Version classiqueVersion mobile

Écrits, genre et autorités

 | 
Abir Kréfa

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de sociologie soutenue en juin 2013 à l’université Lyon 2. Son ossature doit beaucoup aux suggestions des membres du jury en vue de la publication. Je remercie donc vivement Sylvia Faure, Choukri Hmed, Rose-Marie Lagrave, Bernard Lahire, Catherine Marry et Frédérique Matonti pour leur lecture détaillée, attentive et critique de la thèse. L’enquête de terrain sur laquelle cet ouvrage est bâti a bénéficié de mon insertion, entre 2006 et 2009, au sein du groupe de recherche « Femmes, Maghreb, écriture », dirigé par Christine Détrez. Merci profondément à elle de m’y avoir associée, mais aussi d’avoir contribué à me transmettre le goût de la sociologie et des études de genre. Tout au long de ma thèse, Isabelle Charpentier a été d’un soutien moral et intellectuel précieux. Qu’elle en soit chaleureusement remerciée. Ma reconnaissance s’adresse aussi spécialement à Jocelyne Dakhlia, Delphine Naudier, Sophie Pochic et Marie Vogel pour l’intérêt qu’elles ont manifesté à l’égard de mon travail et leurs incitations à publier ce manuscrit. Certains chapitres de cet ouvrage ont été partiellement publiés dans des articles des revues Sociologie, Travail, genre et sociétés, La Revue française de pédagogie et Ethnologie française. Merci aux membres des comités de rédaction et aux experts anonymes pour leurs commentaires et leurs évaluations. Je remercie aussi vivement celles et ceux qui ont relu des chapitres de la thèse : Charles Bonn, Claudette Ferjani, Ewa Tartakowsky, Marie-Claude Veysset et Robert Veysset. Je remercie Lise Bernard, Amélie Le Renard, Rania Majdoub et Cha Prieur pour la richesse des discussions que nous avons partagées, mes amies Yamina, Najia ainsi qu’Afifa pour leur précieux soutien. Ma gratitude s’adresse particulièrement aux écrivains et éditeurs qui m’ont narré leurs expériences et accordé de leur temps, sans qui ce travail n’aurait pas été possible. Mes remerciements vont enfin aux universitaires tunisiennes qui m’ont communiqué, en 2006, les premières coordonnées d’écrivaines : à Maha Ben Abdeladhim, Najiba Regaieg, Sonia Zlitini-Fitouri et Hager Idriss.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search