Version classiqueVersion mobile

Écrits, genre et autorités

 | 
Abir Kréfa

Note sur la traduction et la translittération

Texte intégral

1Les enjeux de la féminisation ne sont pas identiques en arabe et en français. Des termes féminins existent en arabe indépendamment de toute critique féministe, notamment mu’allifa (auteure), kâtiba (écrivaine), adîba (femme de lettres), muthaqqafa (lettrée ou intellectuelle), châ’ira (poétesse), qassâssa (nouvelliste), etc. Si nous avons systématiquement « féminisé » ces catégories, les enquêtées – y compris arabophones –, lorsqu’elles s’expriment en français, ont tendance à employer le masculin pour se désigner ou qualifier d’autres écrivaines.

2La translittération adoptée pour les mots en arabe est la suivante, à l’exception des noms propres des écrivains et des éditeurs pour lesquels une orthographe simplifiée a été privilégiée.

3Les consonnes spécifiques à l’arabe :

4ʼ ﺀ la hamza se prononce comme une attaque vocale.

5th ﺚ se prononce comme dans l’anglais thing.

6ḥ ﺡ est une spirante laryngale sourde (exemple : le prénom Hassan).

7kh ﺥ est une vélaire spirante sourde qui se prononce comme la jota espagnole. Dans le français courant, elle est rendue par kh (exemple : le prénom Khadîja).

8dh ذ ou ﺾ se prononce, selon les cas, comme dans l’article anglais the ou comme une consonne emphatique correspondant approximativement au son [d].

9r ﺮ est roulé.

10ʿ ﻉ est une laryngale spirante sonore (exemple : le prénom Aïda).

11gh ﻍ se prononce comme un r grasseyé.

12q ﻕ a la valeur d’un k arrière-vélaire sourd (exemple : le prénom Kassim).

13h ﻫ correspond au h anglais dans hide.

14ss ﺺ consonne emphatique correspondant approximativement au son [s].

15ṭ ﻃ consonne emphatique correspondant approximativement au son [t].

16Les voyelles sont rendues par a (se prononce comme un a court), â (se prononce comme un a long), i (se prononce comme un i court), î (se prononce comme un i long), u ou ou (se prononce comme un ou court), û (se prononce comme un ou long). Les noms propres arabes (personnages, villes…) sont écrits selon la translittération mentionnée ci-dessus, sauf lorsqu’il s’agit de certains noms célèbres, qui conservent la graphie française courante. Les noms propres des écrivains (enquêtés ou non) ont été transcrits selon l’usage courant dans les dictionnaires, les anthologies et la presse de langue française. Créée pour la graphie de l’arabe classique, la translittération pose des problèmes pour l’arabe dialectal, dont les usages écrits sont rares. Il n’est ainsi pas aisé de distinguer un ﺾ d’un ذ et les prononciations varient d’une région à une autre.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search