Version classiqueVersion mobile

Écrits, genre et autorités

 | 
Abir Kréfa

Lexique des mots en arabe

Texte intégral

1Certains termes et expressions propres au contexte et qui sont, pour cette raison, difficilement traduisibles en français, ont été laissés en arabe. Les plus récurrents sont les suivants :

2Adab al-Mahjar : catégorie de l’histoire littéraire désignant les œuvres produites par les écrivains syro-libanais exilés en Europe et en Amérique à la fin du xixe siècle et au début du xxe, et considérés comme ayant initié la Nahdha, à savoir la « Renaissance » culturelle et intellectuelle arabe.

3Cheikh : au sens premier du terme, un cheikh est un homme âgé. Un âge avancé constitue souvent une condition pour que lui soit reconnue une autorité, bien que certains jeunes, considérés comme « précoces », aient pu parfois être cheikhs. Cheikh a aussi le sens de maître, entendu comme une personne qui maîtrise les compétences exigées par un domaine donné, le plus souvent religieux, mais pas uniquement. Le cheikh est aussi parfois un notable local jouant le rôle d’intermédiaire entre les villageois et l’administration centrale pour la collecte des impôts. Il est souvent désigné par un qualificatif précisant l’étendue territoriale de son pouvoir : cheikh al-madîna (le cheikh de la ville), cheikh al-qarya (le cheikh du village), cheikh al-qabîla (le chef de la tribu). Si l’autorité dont le cheikh est crédité en matière de connaissance des textes religieux pouvait ainsi être transférée au domaine administratif, c’est parce que les autorités beylicales puis protectorales se sont souvent appuyées sur ces notables locaux à des fins administratives.

4Imam : homme qui dirige la prière, selon des hiérarchies – l’imam des prières quotidiennes, de la prière du vendredi, de la grande prière des fêtes religieuses ou de l’allégeance au nouveau dépositaire de l’autorité. Ce dernier est dit imam de la Jamâ’a, à savoir de la Communauté. Le dernier grade de l’imamat fut historiquement occupé par l’imam calife, supposé à la fois chef spirituel et temporel. La hiérarchie des imams est aussi liée à celle des mosquées. Les grades élevés de l’imamat exigent certaines compétences et c’est ici que les qualités d’imam et de cheikh peuvent se superposer.

5Khâṭra, pluriel khawâṭir : désigne un texte court, écrit en prose mais n’appartenant à aucun genre, pour exprimer une idée ou des pensées.

6Kuttâb : lieu d’apprentissage oral et collectif du Coran par les enfants. Il peut s’agir d’une pièce réservée à cette fin à la mosquée ou, à proprement parler, d’une école coranique (madrassa qur’âniyya) construite par un notable, un « bienfaiteur »… Si la fréquentation du kuttâb est gratuite à la mosquée, une somme – le plus souvent modique – peut être exigée à l’école coranique.

7Meddeb : homme dont le rôle est de faire psalmodier le Coran par les enfants, à la mosquée. Fondée sur la mémorisation orale, la technique consiste le plus souvent en la prononciation du verset (puis d’une partie de la sourate, puis de la sourate, etc.) par le meddeb et sa répétition collective. Les meddeb appartiennent souvent aux classes populaires, effectuent cet enseignement bénévolement et ne disposent pas d’autre pouvoir au sein de la mosquée : ils ne dirigent pas la prière.

8Perspectiviste : se dit d’un gauchiste membre du Groupe d’études et d’action socialiste tunisienne, qui naît entre juillet et octobre 1963. Les perspectivistes empruntent à plusieurs tendances idéologiques : le trotskysme, le maoïsme, le marxisme-léninisme, etc. Le groupe édite une revue, puis le journal Al-’âmal al-tûnsî [Le travailleur tunisien]. Vers le milieu des années 1970, la tendance arabiste y devient majoritaire.

9Sadikien : ancien élève du collège-lycée Sadiki, qui fut le premier établissement secondaire (de garçons) à dispenser, à côté des enseignements religieux et juridiques, un cursus en langues étrangères et en sciences dites « utiles ». Sa création s’inscrit, en 1875, dans un contexte général de réformes destinées à créer un corps administratif homogène appelé à travailler dans les mêmes conditions et les mêmes normes dans toutes les régions. Aux yeux de leurs promoteurs, ces réformes devaient constituer l’instrument fondamental d’un effort de redressement et de modernisation du pays par l’acquisition de sciences et de technologies nouvelles. Les études sont gratuites et les frais d’internat intégralement pris en charge par le collège. Un système de bourses est mis en place pour permettre aux élèves « méritants » de poursuivre leurs études à l’étranger. L’organisation d’examens de passage substitue la méritocratie à toute autre forme d’évaluation, si bien que cet établissement a pu constituer pour des jeunes hommes (issus de Tunis et du Sahel surtout) un facteur de mobilité très important.

10Sahel : région du pays qui se situe sur la côte, entre Hammamet et Mahdia. Plus développée – grâce à son artisanat et son commerce, son agriculture oléicole et arboricole – que les régions du Sud et de l’intérieur avant 1956, elle a aussi été particulièrement favorisée par les politiques publiques menées par les élites destouriennes qui en ont été très majoritairement originaires.

11Ulémas : pluriel de ‘âlim, issu de ‘ilm, dont l’étymologie renvoie à la « connaissance » et au « savoir ». Mais alors que muthaqqaf a une connotation séculière désignant le « lettré » ou « l’intellectuel », les ulémas sont plus spécifiquement les théologiens et exégètes du Coran et des textes de la tradition prophétique. Ils sont donc crédités d’une autorité morale et religieuse.

12Yousséfiste (yûsfî) : se dit d’un partisan de Salah Ben Youssef, le militant nationaliste qui prit position, à l’inverse de Bourguiba, contre la signature des conventions sur l’autonomie interne. Les yousséfistes sont plutôt des descendants des notables locaux arabophones et des élites religieuses (ulémas, cadis, muftis) et partisans d’un alignement géostratégique sur les autres pays arabes. Ils ont subi répression et incarcération à partir de 1955.

13Zeïtounien : ancien élève de l’université-mosquée théologique Zeïtouna. Construite à Tunis en l’an 116 de l’hégire (an 734 après J.-C.), elle est la plus ancienne université arabe et islamique, dispensant un enseignement secondaire et supérieur surtout axé sur l’exégèse du Coran et le fiqh (le droit islamique). La Zeïtouna a été fermée en 1961 en raison des prises de position de ses cheikhs et de ses étudiants en faveur de Salah Ben Youssef.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search