Version classiqueVersion mobile

Le nom propre en Inde

 | 
Émilie Aussant

2. La notion de cause d’application (pravtti-nimitta)

Texte intégral

1Les grammairiens indiens sont désormais confrontés à un défi de taille : expliquer la singularité du statut sémiotique des noms dits sajñā, et notamment celle des noms propres. Si je précise « les grammairiens indiens », c’est parce que tous les théoriciens indiens du langage ne prendront pas, comme point de départ de leur réflexion, la question de l’arbitraire. Les logiciens notamment, considèrent que tous les noms font l’objet d’une convention (ce sont tous des sajñā) ; ce qui leur pose problème, c’est le fait que certains noms désignent une entité unique. Si les réflexions indiennes se distinguent au niveau de leur questionnement initial, toutes s’élaborent néanmoins autour du concept de cause d’application, auquel le présent chapitre est consacré.

1. La classification sémiotique des noms

  • 1 Le phonème / ḷ / est enseigné dans l’« énoncé condensé » (pratyāhāra-sūtra) ṛḷK. La grammaire de Pā (...)

2L’expression pravtti-nimitta (cause [nimitta] d’application [pravtti]) n’est pas employée dans la grammaire de Pāṇini et n’apparaît pas non plus telle quelle dans le Mahābhāya de Patañjali. En revanche, ce dernier recourt au terme pravtti (application), employé dans le cadre d’une discussion relative à l’utilité de l’enseignement du phonème / ḷ / dans l’aphorisme pāṇinéen ṛḷK1 :

kāropadeśo yadcchāśaktijānukaraaplutyādyartha //
(V 1 ad A ṛḷK, vol. I, p. 19)

  • 2 Littéralement : « les imitations [anukaraa] [de prononciations] nées [°ja°] de l’incapacité [°a-śa (...)

L’enseignement de / ḷ / [-kāra°] concerne les [mots] arbitraires [yadcchā°], les imitations [°anukaraa°] de mauvaises [prononciations] [°aśakti-ja°]2, la protraction [°pluty°], etc.

kāropadeśa kriyate yadcchāśabdārtho ’śaktijānukaraārtha
plutyādyarthaś ca /

yadcchāśabdārthas tāvat /

yadcchayā kaś cid tako nāma tasminn ackāryāi yathā syu / dadhy
takāya dehi / madhv takāya dehi / uda ṅḷtako ’gamat / pratya
ṅḷtako ’gamat /

catuṣṭhayī śabdānā pravtti /

jātiśabdā guaśabdā kriyāśabdā yadcchāśabdāś caturthā //
(M sous V 1 ad A ṛḷK, vol. I, p. 19)

L’enseignement de / ḷ / est fait pour les mots arbitraires, les imitations de mauvaises [prononciations], la protraction, etc.

  • 3 Les opérations phonétiques illustrées par les exemples cités sont les suivantes : pour les deux pre (...)

Commençons par les mots [°śabda°] arbitraires [yadcchā°] :
quelqu’un porte arbitrairement [yadcchayā] le nom [nāma] de taka ; il faut que les opérations [°kāryāi] relatives aux voyelles [ac°] [s’appliquent] au contact de cette [forme] : dadhy takāya dehi [donne du caillé à Ḷtaka], madhv takāya dehi [donne du miel à Ḷtaka], udaJ Jtako ’gamat [Ḷtaka est allé vers le Nord], pratyaJ Jtako ’gamat [Ḷtaka est allé vers l’Ouest]3.

L’application [pravtti] des mots (śabdānā] est quadripartite :
les mots génériques [jāti-śabdā], les mots de qualité [gua-śabdā], les mots d’action [kriyā-śabdā] ; les mots [°śabdāś] arbitraires [yadcchā°] [constituent la] quatrième [catégorie].

3Kātyāyana – dans son premier vārttika – et Patañjali – dans la glose qu’il en propose – nous expliquent donc en quoi l’enseignement du phonème / ḷ / se justifie. Ledit phonème se trouve dans certains types de formes qui doivent être soumises aux règles d’euphonie. Le premier type, celui des mots dits arbitraires (yad-cchā), est illustré par le nom propre taka. Dans les quelques phrases citées, deux opérations phonétiques doivent s’appliquer à l’initiale de ce dernier. Pour que ces opérations se réalisent, une condition est nécessaire : taka doit être une forme correcte. En effet, les règles édictées par Pāṇini ne concernent pas les formes incorrectes. C’est pour démontrer la correction de taka qu’il est dit « l’application des mots est quadripartite » : une telle classification des mots présente l’avantage de prendre en considération les mots arbitraires tels que taka ; ces termes sont classables, partant corrects.

  • 4 Le Kāvya-prakāśa (Soleil de la poésie) est un traité de poétique du xie siècle. L’édition utilisée (...)

4Avant d’entrer dans le vif du sujet – la classification des mots selon leur fonctionnement sémiotique –, je formulerai une remarque d’ordre terminologique concernant le terme yadcchā, que je traduis par « arbitraire ». La Bālabodhinī, commentaire du Kāvyaprakāśa de Mammaṭa4, en donne l’analyse suivante :

vaktrā yā icchā yadcchāiti mayūravyasakādigae nipātyate /
(Bālabodhinī, p. 33)

[Le mot] yadcchā [qui signifie] « selon le désir [icchā] du locuteur [vaktrā] », tombe tout fait [nipātyate] dans la liste commençant par mayūra-vyasaka [fraudeur [comme un] paon], etc.

  • 5 Voir Pradīpa de Kaiyaṭa (vol. III, p. 157) : « mayūra iva vyasako dhūrta » (« escroc/ fraudeur co (...)
  • 6 A 2.1.72 « mayūra-vyasaka-ādayaś ca // » : « [La classe des composés] commençant par mayūra-vyasa (...)
  • 7 yadcchā ne figure pas parmi les termes cités par la Kāśikāvtti pour illustrer la règle. Concernan (...)
  • 8 Ce texte est un commentaire du Mahābhāya de Patañjali.

5L’expression mayūra-vyasaka (fraudeur [comme un] paon ou paon fraudeur)5, apparaît dans la règle A 2.1.726 que Puruṣottamadeva, dans sa Bhāāvtti, illustre par un certain nombre de mots, dont yadcchā7. La formation de ce dernier est encore expliquée dans l’extrait suivant du Ratnaprakāśa de Śivarāmendra Sarasvatī8 :

yadcchāśabdārtha iti / yadrcchāśabdo mayūravyaṃsakādi /

tatra yad ity avyayaṃ svasya‿ity arthe icchāśabdekārasya

pṛṣodarāditvād ṛkāraḥ /

svecchayā ekasyā vyaktau saketyamāna śabdo yadcchāśabdo
itthādi /
(Ratnaprākaśa, vol. I, p. 138)

yadcchāśabdārtha – le mot [°śabdo] yadcchā [est un mot de la liste] commençant par mayūra-vyasaka [fraudeur comme un paon].

  • 9 Nous rencontrerons fréquemment le mot artha au cours de cette étude, et pour cause : celui-ci est e (...)
  • 10 A 6.3.109 « pṛṣodara-ādīni yathā-upadiṣṭam // » : « La classe des composés commençant par pṛṣodara (...)

Dans ce cas, yat, qui est indéclinable [avyaya], [est employé] dans le sens de [ity arthe9] « propre/personnel » [et] /ṛ/ [-kāra] se substitue au / i / [°i-kārasya] du mot [°śabda°] icchā, en raison de [la règle] pṛṣodara, etc.10

Un mot [°śabdo] qui s’applique par convention [saketyamāna] à un particulier [vyaktau] unique [ekasyā], selon le désir propre [svaicchayā] [du locuteur] est un mot [śabdo] arbitraire [yadcchā°], tel que ittha, etc.

6Je reviendrai sur le terme yadcchā une fois que nous aurons vu ce que l’extrait susmentionné du Mahābhāya nous apporte concernant la notion de cause d’application.

  • 11 Elle ne l’est pas plus pour les autres : elle n’inclut pas, notamment, le mot go (bovin) dénotant u (...)

7Le recours à la classification des mots en quatre classes (jāti-śabda, guaśabda, kriyā-śabda et yadcchā-śabda) permet d’appréhender les mots dits arbitraires comme des formes correctes, donc comme des objets soumis aux règles du traité pāṇinéen. Si ces mots sont reconnus comme objets du traité, l’enseignement du phonème / ḷ /, que l’on trouve dans le nom arbitraire taka, sera justifié. Interrogeons-nous maintenant sur le fondement de cette classification. Il est dit, dans le Mahābhāya : « catuṣṭhayī śabdānā pravtti » (« L’application des mots est quadripartite »). On peut comprendre, dans un premier temps, que les mots sont susceptibles d’être classés en fonction de ce à quoi ils s’appliquent : il y a les mots qui s’appliqueraient à une propriété générique, ceux qui s’appliqueraient à une qualité, ceux qui s’appliqueraient à une action et ceux qui s’appliqueraient au désir du locuteur. Cette interprétation n’est guère satisfaisante, en particulier pour la dernière classe11. L’on peut alors comprendre que les mots peuvent être classés selon ce en fonction de quoi ils s’appliquent, autrement dit selon ce qui cause leur application : il y a les mots qui s’appliquent du fait d’une propriété générique, ceux qui s’appliquent du fait d’une qualité, ceux qui s’appliquent du fait d’une action et ceux qui s’appliquent du fait du désir du locuteur. C’est cette seconde interprétation, plus plausible, que je choisis de suivre. Le commentaire de Kaiyaṭa cité ci-après invite également à préférer cette lecture :

yadcchāiti / arthagata pravttinimittam anapekya ya śabda
prayoktrabhiprāye
aeva pravartate sa yadcchāśabdo itthādi //
(P sous M sous V 1 ad A ṛḷK, vol. I, p. 99)

yadcchā – un mot [śabda] qui s’applique [pravartate] seulement selon l’intention [°abhiprāyea] du locuteur [prayoktr°], sans être dépendant d’une cause d’application [pravtti-nimittam] relevant de l’objet [artha°], est un mot [°śabdo] arbitraire [yadcchā°], tel que ittha, etc.

8Tout comme celui de Nāgeśa :

śabdānām arthe yā pravtti sā pravttinimittabhedāt
prakāracatu
ṣṭayavatīity artha /
(U sous P sous M sous V 1 ad A ṛḷK, vol. I, p. 100)

Le sens est : il s’agit de l’application [pravtti] des mots [śabdānām] à un objet [arthe], laquelle [application] comporte quatre variétés parce qu’il y a diversité de ses causes [pravtti-nimitta°].

  • 12 Yutaka Ojihara remarque que l’expression pravtti-nimitta est « post-patañjalienne » (1972, p. 425) (...)

9Ces deux extraits emploient bien l’expression pravtti-nimitta (cause d’application)12, ce qui signifie que les commentateurs ultérieurs font également le choix de la seconde interprétation : il s’agit bien d’une classification des mots selon ce en fonction de quoi ils s’appliquent et non selon ce à quoi ils s’appliquent. Kaiyaṭa précise en outre : « sans être dépendant [anapekya] d’une cause d’application [pravtti-nimittam] relevant de l’objet [artha] », ce qui semble indiquer que la cause d’application d’un mot est une propriété de l’objet dénoté par ce mot, excepté dans le cas des mots arbitraires.

2. Cause d’application et connotation

10L’idée selon laquelle la cause d’application d’un mot est une propriété de l’objet dénoté par ce mot ressort clairement de la définition que Madhav M. Deshpande donne de pravtti-nimitta :

  • 13 « It refers to a property whose possession by an entity is the necessary and sufficient condition f (...)

[Le terme pravtti-nimitta] réfère à la propriété dont la possession par une entité est la condition nécessaire et suffisante pour qu’un mot donné soit employé pour dénoter cette entité.13

11Pierre-Sylvain Filliozat, quant à lui, formule la description suivante (1975, p. 194, note 2) :

Dans pravttinimitta, le mot pravtti désigne l’activité du mot, c’est-à-dire sa fonction d’expression. Un même mot réfère aux objets d’une classe. Les objets ont donc une propriété commune par laquelle ils sont tous désignables par le même mot. Cette propriété des objets, qui fait qu’ils sont objets du mot, est dite être la cause de l’activité d’expression du mot. Dans le cas des noms d’espèce, elle est cette espèce même.

12Ainsi, la propriété qui appartient à tous les individus désignés par le mot go (bovin), et à eux seuls, c’est le go-tva, la « bovin-ité » et c’est cette propriété qui cause l’application du mot go. De même, dans le cas des mots de qualité (gua-śabda), c’est la qualité que partagent tous les individus qualifiés par tel adjectif et eux seuls qui constitue la cause d’application dudit adjectif (śukla – blanc – a pour cause d’application la blancheur – śukla-tva – des individus qu’il qualifie). Dans le cas des mots d’action (kriyā-śabda), c’est l’action qui est réalisée par tous les agents exprimés par tel nom d’action et eux seuls qui constitue la cause d’application dudit nom d’action (le nom d’action cala – mouvant – a pour cause d’application l’acte de se mettre en mouvement – cala-tva – que les agents désignés par cala réalisent). Pour ce qui est des mots arbitraires tels que taka, leur application n’est causée par aucune propriété de leur référent : les différentes entités nommées taka, ittha, etc., n’ont pas de propriété commune dont elles seules seraient pourvues. La condition pour qu’un mot arbitraire soit employé à désigner telle entité, ce n’est pas une propriété de cette entité, mais le seul désir du locuteur, autrement dit, un critère arbitraire.

  • 14 Cette séquence est parfois utilisée dans les textes pour référer à la classification sémiotique des (...)

13Ce principe n’exclut pas l’emploi de śukla (blanc) pour dénoter un individu bovin, à condition que celui-ci soit blanc (dans ce cas, c’est en tant que possédant la qualité blancheur – śuklatva – qu’il constitue l’objet du mot), pas plus que celui de cala, à condition que le bovin se déplace (c’est-à-dire possède la propriété de se déplacer – calatva), ni même celui de taka, si le locuteur (ou la communauté linguistique à laquelle il appartient) a décidé de nommer ainsi ledit bovin. Ainsi peut-on dire : « gau śuklaś calo ittha » (« [la] vache blanche mouvante Ḍittha »)14.

  • 15 Voir Mill 1988 (p. 26-46).
  • 16 Il s’agit donc plus ici du sens que le terme « connotation » revêt dans le contexte philosophique q (...)

14Dans une certaine mesure, la notion de cause d’application n’est pas sans rappeler ce que l’on entend, dans la tradition occidentale, par connotation. Je fais référence au terme tel qu’il a pu être employé par John Stuart Mill, dans le cadre de sa classification des noms15, c’est-à-dire dans le sens de « signification », qui s’oppose à la « dénotation »16. Comme en témoigne l’extrait ci-après, John Stuart Mill (1988, p. 30-31) opère une distinction entre les noms connotatifs et les noms non connotatifs :

Un terme non connotatif est celui qui signifie un sujet seulement ou un attribut seulement. Le terme connotatif est celui qui désigne un sujet et implique un attribut. […] Ainsi Jean, Londres, l’Angleterre, sont des noms qui désignent un sujet seulement ; blancheur, longueur, vertu, un attribut seulement. Aucun de ces noms, par conséquent, n’est connotatif. Mais blanc, long, vertueux, sont connotatifs. Blanc désigne toutes les choses blanches, la neige, le papier, l’écume de la mer, etc. et implique, ou, comme disaient les scolastiques, connote l’attribut blancheur. Le mot blanc n’est pas affirmé de l’attribut, mais des sujets neige, etc., mais quand nous l’affirmons de ces sujets, nous impliquons ou connotons que l’attribut blancheur leur appartient.

15Voici comment Georges Kleiber analyse l’emploi que fait John Stuart Mill des deux termes de « connotation » et « dénotation » :

  • 17 1981, p. 16. Notons que l’emploi du terme « connotation » chez Mill se différencie nettement de cel (...)

Chez Mill, dénotation et connotation sont les deux rapports qui relient les noms aux choses. […] on peut appeler dénotation la définition en extension qui « catalogue ou indique chaque objet que le symbole représente ». La dénotation du mot cheval revient à nommer tous les individus pouvant être désignés par ce mot. La connotation, au contraire, est une « définition en compréhension » ou définition intensionnelle : un nom général concret dénote et connote à la fois ; il dénote les objets dans les conditions décrites ci-dessus et connote les attributs de ces objets. Blanc dénote tous les objets qui sont blancs et connote la qualité « blancheur » ; cheval connote les attributs des êtres qu’il dénote, à savoir les traits « mammifère », « quadrupède », etc.17

  • 18 Voir 1981, p. 17-18. John Stuart Mill distingue, dans sa classification des noms, les noms connotat (...)

16Je pense que les notions de cause d’application (pravtti-nimitta) et de connotation peuvent être rapprochées sur le plan de leur fonction : toutes deux expliquent en effet pourquoi telle unité réfère à tel objet et s’opposent ainsi respectivement aux notions d’artha et de dénotation, qui renvoient à ce à quoi réfère l’unité. En effet, entre la conception indienne qui consiste à dire que si śukla (blanc) dénote un objet, c’est parce que cet objet est pourvu de la qualité blancheur et la conception millienne, revisitée par Georges Kleiber18, qui consiste à dire que blanc dénote tous les objets qui sont blancs parce qu’il connote la qualité blancheur, la similitude est frappante. De plus, cause d’application et connotation sont toutes deux employées comme critère de classification des noms. Les deux analyses se distinguent en revanche sur la nature des deux concepts : la cause d’application est la propriété commune aux objets dénotés par le mot, alors que la connotation est un rapport entre le mot et son objet.

17Quelques auteurs seulement (Bhattacharya 1962, p. 55 et suiv., Tanizawa 1989, p. 1009 et 2000, Matilal 1971, p. 109, 114 et suiv. et 1990, p. 34, Ganeri 1995, p. 424 et 2006, p. 129-158, Gerschheimer 1996, vol. I, p. 75) ont souligné le parallèle que l’on pouvait établir entre cause d’application et signification ou sens. Je me range à leur côté et essaierai de montrer, dans les sections qui suivent, comment les analyses du nom propre viennent étayer cette thèse.

3. Mots arbitraires et sajñā

18Je souhaite clore ce deuxième chapitre en revenant sur l’expression yadcchā-śabda.

  • 19 Voir U sous P sous M sous V 2 ad A ṛḷK, vol. I, p. 100. Les termes taka et ittha sont des noms pr (...)

19Dans la première section du présent chapitre (chapitre 1, 2), nous avons vu que la classification des mots en quatre classes invitait à comprendre yadcchā (arbitraire) dans le sens d’« emploi immotivé ». Or, l’exemple de mot arbitraire donné par Patañjali (taka), s’il s’agit d’un exemple de mot employé de manière arbitraire, constitue aussi un exemple de mot formé de manière arbitraire, c’est-à-dire inanalysable. Il en va de même pour les exemples cités par Nāgeśa (en plus de taka)19 : ittha, ku, i, ghu, bha, etc. ; tous sont des termes inanalysables, dépourvus de contenu sémantique. Que faut-il donc entendre exactement par yadcchā (arbitraire) : emploi ou formation arbitraire ?

20Comme le signale déjà Maria-Piera Candotti dans son ouvrage de 2006 (p. 169-177), yadcchā-śabda, dans ses premières occurrences, peut être compris de deux manières distinctes :

  • comme synonyme de sajñā ; tel est le cas dans l’extrait du Mahābhāya de Patañjali commentant le vārttika 1 ad A ṛḷK cité au tout début de cette section : yadcchā-śabda désigne tout mot employé arbitrairement, c’est-à-dire sans autre motivation que le seul désir du locuteur, et se distingue en cela des classes de mots dites jāti, gua ou kriyā. Ces dernières, en effet, regroupent des termes dont l’emploi est causé par l’existence d’une propriété (propriété générique, qualité, activité) qui caractérise tous les référents du terme, et eux seuls ;

    • 20 La sous-classe des sajñā inanalysables.

    comme sous-classe de sajñā20, ainsi que le passage ci-dessous – suite immédiate de l’extrait évoqué quelques lignes plus haut – invite à le comprendre :

nyāyyabhāvāt kalpana sajñādiu //
(V 2 ad A ṛḷK, vol. I, p. 20)

Du fait de l’existence [d’un mot] correct [nyāyya°], il est approprié [de prendre ce mot] comme nom [sajñā°], etc.

nyāyyasya ṛtakaśabdasya bhāvāt kalpana sajñādiu sādhu
manyante / ṛtaka eva‿asau na ḷtaka iti //

apara āha / nyāyya takaśabda śāstrānvito ’sti sa kalpayitavya
sādhu
sajñādiu / taka evaasau na taka //

aya tarhi yadcchāśabdo ’parihārya / phia phiḍḍa /

eo ’pi phia phiḍḍaś ca /

katham /

artipravttiś caiva hi loke lakyate phiaphiḍḍāvauādikau
pratyayau
/ trayī ca śabdānā pravtti / jātiśabdā guaśabdā
kriyāśabdā iti
/ na santi yadcchāśabdā //
anyathā ktvā prayojanam uktam anyathā ktvā parihāra / santi

yadcchāśabdā iti ktvā prayojanam ukta na santiiti parihāra /
samāne caarthe śāstrānvito ’śastrānvittasya nivartako bhavati /
tadyathā / devadattaśabdo devadiṇṇaśabda nivartayati na gāvyādīn /

naea doa / pakāntarair api parihārā bhavanti //
(M sous V 2 ad A ṛḷK, vol. I, p. 20)

– Dans la mesure où le mot [°śabdasya] taka, qui est correct [nyāyyasya], existe, on considère qu’il est approprié [d’attribuer ce mot] comme nom [sajñā°], etc. : « Cet [individu] est bien Ṛtaka, non Ḷtaka. »

  • 21 La différence entre les deux interprétations serait – selon Pierre-Sylvain Filliozat – la suivante  (...)

– Un autre dit : le mot [°śabda] correct [nyāyya] taka est conforme [aux règles] du traité, il doit être pris comme légitime parmi les noms [sajñā°], etc. : « Cet [individu] est bien Ṛtaka, non Ḷtaka. »21

– Dans ce cas, le mot [°śabdo] arbitraire [yadcchā°] phia/phiḍḍa n’est pas à rejeter.

  • 22 Le pūrva-pakin (l’intervenant qui soutient une « première vue ») déclare : rien ne vient entraver (...)

– Il y a aussi phia et phiḍḍa [qui sont corrects]22.

– Comment ?

  • 23 Littéralement « [enseignés dans les] u-ādi [sūtra] ». Voir chapitre 1, note 40.

– On remarque l’emploi de arti dans l’usage courant [loke], il y a les suffixes auādika23 -phia/-phiḍḍa. Et l’application [pravtti] des mots [śabdānā] est tripartite : les mots génériques [jāti-śabdā], les mots de qualité [gua-śabdā] [et] les mots d’action [kriyā-śabdā]. Il n’y a pas de mots [°śabdā] arbitraires [yadcchā°].

– Dans un cas, le motif [pour l’enseignement du phonème / ḷ /] a été montré, dans l’autre, il a été rejeté. Le motif [pour l’enseignement du phonème / ḷ /] a été montré dans le cas de l’existence des mots [°śabdā] arbitraires [yadcchā°] [et] il a été rejeté dans le cas de leur inexistence. C’est lorsqu’il y a le même sens [arthe], [qu’un mot] conforme [aux règles] du traité évince [un mot] non conforme. Par exemple, le mot [°śabdo] devadatta évince le mot [°śabda] devadiṇṇa [variante de devadatta], non le mot gāvī [variante de go (bovin)], etc.

  • 24 Kātyāyana finira par rejeter l’utilité de l’enseignement de / ḷ /, contrairement à Patañjali.

– Il n’y a pas d’inconvénient. On peut aussi réfuter en prenant des points de vue différents24.

21Dans cet extrait, yadcchā-śabda semble désigner davantage les mots employés de manière arbitraire et formés de manière arbitraire (c’est-à-dire inanalysables), que les mots seulement employés de manière arbitraire. Relisons les deux seuls vārttika, en ayant à l’esprit ces deux interprétations possibles (emploi arbitraire et forme arbitraire versus emploi arbitraire) :

V 1 : / ḷ / doit être enseigné car on le trouve dans des mots arbitraires, des imitations de mauvaise prononciation, etc. ;
V 2 : lorsqu’il s’agit d’employer un mot de manière arbitraire (en tant que sajñā), l’on doit recourir à un mot formé de manière régulière.

22Cette relecture, en particulier celle du deuxième vārttika, permet de reconstruire le raisonnement de Kātyāyana comme suit : V 1) argument : / ḷ / doit être enseigné car on le trouve dans des mots employés et formés arbitrairement. V 2) contre-argument : il n’y a pas de mots employés et formés arbitrairement ; ce sont les mots formés régulièrement, soumis aux règles du traité, que l’on doit employer, fût-ce arbitrairement.

23Dans sa glose du premier vārttika, lorsqu’il pose la classification quadripartite des mots, Patañjali semble restreindre son interprétation de yadcchā au versant « emploi arbitraire », sans prendre en considération la question de la forme de ces mots. En revanche, sa glose du deuxième vārttika présuppose la prise en compte des deux aspects (emploi arbitraire et formation arbitraire) : la classification tripartite des mots qu’il propose ne peut exclure que les termes employés et formés arbitrairement. Comme le remarque Maria-Piera Candotti en effet, affirmer que les mots employés arbitrairement n’existent pas serait une position « intenable au sein de la tradition grammaticale » (2006, p. 174).

  • 25 C’est clair notamment pour Bhartṛhari (voir chapitre 4, 1) et Kaiyaṭa (voir chapitre 4, 2) ; concer (...)

24Chez les grammairiens ultérieurs25, c’est l’interprétation unidimensionnelle de la notion, celle qui fait de yadcchā-śabda un synonyme de sajñā, qui semble prévaloir. Les deux extraits du Pradīpa de Kaiyaṭa cités ci-après le montrent clairement :

takaśabdo hi yadā sajñātvena viniyujyate kvacit piṇḍe tadā
tacchabdarūpādhyāsa
[…] /
(P sous M sous V 2 ad A ṛḷK, vol. I, p. 103)

En effet, lorsque le mot [°śabdo] taka est attribué [viniyujyate] comme nom [sajñātvena] à une boule de chair, il y a surimposition [°adhyāsa] de la forme [°rūpa°] de ce mot [°chabda°] à cette [boule de chair] […].

  • 26 Cet extrait sera repris dans le chapitre 4, 2. La règle concernée est A 5.1.119 « tasya bhāvas tva- (...)

25Dans ce premier passage, il est dit que taka, cas typique de yadcchāśabda, est attribuable comme nom (sajñā). Dans l’extrait suivant26, c’est le mot arbitraire ittha qui est désigné par sajñā :

itthādiv iti / ḍitthādayo yadṛcchāśabdā arthagataṃ na kiṃ cit
pravṛttinimittam apekṣante puruṣecchāvaśena pravartanāt /

[…] / śabdasvarūpam arthe ’dhyasyaaya ittha iti
sa
jñāsajñisambandha kriyate /
(P sous M sous V 5 ad A 5.1.119, vol. IV, p. 348)

itthādiu – les mots [°śabdā] arbitraires [yadcchā°] tels que ḍittha, etc. ne dépendent d’aucune cause d’application [pravtti-nimittam] relevant de l’objet [artha°], dans la mesure où [ces mots] viennent à l’usage [pravarttanāt] du fait du désir [°icchā°] du locuteur [purua°].

[…] Après avoir surimposé [adhyasya] la forme propre [°sva-rūpam] du mot [śabda°] à l’objet [arthe], la relation [°sambandha] nom [sajñā°] -porteur du nom [°sajñi°] est instituée [par l’énoncé] « voici Ḍittha ».

26Un passage de l’Uddyotana, dans lequel l’auteur glose l’expression artha-gatam employée par Kaiyaṭa dans l’extrait cité p. 59, va également dans ce sens :

saṃjñāśabdeṣu saṃjñā‿eva pravṛttinimittaṃ devadatta ity ukte
devadattasaṃjñaka iti pratīteḥ /

tato caarthe āropitasvarūpanimittako yadcchāśabda ity artha /
(Una sous P sous M sous V 1 ad A ṛḷK, vol. I, p. 137)
Le sens est : dans le cas des mots [°śabdeu] [dits] sajñā, la cause d’application [pravtti-nimitta] est le nom [sajñā] lui-même puisque, lorsque l’on dit [ukte] « devadatta », on comprend : « [individu] nommé [°sajñaka] Devadatta ».

Et c’est pourquoi un mot [°śabda] arbitraire [yadcchā°] a pour cause [d’application] [°nimittako] sa propre forme [°sva-rūpa°] qui est surimposée [āropita°] à l’objet [arthe].

27Ces trois extraits m’amènent à formuler deux dernières remarques.

  • 27 Par « forme propre des mots », il faut entendre les mots pris comme séquences phonologiques ou comm (...)

28Si l’on s’en tient à la classification des noms que donne le Mahābhāya, la cause d’application des mots arbitraires est le désir du locuteur. Or, dans les trois passages que je viens de citer, il est dit que c’est la forme propre des mots qui constitue leur cause d’application27. Cette divergence n’est, en réalité, qu’apparente car, selon moi, aussi bien le désir du locuteur que la forme du mot interviennent dans les analyses du fonctionnement des mots arbitraires que proposent ces auteurs, mais à des niveaux différents. Dans un premier temps, le locuteur – ou la communauté linguistique – choisit un nom pour désigner un individu (c’est là qu’intervient le « désir du locuteur »). Dans un second temps, il y a association, dans l’esprit du locuteur – et dans celui de tous ceux qui savent que ce nom est affecté à la désignation dudit individu –, de la forme propre du nom à la représentation du porteur (c’est là qu’intervient la « forme propre »).

29Un mot enfin sur l’idée d’« association mentale », que nous retrouverons à plusieurs reprises au cours de cet ouvrage : la traduction littérale des termes employés – les racines sont adhy-as-(placer sur), adhy-ās-(être posé/fixé sur) et ā-ruh-(placer, déposer, attribuer) – est « surimposition ». Il s’agit d’un processus mental qui concerne tous les noms, comme le remarque Nāgeśa dans l’extrait suivant :

eva ca yeā kriyāguādipravttinimittakatva teā
kriyādyāropeaarthabodhakatvam […] /
(U sous P sous M sous V 2 ad A ṛḷK, vol. I, p. 102)

Et ainsi, les [mots] dont la cause [°pravtti-nimittakatva] d’application est une action [kriyā°], une qualité [°gua°], etc., font comprendre [°bodhakatvam] leur objet [artha°] par la surimposition [°āropea] de l’action, etc. [sur la représentation mentale de l’objet].

  • 28 Cette thèse sera présentée dans le chapitre 4, 2.

30Autrement dit, lorsque le locuteur emploie le mot go (bovin) pour dénoter un bovin, il opère une association mentale entre la cause d’application du nom – le gotva (bovinité) – et la représentation mentale de l’individu bovin qu’il souhaite faire comprendre. De même, s’il emploie le nom cala (mouvant) pour dénoter un bovin en train de se déplacer, il opère une association mentale entre le calatva (fait de se déplacer), cause d’application du nom, et la représentation mentale de l’individu bovin. Si l’on considère, comme le grammairien Kaiyaṭa, que la cause d’application du nom propre taka est la forme même du nom, on dira, de la même façon, qu’il y a surimposition de la forme propre du nom à la représentation mentale de l’individu nommé taka28.

Notes

1 Le phonème / ḷ / est enseigné dans l’« énoncé condensé » (pratyāhāra-sūtra) ṛḷK. La grammaire de Pāṇini s’accompagne en effet d’un ensemble de quatorze règles présentant, selon une organisation particulièrement élaborée, les différentes classes d’unités sonores.

2 Littéralement : « les imitations [anukaraa] [de prononciations] nées [°ja°] de l’incapacité [°a-śakti°] ».

3 Les opérations phonétiques illustrées par les exemples cités sont les suivantes : pour les deux premiers exemples, les phonèmes /y/ (dadhy) et /v/ (madhv), au contact de / ḷ /, se substituent respectivement aux phonèmes /i/ et /u/, selon la règle A 6.1.77 « iKo ya aCi // » : « [Les phonèmes] /y/ - /v/ - /r/ - /l/ se substituent respectivement [aux phonèmes] /i/ - /u/ - /ṛ/ - / ḷ / devant voyelle » ; pour les deux derniers exemples, il y a insertion de l’accrément J selon la règle A 8.3.32 « JaMo hrasvād aCi JaMu nityam // » : « [Les accréments] J - - n [s’ajoutent] à titre nécessaire devant la voyelle [initiale d’un mot, quand le mot précédant se termine respectivement par les consonnes] /i/ - /ṇ/ - /n/ précédées d’une voyelle brève. »

4 Le Kāvya-prakāśa (Soleil de la poésie) est un traité de poétique du xie siècle. L’édition utilisée (R. D. Karmarkar, 1950) présente le texte du Kāvyaprakāśa, accompagné de la Bāla-bodhinī (Instruction pour enfants). L’autre édition (Gajendragadkar, 1959) a été consultée ponctuellement.

5 Voir Pradīpa de Kaiyaṭa (vol. III, p. 157) : « mayūra iva vyasako dhūrta » (« escroc/ fraudeur comme un paon »).

6 A 2.1.72 « mayūra-vyasaka-ādayaś ca // » : « [La classe des composés] commençant par mayūra-vyasaka [paon fraudeur] [porte] aussi [le nom de composé déterminatif]. »

7 yadcchā ne figure pas parmi les termes cités par la Kāśikāvtti pour illustrer la règle. Concernant la formation des termes faisant partie de cette liste, Louis Renou (1966, vol. 1, p. 100) précise : « L’irrégularité est diverse : dans le mot cité, le membre qui devrait tomber à la première place tombe à la seconde. » Autrement dit, la forme attendue est icchā-yad.

8 Ce texte est un commentaire du Mahābhāya de Patañjali.

9 Nous rencontrerons fréquemment le mot artha au cours de cette étude, et pour cause : celui-ci est employé pour désigner notamment – selon les contextes – un objet tangible (vastu), un objet pensé ou un sens (abhidheya), ce qui n’implique pas pour autant que les théoriciens indiens confondaient ces trois éléments. Pour plus de détails sur ce mot et ce qu’il exprime, voir Raja 1963, p. 11-15, Matilal 1971, p. 43 et 66, Deshpande 1992, p. 1-6, Houben 1995, p. 31-35, Gerschheimer 1996, vol. 1, p. 48 et Ganeri 2006.

10 A 6.3.109 « pṛṣodara-ādīni yathā-upadiṣṭam // » : « La classe des composés commençant par pṛṣodara “au ventre bigarré” [vaut en tant qu’elle est] enseignée dans l’usage courant [par les gens cultivés]. » Cette règle entraîne un certain nombre d’irrégularités (dont le remplacement de /i/ par /ṛ/ ) qui ne font pas l’objet d’un enseignement spécifique.

11 Elle ne l’est pas plus pour les autres : elle n’inclut pas, notamment, le mot go (bovin) dénotant une vache individuelle.

12 Yutaka Ojihara remarque que l’expression pravtti-nimitta est « post-patañjalienne » (1972, p. 425). À ma connaissance, en effet, le premier grammairien pāṇinéen à avoir employé cette expression est Bhartṛhari (voir chapitre 4, 1).

13 « It refers to a property whose possession by an entity is the necessary and sufficient condition for a given word being used to refer to that entity » (1992, p. 56). Gerdi Gerschheimer, dans son ouvrage de 1996 (p. 75-79), considère que cette notion est sans doute « née dans les cercles grammairiens » et rappelle que les logiciens en ont proposé deux définitions que nous verrons plus loin (voir chapitre 6, 3 et 6, 4). Je les résumerai dès à présent comme suit : la première est donnée par Vardhamāna dans son Kiraāvalīprakāśa : « pravttinimitta ca vācya sad vācya-vttitve sati vācya-upasthāpakam » (« la cause d’application [d’un mot x] est ce qui, étant exprimé [par x] et résidant en une [entité] exprimée [par x], est un déterminant dans la connaissance de l’exprimé [née du mot x] »). La seconde définition est donnée par Raghunātha dans sa Guakiraāvalīprakāśadīdhiti : « pravtti-nimitta ca śakyatā-avacchedakam » (« Et la cause d’application est le circonscrivant de la propriété d’être exprimé »), définition qui rejette la première composante de la définition précédente (la cause d’application doit elle-même être exprimée). Sur ce point, voir aussi Deshpande 1992, chapitre E.2.

14 Cette séquence est parfois utilisée dans les textes pour référer à la classification sémiotique des noms (voir Matilal 1990, p. 33).

15 Voir Mill 1988 (p. 26-46).

16 Il s’agit donc plus ici du sens que le terme « connotation » revêt dans le contexte philosophique que de celui qu’il peut revêtir en linguistique, par exemple, lorsque l’on entend par là le sens particulier d’un item qui s’ajoute à son sens ordinaire, selon le contexte (comme, par exemple, le terme français cabot, qui désigne le chien, est connoté péjorativement).

17 1981, p. 16. Notons que l’emploi du terme « connotation » chez Mill se différencie nettement de celui qui en est fait dans la grammaire de Port-Royal. Dans le chapitre 2 de la seconde partie, Arnauld et Lancelot (1997) précisent que l’adjectif rouge est doté d’une « signification distincte » (la rougeur) et d’une « signification confuse » ou « connotation » (le support de la rougeur, l’objet rouge).

18 Voir 1981, p. 17-18. John Stuart Mill distingue, dans sa classification des noms, les noms connotatifs, qui dénotent un ou plusieurs objets et impliquent, pour ces objets, une ou plusieurs propriétés, des noms non connotatifs, qui ne peuvent que dénoter un objet (comme le nom propre Paul) ou un attribut (comme le nom abstrait blancheur). Or, comme le remarque Georges Kleiber, si l’on peut accepter que blanc dénote et connote, il est plus difficile d’accepter l’idée selon laquelle blancheur dénote sans connoter (c’est-à-dire réfère sans avoir de contenu sémantique). Il affirme (1981, p. 17-18) : « L’erreur de Mill, sur ce point, est de n’avoir pas vu que les noms dénotent, c’est-à-dire peuvent référer à des individus particuliers, parce qu’ils connotent, c’est-à-dire parce qu’ils ont un sens. Cette considération lui aurait permis d’établir que la connotation de blancheur est sa dénotation. Nous proposons donc de remplacer la coordination dénotent ET connotent par la subordination dénotent, PARCE QU’ils connotent. »

19 Voir U sous P sous M sous V 2 ad A ṛḷK, vol. I, p. 100. Les termes taka et ittha sont des noms propres et les quatre autres, des termes techniques grammaticaux forgés de toutes pièces par Pāṇini.

20 La sous-classe des sajñā inanalysables.

21 La différence entre les deux interprétations serait – selon Pierre-Sylvain Filliozat – la suivante : dans la première interprétation, seul le mot (śabda) correct a la qualité de nom (sajñā) ; dans la seconde interprétation, le mot correct et son équivalent corrompu ont tous deux la qualité de nom, mais dans la mesure où seul le mot correct est conforme aux règles du traité pāṇinéen (c’est-à-dire dérivable au moyen des règles du traité), c’est lui seul qui est considéré comme légitime.

22 Le pūrva-pakin (l’intervenant qui soutient une « première vue ») déclare : rien ne vient entraver l’emploi des mots phia et phiḍḍa puisque, contrairement à taka, on ne leur connaît pas d’équivalents corrects (c’est-à-dire dérivables au moyen des règles du traité). Le siddhāntin (l’intervenant qui exprime la vue finale et définitive) répond : les équivalents corrects phia et phiḍḍa existent bien. Il dira juste après que, dans l’usage courant, on constate que les suffixes phia et phiḍḍa s’adjoignent à la racine -(citée sous la forme arti) ; c’est donc cette base qui doit être prise pour les deux suffixes en question. Dans ce cas aussi, ce sont les formes phia et phiḍḍa qui seront préférentiellement employées.

23 Littéralement « [enseignés dans les] u-ādi [sūtra] ». Voir chapitre 1, note 40.

24 Kātyāyana finira par rejeter l’utilité de l’enseignement de / ḷ /, contrairement à Patañjali.

25 C’est clair notamment pour Bhartṛhari (voir chapitre 4, 1) et Kaiyaṭa (voir chapitre 4, 2) ; concernant Nāgeśa (voir chapitre 7), la glose qu’il donne semble également aller dans ce sens, mais pas les exemples qu’il cite (tous sont des termes formés arbitrairement).

26 Cet extrait sera repris dans le chapitre 4, 2. La règle concernée est A 5.1.119 « tasya bhāvas tva-taLau // » : « [Les suffixes] -tva et -taL [valent après un mot] au génitif [pour dénoter] son essence. » La présente traduction se fonde sur celle de Sumitra M. Katre (1989).

27 Par « forme propre des mots », il faut entendre les mots pris comme séquences phonologiques ou comme images sonores. Je reviendrai sur cette notion dans l’introduction du chapitre 4.

28 Cette thèse sera présentée dans le chapitre 4, 2.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search