Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

21 – Transparence, sauve qui peut

Texte intégral

1Le basculement du Temps sur son axe ne nous étonne plus. Images ou lettres, ce qui a été porté sur une surface d’inscription devient volatil comme une fumée dans le ciel, comme s’efface chaque photogramme au suivant, fuyant l’écran auquel il vient de se fixer. Ce moment précarise les images filmiques, à l’opposé des figures glyptiques, des épitaphes, mots et images gravés sur la pierre ou le marbre, c’est-à-dire des milliers de siècles, réduits, aujourd’hui, à l’instant d’une apparition-disparition.

2Le numérique aura permis que l’enregistré à son tour devienne effaçable d’un geste qui ne prend pas la peine, comme faisait la gomme, de reconstituer toute la chaîne inscrite qu’il faudrait effacer. L’annulation se fait sans laisser de trace visible, ni sur l’écran de l’ordinateur, ni sur l’écran de la table de montage.

  • 1 L’image électronique et l’image numérique imitent cette procédure typique de l’argentique. On peut (...)

3La transparence de la pellicule sert à laisser passer la lumière du projecteur (comme l’écran transparent en vidéo ou sur tablettes et ordinateurs), cette lumière que les parties plus denses de l’image (en photographie comme en cinéma) arrêtent, elles, faisant image. Hier, du négatif au positif, cette transparence se déplaçait symétriquement, au noir répondait le blanc, au magenta le cyan… Le positif était donc l’inversion exacte du négatif, premier dans le couple.1

4Mais le positif évoque davantage, pour nous, désormais, une familière transparence, il ressemble à nos perceptions visuelles habituelles. Comme le cristal, le cristallin est transparent. Cette proximité refoule la vision inversée du négatif. La numérisation ou pixellisation à la prise de vues va permettre, et donc valider par avance, toutes sortes de modifications des images capturées. L’action sur l’image est instantanée. Une telle vélocité dans la réalisation des effets optiques, à les faire ou les défaire, donne au manipulateur de la console (mot d’un romantisme hors de mise) une surpuissance de dimension divine. Tout est faisable, donc tout est fait, à commencer par le pire.

5Là encore, le cinéma, dès son début, s’est trouvé être le promoteur de bien des manières de faire qui ont été pleinement réalisées dans et par le numérique. Assaut aura été donné dans les premières années du Cinématographe, puis du cinéma, aux normes réalistes et aux logiques de vraisemblance qui gouvernaient jusque-là les systèmes de représentation. Réversibilité, accéléré, ralenti, montages et truquages : il est remarquable que dans les volets de cette révolution, l’enjeu soit le Temps, le déroulement temporel, autant et plus que l’image.

6Cette nouvelle dimension du Temps dans les reproductions mécaniques des représentations du monde a été, nous l’avons dit, portée à un extrême degré de performance réaliste par le passage au numérique. L’absence de manques ou de défauts visibles, le déroulé sans failles, dans un cadre plus ou moins étendu, d’un Visible toujours « pixellisé », c’est-à-dire contrôlé en tous points, a fabriqué un nouveau spectateur qui croit, sans débats ni procédures, avoir tout pouvoir sur les images et les sons (à l’exception, toujours, des paroles enregistrées, dont la continuité et l’audibilité restreignent toute manipulation).

7L’utilisateur, avec le numérique, jouit d’une infiniment plus grande facilité d’usage ; il est partout, il croit pouvoir tout voir, tout acheter, jouir de tout, tout détruire ; il se voit privé, au même moment, de toute possibilité de participer aux secrets de fabrication des engins qu’il utilise ou même seulement d’en savoir un peu plus sur les clés de ce nouveau monde – lequel piège et son temps et ses ressources. Partage impossible. Bien peu d’entre nous, bien peu de « puissants », même, sont en mesure de pousser la porte des algorithmes ou des big data qu’ils accumulent. Un monde nouveau se construit qui devient de plus en plus inhospitalier, qui se révèle interdit.

8Vain pouvoir du spectateur, tout d’illusion : ce que désormais je peux faire n’affecte en rien les firmes qui fabriquent industriellement ce monde nouveau, celles qui se dévorent, s’achètent et se vendent, font commerce et profit de nos apparences, de nos goûts, de nos intimités. Le Capital se renforce du numérique qui, lui, sait protéger le secret, corrélatif du mot d’ordre absurde de « transparence ».

9Le numérique nous offre une fausse transparence absolue. La matière s’est dissoute dans les nombres. Le temps des nombres est inusable. Cette fallacieuse transparence n’est pas seulement le fruit encore trop vert de l’idéologie qui nous ronge et nous mine, elle est le futur qui nous attend, où nous entrons peu à peu, de moins en moins consistants, appelés à devenir nous-mêmes transparents au Total Calcul. Ne pas tomber dans ce piège, sauver l’ombre – allons, errants, allons sur les chemins perdus !

Notes

1 L’image électronique et l’image numérique imitent cette procédure typique de l’argentique. On peut d’un clic renverser l’image positive en image négative. Mais il s’agit d’un simulacre : ces images sont des artefacts qui assurent encore le lien entre le monde numérique et le monde argentique, qui jouent la maîtresse carte de la ressemblance. Bien qu’il n’ait rien d’analogique, le numérique doit faire semblant. Simulacre comme une garantie qui nous épargne un dépaysement complet.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540