Version classiqueVersion mobile

L’empire des gènes

 | 
Jacques G. Ruelland

8. La méthodologie des sociobiologistes

Texte intégral

Platonicien par état, j’allais du savoir à son objet ; je trouvais à l’idée plus de réalité qu’à la chose, parce qu’elle se donnait à moi d’abord, et parce qu’elle se donnait comme une chose.
Jean-Paul Sartre, Les Mots

1En utilisant les données de la science actuelle, le sociobiologiste croit émettre un discours objectif. Mais en fait, ce discours est lui-même imprégné de la culture au sein de laquelle il est élaboré, celle de la fin du xxe siècle en Occident.

2Sur le plan des concepts scientifiques, une expression comme « programme génétique » ne peut être admise dans un discours scientifique et comprise par les généticiens qu’à la condition que la génétique soit parvenue à un point de développement tel qu’elle rend possible la conceptualisation d’une telle idée ; par ailleurs, l’expression « altruisme réciproque » n’est compréhensible qu’à partir du moment où les éthologues ont mathématisé la notion d’altruisme, qu’ils avaient auparavant définie en termes d’« économie génétique ». La théorie sociobiologique est ainsi rendue « accessible » à la gent savante de la fin du xxe siècle, à la condition que les sciences sur lesquelles elle repose – et auxquelles elle emprunte presque tous ses éléments constitutifs – soient elles-mêmes arrivées à un point de développement particulier. L’idée de « sélection naturelle » n’a pu faire partie du corpus scientifique que dans la seconde moitié du xixe siècle, grâce aux travaux de Darwin, et dans la mesure où elle s’inscrivait parfaitement dans la culture occidentale de l’époque parce qu’elle permettait d’expliquer à ce moment un ensemble de phénomènes auxquels s’intéressaient les naturalistes comme Darwin ou Thomas H. Huxley, les économistes comme Karl Marx ou Friedrich Engels, et les « biologues » comme Herbert Spencer ou Ernst Haeckel.

  • 1 J. G. Ruelland (1991a), p. 50.
  • 2 C’est ainsi que Popper dénonce la méthodologie de l’historien Arnold J. Toynbee consistant à chois (...)

3Le « principe d’implication » explique que, dans tous les domaines où l’homme est visé en tant qu’individu (c’est-à-dire les sciences « humaines »), le savant se retrouve à la fois sujet et objet de sa réflexion, appartenant à un seul et même réseau d’actions et de réactions. Certains épistémologues estiment que cette caractéristique des sciences humaines peut priver les sciences humaines de prédictions comparables à celles que l’on trouve dans les sciences de la nature ; l’influence de l’observateur sur l’objet observé peut avoir pour effet pervers ce que Karl R. Popper nomme – non sans ironie – l’« effet Œdipe » : le sociologue peut prédire un événement en le provoquant ou au contraire nier son occurrence future en l’empêchant1. Ce qui est vrai pour la sociologie l’est aussi pour la sociobiologie humaine. La tentation est forte, pour le sociobiologiste, de choisir des preuves en fonction des thèses qu’il entend démontrer, comme l’historien choisit parfois – contre tout professionnalisme – les événements qu’il décrit en fonction des points de vue qu’il soutient2.

4Wilson affiche souvent une attitude critique à l’endroit de ceux qui auraient pu l’aider davantage, comme les éthologues populaires, par exemple. En refusant leur appui et leurs « preuves », il donne un certain crédit à sa position : il remet ses sources en question – ce qui est une attitude scientifique louable. Mais il ne se fie qu’à ses propres déductions pour affirmer certains points majeurs de sa théorie, alors que des sources authentiques et directes auraient pu convaincre. Il se contente de témoignages plus ou moins appropriés, notamment tirés de conjectures anthropologiques, pour étayer l’affirmation de la présence, chez l’humain, de gènes à l’origine de tel ou tel comportement. C’est le cas lorsqu’il affirme la base biologique du comportement d’altruisme réciproque chez les humains. De la même façon, en laissant entendre que l’absence de prescriptions inscrites dans les gènes quant au comportement culturel ne signifie pas l’absence de toute influence des gènes sur le développement de la culture, Wilson signifie que l’on peut vraisemblablement – et contre toute évidence – envisager l’idée inverse, et considérer que le comportement culturel a bel et bien une base biologique. Ce procédé, qui ne relève que de la rhétorique et n’a rien à voir avec une démarche scientifique, prouve que Wilson ne cherche pas à démontrer la vérité de ses affirmations, mais à convaincre son lecteur qu’il a raison – même s’il n’apporte pas de preuve scientifique à ses dires. Ce procédé donne à sa théorie son aspect polémique et en fait une idéologie récupérable par le discours politique.

5Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de voir que la stratégie de Wilson se résume à l’idée de collectionner les cas particuliers, à en tirer une tendance générale et à exprimer celle-ci en termes d’économie génétique. Les cas d’exception sont éliminés du biogramme, qui ne tient compte que des principaux comportements sociaux, définis en fonction de la thèse générale d’économie génétique. Seuls les comportements qui peuvent être exprimés sous cet angle sont sélectionnés. Par exemple, l’agression n’est envisagée que sous l’angle de mécanisme favorisant la sélection et l’adaptation – donc la préservation d’un patrimoine génétique ; elle n’est pas envisagée comme sentiment ou comme psychopathologie. Mais des comportements comme le suicide religieux ou la mutilation pour raisons religieuses ne sont pas envisagés par l’analyse sociobiologique non seulement parce qu’ils sont effectivement des cas d’exception, mais surtout parce qu’ils échappent à une analyse en termes d’économie génétique. La sociobiologie ne peut expliquer tous les comportements sociaux et / ou humains, et elle est incapable de donner le critère de démarcation entre les comportements qu’elle prétend expliquer et ceux qu’elle n’explique pas. Cela apparaît clairement lorsqu’on se rend compte que la sociobiologie repose sur un ensemble de présuppositions méthodologiques.

Les présuppositions méthodologiques de la sociobiologie

6Nous appelons « présuppositions méthodologiques » des thèses indémontrables par des arguments externes à la théorie, sortes de pétitions de principe ou d’articles de foi intégrés à une théorie et assurant sa cohérence interne. De tels arguments se rencontrent parfois dans les théories en construction, où ils agissent comme des hypothèses de travail (d’où leur caractère méthodologique). Mais une théorie qui reposerait indéfiniment sur un grand nombre de ces présuppositions (comme l’alchimie ou la phrénologie, par exemple) perdrait finalement toute crédibilité scientifique tout en s’apparentant de plus en plus à une idéologie. La théorie freudienne contient au moins huit de ces présuppositions, dont aucune n’a résisté à un examen scientifique sérieux ni aux critiques des disciples de Freud (notamment Alfred Adler et Carl G. Jung) qui ont largement contribué à épurer la position freudienne de ses dogmes :

  1. L’appareil psychique n’oublie jamais rien.
  2. Tout refoulement est source potentielle de comportement anormal.
  3. Nous sommes tous névrosés ; si nous croyons ne pas l’être, c’est que nous le sommes inconsciemment.
  4. Tout acte manqué est susceptible d’être analysé et peut révéler la présence d’une névrose.
  5. Toute névrose trouve sa source dans un choc initial vécu dans la tendre enfance.
  6. Les hommes « s’expriment » par l’agression, les femmes par la séduction.
  7. La thèse dualiste : l’être humain est corps et esprit ; l’esprit est dédoublé en conscient et inconscient ; les forces de ces deux dédoublements s’opposent comme des forces contraires.
  8. L’appareil psychique est comparable à un champ de bataille où s’affrontent les pulsions ; le comportement est le résultat de la victoire d’une pulsion sur l’autre.

7La sociobiologie repose essentiellement sur de telles présuppositions, dont voici les neuf principales :

  1. Les gènes qui se retrouvent à la base des comportements sociaux sont identiques dans toutes les espèces.
  2. Le comportement social humain est comparable, dans sa nature et dans ses manifestations, au comportement « social » des animaux.
  3. En conséquence, l’étude du comportement social humain peut être fondée sur celle du comportement « social » des animaux.
  4. La nature humaine est celle d’un véhicule pour les gènes.
  5. La culture humaine a une origine génétique.
  6. La nouvelle synthèse est une théorie biologique quantitative qui mesure les différences de distribution des gènes dans les diverses espèces, sans égard aux différences dans la qualité de cette distribution.
  7. Cette différenciation se caractérise chez l’humain par l’apparition de « gènes prométhéens ».
  8. Les sciences sociales ne peuvent expliquer le comportement social humain aussi bien que la sociobiologie humaine.
  9. La biologie peut seule expliquer l’ensemble de l’évolution culturelle et physiologique de l’être humain, mais les preuves actuellement disponibles ne se retrouvent pas qu’en biologie ; en conséquence, le recours à des preuves paléontologiques ou ethnologiques est légitime, même si la paléontologie et l’ethnologie sont appelées à disparaître au sein de la nouvelle synthèse.

8Sans doute existe-t-il chez Wilson d’autres présuppositions comme celles-là ; elles suffisent cependant à montrer que la sociobiologie ne repose que sur un ensemble d’articles de foi, un credo, un amalgame d’axiomes arbitraires, qui masquent mal son manque de fondements scientifiques bien qu’ils constituent une idéologie scientifique parfaitement cohérente en elle-même. Par ses présuppositions, la sociobiologie humaine apparaît nettement comme une théorie d’action sociopolitique, une tentative de « cannibaliser » les sciences sociales et de s’imposer comme idéologie de scientifiques qui désire substituer à l’ordre social fondé sur le libre arbitre un ordre social inspiré de l’ordre biologique. L’examen de son arrière-plan idéologique révèle une tentative d’agression du genre humain, le rêve insensé d’un biologiste en mal de pouvoir politique.

Le modèle hypothético-déductif de Wilson

  • 3 « On compare souvent l’évolution de la science à l’évolution des espèces dans sa description la pl (...)

9L’interdisciplinarité propre à la pratique scientifique actuelle tend à donner l’illusion que les divers domaines du savoir peuvent être réduits à un commun dénominateur, alors que l’histoire des sciences contemporaines nous apprend plutôt que les nouveaux champs ouverts par la recherche interdisciplinaire amplifient sans cesse la certitude que nous avons de ne pas avoir expliqué les phénomènes naturels avec toute l’exactitude souhaitée : plus nous créons de nouvelles sciences, plus nous découvrons qu’il est possible de nuancer les explications que nous donnons des phénomènes. Mais le réductionnisme, qui est une idéologie de savant, c’est-à-dire un point de vue adopté par le savant pour mener ses recherches, crée au contraire l’illusion – chère aux positivistes et aux sociobiologistes – que la science parviendra un jour à répondre, de manière complète et parfaite, à toutes les questions que nous nous posons sur l’univers et sur nous-mêmes3.

  • 4 « Élucider de telles assertions n’est en aucun cas discréditer la validité scientifique du savoir (...)
  • 5 « Ce qui autorise donc les biologistes à voir en leurs déductions scientifiques de si grandes impl (...)

10Le sociobiologiste qui pense élaborer une théorie objective de la connaissance du comportement est ainsi lui-même victime de ses propres illusions. Il est aisé d’examiner les thèses de la sociobiologie à la lumière de l’analyse des idéologies dans lesquelles elle baigne, mais tout le monde n’approuve pas cette entreprise : Howard L. Kaye ne croit pas que l’élucidation des assertions trahissant la position idéologique des sociobiologistes soit apte à invalider les théories dans lesquelles cette position est affirmée par le biais d’analogies ou d’un vocabulaire emprunté à diverses disciplines moins hermétiques que la biologie4. Il estime que de tels emprunts sont nécessaires pour élaborer les théories5 et pour les rendre accessibles au plus grand nombre possible de personnes : « En raison de la dette évidente de Darwin – dans la formulation de sa théorie – envers la théologie naturelle et la science sociale de son époque et envers l’état agnostique de la société victorienne, son travail ne fut rendu accessible aux autres que par le contexte et ainsi assujetti à des usages extrascientifiques. »

  • 6 F. Darwin, éd. (1979), p. 43.
  • 7 C. Hibbert (1985), p. 23.
  • 8 « L’ère victorienne fut une grande époque pour la science occidentale. […] L’expression « science (...)
  • 9 « Les critiques victoriens du ‘‘victorianisme’’ étaient plus déterminés et plus écoutés durant les (...)

11La citation précédente appelle quelques remarques. D’abord, Darwin commença en juin 18376 les travaux de recherche et de rédaction qui devaient le mener à la publication de L’Origine des espèces en 1859. Or, la reine Victoria hérita du trône également en juin 18377. La société victorienne n’était donc pas en état d’agonie dès 1859 – voire en 1837 – alors que la souveraine mourut en 1901. L’époque victorienne ne fut pas une ère d’agonie sur tous les plans ; certes, l’état social de la société britannique en 1859 n’était guère brillant, mais la recherche scientifique était en plein essor8. Les premiers « signes de fatigue » du « victorianisme » se sont révélés au début des années 18909. À moins de considérer que Kaye fait référence aux derniers ouvrages de Darwin, publiés une dizaine d’années avant sa mort survenue le 19 avril 1882 (The Descent of Man, 1871 ; The Expression of Emotion in Man and Animals, 1872), sa critique de la société victorienne semble dépourvue de fondement. Mais, en fait, il parle de la théorie de Darwin, c’est-à-dire L’Origine des espèces (1859) – et sa critique est alors encore moins fondée.

  • 10 M. Weatherall (1969), p. 17.

12En se réclamant de la méthode darwinienne, Wilson avoue implicitement qu’il adopte une méthode inductive. Comme la plupart des scientifiques jusqu’au début du xxe siècle, Darwin était inductiviste. Les sciences physiques contemporaines et la biologie, notamment sous la poussée du positivisme, adopteront une méthode déductive fondée sur la vérification expérimentale des énoncés factuels et sur la mise à l’épreuve des théories par les tests10. En ne se soumettant pas à cet impératif méthodologique, la sociobiologie humaine continue de perpétuer la méthode baconienne, désormais dépassée, et ne peut en l’occurrence revendiquer le titre de discipline scientifique. Au contraire, en demeurant à la fois inductiviste dans sa méthode et métaphorique dans sa rhétorique, la théorie sociobiologique montre bien qu’elle descend en droite ligne d’une conception scientifique dépassée. Comment pourrait-elle dès lors prétendre expliquer adéquatement les comportements sociaux humains ? Tout en se réclamant de Darwin, Wilson soutient qu’il utilise une méthodologie déductive et un modèle hypothético-déductif. Ses imprécisions et ses errements à cet égard laissent plutôt croire qu’il ne sait trop quoi dire à ce sujet et qu’il choisit de soutenir qu’il utilise ce modèle en fonction de la crédibilité que cet usage peut donner à sa théorie, plutôt qu’en raison d’un choix fondé sur une analyse sérieuse de sa méthodologie.

  • 11 E. O. Wilson (1971), p. 458-459.
  • 12 « Durant des siècles, on supposa que le scientifique raisonnait à partir de cas particuliers et [q (...)
  • 13 A. F. Chalmers (1987), p. 25-26.
  • 14 A. Tarski (1972), t. 1, p. 163.
  • 15 C. G. Hempel (1965), p. 380-381.

13Dans le modèle hypothético-déductif, Wilson voit trois stades, dont le dernier est une prédiction11 : 1) un savoir empirique « organisé » (c’est-à-dire mathématisé et ordonné), énoncé sous la forme de postulats ; 2) une comparaison de ce savoir avec un modèle, et une déduction des conséquences de ces postulats sous forme de prédiction ; 3) une expérimentation et une analyse des prédictions qui permettront de tester et de réviser ce savoir. Ce « nouveau » savoir sert à son tour de base pour une nouvelle déduction, se retrouvant à la première étape. Wilson a raison de prétendre se servir du modèle hypothéticodéductif : la science moderne ne fonctionne que par lui12. Mais l’idée qu’il se fait de celui-ci n’est pas classique, et surtout elle est insuffisante : elle ne permet pas de justifier l’organisation du savoir empirique initial ni de déterminer le critère de choix d’un modèle. Il ne suit pas le modèle classique de la déduction ; il débute son raisonnement par les énoncés factuels. Or, la déduction classique commence toujours par des énoncés universels, qui affirment une propriété commune à tous les éléments d’une même classe ; passant alors au cas particulier, on le compare au premier énoncé, puis on en tire une conclusion13. La conclusion du syllogisme est vraie si, et seulement si, les prémisses le sont. Mais « vrai », ici, ne signifie pas nécessairement « factuelle-ment exact ». Wilson ne tient pas compte d’une autre possibilité : on pourrait avoir le cas où l’une des prémisses étant fausse, la conclusion serait fausse quoique logiquement valide – et c’est ce qui arrive dans les raisonnements sociobiologiques. Quoique la déduction soit valide selon les règles de la logique, elle peut être empiriquement fausse. La forme déductive d’une assertion scientifique ne garantit donc pas sa validité empirique. Il faut en plus une théorie de la vérité empirique comme celle qu’Alfred Tarski a formulée : l’énoncé « Il neige » est vrai si, et seulement si, à l’extérieur, il neige effectivement14. Il faut aussi considérer – ce que ne fait pas Wilson – la possibilité où les prémisses ne sont pas des énoncés universels – ce qui a pour effet de rendre indécidable la vérité de la conclusion. Les sciences humaines utilisent ce modèle en énonçant comme prémisses des propositions fondées sur des statistiques : c’est le modèle déductif-statistique développé par Carl G. Hempel15 et correspondant, dans les sciences humaines, au modèle déductif-nomologique qui, lui, ne convient qu’aux sciences de la nature.

  • 16 A. F. Chalmers (1987), p. 49-50.

14Toute formulation d’hypothèse comprend toujours une théorie. Les énoncés d’observation ne sont pas les expériences de perception directement accessibles à l’observateur : ce sont des entités formulées dans un langage commun, et qui contiennent des théories de divers degrés de généralité et de sophistication. Cette définition correspond bien à ce que Wilson décrit dans la première étape de son modèle hypothético-déductif. Mais lorsqu’on a admis que ces énoncés d’observation constituent le fondement sur lequel repose la science, on s’aperçoit qu’ils doivent être précédés par une théorie et qu’ils deviennent par-là même aussi faillibles que la théorie qu’ils présupposent16. Dans la mesure où la théorie est considérée comme vraie, l’énoncé de l’hypothèse sera également vrai, mais ne correspondra pas nécessairement à une observation empirique directement accessible à l’observateur. Si nous raisonnons comme Wilson, nous débuterons notre raisonnement par des énoncés d’observation, que nous comparerons ensuite à un modèle ; à partir de cette comparaison, nous formulerons une prédiction. Ainsi, nous pouvons raisonner à partir de la théorie suivante : 1) toute société est nécessairement organisée ; ensuite, nous bâtirions notre hypothèse : 2) les fourmis semblent vivre d’une manière organisée ; enfin, choisissant un modèle (l’organisation sociale des humains), nous pourrions déduire 3) que les fourmis forment une société au même titre que les humains, avec des structures comparables, voire identiques en certains points. Sur cette base, nous pouvons même formuler une prédiction : connaissant les lois de « l’économie génétique », nous pouvons prédire que le comportement altruiste des fourmis se produira dans des circonstances analogues à celles où il aurait pu se produire chez les humains. C’est, pour le moins, une prédiction conditionnelle ! – inadmissible du strict point de vue scientifique, sauf à titre d’hypothèse ; mais dans ce cas, cette hypothèse ne peut en rien rectifier le savoir déjà acquis (ce qui est, pour Wilson, le rôle d’une prédiction vérifiée). Ce raisonnement est certainement juste d’un point de vue logique, mais il peut être empiriquement faux parce que la théorie initiale n’est pas vérifiée et parce que l’hypothèse qui en est déduite se fonde sur un modèle analogique dont la validité n’est pas établie mais seulement apodictiquement affirmée. Wilson ne tient pas compte du fait que l’une des prémisses de ses raisonnements pourrait être fausse, ni qu’elles pourraient toutes être énoncées sous la forme de propositions singulières, ce qui aurait pour conséquence de générer une conclusion dont la valeur de vérité serait indécidable.

15Le modèle hypothético-déductif de Wilson pose trois problèmes majeurs : 1) la théorie initiale sous-jacente aux énoncés observationnels n’est pas prise en compte ; 2) la valeur de vérité de cette théorie n’est pas questionnée (elle pourrait être d’ailleurs formulée par des énoncés singuliers, et non universels) et, en conséquence, les énoncés observationnels sont considérés comme vrais par pétition de principe ; 3) le recours à un modèle dans la seconde prémisse pose la question du critère de choix de ce modèle et de la valeur de vérité des énoncés dans lequel il est formulé. Il en résulte que le seul usage du modèle hypothético-déductif n’assure pas la crédibilité d’une théorie scientifique, mais constitue seulement un élément parmi d’autres garantissant la scientificité d’une déduction. L’argument de Wilson consistant à affirmer qu’il utilise le modèle hypothético-déductif pour signifier que ses énoncés sont scientifiquement valides n’a donc aucun poids : il ne démontre en rien qu’il débute ses raisonnements par des énoncés universels formulés sous la forme de lois scientifiques, ni que ses raisonnements se fondent sur une théorie de la vérité.

Notes

1 J. G. Ruelland (1991a), p. 50.

2 C’est ainsi que Popper dénonce la méthodologie de l’historien Arnold J. Toynbee consistant à choisir et à définir les civilisations, les phases de leur « vie » et les périodes historiques dans lesquelles elles s’inscrivent, à la lumière de sa thèse d’isomorphie entre l’ontogenèse et la phylogenèse et en fonction de son concept de « cycle vital » (J. G. Ruelland, 1991a, p. 98).

3 « On compare souvent l’évolution de la science à l’évolution des espèces dans sa description la plus classique : arborescence de disciplines de plus en plus diverses et spécialisées, progrès irréversible et unidirectionnel. Nous aimerions proposer de passer de l’image biologique à l’image géologique, car ce que nous avons décrit est plutôt de l’ordre du glissement que de la mutation. Des questions abandonnées ou niées par une discipline sont passées silencieusement dans une autre, ont resurgi dans un nouveau contexte théorique. Leur parcours, souterrain et de surface, nous semble manifester le sourd travail de quelques questions qui déterminèrent les mises en communication profonde par-delà la prolifération des disciplines. Et c’est souvent aux intersections entre disciplines, à l’occasion de la convergence entre voies d’approches séparées, que sont ressuscités des problèmes que l’on pensait réglés, qu’ont pu insister, sous une forme renouvelée, des questions anciennes, antérieures au cloisonnement disciplinaire » (I. Prigogine et I. Stengers, 1979, p. 380).

4 « Élucider de telles assertions n’est en aucun cas discréditer la validité scientifique du savoir acquis. En fait, même le fait d’évoquer ces éléments comme extrascientifiques est trompeur, car ils sont vitaux pour la création du savoir scientifique » (H. L. Kaye, 1986, p. 7).

5 « Ce qui autorise donc les biologistes à voir en leurs déductions scientifiques de si grandes implications n’est ni la logique ni l’illogique de leurs erreurs naturalistes ou génétiques, mais la présence contraignante d’affirmations métaphysiques, morales et sociales imbriquées dans leur travail scientifique » (H. L. Kaye, 1986, p. 6).

6 F. Darwin, éd. (1979), p. 43.

7 C. Hibbert (1985), p. 23.

8 « L’ère victorienne fut une grande époque pour la science occidentale. […] L’expression « science victorienne » rappelle la grandeur de l’œuvre de Charles Darwin et la bigoterie frappante de ses critiques religieux. Cela incite les historiens des sciences à oublier que cet aspect de l’œuvre scientifique de Darwin occulte d’autres découvertes scientifiques importantes […]. Les physiciens victoriens créèrent une nouvelle image de l’univers par l’introduction de leur théorie des champs et leur investigation de la nature et de la structure de l’atome. Les spécialistes victoriens des sciences sociales créèrent la nouvelle discipline de l’anthropologie, alors que les spécialistes de la mer fondaient la nouvelle science de l’océanographie. L’importance de cette activité n’était pas inconnue du public. Il existait un grand intérêt général pour la science, délibérément entretenu par les scientifiques et les journalistes scientifiques qui mettaient en valeur les découvertes de la science, excitaient les imaginations et émerveillaient les profanes » (G. Basalla, W. H. Coleman et R. H. Kargon, éd., 1970, p. 3).

9 « Les critiques victoriens du ‘‘victorianisme’’ étaient plus déterminés et plus écoutés durant les dernières années de l’ère victorienne qu’ils ne l’avaient été au début » (A. Briggs, 1983, p. 231).

10 M. Weatherall (1969), p. 17.

11 E. O. Wilson (1971), p. 458-459.

12 « Durant des siècles, on supposa que le scientifique raisonnait à partir de cas particuliers et [qu’il en inférait] des lois générales, et c’était à première vue une conception exacte et raisonnable de la méthode. Évidemment, le procédé d’argumentation allant du particulier au général, appelé raisonnement inductif, est impossible à justifier logiquement, alors que le procédé inverse, consistant à argumenter du général au particulier (raisonnement déductif), est parfaitement correct. Il est maintenant habituel de voir un scientifique en train d’inventer ou d’imaginer des hypothèses plutôt que de les obtenir par un raisonnement logiquement défendable, et de le voir constater que les conclusions déduites correspondent ou ne correspondent pas aux faits observés. La distinction est insignifiante aux yeux du scientifique, qui n’a cure de savoir que ses hypothèses sont formulées par induction, ou par imagination, pour autant qu’elles soient formulées » (M. Weatherhall, 1969, p. 17).

13 A. F. Chalmers (1987), p. 25-26.

14 A. Tarski (1972), t. 1, p. 163.

15 C. G. Hempel (1965), p. 380-381.

16 A. F. Chalmers (1987), p. 49-50.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search