Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

26 – Cinéma et art cinématographique

Texte intégral

1Appelons « cinéma », je le redis, tout ce qui procède même lointainement du Cinématographe des frères Lumière, et qui peut se définir comme enregistrement, puis reproduction par projection ou diffusion, dans un cadre, en vue d’une vision publique ou privée, sur un support quelconque et dans une durée x, du mouvement du monde visible tel que le transmet un système optique translucide. De 1895 à aujourd’hui, ce mouvement du monde a été transcrit dans toutes sortes de durées, de formats de cadrage et de projection, selon toutes sortes de techniques, de l’argentique à la vidéo et au numérique, mais cette prolifération de machines, de formats, de systèmes de diffusion, sans négliger les écarts qui les distinguent, peut se rassembler en tant qu’héritage commun des vues Lumière. En 1895-1896, personne encore ne songe à qualifier ces vues, comme les nomment les frères Lumière, du nom glorieux d’art.

  • 1 Voir Ricciotto Canudo, Manifeste des sept arts, Paris, Séguier (Carré d’Art), 1995 ; L’usine aux i (...)

2Il faut attendre, mais ce n’est qu’un biais, la fondation, en 1908, de la société Le Film d’Art, pour qu’apparaisse le mot art dans le vocabulaire du cinéma (le « film d’art », on le sait, était essentiellement le filmage de scènes tirées du répertoire théâtral et interprétées par des comédiens de théâtre, notamment de la Comédie-Française). Il faut encore attendre 1911 pour que le critique Ricciotto Canudo désigne un « sixième art », un « nouvel art qui concilie les rythmes de l’Espace (les Arts plastiques) et les rythmes du Temps (musique et poésie) »1, à quoi il ajoutera un peu plus tard la danse, repoussant le cinéma au septième rang (« Manifeste du septième art », La Gazette des sept arts, 1923). Ces écarts de calendrier mettent en évidence le fait que le cinéma(tographe), longtemps, n’a été ni pensé ni voulu et moins encore pratiqué comme art, mais comme outil d’enregistrement du monde visible et de reproduction de cet enregistrement.

  • 2 Cité par Peter Szendy, Le supermarché invisible, ouvr. cité.
  • 3 Un travelling avant (un cadre) qui dégrade et rend obscène ce qui est cadré : l’exemple canonique (...)

3Avant de se dépenser en vaines subtilités pour décider si la photographie était ou non un art, Walter Benjamin (je cite de mémoire) s’étonnait qu’on ne se fût pas demandé d’abord si cette invention même ne transformait pas le caractère général de l’art.2 Le même raisonnement vaut pour le cinéma. Il n’y a pas moyen de décider si c’est ou non « un art » intrinsèquement, puisque l’artiste, comme l’analyste, ne « s’autorise que de lui-même » et que le regard des amateurs à lui seul n’a rien de décisif, d’où les incessantes querelles : « C’en est ! ce n’en est pas ! » Je propose de mettre un terme au débat en constatant que les principes des vues Lumière (le film est un objet cadré et temporel) se retrouvent sous une forme ou une autre dans tout ce qui du visible a été enregistré et se voit diffusé sur un écran, quel qu’il soit. Le cadre est toujours une insistance de l’image, quand bien même elle serait vulgaire, pornographique, dégradante.3 Cadrer revient à mettre un accent sur les images. La succession des images cadrées rend ce cadre plus ou moins perceptible et finit par le faire « oublier » ; oublié, soit, mais tout de même perçu : « Je sais bien qu’il y a un cadre mais quand même je l’oublie. »

4Aujourd’hui, un siècle et vingt ans plus tard, l’écart entre cinéma et art cinématographique est toujours ouvert. Dès qu’un cinéaste (qui n’est pas toujours un artiste) filme, et encore pendant qu’il filme, la caméra enregistre ce qu’elle a devant elle et le recode selon ses propres modalités de fonctionnement (format de l’image cadrée, vitesse de l’obturateur et de déroulement du support, qualités des lentilles, profondeur de champ, etc.), critères dont les choix de réalisation peuvent ou non avoir tenu compte. La machine-cinéma, si l’on entend par là caméra + système d’enregistrement des paroles et des sons + système de projection ou de diffusion, enregistre et reproduit ce pour quoi elle est faite : se confronter en les cadrant aux dimensions visibles et sonores de situations qui se déroulent dans une durée devant elle (dans son champ et dans son temps).

  • 4 Voir Sylvie Lindeperg, La voie des images, Lagrasse, Verdier, 2016.

5C’est l’épisode fondateur du livre de G. W. Sebald, Austerlitz, dans lequel le narrateur, voyant et revoyant le film de propagande tourné en 1944 par Kurt Gerron au camp de Theresienstadt (Terezin : Der Führer schenkt den Juden eine Stadt (Le Führer offre une ville aux Juifs), croit reconnaître, au milieu des autres déportés, sa mère. Elle était bien là, enregistrée, visible pour tous les spectateurs, identifiable par son fils.4

Notes

1 Voir Ricciotto Canudo, Manifeste des sept arts, Paris, Séguier (Carré d’Art), 1995 ; L’usine aux images, J.-P. Morel éd., Paris, Séguier, 1995.

2 Cité par Peter Szendy, Le supermarché invisible, ouvr. cité.

3 Un travelling avant (un cadre) qui dégrade et rend obscène ce qui est cadré : l’exemple canonique en est donné par l’article de Jacques Rivette « De l’abjection, le travelling de Kapo », Cahiers du cinéma, no 120, juin 1961.

4 Voir Sylvie Lindeperg, La voie des images, Lagrasse, Verdier, 2016.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540