Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empire des gènes

 | 
Jacques G. Ruelland

1. Introduction. La théorie sociobiologique

Texte intégral

Un matin, au sortir d’un rêve agité, Grégoire Samsa s’éveilla transformé dans son lit en une véritable vermine. […] « Que m’est-il arrivé ? » pensa-t-il. Ce n’était pourtant pas un rêve…
Franz Kafka, La Métamorphose

1Il peut paraître curieux de débuter un ouvrage d’histoire des sciences en citant Franz Kafka. Cela se justifie pourtant de deux manières : d’abord, la métamorphose dont il est question dans le roman de Kafka fait étrangement penser à l’homologie que la sociobiologie humaine établit entre les hommes et les insectes qu’elle décrit comme « sociaux » ; ensuite, notre ouvrage révèlera que sous une apparence séduisante, scientifique et pleine de promesses, la sociobiologie humaine cache l’une des plus dangereuses idéologies.

  • 1 E.O. Wilson (1977a).

2La sociobiologie est l’étude systématique du fondement biologique des comportements sociaux des animaux et des humains1. Formulée en 1975 par Edward O. Wilson, cette théorie doctrinaire a eu une histoire scientifique mouvementée et s’est rapidement inscrite dans la culture occidentale, faisant de nombreux adeptes, notamment dans le domaine des sciences humaines.

  • 2 Les expressions « sociobiologie humaine » et « théorie sociobiologique » sont synonymes.

3La sociobiologie animale se distingue de la sociobiologie humaine. La première a des prétentions légitimes à la scientificité, mais la seconde ne peut en affirmer. La plupart des études portant sur la sociobiologie confondent la sociobiologie humaine ou théorie sociobiologique2 et la sociobiologie animale. Cette confusion n’est pas le fruit du hasard ou de l’inattention des critiques : elle répond au désir des sociobiologistes de fonder la théorie sociobiologique sur des avancées de la sociobiologie animale.

4L’étude systématique des bases biologiques du comportement – y compris le comportement humain – fait l’objet de l’éthologie, de l’anthropologie physique, de la psychologie comparative et de la sociobiologie. La mise en relation de l’étude du comportement animal et de la théorie moderne de l’évolution permet à ces disciplines de contribuer positivement à l’avancement des sciences naturelles, mais aussi de susciter la méfiance des sciences sociales auxquelles elles prétendent ajouter d’importants éléments, notamment en ce qui concerne la base biologique des comportements.

La macro-éthologie

  • 3 E. O. Wilson (1971).
  • 4 S.B. Hrdy (1984) et (1977).

5Partant d’observations faites sur les mœurs des insectes dits « sociaux » (fourmis, abeilles, guêpes et termites3), et de certains animaux aux comportements dits « sociaux » très développés (notamment les babouins et tous les singes anthropoïdes4), plusieurs biologistes étendent actuellement à l’étude des populations humaines les théories de la sociobiologie animale – que nous appelons ici « macro-éthologie » dans la mesure où cette partie de la sociobiologie animale cherche à se fonder sur les énoncés de l’éthologie. La sociobiologie prétend construire une théorie de l’évolution des comportements animaux et humains en tentant de démontrer que ces derniers ou les conditions physiologiques permettant leur mise en œuvre sont dus à l’action de gènes déterminants.

6Il est possible de retracer la généalogie de la sociobiologie et de remonter jusqu’au xviie siècle pour en découvrir les origines. Apparaissent ainsi différents modèles (biologiques, sociologiques, philosophiques et sociopolitiques) et un ensemble d’idées et d’idéologies sociales, politiques ou scientifiques ayant profondément marqué les Occidentaux depuis plus de deux siècles et dont les sociobiologistes s’inspirent pour élaborer et promouvoir leur théorie.

  • 5 On peut songer à la médecine expérimentale et à la bactériologie au xixe siècle, à la biochimie ou (...)

7Le phénomène de construction d’un objet particulier par une discipline issue de plusieurs autres est de plus en plus fréquent depuis le xixe siècle5. La macro-éthologie est un nouveau secteur de la biologie issu de l’entrecroisement et de l’interfécondation de plusieurs disciplines scientifiques : zoologie, éthologie, écologie, génétique des populations. Les concepts de base de la sociologie ne sont, eux, pas vraiment opérants dans la production des résultats scientifiques de ce nouveau secteur de la biologie. Par ailleurs, la sociobiologie, comme nouvelle idéologie scientifique, n’est pas pensable sans l’existence et la combinaison dans un discours à prétention scientifique, d’un certain nombre de disciplines scientifiques déjà constituées comme l’éthologie, la macroéthologie (et de manière plus générale, la biologie néo-darwinienne), la génétique, ainsi qu’un certain nombre de sciences humaines, notamment la sociologie, l’anthropologie et la psychologie. Seulement, cette idéologie scientifique n’a pas produit jusqu’ici de résultats reconnus et sanctionnés par la communauté scientifique, que ce soit celle des biologistes ou celle des praticiens des sciences humaines.

  • 6 « Le regard que nous portons sur ces sociétés [animales] n’est pas un regard neuf, il est préorien (...)
  • 7 Ceci fait songer à la dernière phrase de La Ferme des animaux, de George Orwell : « Dehors, les ye (...)

8La stratégie des sociobiologistes dans l’élaboration de leur modèle d’interprétation du comportement social humain est la suivante : sur la base des observations éthologiques (dont la plupart des théories doivent être formulées sous la forme d’énoncés singuliers, et non universels), ils interprètent d’abord le comportement animal en termes anthropomorphiques (leur modèle étant donc la vie sociale des humains), puis ils soutiennent par la suite que l’être humain fonctionne dans des structures analogues à celles des animaux6. Le passage de la sociobiologie animale à la sociobiologie humaine se fait ainsi en trois phases : 1) on établit une analogie entre un comportement biologique animal (la procréation) et un comportement biologique humain (la procréation) ; 2) on établit une relation de cause à effet entre un comportement biologique humain (la procréation) et un comportement culturel humain (la polygamie) ; 3) on établit une identité entre le comportement social des humains (la polygamie) et le comportement « social » des animaux (la « polygamie » animale). Cette procédure permet alors l’expression de la double identité entre le comportement biologiquement déterminé de l’humain et le comportement biologiquement déterminé de l’animal d’une part, et entre le comportement social humain et le comportement « social » de l’animal d’autre part. À partir de ce moment, plus rien ne distingue les humains des animaux7.

9La faiblesse de la légitimation du passage opéré par les sociobiologistes entre la macro-éthologie et la sociobiologie humaine est responsable de la plupart des difficultés que celle-ci rencontre sur le plan scientifique, mais aussi sur le plan institutionnel. La macro-éthologie trouve naturellement son terrain en biologie, mais non la sociobiologie humaine. Celle-ci semble chercher sa place dans les institutions d’enseignement et devoir se satisfaire d’être étudiée parfois en sociologie, quelquefois en philosophie, et plus souvent en anthropologie.

Deux écoles

  • 8 J.G. Ruelland (1983a), p. 60.

10La sociobiologie humaine se divise en deux écoles8. La première est celle des sociobiologistes que nous qualifions de « modérés », parmi lesquels se trouve notamment David P. Barash dans ses œuvres les plus récentes. La seconde est celle des sociobiologistes « purs » ou « traditionnels », dont le chef de file est Edward O. Wilson, et dans laquelle on compte Robert L. Trivers. L’école wilsonienne nie que la valeur des thèses de la sociobiologie animale ne soit que purement heuristique pour la compréhension du comportement social de l’homme : elle réduit la nature humaine à celle de l’animal.

La nouvelle synthèse

11Wilson présente la sociobiologie comme « la nouvelle synthèse », une nouvelle science du vivant. En fait, il élabore bien une nouvelle synthèse entre la sociologie, c’est-à-dire l’étude des comportements sociaux, et la biologie, l’étude des composantes du vivant ; d’allégeance darwinienne, il fait le pont entre les études génétiques – fort récentes – sur le comportement « social » des animaux et l’œuvre de Charles Darwin. Mais l’unité de la théorie sociobiologique telle que la présente Wilson doit être questionnée, ainsi que son fondement génétique. En réalité le programme de recherche de la sociobiologie animale a été mis en œuvre, pour l’essentiel, sur un autre terrain que celui de la génétique et par d’autres moyens que les siens, à savoir principalement ceux de l’éthologie, et par le déplacement de l’étude du comportement des individus à celle du comportement des groupes.

12En tant que « nouvelle synthèse », l’entreprise sociobiologique se présente comme porteuse d’une réduction des sciences sociales à l’étude de la nature humaine. C’est pourquoi elle puise ses arguments de base dans tous les domaines liés de près ou de loin à l’étude de l’évolution humaine, principalement dans la théorie darwinienne de l’évolution et ses multiples applications, et dans les théories biologiques ou éthologiques. À ce stade, la sociobiologie humaine n’est plus une entreprise purement scientifique ; elle implique, dans sa justification épistémologique, dans sa méthodologie, dans ses concepts et dans sa théorie générale, une dimension et une démarche institutionnelles et politiques qu’elle prône par ailleurs ouvertement.

13Wilson ne veut pas donner une définition biologique de la nature humaine, mais montrer que tous les comportements sociaux humains peuvent être expliqués par la théorie sociobiologique ; ces comportements ne sont pas ceux que l’on relie habituellement à la fonction vitale de reproduction ; ce sont aussi les comportements politiques, les choix éthiques et moraux, les goûts esthétiques, bref : tous les comportements où l’individu prend position sur une question en fonction de l’opinion adoptée par son congénère. À ce titre, le comportement politique est intéressant : essentiellement social, celui-ci (l’adhésion à un parti, les revendications de droits collectifs, le fait de voter pour un certain candidat plutôt que pour un autre lors d’élections, etc.) est déterminé, selon la sociobiologie humaine, par un ensemble de données réductible à l’action de gènes particuliers. En effet, choisir tel candidat signifie pour l’électeur le triomphe de ses idées ou de ses idéaux, et donc la survie dans un environnement politique compatible avec les aspirations de l’électeur. La sociobiologie a pour tâche d’indiquer aux individus le meilleur système politique, celui dans lequel ils pourront le mieux s’épanouir et se reproduire. Et ce qui vaut ici pour les idées politiques vaut également pour les idées philosophiques, morales, esthétiques, etc. :

  • 9 E.O. Wilson (1978b), p. 302.

Toutes les propositions politiques, radicales ou autres, devraient être sérieusement examinées et débattues. Mais quelle que soit la direction que nous choisissions à l’avenir, le progrès social ne peut être qu’augmenté, et non freiné, par l’étude profonde des contraintes génétiques de la nature humaine, qui remplacera avantageusement le folklore et la rumeur par un savoir testable. Rien ne peut être gagné par la négation dogmatique de l’existence de ces contraintes ou par les tentatives visant à décourager leur discussion sur la place publique. Le savoir humainement acquis et largement partagé, soucieux des besoins humains et affranchi de la censure politique, est la vraie science populaire.9

14La sociobiologie humaine veut ainsi réduire l’ensemble des questions couvertes par les sciences sociales à une seule question fondamentale : comment répondre à ces questions en termes génétiques, en termes réduits à l’influence de gènes sur le comportement. Il s’agit là d’une entreprise de contrôle de l’être humain qui dépasse largement le cadre d’une explication scientifique du comportement social humain.

  • 10 « Une idéologie scientifique n’est pas une fausse conscience comme l’est une idéologie politique d (...)
  • 11 « [Les] idéologies de scientifiques […] [sont celles] que les savants engendrent par les discours (...)

15Une des conséquences de la sociobiologie humaine est une résurgence du darwinisme social – celui-là même qui, se basant sur le concept darwinien de sélection naturelle (et donc postérieur à ce concept), prêche la sélection des individus en vue de l’amélioration des sociétés (Herbert Spencer, Ernst Haeckel). La sociobiologie humaine apparaît ainsi à la fois comme une idéologie scientifique par ses « ambitions explicites d’être science »10, et comme une idéologie de scientifiques par les idéologies que les sociobiologistes engendrent dans leurs discours11. La sociobiologie humaine donne lieu à de nombreux débats dans plusieurs domaines en même temps : en France, on l’apparente à toutes les théories et expériences génétiques élaborées depuis Francis Galton. La littérature française sur la sociobiologie humaine abonde en réfutations sociopolitiques de toutes ses thèses ; on l’envisage comme un élément d’idéologie de « droite », conservatrice, fasciste ou réactionnaire. Par contre, les Américains et les Anglo-Saxons s’attaquent davantage aux aspects « scientifiques » de la sociobiologie humaine et tentent de les invalider sur des bases purement biologiques. Ce sont les deux tendances majeures de la littérature portant sur ce sujet.

  • 12 « La formulation d’une théorie de la sociobiologie constitue l’une des grandes tâches que la biolo (...)

16La définition de la sociobiologie, donnée par Wilson en 1975, ne correspond pas exactement à celle qu’il donnait initialement en 1971, dans The Insect Societies, où le mot « sociobiologie » apparaît pour la première fois. Le vingt-deuxième et dernier chapitre de ce livre est intitulé « The Prospect for a Unified Sociobiology » et la formulation de la théorie sociobiologique y est directement liée à un désir d’unifier l’ensemble des observations éthologiques faites sur les animaux12. Il s’agit pour Wilson de poursuivre un objectif méthodologique et de conférer à l’éthologie une allure scientifique que la forme inductive de ses recherches ne lui donne pas :

Le mot « théorie » revêt un sens particulier […]. [Une théorie] est conçue comme hypothético-déductive ou néocartésienne en nature ; elle mesure ce qui a été construit à l’aide de modèles explicitement choisis en vue de tester et d’étendre nos postulats de base. Cette forme de raisonnement a connu un grand succès dans les sciences physiques et commence à influencer la biologie de l’évolution.

  • 13 K.V. Wilkes (1978), p. 10.

17La démarche de Wilson est physicaliste : elle prend la méthode des sciences physiques comme modèle pour décrire, prédire et expliquer le comportement des humains et des animaux13. Mais le but initial de Wilson est plus de rassembler dans une seule démarche l’ensemble des recherches éthologiques de son époque, que d’étendre la sociobiologie animale à l’étude du comportement social humain.

Le triple but de Wilson

  • 14 Les sociétés d’insectes joueront un rôle clé dans le développement futur de la sociobiologie. Ils (...)
  • 15 Ibid., p. 458.

18En formulant la théorie sociobiologique initiale, Wilson poursuit un triple but ; il désire unifier l’ensemble des recherches éthologiques et nommer cet ensemble la sociobiologie, donner à cet ensemble de recherches une crédibilité scientifique par le choix d’un modèle physicaliste et l’utilisation d’une méthode hypothético-déductive, et fonder la compréhension du comportement « social » des vertébrés – excluant l’homme – sur celle des insectes. L’exclusion de l’homme de l’embranchement des vertébrés est très significative : la sociobiologie initiale ne porte que sur les formes des sociétés et non sur les organismes14. Toutefois, le seul commun dénominateur que les sociobiologistes trouvent entre l’homme, les autres vertébrés et les insectes est le gène ; dès lors, la sociobiologie n’est plus l’étude des formes de sociétés, mais celle des organismes, de leurs gènes et des sociétés que ceux-ci « génèrent » par leur action. Wilson semble admettre ici que l’homme, par son langage articulé et sa capacité de transmission culturelle, fait partie d’une catégorie particulière de vertébrés qu’il convient d’étudier séparément ; mais cette concession à la conception traditionnelle de la biologie humaine renforce en fait le caractère novateur ou « révolutionnaire » de la sociobiologie, qui permet désormais d’établir un lien scientifique de continuité entre l’animal et l’homme. C’est pourquoi l’on peut ajouter un quatrième objectif à l’entreprise de Wilson : celui-ci veut devenir le point de référence de sa profession pour les vingt ou trente prochaines années. Cela est évident lorsqu’il décrit la formulation de la théorie sociobiologique comme l’un des grands problèmes de la biologie15 au seuil du nouveau millénaire.

Le néologisme « sociobiologie »

19Il reste à savoir pourquoi il a choisi de créer un néologisme comme « sociobiologie », plutôt que de parler de « nouvelle éthologie » (ou encore de « macro-éthologie », comme nous le proposons). À notre avis, ce choix est motivé par trois raisons :

  1. La sociobiologie est fondée sur l’économie génétique, c’est-à-dire cette capacité innée du gène à favoriser (par le truchement de la « sélection parentale » ou kin selection) les comportements qui assurent la sauvegarde du plus grand nombre possible de gènes dans le groupe ou dans l’espèce (ce qui explique le comportement altruiste de certains animaux) ; en cela la sociobiologie se distingue bien de l’éthologie, qui ne se fonde pas uniquement – et même rarement – sur un secteur aussi restreint de l’étude biologique du comportement animal ; par ailleurs, la sociobiologie utilise les mêmes paramètres et la même théorie quantitative pour analyser aussi bien les colonies de termites que les troupeaux de macaques : « quand les mêmes paramètres et la même théorie quantitative seront utilisés pour analyser aussi bien des colonies de termites et des troupes de macaques rhésus, nous aurons une science unifiée de la sociobiologie » ; et en cela, elle se distingue nettement de l’éthologie, dont les paramètres sont multiples et très variés.
  2. La sociobiologie est fondée sur l’étude des sociétés animales ; certes, l’expression « sociétés animales » n’est pas de Wilson, mais a été popularisée par Espinas16 ; son usage était déjà bien répandu parmi les zoologues en 1971, si bien que Wilson n’a pas vu de problème à parler de « sociétés » animales, comme il aurait parlé, au même titre, de sociétés humaines ; par ailleurs, seule l’étude des sociétés animales est visée par la sociobiologie, et non l’étude des insectes et des vertébrés en tant qu’organismes individuels, comme l’explique Wilson17 : ce qui l’intéresse, ce sont les formes de « sociétés » et non les individus.
  3. La formulation de ce qui était, dans l’esprit de Wilson, une nouvelle discipline, requérait de toute évidence la création d’un néologisme pour la désigner. Il a choisi d’inscrire dans l’étymologie de ce terme les deux principales caractéristiques de « sa » nouvelle discipline : l’étude des sociétés animales et la base génétique de ses recherches et de ses thèses. Pourquoi alors n’a-t-il pas parlé de « sociogénétique » plutôt que de « sociobiologie » ? Parce qu’il désirait probablement se démarquer des recherches éthologiques de ses prédécesseurs. Les travaux de John Burdon Sanderson Haldane, Sewall Wright et Ronald A. Fisher avaient donné, entre les années 1930 et 1955, des bases mathématiques à la génétique en établissant des liens entre domaines scientifiques étrangers l’un à l’autre : dans The Causes of Evolution (1932), par exemple, Haldane examinait la théorie de la sélection naturelle à la lumière des travaux sur l’hérédité, et dans The Biochemistry of Genetics (1954), il établissait les bases biochimiques de l’étude des gènes. Les éthologues qui ont suivi Haldane se sont inspirés de sa démarche interdisciplinaire mais en ne respectant pas toujours sa rigueur scientifique ; c’est ainsi qu’ils ont émis des théories biosociologiques considérées par la communauté scientifique comme abusives ou erronées. Wilson – qui a bien signifié son intention en ne se référant que très peu aux travaux des éthologues qui l’ont précédé – a probablement forgé le terme « sociobiologie » comme l’antithèse de la biosociologie de son époque. Malheureusement, aucun texte de Wilson n’appuie cette hypothèse. Critique à l’endroit des recherches éparses de l’éthologie, Wilson désirait les unifier tout en éliminant a priori toutes celles qui ne reposaient pas sur une base génétique ; faisant ainsi table rase de l’éthologie « classique », il n’avait pas à en tenir compte dans la formulation de la nouvelle théorie.

Les principales thèses de la sociobiologie humaine

20Les sociobiologistes postulent les huit principales thèses suivantes :

  1. Les hommes et les animaux développent des comportements sociaux qui, tout en étant semblables dans leur manifestation, sont identiques quant à leur cause commune : la présence de gènes appropriés dans le bagage génétique de l’individu.
  2. Le comportement social humain est le fruit d’un déterminisme génétique et non le fait d’un choix délibéré de l’individu résultant de son seul libre arbitre, ou d’un déterminisme global, matériel, social, etc., ou encore d’un destin transcendant.
  3. L’altruisme n’est pas moins essentiel que l’égoïsme à l’évolution des espèces – l’espèce humaine comprise ; ce qui était autrefois compris comme comportement instinctif est en réalité le produit de l’action d’un gène ; ainsi le comportement agressif, aussi bien que le maternage et le choix de certaines préférences sont dictés par le bagage génétique.
  4. L’accent mis sur le caractère naturel de la dominance dans le monde des mammifères amène tout naturellement à une justification de la stratification de la société et des sexes.
  5. La sociobiologie a prouvé que les hommes sont naturellement inégaux.
  6. Le comportement humain est la technique détournée grâce à laquelle le matériel génétique a été et sera conservé intact ; la morale n’a pas d’autre fonction utile démontrable.
  7. Notre compréhension de la biologie humaine sera absolument cruciale pour nos trajets culturels, car elle désignera la direction de ces trajets mêmes.
  8. Tôt ou tard, les sciences politiques, le droit, l’économie, la philosophie, la psychiatrie et l’anthropologie seront des branches de la sociobiologie.

21Ces huit thèses confirment que la sociobiologie humaine trouve ses fondements dans l’éthologie animale, la génétique (des populations) et le darwinisme ; qu’elle est le produit historique d’une ensemble d’idées sur l’origine de la vie dont les plus lointaines se retrouvent aux xviiie et xixe siècles et, finalement, que la sociobiologie a des implications sociopolitiques et institutionnelles que les sociobiologistes alimentent sous le couvert d’une démarche en apparence scientifique. Cependant le point scientifique fondamental de la sociobiologie – et le plus contesté – demeure la première thèse, qui présente le danger de fonder une éthologie humaine sur une information insuffisante tirée de l’étude du comportement animal.

  • 18 E.O. Wilson (1987), p. 526.

22La sociobiologie, soutient Wilson, cherche à montrer comment les qualités humaines ont historiquement évolué, afin d’identifier les lois qui les déterminent et par lesquelles l’homme accroît son adaptation sociale tout en façonnant la société dans laquelle il vit. La sociobiologie veut reformuler ce que des éthologues comme Count (1958), Fox et Tiger (191) appellent le biogramme humain. « Nous envisagerons […] les qualités humaines dans la mesure où elles semblent constituer des traits généraux de l’espèce »18, dit-il. En conséquence, nous repasserons […] en revue nos connaissances actuelles relatives à l’évolution du biogramme et enfin nous nous intéresserons à certaines implications pour l’élaboration de sociétés futures ». Il ne s’agit donc pas seulement de réécrire le passé, mais aussi de regarder l’avenir. La sociobiologie entend bien se substituer à toute forme de savoir sur la société humaine et les individus qui la composent.

23La sociobiologie, en tant que discipline, est elle-même sociobiologiquement déterminée par ses propres « gènes » : ses concepts, ses théories, ses thèses ! Quoiqu’en dise Wilson, rien ne peut mieux démontrer que la sociobiologie n’est pas une entreprise scientifique. Elle est un « trait génétique », au sens que Wilson donne à cette notion ; son avènement, son évolution, ses progrès et son triomphe sont aussi inéluctables aux yeux de Wilson que l’action des gènes sur le comportement. Voilà bien une conception occidentale moderne de la science, une conception libérale qui a des caractéristiques, une genèse, une histoire, et qui doit faire face aux critiques de son époque, quoiqu’elle pense de ces dernières, et bien qu’elle se présente comme sortie elle-même du néant, comme un gène.

Un nouveau paradigme ?

  • 19 « Un paradigme est un modèle ou un schéma accepté […]. Le paradigme fonctionne en permettant de re (...)

24La sociobiologie se pose comme un nouveau paradigme ou, comme le dit Wilson, une « nouvelle synthèse ». Nous entendons ici le terme « paradigme » dans le sens que lui a conféré Thomas S. Kuhn19. Au début de leur histoire, dit Kuhn, les paradigmes sont très limités tant dans leur précision que dans leur envergure. Puis, réussissant à expliquer certains phénomènes que d’autres paradigmes laissaient sans réponse satisfaisante, ils gagnent leur statut de science normale. Quoique Wilson présente la sociobiologie humaine comme un paradigme déjà accompli et mûr, c’est-à-dire comme une science « normale » au sens de Kuhn, elle n’a pas encore acquis ce statut et ne peut le conquérir dans l’état actuel de ses thèses scientifiques.

25La sociobiologie humaine ne peut devenir un paradigme parce que ses ambitions sur le plan sociopolitique – la prise en charge des questions relevant de la sociologie – constituent un obstacle majeur à sa reconnaissance comme théorie scientifique et paradigmatique par la communauté scientifique. Elle apparaît aux yeux des savants qui critiquent ses thèses « scientifiques », comme une tentative menée par des biologistes afin de contrôler la société, plutôt que comme une recherche purement scientifique, dégagée de toute ambition de contrôle sur le plan social.

26Les problèmes que rencontre la sociobiologie humaine se posent à la fois de l’intérieur, à savoir son incapacité à démontrer sans ambiguïté le fondement scientifique du passage de l’éthologie animale à l’éthologie humaine, et de l’extérieur par le fait qu’elle tente d’influencer la réflexion extrascientifique de la philosophie, notamment en critiquant cette réflexion et en soutenant que l’étude des sciences sociales doit désormais devenir une branche des sciences biologiques.

Sociobiologie ou biosociologie ?

  • 20 J. Ruffié (1982), tome 2, p. 29.
  • 21 K. E. Boulding (1978).
  • 22 S.Feinman (1979).
  • 23 K.Peter et N. Petryszak (1980). Voir aussi P. Thuillier (1981), p. 44.

27La question de la spécificité de la sociobiologie a souvent été posée. Jacques Ruffié a intitulé « Sociobiologie ou biosociologie ? » la cinquième partie de son Traité du vivant20, en prenant soin de détacher les racines étymologiques des termes afin de mettre en évidence leur opposition. Il a été précédé par au moins trois auteurs : Kenneth E. Boulding, dans son article intitulé « Sociobiology or Biosociology ? »21, qui se pose la même question ; Saul Feinman, qui fait référence à la biosociologie dans le titre de son article « Biosociological Approaches to Social Behavior »22, et Karl Peter et Nicholas Petryszak, qui confrontent la sociobiologie et la biosociologie dans leur article « Sociobiology versus Biosociology »23.

28Dans son texte, Kenneth E. Boulding rend le journaliste Robert Ardrey responsable du caractère biosociologique de la sociobiologie :

  • 24 K. E. Boulding (1978), p. 32.

Même si elle tend à sous-estimer les éléments non génétiques de la biologie préhumaine, la sociobiologie, qui est une sous-discipline parfaitement respectable de la biologie elle-même, ne devrait pas être confondue avec ce que l’on peut appeler la « biosociologie », l’usage illégitime de l’analogie biologique dans les systèmes sociaux. Malheureusement, c’est particulièrement le cas du « journalisme pseudoscientifique » comme celui de Robert Ardrey. Même d’éminents biologistes comme Konrad Lorenz ou Lionel Tiger sont capables de commettre la grossière erreur de transférer des conclusions portant sur les systèmes biologiques, aux systèmes sociaux qui sont [pourtant] beaucoup plus complexes. Il existe quelques similitudes importantes entre l’évolution biologique et celle de la société, mais elles ne devraient pas nous aveugler face aux énormes différences ; chaque système doit être analysé selon son mérite et ses propriétés et principes particuliers. Il est spécialement illégitime d’affirmer, comme Ardrey le fait, qu’en raison de lointains liens entre la race [sic] humaine et la territorialité de groupe ou l’agressivité du mâle que l’on rencontre dans le règne animal, ces modes de comportement doivent être imprimés par notre structure génétique dans le cerveau de la race humaine.24

  • 25 La démarche d’Ardrey n’avait rien d’académique – ce que Wilson n’ignorait certainement pas : « Ver (...)

29Boulding ne rend pas Wilson directement responsable de cet abus, mais plutôt Ardrey – qui n’était pas un scientifique25. Feinman ne souligne pas, comme Boulding le fait, le caractère négatif de la biosociologie ; au contraire, il tente d’en élaborer une approche sur la base de son théorème central :

  • 26 S. Feinman (1979), p. 403.

Les humains et les animaux sont généralement vus comme des individus dont les gènes sont sélectionnés sur la base de l’aptitude (inclusive fitness). Quelques théoriciens (Barash [1977], Chagnon et Irons [1979]) ont émis ce qui peut être appelé le théorème central de la biosociologie : les acteurs peuvent être vus comme s’ils cherchaient des stratégies pour augmenter leur aptitude. La notion d’individu stratège est similaire à l’idée de la théorie de l’échange des acteurs rationnels. La différence majeure est que, alors que la structure de récompense des acteurs échangés est considérée comme variable, les acteurs biosociologiques sont vus comme poursuivant un but spécifique : l’aptitude.26

30En choisissant l’inclusive fitness comme concept central de la biosociologie, Feinman essaie de présenter celle-ci sous son meilleur jour : les termes mêmes de fitness [adaptation] et d’inclusive [qui comprend, qui renferme] renvoient à une idée positive de l’adaptation de l’individu à son groupe : l’inclusive fitness désigne en effet le processus d’adaptation biologique d’un individu à un groupe – autrement dit l’inclusive fitness explique le fondement biologique du comportement social.

  • 27 K. Peter et N. Petryszak (1980), p. 76.

31Karl Peter et Nicholas Petryszak, pour leur part, tentent d’élaborer un modèle fondé sur une approche biosociologique, dont les sociologues pourraient se servir. Le principal reproche qu’ils adressent aux théoriciens qui se sont penchés sur le comportement humain est de n’avoir pas assez pris en compte la dimension biologique de l’être humain27. La biosociologie ne s’oppose à la sociobiologie que dans la mesure où le modèle proposé par Peter et Petryszak part toujours du comportement biologique pour expliquer le comportement social, alors que la sociobiologie, de leur point de vue, explique parfois le biologique par le social.

  • 28 J. Ruffié (1982), tome 2, p. 330.

32Parmi les trois textes qui ont précédé celui de Ruffié, un seul critique la biosociologie et en dénonce les abus. Ruffié ne donne pas de réponse directe à la question qu’il pose, mais les éléments de son texte permettent néanmoins de comprendre qu’il considère la biosociologie comme un abus, et qu’il accuse la sociobiologie d’y tomber facilement : « On ne peut pas évaluer la valeur biologique d’un groupe à son habileté à récupérer et à diffuser les “meilleurs” gènes et à éliminer les autres », dit-il28. La sociobiologie ne saurait être retenue comme une base valable d’explication du comportement social humain, mais plutôt comme le dernier des avatars du néo-darwinisme. En élaborant ses théories sur la base de la sociobiologie, la biosociologie a privé cette dernière de son atout le plus important pour son avenir : la crédibilité qu’elle tentait de conquérir auprès des biologistes.

33La sociobiologie tire une grande part de sa spécificité théorique des abus qu’elle génère elle-même, les théories biosociologiques. La sociobiologie n’apparaît jamais comme théorie originale et spécifique, dans le sens où l’on pourrait dire que ses thèses n’ont jamais été étudiées au sein d’une autre discipline. On se demande ce qui différencie la sociobiologie animale de l’éthologie, et quelles sont les raisons qui ont motivé certains zoologues – les sociobiologistes comme Wilson, Barash, Chagnon, etc. – à la décrire comme un nouveau champ de recherches, voire un nouveau paradigme, plutôt que de la présenter comme une nouvelle extension de l’éthologie.

  • 29 K. Peter et N. Petryszak (1980), p. 47.

34Beaucoup de scientifiques ne réfléchissent pas aux aspects épistémologiques de leur science, et son histoire leur importe peu. Ils se contentent de se servir des termes que leurs prédécesseurs ont employés à l’intérieur des sources qu’ils donnent dans leurs écrits, rejoignant ainsi l’attitude que déplorait Gaston Bachelard dans La Philosophie du non. C’est le cas de Chagnon et de Irons, qui vont appeler « sociobiologie » l’ensemble de leurs travaux simplement parce que Wilson, sur lequel ils se fondent, a ainsi dénommé l’ensemble de ses propres recherches. C’est donc chez Wilson, créateur du terme « sociobiologie », qu’il faut chercher les motivations de cette création, et non ailleurs. Peter et Petryszak fournissent un élément de réflexion relatif à cette question : l’éthologie se différencie peu de la sociobiologie, disent-ils, mais une nuance surgit lorsqu’on voit que cette dernière se rattache à une vision déterministe et positiviste de la biologie29. L’éthologie, soutiennent-ils, n’a jamais proposé d’explication acceptable à l’influence que le bagage génétique humain peut avoir sur la culture, alors que la sociobiologie en propose une, mais qui semble insatisfaisante parce qu’elle ne tient pas assez compte des changements que la culture, création humaine, fait elle-même subir au génotype humain. Si l’on en croit ces auteurs, la spécificité de la sociobiologie par rapport à l’éthologie est donc l’originalité d’expliquer le comportement culturel humain par l’influence du bagage génétique humain.

35Wilson entend bien définir la sociobiologie comme une entreprise entièrement nouvelle. Elle n’est pas seulement une nouvelle façon d’envisager le comportement social de l’être humain ; elle est sa façon de voir tout comportement culturel humain. Sa vision n’a besoin d’aucun appui, elle se suffit à elle-même et se définit elle-même comme une nouvelle science, une nouvelle synthèse, qui commence avec lui. Cette idée est particulièrement bien exprimée dans l’introduction de Genes, Mind, and Culture :

  • 30 C.J. Lumsden et E. O. Wilson (1981), p. 1.

Le sujet de ce livre est ce que nous appelons la « coévolution gènes-culture ». À première vue, une telle expression pourrait sembler impliquer l’association difficile, voire impossible, de processus antagonistes. Mais ce n’est pas le cas. Le lien entre l’évolution biologique et la culture est logiquement possible, et l’exploration de ce lien est devenue de plus en plus clairement un défi intellectuel majeur. Beaucoup de philosophes et de scientifiques considèrent encore comme infranchissable le fossé séparant les sciences biologiques des sciences sociales ; ils se fondent sur l’épistémologie et sur la différence fondamentale des buts poursuivis de part et d’autre par les spécialistes. Nous voyons [la « coévolution gènes-culture »] comme un processus évolutif largement inconnu – une interaction compliquée et fascinante où la culture est générée et améliorée par les impératifs biologiques, alors que les traits biologiques sont simultanément transformés par l’évolution génétique découlant des innovations culturelles.30

36Le refus de Wilson de tout argument d’autorité fait partie de son entreprise et des buts qu’il poursuit. Les seuls arguments qu’il accepte sont ceux qui conviennent à son dessein et qui corroborent ses vues. Selon Wilson, l’influence des gènes détermine le comportement culturel. Dans la dernière citation, il admet d’abord l’interaction du biologique et du social, pour finalement concéder que la culture peut transformer les « traits » biologiques du comportement. Cette contradiction serait-elle involontaire ? Non. L’objet de Genes, Mind, and Culture est bien de présenter un nouveau modèle d’interprétation du fonctionnement de l’esprit – un modèle plus souple semble-t-il que le modèle proposé pour le comportement dans Sociobiology.

37Toutefois, après Genes, Mind, and Culture, la position de Wilson est toujours aussi ambiguë, comme elle l’est dans ses plus récents ouvrages. En fait, la position de Wilson n’a guère varié, même si la théorie sociobiologique évolue rapidement ; sous des allures plus souples, elle demeure la même : la biologie peut et doit tout expliquer de l’espèce humaine et, en dernière instance, l’examen du bagage génétique – et son éventuelle manipulation – pourra corriger l’image imparfaite que l’homme se fait de lui-même.

38La sociobiologie ne prétend pas s’attaquer à la seule biologie ou même à la seule sociologie, mais réinterprète également toute la psychologie du comportement, écrit de nouveaux modèles mathématiques, crée un nouveau vocabulaire, bref, cherche à invalider toutes les disciplines qui ont jusqu’à présent interprété le comportement culturel – social ou individuel – et à les remplacer par une nouvelle discipline unique et synthétique, qui fasse le pont entre la sociologie, la psychologie, l’éthologie, l’anthropologie, la paléontologie, la philosophie et la biologie.

39Le « talon d’Achille » de la sociobiologie est le lien fragile que les sociobiologistes établissent entre le comportement social animal et celui de l’homme. C’est aussi, probablement, le point le plus discuté de tous ceux avancés par la sociobiologie. Le pseudo-paradigme de la sociobiologie repose pourtant essentiellement sur ce lien, dont la minceur compromet les prétentions de la sociobiologie à une quelconque scientificité. Wilson contourne ce problème en usant d’une rhétorique particulière. La référence au monde animal est complètement absente du texte de Genes, Mind, and Culture. Sans doute Wilson estime-t-il avoir dépassé ce stade avec Sociobiology. The New Synthesis, son troisième ouvrage, On Human Nature, ayant été plutôt consacré à la définition de l’homme « moderne » par rapport à l’homme « primitif ». Si l’on ne se base alors que sur le deuxième ouvrage pour établir la validité du lien entre la sociobiologie animale et la sociobiologie humaine, il faut admettre qu’aucun argument scientifique ne démontre l’existence d’un tel lien. Non seulement les arguments scientifiques que l’auteur aurait pu trouver chez ses prédécesseurs sont, pour la plupart, réfutés ou sévèrement critiqués, mais l’espèce humaine est elle-même tellement particularisée par Wilson qu’il paraît ensuite impossible de la comparer à quoi que ce soit – et c’est d’ailleurs ce que refuse de faire l’auteur. En dernier recours, il ne reste que la parole de l’auteur pour affirmer qu’un tel lien existe, et que seules ses propres théories, celles qu’il développe dans ses ouvrages subséquents, forment une nouvelle science, une nouvelle lecture du comportement culturel humain. En conséquence, aucun lien n’existe vraiment, de façon indubitable, entre la sociobiologie animale et la sociobiologie humaine.

40En proposant d’utiliser la biologie pour s’attaquer à la philosophie morale et de redéfinir celle-ci par celle-là, Wilson ôte à son entreprise toutes les chances de devenir autre chose qu’une idéologie de scientifiques. Les savants – et en particulier les biologistes – n’ont que faire des considérations de la morale dans la formulation de leurs théories ; bien entendu, nous ne disons pas que les biologistes sont dépourvus d’éthique professionnelle, mais simplement que les concepts de « bien » et de « mal » n’ont aucun rapport avec ceux de « gène » ou de « cellule ».

41Ce que Wilson refuse de voir, c’est qu’en mêlant la biologie et la morale, il ne fait pas que de la biologie, mais aussi – et surtout – de la morale, et que, partant de là, il affaiblit sa position scientifique tout en permettant que son entreprise soit récupérée par le discours politique et que les motivations historiques des positions idéologiques de la sociobiologie humaine soient mises à jour et dénoncées.

  • 31 A. Montagu, éd. (1973), p. 24 et 50.
  • 32 C.J. Lumsden et E. O. Wilson (1984), p. 10-11.

42La sociobiologie apparaît comme une entreprise déterminée par un ensemble de conclusions qui s’imposent d’elles-mêmes historiquement, et comme une entreprise déterminant l’évolution de la science. Wilson considère comme des erreurs les explications du comportement social humain qui ne coïncident pas avec les thèses de la sociobiologie. Il les élimine au nom d’une sélection scientifique en tous points comparable à la sélection naturelle : seules les explications sociobiologiques assureront la pérennité de la science, car elles sont les seules vraies, les seules qui soient fondées sur un constat empirique. Les autres considérations, fruits de la philosophie, de la sociologie classique et des autres sciences humaines, ne peuvent être qu’éliminées comme inadéquates et dépassées31. Conscient du danger que comporte toute théorie sociobiologique32, Edward D. Wilson ne voit cependant aucun problème théorique à y incorporer des spéculations gratuites ou des interprétations abusives.

Notes

1 E.O. Wilson (1977a).

2 Les expressions « sociobiologie humaine » et « théorie sociobiologique » sont synonymes.

3 E. O. Wilson (1971).

4 S.B. Hrdy (1984) et (1977).

5 On peut songer à la médecine expérimentale et à la bactériologie au xixe siècle, à la biochimie ou à l’astrophysique au xxe, etc.

6 « Le regard que nous portons sur ces sociétés [animales] n’est pas un regard neuf, il est préorienté par ce que nous savons de notre propre organisation : le fait d’appeler « reine », « travailleuses » ou « soldats » telle ou telle catégorie de guêpes, montre bien que nous avons projeté sur elles nos propres idées concernant la structure d’un groupe. Il n’est donc pas étonnant qu’en retour nous constations que nos sociétés présentent des analogies avec celle des insectes » (A. Jacquard, 1982, p. 150).

7 Ceci fait songer à la dernière phrase de La Ferme des animaux, de George Orwell : « Dehors, les yeux des animaux allaient du cochon à l’homme et de l’homme au cochon, et de nouveau du cochon à l’homme ; mais déjà il était impossible de distinguer l’un de l’autre » (G. Orwell, 1981, p. 151).

8 J.G. Ruelland (1983a), p. 60.

9 E.O. Wilson (1978b), p. 302.

10 « Une idéologie scientifique n’est pas une fausse conscience comme l’est une idéologie politique de classe. Ce n’est pas non plus une fausse science. […] [Elle] a une histoire […] [et] trouve une fin, quand le lieu qu’elle occupait dans l’encyclopédie du savoir se trouve investi par une discipline qui fait la preuve, opérativement, de la validité de ses normes de scientificité ». L’idéologie scientifique est une « idéologie de philosophes, un discours à prétention scientifique tenu par des hommes qui ne sont encore, en la matière, que des scientifiques présomptifs ou présomptueux », une idéologie qui a « l’ambition explicite d’être science, à l’imitation de quelque modèle de science déjà constituée » (G. Canguilhem, 1981, p. 39).

11 « [Les] idéologies de scientifiques […] [sont celles] que les savants engendrent par les discours qu’ils tiennent pour thématiser leurs méthodes de recherche et de mise en rapport avec l’objet, par les discours qu’ils tiennent sur la place que la science occupe, dans la culture, relativement aux autres formes de la culture » (ibid., p. 43-44). Les théories de Gall et de Spencer sont des idéologies scientifiques ; ce sont des idéologies philosophiques ; le scientisme est une variante d’idéologie de scientifiques.

12 « La formulation d’une théorie de la sociobiologie constitue l’une des grandes tâches que la biologie devra accomplir durant les vingt ou trente prochaines années. […] L’évolution d’un comportement social ne peut être complètement saisie que par une compréhension, premièrement, de la démographie, qui fournit les informations vitales relatives aux flux de populations et à la répartition par âge et, deuxièmement, de la structure génétique des populations, qui nous dit ce que nous devons savoir de la taille des populations dans le sens génétique, les coefficients de relation à l’intérieur des sociétés et l’ampleur du flux génique entre elles. Le but principal d’une théorie générale de la sociobiologie devrait être une capacité de prédire les caractéristiques de l’organisation sociale à partir de la connaissance de ces paramètres de population combinée à des informations relatives aux contraintes comportementales imposées par la constitution génétique des espèces. En revanche, ce sera une tâche majeure de l’écologie de l’évolution de dériver les paramètres de population d’une connaissance de l’histoire de l’évolution des espèces et de l’environnement dans lequel s’est développée la plus récente période de cette histoire » (E. O. Wilson, 1971, p. 458-460).

13 K.V. Wilkes (1978), p. 10.

14 Les sociétés d’insectes joueront un rôle clé dans le développement futur de la sociobiologie. Ils sont écartés de l’origine phylogénétique des sociétés de vertébrés comme s’ils étaient des créatures venues d’un autre monde. Ils procurent le matériel comparatif dont chaque bon schème théorétique a besoin. Lorsque la théorie prédit la convergence de traits fonctionnels, sa validité peut être renforcée par un test rigoureux et convaincant comparant insectes et vertébrés. Il faudrait […] identifier les différences de base qui existent visiblement, non entre les insectes et les vertébrés en tant qu’organismes, mais entre les sociétés qu’ils forment. Si nous excluons l’homme, avec son langage unique et ses aptitudes révolutionnaires à la transmission culturelle, les sociétés de vertébrés les mieux organisées se distinguent par un seul trait si ravageur que les autres caractéristiques semblent toutes découler de lui » (E. O. Wilson, 1971, p. 459).

15 Ibid., p. 458.

16 A.V. Espinas (1935).

17 E.O. Wilson (1971), p. 459.

18 E.O. Wilson (1987), p. 526.

19 « Un paradigme est un modèle ou un schéma accepté […]. Le paradigme fonctionne en permettant de reproduire des exemples dont n’importe lequel pourrait, en principe, le remplacer. Dans une science, au contraire, un paradigme est rarement susceptible d’être reproduit : comme une décision judiciaire admise dans le droit commun, c’est un objet destiné à être ajusté et précisé dans des conditions nouvelles ou plus strictes » (T. S. Kuhn, 1983, p. 45).

20 J. Ruffié (1982), tome 2, p. 29.

21 K. E. Boulding (1978).

22 S.Feinman (1979).

23 K.Peter et N. Petryszak (1980). Voir aussi P. Thuillier (1981), p. 44.

24 K. E. Boulding (1978), p. 32.

25 La démarche d’Ardrey n’avait rien d’académique – ce que Wilson n’ignorait certainement pas : « Vers 1975, un journaliste et dramaturge américain nommé Robert Ardrey fit la connaissance de Dart lors d’un voyage en Afrique ; il s’amouracha des “sauvages” de [l’époque de] la culture ostéodontokératique décrits par le professeur et écrivit un best-seller à leur sujet, intitulé African Genesis. Traduit en plusieurs langues, le livre d’Ardrey fit connaître le travail de Dart au monde entier. Lui-même empreint d’un esprit profondément cynique, Ardrey utilisa la vision sinistre de Dart sur les hommes préhistoriques comme une clef pour comprendre – voire excuser – la tendance persistante de l’être humain à la violence. “L’homme est un prédateur dont l’instinct naturel est de tuer avec une arme”, écrivit-il. “L’ajout soudain d’un cerveau développé à l’équipement d’un animal qui était déjà un excellent prédateur créa l’être humain.” Comparée à cette brute ancestrale, la version de l’humanité que Louis Leakey était simultanément en train de recréer au lac Olduvai semblait bien terne ». (D. Johanson et J. Shreeve, 1989, p. 216). Nous avons traduit l’expression bad guys (méchants garçons) par « sauvages ». La culture ostéodontokératique est l’industrie de l’os, des dents et de la corne, définie en Afrique du Sud par le paléontologiste R. Dart, qui l’attribua en 1957 à l’australopithèque. D’après ce savant, cette utilisation aurait précédé celle de la pierre taillée qui servait à la fabrication des armes et des outils préhistoriques.

26 S. Feinman (1979), p. 403.

27 K. Peter et N. Petryszak (1980), p. 76.

28 J. Ruffié (1982), tome 2, p. 330.

29 K. Peter et N. Petryszak (1980), p. 47.

30 C.J. Lumsden et E. O. Wilson (1981), p. 1.

31 A. Montagu, éd. (1973), p. 24 et 50.

32 C.J. Lumsden et E. O. Wilson (1984), p. 10-11.

© ENS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540