Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

03 – Transparence et occultation

Texte intégral

1La transparence est un puissant motif utopiste. Cette utopie dure, elle va croissant, elle a la vie dure. La « transparence » affirmée aujourd’hui – obsession toujours recommencée, jamais définitive, des commissions d’enquête, des médias, des lanceurs d’alerte – met en lumière une (toute petite) partie de ce qui est dissimulé pour accumuler des fortunes et concentrer des pouvoirs au-delà de toute raison. Comme l’arbre cache la forêt, cette « transparence » cache dans les bas-fonds des officines, des banques et des paradis fiscaux (comment peut-on parler de « paradis » sans faire injure à Dante et Béatrice ?) le rôle des prédateurs en bandes organisées.

2Les proies ? Nous-mêmes. Non seulement ces profiteurs nous commandent d’obéir en gardant le sourire mais, à part nous dépouiller et nous contraindre, ils n’ont rien à faire de nous ; pourtant, nous les gênons, ils ont leurs rêves, ils ont leur utopie d’un meilleur des mondes où ils pourraient jouir de commander à tous et de piquer l’argent de la misère sans l’encombrement de la foule des pouilleux. Transparence est donc un terme trop diaphane, trop « galerie des Glaces » pour parler des « bolge (bouges) de l’Enfer » tels que décrits par le même Dante.

3Transparence, mot magique, mot miroir.

  • 1 Emmanuel Alloa, « Architectures de la transparence », art. cité. La citation de Breton est tirée d (...)

Dès les premières pages de Nadja, André Breton se lance dans l’éloge du verre, panacée de la nouvelle société : « Pour moi, je continuerai à habiter ma maison de verre, où l’on peut voir à toute heure qui vient me rendre visite, où tout ce qui est suspendu aux plafonds et aux murs tient comme par enchantement, où je repose la nuit sur un lit de verre aux draps de verre ». Dans son article sur Breton et le surréalisme, Walter Benjamin notait « Vivre dans une maison de verre est, par excellence, une vertu révolutionnaire. Cela aussi est une ivresse, un exhibitionnisme moral dont nous avons grand besoin. La discrétion sur ses affaires privées, jadis vertu aristocratique, est devenue de plus en plus le fait de petits-bourgeois arrivés ».1

4Petits-bourgeois ? Les firmes de toute sorte mettent aujourd’hui en place – avec l’appui d’une nouvelle législation – un système de protection des résultats et détournements financiers qui n’est plus seulement de la « discrétion », mais bel et bien de la dissimulation : quoi qu’il en soit de la « société du spectacle », partout triomphante, l’ombre sied au crime. La remarque de Benjamin quant à la nécessité de la « maison de verre » doit désormais, je crois, être prise à contre-pied : plus que les « petits-bourgeois », les puissants narguent toute hypothèse d’un surmoi socialement actif – c’est-à-dire socialement responsable.

5On opposera à cette illusoire autant que toute-puissante transparence, qui viole l’intime et contrarie toute possibilité de secret, une conception du libertinage en tant que lié tout au contraire à la nécessité du secret. Les relations intersubjectives restent et ne peuvent que rester peu claires, opaques aux sujets eux-mêmes (les inconscients sont de la partie), tellement que l’exigence de transparence se change en violence contre ces agrégats d’inconnu, d’indicible, d’incompréhensible, maintenus hors de portée des lumières du Spectacle. La divergence, l’écart par rapport aux codes dominants (identités sexuelles par exemple) sont toujours rejetés.

6Il faut savoir et accepter que les gestes érotiques soient des gestes de transgression ; s’il n’y a pas de secret, la transgression saute et se fait exhibition. Tout dans l’éros n’est pas transparent aux sujets qui s’y adonnent, loin de là – et tant mieux ! Ces ombres essentielles ne sont pas à exposer sur la place publique. Ce que Sade défie, entre autres, c’est l’omnipotence et l’omniscience d’un « Dieu » pour qui chaque homme serait de part en part transparent. Faire la lumière ne peut et ne doit pas, selon moi, anéantir toute ombre. La clarté, que l’on désire, peut aussi bien venir du calcul et de la déduction que de l’intuition, c’est-à-dire d’une obscurité. Comme le note Bergson :

  • 2 Henri Bergson, La pensée et le mouvant, Paris, PUF, 1969.

Il faut donc distinguer entre les idées qui gardent pour elles leur lumière, la faisant d’ailleurs pénétrer tout de suite dans leurs moindres recoins, et celles dont le rayonnement est extérieur, illuminant toute une région de la pensée. Celles-ci peuvent commencer par être intérieurement obscures ; mais la lumière qu’elles projettent autour d’elles leur revient par réflexion, les pénètre de plus en plus profondément ; et elles ont alors le double pouvoir d’éclairer le reste et de s’éclairer elles-mêmes.2

Notes

1 Emmanuel Alloa, « Architectures de la transparence », art. cité. La citation de Breton est tirée de Nadja, Paris, Gallimard, 1963 ; celle de Walter Benjamin, de « Le surréalisme. Le dernier instant de l’intelligentsia européenne » [1929], traduction de l’allemand par M. de Gandillac, Œuvres, II, Paris, Gallimard (Folio), 2000.

2 Henri Bergson, La pensée et le mouvant, Paris, PUF, 1969.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540