Desktop versionMobile Version

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

01 – Autour du Crystal Palace

Volltext

1Dès le milieu du xixe siècle, la transparence « naturelle » du verre ou du cristal est d’abord gain de lumière, et tout aussitôt progrès dans le développement des techniques, notamment l’architecture. En 1850, Karl Marx commente le Crystal Palace de Londres, immense palais de verre et d’acier (563 mètres de long sur 124 mètres de large) où se tient la première Exposition universelle (« Grande Exposition universelle des travaux de l’industrie de toutes les nations ») :

  • 1 Dans un article pour la Neue Rheinische Zeitung, mai-octobre 1850.

La bourgeoisie du monde érige son Panthéon dans la Rome moderne où elle expose, avec une fière autosatisfaction, les dieux qu’elle s’est elle-même créés.1

  • 2 Voir Karl Marx, Le Capital. Livre premier, J.-P. Lefebvre éd., Paris, PUF (Quadrige), 2009.

2Apparaît ici l’une des notions fondamentales du Capital : l’exposition comme emblème du fétichisme capitaliste de la marchandise.2

  • 3 Voir Giorgio Agamben, « Marx ou l’Exposition universelle », Stanze. Parole et fantasme dans la cul (...)

3S’agissant de la marchandise, fétichisme, le terme est nouveau. Avec Freud, après Krafft-Ebing, et jusqu’à Octave Mannoni et Giorgio Agamben3, il entrera dans le vocabulaire de la psychanalyse comme de la philosophie et y fera entrer la marchandise elle-même, signifiant plurivalent, objet miroitant de désirs et de fantasmes, enjeu de frustrations, médium de transferts. Avec le Crystal Palace, le capitalisme célèbre l’union de la transparence, du grand spectacle et de la marchandise :

  • 4 Giorgio Agamben, « Marx ou l’Exposition universelle », art. cité.

La transfiguration de la marchandise en objet féerique est le signe que, dans la marchandise, la valeur d’échange commence désormais à éclipser la valeur d’usage. Dans les galeries et les pavillons de son mystique palais de cristal, qui dès l’origine abritèrent aussi des œuvres d’art, la marchandise est exposée pour que l’on n’en jouisse que par le regard, par le « coup d’œil féerique ».4

Le Crystal Palace, vue extérieure

Le Crystal Palace, vue extérieure

Londres, Crystal Palace [vue aérienne du palais de fer et de glace construit pour l’exposition de 1851] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

4Après Marx, en 1873, Arthur Rimbaud, un temps à Londres, écrit, à propos toujours du Crystal Palace (reconstruit à Sydenham) :

  • 5 Arthur Rimbaud, Villes 1 et 2, Illuminations [1873], Œuvres complètes, Paris, Flammarion, 2010.

L’acropole officielle outre les conceptions de la barbarie moderne les plus colossales. Impossible d’exprimer le jour mat produit par le ciel immuablement gris, l’éclat impérial des bâtisses, et la neige éternelle du sol. On a reproduit dans un goût d’énormité singulier toutes les merveilles classiques de l’architecture. […] Ce sont des villes ! C’est un peuple pour qui se sont montés ces Alleghanys et ces Libans de rêve ! Des chalets de cristal et de bois qui se meuvent sur des rails et des poulies invisibles. Les vieux cratères ceints de colosses et de palmiers de cuivre rugissent mélodieusement dans les feux. Des fêtes amoureuses sonnent sur les canaux pendus derrière les chalets. La chasse des carillons crie dans les gorges. Des corporations de chanteurs géants accourent dans des vêtements et des oriflammes éclatants comme la lumière des cimes.5

5Après Rimbaud, Fiodor Dostoïevski note en 1876, à propos d’une visite du même Crystal Palace :

  • 6 Fiodor Dostoïevski, Journal d’un écrivain [1873-1881], traduit du russe par G. Aucouturier, Paris, (...)

De notre temps s’est produite une terrible révolution, et la bourgeoisie a pris le dessus. Avec elle sont apparues des villes effrayantes, dont personne n’avait eu l’idée même en rêve. Des villes comme celles qui sont apparues au xixe siècle, l’humanité n’en avait jamais vu jusqu’alors. Ce sont des villes avec des palais de cristal, des expositions universelles, des banques, des budgets, des rivières polluées, des débarcadères, des associations de toutes sortes, et autour d’elles des fabriques et des usines.6

6Il avait déjà noté en 1862 lors de son voyage en Europe :

  • 7 Fiodor Dostoïevski, Notes d’hiver sur des impressions d’été [1863], traduit du russe par W. Bienen (...)

Vous ressentez cette force terrifiante qui a réuni ici en un troupeau unique toute cette infinité de gens venus du monde entier ; vous reconnaissez une pensée gigantesque ; vous sentez qu’ici quelque chose a déjà été obtenu, qu’ici il y a la victoire, le triomphe. Vous paraissez même commencer à craindre quelque chose.7

7Dominé par le Capital, notre Occident a persisté jusqu’à la violence dans ce culte de la lumière. Le Cinématographe à son tour reprend et déploie à l’échelle du monde le paradoxe des écrans : comme c’était le cas pour les lanternes magiques, les écrans ont besoin d’un entour d’ombre ou d’une nuit pour concentrer dans toute sa puissance le faisceau lumineux qui projette les images. Et la lumière n’est plus la nappe immatérielle qui enveloppe toutes choses pour les rendre visibles, elle passe par des lentilles qui l’amplifient et la durcissent, elle devient elle-même visible en tant que faisceau dirigé, rayon dissipateur. Un phare.

8De longues années durant, le cinéma n’est praticable que dans des conditions d’éclairage maximum, soleil le jour, projecteurs la nuit. C’est ce qui explique que le premier film, Sortie d’usine (1895), soit une sortie des ouvrières au grand jour, en plein soleil, et non pas, comme on aurait pu l’imaginer, une « Rentrée des ouvrières dans l’usine », celle – précisément – de leur patron, Louis Lumière, qui les filme, usine restée dans l’obscurité, donc infilmable. La sortie se voit comme liberté, jeu, l’opposé du travail aliéné. Et quand les projecteurs ne donnent pas la puissance lumineuse suffisante, on tourne les « extérieurs nuit » en plein jour, en fermant le diaphragme (les « nuits américaines »), ou bien l’on code l’effet nuit par un tirage bleu du positif.

  • 8 Junichiro Tanizaki, Éloge de l’ombre, traduit du japonais par R. Sieffert, Lagrasse, Verdier, 2011

9Irrésistible est l’attrait d’une lumière qui fait briller le monde, les désirs et leurs objets. Le Japon n’y échappe pas : dans Éloge de l’ombre8, Junichiro Tanizaki écrit en 1933 que l’américanisation du Japon de la tradition se caractérise par un « trop de lumière ». L’exemple des toilettes modernes est resté célèbre : tout se déroule en pleine lumière, dans une porcelaine éblouissante de blancheur, sous les néons, toute réserve abolie, alors qu’autrefois étaient préférés les lieux sombres et humides, le bois et l’ombre. Hygiénisme et lumières. Le numérique accentue la tendance hygiéniste en menant la chasse aux « impuretés », aux « bugs », à tout ce qui vient troubler la lisse perfection des surfaces, au point qu’il se trouve des logiciels dont l’objet est de « salir » des images « trop propres », et donc trop irréalistes ! Dans le monde réellement habité, tout est brouillé, tout est sale. Seul le monde idéal du calcul numérique bannit les « impuretés » (terme lourd).

Anmerkungen

1 Dans un article pour la Neue Rheinische Zeitung, mai-octobre 1850.

2 Voir Karl Marx, Le Capital. Livre premier, J.-P. Lefebvre éd., Paris, PUF (Quadrige), 2009.

3 Voir Giorgio Agamben, « Marx ou l’Exposition universelle », Stanze. Parole et fantasme dans la culture occidentale, traduit de l’italien par Y. Hersant, Paris, Christian Bourgois, 1981. Et Octave Mannoni, Clefs pour l’imaginaire ou l’autre scène, Paris, Seuil, 1969.

4 Giorgio Agamben, « Marx ou l’Exposition universelle », art. cité.

5 Arthur Rimbaud, Villes 1 et 2, Illuminations [1873], Œuvres complètes, Paris, Flammarion, 2010.

6 Fiodor Dostoïevski, Journal d’un écrivain [1873-1881], traduit du russe par G. Aucouturier, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1972 (juillet-août 1876).

7 Fiodor Dostoïevski, Notes d’hiver sur des impressions d’été [1863], traduit du russe par W. Bienenstock, Paris, L’Entente, 1988. Cité par Emmanuel Alloa, « Architectures de la transparence », revue en ligne Appareil, no 1, 2008.

8 Junichiro Tanizaki, Éloge de l’ombre, traduit du japonais par R. Sieffert, Lagrasse, Verdier, 2011.

Abbildungsverzeichnis

Titel Le Crystal Palace, vue extérieure
Impressum Londres, Crystal Palace [vue aérienne du palais de fer et de glace construit pour l’exposition de 1851] : [photographie de presse] / [Agence Rol]
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11079/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 633k

© ENS Éditions, 2019

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search