Version classiqueVersion mobile

Le nom propre en Inde

 | 
Émilie Aussant

Abréviations, conventions et remarques

Texte intégral

Abréviations

A

Aṣṭādhyāyī

CA

cause d’application

D

dénotation

EWAia

Etymologisches Wöterbuch des Altindoarischen

GKPD

Guṇakiraṇāvalīprakāśadīdhiti

LM

Laghumañjūṣā

M

Mahābhāṣya

MD

Mahābhāṣyadīpikā

N

Nārāyaṇīya

Nir

Nirukta

NM

Nyāyamañjarī

P

Pradīpa

ŚŚP

Śabdaśaktiprakāśikā

ŚV

Ślokavārttika

TC

Tattvacintāmaṇi

U

Uddyota

Una

Uddyotana

V

Vārttika

Note sur les références bibliographiques

1Une référence telle que A 1.1.1 signifie « règle (ou sūtra) de l’Aṣṭādhyāyī nº 1.1.1 ». Le premier chiffre indique le numéro de l’Adhyāya (chapitre), le deuxième le numéro du Pāda (section) et le troisième le numéro du sūtra.

2Une référence telle que « U sous P sous M sous V1 ad A 1.1.1, vol. 1, p. 19 » signifie que le passage cité, qui se trouve à la page 19 du volume I de l’ édition de référence du texte dont il est tiré, est un extrait de l’Uddyota commentant la portion du Pradīpa qui commente le passage du Mahābhāya de Patañjali qui glose le Vārttika 1 de Kātyāyana afférent à la règle nº 1.1.1 de l’Aṣṭādhyāyī de Pāṇini.

3Les renvois à la littérature secondaire (études et traductions) sont en système auteur-date. Pour les ouvrages sanskrits, c’est l’édition de référence qui, sauf indication contraire, est utilisée. Pour chaque texte, l’édition de référence est signalée par un astérisque dans la bibliographie se trouvant en fin d’ouvrage.

Conventions typographiques et éditoriales

4Les marqueurs pāṇinéens apparaissent – dans les sūtra comme dans les traductions – en majuscules, par exemple u ([suffixe] -u) (voir note 40, p. 49).

5Les noms propres sanskrits sont en italique quand ils sont autonymes (par exemple « individu nommé Devadatta », « le nom Devadatta »), non quand ils font comprendre leur porteur ou lorsqu’ils figurent dans un nom dérivé abstrait (par exemple « devadatta-ité ») ; leur initiale est en majuscule lorsque le contexte où ils sont employés montre de manière claire qu’ils sont appréhendés en tant que noms propres individuels et non en tant que mots.

6Lorsque un commentaire sanskrit est cité, les mots ou séquences figurant en gras représentent soit le début de la portion commentée (premier cas de figure), soit le mot ou la séquence glosé(e) (second cas de figure). L’exemple donné ci-après, pour illustrer le premier cas de figure, se compose d’un premier extrait, qui représente l’original commenté (le Padārthadharmasagraha de Praśastapāda, voir chapitre 6, 1), et d’un second, le commentaire (la Kiraāvalī d’Udayana, voir chapitre 6, 2) :

ākāśakāladiśām ekaikatvād aparajātyabhāve pāribhāikyas tisra
sa
jñā bhavanty ākāśa kālo dig iti /
(Padārthadharmasagraha, p. II)

N’ayant pas de propriété générique inférieure, du fait que l’éther, le temps et l’espace sont chacun uniques, il y a trois noms qui sont [dits] pāribhāikī [à savoir] : ākāśa [éther], kāla [temps] [et] diś [espace].

ākāśakāladiśām iti – pāribhāikyo nimittam antarea
ś
1gagrāhikatayā tisra sajñā bhavanti ākāśa kālo dig iti /
(Kiraāvalī, p. 70)

ākāśakāladiśām – il y a trois noms pāribhāikī [c’est-à-dire qui réfèrent] sans cause [d’application], directement [à savoir] : ākāśa, kāla [et] diś.

7La séquence en gras – que je reprends en italique dans ma traduction – indique le début de la portion de texte commentée. Pour illustrer le second cas de figure, je citerai l’exemple suivant (voir chapitre 3, 1) :

anākti //
(V 6 ad A 1.1.1, vol. I, p. 38)
Il n’y a pas de propriété de classe [au niveau du nom technique]
athavāanākti sajñā / āktimanta sajñina /
loke ’pi hy āktimato māsapiṇḍasya devadatta iti sajñā kriyate //
(M sous V 6 ad A 1.1.1, vol. I, p. 38)
Ou bien le nom technique n’a pas de propriété de classe [anākti] [et] ses porteurs en sont pourvus.
Dans l’usage courant aussi, en effet, le nom Devadatta est donné à la boule de chair pourvue d’une propriété de classe.

8Dans cet extrait, le mot glosé n’est pas isolé de sa glose (contrairement au premier cas de figure), il y est intégré. Afin de respecter cette structure et de faciliter la lecture de la traduction, je fais le choix de ne pas marquer le mot glosé.

9Lorsque, dans un texte sanskrit, il n’y a qu’un seul intervenant, un retour à la ligne est effectué après chaque phrase – dans le texte sanskrit translittéré comme dans la traduction. Lorsqu’il y a plusieurs intervenants, un retour à la ligne est effectué après chaque intervention et le début de chaque intervention est marqué par un tiret.

10Dans mes traductions, les mots sanskrits importants pour la présente étude figurent entre crochets, comme les mots signifiant « nom », par exemple. Ils sont donnés tels qu’ils apparaissent dans le texte sanskrit ; lorsqu’ils sont membres de composé, ils sont désolidarisés des autres membres et l’absence d’un membre est marqué par le signe °. Ainsi, le composé gośabdārtha est rendu par « l’objet [°artha] du mot [°śabda°] go [go°] ». Les composés qui ne sont pas démantelés – du fait de leur trop grande fréquence – sont : pravtti-nimitta (cause d’application) et sva-rūpa (forme propre).

  • 1 Il n’y a pas d’articles en sanskrit ; ceux que j’emploie dans mes traductions ne figurent pas entre (...)

11Les crochets sont également utilisés pour intégrer des éléments nécessaires à la compréhension du texte1, ainsi que mes propres commentaires.

12Pour faciliter la lecture des non sanskritistes, je déroge parfois – voire systématiquement dans le cas des textes sanskrits cités en note de bas de page – aux lois euphoniques de l’orthographe sanskrite ; un trait d’union (entre des morphèmes ou des membres d’un composé) ou le signe ‿ (entre des mots) marquent les endroits où ces lois ne sont pas respectées. J’ai également utilisé – dans les contextes où cela s’imposait – un trait d’union pour faciliter l’identification de préverbes importants, tels que a-/an-, préverbe de négation.

Remarques sur la transcription des phonèmes sanskrits

13Le trait horizontal au-dessus d’une voyelle indique que cette voyelle est longue : a note un « a » bref, ā note un « a » long.

  • et , dits respectivement « r voyelle » et « l voyelle », sont les contreparties vocaliques de « r » et de « l ».

  • ai et au notent des diphtongues.

  • kh, gh, ch, jh, th, dh, ph, bh notent des consonnes aspirées.

  • , h, , h, notent des consonnes rétroflexes.

  • note la sifflante de « chat » (/š/).

  • ś note la sifflante de l’allemand « ich » (/ç/).

  • note un souffle sourd qui, dans certains contextes phonétiques, se substitue à « s » finale de mot.

  • note la nasale qui se substitue à « m » quand ce dernier est suivi d’une consonne.

14Les deux lignes qui précèdent font état de « substitutions » ; que faut-il entendre par là ? L’une des caractéristiques du sanskrit est le phénomène dit du sandhi (litt. jonction, euphonie). Lorsque les mots sont en contact, dans une phrase ou dans un composé, « les finales de mot sont mises en harmonie avec les initiales selon des procédés minutieux que la graphie reproduit avec fidélité » (Renou 1996, p. 31).

  • 2 La règle qui s’applique ici est la suivante : o se substitue à -a devant une consonne sonore (h es (...)
  • 3 Les deux règles qui s’appliquent ici sont les suivantes : 1) devant une consonne sonore initiale, r(...)

15Ainsi, dans le premier extrait cité dans le chapitre 1, 1, nous trouvons la séquence « dakio hasta » (« dakia [la droite], [c’est-à-dire] la main [hasta] ») ; sans application des règles de sandhi2, la séquence serait dakia hasta. Dans le même passage, la phrase « dāśater vā syād dānakarmaa » (« ou bien, cela pourrait venir de dāśati, [qui exprime] l’action de donner ») deviendrait, si l’on n’appliquait pas les règles de jonction des mots3, « dāśates vā syāt dānakarmaa ».

  • 4 La règle qui s’applique ici est la suivante : a devant u se contracte, avec cette dernière voyelle, (...)
  • 5 Les deux règles qui s’appliquent ici sont les suivantes : 1) a/ā devant a/ā se contracte, avec cett (...)

16Dans le premier passage étudié dans le chapitre 2, 1, nous trouvons la phrase « kāropadeśo yadcchāśaktijānukaraaplutyādyartha » (« L’enseignement de / ḷ / [-kāra°] concerne les [mots] arbitraires [yadcchā°], les imitations [°anukaraa°] de mauvaises [prononciations] [°aśakti-ja°], la protraction [°pluty°], etc. »). Celle-ci se compose de deux composés : 1) kāropadeśa qui, si l’on « défait » les transformations phonétiques en séparant artificiellement ses membres, devient -kāra-upadeśa4, et 2) yadcchāśaktijānukaraaplutyādyartha qui devient, si l’on procède de même à sa décomposition, yadcchā-aśaktija-anukaraa-pluty-ādyartha5.

Remarques sur la morphologie nominale sanskrite

Éléments de composition

17La composition nominale – « c’est-à-dire le groupement en une unité morphologique et sémantique de deux ou de plusieurs termes dont le dernier est un nom ou prend valeur de nom » (Renou 1996, p. 82) – est un procédé de formation nominale fort courant en sanskrit.

18Les caractéristiques générales des composés nominaux sont les suivantes :

  • tous les membres du composé se présentent sous la forme du thème, excepté le dernier, qui est fléchi ;

  • le genre du composé est celui du dernier terme ;

    • 6 Pour dire « serviteur du roi », le sanskrit peut recourir à deux procédés : 1) un procédé analytiqu (...)

    il y a option entre le composé et une expression analytique de même sens6.

  • 7 Il s’agit de la classification traditionnelle des grammairiens indiens. Louis Renou propose une cla (...)

19Les types de composés les plus fréquents sont les suivants7 :

    • 8 Dans ledit extrait, le mot qui suit commence par une voyelle, ce qui engendre l’application d’une o (...)

    les composés copulatifs (dvandva), dans lesquels deux ou plusieurs mots sont associés, avec l’idée d’un rassemblement formé par eux : dans le premier extrait cité dans le chapitre 2, 3, on trouve l’exemple phiaphiḍḍau ([les suffixes] -phia et -phiḍḍa)8, où l’unité phia se présente sous la forme du thème et l’unité phiḍḍa est fléchie au nominatif duel (le duel s’expliquant par le fait que deux éléments sont rassemblés) ;

  • les composés déterminatifs (tatpurua), dans lesquels le dernier terme est qualifié par le (ou les) terme(s) qui précède(nt) ; la relation qui unit le dernier terme au(x) précédent(s) peut être de plusieurs types. Deux exemples reviennent fréquemment dans cet ouvrage : 1) yadcchāśabda (mot arbitraire), où le terme śabda (mot), qui porte la désinence imposée par le contexte, est qualifié par le premier – yadcchā (arbitraire) – qui constitue l’attribut ; 2) pravttinimitta (cause d’application), où le terme nimitta (cause), qui porte la désinence imposée par le contexte, est qualifié par le premier – pravtti (application) –, et où la relation unissant les deux éléments est la possession ;

  • les composés possessifs (bahuvrīhi) qui, contrairement aux autres types de composés, ne constituent pas des unités autonomes puisqu’ils fonctionnent toujours comme des adjectifs (l’élément qu’ils qualifient n’est pas l’un de leurs membres). Au niveau du composé lui-même, la relation qui unit les membres est du même type que celles qui caractérisent les composés déterminatifs. Dans le quatrième extrait cité dans le chapitre 2, 3 (Uddyotana), on trouve la séquence « °sva-rūpa-nimittako yadcchā-śabda » (« un mot [°śabda] arbitraire [yadcchā°] a pour cause [d’application] [°nimittako] sa propre forme [°sva-rūpa°] ») : le composé possessif °sva-rūpa-nimittako qualifie l’unité yadcchā-śabda, avec laquelle il s’accorde en genre, nombre et cas. Au niveau du composé °sva-rūpa-nimittako, le dernier membre – nimittaka (cause) – est qualifié par rūpa (forme), qui est lui-même qualifié par sva (propre).

20Une séquence telle que pravttinimitta (cause d’application) peut donc aussi bien être un composé déterminatif (il s’agit alors d’une unité autonome sur le plan syntaxique) qu’un composé possessif (il s’agit alors d’une unité non autonome sur le plan syntaxique) ; c’est le contexte qui déterminera l’interprétation.

Éléments de dérivation

21Deux types de dérivés permettent de former des noms, en sanskrit : les dérivés primaires (kdanta) et les dérivés secondaires (taddhitānta).

22Les premiers sont formés directement sur une racine verbale. L’extrait cité dans le chapitre 6, 4 nous en fournit deux exemples : kart (litt. celui qui fait, d’où agent), dérivé de k- (faire) et pācaka (litt. celui qui cuisine, d’où cuisinier), dérivé de pac- (cuisiner/cuire).

  • 9 Je le traduis par « [nom] lié à une propriété adventice ».
  • 10 Je le traduis par « [nom] lié à une cause ».

23Les seconds sont formés sur un thème nominal. Nous en trouvons deux exemples dans le chapitre 6, 2, notamment : aupādhikī (litt. ce qui est lié à une propriété adventice)9, dérivé de upādhi (propriété adventice) et naimittikī (litt. ce qui est lié à une cause)10, dérivé de nimitta (cause).

24Les différents exemples que je viens de citer montrent que la dérivation, en sanskrit, repose principalement sur deux procédés (ceux-ci n’étant cependant pas systématiques) :

  • l’ajout d’un suffixe (-t, -aka, -kī, etc.) ;

  • l’alternance vocalique, qui concerne généralement la première voyelle de la base (nominale ou verbale) : ar se substitue au de la racine k-, ā se substitue au a de la racine pac-, au se substitue au u de upādhi, ai se substitue au i de nimitta, etc.

Notes

1 Il n’y a pas d’articles en sanskrit ; ceux que j’emploie dans mes traductions ne figurent pas entre crochets, afin de ne pas alourdir la typographie.

2 La règle qui s’applique ici est la suivante : o se substitue à -a devant une consonne sonore (h est sonore).

3 Les deux règles qui s’appliquent ici sont les suivantes : 1) devant une consonne sonore initiale, r se substitue à s après toute voyelle autre que a/ā, 2) devant une consonne sonore initiale, toute sourde est remplacée par la sonore correspondante.

4 La règle qui s’applique ici est la suivante : a devant u se contracte, avec cette dernière voyelle, en o.

5 Les deux règles qui s’appliquent ici sont les suivantes : 1) a/ā devant a/ā se contracte, avec cette dernière voyelle, en ā, 2) y se substitue à i devant toute voyelle dissemblable.

6 Pour dire « serviteur du roi », le sanskrit peut recourir à deux procédés : 1) un procédé analytique, à savoir rājña purua, où le mot signifiant « serviteur » ( purua, litt. homme) est fléchi au nominatif singulier et le mot signifiant « roi » (rāja) est fléchi au génitif singulier (le génitif marquant la possession) ; 2) un procédé synthétique – le composé –, à savoir rājapurua, où le dernier terme (qui est fléchi) est qualifié par le premier (non fléchi). Les deux procédés sont, en principe, strictement équivalents au niveau du sens.

7 Il s’agit de la classification traditionnelle des grammairiens indiens. Louis Renou propose une classification légèrement différente (voir Renou 1996, p. 82-83).

8 Dans ledit extrait, le mot qui suit commence par une voyelle, ce qui engendre l’application d’une opération phonétique (sandhi) : la finale -au qui devient -āv.

9 Je le traduis par « [nom] lié à une propriété adventice ».

10 Je le traduis par « [nom] lié à une cause ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search