Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

27 – Cadré et non cadré

Texte intégral

1Opérant dans le Temps et avec lui, le cinéma ne peut avoir d’autre finalité que la recréation du Monde visible – notre monde en tant qu’il est visible ou peut le devenir. Le cinéma ne le dit pas, ce n’est pas qu’il s’en cache, c’est qu’il n’y a pas à le souligner : cela se fait comme allant de soi. Le Visible commence par se présenter comme l’Offert, ce qui attend notre regard pour être ; mais, aussitôt que nous le mettons dans un cadre, l’Offert au regard se dérobe et demande à être recréé pour redevenir visible. Dès que nous ouvrons un œil, l’Offert se déploie et nous entoure ; dès que le cadreur dirige la caméra vers un bout de ce monde visible qui se montre comme offert, il le recrée comme cadré, il en fait un bout de monde visible dans un cadre, c’est-à-dire que le visible cadré s’oppose sans possible moyen terme au visible non cadré. Il y a cadre, ou pas. En ce sens, le simple fait de cadrer un corps, un visage, un paysage, revient à les mettre en abyme, et donc à les soustraire à la multi-dimensionnalité du monde visible pour les ramener aux deux dimensions de l’espace-temps cinématographique : durée d’une suite d’images filmées (c’est-à-dire longueur des plans ; nombre d’« images ») et largeur (ratio en 35 mm : 1:1,33 ; 1:1,65, etc.). Tout cadre se précise comme mise en abyme d’un bout de visible qu’il isole du reste du visible, non sans l’articuler avec un hors-champ qui, lui, renvoie à cette multi-dimensionnalité.

2Quand bien même ce qui est recréé dans un cadre serait de l’ordre du distractif (de la récréation), le cinéma ne peut faire autrement que de fabriquer un visible décalé, un presque similaire qui est en fait une autre version du visible familier. Un estrangement (Carlo Ginzburg) dont nous voulons bien, dont nous désirons, même, qu’il se fasse passer auprès de nous pour un double du monde que nous voyons, identique à lui, confondu avec lui – moins dangereux, bien sûr. Les images cadrées (d’où qu’elles viennent) renvoient au visible non cadré alors qu’elles en sont le leurre. Que voyons-nous chaque jour sinon la multiplicité des écrans, du plus petit au plus grand, qui aboutissent, dès lors, à la mise en abyme généralisée du monde visible ? Le visible non cadré, que nous avons cru nous être « naturel », n’est plus qu’une exception, et c’est un fait d’expérience partagé par tous que nous sommes à voir le monde avant tout dans ses reproductions, toujours – par définition – cadrées.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540