Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

05 – Art, oui, mais du Temps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’enregistrement et la reproduction du mouvement impliquent des durées. Il faut à un marcheur filmé, à un train, à un mobile quelconque, du temps pour traverser l’espace du cadre. Dès les premières vues, Louis Lumière avait compris comment, pour qu’un mouvement s’inscrive plus longtemps – donc reste visible plus longtemps – dans l’espace mesuré du cadre malgré la brièveté de la durée filmée, il convenait d’utiliser la diagonale du cadre, plus longue, donc plus longue à parcourir, que la largeur du même cadre. Plus d’espace à parcourir dans un cadre fixe signifie plus de temps de parcours.

Le recours au montage et aux raccords a évidemment changé la partie. Le temps réel d’un parcours intra-cadre pouvait passer au virtuel par raccord entre deux plans, et le mobile filmé sauter d’un cadre au suivant, deux fractions du même espace-temps découpé par le cadre, ou bien deux espace-temps reliés par un raccord : cette possibilité évidemment n’existe pas dans le monde « réel », elle est la gr...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540