Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion générale


Texte intégral

1Contribution à une sociologie des écrivaines et des écrivains tunisiens contemporains, ce livre a mis en évidence un certain nombre de résultats qu’il convient de synthétiser. Tout d’abord, les activités littéraires des enquêtés se situent entre expression de soi et aspiration à la reconnaissance. L’entrée dans l’écriture a pu quelquefois être vécue sur un mode non émotif, dans le prolongement du goût pour les auteurs et les livres lus. Cependant, nombreux sont les témoignages d’événements biographiques déstabilisant les identités individuelles et parfois traumatiques : exil, maladie, perte d’un proche, violences sexuelles, etc. Expression aussi de révoltes contre les injustices de genre – et notamment le contrôle sur la mobilité –, moyen de s’inventer un interlocuteur ou un public en lieu du destinataire ou du public réel (devenu) inaccessible, de dire des doutes religieux et un sentiment amoureux naissant : les exemples sont abondants qui rejoignent a priori le cliché de la souffrance aux fondements de l’art. En prêtant du crédit à la parole d’acteurs nourris des représentations romantiques des vocations artistiques, l’apprentie sociologue a-t-elle fait autre chose que livrer une analyse piégée par les sources et qui contribue à alimenter le stéréotype ? N’est-elle pas demeurée prisonnière de la relation d’entretien et de son image d’étudiante encline à défendre des intellectuels dominés en quête de reconnaissance ? Enfin, le fait d’enquêter sur des intellectuels publics à qui il semble difficile de ne pas restituer les résultats ne conduit-il pas à « coller » inévitablement à leurs témoignages ? Si nous avons accordé de l’attention aux récits des acteurs, nous espérons aussi avoir montré – à travers la mobilisation récurrente de l’outil comparatiste – que les événements et les contextes déclencheurs ne se distribuent pas au hasard. L’objectivation permise par la comparaison a ainsi pu mettre au jour des variations sensibles selon la position des enquêtés dans les rapports de classe et de genre, tout en évitant de rapporter les expériences douloureuses au fait qu’il s’agirait de femmes et non d’écrivaines. Ces variations sont plus accentuées lorsqu’on s’intéresse aux agents de la socialisation littéraire et plus encore aux trajectoires matrimoniales : si l’école a fréquemment été un lieu d’élection et de reconnaissance précoce des compétences d’écriture, les écrivaines ont surtout été, selon les générations, appuyées et soutenues par leur père, leur mère ou les deux parents, tandis que les écrivains ont intériorisé la croyance en la valeur de la chose littéraire grâce à des autruis significatifs dans la famille élargie. La diversification des instances de socialisation à la faveur de l’amoindrissement du contrôle sur la mobilité des filles et des femmes a dans le même temps permis, chez les nouvelles générations d’écrivaines, l’émergence de « vocations artistiques » indésirables au regard des projets parentaux. C’est dans la sphère conjugale (hétérosexuelle) que les contrastes sont les plus frappants, rejoignant de façon accentuée les travaux sur les artistes montrant comment la division sexuée du travail au sein des couples forme un obstacle aux activités créatrices des femmes et des ressources pour les artistes hommes.

2Appréhender les activités littéraires au prisme des rapports de genre a conduit à prêter attention aux catégories d’appréciation des œuvres par les critiques mais aussi – ce qui est ordinairement négligé par les travaux de la sociologie de la culture – à la réception des écrits dans le couple et la famille. En reconstituant les divergences entre les critères de jugement de certains éditeurs et critiques d’une part et de l’entourage conjugal et familial des écrivaines d’autre part, nous avons montré l’intérêt d’inscrire les œuvres dans les conditions privées de leur création et de leur réception. L’introduction du genre comme catégorie d’analyse ne revient donc pas à ajouter une simple variable explicative. Elle conduit à repenser les questionnements et les objets même de la sociologie : « […] des terrains et des chantiers inédits sont explorés, des déplacements dans la construction des objets sont à l’œuvre, des possibles théoriques et empiriques sont ouverts » (Lagrave 2002, p. 11). Les préoccupations des écrivaines quant à la réception de leurs écrits ne se réduisent ainsi pas aux réactions des pairs, des critiques et des lecteurs anonymes : elles portent tout autant sur les réactions du conjoint (pour celles qui sont en couple) et des membres de leur famille d’origine. En prêtant souvent attention à la seule réception publique des œuvres, les travaux sur les écrivains ne peuvent appréhender la complexité des injonctions avec lesquelles des écrivaines doivent composer. L’introduction du genre dans l’analyse amène aussi à spécifier les effets de l’héritage culturel ou économique éventuel selon les moments des activités littéraires : une naissance au sein des fractions de la bourgeoisie culturelle ou économique ne se réduit ainsi plus mécaniquement à une ressource. Si elle peut favoriser l’acquisition des dispositions littéraires et octroyer des ressources matérielles pour s’investir dans des pratiques chronophages et non rentables, elle amène aussi les écrivaines, dès que leurs écrits sont destinés à être publiés, à l’exposition du nom de famille et au souci de la préservation de la respectabilité qui lui est associée. Inversement, avoir un père, des frères et des oncles non-lecteurs peut les protéger de la censure dans la sphère privée et des réassignations au silence lorsque leurs œuvres traitent du corps et de la sexualité. Si nous avons souvent établi des rapprochements entre les écrivaines tunisiennes et leurs homologues françaises (contemporaines, ou du xixe siècle), nous espérons avoir mis l’accent sur quelques-unes des spécificités de nos enquêtées : à l’inverse des écrivaines françaises du xixe siècle, les écrivaines tunisiennes écrivent et publient dans un contexte de plus grande autonomie juridique et de développement plus rapide de l’instruction des filles, les taux d’accès à l’enseignement supérieur ayant récemment connu une inversion au profit des jeunes femmes. Leurs activités littéraires se situent aussi dans le cadre d’un « féminisme d’État » où la « question féminine » a été construite par les élites bourguibiennes comme un levier de la « modernisation » et un signe de distinction nationale par rapport aux autres pays arabes. Mais à l’inverse des écrivaines françaises contemporaines, les écrivaines tunisiennes vivent et publient dans un contexte où les logiques de l’« honneur » et du contrôle sur le corps et la sexualité des femmes demeurent très fortes et où les formes de conjugalité socialement et politiquement admises se réduisent au mariage (hétérosexuel). Cette spécificité ne restreint pas uniquement l’espace des possibles conjugaux : elle façonne les contraintes des activités littéraires. Pour être reconnues comme créatrices par les pairs et les critiques, elles doivent faire œuvre d’« audace » (jor’a), tandis que les gardiens privés du patronyme les enjoignent au silence sur le corps et la sexualité. Si, par ailleurs, les publications des femmes se sont accompagnées, comme pour les écrivaines françaises du xixe siècle, de la genèse d’une catégorie infamante (« la littérature féminine »), cette dernière a pour spécificité de puiser dans la rhétorique du « féminisme d’État ».

3Cet ouvrage s’inscrit enfin dans une sociologie des formes de gouvernementalité en régime autoritaire et une sociologie de l’engagement et des carrières militantes. À partir du début des années 1980, la littérature et l’édition ont été investies comme un univers de consolation et de reconversion, militante ou professionnelle, par un certain nombre de gauchistes et d’opposants de gauche tunisiens. Ces reconversions ne s’expliquent pas sans les dispositions et les savoir-faire acquis pendant l’expérience militante, mais elles doivent aussi beaucoup aux spécificités d’un univers dont le public était – et demeure jusqu’à aujourd’hui – relativement restreint, et à celles des textes littéraires. La reconstitution des carrières militantes de certains écrivains et éditeurs relativise l’opposition entre engagement et désengagement : la littérature et l’édition apparaissent comme des « répertoires d’action alternatifs » (El Khawaga 2003), comme une continuation du militantisme à moindre coût et par d’autres moyens. Les activités littéraires et éditoriales participent aussi à la genèse de réseaux qui vont être réactivés au cours de l’événement révolutionnaire, et à la recomposition des champs associatifs et militants. Les membres de la LEL (groupe informel d’écrivains mobilisés à partir de 2002 contre la censure) participent ensemble aux manifestations contre les institutions autoritaires du régime et signent des communiqués communs avec des partis et des associations. Certains d’entre eux se présentent aux élections de 2011 puis de 2014 et mobilisent leurs réseaux littéraires et intellectuels constitués autour de l’expérience de la LEL. L’édition et la littérature ont permis la formation de nouveaux réseaux, mais aussi l’entretien de plus anciens, qui ont également été activés pour constituer d’autres groupes militants après 2011, à l’instar du réseau associatif du Manifeste du 20 mars, puis de Dostourna (notre Constitution), en partie formés autour d’ex-militants gauchistes reconvertis dans l’édition ou la création littéraire. À travers l’approche biographique, l’analyse des « carrières » et des réseaux militants sur le temps long amène dès lors à relativiser la « nouveauté » radicale et la « spontanéité » prêtées aux événements que le pays a connus à partir de décembre 2010.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.