Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

5. La thèse de l’identité comme cause d’application du nom propre

p. 109-112


Texte intégral

1Les exégètes, que l’on présente comme adeptes de la jāti-śakti-vāda (litt. théorie de la capacité expressive de la propriété générique, d’où théorie universaliste) lorsqu’il est question des noms communs1, défendent-ils l’idée selon laquelle les noms propres fonctionnent à la manière des termes génériques ? Il semblerait qu’il n’en soit rien. La thèse de la propriété générique n’a vraisemblablement pas été défendue par les spécialistes d’herméneutique. J’ai tout de même relevé, dans deux textes de la branche bhāṭṭa, une ébauche d’analyse du fonctionnement du nom propre, que je présente sous le nom de « thèse de l’identité comme cause d’application des noms propres ».

2L’argument se résume comme suit : le terme devadatta désigne une substance qui change constamment de qualité et d’activité. Le fait que ce seul et même mot devadatta puisse dénoter une substance toujours changeante ne s’explique pas par la propriété générique commune aux différents états par lesquels passe l’individu nommé Devadatta, mais par le fait qu’il n’y a qu’un seul et même individu. Si l’on peut dire « c’est-là ce même Devadatta », ce n’est pas parce que l’entité perçue actuellement et l’entité remémorée procèdent du même genre, c’est parce qu’il n’existe véritablement qu’une seule et même entité. Cette conception semble proche de ce que l’on appelle « identité numérique » et que Stéphane Ferret (1993, p. 14) définit comme suit :

L’identité numérique [est ce] qui définit la relation qu’un particulier entretient avec lui-même tout au long de sa carrière (Socrate enfant est le même homme – homo sapiens – que Socrate adulte).

3Je la représente de la façon suivante :

Image 1.jpg

4J’ai relevé deux passages qui évoquent indirectement cette thèse2. Le premier est un extrait de la section consacrée à l’éternité des mots (śabdanityatva-adhikaraam) du Ślokavārttika de Kumārila Bhaṭṭa, le second un extrait du Nyāyaratnākara, un commentaire du Ślokavārttika par Pārthasārathi Miśra.

1. Le Ślokavārttika

[…] paryāyea yathā caeko bhinnān deśān vrajann api //
devadatto na bhidyeta tathā śabdo na bhidyate
/
(ŚV 198, p. 780)

jñātaikatvo yathāevaasau dśyamāna puna puna //
na bhinna kālabhedena tathā śabdo na deśata /
(ŚV 199, p. 780)

paryāyād avirodhaś ced vyāpitvād api dśyatām //
(ŚV 200, p. 780)

Et de même qu’un [eko] [individu nommé] Devadatta, bien qu’allant successivement d’un endroit à un autre, n’est pas [considéré comme] différent, de même, le mot [śabdo] n’est pas [considéré comme] différent.

De même que cet [individu], dont on sait qu’il est unique [°ekatvo], quand on le voit à plusieurs reprises, n’est pas [considéré comme] différencié par la différence temporelle [des moments où il est vu], de même, le mot [śabdo] [n’est pas considéré comme différencié] par la différence spatiale [de ses énonciations].

Si [l’on dit] qu’il n’y a pas de contradiction [dans le fait de reconnaître Devadatta comme étant un] du fait de la succession [temporelle de ses différents états et non du fait de leur simultanéité, l’unicité du mot s’explique, quant à elle] du fait de sa capacité à être omniprésent3.

5Il apparaît assez clairement dans ce passage, même s’il ne concerne pas directement le sujet qui nous intéresse, que l’individu, tout comme le son /ga/ (cet exemple sera repris par la suite), est perçu comme un malgré la diversité de ses instances et cette unicité n’est pas expliquée par l’existence d’une propriété générique qui rassemblerait les multiples instances.

2. Le Nyāyaratnākara

6Les stances 21-23 commentées par le présent extrait du Nyāyaratnākara, qui font partie de la section consacrée au sphoa4, concernent la question de savoir ce qui lie les différentes occurrences du son /ga/. Voici ce qu’en dit Pārthasārathi Miśra :

na hy atra‿ayaṃ gaur ayam api gaur itivad ayaṃ gakāro druto ’yaṃ
madhyama iti vyaktibhedaḥ pratīyate /

ki tu gakāro ’nena drutam uccarito ’nena madhyama iti eka eva
gakāro devadattavat śauryādibhedabhinno ’vasthābhedabhinna

pratīyate
/
(ŚV, p. 515)

En effet, dans le cas de « ce son /ga/ [ga-kāro] [est d’un débit] rapide, celui-ci [est d’un débit] moyen », l’on ne comprend pas différents particuliers, comme quand l’on dit « ceci est un bovin, ceci aussi est un bovin ».

Bien plutôt, par ce son /ga/ [ga-kāro] prononcé rapidement, par ce [son / ga/ de débit] moyen, on comprend un seul son /ga/ dont l’état est différencié, tout comme [on comprend un seul individu] Devadatta différencié par [les qualités que sont] l’héroïsme, etc.

7De même que la diversité des occurrences du son /ga/ ne permet pas de conclure à une propriété générique qui les rassemblerait, de même, l’on ne peut pas dire que les différents aspects de l’individu Devadatta sont liés par une propriété générique qui serait la devadatta-ité. Ce qui explique que l’on puisse dire « c’est le même son /ga/ » ou « c’est le même individu Devadatta » à propos d’instances diverses, c’est le principe de l’identité numérique : il n’y a qu’une seule et même entité5.

Notes de bas de page

1 Seule la propriété de classe (ākti) est pérenne, la substance individuelle qui la possède ne l’est pas. Si l’on dit que le mot dénote la substance individuelle, cela contredit le principe selon lequel la relation mot-objet est éternelle. Donc le mot (nom commun) dénote la propriété générique.

2 Je n’ai pas relevé, dans les textes étudiés, de passage traitant spécifiquement de la question du fonctionnement sémantico-référentiel des noms propres individuels.

3 Le son (śabda) est perçu partout, il est considéré comme coextensif à l’univers (voir Foucher 1949, p. 38 et 75-77).

4 Sur cette notion, d’une grande importance pour les réflexions langagières sanskrites – elle désigne, chez certains auteurs, l’unité linguistique porteuse de sens (le mot ou la phrase, selon les théories) – voir notamment Raja 1963, chapitre 3.

5 Sur le principe d’identité et les valeurs de « même » en français moderne, voir notamment Noailly 2000.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.