement liées par le phénomène du Serpent. […] Le serpent et le Serpent, le reptile de chair et de sang et l’image onirique du démon, révèlent la complexité de notre relation à la nature et la fascination et la beauté de toutes les formes d’organismes. […] Peut-être le plus bizarre des traits biophiliques est-il la crainte et la vénération du Serpent.49

  • 50 J. Chevalier et A. Gheerbrant (1974), vol. 4, p. 198.
  • 51 Littéralement : « l’amour de la vie » – ou, dans l’optique sociobiologique : le changement d’attit (...)

41Faut-il rappeler que l’image « démoniaque » du serpent est caractéristique de la civilisation occidentale50 ? L’analogie de Wilson dépend elle-même d’un ensemble de valeurs qu’elle véhicule sans les critiquer. Le serpent, par le fait de ses mues successives, symbolise aussi le changement et la régénérescence, ou encore l’immortalité. Wilson se sert de cette image pour faire comprendre que la biophilia51 arrivera lorsque les hommes seront prêts à « muer », c’est-à-dire à rendre positive la vision de leur propre biologie, à se regarder par le biais de la biologie et non des sciences humaines ou sociales. Dans l’esprit de Wilson, la sociobiologie favorise la « mue » intellectuelle de l’humanité en « cannibalisant » les sciences sociales ; elle les dresse les unes contre les autres en démasquant leurs contradictions et leurs insuffisances, comme Satan organise la guerre entre nations. Au terme de ce combat, privés des sciences sociales, les hommes considéreront alors la sociobiologie comme la seule vraie science. Celle-ci deviendra, pour une période historique de 1 000 ans au moins, l’ensemble des règles épigénétiques qui guident les hommes dans leur conduite. Le combat de la sociobiologie contre les sciences sociales vise donc au bonheur de l’humanité. Derrière cette image « biophilique » du serpent se cache une prophétie millénariste – qui n’est pas sans rappeler un autre millénarisme encore bien vivace chez quelques nostalgiques : celui du iiie Reich.

  • 52 P. Lavedan (1931), p. 803.
  • 53 D. Kravitz (1975), p. 79.

42C’est ici qu’il faut repenser au mythe de Prométhée, auquel Wilson associe la sociobiologie. Ce mythe est le pendant positif de la légende biblique du Serpent. Dans l’Apocalypse, le Serpent organise la guerre et détruit les nations, comme il avait détruit le couple originel dans la Genèse. Mais la sociobiologie est toujours présentée sous l’aspect d’une entreprise positive : comme Prométhée, elle apporte la lumière, la science et de grands bienfaits aux hommes. Tel le Serpent de l’Apocalypse, Prométhée est enchaîné, mais il est délivré par ses enfants (le demi-dieu Héraclès52 ou les humains Deucalion et Pyrrha53, selon diverses traditions grecques) : c’est alors que les hommes peuvent bénéficier de tous ses présents. Le mythe de Prométhée récupère ainsi la légende apocalyptique du serpent, mais en lui donnant une tournure positive. Enfermés dans leur ignorance des règles épigénétiques qui les dirigent, les hommes ne peuvent bénéficier de la science (c’est-à-dire la sociobiologie) s’ils ne changent pas leur attitude envers eux-mêmes, s’ils ne deviennent pas « biophiliques ». Ce point peut être prouvé par un autre élément : la Genèse est le premier livre de la Bible et l’Apocalypse en est le dernier ; du début à la fin, la Connaissance (dont le symbole ésotérique, dans plusieurs mythologies orientales, est un serpent) est présentée dans la tradition judéo-chrétienne comme une source de problèmes et une occasion de fauter. Entre ces deux livres règnent donc deux dieux, qui sont, d’une part, l’Alpha (Α) et l’Oméga (Ω) et, d’autre part, son contraire, l’Antéchrist, vu sous les traits d’un dieu tout-puissant par les sectes adoratrices du diable. La victoire du Serpent, dont la beauté sauvage est soulignée dans la Genèse et dans Biophilia tout comme celle de Satan dans les sectes qui lui rendent un culte, signifierait non la victoire du Mal, mais celle de la Connaissance vraie des choses, la sociobiologie, qui serait ainsi libre de construire une humanité nouvelle après avoir fait table rase de toutes les anciennes croyances. Les « pulsions de vie » révolutionnaires, expressions vraies de la nature humaine profonde dans la psychanalyse freudienne, archétypes de la « biophilie », renverseraient ainsi les « pulsions de mort » conservatrices et garantes de l’ordre établi, retrouvant ainsi la prime nature de l’enfant, celle qu’il vit au stade oral, avant l’atteinte du stade sadique-anal dans le schéma freudien. Un quadruple parallèle peut ainsi être établi, qui prend probablement sa source dans la référence constante de Wilson à la psychanalyse freudienne : d’une part, les pulsions de mort de la psychanalyse freudienne renvoient au stade sadique-anal, alors que les pulsions de vie renvoient au stade oral ; d’un autre côté, les pulsions de mort renvoient dans la tradition judéo-chrétienne à Satan ou au Serpent, et les pulsions de vie au Christ ou à Iahvé ; le satanisme associe les pulsions de mort au Christ et, inversement, les pulsions de vie à Satan, au Serpent ou à l’Antéchrist ; finalement, la sociobiologie humaine associe les pulsions de mort à l’ignorance des règles épigénétiques et les pulsions de vie à la « biophilie ».

43On nous objectera peut-être que nous introduisons dans la sociobiologie des éléments métaphysiques ou religieux qu’elle n’a pas. L’aspect métaphysique de la sociobiologie humaine est pourtant apparent, ainsi que ses références religieuses, comme le prouve la citation en exergue à la première partie de La Sociobiologie :

  • 54 E. O. Wilson (1987), p. 13. La version anglaise de la même citation tirée de la même upanisad est (...)

Arjuna à Arjuna à Krishna : « Bien qu’eux, aveuglés par la convoitise, ne voient nul péché à détruire la famille, nul crime à combattre des amis, pourquoi nous, n’aurions-nous pas la sagesse de reculer devant un tel péché, ô Jan_rdana, nous qui voyons en la destruction de la famille, le mal ? » – Krishna à Arjuna : « Celui qui regarde ceci (l’âme) comme ce qui tue, et celui qui pense que ceci est tué, ni l’un ni l’autre ne perçoivent la vérité. Ceci ne tue pas, n’est ni tué. »54

  • 55 La lecture de A. C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada [1975] nous apprend qu’il s’agit de deux passag (...)

44Cette citation, dont Wilson ne donne pas la référence, est un passage de la Bhagavad-gītā55. On est surpris par cette citation et par la place qu’elle occupe dans l’œuvre majeure de Wilson. Quel message ces versets cachent-ils ? Risquons une interprétation en paraphrasant : « Est-il bon de souhaiter que la sociobiologie détruise les sciences humaines et sociales ? Elles sont ennemies des hommes, mais ne serait-ce pas une faute que de les détruire entièrement ? Les hommes ne se retrouveraient-ils pas sans âme ? – Non, car ils vivront tant que leur âme, qui est éternelle, vivra ; l’âme humaine ou plutôt la nature humaine ne tue pas et ne peut être tuée. Il restera toujours quelque chose à étudier : la nature humaine ; ce sera alors la tâche de la sociobiologie humaine. » Cette citation est une prophétie portant à la fois sur l’avenir de l’humanité, sur la destruction des sciences sociales et sur la victoire de la sociobiologie. Notre interprétation est peut-être un peu déroutante, mais nous ne voyons pas d’autre raison de mettre en exergue une telle citation dans un tel ouvrage. Elle démontre l’existence de liens entre la théorie sociobiologique, la métaphysique et la religion – formant ensemble une sorte de « religion scientifique » comme Comte en souhaitait. Ainsi se démontre le caractère à la fois finaliste et prophétique de la sociobiologie humaine – prophétique parce qu’elle prévoit remplacer les sciences humaines et ainsi délivrer les hommes de leur ignorance ; finaliste dans le sens où l’évolution de l’espèce humaine mène inéluctablement celle-ci à un cul-de-sac où elle devra choisir entre une nouvelle synthèse et des sciences sociales périmées par les découvertes de la génétique.

45Enfin, la sociobiologie considère la violence et le territorialisme comme des comportements « sociaux » génétiquement déterminés. En manifestant sa violence et son désir d’élargir son « territoire intellectuel » aux dépens des sciences sociales actuelles, la sociobiologie humaine ne fait qu’accomplir au niveau de la science ce que les hommes font dans la nature. L’analogie entre l’entreprise sociobiologique et l’évolution biologique de l’espèce humaine s’en trouve renforcée – et notre raisonnement se justifie encore par l’examen de la citation tirée de la Bhagavad- gītā.

  • 56 R. Lewin (1982), p. 225.

46Si l’on en croit Wilson, les formules mathématiques contenues dans Genes, Mind and Culture permettent de prévoir avec certitude certains comportements, rendant ainsi la théorie sociobiologique testable. Mais le problème demeure de qualifier ces formules mathématiques, souligne Ronald Pulliam56. Actuellement, la théorie sociobiologique est incapable de mettre au point des tests satisfaisants. Son caractère empirique ne peut la rendre potentiellement testable, le continuum sociobiologique entre le monde animal et le genre humain ne reposant que sur des homologies non scientifiques. La sociobiologie humaine n’est empirique que dans la mesure où l’on prend ces homologies pour la réalité. Elle ne deviendra testable que lorsque les généticiens isoleront les gènes responsables des comportements sociaux humains ; or, cette fonction du gène est essentialiste : elle confère au gène un caractère ontologique que ne lui reconnaissent pas à l’heure actuelle les généticiens non sociobiologistes. Les trois lois de la sociobiologie ne permettent pas d’émettre plus que des prophéties.

Notes

1 E. O. Wilson (1977a), p. 135.

2 « Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes, autrement dit la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est aussi la puissance dominante spirituelle. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose, du même coup, des moyens de la production intellectuelle, si bien que, l’un dans l’autre, les pensées de ceux à qui sont refusés les moyens de production intellectuelle sont soumises du même coup à cette classe dominante. Les pensées dominantes ne sont pas autre chose que l’expression idéale des rapports matériels dominants, elles sont ces rapports matériels dominants saisis sous forme d’idées, donc l’expression des rapports qui font d’une classe la classe dominante ; autrement dit, ce sont les idées de sa domination » (F. Engels et K. Marx, 1970, p. 74, nous soulignons).

3 G. W. Barlow (1980), p. 4.

4 Alan P. Lightman exprimait cette idée à sa façon en 1984 : « Au cours des dernières décennies, la science a plongé tête première dans plusieurs problèmes philosophiques très anciens. Un vieux débat est la question de la liberté versus le déterminisme des actions humaines. Le principe d’incertitude de Heisenberg en physique, stipulant que les trajectoires de particules élémentaires ne peuvent être prédites avec précision, a donné des munitions aux partisans du libre arbitre, alors que les études portant sur les gènes, l’ADN et le champ nouveau-né de la sociobiologie appliquaient un baume sur le cœur des déterministes. Et alors arriva l’ancienne controverse au sujet de l’origine matérielle de la pensée. J’imagine que le problème corps / esprit doit avoir des choses à prendre dans les récents développements de la neurobiologie, particulièrement les résultats indiquant que des activités mentales telles le langage et les émotions pourraient être localisées sur des parties spécifiques du cerveau. La science n’a réellement répondu à aucune de ces questions, mais elle continue d’aiguiser sa vue » (A. P. Light-man, 1984, p. 49).

5 J.-F. Skrzypczak (1989), p. 38.

6 .« Dans tous les systèmes de morale que j’ai rencontrés jusqu’ici, j’ai toujours remarqué que l’auteur procède quelque temps selon la manière ordinaire de raisonner, qu’il établit l’existence de Dieu ou qu’il fait des remarques sur la condition humaine ; puis tout à coup j’ai la surprise de trouver qu’au lieu des copules est ou n’est pas habituelles dans les propositions, je ne rencontre que des propositions où la liaison est établie par doit ou ne doit pas. Ce changement est imperceptible ; mais il est pourtant de la plus haute importance. En effet, comme ce doit ou ce ne doit pas expriment une nouvelle relation et une nouvelle affirmation, il est nécessaire que celles-ci soient expliquées, et qu’en même temps on rende raison de ce qui paraît tout à fait inconcevable, comment cette nouvelle relation peut se déduire d’autres relations qui en sont entièrement différentes » (D. Hume, 1962, p. 585 ; cité dans M. J. Osler, 1980, p. 282) ; voir aussi A. Flew, 1978b, p. 148-150.

7 A. Jacquard (1978), p. 188.

8 « Nous avons constaté qu’il y avait une singularité de chaque patrimoine génétique. Déduire une inégalité de cette différence signifierait que l’on puisse affirmer que tel individu a plus de gènes qu’un autre. Or, à l’heure actuelle, on ne sait combien l’homme possède de gènes ! On avance des chiffres allant de quelques milliers à quelques millions. Une évaluation récente montre que chez les végétaux supérieurs, il y aurait 15 000 gènes et chez les mammifères 25 000 à 30 000. On avait localisé 1 200 gènes seulement sur les chromosomes en 1977. Une telle comparaison ne peut donc avoir de signification scientifique » (J. F. Skrzypczak, 1989, p. 39).

9 Une anomalie de l’hémoglobine constitue un handicap dans certains milieux de vie, mais en Afrique, elle protège du paludisme ceux qui la portent.

10 M. Ruse (1979), p. 95.

11 E. O. Wilson (1975a), p. v-vi. Sarah Landry a également illustré l’ouvrage de Wilson, The Diversity of Life (1992). Une autre dame, Laura Simonds Southworth, a illustré Naturalist (1995) et In Search of Nature (1996). Dans la « Préface à la version abrégée » (datée de septembre 1979) de La Sociobiologie, Wilson précise que « Sarah Landry a réalisé les dessins des sociétés animales présentés aux chapitres 19 à 26. En ce qui concerne les espèces vertébrées, ses compositions comptent parmi les premières à illustrer des sociétés complètes, en respectant les proportions démographiques réelles et en présentant autant d’interactions sociales que possible en un seul tableau » (E. O. Wilson, 1987, p. 10).

12 E. O. Wilson (1987), p. 10.

13 M. Ruse (1979), p. 93.

14 Ibid., p. 94.

15 Robert T. Bakker, Brian Bertram, Iain Douglas-Hamilton, Richard D. Estes, F. Clark Howell, Allison Jolly, John H. Kaufmann, Hans Kummer, George B. Schaller et Glen E. Woolfenden (E. O. Wilson, 1987, p. 10-11).

16 1) À la suite de changements climatiques et écologiques importants, certains hominidés ont dû s’habituer à la station verticale et devenir bipèdes. 2) La bipédie a engendré un rétrécissement du bassin du squelette humain, rendant les accouchements plus difficiles et plus risqués. 3) La sélection naturelle a favorisé des mères qui mettaient prématurément leur enfant au monde. 4) Mais ces enfants prématurés nécessitaient des soins supplémentaires. 5) La mère ne pouvait donc plus être autonome et devait obtenir la collaboration de mâles pour rapporter de la nourriture. 6) Afin d’obtenir cette nourriture, les mères ont le plus souvent possible offert leurs « charmes » aux mâles. 7) Par la suite, la sélection naturelle a favorisé les femmes aptes à offrir leurs « charmes » en permanence, ce qui explique que, maintenant, elles peuvent connaître l’orgasme sexuel en tout temps. 8) Le comportement sexuel trouve donc son origine dans une lutte des femmes pour la survie de leur progéniture (H. E. Fisher, 1983).

17 J. N. Spuhler (1979), p. 455.

18 Notamment J. H. Barkow (1982).

19 R. Dawkins (1990a), p. 27.

20 R. Dawkins (1990b), p. 140.

21 Ibid., p. 46.

22 C. R. Cox et B.J. Le Bœuf (1980), p. 320.

23 B. S. Low (1979), p. 462.

24 R. D. Alexander, J. L. Hoogland, R. D. Howard, K. M. Nooman, et P. W. Sherman (1979), p. 402.

25 N. A. Chagnon, M. V. Flinn, et T. F. Melançon (1979), p. 291. Les Yanomamis pratiquent l’infanticide sélectif des filles afin de maintenir la prépondérance numérique des hommes dans leur tribu.

26 H. V. C. Harris (1984), p. 319.

27 G. C. Williams (1980).

28 Notamment H. B. Robinson, A. E. Williams, et S. C. Woods (1980), p. 94 ; T. H. Clutton-Brock (1983), p. 476 ; J. H. Barkow (1982), p. 108 ; H. V. C. Harris (1984), p. 318.

29 M. Ruse (1981), p. 228.

30 Y. Conry (1983), p. 166, 168.

31 B. Malinowski (1932).

32 M. Ruse (1981), p. 224.

33 J. Alper, J. Beckwith, et L. G. Miller (1978), p.482.

34 Dans un contexte différent, Althusser qualifiait de « réactionnaire » l’attitude des communistes qui récusaient la psychanalyse freudienne en la taxant de « science bourgeoise » : « Disons-le sans détour : qui veut aujourd’hui tout simplement comprendre la découverte révolutionnaire de Freud, non seulement reconnaître son existence, mais aussi connaître son sens, doit traverser, au prix de grands efforts critiques et théoriques, l’immense espace de préjugés idéologiques qui nous sépare de Freud » (L. Althusser, 1965, p. 88). Les motivations des sociobiologistes sont évidemment très différentes de celles des communistes dont parlait Althusser et elles s’insèrent dans un contexte qui n’a rien de commun avec celui dans lequel il s’exprimait. Mais, dans les deux cas, c’est la même attitude non critique qui est à l’œuvre : dans le premier cas, elle aboutit au rejet indiscuté de la psychanalyse freudienne et, dans l’autre, à son « adoption » tout aussi indiscutée. C’est cette attitude non critique des sociobiologistes que nous qualifions ici de « conservatrice ».

35 La sixième édition de L’Origine des espèces, qui est aussi la dernière du vivant de l’auteur, date de 1872.

36 « Lorsque les idées que j’ai avancées dans cet ouvrage […] seront généralement admises par les naturalistes, nous pouvons prévoir qu’il s’accomplira dans l’histoire naturelle une révolution importante. […] Un champ immense et encore presque vierge de recherches sera ouvert sur les causes et les lois des variations. » Et Darwin continue en parlant de l’application de sa théorie à la géologie, à la paléontologie et à la psychologie (C. Darwin, 1973, « Récapitulation et conclusions », p. 486-489).

37 « Son œuvre, Sigmund Freud l’a construite non en mesurant les astres, les crânes ou les grands flux économiques, mais en écoutant l’inaudible, le honteux et l’incohérent des êtres humains. Et d’abord de lui-même. Il a inventé une œuvre théorique à partir de sa propre intimité » (L. Flem, 1986, p. 13).

38 L. Althusser (1974), p. 98, 124.

39 P. Tort (1983), p. 525.

40 P. Tort (1989), p. 344-345.

41 J.-G. Ruelland (1991).

42 C. J. Lumsden et E. O. Wilson (1981), p. 295.

43 R. Lewin (1982), p. 220.

44 E. O. Wilson (1979a), p. 273-274.

45 P. Ladrière (1980), p. 82.

46 G. Duby (1980), p. 38.

47 Jean, Apocalypse, traduction de L. Segond (1977), p. 1053-1054.

48 Le terme anglais snake désigne le reptile ; le terme serpent est utilisé en anglais pour désigner le serpent de la mythologie, l’incarnation de Satan ou le serpent que l’on voit en rêve – et qui est souvent de mauvais augure selon les traditions ésotériques ou religieuses occidentales.

49 E. O. Wilson (1948), p. 83-85. Afin de distinguer les termes anglais snake (serpent) et serpent (Satan), nous avons orthographié ce dernier terme avec une majuscule.

50 J. Chevalier et A. Gheerbrant (1974), vol. 4, p. 198.

51 Littéralement : « l’amour de la vie » – ou, dans l’optique sociobiologique : le changement d’attitude à l’endroit des sciences biologiques.

52 P. Lavedan (1931), p. 803.

53 D. Kravitz (1975), p. 79.

54 E. O. Wilson (1987), p. 13. La version anglaise de la même citation tirée de la même upanisad est un peu différente (E. O. Wilson [1975a], p. 1).

55 La lecture de A. C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada [1975] nous apprend qu’il s’agit de deux passages de la Bhagavad- gītā, 1 :37-39 et 2 : 19-20, p. 12 et 13. Le texte que nous avons consulté est légèrement différent de celui que donne Wilson.

56 R. Lewin (1982), p. 225.

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540