Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinéma, Numérique, Survie

 | 
Jean-Louis Comolli

00 – Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cinéma est d’abord une machine. Cinématographe, c’est le nom que portera cette machine, avant d’être abrégé en cinéma. Ciné (kiné) c’est le mouvement ; graphe (graphein), c’est l’écriture, la gravure, l’inscription. Il est vrai qu’inscrire, graver, écrire, c’est mettre en mouvement ne serait-ce que d’une main ce qui n’est pas de soi mobile ; il n’est pas moins vrai que graver le mouvement, c’est l’immobiliser. Dédoublement. Dans le projecteur, au temps de l’argentique, la bobine de film ne se déroule pas d’elle-même ; il faut le mouvement ajouté par la machine-projecteur pour faire défiler les images fixées sur la pellicule. Le cinéma naît sous le double signe du mouvement et de son arrêt. Je propose ici de reprendre, à partir de cette machine, la caméra-projecteur1, la réflexion sur le cinéma et son rôle actif dans ce qui se produira jusqu’à nos jours : le devenir-cinéma du monde, en hommage à Henri Bergson et à Gilles Deleuze. Une machine qui enregistre la part du Visible qu’el...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540