Version classiqueVersion mobile

Matérialisme et passions

 | 
Pierre-François Moreau
, 
Ann Thomson

La chevelure de Samson. Helvétius et la puissance des passions

Pierre-François Moreau

Texte intégral

1Lorsque Helvétius publie De l’esprit, il y élabore une théorie des passions qui compare leur force à celle de la raison, en explique l’origine et en marque l’influence sur les sociétés humaines. Dès la première page leur importance est fortement soulignée ; elles sont convoquées à la fois pour en indiquer la connexion étroite avec le thème principal de son ouvrage et pour marquer que cette connexion est essentielle à ce qui fait le lien entre morale et politique. Il écrit en effet au deuxième paragraphe de sa préface :

  • 1 De l’esprit, préface.

La connaissance de l’esprit, lorsqu’on prend ce mot dans toute son étendue, est si étroitement liée à la connaissance du cœur et des passions de l’homme qu’il était impossible d’écrire sur ce sujet sans avoir au moins à parler de cette partie de la morale commune aux hommes de toutes les nations et qui ne peut avoir, dans tous les gouvernements, que le bien public pour objet.1

2On remarquera que c’est cette liaison entre les deux connaissances qui assure l’universalité du sujet traité : apparemment, les hommes « de toutes les nations » ont en commun au moins certaines passions et c’est pourquoi celui qui écrit sur elles sera conduit à écrire sur le bien public. Dans la découverte des mécanismes de l’esprit humain, les passions jouent donc un rôle essentiel non seulement dans l’individu mais aussi dans tout ce qui concerne le « bien public ». Morale, politique et connaissance de l’esprit humain viennent donc se nouer en ce point.

3Or ce point précisément ne constitue pas une nouveauté dans l’histoire de la philosophie. Les discussions sur l’origine, la place et les effets des passions forment un ensemble de problèmes qui a marqué durablement la tradition morale et politique, mais le plus souvent dans un sens contraire à celui de Helvétius. Comment penser ce rôle des passions ? Le mouvement fondamental de l’analyse va consister à en relever la puissance positive, et à opposer cette puissance à la puissance moins grande du « bon sens ». Autrement dit, face au discours moral classique, qui en appelle à la raison pour maîtriser, voire écraser les passions, sources des vices et des malheurs des hommes, il s’agit de montrer que l’homme est ainsi fait que seule la passion peut s’opposer à l’inertie naturelle et que, donc, les « gens passionnés » sont sur ce point supérieurs aux « gens sensés ». Le bon sens, le calme de l’âme, l’impartialité dont le traditionnel portrait du sage faisait l’éloge, vont être tour à tour discrédités au profit des passions et de leurs effets, seuls moyens par lesquels l’humanité agit, connaît, construit. Au chapitre 5 du Troisième Discours, Helvétius énumère les forces qui agissent sur notre âme : d’un côté la tendance à l’inertie, de l’autre, la haine de l’ennui et les passions fortes. La tendance à l’inertie, c’est le fait que notre nature nous conduit à la paresse, à l’immobilité, au repos – pis : à la « stupidité » (car l’activité de l’esprit demande de l’attention, à quoi s’oppose justement cette inertie naturelle) ; elle nous y conduit ou plutôt devrait nous y conduire, s’il n’était en nous un moteur pour nous y arracher. Ce moteur c’est donc la haine de l’ennui et les passions fortes. À vrai dire la première ne joue un rôle que dans le silence des secondes, et ce silence est un effet historique ; il est déterminé par l’apparition d’une certaine situation politique ou morale :

… c’est surtout dans les siècles où les grandes passions sont mises à la chaîne, soit par les mœurs soit par la forme du gouvernement, que l’ennui joue le plus grand rôle : il devient alors le mobile universel. (III, 5)

4Si l’on fait abstraction de ces situations d’exception, ce sont donc les passions qui forment le moteur réel de l’activité de l’homme, et qui font obstacle perpétuellement à sa passivité naturelle.

On voit donc que ce sont les passions et la haine de l’ennui qui communiquent à l’âme son mouvement, qui l’arrachent à la tendance qu’elle a naturellement vers le repos, et qui lui font surmonter cette force d’inertie à laquelle elle est toujours prête à céder. (III, 5)

5La suite doit donc montrer par des exemples

que ce sont uniquement les passions fortes qui font exécuter ces actions courageuses et concevoir ces idées grandes, qui sont l’étonnement et l’admiration de tous les siècles. (III, 5)

6La démonstration est répétitive : il s’agit de repérer, au cœur de toutes les activités humaines, à la racine de tous les arts, sous l’édification des merveilles du monde elles-mêmes, les différentes passions qui ont pu les produire :

C’est l’avarice qui guide les vaisseaux à travers les déserts de l’Océan ; l’orgueil qui comble les vallons, aplanit les montagnes, s’ouvre des routes à travers les rochers, élève les pyramides de Memphis, creuse le lac Moeris, et fond le colosse de Rhodes. L’amour tailla, dit-on, le crayon du premier dessinateur. (III, 6)

7De même l’enthousiasme de la reconnaissance range au nombre des dieux les bienfaiteurs de l’humanité : le classique evhémérisme vient ainsi s’inscrire dans la théorie des passions. On remarquera d’ailleurs qu’il y perd la connotation de duperie consciente qu’il a sous la plume d’autres critiques de la religion.

8C’est donc bien la force de la passion, et non pas celle de la raison, qui arrache à l’homme les efforts qui ont marqué son histoire. Reste à savoir ce que c’est qu’une passion forte :

J’entends par ce mot de passion forte une passion dont l’objet soit si nécessaire à notre bonheur que la vie nous soit insupportable sans la possession de cet objet. (III, 6)

9Ainsi la passion est ici définie par son objet, ou plutôt par la relation entre la possession de l’objet et le prix de la vie. C’est cette relation qui arrache l’individu à la passivité originaire. Le bonheur n’est pas obtenu aux dépens des passions : il apparaît plutôt comme le but auquel elles tendent. Enfin il faut noter que plus qu’à un calcul le choix de ce qui nous rend heureux ressemble à un élan (le terme « insupportable » marque autre chose qu’une simple évaluation rationnelle).

10Mais il ne s’agit pas de l’individu seulement. Il s’agit aussi de la collectivité, et plus exactement de la façon dont un individu peut entraîner une collectivité.

J’ai fait voir que c’est aux passions que nous devons sur la terre presque tous les objets de notre admiration ; qu’elles nous font braver les dangers, la douleur, la mort, et nous portent aux résolutions les plus hardies. Je vais prouver maintenant que, dans les occasions délicates, ce sont elle seules qui, volant au secours des grands hommes, peuvent leur inspirer ce qu’il y a de mieux à dire et à faire. (III, 6)

11Helvétius cite alors Hannibal, Sylla, Alexandre, pour montrer comment ils ont pu entraîner leurs soldats par leurs harangues, et ajoute :

De semblables discours sont toujours prononcés par des gens passionnés. L’esprit même, en pareil cas, ne peut jamais suppléer au sentiment. On ignore toujours la langue des passions qu’on n’éprouve pas.

12On aborde ici le terrain de la communication des passions : contrairement à la thèse de Diderot sur le comédien par exemple, le héros doit éprouver la passion pour la transmettre. On ne peut envisager une action froide et calculée sur les passions d’autrui – on n’exprime que ce que l’on ressent. La rhétorique du héros n’est donc pas l’instrument neutre par lequel un chef manipule une masse en jouant habilement sur ses sentiments ; elle est plutôt le mouvement naturel par lequel il fait partager à l’âme d’autrui le mouvement de la sienne. On retrouve ici ce qu’on a noté plus haut à propos de la déification des grands hommes : il s’agissait moins de « religion politique » que d’un enthousiasme spontané ; maintenant il s’agit moins de rhétorique que de partage également spontané.

13Ainsi l’arrachement à la vie ordinaire doit peu au bon sens, parce que celui-ci déclare trop vite l’action éclatante impossible ; il est donc, au fond, le meilleur complice de l’inertie.

Ce sont en effet les fortes passions qui, plus éclairées que le bon sens, peuvent seules nous apprendre à distinguer l’extraordinaire de l’impossible que les gens sensés confondent presque toujours ensemble, parce que, n’étant point animés de passions fortes, ces gens sensés ne sont jamais que des hommes médiocres. (III, 6)

  • 2 C’est le titre du chapitre.

14D’où tout le chapitre 7 destiné à prouver « la supériorité d’esprit des gens passionnés sur les gens sensés »2 : non pas parce qu’il vaut mieux raisonner mal que bien, mais parce que ce sont les passions qui effectuent le bon calcul :

… ce sont ces passions qui, justes appréciatrices des moyens d’allumer le feu de l’enthousiasme, en ont souvent employés que les gens sensés, faute de connaître à cet égard le cœur humain, ont avant le succès toujours regardés comme puérils et ridicules. (III, 7)

15Ici encore l’expérience historique fournit le nœud du raisonnement ; les exemples de Périclès, Epaminondas ou Ziska le démontrent :

… on voit donc que les moyens les plus décisifs, les plus propres à produire de grands effets, toujours inconnus à ceux que l’on appelle les gens sensés, ne peuvent être aperçus que par des hommes passionnés qui placés dans les mêmes circonstances que ces héros, eussent été affectés des mêmes sentiments. (III, 7)

16Ce sont aussi les passions qui font découvrir les lois de la nature, aussi bien morale que physique – les « causes éloignées du renversement des États ». Ce n’est pas l’indifférence (c’est-à-dire en fait l’impartialité, ou le désintéressement) qui conduit à la connaissance, c’est l’intérêt qui fait découvrir les secrets de la nature :

C’est l’œil d’aigle des passions qui perce dans l’abîme ténébreux de l’avenir. L’indifférence est née aveugle et stupide. Quand le ciel est serein et les airs épurés, le citadin ne prévoit pas l’orage : c’est l’œil intéressé du laboureur attentif qui voit avec effroi des vapeurs insensibles s’élever de la surface de la terre, se condenser dans les cieux, et les couvrir de ces nuages noirs dont les flancs entrouverts vomiront bientôt les foudres et les grêles qui ravageront les moissons. (III, 7)

17Il vaut mieux être guidé par la crainte que par l’impartialité pour s’acharner à découvrir les secrets qui ont tant de prix pour la vie humaine. Autrement dit les passions ne sont pas aveugles, elles sont même « toujours très éclairées sur l’objet de leur recherche » ; « elles seules peuvent quelquefois apercevoir la cause des effets que l’ignorance attribue au hasard » ; ainsi elles sont la source de la science et ce sont elles qui vont donner à l’homme les moyens de s’arracher au règne de la fortune : « elles seules par conséquent peuvent rétrécir et peut-être un jour détruire entièrement l’empire de ce hasard dont chaque découverte resserre nécessairement les bornes » (III, 7).

18Enfin le titre même du chapitre 8 l’énonce de façon radicale : « on devient stupide dès qu’on cesse d’être passionné ». Si la passion en effet est la source de la connaissance et de l’action à la fois, la supprimer ne conduit pas l’homme à la morale la plus élevée, mais simplement à l’ignorance et à la mort. Ici, ce n’est plus l’histoire ancienne, c’est un personnage biblique qui fournit l’illustration :

Détruisez dans un homme la passion qui l’anime, vous le privez au même instant de toutes les lumières. Il semble que la chevelure de Samson soit à cet égard l’emblème des passions : cette chevelure est-elle coupée, Samson n’est plus qu’un homme ordinaire. (III, 8)

19Pourquoi ? parce que la méditation – c’est-à-dire l’activité de l’esprit – est contraire à notre nature, et que seule la passion peut nous faire exécuter cet acte contraire.

20Dès lors, on peut mesurer le chemin parcouru par rapport à la traditionnelle condamnation des passions. Au lieu d’êtres funestes, aveugles et condamnables, elles apparaissent maintenant comme bienfaisantes, lucides et dignes de tous les éloges. Loin d’y voir la source des crimes, il faut y trouver l’origine des vertus. Il ne s’agit pas de les excuser ou d’avoir pour elle de l’indulgence ; il faut y reconnaître l’unique moteur de l’action humaine.

J’ai fait, je crois, suffisamment sentir que l’absence totale des passions, si elle pouvait exister, produirait en nous le parfait abrutissement, et qu’on approche d’autant plus de ce terme qu’on est moins passionné. Les passions sont en effet le feu céleste qui vivifie le monde moral : c’est aux passions que les sciences et les arts doivent leurs découvertes et les âmes leur élévation. Si l’humanité leur doit aussi ses vices et la plupart de ses malheurs, ces malheurs ne donnent point aux moralistes le droit de condamner les passions et de les traiter de folie. La sublime vertu et la sagesse éclairée sont deux assez belles productions de cette folie pour la rendre respectable à nos yeux. (III, 8)

21D’une certaine façon, admettre que la passion est aussi à l’origine des vices et des malheurs n’est même pas une vraie concession faite aux moralistes : cela revient en effet simplement à affirmer que les vices aussi sont des actions et que le malheur suprême est l’abrutissement.

22La fin du chapitre 8 résume la leçon de ce groupe de chapitres :

La conclusion générale de ce que j’ai dit sur les passions, c’est que leur force peut seule contrebalancer en nous la force de la paresse et de l’inertie, nous arracher au repos et à la stupidité vers laquelle nous gravitons sans cesse et nous douer enfin de cette continuité d’attention à laquelle est attachée la supériorité du talent. (III, 8)

23La deuxième question qu’il faut traiter est celle de l’origine des passions. Toute théorie des passions à l’âge classique, en effet, comporte comme partie obligée une génétique qui est en même temps une classification. En montrant l’origine des passions, on est conduit indissociablement à indiquer quelles sont les passions fondamentales et comment les autres sont dérivées des premières. Helvétius doit donc expliquer d’une part quels sont les mécanismes fondamentaux qui engendrent les passions, d’autre part comment de ces mécanismes fondamentaux on peut faire naître la multiplicité et la variété des passions effectives que l’on constate dans l’expérience. En fait on verra que deux multiplicateurs jouent ici un rôle essentiel : le temps – surtout sous la forme des âges de la vie (parce que les passions sont des caractères) ; le regard d’autrui (lui-même renvoyé à une origine physique : la sensibilité). Enfin le trait le plus courant sera constitué par la méprise des sentiments – le propre de la passion étant de se déguiser. La question génétique est abordée aux chapitres 9 et suivants de la même partie du livre. Helvétius opère tout d’abord une distinction qui reprend la différence traditionnelle entre nature et artifice. Il faut en effet distinguer :

  • l’homme au sortir des mains de la nature ; il n’est animé que par deux sentiments fondamentaux : le plaisir et la douleur – c’est-à-dire des caractéristiques immédiates de la faculté de sentir3 ;
  • les « passions factices » acquises au cours de l’histoire, « qui ne peuvent jamais être qu’un développement de la faculté de sentir ». Ces passions factices sont l’envie, l’avarice, l’orgueil, l’ambition, l’amour de la patrie, la passion de la gloire, la magnanimité, l’amour.

24L’histoire des passions consistera donc à retracer la transformation des premiers sentiments qui produit les seconds.

Je vais donc en suivant la métamorphose des peines et des plaisirs physiques en peines et plaisirs factices montrer que dans des passions telles que l’avarice, l’ambition, l’orgueil et l’amitié dont l’objet paraît le moins appartenir aux plaisirs des sens, c’est cependant toujours la douleur et le plaisir physique que nous fuyons ou que nous recherchons.

25Ainsi le chapitre 10 opérera cette généalogie pour l’avarice. Il faut distinguer entre les avares voluptueux « qui ne méritent pas proprement le nom d’avares », car ils utilisent leur argent pour satisfaire leurs désirs et écarter les peines et « ces avares infortunés qui n’échangent jamais leur argent contre des plaisirs ». Dans le cas des premiers, évidemment, la démonstration est simple : leur amour de l’argent, qu’ils considèrent comme un simple instrument, est directement dérivé de la sensibilité physique. Le cas des seconds est plus intéressant, puisqu’ils semblent au contraire renoncer au plaisir pour accumuler – on pourrait donc croire qu’il s’agit là d’une passion autonome par rapport aux sentiments fondamentaux. C’est donc sur leur exemple qu’il faut raisonner pour établir la généralité de la définition :

… quelque surprenante que soit la contradiction qui se trouve entre leur conduite et les motifs qui les font agir, je tâcherai de découvrir la cause qui, leur laissant désirer sans cesse le plaisir, doit toujours les en priver. (III, 10)

26Helvétius fait alors remarquer que cette sorte d’avare se rencontre surtout chez des gens nés dans l’indigence, et qui ont éprouvé tous les maux qu’elle entraîne. Lorsque quelqu’un a formé le projet de s’y soustraire, l’espérance « aussitôt vient vivifier son âme affaissée par la misère. Elle lui rend l’activité […] jusqu’à ce qu’il ait enfin obtenu quelque place qui le mette à l’abri de la misère » ; jusqu’ici tout est conforme à ce que nous savons déjà des passions et de leur rôle moteur dans la vie humaine en particulier ; si dans cette activité, l’homme a accepté provisoirement le « genre de vie le plus triste », c’est simplement pour arriver le plus vite possible à un état où il lui sera possible d’échapper à la douleur liée à sa condition initiale. Mais une fois qu’il y est arrivé, va-t-il enfin se livrer aux plaisirs ? Non, car le souvenir vif des maux qu’il a éprouvés doit d’abord lui inspirer le désir de s’y soustraire et le déterminer, par cette raison, à se refuser jusqu’à des besoins dont il a, par la pauvreté, acquis l’habitude de se priver.

27En somme « en fait de richesses assez n’est jamais assez », et plus l’âge passe, plus s’inscrit en lui l’habitude non de renoncer au plaisir, mais de différer sa jouissance par souci de sécurité.

Et si son avidité se trouve en équilibre avec son amour pour les plaisirs, il sera soumis à deux attractions différentes : pour obéir à l’une et à l’autre, cet homme, sans renoncer au plaisir, se prouvera qu’il doit du moins en remettre la jouissance au temps où, possesseur de plus grandes richesses, il pourra, sans crainte de l’avenir, s’occuper tout entier de ses plaisirs présents.

28Ainsi toute une activité accumulative sera mise en œuvre sans trouver sa récompense sensible, non pas que l’homme y renonce, mais simplement parce qu’a pris forme en lui une conduite qui lui fait représenter cette activité comme promesse du plaisir et de l’évitement de la douleur. Enfin, lorsque l’âge l’aura rendu tout à fait insensible aux plaisirs, s’arrêtera-t-il pour autant ? non encore une fois, car on verra intervenir ici l’autre moteur fondamental qui agit lorsque les passions n’agissent plus :

Cet homme, pour éviter les peines physiques de l’ennui, se livrera tout entier à ses occupations ordinaires. Il deviendra même d’autant plus avare dans sa vieillesse que l’habitude d’amasser n’étant plus contrebalancée par le désir de jouir, elle sera au contraire soutenue en lui par la crainte machinale que la vieillesse a toujours de manquer. (III, 10)

29On voit donc comment les effets physiques de l’âge et la force des habitudes acquises se combinent pour déduire de la sensibilité physique des traits qui semblent au premier abord la contredire.

  • 4 Et la fin du livre ajoutera : « les passions seules peuvent combattre contre les passions » (...)

30Les chapitres suivants appliquent des analyses semblables aux autres passions factices : le chapitre 12 traite de l’ambition (« les grandeurs sont un bien et peuvent, ainsi que les richesses, être regardées comme l’échange d’une infinité de plaisirs ») ; le chapitre 13 établira que l’orgueil n’est qu’un amour déguisé de l’estime ; or l’amour de l’estime n’est qu’un amour déguisé du plaisir ; dès lors la conséquence est claire : « la sensibilité physique est donc le germe productif de l’orgueil et de toutes les autres passions ». L’aboutissement de cette histoire des passions est énoncé au chapitre 15 : elles sont les seuls contrepoids qui peuvent animer le monde moral4.

31Il reste une question à régler, obligatoire dans une théorie des passions, et qui depuis Huarte de San Juan a parcouru l’interrogation classique sur l’homme : c’est celle de la différence des esprits. Comment rendre compte des caractères individuels si le jeu des passions renvoie à des lois de la nature ? Helvétius répond : il existe bien des talents incompatibles et c’est précisément le jeu des passions qui explique leur diversité et leur incompatibilité. Il ne se satisfait pas, en effet, de la constatation de cette diversité – il lui faut l’expliquer (et cette nécessité d’une explication ici est peut-être caractéristique de sa philosophie : la différence pour lui n’est jamais donnée, elle réclame toujours une cause) :

L’esprit des plus grands hommes paraît donc renfermé dans d’étroites limites. Oui, sans doute. Mais, répondrai-je, quelle en est la cause ? Est-ce le temps, est-ce l’esprit qui manque aux hommes pour s’illustrer en différents genres ? (IV, 14)

32C’est en fait le type et la force des passions qui les animent qui rendent les hommes incapables de concilier des talents qui, pour être cultivés, font appel à des passions contradictoires. L’incompatibilité des talents renvoie donc vraiment à une nature, mais ce n’est pas de façon directe ; c’est dans le développement du talent que la différence se marque, et le développement dépend, pour sa possibilité, de la place que lui laisse la passion. Elle est donc bien ce qui, en dernière instance, rend compte de la variété des hommes telle qu’on la constate dans l’expérience.

33Dans quel raisonnement s’insère une telle problématique des passions ? Le but d’Helvétius dans l’ensemble de son ouvrage est de montrer l’importance et le caractère déterminant de l’éducation entendue à la fois au sens strict (ce qu’enseignent les maîtres et les parents) et aussi comme le résultat de tout ce que le hasard enseigne à chacun dans le cours de sa vie. Dans cette perspective, on part d’un point d’origine absolu : tout notre esprit, tout notre savoir viennent de la sensibilité, ainsi que de la mémoire qui ne fait que la prolonger. Il ne reste donc guère de place pour quelque chose comme un engendrement de la raison (terme qui d’ailleurs n’apparaît guère sous la plume d’Helvétius). Juger c’est sentir – y compris sur le plan moral. Même un jugement complexe consiste à comparer des tableaux – et l’accent est plutôt mis sur tableaux que sur comparer. Les sources de l’erreur sont l’ignorance, y compris celle des mots, et les passions – mais cette concession est annulée par la suite, dans la mesure où les passions apparaissent finalement plus lucides et plus aptes à découvrir la vérité que le bon sens. Une nouvelle fois se pose la question : qu’est-ce qui distingue les hommes les uns des autres – cette fois sur le plan de l’accès au vrai ? Ni l’organisme physique qui est à la base de la sensibilité, ni l’étendue de la mémoire (et l’on voit donc Helvétius se séparer ici d’un certain matérialisme qui serait un pur déterminisme de la sensibilité). C’est donc l’attention. Mais celle-ci n’est pas une donnée naturelle originaire : on ne peut dire que certains hommes jouissent naturellement d’une forte et d’autres d’une faible capacité d’attention. C’est le jeu des passions qui concentre l’attention.

34Autrement dit, aussi bien quand il s’agit de déterminer les moteurs de l’action humaine que d’expliquer les progrès de la connaissance, on voit Helvétius choisir entre plusieurs matérialismes possibles – on pourrait dire : un matérialisme de la nature physique et de la sensibilité et un matérialisme du social et des relations interhumaines. L’origine physique est affirmée avec une rare insistance, et elle sert sans doute à éviter une conception volontariste de l’action ou une vision idéaliste de la connaissance. Mais cette origine n’est pas discriminante ; elle n’est là au contraire que pour nier toute diversité originaire et mettre en place la possibilité des déterminations sociales ; enfin ces déterminations de second ordre font une large place à la méprise des sentiments (et l’on est ici, souvent, plus près de La Rochefoucauld que de Hobbes).

35Dans cette réorganisation du matérialisme, l’origine physique d’un côté, l’analyse de l’État de l’autre ne sont affirmées que pour être minimisées : les passions qui sont censées les relier deviennent en fait l’objet central de la déduction. Elles sont dès lors valorisées et l’on voit la fin de l’ouvrage transformer en norme ce qui au début était description :

Que la raison nous dirige dans les affaires importantes de la vie, je le veux bien ; mais qu’on en abandonne le détail à ses goûts et à ses passions. Qui consulterait sur tout la Raison serait sans cesse occupé à calculer ce qu’il doit faire et ne ferait jamais rien. Il aurait toujours sous les yeux la possibilité de tous les malheurs qui l’environnent. La peine et l’ennui journalier d’un pareil calcul seraient peut-être plus à redouter que les maux auxquels il peut nous soustraire. (IV, 15)

Notes

1 De l’esprit, préface.

2 C’est le titre du chapitre.

3 De même que Dieu a dit à la matière « je te doue de la force » et que cela a suffi pour que les éléments forment peu à peu, à travers chaos et assemblages monstrueux, l’univers ordonné que nous voyons actuellement, de même il semble qu’il ait dit pareillement à l’homme : « je te doue de la sensibilité ; c’est par elle qu’aveugle instrument de mes volontés, incapable de connaître la profondeur de mes vues, tu dois, sans le savoir, remplir tous mes desseins. Je te mets sous la garde du plaisir et de la douleur » (III, 9).

4 Et la fin du livre ajoutera : « les passions seules peuvent combattre contre les passions » (IV, 15).

Auteur

École normale supérieure Lettres et sciences humaines, Centre d’étude en rhétorique, philosophie et histoire des idées (UMR 5037)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search