Version classiqueVersion mobile

Le nom propre en Inde

 | 
Émilie Aussant

Introduction

Texte intégral

1. Préliminaires

  • 1 Voir notamment Chatterji 1933, 1946 et 1964, Madhava Krishna Sarma 1940, Chaturvedi 1940, Agrawala (...)
  • 2 Je signalerai deux études fondamentales : Palsule 1966 et Candotti 2006. La première est consacrée (...)
  • 3 La thèse dont est issu le présent ouvrage est intitulée La notion de saṃjñā dans la tradition gramm (...)
  • 4 Voir Debrunner 1954, p. 15.

1L’une des premières tâches que doit remplir une grammaire, quelle qu’elle soit, est la mise au point d’une terminologie rigoureuse car l’emploi du langage pour parler du langage est source de confusions et ce, dans toutes les langues. De nombreuses études ont été menées sur l’abondante terminologie technique pāṇinéenne, proposant chacune des classifications toujours plus élaborées1. Mais peu, finalement, se sont intéressées au terme même qui désigne les unités métalinguistiques, à savoir sajñā2. La présente étude est issue d’une thèse de doctorat consacrée à cette notion de première importance pour la réflexion grammaticale sanskrite3. Du point de vue formel, la dérivation du terme est claire : il s’agit d’un nom racine féminin, avec valeur de nom d’action, formé sur la racine jñā- (savoir, connaître), et combiné avec le préverbe sam-, selon un type de formation bien connu4. Le nom racine peut être précédé des mêmes préverbes qui se combinent avec la racine dans son emploi verbal. On trouve ce même nom racine avec d’autres préverbes, par exemple pra-jñā (jugement, décision), ā-jñā (ordre, commandement), vi-jñā (discernement, compréhension). Sur le plan du sens, le préfixe sam-revêt ici la nuance de « rassemblement », d’« ensemble » et jñā- réfère à la connaissance d’où le sens premier de « connaissance / savoir commun, accord ». Littéralement, sajñā exprime le fait de savoir, connaître ensemble et donc, comme les noms d’action acquièrent souvent une valeur résultative, « ce qui fait l’objet d’une connaissance, d’une compréhension commune, partagée par l’ensemble d’une communauté ». Ce sens fondamental est décliné dans les différentes valeurs du terme qui sont présentées dans les notices des dictionnaires du sanskrit en langues occidentales, dont je donne un exemple ci-dessous (V. S. Apte, The Practical Sanskrit-English Dictionary) :

  • 5 « 1 Consciousness […]. 2 Knowledge, understanding. 3 Intellect, mind. 4 A hint, sign […]. 5 A name, (...)

1) Conscience […]. 2) Connaissance, compréhension. 3) Intellect, esprit. 4) un indice, signe […]. 5) Un nom, désignation, une appellation. 6) (En grammaire) Tout nom ayant un sens spécial, un nom propre. 7) Nom technique pour un affixe […]. 8) Le mantra Gāyatrī […]. 9) Nom de la fille de Viśvakarman […].5

2La plupart de ces sens se retrouvent en contexte grammatical, même si tous ne connaissent pas la même fréquence d’emploi (le sens de « compréhension » se rencontre moins souvent que celui de « terme technique », par exemple). La notice citée ci-dessus, mais également l’étude de la distribution du terme sajñā dans le contexte des traités grammaticaux révèlent que, même si l’on s’en tient aux sens relevant du seul champ métalinguistique, la notion renvoie à un ensemble d’unités empreintes d’une certaine hétérogénéité. La définition que Louis Renou donne de sajñā, dans sa Terminologie grammaticale du sanskrit (1942, vol. II, p. 120-122) est, à cet égard, particulièrement éloquente :

  • 6 Le terme vākya signifie ici « expression analytique » et s’oppose à vtti (expression synthétique). (...)

« nom » conventionnel, distingué de l’appellatif commun et comprenant a) le nom propre […] b) tout nom constituant une appellation particulière, qui ne s’explique pas directement par la dérivation […] ; mots dont le genre et le nombre ne sont pas susceptibles d’être enseignés […] ; désignation spécifique, non résoluble en vākya6 […] c) en particulier, nom technique de la grammaire, soit fictif […], soit signifiant […] ; par extension, règles enseignant l’emploi dudit nom (°sūtra) […].

3À la lecture d’une telle énumération, on ne peut que s’interroger sur ce qui fonde, pour les grammairiens pāṇinéens, l’appellation sajñā car, s’ils classent tous ces items dans l’unique catégorie sajñā, c’est qu’ils les considèrent a priori comme étant de même « nature ». Louis Renou, en traduisant sajñā par « nom conventionnel », répond en partie à cette interrogation : le trait commun aux unités désignées par sajñā est leur caractère conventionnel. Je dis « en partie » car, selon moi, cette traduction n’est pas totalement convaincante et ce, pour deux raisons :

    • 7 Il sera question de cette catégorie de sajñā dans le chapitre 4, 1. Voir aussi Aussant 2007.
    • 8 Un mot autonyme, employé de manière sui-référentielle, ne peut renvoyer qu’à sa propre forme ; l’ar (...)

    il existe, d’une part, des termes dits sajñā dont le trait distinctif ne peut pas être, a priori, le caractère conventionnel, à savoir les anvarthasajñā (noms techniques [employés] en conformité avec leur sens [étymologique/premier])7 et les autonymes8 ;

  • d’autre part, « nom conventionnel » reste une traduction générale, voire imprécise, puisque l’on sait que la convention (ou l’arbitraire) peut intervenir à plusieurs niveaux. Si l’on opte pour une telle traduction, il faut nécessairement dire un mot sur ce que signifie la « convention » pour les grammairiens pāṇinéens, et surtout, sur la manière dont ils l’expliquent.

4En se fondant sur un certain nombre de textes appartenant à la tradition pāṇinéenne, ma thèse se proposait de mettre en évidence la « nature » des unités désignées par sajñā dans le contexte métalinguistique et, par là, de donner une définition unitaire de la notion, qui soit plus conforme à la pensée grammaticale sanskrite.

  • 9 Je me suis intéressée en priorité aux analyses qui recouraient à la notion de « cause d’application (...)
  • 10 Le choix de publier la troisième partie de ma thèse s’explique par son caractère, à ce jour, inédit (...)
  • 11 Pour plus de précisions sur l’emploi que je fais du terme « connotation », je renvoie le lecteur au (...)

5Ma recherche m’a permis de définir le champ d’application de la notion ainsi que le champ lexical dans lequel elle s’insérait. De plus, l’examen des discussions soulevées par la notion de sajñā – essentiellement concentrées sur les thèmes suivants : la relation sajñā-sajñin ( porteur de la sajñā), les sajñā employées en conformité avec leur sens étymologique ou « premier » et le champ métalinguistique – a rendu possible la mise au jour d’une caractéristique essentielle des sajñā, à savoir le rôle majeur que joue leur forme phonique dans leur fonctionnement sémantico-référentiel. J’ai alors orienté mes recherches vers la « cause d’application » (pravtti-nimitta) des sajñā, avec l’idée que c’était à ce niveau qu’il fallait chercher la spécificité de ces unités. Le présent ouvrage reprend, sous une forme remaniée, la dernière partie de ma thèse consacrée, pour une part, à l’étude du concept de « cause d’application », que je rapproche de celui de « connotation » et, pour une autre part, à l’étude des analyses du fonctionnement sémantico-référentiel du nom propre9 – importante catégorie de sajñā – que les trois grandes disciplines traditionnelles indiennes (grammaire, logique et exégèse) ont pu proposer10. Au terme de ma recherche, il est apparu assez clairement que l’on pouvait considérer que la « nature » des items désignés par sajñā était à chercher au niveau de leur connotation11 : est nommée sajñā toute unité linguistique connotant sa « forme propre » (sva-rūpa), autrement dit sa forme phonique. Cette définition – par ailleurs clairement formulée par certains grammairiens de tradition pāṇinéenne (voir chapitre 4) – répond, selon moi, aux objectifs fixés initialement :

  • elle rend compte de toutes les unités linguistiques nommées sajñā que j’ai pu relever dans le contexte grammatical (noms propres, termes techniques employés ou non en conformité avec leur sens étymologique/ premier, autonymes, expressions dont le sens ne s’obtient pas par l’analyse, mots conventionnels au genre et/ou au nombre imprévisible(s)) ;

  • elle explique d’où vient le caractère conventionnel des termes désignés par la notion (connotant leur forme phonique et non un attribut de l’entité qu’ils dénotent, autrement dit, ne permettant pas d’identifier leur référent, ces items sont référentiellement opaques) ;

  • elle est unitaire, et donc plus conforme à la pensée grammaticale pāṇinéenne.

6Ma recherche m’a donc amenée à étudier la manière dont les grammairiens, les logiciens et les exégètes sanskrits ont analysé, en lien avec le concept de « cause d’application », le fonctionnement sémantico-référentiel des noms propres, et je souhaite, aujourd’hui, rendre les résultats de mon étude accessibles à tous ceux qui, linguistes, historiens de la linguistique ou philosophes du langage, s’intéressent à ce type d’unités linguistiques.

  • 12 Je reviendrai sur la catégorie nominale, ainsi que sur l’opposition nom propre - nom commun, dans l (...)

7La singularité des noms propres tient aux trois caractéristiques suivantes12 :

  1. ils dénotent un individu particulier et ce, que ce dernier soit présent ou non dans la situation d’énonciation ;

  2. leur emploi implique un acte de nomination initial ;

  3. ils ne décrivent pas l’individu particulier qu’ils dénotent.

8Les première et troisième caractéristiques posent inévitablement la question du « sens » des noms propres, comme le rappelle Georges Kleiber (1981, p. 295) :

S’ils peuvent référer à des particuliers, et même à des particuliers absents, (référence actuelle), ils doivent avoir une référence virtuelle propre (ou sens). Leur caractère non descriptif milite par contre en faveur de l’hypothèse de la vacuité sémantique. Les noms propres paraissant à la fois avoir et ne pas avoir de sens […].

9La question du mécanisme référentiel des noms propres a suscité, aussi bien en Occident qu’en Inde, de nombreuses réflexions. Si les débats, en Occident, concernent principalement la logique et la philosophie, la linguistique n’y participant que de manière marginale, ce sont essentiellement les grammairiens (vaiyākaraa) et les logiciens (naiyāyika) qui, en Inde, se sont emparés du problème. Nous verrons comment les premiers ont majoritairement défendu l’idée selon laquelle les noms propres dénotent et connotent, alors que, parmi les seconds, c’est l’idée d’une dénotation directe, sans connotation, qui a été le plus souvent soutenue.

  • 13 Par « éternité », il faut entendre l’idée selon laquelle nous apprenons de nos parents (qui eux-mêm (...)

10La deuxième caractéristique des noms propres, à savoir la présupposition d’un acte de nomination initial, a également soulevé une question cruciale pour la réflexion indienne : lorsque l’on envisage les faits de langue de manière fondamentalement naturaliste, que l’on considère que la relation entre le mot et son objet est naturelle, justifiée et surtout, éternelle ou « déjà là » (nitya)13, comment expliquer le fait que l’emploi de certains mots ait une origine historique, clairement localisable dans le temps et, de surcroît, le fait que la relation entre ces mots et leur objet soit arbitraire ?

  • 14 Pour le sujet qui nous occupe, « retracer l’histoire » consiste davantage à inscrire les diverses t (...)

11Mon ouvrage se donne ainsi pour but de montrer et d’expliquer comment la spécificité du statut sémiotique des noms propres a été abordée dans les trois disciplines indiennes traditionnelles que sont le vyākaraa (grammaire), le nyāya (logique) et la mīmā (exégèse), disciplines qui placent la réflexion sur le langage au centre de leurs préoccupations. Je distingue cinq types d’analyses ou thèses, que je présente selon un ordre chronologique : 1) la thèse de la propriété générique comme cause d’application des noms propres (voir chapitre 3), la plus ancienne qui soit parvenue jusqu’à nous et la plus fréquemment évoquée ; 2) la thèse de la forme propre comme cause d’application des noms propres (voir chapitre 4) – mentionnée à partir du ve siècle par les grammairiens, elle ne semble pas avoir été défendue dans d’autres écoles ; 3) la thèse de l’identité comme cause d’application des noms propres (voir chapitre 5) – très peu documentée, elle est indirectement évoquée dans un texte d’exégèse du vie-viie siècle et dans son commentaire du xie siècle ; 4) la thèse de la référence directe (voir chapitre 6), exclusivement soutenue, à ma connaissance, par les logiciens – ses fondements sont posés dès le vie siècle et elle se développe à partir du xie siècle ; 5) la thèse de l’individu comme cause d’application des noms propres (voir chapitre 7) – mentionnée fin xviie - début xviiie par le dernier représentant de la tradition grammaticale pāṇinéenne. Cette organisation thématique met en valeur le fait que les théoriciens indiens connaissaient les positions des écoles autres que la leur et que les idées, au travers des débats, circulaient ; la thèse de la propriété générique, qui est mentionnée dans des textes d’obédiences diverses, illustre bien ce phénomène. L’ordre de présentation des thèses, je l’ai dit, est chronologique : il permet, dans une certaine mesure, de retracer l’histoire des analyses du fonctionnement sémantico-référentiel des noms propres14. La présentation des cinq thèses est précédée de deux sections : la première retrace l’émergence de l’idée de convention chez deux auteurs anciens appartenant à des écoles distinctes : Yāska, étymologiste, et Pāṇini, grammairien (voir chapitre 1) ; la seconde présente la notion de cause d’application, concept central des analyses du fonctionnement sémantico-référentiel des noms propres élaborées à partir du iie siècle avant notre ère (voir chapitre 2).

2. Repères historiques et présentation du corpus étudié

  • 15 À une exception près : le Nirukta de Yāska. Ce texte n’appartient pas à la tradition grammaticale. (...)

12Mon travail se fonde sur l’étude de différents textes techniques sanskrits appartenant à des époques ainsi qu’à des disciplines différentes. Je présente ci-après les textes grammaticaux15, les textes de logique et les textes d’exégèse auxquels je ferai référence dans cet ouvrage.

2.1 Étymologie (nirukta) : le Nirukta de Yāska

  • 16 Eivind Kahrs propose de le placer entre le viie et le iiie siècle avant notre ère (1998a, p. 14), G (...)
  • 17 Ce fait a été relevé par Joshi et Roodbergen (1986, p. 11), ainsi que par Kahrs (1998a, p. 14).

13Nous connaissons très peu de choses de Yāska, le spécialiste de l’élucidation du sens des mots. Déterminer l’époque à laquelle vivait cet auteur reste, aujourd’hui encore, une gageure16 ; quant à sa relation avec Pāṇini (voir Introduction, 2.2.1), les données dont nous disposons ne nous autorisent qu’à conjecturer. Néanmoins, il est généralement considéré que Yāska précède Pāṇini. Ce qui est à peu près certain, c’est que son œuvre était connue de Patañjali (voir Introduction, 2.2.3), car ce dernier y fait référence dans son introduction (paspaśā) au Mahābhāya (Grand commentaire)17.

  • 18 De la racine vac- (parler, expliquer) et nis- (hors de), préverbe à valeur séparative.
  • 19 Le Veda est « l’ensemble des textes représentant la religion que les âryens ont importée avec eux d (...)
  • 20 Sur les « dangers » de la comparaison avec l’étymologie prise comme le tracé de l’histoire d’un mot (...)
  • 21 Le point de départ de l’analyse nirvacana est le sens des unités ; son principe fondateur est que l (...)

14Le Nirukta (litt. explicité)18 appartient à la tradition d’analyse du même nom, tradition qui constitue l’une des disciplines auxiliaires du Veda19. L’ouvrage de Yāska est, à l’origine, le commentaire explicatif du vocabulaire contenu dans les listes de mots issus du recueil des hymnes du g-veda, connues sous le nom de Nighaṇṭu ou encore Naighaṇṭuka. Mais c’est aussi un traité de lexicographie, souvent rapproché de l’étymologie20, dans le sens où il s’agit d’une étude qui, en mettant au jour la dérivation des mots21, révèle leur rectitude. L’idée sur laquelle se fonde cette analyse est que l’essence (tattva) des choses est contenue dans les noms qui les désignent. C’est en partie pour cette raison que j’ai voulu intégrer ce texte au corpus, même s’il n’appartient pas à la tradition grammaticale : pour Yāska, les mots (noms propres compris) sont transparents, il y a une correspondance naturelle entre le nom et la chose qu’il désigne. Cette conception du « nom naturel » constitue une forme de réflexion sur le nom propre et, en tant que telle, trouve toute sa place dans la présente étude. Une autre raison explique l’intégration du Nirukta à mon corpus : Yāska fait usage – en de rares occasions – de savijñāta ([nom] communément connu) et de savijñāna-bhūta ([nom] dont la connaissance est devenue commune), termes qui introduisent, au cœur de cet ouvrage fondamentalement gouverné par le principe de la rectitude des noms, l’idée de convention.

15L’édition à laquelle je me suis référée est celle de Sarup (1998). J’ai recouru par ailleurs à l’édition de Bhadkamkar pour le commentaire de Durga (vie siècle ?).

2.2 Grammaire (vyākaraa)

2.2.1 L’Aṣṭādhyāyī de Pāṇini

  • 22 Voir Hinüber 1989, p. 34 et Falk 1993, p. 302-304.
  • 23 Pāṇini est l’héritier d’une tradition ancienne, non un inventeur de génie. Dans son traité, il fait (...)

16Les spécialistes s’accordent à situer Pāṇini au ive siècle avant notre ère22. Ce grammairien, qui serait originaire de Śalātura, au Gandhāra (nordouest du sous-continent indien), est l’auteur du plus ancien texte de vyākaraa, autre discipline auxiliaire du Veda, qui soit parvenu jusqu’à nous23 : l’Aṣṭa-adhyāyī ([Formulaire] en huit leçons). La composition de cet ouvrage constitue le fondement de la principale école de grammaire sanskrite.

  • 24 Le terme sūtra signifie littéralement « fil ». À partir de ce sens littéral, le terme désigne aussi (...)
  • 25 Nous avons vu, en note 21, que le sens constituait aussi le point de départ de l’analyse nirvacana. (...)
  • 26 Pour une description du fonctionnement de la grammaire de Pāṇini, voir Filliozat 1988, Cardona 1997 (...)
  • 27 Voir Haag 2000a, p. 238-239.
  • 28 Voir Haag 2000b, p. 239-240.
  • 29 Voir Haag 2000d, p. 250-251.
  • 30 Voir Haag 2000c, p. 240-241.

17L’œuvre de Pāṇini consiste en un traité grammatical comprenant près de quatre mille règles rédigées dans le style du sūtra24, qui a pour but premier la génération des mots et des phrases corrects de la langue sanskrite. C’est un système dérivationnel génératif qui, prenant pour point de départ le sens25, analyse les unités linguistiques en base et affixe26, puis les assemble pour former des mots et des phrases. Le fonctionnement de ce système suppose la connaissance de quatre traités ancillaires : le Dhātu-pāha (Récitation des racines), recueil de près de deux mille racines verbales27, le Gaa-pāha (Récitation des groupes [de mots]), recueil de vocables autres que les racines verbales présentant des particularités dérivationnelles28, les U-ādi-sūtra (Aphorismes commençant par u)29, recueil de dérivés primaires ne s’intégrant pas aux formations enseignées par la grammaire, et les Pratyāhāra-sūtra (Aphorismes [relatifs] aux énoncés condensés), catalogue des phonèmes sanskrits30.

  • 31 Nous verrons plus loin (chapitre 1, 2) les conséquences générées par l’emploi de ce terme sur la ré (...)

18La présence de l’Aṣṭādhyāyī dans ce corpus s’explique pour trois raisons : 1) il s’agit du premier ouvrage de vyākaraa qui nous soit parvenu et, à ce titre, il nous livre les « premières » occurrences de sajñā dans un contexte grammatical ; 2) noms propres, termes techniques, mots dont l’emploi ne s’explique pas par l’analyse, etc. (c’est-à-dire unités immotivées par excellence) y sont, pour la plupart, désignés à l’aide du terme sajñā, ce qui marque une étape fondamentale dans la reconnaissance de l’arbitraire linguistique31 ; 3) l’Aṣṭādhyāyī, ouvrage fondateur de la tradition pāṇinéenne, constitue le point de départ de commentaires qui font également partie de mon corpus.

  • 32 Le terme bhāā (litt. parole, de bhā- : parler, dire) désigne, dans la grammaire de Pāṇini, la var (...)

19Pour le texte, comme pour les traductions, j’ai principalement utilisé deux éditions : celle de Renou (1966, en français) et celle de Katre (1989, en anglais). Les autres éditions figurant dans les références biblio graphiques ont été consultées ponctuellement. Sauf mention particulière, la traduction des sūtra de l’Aṣṭādhyāyī adoptée dans la présente étude se fonde sur celle de Louis Renou. Je me suis également référée, de manière très ponctuelle, à un commentaire de l’Aṣṭādhyāyī datant du xiie siècle, la Bhāā-vtti (Glose [des règles relatives à la] bhāā32) de Puruṣottamadeva. L’édition utilisée est celle de Chakravarti (1918).

2.2.2 Les Vārttika de Kātyāyana

20Kātyāyana, grammairien indien du iiie siècle avant notre ère, originaire du Deccan (nord-ouest de la partie péninsulaire de l’Inde), est l’auteur du plus ancien commentaire de la grammaire de Pāṇini qui soit parvenu jusqu’à nous.

21Son commentaire se présente sous la forme d’environ quatre mille trois cents vārttika (Éléments d’interprétation) portant sur mille deux cent quarante-cinq sūtra de l’Aṣṭādhyāyī. Les vārttika sont destinés à préciser certains points de doctrine et proposent parfois des corrections pour assurer la validité des sūtra pāṇinéens, le tout avec une grande concision. Ils ne sont connus qu’à travers la glose qu’en propose Patañjali (voir Introduction, 2.2.3), auteur du Mahābhāya (Grand commentaire).

22L’intégration des vārttika de Kātyāyana au corpus se justifie pour deux raisons : d’une part, ils sont indispensables à la bonne compréhension du Mahābhāya de Patañjali et, d’autre part, ils posent les jalons de la tradition pāṇinéenne d’interprétation.

23L’édition de référence est celle de Kielhorn (1962-1972), où les vārttika sont accompagnés de la glose qu’en donne Patañjali.

2.2.3 Le Mahābhāya de Patañjali

  • 33 Sur cette triade et la notion d’autorité dans la tradition pāṇinéenne, voir Deshpande 1998.
  • 34 Notons toutefois que Patañjali commente directement quatre cent soixante-huit règles du traité pāṇi (...)

24Grammairien indien du milieu du iie siècle avant notre ère, qui serait originaire de Mathurā (Inde centrale), Patañjali est le dernier membre de ce que l’on appelle traditionnellement la « triade des sages » (muni-traya), les deux premiers membres étant Pāṇini et Kātyāyana33. Il est unanimement considéré comme le commentateur majeur de l’œuvre pāṇinéenne, même si le Mahā-bhāya (Grand commentaire) cite et discute avant tout les vārttika de Kātyāyana34.

25Le Mahābhāya, composé sous la forme de dialogues entre un élève (śiya), un maître qui ne connaît qu’une partie des sujets traités (ācāryadeśīya) et un maître qui donne la thèse finale (ācārya ou siddhāntin), concerne un peu plus de mille sept cents sūtra pāṇinéens. Il en étudie minutieusement la teneur et, bien souvent, revient sur les modifications que propose d’apporter Kātyāyana, en arguant du fait que la composition des sūtra ne peut être soumise à des remaniements. Outre son intérêt en tant que commentaire de l’Aṣṭādhyāyī et des vārttika, le Mahābhāya constitue une œuvre fondamentale en ce qu’il aborde des thèmes très variés de la réflexion sur le langage, comme la nature du mot, son éternité, sa relation à l’objet qu’il dénote, ou encore la distinction entre genre grammatical et genre naturel.

26Le Mahābhāya a été intégré à mon corpus, non seulement parce qu’il représente l’un des sommets de l’histoire de la pensée indienne, mais aussi et surtout parce qu’il contient, en germe ou sous une forme développée, l’essentiel des discussions soulevées par la notion de sajñā. C’est également dans cet ouvrage que l’on trouve, pour la première fois, l’emploi de la notion de pravtti(nimitta) (cause (d’application)), essentielle, nous le verrons, pour le présent travail (voir chapitre 2), ainsi que l’analyse sémantico-référentielle du nom propre la plus répandue dans la réflexion sanskrite sur le langage – thèse dite de « la propriété générique comme cause d’application des noms propres » (voir chapitre 3, 1).

27L’édition à laquelle je me suis référée est celle de Kielhorn (1962-1972). Les traductions suivantes ont été ponctuellement consultées : Filliozat (1975-1986, traduction en français, couvrant l’introduction, ainsi que près de deux cents quarante sūtra), Joshi et Roodbergen (1968-1986, traduction en anglais, couvrant l’introduction ainsi que le commentaire de près de quatre-vingt sūtra). J’ai été amenée par ailleurs à citer un passage d’un commentaire tardif (seconde moitié du xviie siècle) du Mahābhāya, le Ratna-prakāśa (Soleil des joyaux) de Śivarāmendra Sarasvatī ; l’édition utilisée est celle de Narasimhacharya (1973-1983).

2.2.4 La Mahābhāyadīpikā et le Vākyapadīya de Bhartṛhari

28L’influence exercée par Bhartṛhari, grammairien philosophe du ve siècle, dépasse largement la tradition grammaticale pāṇinéenne. Son rayonnement a suscité, dans le domaine philosophique, de nombreux débats.

  • 35 Le seul manuscrit qui nous soit parvenu est dépourvu du début du texte et s’arrête sur le commentai (...)
  • 36 Sur ce point, voir Palsule 1993 et Houben 1993 et 1995.

29La rédaction de la Mahābhāya-dīpikā (Lumière [sur] le grand commentaire), commentaire incomplet35 et corrompu du Mahābhāya, aurait précédé celle du Vākya-padīya ([Traité] du mot et de la phrase)36.

  • 37 Comme le souligne Jan E. M. Houben (1995, p. 16-17), le fait que Bhartṛhari accepte l’idée qu’une m (...)

30Le Vākyapadīya est l’ouvrage le plus connu de Bhartṛhari. Son but est l’élaboration, sur la base de la technique grammaticale, d’une doctrine du salut. L’auteur y aborde des thèmes aussi nombreux que variés, relevant de la linguistique générale (conception de la phrase, mécanismes de compréhension du sens, etc.) comme de la grammaire pure (dérivation, composition, etc.), en se faisant l’écho des différentes thèses soutenues à son époque, sur ces mêmes sujets37. Ce trait de composition confère une structure argumentative particulièrement complexe à l’œuvre et ne facilite guère l’identification du point de vue vue de Bhartṛhari.

  • 38 Sur ce point, voir Candotti 2006.

31La présence de ces deux textes dans mon corpus s’explique en premier lieu par l’influence que leur auteur aura exercée sur la réflexion grammaticale sanskrite ; après Bhartṛhari en effet, les considérations relatives au langage ont une autre tonalité. De plus, la Mahābhāyadīpikā est le premier commentaire connu du Mahābhāya. L’apport de Bhartṛhari, pour le sujet qui nous concerne ici, est sans commune mesure : c’est dans ses œuvres que l’on trouve les premières traces de la thèse dite de « la forme propre comme cause d’application des noms propres » (voir chapitre 4, 1). C’est également à cet érudit hors pair que l’on doit une réflexion très poussée du phénomène autonymique38.

32Sauf mention particulière, l’édition utilisée pour la Mahābhāyadīpikā est celle du Bhandarkar Oriental Research Institute de Pune (1985-1991, édition critique accompagnée d’une traduction anglaise).

  • 39 Le terme vtti désigne les gloses littérales qui paraphrasent et expliquent brièvement un texte en (...)
  • 40 Une īkā est le commentaire d’un commentaire (bhāya). Il est difficile de situer Puṇyarāja dans le (...)
  • 41 Auteur qui serait du xe siècle.

33Pour le Vākyapadīya, j’ai principalement recouru à l’édition de Rau (1977) et, pour les commentaires – Vtti (Glose) pour la première partie39, Vtti et īkā (Sous-commentaire) de Puṇyarāja pour la deuxième partie40, Prakīraka-prakāśa (Soleil [de la section] sur les sujets divers) de Helārāja41 pour la troisième partie – à l’édition de Subramanya Iyer (1973-1995). Les autres éditions ont été consultées ponctuellement. Je me suis ponctuellement référée aux traductions suivantes : Biardeau (1964, en français) pour la première partie, Filliozat (2001-2003, séminaires à l’EPHE) pour la deuxième partie, Subramanya Iyer (1971 et 1974, en anglais) pour la troisième partie.

2.2.5 La Kāśikāvtti de Jayāditya et Vāmana

34La Kāśikā-vtti (Glose de Bénarès) est le plus ancien commentaire complet de l’Aṣṭādhyāyī, datant vraisemblablement de la moitié du viie siècle. Le but premier de cet ouvrage est de donner une glose explicative de chaque sūtra, en suppléant les éléments sous-entendus. Contrairement aux autres textes cités dans cette introduction, je n’ai pas procédé à une étude approfondie de ce commentaire car, lorsqu’il reprend des éléments de discussions issus des vārttika de Kātyāyana ou du Mahābhāya de Patañjali, il se contente de les livrer sans analyse. Sur le plan de la réflexion grammaticale, son intérêt est donc limité. En revanche, et c’est la raison pour laquelle il trouve néanmoins sa place dans la liste des textes que je présente ici, le commentaire de Jayāditya et Vāmana est d’une grande utilité pour les nombreuses illustrations qu’il donne des sūtra.

35L’édition utilisée est celle de Miśra (1985), qui présente le texte de la Kāśikāvtti accompagné de ses deux principaux commentaires, le Nyāsa (Position [des thèses grammaticales]) de Jinendrabuddhi et la Padamañjarī (Bouquet des mots) de Haradatta.

2.2.6 Le Pradīpa de Kaiyaṭa

  • 42 Voir Filliozat 1991, p. 11-12.

36Kaiyaṭa, grammairien indien du xie siècle originaire du Cachemire42, est l’auteur du commentaire complet le plus ancien du Mahābhāya. Son Pradīpa (Lampe [du grand commentaire]) consiste en une glose explicative du Mahābhāya, d’un style généralement limpide. L’influence de l’œuvre bhartṛharienne y est particulièrement présente, comme nous aurons l’occasion de le constater.

37Ces caractéristiques suffisent à justifier la présence d’un tel texte dans mon corpus. Mais, pour la présente étude, le Pradīpa est, avec les œuvres de Bhartṛhari, l’un des textes les plus incontournables et ce, pour deux raisons : d’une part, c’est ce texte qui livre les premières informations détaillées sur la notion de sajñā et, d’autre part, Kaiyaṭa se positionne clairement comme l’un des défenseurs de la thèse dite de « la forme propre comme cause d’application des noms propres » (voir chapitre 4, 2).

38Je serai amenée à faire référence à deux des commentaires du Pra dīpa, datant tous deux du xviie siècle : l’Uddyotana (Illumination) d’Annaṃbhaṭṭa et le Nārāyaīya ([Commentaire] de Nārāyaṇa) de Nārāyaṇa Śāstrī.

39Pour le Pradīpa, l’édition utilisée est celle de Shastri (2001). La traduction de Filliozat (1975-1986, en français) a été consultée ponctuellement. Pour les commentaires (Uddyotana et Nārāyaīya), je me suis référée à l’édition de Narasimhacharya (1973-1983).

2.2.7 L’Uddyota et la Laghumañjūā de Nāgeśa

  • 43 Dharma « a pour sens premier “norme de la vie religieuse, norme rituelle” par laquelle s’affirme l’ (...)
  • 44 Le yoga est « une discipline ancienne de maîtrise de l’esprit et du corps. […] L’adepte du yoga, le (...)

40Nāgeśa, lettré indien de la fin du xviie et du début du xviiie siècle, originaire du Mahārāṣṭra (nord-ouest de la partie péninsulaire de l’Inde) et dernier grand représentant de la « nouvelle grammaire », s’est illustré dans de nombreux ouvrages traitant aussi bien de grammaire et de poésie que du dharma43 et du yoga44.

  • 45 Sur cet ouvrage, voir notamment Ruegg 1959, p. 5-14. Signalons également une étude parue en 2002 : (...)

41Son Uddyota (Lumière [de la lampe du grand commentaire]) est un commentaire du Pradīpa de Kaiyaṭa, qu’il suit pas à pas. Profondément fidèle à la pensée de Patañjali, il outrepasse parfois son devoir de simple commentateur et introduit fréquemment ses idées propres. Son érudition et son originalité s’expriment bien mieux encore dans une autre œuvre (que nous ne ferons qu’entrevoir à l’occasion d’une citation, chapitre 4, 2) : la Laghu-mañjūā (Petit coffret), version abrégée de la Vaiyākaraa-siddhānta-mañjūā (Coffret des conclusions des grammairiens)45. Il s’agit d’un ouvrage de philosophie grammaticale, où l’auteur expose sa propre réflexion tout en la confrontant à celle d’autres écoles, d’obédiences diverses.

42D’une pensée relativement libre, Nāgeśa réfute tout aussi bien les vues non pāṇinéennes que certaines des thèses défendues par des représentants de sa propre tradition, comme Bhaṭṭoji Dīkṣita, autre grande figure de la nouvelle grammaire. Héritier d’une tradition de réflexion longue de deux millénaires, cet auteur devait nécessairement trouver sa place dans le présent travail ; sa présence se justifie d’autant plus qu’il est l’unique défenseur de la thèse dite de « l’individu comme cause d’application des noms propres » (voir chapitre 7).

43Pour l’Uddyota, l’édition utilisée est celle de Shastri (2001). Je me réfère également à la traduction de Filliozat (1975-1986, en français). Pour la Laghumañjūā, je recours à l’édition de Bhandari et Pendsey (1989).

2.3 Logique (nyāya)

2.3.1 Le Padārthadharmasagraha de Praśastapāda

  • 46 Pour les dates des différents logiciens, voir Bhattacharya 1958 et Potter 1977.
  • 47 Pour plus d’information sur ce texte fondateur et cette école de pensée, voir Matilal 1977, p. 62-7 (...)
  • 48 Le terme vaiśeika est parfois rendu par « systématique » (voir Gerschheimer 1996, vol. I, p. IX).
  • 49 Sur ce terme, voir notamment Foucher 1949, p. 32-35.

44Praśastapāda, qui aurait vécu vers le vie siècle46, est l’auteur du plus ancien ouvrage vaiśeika faisant suite aux Vaiśeika-sūtra (Aphorismes du Vaiśeika – datant du ier siècle ?)47, premier texte connu de l’école de pensée nommée Vaiśeika (litt. relatif aux spécificités, nom dérivé de viśea : spécificité)48. Cette école se préoccupe essentiellement de l’analyse de la nature (elle peut être considérée comme une physique), dont elle délimite les éléments (jusqu’aux atomes – paramāu49) et les décrit dans leurs particularités. Aux alentours du ixe siècle, le Vaiśeika fusionne avec une autre école, celle du Nyāya (litt. méthode, règle, dans le langage philosophique : logique), qui enseigne le raisonnement et, en conséquence, les moyens d’acquérir une connaissance valide (pramāa). À partir du xiie siècle, un certain nombre d’ouvrages, tels que la Tārkikarakā (Défense du dialecticien) de Varadarāja et la Tarka-kaumudī (Clair de lune de la dialectique) de Laugākṣi Bhāskara, intègrent des éléments de réflexion de ces deux courants de pensée (l’école de pensée qui naît de cette fusion est appelée Nyāya-vaiśeika).

  • 50 Il s’agit d’un traité vaiśeika indépendant, concis et systématique, qui a totalement éclipsé les o (...)

45La présence de l’auteur vaiśeika Praśastapāda dans la partie consacrée aux logiciens (naiyāyika) s’explique dans la mesure où la catégorie des termes qu’il qualifie de pāribhāikī ([noms] introduits par une définition – dont font partie les noms propres, voir chapitre 6, 1), dans son Padaartha-dharma-sagraha (Compendium des règles sur les catégories)50, sera l’objet de réflexions, au sein des cercles de logiciens, d’un intérêt premier pour la question qui nous occupe ici.

46Je me suis référée au texte publié par Bronkhorst et Ramseier (1994). Les autres éditions ont été consultées pour leurs commentaires.

2.3.2 La Kiraāvalī d’Udayana, le Kiraāvalīprakāśa de Vardhamāna et la Guakiraāvalīprakāśadīdhiti de Raghunātha

  • 51 Pour plus de détails sur cette école de pensée, voir Matilal 1977, p. 101-112.

47Udayana (xie-xiie siècle) est l’un des premiers grands néo-logiciens. La nouvelle logique (Navya-nyāya) émerge aux alentours du xiie siècle. Cette discipline, héritière directe du Nyāya-vaiśeika, s’est rendue célèbre par sa contribution à la théorie de l’inférence (l’un des quatre moyens de connaissance valide admis par la logique), ainsi que par sa théorie de la parole qui influença la grammaire et l’exégèse51.

48La Kiraa-āvalī (Série des rayons) est un commentaire du Padārthadharmasagraha. Nous y trouvons pour la première fois l’idée selon laquelle les noms propres, classés dans la catégorie des pāribhāikī sajñā (noms introduits par une définition), sont des termes qui réfèrent de manière directe, sans aucune médiation du sens (thèse dite de la « référence directe », voir chapitre 6, 2).

49L’édition utilisée est celle de Jetly (1971). Celle de Vedantatirtha (1956) a été consultée de manière ponctuelle.

50Vardhamāna (xive siècle ?), néo-logicien, fils de Gargeśa (voir Introduction, 2.3.3), a écrit un commentaire sur la Kiraāvalī : le Kiraāvalīprakāśa (Soleil de la série des rayons). La classification des sajñā qu’il y expose se distingue légèrement de celle d’Udayana et il est l’un des premiers logiciens à donner une définition de la notion de « cause d’application » ou pravtti-nimitta (voir chapitre 6, 3).

51L’édition utilisée est celle de Śāstri, pour la première partie, et Kavirāja, pour la deuxième partie (1933-1936).

52Le Kiraāvalīprakāśa a lui-même donné lieu à un commentaire, la Guakiraāvali-prakāśa-dīdhiti (Lumière sur le soleil de la série des rayons), composé par Raghunātha, auteur néo-logicien du xvie siècle. Ce dernier y reprend la classification proposée par Udayana, mais en présente une interprétation légèrement différente. Il adopte par ailleurs une définition de la notion de « cause d’application » qui se distingue de celle proposée par Vardhamāna (voir chapitre 6, 4).

53L’édition utilisée est celle de Śāstri (1932).

2.3.3 Le Tattvacintāmai de Gargeśa

54Gargeśa, auteur du xive siècle, est considéré comme le véritable fondateur de la nouvelle logique. Son Tattva-cintāmai (Joyau idéal de la vérité), ouvrage colossal et incontournable, qui a donné lieu à de nombreux commentaires, traite exclusivement des quatre « moyens de connaissance valide » (pramāa) : perception, inférence, identification et parole. C’est également dans cet ouvrage que l’on trouve une évocation de la thèse de la propriété générique comme cause d’application des noms propres (voir chapitre 3, 3).

55L’édition utilisée est celle de Tarkavagish (1901).

2.3.4 Le Kaāarahasya de Śaṃkara Miśra

56Le Kaāa-rahasya (Secret de Kaṇāḍa) est un manuel nyāya-vaiśeika, composé par un auteur prolifique du xve siècle : Śaṃkara Miśra. Poète et dramaturge, cet auteur est également, et avant tout, un érudit formé à la nouvelle logique. Son manuel décrit les catégories du vaiśeika en recourant à la technique et à la méthodologie de la nouvelle logique. Il propose une classification des sajñā en cinq catégories, mais défend toujours, dans la continuité des précédents auteurs (excepté Gargeśa), la doctrine que je présente sous le nom de « thèse de la référence directe », selon laquelle les noms propres dénotent directement, sans connoter (voir chapitre 6, 5).

57L’édition utilisée est celle de Dvivedin (1917).

2.3.5 La Śabdaśaktiprakāśikā de Jagadīśa

58Jagadīśa, auteur néo-logicien du xvie siècle, a composé plusieurs commentaires mais également des œuvres originales, dont la plus célèbre est sans conteste la Śabda-śakti-prakāśikā (Soleil de la capacité expressive des mots), dont il aurait également rédigé lui-même la glose (vtti). Le succès de cet ouvrage aurait été tel qu’il aurait supplanté, pour des thématiques précises, certains travaux fondateurs comme le Tattvacintāmai de Gargeśa. C’est dans cette œuvre de Jagadīśa que nous trouvons exposée la thèse dite de « la propriété générique comme cause d’application des noms propres » (voir chapitre 3, 4).

59Je ferai ponctuellement référence à l’un de ses commentaires, la Kṛṣṇakāntī-īkā (Sous-commentaire de Kṛṣṇakānta) de Kṛṣṇakānta Vidyāvāgiśa (fin xviiie, début xixe siècle).

60L’édition utilisée (présentant la Śabdaśaktiprakāśikā, la vtti et la Kṛṣṇakāntīīkā) est celle de Śāstri (1934).

2.4 Exégèse (mīmā) : le Ślokavārttika de Kumārila Bhaṭṭa et le Nyāyaratnākara de Pārthasārathi Miśra

  • 52 Gerdi Gerschheimer précise que ce courant « dont il nous reste peu de textes et qui était sans dout (...)

61Le Śloka-vārttika (Interprétation en versets [de la Mīmā]) de Kumārila Bhaṭṭa (VIe-viie siècle) est un commentaire rédigé en vers des trente-six premiers sūtra du Śābara-bhāya (Commentaire de Śabara), également nommé Mīmāsā-sūtra-bhāya (Commentaire des aphorismes de la Mīmā) de Śabarasvāmin (ve siècle ?), lui-même commentaire des Mīmāsā-sūtra (Aphorismes de la Mīmā). Les Mīmāsā-sūtra, attribués à Jaimini, constituent le recueil qui fonde l’école de pensée exégétique. Ils se composent de près de deux mille sept cents sūtra et traitent de sujets divers (définition du dharma, relation entre le mot et son objet, définition de l’injonction (vidhi) et de sa marque, le verbe, ordre dans lequel les opérations rituelles doivent se suivre, etc.). Aux alentours du viie siècle, l’école de la Mīmā se scinde en deux grands courants : le courant d’obédience bhāṭṭa, du nom du fondateur Kumārila Bhaṭṭa, et le courant d’obédience prābhākara52, du nom du fondateur Prabhākara.

62Un passage du Ślokavārttika fait référence à une analyse du nom propre que j’ai intitulée « thèse de l’identité comme cause d’application du nom propre » (voir chapitre 5, 1). Cette thèse est également évoquée dans un commentaire du Ślokavārttika, le Nyāya-ratna-ākara (Mine des joyaux de la dialectique) de Pārthasārathi Miśra, datant du xie siècle (voir chapitre 5, 2).

63L’édition utilisée, pour les deux textes, est celle de Tailarga (1955). Pour la traduction du Ślokavārttika, je me suis appuyée sur celle de Jhā (1985, en anglais).

Notes

1 Voir notamment Chatterji 1933, 1946 et 1964, Madhava Krishna Sarma 1940, Chaturvedi 1940, Agrawala 1940 et 1950, Renou 1942, Keith 1945, Venkatacharya 1947, Abhyankar 1961, Sen 1962, Raghunātha Śarmā 1964, Bhattacharya 1966, Narayana Murti 1967 et 1969, Katre 1968-1971, Palsule 1969, Cardona 1970, Scharfe 1971 et 1989, Bhandarkar 1972, Wezler 1976, Dvivedi 1978, Kiparsky 1979, Singh 1979, Bandyopadhyay 1994.

2 Je signalerai deux études fondamentales : Palsule 1966 et Candotti 2006. La première est consacrée à l’emploi de sajñāyām (sajñā au locatif singulier) dans un certain nombre de règles du traité pāṇinéen. La seconde, publication d’une thèse dirigée par Johannes Bronkhorst et soutenue à l’université de Lausanne en 2003, porte principalement sur le traitement du phénomène autonymique chez Patañjali et Bhartṛhari. Pour plus de détails concernant cet ouvrage, je renvoie le lecteur au compte rendu que j’en ai fait : Aussant 2008.

3 La thèse dont est issu le présent ouvrage est intitulée La notion de saṃjñā dans la tradition grammaticale pāinéenne. Quand la forme du mot se fait sens. Menée sous la direction de Georges-Jean Pinault, elle a été soutenue à l’université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III, en décembre 2005.

4 Voir Debrunner 1954, p. 15.

5 « 1 Consciousness […]. 2 Knowledge, understanding. 3 Intellect, mind. 4 A hint, sign […]. 5 A name, designation, an appellation. 6 (In gram.) Any name or noun having a special meaning, a proper name. 7 The technical name for an affix. 8 The Gāyatrī Mantra […]. 9 N. of the daughter of Viśvakarman […]. »

6 Le terme vākya signifie ici « expression analytique » et s’oppose à vtti (expression synthétique). Un grand nombre de composés et de dérivés sanskrits sont analysés comme les transformations synthétiques d’expressions analytiques ; ainsi, le composé rājapurua (serviteur du roi) est présenté comme la transformation du syntagme de mots fléchis rājña purua, où le premier terme est au génitif masculin singulier et le second au nominatif masculin singulier. Pour le cas qui nous intéresse ici, Louis Renou cite l’exemple de araye-tilakā, qui signifie littéralement « du sésame [tilakā] dans la forêt [araye] » et qui désignerait un événement inattendu (voir Palsule 1966, p. 34). Si la forme synthétique araye-tilakā était ramenée à la forme analytique dont elle est la transformation, le sens d’« événement inattendu » ne pourrait être compris.

7 Il sera question de cette catégorie de sajñā dans le chapitre 4, 1. Voir aussi Aussant 2007.

8 Un mot autonyme, employé de manière sui-référentielle, ne peut renvoyer qu’à sa propre forme ; l’arbitraire est totalement exclu de ce phénomène langagier. Sur l’analyse du phénomène autonymique dans la tradition grammaticale sanskrite, voir Aussant 2005 et surtout Candotti 2006.

9 Je me suis intéressée en priorité aux analyses qui recouraient à la notion de « cause d’application ». Je n’ai pas pris en compte les réflexions qui se sont développées autour de la dimension pragmatique des noms propres, telle qu’elle peut apparaître lors de pratiques comme l’invocation d’une divinité, par exemple.

10 Le choix de publier la troisième partie de ma thèse s’explique par son caractère, à ce jour, inédit. Deux chapitres majeurs de la deuxième partie de ma monographie ont déjà fait l’objet d’une publication (voir Aussant 2005 et 2007).

11 Pour plus de précisions sur l’emploi que je fais du terme « connotation », je renvoie le lecteur au deuxième chapitre de l’ouvrage.

12 Je reviendrai sur la catégorie nominale, ainsi que sur l’opposition nom propre - nom commun, dans l’introduction du premier chapitre.

13 Par « éternité », il faut entendre l’idée selon laquelle nous apprenons de nos parents (qui eux-mêmes l’ont appris de leurs parents et ainsi de suite) que tel mot fait comprendre tel objet et qu’il est impossible de retrouver l’origine de la mise en relation du mot avec l’objet.

14 Pour le sujet qui nous occupe, « retracer l’histoire » consiste davantage à inscrire les diverses thèses dans une chronologie (fût-elle, comme bien souvent pour l’Inde ancienne, approximative) qu’à dégager une évolution qui expliquerait le passage d’une thèse à l’autre ; les analyses présentées dans cet ouvrage n’apparaissent pas comme liées les unes aux autres (elles ne sont jamais présentées comme telles) et la plupart ont très probablement coexisté.

15 À une exception près : le Nirukta de Yāska. Ce texte n’appartient pas à la tradition grammaticale. Voir Scharf 2001, p. 118.

16 Eivind Kahrs propose de le placer entre le viie et le iiie siècle avant notre ère (1998a, p. 14), Georges-Jean Pinault entre le vie et le ive siècle avant notre ère (2000, p. 232).

17 Ce fait a été relevé par Joshi et Roodbergen (1986, p. 11), ainsi que par Kahrs (1998a, p. 14).

18 De la racine vac- (parler, expliquer) et nis- (hors de), préverbe à valeur séparative.

19 Le Veda est « l’ensemble des textes représentant la religion que les âryens ont importée avec eux dans l’Inde et développée durant de longs siècles sur le sol indien. Plus précisément, le terme vise une série de textes, de contenu et de forme très divers, mais qui ont en commun de reposer sur une “audition” (śruti), c’est-à-dire une révélation : ils passent pour émaner du Brahman, […] tandis que leurs auteurs humains, les ṛṣi ou “sages inspirés” se sont bornés à les recevoir par une “vision” directe. Ces textes comprennent les sahitā ou “collections” [g-veda, Yajur-veda, Sāma-veda et Atharva-veda], généralement en vers, qui contiennent surtout des hymnes, des prières, des formules rituelles ; les Brāhmaa ou “explications brāhmaniques”, commentaires théologiques des Sahitā, en prose ; les Ārayaka “textes de la forêt” et Upaniad, commentaires annexes aux Brāhmaa, mais de caractère plus ésotérique. Enfin le Veda se termine par le Vedānga “les membres (auxiliaires) du Veda”, œuvres subsidiaires de l’exégèse, qui ne font plus partie du Veda au sens restreint du terme : ce n’est plus de la śruti, mais de la smti ou “(tradition confiée à la) mémoire” » (Renou et Filliozat 1985, p. 270). Les membres auxiliaires du Veda sont au nombre de six : la phonétique (śikā), l’étymologie (nirukta), la métrique (chandas), la grammaire (vyākaraa), l’astronomie (jyotia) et les traités techniques sur le rituel (kalpa).

20 Sur les « dangers » de la comparaison avec l’étymologie prise comme le tracé de l’histoire d’un mot, voir Bronkhorst 1981 et Kahrs 1998a, p. 24-25.

21 Le point de départ de l’analyse nirvacana est le sens des unités ; son principe fondateur est que le sens d’un terme est le résultat de la combinaison du sens des parties qui le constituent. Un même mot, selon l’analyse qu’on en fait, peut se voir attribuer plusieurs dérivations. Par ailleurs, les procédés de dérivation ne sont pas toujours ceux enseignés dans la grammaire, une seule consonne peut suffire à rendre compte d’une dérivation.

22 Voir Hinüber 1989, p. 34 et Falk 1993, p. 302-304.

23 Pāṇini est l’héritier d’une tradition ancienne, non un inventeur de génie. Dans son traité, il fait explicitement référence à dix de ses prédécesseurs, dont les travaux ne sont pas parvenus jusqu’à nous.

24 Le terme sūtra signifie littéralement « fil ». À partir de ce sens littéral, le terme désigne aussi bien le traité technique où sont « enchaînés » une suite d’énoncés généralement brefs, que l’énoncé individuel dont l’ordre est pertinent par rapport aux énoncés qui le précèdent et le suivent. Dans le contexte de la littérature technique, on le traduit généralement par « aphorisme » ou encore par « règle » (correspondant à l’anglais rule, adopté par beaucoup de traducteurs et d’interprètes de Pāṇini dans le monde anglo-saxon). Sur le genre du sūtra, dont l’Aṣṭādhyāyī constitue un modèle de référence, voir Renou 1963.

25 Nous avons vu, en note 21, que le sens constituait aussi le point de départ de l’analyse nirvacana. Le Nirukta et l’Aṣṭādhyāyī ont en effet ceci de commun qu’ils partent du principe que le sens des termes analysés résulte du sens des parties qui les composent. Pour Yāska et Pāṇini donc, le sens d’une unité est décomposable en unités de rang inférieur. Comme le rappelle Peter M. Scharf dans son article critique de 2001 (p. 118), la différence essentielle entre les deux vient du fait que le premier commente un lexique (il propose des analyses de mots difficiles employés dans des contextes déterminés), alors que le second décrit des faits de langue de manière systématique.

26 Pour une description du fonctionnement de la grammaire de Pāṇini, voir Filliozat 1988, Cardona 1997 et Pinault 1989b et 1989c.

27 Voir Haag 2000a, p. 238-239.

28 Voir Haag 2000b, p. 239-240.

29 Voir Haag 2000d, p. 250-251.

30 Voir Haag 2000c, p. 240-241.

31 Nous verrons plus loin (chapitre 1, 2) les conséquences générées par l’emploi de ce terme sur la réflexion langagière sanskrite.

32 Le terme bhāā (litt. parole, de bhā- : parler, dire) désigne, dans la grammaire de Pāṇini, la variété commune ou « langue parlée », qui correspond à la forme classique de la langue sanskrite. Cette variété s’oppose à celle dite chandas (litt. mètre, puis texte versifié), la « littérature sacrée », qui correspond à la forme ancienne de la langue, conservée dans les textes védiques.

33 Sur cette triade et la notion d’autorité dans la tradition pāṇinéenne, voir Deshpande 1998.

34 Notons toutefois que Patañjali commente directement quatre cent soixante-huit règles du traité pāṇinéen.

35 Le seul manuscrit qui nous soit parvenu est dépourvu du début du texte et s’arrête sur le commentaire du Mahābhāya sous A 1.1.55. Il est souvent avancé que, initialement, l’ouvrage ne devait gloser le commentaire de Patañjali que sous les trois premiers Pāda (section). Sur ce point, voir Scharfe 1977, p. 170 et Houben 1995, p. 6-7.

36 Sur ce point, voir Palsule 1993 et Houben 1993 et 1995.

37 Comme le souligne Jan E. M. Houben (1995, p. 16-17), le fait que Bhartṛhari accepte l’idée qu’une même réalité puisse être conçue ou expliquée de différentes manières révèle l’attitude perspectiviste et encyclopédiste du grammairien philosophe.

38 Sur ce point, voir Candotti 2006.

39 Le terme vtti désigne les gloses littérales qui paraphrasent et expliquent brièvement un texte en sūtra. L’identification de l’auteur de la vtti du Vākyapadīya reste, à ce jour, sujette à controverse (sur cette question, voir Cardona 2004, p. 250-265).

40 Une īkā est le commentaire d’un commentaire (bhāya). Il est difficile de situer Puṇyarāja dans le temps. Il pourrait avoir été contemporain de Helārāja (il aurait donc vécu aux alentours du xe siècle).

41 Auteur qui serait du xe siècle.

42 Voir Filliozat 1991, p. 11-12.

43 Dharma « a pour sens premier “norme de la vie religieuse, norme rituelle” par laquelle s’affirme l’ordo rerum […]. Il embrasse le comportement public et privé, les rapports sociaux, dans la mesure où ils expriment la fi délité à la norme civique et religieuse. À notre notion de “loi” il joint celle de “coutume”, “morale”, “mérite religieux” et même approximativement “religion” : en bref, il n’exprime rien d’autre que le “sacré”, en tant que le Veda, par delà la smti, en a codifié l’expression » (Renou et Filliozat 1985, p. 561).

44 Le yoga est « une discipline ancienne de maîtrise de l’esprit et du corps. […] L’adepte du yoga, le yogin, est celui qui, tenant sous le joug ses sens et sa pensée, […] est apte à atteindre la fin suprême, la délivrance. Dans ces conditions, le yoga est plus une technique de salut qu’une philosophie, du moins la technique y joue-t-elle un rôle essentiel » (Renou et Filliozat 1996, p. 44).

45 Sur cet ouvrage, voir notamment Ruegg 1959, p. 5-14. Signalons également une étude parue en 2002 : Treatment of kārakas by Nāgeśa in Laghumañjūā, thèse de doctorat – Mahatma Gandhi University (Kottayam) – de T. K. Geetha (consultable en ligne : http://mgutheses.org/page/?q=T%20955&search=&page=&rad=).

46 Pour les dates des différents logiciens, voir Bhattacharya 1958 et Potter 1977.

47 Pour plus d’information sur ce texte fondateur et cette école de pensée, voir Matilal 1977, p. 62-72.

48 Le terme vaiśeika est parfois rendu par « systématique » (voir Gerschheimer 1996, vol. I, p. IX).

49 Sur ce terme, voir notamment Foucher 1949, p. 32-35.

50 Il s’agit d’un traité vaiśeika indépendant, concis et systématique, qui a totalement éclipsé les ouvrages de ses prédécesseurs et qui a donné lieu à un grand nombre de commentaires.

51 Pour plus de détails sur cette école de pensée, voir Matilal 1977, p. 101-112.

52 Gerdi Gerschheimer précise que ce courant « dont il nous reste peu de textes et qui était sans doute éteint au xviie siècle, a joué un rôle considérable dans l’élaboration de la théorie de la parole naiyāyika, en tant qu’interlocuteur et adversaire privilégié » (1996, vol. I, p. XIII, note 8).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search