Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

15 – Le calcul et le hasard. Cinéma et improvisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’industrie, l’improvisation est pour ainsi dire interdite aux cinéastes. Faire des films demande de l’ordre, il convient d’organiser (scénario, plan de travail) le travail collectif de dizaines de techniciens et de plusieurs acteurs, sans compter les figurants. Tout un mouvement de transports, projecteurs, hébergements, costumes, maquillages, cantines, camions techniques, etc., doit être lui aussi programmé, calculé. L’improvisation au cinéma n’est donc pas possible à grande échelle, elle ne peut être pratiquée que dans des formations réduites en nombre et en moyens. Depuis que Hollywood est passée au stade industriel (vers 1920), la contradiction entre industrie (plus ou moins lourde et donc pesante) et l’artisanat (le bricolage) ne cesse de ressurgir. Nombre de cinéastes désirent conserver ou gagner une certaine liberté d’action et de réaction au moment du tournage, et à la fois cette liberté ne peut être que très contrôlée.

L’exception de la pratique documentaire, qui échapp...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540