Version classiqueVersion mobile

Écrits, genre et autorités

 | 
Abir Kréfa

Partie 1 : Des pratiques risquées

Chapitre III

Censure, subventions et sanctions

Texte intégral

1Le chapitre précédent a mis en évidence les difficultés économiques des éditeurs tunisiens qui souhaitent publier des œuvres littéraires, les sorties du milieu et les ajustements auxquels ont dû procéder ceux qui sont parvenus à se maintenir dans le métier. Économiquement risquée en raison de l’exiguïté de son marché, l’édition littéraire se heurte aussi au contrôle des institutions politiques et administratives dans un contexte autoritaire. C’est aux modalités du contrôle de la production culturelle et spécifiquement littéraire que ce chapitre est consacré.

2Depuis l’indépendance du pays, il est possible de distinguer deux phases. Au cours de la première, allant de l’indépendance au début des années 1980, le contrôle de l’État s’exerce de façon directe. Il trouve ses modalités dans les liens étroits entre les membres de l’univers politique et ceux de l’univers littéraire, dans un contexte de faible différenciation des espaces sociaux. Ainsi, nombreux sont les écrivains qui occupent simultanément des positions dominantes dans la haute administration et qui sont membres des élites politiques. D’autre part, durant cette phase, le secteur éditorial est entièrement contrôlé par l’État, qui en détient le monopole. Les modalités de contrôle de la production littéraire évoluent sensiblement à partir du début des années 1980, avec l’émergence de maisons d’édition privées, que permet la levée du monopole de l’État sur l’édition. Dans le même temps, ce dernier est demeuré fortement interventionniste dans la sphère de la production culturelle, au travers de la censure, mais aussi des subventions indirectes à l’édition privée. Ce chapitre n’a pas la prétention de procéder à une analyse précise des mécanismes de contrôle de la production littéraire depuis l’indépendance. Le matériau empirique collecté porte surtout sur les trois décennies 1980-2010. La description rapide des relations entre les élites politiques et les élites littéraires de l’indépendance au début des années 1980, élaborée essentiellement à partir des biographies de certains hommes de lettres dans des revues et des anthologies littéraires, vise surtout à mettre en lumière ce qui fait la spécificité de la période qui s’ouvre au terme de cette même période.

  • 1 Il s’agit d’une maison co-étatique, en partenariat avec la Libye.

3De 1956 au début des années 1980, une liaison structurale semble caractériser les relations entre le politique et le littéraire. Les quatre principales revues culturelles ou littéraires parues depuis l’indépendance du pays sont soit éditées par l’État, soit dirigées (surtout jusqu’aux années 1980) par des membres de l’univers littéraire appartenant aux élites politiques. Il s’agit de Qisas [Nouvelles], d’Al-fikr [La pensée], d’Al-ayât al-thaqâfiyya [La vie culturelle] et d’Al-massâr [La ligne]. Le cas de la revue Al-fikr montre comment l’univers littéraire a été tributaire des luttes de concurrence à l’intérieur de l’espace politique. Elle cesse ainsi d’exister dans les années 1980 au moment où l’un de ses directeurs de publication, Mohamed Mzali, doit quitter ses fonctions de Premier ministre et s’exiler. Ce n’est pas d’abord en vertu de l’accumulation d’un capital symbolique littéraire préalable que certains écrivains ont occupé des positions dans l’espace politique. Comme pour l’ensemble des élites politiques de l’indépendance à la fin des années 1970, leur légitimité à exercer les fonctions de ministres ou de députés a résidé dans leur militantisme anticolonial au sein du Néo-Destour. C’est le cas de Mahmoud Messadi, ministre de l’Éducation nationale dans les années 1960, puis ministre de la Culture dans les années 1970 et fondateur de la revue Al-ayât al-thaqâfiyya – qui paraît jusqu’à aujourd’hui – pendant l’exercice de ses fonctions de ministre de la Culture. Mais c’est le cas aussi de Béchir Ben Slama, de Laroussi Métoui, de Mohamed Mzali… Ils se distinguent en cela de certains écrivains français qui ont pu reconvertir le capital symbolique accumulé d’abord dans le champ littéraire afin d’exercer ensuite des fonctions politiques (Dubois 2009). Cette première période allant de l’indépendance au début des années 1980 est marquée, comme on l’a vu dans le chapitre précédent, par le monopole de l’État sur l’édition et la diffusion du livre, autour des deux principales maisons alors existantes : la MTE et la STD, ainsi que la Maison arabe du livre1. Avec le début des années 1980 et l’éclosion de l’édition privée, le contrôle de la production culturelle et littéraire s’exerce alors surtout par une censure préalable ainsi que des sanctions et des incitations économiques.

Une institution judiciaire faiblement mise à contribution

4En Tunisie, la justice a été « intensément mise à contribution pour assurer la pérennité et la reproduction du régime autoritaire » et les « magistrats ont été des acteurs clés du dispositif de répression » (Gobe et Béchir-Ayari 2007, p. 109) contre les militants, les journalistes et les avocats dissidents. L’arme de la procédure a été amplement utilisée contre les velléités d’indépendance et de contestation. Les modalités de répression n’ont dans le même temps pas été homogènes : elles ont varié selon les univers sociaux et les différentes activités sociales. Un seul écrivain de littérature a ainsi comparu devant les tribunaux en raison du contenu de son œuvre : il s’agit de Hassan Ben Othman pour un recueil de nouvelles. Son procès a paradoxalement eu lieu lors de la brève période de relative libéralisation politique et culturelle au milieu des années 1980.

5L’écrivain-journaliste commence par publier des nouvelles et des poèmes à la fin des années 1970. Ouvrier puis employé à la Ligue arabe, il collabore parallèlement à divers journaux (arabophones ou bilingues) de la presse indépendante et des organes des partis de l’opposition légale, autorisés ou nouvellement créés depuis peu avec la petite libéralisation du début des années 1980 : Al-ra’ï [L’opinion], Al-mostaqbal [L’avenir], Al-tarîq al-jadîd [La nouvelle voie], Le Maghreb, etc. La parution de son recueil de nouvelles est prévue pour l’année 1986, après son impression par la Société des quatre vents, située à Tunis. L’ouvrage est tiré à l’imprimerie et la procédure de dépôt légal (voir ci-après) suivie, mais le récépissé qui autorise de fait la commercialisation de l’ouvrage n’est pas obtenu. L’écrivain se mobilise, sur un mode protestataire individuel, pour exiger la levée de la censure préalable sur son recueil. Il est soutenu par le ministre de la Culture, qui intervient auprès des fonctionnaires de l’administration pour que l’ouvrage paraisse :

J’ai fait du bruit, moi naturellement je suis passé à l’offensive.

Vous êtes passé à l’offensive.

Je suis passé à l’offensive, c’est-à-dire que quand j’entendais parler que par exemple le ministre de la Culture était à tel ou tel endroit, j’y allais avec une pancarte, où j’avais écrit : « Laissez passer mon livre ! » Et je faisais du bruit, je faisais des problèmes. […] Imagine qu’il y ait un ministre pendant une réunion ou quelque chose comme cela et moi je faisais irruption comme le diable, tu vois ? Je faisais [geste] le tour de la salle. Donc je les ai rendus fous [je ris]. C’était à ce moment-là monsieur Habib Boula’rès qui était ministre de la Culture et de l’Information et il a pris en charge l’affaire. Je lui suis reconnaissant vraiment, il m’a soutenu.

6En dépit de la mobilisation par l’écrivain de son réseau amical dans l’univers du journalisme et du soutien du ministre de la Culture, il est traduit devant la justice en 1986, dans un procès intenté par le ministère de l’Intérieur sous la triple accusation d’« outrage à l’ordre public, à l’État et aux bonnes mœurs ». Une trentaine d’avocats proches du PSD soutiennent l’accusation. C’est l’interprétation de la nouvelle Al-soltân [Le sultan] qui en a constitué le motif, comme l’explique l’écrivain :

J’ai une nouvelle qui s’appelle Al-soltân, celle pour laquelle j’ai été arrêté, j’ai été beaucoup tracassé et ensuite… au moment du procès. J’étais face à trente-six avocats. On a voulu en faire une affaire politique […]. Cette nouvelle parle de quelqu’un qui venait de se marier. C’était le soir de ses noces, il était paniqué, effrayé par sa nuit de noces. Sa mariée aussi avait peur de lui, parce que la première nuit, il doit faire sortir… ce qui fait partie des traditions, etc. Il doit montrer le sang de sa mariée. Bref, il était paniqué, il avait peur d’elle et tout cela et cela demande que… On a dans les traditions, dans les campagnes surtout et dans les villages, le marié doit avoir un ministre. Ce marié avait des ministres, il avait un ministre de la sécurité et ce ministre de la sécurité était bête. Ils m’ont dit : « Celui-ci, le ministre de la sécurité, tu parles du président. » Je leur ai dit : « Qu’est-ce que j’ai à voir avec le président ? » C’est une histoire imaginaire [khurrâfa], tu vois ? Je n’ai pas de lien avec quoi que ce soit.

7L’écrivain est condamné, au cours d’un procès très médiatisé, à trois mois de prison avec sursis. Il est acquitté en appel un peu plus d’un an plus tard, au terme d’un jugement après le 7 novembre 1987 : entre-temps, le changement à la tête de l’État a probablement influé sur la décision du juge. Le retrait de certains passages de la nouvelle Al-soltân est malgré tout imposé comme une condition de diffusion de l’ouvrage, qui paraît finalement en 1989. Bien que l’autonomie de création n’ait pas été défendue lors du procès ni par l’écrivain ni par ses avocats, ces derniers ont tout de même mis en évidence la spécificité du texte littéraire, en insistant sur le caractère purement fictionnel du récit. La partie accusatrice s’est appuyée, quant à elle, en première instance comme en appel, sur les dispositions juridiques limitant l’autonomie de création : « l’outrage à l’ordre public, à l’État et aux bonnes mœurs ». En première instance comme en appel, les juges ont fondé leurs décisions sur l’examen des conditions rendant l’« outrage » possible : lors du procès de 1986, c’est au motif que l’ouvrage a été lu par les employés de l’imprimerie que les accusations ont été tenues pour recevables ; en appel, c’est, à l’inverse, parce que le recueil n’a pas été commercialisé que ces mêmes accusations ont été tenues pour infondées. En levant partiellement l’autocensure, les périodes de crise politique, qui sont caractérisées par un brouillage des règles du jeu, apparaissent peut-être comme les plus propices aux conflits ouverts entre l’État et les écrivains. Ces derniers sont en revanche beaucoup plus nombreux à avoir eu des difficultés pour obtenir le justificatif de « dépôt légal ».

Rouages bureaucratiques

  • 2 La Constitution de 1959 a été suspendue en mars 2011, à la suite des mobilisations exigeant la diss (...)

8Officiellement, la censure n’existe pas puisque l’article 8 de la Constitution de 19592 déclare que « les libertés d’opinion, d’expression, de la presse, de publication sont garanties et exercées dans les conditions définies par la loi ». Cependant, la loi, justement, contraint l’éditeur ou l’écrivain, ainsi que l’imprimeur, à l’obligation du « dépôt légal » (al-îdâ’al-qânûnî). Les éditeurs en activité depuis au moins trois décennies évoquent tous un double changement intervenu vers le début des années 1980. Jusqu’alors décentralisée, la procédure s’effectuait auprès des administrations locales. Parallèlement à la naissance de maisons d’édition privées et à la perte du contrôle direct des institutions étatiques sur la production du livre, la procédure est centralisée en 1983 :

Pour mon premier livre, en 1981, comme le dit la loi, je leur ai donné six ou sept exemplaires, avec trois formulaires de dépôt. Il m’a fait une décharge et le sujet était clos. C’était un petit fonctionnaire, cela se faisait ici [à Sfax], au siège du gouvernorat. C’est lui qui était chargé du dépôt légal.

Et c’est devenu centralisé entre-temps ?

C’est devenu centralisé, à la Bibliothèque nationale, avec un service unique. (Nouri Abid, éditeur)

9Un changement parallèle est intervenu dans les modalités d’interprétation de la procédure et de la délivrance du récépissé de dépôt légal. Automatiquement remis aux éditeurs ou aux auteurs publiant en autoédition jusqu’au début des années 1980, le récépissé de dépôt légal n’est plus délivré que de manière discrétionnaire, alors même que la loi n’a connu aucune révision entre-temps. Les imprimeurs ne remettent désormais les exemplaires aux éditeurs (ou aux auteurs) qu’après l’obtention du récépissé. Interprété comme l’autorisation ou l’interdiction de la commercialisation, le récépissé de dépôt légal est ainsi devenu le rouage d’une censure préalable :

Le texte pour le dépôt légal, il y a tant d’exemplaires pour la Bibliothèque nationale, tant d’exemplaires au ministère de la Culture, tant d’exemplaires au ministère de l’Éducation nationale et tant d’exemplaires au ministère de l’Intérieur, donc vous y allez, il y a un bureau pour cela et vous dites voilà les exemplaires de tel titre. […] on ne vous le signe pas le papier, vous donnez le bouquin et vous attendez d’avoir le papier, [signe : téléphone] « il est prêt ? Il n’est pas prêt ? » S’il est prêt, ça veut dire ça va ; s’il n’est pas prêt, ça veut dire qu’il est… censuré. (Karim Ben Smaïn, éditeur)

10Les motifs de la censure par le non-octroi du récépissé de dépôt légal sont divers. Ils peuvent bien sûr être liés au contenu, quand l’ouvrage aborde des thèmes tenus pour socialement ou politiquement « tabous ». L’écrivain bilingue Frej Lahouar s’est régulièrement confronté à la censure administrative. La description des rapports sexuels des personnages occupe une place non négligeable dans ses textes romanesques. Son roman Al-jasad walîma [Corps orgiaque] (Lahouar 1999) a été interdit de diffusion pendant environ trois ans et demi ; l’autorisation pour son roman en français La queue en berne (Lahouar 2000) n’a été obtenue qu’au bout de huit mois et celle pour Tuqûs al-layl [Rituels nocturnes] (Lahouar 2002) au terme d’une année.

  • 3 Sur les dispositifs de domination à l’encontre des militants et sympathisants islamistes et leurs p (...)

11La censure peut aussi être liée à la personne de l’auteur, en raison de son engagement politique passé ou présent dans l’opposition. Elle peut être motivée par de « mauvaises fréquentations familiales » : depuis le début des années 1990 et la répression des militants islamistes (Hibou 2006 ; Khiari 2003), certains auteurs, alors même que ni leur positionnement politique ni le contenu de leurs ouvrages ne sont tenus pour un problème, ont vu leurs écrits interdits au motif qu’ils ont, dans leur entourage familial, « un frère », ou « un cousin »…, lié à l’organisation clandestine Ennahdha3. Kamel Al-Ghalia ainsi fait paraître en 2003 un recueil de poésie chez Naji Marzouq, le directeur et propriétaire de Sâmed éditions (Le résistant). En 2008, cet ouvrage aux thèmes poétiques convenus – l’exil et l’amour romantique – est de fait quasi interdit de diffusion, comme l’explique l’éditeur :

Il [l’auteur] est à Paris, c’est un comptable. Les policiers à la foire, du ministère de la Culture, m’ont dit, « s’il vous plaît, monsieur Naji, ce livre, ne le mettez pas en haut, mettez-le en bas ». Chekk Jamîl, c’est de la poésie, c’est une collection où il y a une dizaine de titres.

Parce qu’ils savent qu’il est interdit ?

Il est interdit. Je leur ai dit de me donner un papier comme quoi il est interdit. Ils m’ont dit « non, mettez-le en bas, s’il vous plaît, monsieur Naji, mettez-le en bas ». C’est parce que Kamel Al-Ghali… Il n’y a rien dans le livre qui pose problème, c’est un poète, il n’y a rien qui puisse poser problème. C’est parce que son frère était intégriste, il l’est toujours, il a été condamné à perpétuité, non, condamné à mort, puis à perpétuité, après à trente ans, après à vingt ans. Et cela faisait un mois qu’il avait été libéré, un mois et demi, le 7 novembre. Donc je leur ai dit « mais voilà, ce monsieur a quitté la prison ». Ils [les policiers à la foire] m’ont dit « on va voir, on va voir » [billâhi tawwa nchufou]. (Naji Marzouq)

  • 4 Composée d’une dizaine de membres, elle comprend un représentant de chacun des ministères les plus (...)

12La décision de la censure peut être « négociable » ou non. Parfois, les membres de la commission de dépôt légal en notifient les raisons à l’auteur ou à l’éditeur et pointent les « modifications » à apporter au texte, mais ce n’est pas toujours le cas. Les modifications peuvent consister en des suppressions, mais aussi des ajouts, afin de lever ce qui est tenu pour une ambigüité interprétative. En témoigne la dramaturge et comédienne Jalila Baccar, auteure et actrice de la pièce de théâtre Khamsûn (Corps otages), censurée en 2006 puis autorisée pour représentation et publication. Elle décrit ainsi les négociations avec les membres de la commission4 :

  • 5 L’épouse d’Habib Bourguiba s’appelait Wassila Ben Ammar.

La réponse est venue, le spectacle ne peut être donné que si vous enlevez deux cent quatre-vingt-cinq lignes […]. On nous demandait d’enlever toutes les citations coraniques, tous les noms, de Wassila jusqu’à… des noms donc de personnages connus, publics, comme Tahar Ben ‘Achour, Ben Laden, etc., et des personnages Wassila5, la flic quoi. On nous demandait d’enlever toute référence à Sharon et à Israël […]. Le SMSI s’était tenu juste avant […]. C’était une vague de normalisation avec Israël […]. Et puis des scènes, des mots ou des gestes. Et puis il y avait… c’est la seule concession qu’on a faite, c’est à un certain moment Wassila dit « tu as un problème avec le drapeau ? » Parce que la fille se fait exploser dans la cour sous le drapeau, « pourquoi sous le drapeau » […]. C’était la même chose par rapport à la guerre d’Irak, puisque l’Irak a été attaqué un 20 mars et Baghdâd est tombée un 9 avril et par un pur hasard, le 20 mars c’est une fête nationale, et le 9 avril, c’est une fête nationale. Il m’a dit « non il ne faut pas en parler », je lui ai dit « attendez mais c’est moi qui ai demandé aux Américains de commencer leurs bombardements le 20 mars ? Mais comment je ne peux pas parler du 20 mars ? Bref je vais rajouter une phrase pour… ». C’étaient les trois trucs, puis le quatrième c’était le drapeau, il a été enlevé. Là, c’est la seule concession qu’on ait faite.

  • 6 C’est sous ce second titre, réadapté pour un autre public, que la pièce fut jouée à Paris.

Encadré 1 Khamsûn / Corps otages6
Censurée puis autorisée pour représentation et pour publication, la pièce de théâtre met largement en scène la répression policière contre trois générations de militants, aux sensibilités idéologiques différentes, à trois périodes successives de l’histoire du pays depuis l’indépendance : celle des yousséfistes après 1956, celle de la gauche marxiste et syndicaliste dans la décennie 1970 et celle des islamistes.
Le narrateur commence par un discours qui rappelle celui qui est propagé par les médias inféodés à l’État et les images des cartes postales touristiques : « photos de merveilles, plages dorées, mer turquoise, désert infini, sources d’eau jaillissante, […] odeurs de jasmin, […] couscous, brick » (Baccar 2007, p. 11). Le geste d’une jeune femme qui meurt après avoir actionné sa ceinture d’explosifs ne cause pas d’autres victimes, mais bouleverse le pays : l’attentat suicide s’est produit dans la cour du lycée où elle est enseignante de français.
L’action se passe essentiellement à Tunis. Les références sont nombreuses à des lieux et à des personnages réels, des événements historiques et mémoriels ainsi qu’à des textes de lois cités précisément et encore en vigueur en 2006 : l’ancien président Habib Bourguiba, le théologien et uléma Tahar Ben Achour considéré comme l’un des « pères du réformisme », le Premier ministre israélien Ariel Sharon, les prénoms d’anciens prisonniers politiques de gauche, les fêtes nationales de l’indépendance le 20 mars, celle des « martyrs » du 9 avril, les attentats du 11 septembre 2001, le sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) qui allait avoir lieu à Tunis en 2005, la « circulaire no 108 » interdisant le port du voile dans les établissements scolaires et les administrations, la « loi de soutien à l’effort mondial de lutte contre le terrorisme du 10-12-2003 », etc.
La pièce est formée de trois parties : la première se déroule au ministère de l’Intérieur. Elle est constituée par une série d’interrogatoires policiers que subissent des proches de Jouda, la défunte : ses deux colocataires Amel et Hanène, âgées d’environ 25 ans ; son fiancé et l’un de ses élèves. Humiliations verbales, menaces de viol et brutalités physiques sont récurrentes au cours de ces scènes. La deuxième partie porte sur l’histoire individuelle et familiale d’Amel dont certaines séquences sont perçues à travers sa mère Myriam : Amel est issue d’une famille de militants et a reçu une « éducation laïque » sans « interdits religieux » (ibid., p. 78-80) par ses parents athées et marxistes. Militante marxiste elle-même lorsqu’elle était lycéenne puis étudiante à Tunis, engagée pour la cause palestinienne, Amel avait été arrêtée et exclue de l’université.
La pièce met en évidence l’influence de la conjoncture mondiale (notamment de la deuxième Intifada palestinienne, des guerres en Irak et en Afghanistan) dans l’orientation d’une partie de la jeunesse tunisienne vers l’islam politique : « Tout est de la faute de Sharon » (p. 66), déclare Myriam. Exclue de l’université tunisienne, Amel est envoyée par ses parents continuer ses études en France, où elle poursuit aussi son militantisme gauchiste, avant de faire la connaissance de Français musulmans engagés contre l’impérialisme et sur le terrain caritatif, et dont certains sont proches des Frères musulmans. L’expérience du racisme aidant, elle opère sa conversion vers l’islam décrite comme un véritable coup de foudre, fréquente assidûment la mosquée et se voile. La nouvelle de sa conversion fait l’effet d’un choc violent pour ses parents : son père notamment est saisi d’un cancer de la gorge, perd l’usage de ses cordes vocales et la renie. Rentrée en Tunisie après la fin de ses études universitaires, Amel est mise à la porte par celui-ci, avant d’errer dans la ville et de rencontrer ses deux futures colocataires à la mosquée.
Une partie non négligeable de la pièce porte sur la torture à l’encontre des prisonniers politiques. À la sortie d’un bar un soir, Myriam reconnaît par hasard un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur devenu ivrogne et clochard, qui a torturé son mari et plusieurs de ses camarades gauchistes. Au volant de sa voiture, l’idée de l’écraser la traverse. Elle le pourchasse ensuite et le traque, le somme de rendre des comptes sur ses actes, à la manière d’un interrogatoire policier.

13À travers le dépôt légal, les institutions administratives ont ainsi exercé une censure préalable et préventive, sans nullement faire intervenir de décision judiciaire. Cette fonction politique du dépôt légal n’est pas spécifique à la Tunisie contemporaine. Fondée en France en 1537, l’institution du dépôt légal revêt alors une fonction à la fois culturelle et politique : la préservation de la mémoire culturelle, mais aussi le contrôle de l’imprimé, et notamment des imprimeries protestantes. Le dépôt est obligatoire : « […] il est expressément défendu aux imprimeurs et libraires de mettre [les livres] en vente avant d’avoir fait le dépôt entre les mains du garde de la librairie ou son commis, sous peine de confiscation de tous et chacun des livres et amende arbitraire » (Dougnac et Guilbaud 1960). La Révolution supprime puis restaure le dépôt légal, devenu non obligatoire, à des fins de protection de la propriété culturelle. Sous le régime impérial puis la Restauration, la fonction politique de contrôle redevient prédominante. Dans la Russie tsariste jusqu’au début du xxe siècle, le dépôt légal a aussi été un instrument majeur de contrôle de l’imprimé (Guichard 2007).

14La censure peut également intervenir après le récépissé de dépôt légal, à travers la saisie des exemplaires à l’imprimerie ou dans les librairies. Le romancier et nouvelliste Habib Hamdouni obtient en 2006 le récépissé de dépôt légal pour faire paraître en autoédition son roman Râs mâlî nâje [Un capitaliste prospère], mais les exemplaires sont saisis à l’imprimerie et le récépissé de dépôt légal retiré par des autorités policières qui font irruption chez l’imprimeur, invisibilisant la censure. Cette dernière consiste aussi à retirer des ouvrages des bibliothèques municipales, de certains écrivains parfois consacrés mais dont les trajectoires – notamment politiques – postérieures en font des « ennemis de la nation » ou du « régime ». C’est le cas de l’œuvre de Mohamed Mzali à partir de la fin des années 1980, fondateur de la revue Al-fikr [La pensée] et premier président de l’Union des écrivains tunisiens (UET), condamné par contumace en 1986 pour « abus de bien sociaux » pendant l’exercice de ses fonctions de Premier ministre.

15Contrairement à la représentation d’un pouvoir centralisé, où les décisions se communiqueraient sur un mode hiérarchique, les acteurs intervenant dans les processus de commercialisation et de publication sont divers et peuvent avoir des rationalités propres. La commission chargée d’octroyer aux metteurs en scène le visa de représentation avait émis un avis négatif, en 1977, sur la pièce de théâtre At-taqîq [L’instruction] de Jalila Baccar et Fadhel Jaïbi, mais le ministre de la Culture Chedly Qlibi autorisa, contre l’avis de cette dernière, sa représentation. Les écrivains et les gens de théâtre éprouvent souvent des difficultés, en raison de la dissémination du pouvoir, à démêler ce qui relève de décisions centralisées ou des rationalités propres à chacun des agents. Les salles de spectacle où les pièces peuvent être jouées appartiennent majoritairement à l’État, mais même lorsque le visa de représentation est accordé, les metteurs en scène peuvent essuyer des refus répétés par les fonctionnaires chargés de la programmation, lesquels sont malaisés à interpréter, comme l’explique Jalila Baccar : « En fait tu ne sais pas d’où vient la décision, si c’est une décision d’un haut lieu ou si c’est une décision comme cela par un petit fonctionnaire qui n’aime pas ton travail. »

16Par ailleurs, les liens sont complexes entre les dispositifs juridiques et les pratiques effectives, comme le montre la pluralité des interprétations par les éditeurs et les écrivains des changements intervenus après le 7 novembre 2007. Lors de cet anniversaire de son arrivée au pouvoir, Ben Ali annonce la fin du dépôt légal pour les livres. Il est probable que la publicisation de la censure de la pièce de théâtre Khamsûn (Corps otages) et la prise de conscience par une partie des élites gouvernantes du caractère contre-productif de la censure ont joué en ce sens. Par ailleurs, lors de l’année du sommet mondial sur la société de l’information, « le pouvoir a […] tenté de donner le change en prenant un certain nombre de mesures de “libéralisation” de la presse, en trompe-l’œil. Lors de la cérémonie marquant la “journée nationale de la culture”, le 27 mai, le président Ben Ali annonce l’abrogation de la procédure du dépôt légal pour les organes de presse » (Geisser et Gobe 2007). Dans les faits, la loi implicite de l’autorisation préalable auprès des administrations a continué à dominer : saisies des journaux ayant enfreint cette loi non écrite, demandes des autorisations préalables par les directeurs de publication craignant les interdictions ex post (Chérif 2010).

  • 7 Pour les journaux, voir Zeghidi (2005).

17Certains ouvrages pour lesquels le récépissé de dépôt légal n’avait pas été délivré – et qui n’ont donc pas, de ce fait, été commercialisés – sont finalement parus. C’est le cas notamment de deux romans : l’un de l’écrivaine bilingue Fadhila Chabbi (2008) et l’autre de la romancière arabophone Amel Mokhtar (2002). Le premier avait été interdit à la commercialisation pendant quatre ans. Il est possible que l’histoire du livre, celle d’un général signant par erreur l’ordre de castrer toute l’armée, soit à l’origine de sa censure, bien que le lieu du récit ne soit pas spécifié. Ce discours de Ben Ali et la levée de la censure préalable sur un certain nombre d’ouvrages ont été diversement interprétés par les éditeurs et les écrivains rencontrés. Certains se sont réjouis de « la fin de la censure », tandis que d’autres ont fait remarquer qu’il ne s’agirait pas de l’entrée en vigueur d’un « nouveau régime de dépôt légal », mais d’une simple application de la loi telle qu’elle existe déjà7 :

Ils ont supprimé le dépôt légal, ils ont supprimé l’histoire du dépôt légal, c’est devenu juste pour les archives. (Selim Dawla, écrivain)

Depuis le 7 novembre 2007, la décision a été prise que c’est à la justice maintenant de se prononcer et que les livres ne seront plus bloqués.

Bon, le 7 novembre il a dit que le dépôt légal… que c’est à la justice de s’en charger. C’est la loi, il a répété la loi. Donc malgré cela, on est toujours obligé de faire le dépôt légal, d’attendre une semaine, deux ou trois jours. Il y a à peu près une centaine de titres qui ont été libérés, c’est une grande chose, c’est quelque chose de bien. Moi j’ai vu les travaux qui sont sortis, c’est formidable, donc après deux ou trois ans à peu près de censure, on a libéré tous les prisonniers, c’est très bien. […] En fait, dès le début, la loi a toujours été la même. Quand tu prends le Code de la presse, en Tunisie, regarde-le, […] dans le Code de la presse tu trouves cela, l’impression et l’édition sont libres en Tunisie. (Nouri Abid, éditeur)

18La censure étatique étant invisibilisée, l’analyse même des modalités de son exercice peut apparaître comme une véritable gageure. Les informations recueillies auprès des enquêtés reposent largement sur des perceptions, des croyances et des interprétations, qui ne sont pas attestées dans la presse ou les archives administratives par exemple. La censure étatique, surtout lorsqu’elle est, comme dans notre cas, illégale, paraît échapper à toute tentative d’objectivation de la part du chercheur. Les discours et les perceptions des agents n’en méritent pas moins d’être analysés, les interprétations divergentes d’un même événement illustrant l’incertitude avec laquelle ils écrivent et publient. Lorsque le contenu de l’ouvrage est jugé transgressif du point de vue de la politique, du sexe ou de la religion, les écrivains et les éditeurs font dans un premier temps un nombre réduit de tirages, destinés au dépôt légal, surtout lorsqu’ils connaissent des confrères ayant fait l’expérience de la censure ou quand ils en ont eux-mêmes été victimes. Ces pratiques de réduction des risques achoppent cependant sur le caractère imprévisible de la censure : Habib Hamdouni n’obtient le récépissé de dépôt légal pour son premier recueil, dont chaque nouvelle avait pourtant été préalablement publiée séparément dans les journaux, qu’au bout de six mois. Lazhar Sahraoui a appréhendé la censure de son roman Wajhân li jotha wâida [Les deux faces d’un même cadavre], si bien qu’il n’en a fait imprimer que dix exemplaires pour le dépôt légal. En revanche, l’interdiction de son recueil de nouvelles qui, selon lui, ne contient rien de politique, l’a particulièrement dérouté. L’éditeur libraire et ancien gauchiste Naji Marzouq a été brutalement conduit à un commissariat, après que des policiers ont appris qu’il a édité un livre sur « les Frères musulmans ». Si le contenu de l’ouvrage – un essai écrit par un militant de gauche – est clairement critique et ne prête pas à confusion, les policiers se sont fondés sur le seul titre pour soupçonner l’éditeur d’être inséré dans des réseaux islamistes et de promouvoir leur idéologie.

19Les écrivains et les éditeurs éprouvent aussi des difficultés à démêler ce qui relève de simples « lourdeurs bureaucratiques » d’une censure préalable, à distinguer un retard dans la délivrance du dépôt légal d’une interdiction. Certains ont un moment craint la censure de tel ou tel ouvrage, pour lequel ils n’ont pas obtenu le récépissé de dépôt légal au bout de quelques mois, avant qu’il leur soit octroyé sans négociation aucune quant au contenu de l’œuvre. Une certaine conjoncture politique ou culturelle peut aussi se traduire par des décisions « libérales » aboutissant à l’autorisation d’ouvrages jusque-là interdits.

20Cette incertitude – sur le caractère provisoire ou définitif de l’interdiction – menace à terme la commercialisation du livre, et ce, quelles que soient les décisions ultérieures des agents de l’administration : ayant à gérer les stocks d’exemplaires, les imprimeurs sont conduits à les entreposer dans des lieux humides ou poussiéreux, qui accélèrent l’usure du papier et compromettent de fait la mise sur le marché. Parfois, ils sont amenés purement et simplement à les détruire. L’imprévisibilité et l’incertitude brouillent les anticipations des éditeurs et des écrivains pratiquant l’autoédition qui, ayant interprété la censure comme définitive, affectent à d’autres postes budgétaires la somme prévue, si bien qu’au moment de la levée de la censure, ils ne détiennent plus les ressources matérielles nécessaires. La diversité des interprétations des dispositifs juridiques et des pratiques, la dissémination et l’opacité de la censure, comme les perspectives de sa levée à la faveur d’un nouveau contexte ou par une négociation directe avec les employés des administrations ou avec les élites gouvernantes, atomisent les écrivains et les éditeurs. Ces derniers sont conduits à mettre en œuvre des stratégies individuelles, à mobiliser les ressources propres que leur confèrent leur capital social ou un capital symbolique parfois en partie accumulé à l’étranger. Le caractère invisible de la censure prive, quant à lui, les écrivains et les éditeurs d’un recours auprès de la justice qui puisse faire prévaloir la loi. Aux dispositifs de contrôle administratif de la censure s’ajoutent les incitations et les sanctions économiques.

Incitations et sanctions économiques

21Avec l’imposition à l’État tunisien – comme à d’autres pays anciennement colonisés – des politiques d’ajustement structurel et des restrictions budgétaires par le FMI et la Banque mondiale, les marges d’autonomie de celui-ci se sont réduites dans les domaines économiques, sociaux et culturels depuis le début des années 1980. Cependant, on a davantage assisté à un redéploiement des interventions de l’État dans le secteur privé qu’à son retrait (Hibou 1998) pur et simple. Ainsi, « les progrès effectifs de la libéralisation économique ne doivent pas en masquer les limites et les paradoxes. L’extension du secteur privé ne signifie pas nécessairement libéralisme sans frein ; libéralisation économique et intervention de l’État ne sont pas forcément incompatibles », l’État tunisien demeurant « fortement interventionniste » (Khiari 2003, p. 93-94). Le secteur éditorial n’échappe pas à cette règle : la liquidation de la MTE et de la STD s’est accompagnée d’un soutien continu au secteur éditorial privé. Les maisons d’édition privées, qui ont pour la plupart fleuri au cours des années 1980, bénéficient ainsi de l’octroi des trois quarts du papier et des achats par le ministère de la Culture ou de l’Enseignement d’un nombre d’exemplaires pouvant aller jusqu’à trois cents pour chaque ouvrage, lesquels sont destinés pour la plupart aux bibliothèques publiques, ce qui permet aux éditeurs et aux écrivains publiant en autoédition d’effectuer des économies d’échelle. Or, le soutien au livre tunisien s’inscrit dans des logiques de contrôle de la production culturelle par l’État autoritaire, les « techniques économiques de la domination » (Hibou 2006, p. 19) jouant ici, comme en d’autres domaines, un rôle clé. Tous les auteurs – lorsqu’ils publient en autoédition – et éditeurs sont théoriquement en droit de bénéficier du soutien financier des institutions étatiques. Cependant, les aides et subventions sont attribuées de façon discrétionnaire, les affiliations politiques étant ici centrales, comme en témoigne l’ancien éditeur et ancien détenu politique Gilbert Naccache :

Il faut quand même dire qu’on n’a jamais été une maison particulièrement appréciée par le pouvoir. Quand Cristal est sorti, à cette époque-là, la nouvelle politique était d’acheter des livres pour encourager les éditeurs et il y avait en même temps d’ailleurs une ristourne sur le prix du papier… Et quand on a présenté Cristal et Les jardins du Nord, la commission [de la direction des lettres du ministère de la Culture] a naturellement donné trois cents exemplaires d’achats de chacun, et le ministre, pourtant Ben Slama, qui était un homme de lettres, a pris la feuille de la commission, a barré trois cents, et il a mis sept.

C’est purement symbolique en fait.

Oui, oui.

Pour ne pas dire qu’ils ne voulaient pas acheter.

Et puis en quatre-vingt-quatre, donc deux ans après, a été créé un fonds pris sur les boissons alcoolisées qui était destiné à encourager la culture. Et la première année, ils avaient plein d’argent, alors ils ont décidé d’acheter tous les tomes de tous les éditeurs. Je n’ai jamais pu rencontrer le directeur des Lettres pour lui faire la demande. J’ai été au ministère, le gardien [chaouich], qui était devant son bureau, me disait « il n’est pas là ». Il sort de son bureau avec quelqu’un qu’il avait reçu puis il rentre précipitamment, il change d’avis, « non, il n’est pas là ». C’est-à-dire qu’il y avait vraiment un ostracisme !

22Parallèlement aux diverses formes de censure qui s’exercent sur la production littéraire, des mécanismes de clientélisation des écrivains ont donc été mis en place dans l’objectif d’éviter que les « revendications [matérielles] ne se chargent en densité politique et ne se transforment en mobilisation contre le régime » (Gobe et Béchir-Ayari 2007, p. 105). Ces dispositifs de dépolitisation sont ainsi résumés par un écrivain, qui évoque l’existence d’un contrat implicite entre les intellectuels et les élites politiques gouvernantes : « C’est comme s’il y avait une connivence [tawâou] entre nous, voilà moi je te subventionne et toi tu ne me causes pas de problèmes. »

23Le contrôle étatique par les incitations économiques s’exerce aussi au travers du maillage associatif constitué par l’UET dont le budget est quasi entièrement dépendant de la présidence et du ministère de la Culture. Le bureau de l’UET est situé dans le centre-ville de Tunis, mais des sections régionales ont été implantées, sous la présidence de Midani Ben Salah, dans les villes du Sahel comme du Sud et de l’intérieur. L’occupation de fonctions de responsabilité au sein du bureau directeur assure l’accès à certaines ressources matérielles et relationnelles. Elle permet notamment, à travers la fonction de « représentation » des écrivains tunisiens, de participer à des colloques et à des congrès dans les autres pays arabes. Cette définition des fonctions de l’UET est d’ailleurs partagée tout aussi bien par ses membres et ses représentants que par ceux qui s’en tiennent à distance. Les conflits au sein de l’association portent sur l’accès aux ressources matérielles. Lorsque je le rencontre en 2008, l’écrivain Slaheddine Boujah, qui préside alors l’UET, explique ainsi :

Je tiens beaucoup à l’idée d’une Union, ou plutôt j’y tenais beaucoup, dans la mesure où elle rassemble les écrivains, encourage l’édition de la production et défend les écrivains.

Défendre les écrivains de quelle…

Socialement et… les défendre matériellement des fois, c’est-à-dire que l’Union octroie des dons [hibât] ou des bourses [mina] sociales, matérielles, et l’Union peut traiter avec les autorités publiques ou les autorités culturelles pour obtenir un certain nombre d’avantages pour les écrivains.

Quels sont les avantages par exemple que… ?

Par exemple, dernièrement, le grand homme de lettres [al-adîb] Mustapha Al-Fersi avait besoin d’une assistance médicale. À travers l’Union, il a pu bénéficier de cette assistance jusqu’au dernier jour de sa vie.

D’accord, est-ce que vous recevrez des subventions de l’État par exemple ?

Oui oui, nous recevons des dons [hibât] de l’État, des dons du ministère de la Culture, des dons de la présidence de la République, et parfois pour des participations à des grands colloques. On a par exemple participé il y a deux mois à un colloque avec l’ALESCO [Arab League Educational, Cultural and Scientific Organization] sur l’éducation, la culture et les sciences en Tunisie, et l’État tunisien a contribué par des subventions d’un montant correct, je ne dirais pas respectable ou important, mais correct, raisonnable. Nous sommes en train d’organiser au cours des deux prochains mois le congrès des écrivains arabes qui va avoir lieu à Tunis, pendant les deux derniers jours de mai et le premier jour de juin. L’État tunisien va également contribuer à la tenue de cet événement.

[…]

Il y a souvent eu des conflits à l’Union des écrivains…

Oui.

Ils ont porté sur quoi ?

Les conflits à l’Union des écrivains portent sur deux choses. Il y a d’abord les conflits autour de qui est le mieux à même pour faire tel ou tel voyage. Je vais être franc avec vous : quand il y a par exemple un voyage [rila] en Égypte ou en Syrie, la question qui se pose, c’est qui est le plus à même pour cela. […] Quand je parle des voyages par exemple, en fait, il y a d’autres choses derrière, comme l’obtention d’une certaine somme matérielle par exemple, l’encouragement à l’achat d’un livre qui vient d’être publié, etc.

  • 8 « Jamila Al-Majri à la tête de l’Union des écrivains », Le Temps, 31 décembre 2008.

24Une analyse des affiliations politiques des présidents successifs de l’UET montre qu’ils ont occupé de hautes fonctions de responsabilité au sein des structures destouriennes. Fondée en 1971, l’UET a connu jusqu’en 2011 cinq présidents : Mohamed Mzali, Laroussi Métoui, Midani Ben Salah, Slaheddine Boujah et Jamila Al-Majri. Le premier a occupé, de la fin des années 1960 à son limogeage en 1986, divers postes ministériels, parallèlement à la présidence de l’UET : il a été successivement ministre de la Défense (entre 1968 et 1969), de la Jeunesse et des Sports (de 1969 à 1970), de l’Éducation nationale (de façon discontinue entre 1969 et 1980), de l’Intérieur, et Premier ministre (de 1980 à 1986). Au cours de l’exercice de ses fonctions de Premier ministre, Mohamed Mzali a aussi été secrétaire général du PSD. Son successeur à la tête de l’UET, Laroussi Métoui, n’a pas occupé de fonctions ministérielles, mais il a été député du PSD, à partir de 1964. Le troisième président de l’UET, Midani Ben Salah, a commencé, au milieu des années 1970, son itinéraire politique dans l’opposition : nationaliste arabe de tendance ba’thiste, il a aussi été un membre actif de la création, en 1977, de la LTDH. Cependant, il n’a présidé l’UET (entre 1991 et 2005) qu’après son rapprochement avec le RCD. Pendant ses responsabilités à l’UET, son successeur, Slaheddine Boujah, a été dans le même temps député du parti au pouvoir. Enfin, si Jamila Al-Majri8, élue à la tête de l’UET en 2008, n’a pas exercé de fonctions politiques au sein des structures destouriennes, son époux était gouverneur de Bizerte au moment de son accession à la tête de l’Union.

  • 9 « L’Union des écrivains tunisiens exprime son soutien au président Ben Ali », TAP, 29 août 2009. On (...)

25L’institution qu’est l’UET est certes soumise à la règle de l’élection. On peut faire l’hypothèse qu’en élisant des représentants membres ou proches des élites gouvernantes, les écrivains espéraient un maintien ou un accroissement de leurs ressources matérielles, cet acte d’allégeance constituant un gage suffisant pour que les autorités soutiennent matériellement l’association. Les ressources matérielles de l’UET ont pour objectif de créer les conditions d’une relation de loyauté entre l’État et les écrivains qui revêt la forme passive de l’apathie, voire des prises de position en faveur d’un régime contrôlant pourtant la production littéraire. En 2009, les membres du bureau directeur de l’UET ont ainsi exprimé leur soutien à une nouvelle candidature du président Ben Ali9 aux élections de 2014. Ces techniques de dépolitisation des écrivains ont été soutenues par les obstacles à la création des associations : depuis 1959, la loi a instauré le régime de l’autorisation préalable permettant au ministère de l’Intérieur de refuser le visa nécessaire à la création légale d’une association. Si en 1988, des modifications ont été apportées pour instaurer le régime de la déclaration, elles ont laissé le même pouvoir au ministre de l’Intérieur. Last but not least, afin de s’assurer de la loyauté des militants associatifs, les autorités imposent en 1992 aux associations dites générales un régime les obligeant à accepter toute adhésion (Chérif 2010). En excluant la liberté de choix des adhésions, il s’agissait de favoriser l’entrisme par les militants et sympathisants du parti hégémonique.

26La relation fiscale constitue un autre mode de contrôle de la production littéraire. Béatrice Hibou a bien mis en évidence les ambivalences de cette relation, les autorités acceptant massivement des pratiques « à la marge de la légalité » (2006, p. 171). La fiscalité procure dans le même temps « des points d’ancrage à des velléités de contrôle et d’intimidation », la fiscalité pouvant être utilisée « pour faire peur, pour exercer son autorité ou pour punir » (ibid.). La maison Cérès Productions en a fait les frais pour avoir refusé d’éditer un ouvrage panégyrique (Lombardo 1998), soulignant les avancées démocratiques entreprises par Ben Ali depuis son accession au pouvoir en 1987 : les services fiscaux ont condamné la maison à une forte amende de 800 000 dinars (l’équivalent de 400 000 euros). Les techniques de neutralisation des résistances ont enfin résidé dans le contrôle des sources de financement, accentué après 2003 par la « loi relative au soutien des efforts internationaux de lutte contre le terrorisme et à la répression du blanchiment d’argent », qui a accru le pouvoir des autorités sur les finances des associations. La maison d’édition Arcs créée par la militante des droits humains Sihem Ben Sedrine en 1988 a connu une existence éphémère en raison des saisies répétées des exemplaires à l’imprimerie et des divers redressements fiscaux des comptes de la maison. Tout aussi courte a été l’expérience des éditions Aloès, qu’elle a cofondée en 1999 avec des intellectuels français et tunisiens. À la destruction du matériel au siège de la maison par les autorités policières s’est ajouté le blocage des dons et subventions d’associations européennes soutenant le projet culturel. Les entraves à la production culturelle ont été, de ce point de vue, identiques à celles qui enserraient les activités des organisations militantes dénonçant les violations des droits humains (Geisser et Gobe 2007). Très rares ont été dans le même temps les violences physiques à l’encontre des éditeurs et des écrivains, sauf pour ceux qui, par leur engagement associatif ou leurs prises de position publiques, dénonçaient l’inféodation de la justice ou les pratiques de torture à l’encontre des (présumés) opposants politiques. Outre les pertes matérielles, les éditeurs et les écrivains sont affectés par le préjudice moral subi, d’autant qu’une relation affective lie les écrivains à leurs œuvres, qu’ils couchent sur le papier en rognant sur leur budget et leur temps quotidiens. Ainsi que l’exprime Habib Hamdouni : « Le livre c’est votre enfant, j’avais vraiment ce sentiment-là, une chose de moi-même dont j’avais enfanté, et qu’on m’enlève. »

*

27En ne laissant guère de traces ni sur les corps ni dans les archives publiques et en s’appuyant sur des lois analogues à celles qui prévalent dans les États dits « démocratiques » (comme le dépôt légal ou le contrôle fiscal), les techniques de contrôle de la production culturelle participaient à la fiction d’un État libéral. L’occultation de la censure s’apparente aux pratiques en vigueur dans les régimes totalitaires. Dans l’ex-URSS, le mot même de censure était devenu indésirable à partir des années 1930 : remplacé par des euphémismes pour décrire la situation dans le pays, il n’était utilisé que pour désigner la censure aux États-Unis et dans les pays de l’Europe occidentale (Zaretskaïa-Balsente 2002). En Tunisie, s’ils se gardaient de contester la fiction d’un État de droit dans les médias grand public, les écrivains et les éditeurs de littérature encouraient des sanctions matérielles plutôt que la mise à mort, l’emprisonnement, l’exil à l’étranger ou la privation de la citoyenneté. Le journaliste et écrivain Taoufik Ben Brik et la militante des droits humains et éditrice Sihem Ben Sedrine ont subi le harcèlement policier et ont été incarcérés en raison de leurs interviews dans les journaux et les chaînes de télévision (étrangères), et non sur la base de leurs activités culturelles qui n’étaient guère connues que dans un cercle restreint de militants et d’intellectuels. Reste à se demander ce qui pousse des individus à s’adonner à des activités culturelles dans un tel contexte d’incertitude.

Notes

1 Il s’agit d’une maison co-étatique, en partenariat avec la Libye.

2 La Constitution de 1959 a été suspendue en mars 2011, à la suite des mobilisations exigeant la dissolution des institutions et l’élection d’une Assemblée nationale constituante.

3 Sur les dispositifs de domination à l’encontre des militants et sympathisants islamistes et leurs proches, voir l’ouvrage de Béatrice Hibou (2006) ainsi que le témoignage d’un prisonnier politique islamiste sous le pseudonyme d’Abdelwahab Sdiri (2003).

4 Composée d’une dizaine de membres, elle comprend un représentant de chacun des ministères les plus importants (Affaires religieuses, Intérieur, Culture, Défense, etc.) ainsi qu’un représentant de l’Association des comédiens.

5 L’épouse d’Habib Bourguiba s’appelait Wassila Ben Ammar.

6 C’est sous ce second titre, réadapté pour un autre public, que la pièce fut jouée à Paris.

7 Pour les journaux, voir Zeghidi (2005).

8 « Jamila Al-Majri à la tête de l’Union des écrivains », Le Temps, 31 décembre 2008.

9 « L’Union des écrivains tunisiens exprime son soutien au président Ben Ali », TAP, 29 août 2009. On y lit ainsi : « Les écrivains tunisiens ont salué, dans un message adressé au chef de l’État, la sollicitude présidentielle constante en faveur des écrivains et des créateurs et l’instauration du climat de liberté et de démocratie dont ils ont besoin ainsi que les réalisations et les acquis importants enregistrés dans le domaine culturel depuis le changement [du 7 novembre 1987]. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search