Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

02 – Trop de lumière. L’unique et l’aura

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Toujours plus de lumière. Nous y sommes et n’y voyons pas plus clair. L’apparition, en 1895, du Cinématographe, puis, tout aussitôt, ses projections publiques à travers le monde marquent à la fois le véritable commencement de la prédominance des écrans, aujourd’hui totale, et l’ère nouvelle des copies conformes à l’original, jusque-là impossibles à obtenir : il y avait toujours des écarts, assez faibles, de l’une à l’autre copie. La disparition de l’aura liée, selon Walter Benjamin1, à l’unicité de l’œuvre, imitable mais non substituable, signifie aussi la dévalorisation de l’origine de l’œuvre en tant que marquée comme unique dans l’Espace et le Temps (« l’unique apparition d’un lointain, quelle que soit sa proximité »).2 Le lieu et le moment de la naissance d’un film perdent leur caractère intangible d’inscription dans le réel d’une production matérielle. Ce qui est produit une première et seule fois devient disponible puisque répétable (c’est la condition de validité d’une expéri...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540