Desktop versionMobile Version

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

17 – Que devient le Négatif ?

Volltext

1Doit-on constater (tristement) une sorte de disparition programmée, dans le monde numérisé, d’une pensée du Négatif ? Un monde sans contradiction, sans dialectique, sans dépassement de la contradiction puisqu’il n’y a plus de négation ? Tel est le rêve-fantasme capitaliste d’un monde unifié (la mondialisation) où les écarts entre les cultures, les déterminations, les appartenances, les modes de vie, les situations géographiques, les puissances économiques ne seraient pas contradictoires, ne seraient pas antagonistes (un monde tranquille et disponible) : des « petites différences », des nuances d’un même tableau, pas de grand écart. Je dis qu’il s’agit là d’un inusable et récurrent fantasme. D’évidence, ce monde affranchi de tout facteur négatif n’existe pas encore ; mais il est en projet dans la réduction de toute chose à la technique et au calcul, dans ce que les marchands appellent « le progrès technique », y compris les « progrès » les plus bénéfiques, en médecine par exemple. Dans tous ces champs où le Capital livre bataille, l’obsolescence de l’homme est programmée ; elle vient. (Les robots opèrent sous la commande des chirurgiens, et le risque d’erreur handicapante ou mortelle qui est bien réel dans toute opération chirurgicale est ici réduit par la robotisation. Je ne suis pas favorable aux erreurs médicales, mais il faut bien constater que c’est la dimension humaine en tant que facteur d’erreur qui est corrigée.)

2J’appelle réel ce qui est sans retour, sans recours, qui advient une fois pour toutes, sans que le sujet y soit pour quoi que ce soit en tant que vouloir ; ce qui provient d’un automatisme des choses, des machines, de l’inconscient, de la météorologie, ce qui relève d’une insistance du monde qui échappe en grande partie à l’insistance du savant, du technicien, de l’artiste. Quelque chose se dérobe : c’est l’un des sens de réel.

  • 1 C’était l’une des maximes « maoïstes » – « Pour construire, il faut détruire » – qu’ici et mainten (...)
  • 2 Dans Voir et pouvoir (ouvr. cité) j’ai repris l’histoire du film de Roy Boulting, Desert Victory ( (...)

3Nous sommes tous des êtres dans le Temps. Toute chose l’est. Nul n’est contraint de le savoir, même s’il ne peut l’ignorer. À la fois le Temps (nous) construit et (nous) détruit. C’est cette proximité entre construction et destruction1 que confirme à sa naissance le cinéma par sa réversibilité : on retourne la pellicule, fin pour début ou endroit pour envers2 ; c’est elle, cette proximité des contraires, que, par la suite, prolonge et accomplit le numérique d’une seule pression sur une touche de clavier, comme le maléfice d’un retour au début, où fin et commencement s’annulent et se confondent – voilà qui nous renvoie au rêve d’une fin toujours recommencée, c’est-à-dire sans fin.

4Comment empêcher l’être dans le Temps de rêver de la fin du Temps ? Ou, plutôt, de la suspension du Temps de la fin ?

5Il est probable, dans une majorité de cas, que chaque vie vécue aspire à son recommencement. Il est rare que les débuts satisfassent. Il faudrait pouvoir recommencer. De même que la reconnaissance précède et annonce la possibilité de connaître, de même le recommencement apparaît comme la possibilité de penser le commencement, non pas donné une fois pour toutes, mais toujours ouvert à lui-même comme condition du vivre.

Anmerkungen

1 C’était l’une des maximes « maoïstes » – « Pour construire, il faut détruire » – qu’ici et maintenant, en notre présent, nous ne pouvons que contredire : la destruction l’emporte sur la construction, la construction elle-même est destruction, selon la pratique effective du « néo-capitalisme ». Voir Still Life (2006) et 24 City (2008), tous deux de Jia Zangkhe.

2 Dans Voir et pouvoir (ouvr. cité) j’ai repris l’histoire du film de Roy Boulting, Desert Victory (1945) : comme les dizaines de cameramen anglais se trouvaient de part et d’autre de l’axe de l’offensive des chars de Montgomery dans le désert de Tripolitaine, contre les forces de Rommel, les rushes envoyés à Londres montraient, pour certains des opérateurs, ces chars allant de gauche à droite de l’écran, pour d’autres, qui filmaient de l’autre côté de la ligne d’attaque, les chars traversaient l’écran de droite à gauche. Malaise, désordre dans les rangs. Les monteurs n’ont eu qu’à retourner la pellicule, à la mettre envers pour endroit, pour que tous les chars aillent dans la même direction, celle de l’offensive, naturellement. Inverser le film pour redresser l’image de la réalité !

© ENS Éditions, 2019

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search