Version classiqueVersion mobile

L’empire des gènes

 | 
Jacques G. Ruelland

2. Les bases scientifiques de la théorie sociobiologique

Texte intégral

La science a fait de nous des dieux avant même que nous méritions d’être des hommes.
Jean Rostand, Pensées d’un biologiste

1Les bases scientifiques de la sociobiologie sont le néo-darwinisme, le béhaviorisme et la génétique des populations.

Le darwinisme

  • 1 P. Heyer (1982), p. 132.

2La filiation entre la théorie darwinienne de l’évolution et la sociobiologie semble un fait bien établi lorsqu’on analyse les diverses conceptions de la nature humaine qui ont été avancées depuis le xixe siècle, Darwin peut être regardé comme le principal initiateur de cette entreprise1. Dans La Descendance de l’homme (1871), il applique au phénomène d’organisation sociale d’un grand nombre d’espèces, la théorie évolutionniste et le savoir biologique qu’il dérive de l’observation empirique du comportement animal ou humain. L’approche darwinienne a bénéficié de la rigueur scientifique de la génétique au début du xxe siècle, et en particulier de la génétique du comportement ; elle a connu un prodigieux développement grâce à l’emploi de plus en plus fréquent de modèles mathématiques dans l’interprétation de la théorie évolutionniste ; par la découverte de liens entre la biologie et la psychologie des animaux, et par l’énorme potentiel que les sciences neurales offrent actuellement, l’étude des bases biologiques du comportement est devenue un des champs de recherche scientifique des plus prometteurs.

  • 2 C. Darwin (1981), p. 116-117.

3Darwin a tenté de prouver que la société humaine possède une base évolutive de nature biologique. Afin d’étayer sa thèse, il a comparé des éléments de la vie sociale – animale ou même spécifiquement humaine – se retrouvant dans plusieurs espèces animales, éloignées ou proches de l’homme. Le comportement social est le résultat du sens moral qui dérive de ce qu’il appelle les « instincts sociaux », dont le plus fondamental est l’affection filiale ou parentale. Dans l’état de nature, beaucoup de groupes, des insectes, des oiseaux, des primates, démontrent l’existence de liens sociaux de complexité variable. Darwin nota que les loups chassent en bandes ; qu’une division des tâches concernant la défense du troupeau existe chez les bisons, les chevaux et les babouins ; que certains animaux agissent comme des sentinelles afin de prévenir le reste de la colonie d’un éventuel danger ; que ces comportements, notamment le partage de la nourriture, continuent à se manifester en captivité quoique sous des aspects modifiés. D’après l’auteur de La Descendance de l’homme, ces composantes du comportement social animal ne sont pas à mettre au compte d’une impulsion aveugle, car elles ne sont pas le fait de tous les individus d’une même espèce, mais seulement de certains d’entre eux unis par ce qu’il nomme un « lien d’association ». Selon Darwin, les aspects sociaux de la vie humaine sont en étroite relation avec le même phénomène dans le règne animal2. Il fait ainsi continuellement référence aux instincts sociaux de l’homme, qui répondent à ses désirs les plus nobles, les désirs les plus vils étant ceux que lui inspirent les instincts de survie et d’autosatisfaction ; ce modèle d’interprétation des instincts humains est fortement imprégné de moralisme judéo-chrétien.

4La lutte entre les instincts dont parlait Darwin produit l’évolution sociale de l’homme à travers les âges et elle est en partie responsable du développement de la raison humaine. L’hérédité des tendances au bien ou au mal est un des points fondamentaux de la théorie darwinienne. Pour prouver l’héritabilité de ces tendances, Darwin se servit alors des outils conceptuels de son époque, notamment la sélection naturelle – ce qui le plongea dans un dilemme qu’il ne put résoudre : on lui objecta que les individus les plus altruistes périssaient plus rapidement que les plus égoïstes et qu’ils ne pouvaient se reproduire autant que ces derniers, ce qui leur nuisait dans le processus de sélection naturelle. Comment alors expliquer la survivance du comportement altruiste ? C’est ce que la sociobiologie résout sur la base du gain en termes de gènes. Dans la théorie sociobiologique, le gène prend la place de l’instinct.

  • 3 H. Spencer (1912).
  • 4 B. Schwartz (1986), p. 91.

5À l’instar de Darwin, Herbert Spencer croyait que l’évolution sociale de l’homme était due à une lutte entre ses tendances à l’altruisme et à l’égoïsme3. Spencer s’inspira principalement des lois énoncées par Darwin dans L’Origine des espèces (1859) ; il tint peu compte des thèses de La Descendance de l’homme (1871) et de L’Expression des émotions chez l’homme et l’animal (1872), qui complétaient la première grande œuvre de Darwin. « Père » du darwinisme social, Spencer désapprouva les interventions des États dans la lutte contre la pauvreté et le chômage, estimant ces mesures antinaturelles et anti-évolutionnistes4. Le capitalisme des xixe et xxe siècles sut profiter des réflexions de Spencer et trouva dans la biologie le modèle et la justification de son action économique. Le darwinisme social se transformait alors en une théorie bio-économique, sur la base de laquelle une nouvelle morale pouvait se fonder : l’exploitation du plus faible par le plus puissant.

  • 5 G. Canguilhem (1975a), p. 113.

6L’Origine des espèces ne dit rien des origines humaines ; Darwin songe pourtant depuis 1938 à cette question, mais, comme l’explique Georges Canguilhem, « c’est pour ne pas susciter un motif majeur de prévention contre la théorie de la sélection naturelle »5 que Darwin s’est tu, s’en remettant à d’autres – dont Spencer – à ce moment, pour développer ce point. C’est ainsi que Darwin note dans les dernières pages du sixième et dernier chapitre de la première édition de L’Origine des espèces (1859) :

  • 6 C. Darwin (1973), p. 489.

J’entrevois dans un avenir éloigné s’ouvrir des champs de recherches encore bien plus importantes. La psychologie sera solidement basée sur la fondation, déjà bien établie par M. Herbert Spencer de la nécessité d’une acquisition par gradation de chaque faculté et aptitude mentale ; ce qui jettera une vive lumière sur l’origine de l’Homme et sur son histoire.6

  • 7 G. Canguilhem (1975a), p. 113.

7Darwin avait-il réellement l’intention de se pencher de son plein gré sur l’origine de l’homme ? Canguilhem en doute : « Cette lumière [dont il est question à la fin de la citation précédente], les darwiniens ont essayé de la projeter avant Darwin lui-même. Huxley, Vogt, Büchner et surtout Haeckel ont, pour ainsi dire, contraint le maître à ne faire pas moins que ses disciples. D’autre part, les réserves de Wallace concernant l’action de la sélection naturelle sur le développement de l’homme obligeaient Darwin à réfuter cette objection »7. On peut penser avec Canguilhem que La Descendance de l’homme et L’Expression des émotions chez l’homme et chez l’animal ont fourni « à la fois bases et caution scientifiques à la psychologie comparée dont les publications de Spencer et de Lewes contenaient, à la même époque, des annonces plutôt que des esquisses ». La Descendance de l’homme présente ce dernier comme provenant d’un type inférieur. Certes, la vision spencérienne de l’évolution sociale permet l’intégration d’une telle conception de l’origine humaine, mais elle ne lui est pas d’un grand secours. En effet, l’évolution sociale selon Spencer est avant tout le résultat d’une lutte pour l’existence (struggle for life), clairement exprimée par Darwin dans L’Origine des espèces ; mais les œuvres tardives de Darwin présentent l’origine de l’homme dans une perspective généalogique, alors que Spencer envisage le développement humain d’un point de vue où la généalogie compte pour peu. « Avec Darwin […] l’homme est présenté comme l’aboutissement effectif d’une descendance et non comme le pôle idéal d’une ascension », soutient Canguilhem. C’est juste, mais on ne peut en dire autant du modèle de Spencer. S’il est vrai que La Descendance de l’homme et L’Expression des émotions chez l’homme et chez l’animal ont pu servir de caution scientifique au modèle de Spencer, c’est au corps défendant de Darwin. Spencer s’est servi des écrits de Darwin, mais ce dernier n’a jamais souscrit au modèle développé par Spencer sur la base de ses propres œuvres tardives.

L’éthologie

  • 8 Les Américains traduisent le mot « comportement » par behavior et les Anglais par behaviour. En fr (...)

8Le système qui définit la psychologie comme l’étude du comportement8 connut une grande vogue au début du xxe siècle, en particulier aux États-Unis. L’observation et la quantification des comportements étaient réputées porteuses de sens en elles-mêmes. Ce mouvement fut initié par un psychologue américain : John B. Watson dans un article qu’il intitula « Psychology as the Behaviorist views it », publié en 1913. Watson estimait que les états mentaux de la conscience qui ne relevaient pas du physique étaient des pseudo-problèmes.

  • 9 J. F. Brennan (1982), p. 244.

9Les recherches en réflexologie des Russes Ivan M. Sechenov et Vladimir M. Bekhterev avaient préparé la voie au béhaviorisme watsonien, mais ce furent les travaux de Ivan P. Pavlov qui eurent la plus grande influence sur Watson. Pavlov avait réduit l’étude des événements psychologiques à une théorie du conditionnement. La psychologie de Watson se définissait en termes de stimuli et de réponses ; sa définition trop étroite de la psychologie, considérée comme une simple construction mentale, stimula la recherche d’autres orientations au béhaviorisme pour en faire une théorie plus complète et plus englobante ; des scientifiques comme Holt, Weiss, Hunter et Lashley réhabilitèrent les activités psychologiques critiques au sein de celle-ci. En prônant l’adoption d’un esprit opérationnel dans l’unité de la science, le positivisme logique assura le meilleur succès du modèle béhavioriste9.

  • 10 Ibid., p. 254.

10En 1950, Skinner publia un article intitulé « Are Theories of Learning Necessary ? », et la discussion qu’il généra signa la fin de la phase de construction de théories par les béhavioristes10. Au lieu de théories, Skinner préconisait un système de compréhension des comportements par données, qui permettait de mieux connaître les structures sociales et les institutions, et d’agir sur elles. Skinner a mis l’accent sur la méthodologie et considéré que l'étude du comportement ne pouvait se faire qu’en analysant des événements spécifiques, et non en spéculant sur l’existence éventuelle d’une source centrale – cognitive ou physiologique – du comportement. Selon Skinner, le comportement est entièrement soumis à la détermination de l’environnement. Pour cette raison, Skinner accepta l’étude exhaustive d’un sujet singulier ; il estimait que la variabilité n’émerge pas des différences individuelles, mais de contingences environnementales. Pour lui, la base de la recherche était l’étude du comportement opérant et non celle du comportement répondant, celui que l’on a lorsque les réponses sont provoquées par un stimulus spécifique. C’est ainsi qu’il démontra le pouvoir du renforcement dans le processus de conditionnement. Il fut critiqué parce qu’il articulait le contrôle des sociétés en le dérivant des principes du comportement opérant.

  • 11 « Le comportement est la réalisation de la personne, et nous semblons priver l’organisme humain de (...)

11Skinner avait une conception mécaniste de la nature humaine, s’apparentant ainsi à un mouvement bien illustré dès le xviiie siècle par La Mettrie. Un de ses prédécesseurs les plus immédiats fut le zoologiste allemand Jacques Loeb, qui suggéra une théorie du tropisme animal et influença le développement de la psychologie comparée. Dans l’esprit du positivisme, Skinner prétendait que ce que d’aucuns appellent les caractéristiques de l’espèce, qui différencient soi-disant l’homme des autres produits de l’évolution, ont été créées historiquement pour donner à l’être humain une sorte de sécurité et constituent une illusion ; être un humain signifie être capable de comprendre et de contrôler les contingences environnementales pour son propre bénéfice11.

12Que l’on considère le déterminisme environnemental de Skinner ou le physiologisme réductionniste de Pavlov, l’être humain y perd toute liberté personnelle d’action, toute initiative et tout dynamisme de la conscience.

13On peut critiquer Skinner pour avoir négligé la possibilité que certains aspects du comportement humain soient innés plutôt qu’acquis par expérience. Mais on ne peut adresser le même reproche à Konrad Lorenz, qui base sa conception de l’être humain précisément sur cette éventualité.

14Étymologiquement, le terme « éthologie » désigne l’étude du caractère, mais on l’utilise aussi pour nommer l’étude scientifique du comportement. Ceci ne permet guère de différencier les éthologues des psychologues, qui prétendent eux aussi étudier scientifiquement le même objet. Il n’y a peut-être aucune différence, mais il y eut certainement deux approches bien spécifiques, qui tendent actuellement à se compléter. Des béhavioristes comme Watson et Skinner n’ont pas seulement contribué à l’étude du comportement plutôt qu’à celle de la conscience ; ils ont aussi construit une théorie empirique affirmant que le comportement est causé entièrement par les influences de l’environnement médiatisées par les mécanismes du conditionnement. Ils ont étudié les conditions sous lesquelles l’environnement peut changer le comportement. Dans les années 1920 et 1930, les éthologues réalisèrent que beaucoup des comportements animaux – qualifiés jusqu’alors d’instinctifs – ne pouvaient être expliqués dans les termes du béhaviorisme classique : l’innéisme sur lequel se fondaient ces termes se conciliait mal avec l’influence de l’environnement ; si les caractéristiques du comportement sont innées, le conditionnement ne peut que très légèrement modifier celui-ci. L’œuvre de Lorenz, que l’on regarde comme le fondateur de l’éthologie, s’inscrit dans la contestation de cet innéisme.

  • 12 C. Darwin (1973), p. 75.

15Lorenz part des écrits de Darwin – La Descendance de l’homme en particulier – pour élaborer une théorie de la nature humaine. Ce qui frappe Lorenz – et Spencer avant lui –, c’est le sous-titre de L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle : « ou la lutte pour l’existence dans la nature » ; le terme « lutte » a chez Lorenz et Spencer une résonance que Darwin eût certainement désavouée ; s’exprimant sur ce point dès 1859, celui-ci déclarait : « Je dois prévenir que j’emploie l’expression de ‘‘lutte pour l’existence’’ dans le sens métaphorique le plus large, comprenant soit les relations de dépendance qui existent entre un être et un autre, soit, ce qui est plus important, non seulement la vie de l’individu, mais aussi la réussite de sa descendance »12. La « lutte pour l’existence » ne doit pas être vue comme une réalité matérielle, mais comme un concept méthodologique permettant, par l’image qu’il évoque, d’imaginer le mécanisme qu’il tente de décrire.

  • 13 L. Stevenson (1987), p. 125.
  • 14 K. Lorenz (1966), p. 190-192, 196, 203-204, 209, 224, 231-235.
  • 15 K. Lorenz (1978), p. 73-74.

16Lorenz considère que l’homme est un animal qui a évolué comme les autres animaux. Son comportement est dû aux mêmes lois causales de la nature que celles des autres animaux13. L’homme, le plus évolué des animaux, possède un instinct inné qui le pousse l’agression ; cet instinct est vu comme un fondement de la phylogenèse de l’espèce humaine et la seule explication logique aux guerres et aux conflits. Lorenz donne une explication évolutionniste de l’agression : la plus destructrice des agressions ne se manifeste pas entre individus, mais entre groupes ; à un certain moment de leur évolution, nos ancêtres, qui avaient plus ou moins maîtrisé les dangers de leur environnement non humain, s’aperçurent que la plus grande menace venait des autres groupes humains. La compétition entre tribus voisines fut le principal facteur de survie. La sélection peut alors aussi bien déterminer l’évolution des cultures que celle de l’espèce. L’union de plusieurs groupes pour vaincre d’autres groupes a déterminé la survivance de ce que Lorenz nomme l’« enthousiasme militant », par lequel un groupe humain peut perdre toute rationalité et toute inhibition morale14. Il existe des moyens de stimuler l’ enthousiasme militant : l’appartenance à un petit groupe ou à une famille ; l’identification d’un ennemi commun, concret ou abstrait, qui canalise les énergies ; la présence d’un chef ou de nombreux individus épousant la même cause15.

  • 16 « L’étude comparée du comportement se doit […] d’observer exactement les lois méthodologiques de l (...)

17Lorenz se trouve à l’origine de la sociobiologie parce qu’il préconise l’étude comparée des comportements humains et qu’il décrit l’évolution de l’homme en termes de tendances innées, quoique soumises à la sélection par l’influence de l’environnement. Mais c’est sa méthode scientifique de recherche, exposée dans un article intitulé « Psychologie et phylogenèse » (1954)16, qui retient l’attention du sociobiologiste.

18En se présentant comme « la nouvelle synthèse », la sociobiologie entend lier – voire soumettre – l’étude de la sociologie humaine à celle de la biologie. Mais Lorenz ne propose pas à l’étude du comportement humain une autre référence que ce comportement lui-même. En 1954, il estimait que l’étude du comportement animal ne pouvait servir que de guide méthodologique – sans plus – à la recherche sur le comportement social humain. Les théories et les lois de l’éthologie animale – si l’on nous permet ce pléonasme de sens – ne pouvait être le modèle d’une éventuelle « éthologie humaine » comme celle que Wilson allait formuler vingt ans plus tard : « L’étude comparée du comportement a son propre champ de recherche qui est immensément grand et, non seulement, elle n’est pas contrainte mais elle n’est pas du tout en état de faire de la psychologie ou de la sociologie humaine spécialisée » déclare Lorenz.

19Cette recherche n’était pas utopique, mais seulement impossible dans l’état parcellaire de la science éthologique en 1954 :

  • 17 K. Lorenz (1970), p. 238 et 234-235.

Nous ne possédons aujourd’hui que très peu de travaux qui proposent des descriptions de comportements pour des groupes apparentés d’un point de vue phylogénétique, et qui offrent des détails suffisamment exacts, en envisageant un nombre suffisant d’espèces, pour que l’on y trouve le minimum de points d’appui requis pour énoncer le problème en termes de phylogenèse comparée ; minimum requis qui paraît évident depuis des dizaines d’années pour n’importe quel travail morphologique. Ces travaux sont les recherches de Whitman sur les pigeons, l’ouvrage de Heinroth sur les anatidés, les études d’Antonius sur les équidés et de Faber sur les orthoptères (1929, 1932). […] Notre connaissance de « tout ce qu’il y a » est si limitée que nous devons persister avec modestie et patience à créer d’abord, par une description exacte et sans a priori du comportement naturel, la base d’induction nécessaire à la mise en place des problèmes, mise en place à partir de laquelle pourrait ultérieurement se construire tout l’édifice d’une recherche analytique exacte.17

  • 18 L. Stevenson (1987), p. 130.

20Une des faiblesses des théories de Lorenz sur l’agression était le doute que l’on pouvait nourrir à l’endroit de l’application éventuelle de son raisonnement à l’homme. Conscient de cette difficulté, il s’en était expliqué dans l’article déjà cité. Le même problème s’était posé avec les théories de Skinner18. La faiblesse de la sociobiologie est identique. Mais, contrairement à Lorenz, Wilson et les sociobiologistes affirment que leurs données empiriques sont suffisantes pour déduire la connaissance du comportement social humain de celle du comportement animal :

  • 19 E. O. Wilson (1978b), p. 293.

Les principales thèses de la sociobiologie sont fondées sur l’étude d’une myriade d’espèces animales, résultant de centaines d’investigations dans diverses disciplines biologiques. Il a été possible de dériver des propositions par les méthodes traditionnelles des postulats et de déduction de la science théorétique, et de tester rigoureusement beaucoup d’entre elles par des études quantitatives. On peut citer par exemple la sélection de parentèle chez les hyménoptères sociaux, l’élaboration des systèmes de castes chez les insectes sociaux, les fonctions économiques de la territorialité chez les vertébrés, les causes écologiques du comportement social des ongulés, la dimension du répertoire et les caractéristiques de la transmission des systèmes de communication, etc. Ces idées et ces données proviennent des efforts de la sociobiologie générale.19

21Les études quantitatives dont parle Wilson ne prouvent pas l’existence de gènes. La sociobiologie passe arbitrairement de l’ordre des données mathématiques à celui de l’homologie entre les structures d’organisation sociale des insectes et celles des humains, en supposant que des effets similaires ont nécessairement une seule et même cause : la présence de gènes communs aux animaux et aux humains. Les sociobiologistes ont pris ce procédé chez les éthologues.

  • 20 K. Lorenz (1966), p. 204.
  • 21 A. Montagu, éd. (1973).

22Dans son ouvrage sur l’agression, Lorenz prend la plupart de ses exemples chez les poissons et les oiseaux, quelques-uns chez les mammifères, et presque aucun chez les grands singes. Il compare le comportement agressif des poissons et des oiseaux à celui de l’homme, arguant que si le premier est inné, le second doit l’être aussi20. L’analogie est faible. Elle aurait pu être plus forte si l’étude de Lorenz avait porté sur les chimpanzés ou les gorilles, comme le note Leslie Stevenson en mentionnant l’étude de Jane van Lawick-Goodall, In the Shadow of Man. On peut remarquer, dans la citation précédente, que Wilson ne donne aucun exemple d’étude réalisée sur les primates les plus « voisins » de l’homme. Même une étude comme celle Lawick-Goodall est loin de dévoiler la nature essentielle de l’homme. Le fait de souligner que X a évolué de la même façon que Y ne signifie pas que X soit Y. Les revendications territoriales des Irlandais en Ulster n’ont que peu de rapport avec les luttes que se livraient les hommes primitifs pour la conquête d’un territoire. Les différences entre l’homme et les animaux semblent plus importantes que leurs ressemblances. Les théories comme celles de Lorenz doivent être regardées comme des spéculations, et non comme des preuves de l’innéisme de l’agression chez l’homme. De nombreux anthropologues ont décrit des sociétés au sein desquelles il n’y a aucune agressivité21. Ceci suggère que l’agression est d’origine sociale plutôt qu’innée. Dans les sociétés industrialisées actuelles, on peut peut-être dire que la compétition économique au sein de la classe moyenne est aussi « agressive » que le sont les bandes de jeunes désœuvrés ; mais il s’agit là d’une image pour caractériser certaines réalités sociales, et non d’un concept scientifique.

23Qu’est-ce qui permet à Wilson, en 1975, d’affirmer que, désormais, le comportement humain peut être compris à partir de celui de l’animal – et même d’un animal aussi phylogénétiquement éloigné de l’homme que l’abeille ou la guêpe ? Quelles ont été, entre 1954 et 1975, les travaux qui ont permis de combler toutes les lacunes de l’éthologie animale et de la rendre systématique et scientifique au point de pouvoir servir de modèle à une éthologie « humaine » ? Si nous parvenions à répondre à cette question, nous saurions alors que la sociobiologie est bel et bien une discipline dont les postulats reposent sur une base scientifique sûre. Mais cette base n’existe pas réellement ; la sociobiologie humaine n’est, sur le plan scientifique, qu’une intéressante hypothèse de recherche, non une théorie sérieuse.

Les autres sources

  • 22 V. C. Wynne-Edwards (1978b), p. 182.
  • 23 W.D. Hamilton (1978a), p. 192-193.
  • 24 Ibid., p. 203.
  • 25 J. van Lawick-Goodall (1968).

24La quatrième partie de l’ouvrage édité par Caplan en 1978, intitulée « The Biology of Sociobiology », regroupe les principaux textes fondationnels de la pensée sociobiologique : Vero C. Wynne-Edwards (1978a), William D. Hamilton (1978), George C. Williams (1978), Robert L. Trivers (1978) et Edward O. Wilson (1978b). Ces cinq textes, intégrés à l’ouvrage de façon consécutive et chronologique, du plus ancien au plus récent, recoupent les quatre principaux problèmes auxquels la sociobiologie entend répondre : 1) le caractère évolutionniste et naturel des systèmes sociaux eu égard à la sélection intergroupe (chez les animaux ou les humains) ; 2) le fondement génétique du comportement « social » (animal ou humain) ; 3) le problème de l’altruisme (animal ou humain) ; 4) le passage de la sociobiologie animale à la sociobiologie humaine. Deux de ces articles donnent des références précises ; les trois autres, qui ne font appel à aucune source identifiée – ni même identifiable – ont peu de valeur scientifique. Vero C. Wynne-Edwards, qui publie la première version de son texte en 1963, ne se réfère qu’à un seul auteur, Sewell Wright, dont les travaux corroborent ses propres spéculations sur la sélection entre groupes22. William D. Hamilton a publié son article pour la première fois en 1964 ; il ne se réfère qu’à des mathématiciens : Kingman, Li et Saks23, et aux travaux de Haldane24, datant de 1932, sur les aspects mathématiques de la sélection naturelle. Quant à Williams, il ne fait appel qu’aux seuls travaux de Allee, et pour n’en démontrer que les faiblesses. Par contre, les références sont plus nombreuses et plus éclectiques dans les articles de Trivers et Wilson. Trivers, dont le texte fut publié pour la première fois en 1971, se réfère aux travaux mathématiques de Hamilton, à ceux de Haldane, aux premiers travaux de Lawick-Goodall sur les chimpanzés25 et à un certain nombre d’arguments ethnologiques qui concernent les peuples « primitifs » encore existants et les hommes préhistoriques ; il mentionne également Le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau ainsi que l’ouvrage de Ernst Mayr, Animal, Species and Evolution.

  • 26 E. O. Wilson (1978b), p. 234.
  • 27 P. Kilham et P. H. Klopfer (1968), p. 24.

25La sociobiologie défend essentiellement trois idées : une description de la nature humaine, la thèse de son innéisme et l’argument de son origine adaptative. Bien qu’elles aient toutes trois des racines idéologiques identifiables, ces idées sont traitées par Wilson sous leur seul aspect biologique. Les sources qui les documentent sont toutes tirées de la littérature scientifique ; jamais leurs motivations idéologiques ne sont questionnées ni discutées. Ceci fait de Sociobiology, the New Synthesis un livre extrêmement spécialisé, dont les thèses, lorsqu’elles touchent aux aspects idéologiques de l’entreprise sociobiologique, semblent n’avoir aucune référence explicite dans le domaine de la littérature philosophique ou sociopolitique. Sur un lecteur moyen, l’effet d’un tel procédé est le suivant : ce lecteur pense que les arguments aux allures scientifiques suffisent à eux seuls à démontrer hors de tout doute le caractère scientifique de la thèse, c’est-à-dire à démontrer qu’elle décrit la réalité telle qu’elle doit être objectivement envisagée ; les objections extrascientifiques qui pourraient alors surgir, pense encore le lecteur moyen, n’ont aucun poids face à la science. Ce lecteur ne s’imagine pas que les arguments scientifiques peuvent – et doivent – être remis en question par d’autres arguments tout aussi scientifiques. En outre, les arguments biologiques réfutant ceux de la sociobiologie sont balayés du revers de la main, mal interprétés ou simplement ignorés. Par exemple, dans le passage suivant, Wilson interprète Lewontin à son avantage : « Lorsque Lewontin (1972) analysa les données de neuf systèmes sanguins typiques, il trouva que 85 % de la variation étaient dus à la diversité à l’intérieur des populations, et que seulement 15 % étaient dus à la diversité entre populations. Il n’y a pas de raison a priori de supposer qu’un échantillon de gènes possède une distribution très différente de celle des systèmes moins accessibles affectant le comportement »26. Dans ce cas-ci, Wilson suppose qu’il peut exister une sorte de ressemblance entre la variance des gènes agissant sur le comportement et la variance de ceux qui agissent sur le système sanguin. Mais même si l’argument de Lewontin est correct, il ne peut servir la sociobiologie lorsque celle-ci prétend que les gènes influencent les comportements sociaux de toute une espèce. D’après des psychologues, certains comportements sociaux comme la xénophobie – ou son contraire – ne se manifestent que sous l’impulsion de stimuli extérieurs à l’individu considéré27, c’est--dire exogènes, provenant exclusivement de l’environnement. Afin d’appuyer son idée sur un argument d’autorité, Wilson cite Dobzhansky :

  • 28 T. Dobzhansky (1963), p. 148.

La culture n’est pas héritée par les gènes, elle est acquise par l’apprentissage des autres êtres humains… Dans un certain sens, les gènes humains ont confié leur maîtrise de l’évolution humaine à un agent entièrement nouveau, non biologique ou superorganique : la culture. Mais il ne faut pas oublier que cet agent dépend entièrement du génotype humain.28

26Wilson croit voir là une affirmation de l’origine génétique du comportement culturel : même les comportements que l’on croit d’origine culturelle sont en réalité d’origine génétique. Mais il comprend mal Dobzhansky : celui-ci ne dit pas que les comportements culturels sont conditionnés par le génotype, mais par un apprentissage de type culturel, dont les conditions d’apparition étaient biologiques à l’origine. Il y a une différence entre une réalité et une condition de réalisation. Dobzhansky ne soutient pas l’idée de l’universalité du déterminisme génétique de tous les comportements sociaux humains ; il souligne seulement la possibilité que certains comportements culturels soient favorisés par la détermination génétique de leurs conditions de réalisation. Se servir de cet extrait pour soutenir un argument en faveur de la sociobiologie équivaut à trahir la pensée de Dobzhansky ; malgré son allure scientifique et la référence sur laquelle il s’appuie, il ne peut servir de fondement à l’idée de l’universalité du déterminisme génétique des comportements sociaux humains.

  • 29 L. J. Kamin, R. C. Lewontin et S. Rose (1985), p. 239.
  • 30 Nous utilisons l’adjectif « hobbien », dérivé du nom de Thomas Hobbes, conformément à l’usage étab (...)

27Parmi les prédécesseurs immédiats de Wilson, il faut mentionner les auteurs qui ont popularisé l’éthologie : Robert Ardrey (The Territorial Imperative, 1966), Konrad Lorenz (On Aggression, 1966), Desmond Morris (The Naked Ape, 1967), ainsi que Robin Fox et Lionel Tiger (The Imperial Animal, 1971). Ces auteurs ont proclamé la nature agressive et territorialiste de l’être humain. Ces « éthologues populaires » comme les appellent Kamin, Lewontin et Rose29, se sont fondés sur la conception hobbienne30 de la nature humaine : l’homme s’oppose fondamentalement à tous ses semblables. Wilson évite toutefois de se référer trop souvent à ces éthologues : Ardrey ne figure pas dans la bibliographie de Sociobiology ; Morris n’est mentionné que quelques fois ; Lorenz ainsi que Tiger et Fox semblent avoir la préférence de Wilson, quoique ce dernier n’adopte pas automatiquement leurs vues. Sachant qu’Ardrey, dans The Territorial Imperative, suppose que l’homo sapiens descend d’une race carnivore d’australopithèques, et que Morris, dans The Naked Ape, soutient au contraire que l’homo sapiens est devenu carnivore quoiqu’il descendît d’une race herbivore, Wilson évite de se référer à Ardrey et ne retient des thèses de Morris que la partie qui confirme les idées de Lorenz sur l’agression. Pourtant, les thèses d’Ardrey et de Morris ont été infirmées par la découverte d’une autre race, homo habilis, contemporaine des australopithèques et présentant avec l’homo sapiens des traits de ressemblance plus évidents que ceux que celui-ci peut avoir avec les australopithèques. Seul l’argument de Morris qui soutient l’innéisme de l’agression est retenu par Wilson parce qu’il corrobore sa propre thèse, quoique celle de Morris soit fort discutable. Les écrits de Wilson relatifs à la sociobiologie humaine ne reposent principalement sur aucun article ou livre d’éthologie ou de biologie animale populaires. Les sources qui pouvaient identifier la sociobiologie humaine à l’éthologie populaire sont évitées, sans doute dans le but de ne pas dévaloriser l’ensemble de l’entreprise wilsonienne. Mais il faut alors se questionner sur ce choix méthodologique et sur ses mobiles. Les bases de la sociobiologie humaine sont faibles, et celle-ci apparaît bien comme une idéologie de scientifiques et non comme une nouvelle science.

Notes

1 P. Heyer (1982), p. 132.

2 C. Darwin (1981), p. 116-117.

3 H. Spencer (1912).

4 B. Schwartz (1986), p. 91.

5 G. Canguilhem (1975a), p. 113.

6 C. Darwin (1973), p. 489.

7 G. Canguilhem (1975a), p. 113.

8 Les Américains traduisent le mot « comportement » par behavior et les Anglais par behaviour. En français, behaviorism est traduit par « béhaviorisme » et par « behaviourisme ». La plupart de nos sources étant d’origine américaine, nous utilisons le terme « béhaviorisme », plus proche du terme américain, plutôt que le terme « béhaviourisme », calque du terme anglais.

9 J. F. Brennan (1982), p. 244.

10 Ibid., p. 254.

11 « Le comportement est la réalisation de la personne, et nous semblons priver l’organisme humain de quelque chose qui est son héritage naturel lorsque nous insistons au contraire sur les origines environnementales de son comportement. Nous ne le déshumanisons pas ; nous lui ôtons ses illusions. L’enjeu essentiel est l’autonomie. L’homme contrôle-t-il, oui ou non, son destin ? On dit souvent que l’analyse scientifique change l’homme victorieux en victime. Mais il demeure ce qu’il a toujours été, et sa plus grande réussite fut la conception et la construction d’un monde qui l’a libéré des contraintes et a largement étendu son action » (B. F. Skinner, 1974, p. 239-240).

12 C. Darwin (1973), p. 75.

13 L. Stevenson (1987), p. 125.

14 K. Lorenz (1966), p. 190-192, 196, 203-204, 209, 224, 231-235.

15 K. Lorenz (1978), p. 73-74.

16 « L’étude comparée du comportement se doit […] d’observer exactement les lois méthodologiques de la recherche inductive. Dans un proche avenir, lui échoira sans aucun doute le rôle important d’établir la liaison entre la science inductive et les disciplines qui traitent de l’homme lui-même et qui ont aujourd’hui une existence pratiquement indépendante sans aucun rapport avec cette recherche inductive (comme par exemple la sociologie humaine, la psychologie sociale ainsi qu’une partie importante de la psychologie humaine). On comprend difficilement pourquoi ces sciences qui ont toutes leurs origines dans la philosophie n’ont pas trouvé, ou du moins pas encore, leur rattachement au système organisé et rigoureux des branches du savoir qui procèdent inductivement » (K. Lorenz, 1970, p. 235).

17 K. Lorenz (1970), p. 238 et 234-235.

18 L. Stevenson (1987), p. 130.

19 E. O. Wilson (1978b), p. 293.

20 K. Lorenz (1966), p. 204.

21 A. Montagu, éd. (1973).

22 V. C. Wynne-Edwards (1978b), p. 182.

23 W.D. Hamilton (1978a), p. 192-193.

24 Ibid., p. 203.

25 J. van Lawick-Goodall (1968).

26 E. O. Wilson (1978b), p. 234.

27 P. Kilham et P. H. Klopfer (1968), p. 24.

28 T. Dobzhansky (1963), p. 148.

29 L. J. Kamin, R. C. Lewontin et S. Rose (1985), p. 239.

30 Nous utilisons l’adjectif « hobbien », dérivé du nom de Thomas Hobbes, conformément à l’usage établi par Diderot, qui a popularisé l’usage du néologisme « hobbisme ». Diderot et la majorité de ses commentateurs, notamment R. Polin (1977), p. ix et S. Goyard-Fabre (1982), p. 17. L’adjectif « hobbésien », rencontré une seule fois chez un commentateur, semble être un anglicisme, une traduction littérale de l’anglais Hobbesian.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search