Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

Les dérivés de noms propres en allemand moderne, une approche traductionnelle

Thierry Grass

Texte intégral

1La déonomastique (terme encore assez inusité en français, seulement 58 occurrences repérées avec le moteur de recherches Google !) consiste en l’étude des dérivations formées sur la base d’un nom propre. On trouve aussi parfois comme acception de ce terme le changement de classe du nom propre au nom commun (Marathon # ville > der Marathon, Figaro # personnage fictif > der Figaro), synonyme de ce qu’on nomme antonomase du nom propre ; nous ne considérerons pas ce dernier sens dans l’étude qui va suivre et nous nous pencherons sur les phénomènes impliquant une productivité morphologique allant au-delà de l’ajout du déterminant au nom propre pour en former un nom commun. Par déonomastique, Hornbruch (1996, p. 61) envisage aussi toutes les autres créations morphologiques sur la base de noms propres, ce qui inclut les composés ; Buchi, quant à elle (2002, p. 183), parle de lexie dérivée formée sur un nom propre. Nous envisagerons en ce qui nous concerne les seules formations par préfixation ou par suffixation permettant de créer à partir de noms propres d’autres noms, propres ou non, ainsi que des verbes, des adjectifs et même des adverbes. L’onomastique traditionnelle distingue deux grandes classes de noms propres, celle des anthroponymes et des toponymes ; dans la typologie Prolex (Grass 2002), nous avons ajouté deux nouvelles grandes classes, celle des ergonymes ou noms d’artefacts ainsi que celle des pragmonymes ou noms propres événementiels. La déonomastique ou étude des dérivés de noms propres ayant déjà fait l’objet de travaux dans une perspective monolingue sur le français et l’allemand, le but de cet article n’est pas d’effectuer une synthèse de ceux-ci, mais d’apporter quelques réflexions par rapport à la représentativité des dérivés de noms propres au sein des classes précitées d’une part, de leur mode de formation d’autre part et enfin des morphèmes spécifiques sous un angle contrastif. La dérivation étant un phénomène particulier à une langue, nous verrons que la traduction des dérivés de noms propres est rarement littérale et débouche souvent sur des adaptations. Tous les exemples présentés ici ont été relevés dans le corpus écrit Cosmas « public » de l’Institut für deutsche Sprache (IDS) à Mannheim. Nous partirons de réflexions ayant trait à l’allemand et au français pour aboutir à une synthèse dans une perspective traductionnelle.

Les classes de dérivés

2Que ce soit en allemand ou en français, les dérivés de noms propres peuvent appartenir à quatre classes de mots : les noms, les adjectifs, les verbes et les adverbes. Bien que nettement moins fréquents que les dérivés nominaux ou adjectivaux, les dérivés verbaux ou adverbiaux font partie de créations linguistiques qui, même si elles sont rarement attestées dans le dictionnaire de langue, jouissent parfois d’une certaine popularité dans la langue journalistique ou littéraire, voire scientifique. Dans tous les cas, la base du dérivé est constituée par le nom propre entier ou tronqué. Nous verrons dans la partie suivante que l’on peut rencontrer des dérivés de noms propres (NPR) dans des constellations sémantiques fort différentes, bornons-nous pour l’instant à faire figurer quelques exemples destinés à mettre en évidence la productivité morphologique du nom propre dans les quatre classes de mots évoquées.

NPR > NPR (dérivés nominaux propres)
Mozart > das Mozarteum « le Mozarteum »
« mit ihrem Cousin Wieland Lafferentz, dem Geschäftsführer der Salzburger Stiftung Mozarteum » (Die Zeit, 22/2000)
« avec son cousin Wieland Lafferentz, le directeur de la fondation salzbourgeoise Mozarteum »
Mozart > die Mozartiana « la Mozartiana »
« Die literarischen Mozartiana haben auf die Interpretation von Mozarts
Œuvre in einem Maße zurückgewirkt, wie das wohl bei keinem anderen
Musiker der Fall ist. » (Die Zeit, 47/2000)
« Le côté littéraire des Mozartiana s’est répercuté sur l’interprétation de l’œuvre de Mozart d’une façon incomparable, comme cela ne s’est en tout cas produit pour aucun autre musicien. »

3Remarquons à propos de cet exemple qu’il est possible de former des dérivés de dérivés :

Mozart < Mozartiana < Mozartianer « l’interprète des Mozartiana »
NPR > NPR (dérivés nominaux communs)
Aphrodite > ein Aphrodisiakum « un aphrodisiaque »
Sade > ein Sadist « un sadique »
NPR >ADJ (dérivés adjectivaux)
Mozart > Mozartsche « mozartien »
« in der Reihe der literarischen Variationen des Mozartschen Don Juan »
(Die Zeit, 47/2000)
« dans la série des variations littéraires du Don Juan mozartien »
NPR > ADV (dérivés adverbiaux)
Mozart > mozartisch « de manière mozartienne »
« eine tändelnde Dreiecksgeschichte, die manchmal so mozartisch klingt »
(Die Zeit, 18/2000)
« un badinage amoureux à trois ayant parfois des accents tellement mozartiens [à la manière parfois tellement mozartienne] »

4Contre toute attente, cette possibilité de créer des adverbes à partir de noms de célébrités est aussi attestée en français, ce que relève Dugas (1982, p. 31) à propos de Beethoven > beethoviennement. Pourquoi ne pas former de la même façon mozartiennement ?

NPR > V (dérivés verbaux)
Weihnachten > weihnachten
« Von drauß’ vom Walde komm ich her
Ich muß Euch sagen,
Es weihnachtet sehr [...] »
« Je viens du dehors, je viens de la forêt,
Il faut que je vous dise,
Noël est tout proche »

5La possibilité de former des dérivés verbaux à partir de noms de célébrités, courante en français, comme dans Marx > marxiser existe aussi en allemand mais semble moins fréquente, ce qu’attestent les suffixes utilisés, propres aux mots d’origine étrangère :

« Um mit dieser Entwicklung in der Labour Party Schritt zu halten, « blairi sieren » sich auch die Tories in entsprechendem Maße. » (Frankfurter Rundschau, 25 juin 1998)
« Pour pouvoir suivre cette évolution au sein du parti travailliste, les conservateurs doivent se « blairiser » [« blairiser » sur « chiraquiser » qui est attesté] en conséquence. »

6Cette possibilité de former des verbes se retrouve aussi pour certains humains collectifs avec des suffixes identiques : les Germains > germaniser / germanisieren ; die Nazis > nazifizieren / nazifier.

7D’emblée, on constate à travers ces exemples une disparité des suffixes qu’il nous faudra traiter ultérieurement, mais il nous incombe tout d’abord de définir quelles sont les classes lexico-syntaxiques de noms propres susceptibles de former des dérivés. Précisons aussi que statistiquement, le gros contingent des dérivés est formé par les adjectifs.

Dérivés et classes de noms propres

8Les classes de noms propres que nous avons définies pour la base de données Prolex (Grass 2002) ont été élaborées à partir du système des classes d’objets de Gaston Gross (Le Pesant et Mathieu-Colas 1998), mais nous nous sommes permis certaines libertés à l’égard de regroupements qui, s’ils ne se justifient pas par la syntaxe, se révèlent pertinents sur le plan lexicographique. L’ontologie Prolex fonctionne à partir de 30 classes appartenant aux quatre hyperclasses précitées des anthroponymes, des toponymes, des ergonymes et des pragmonymes. Nous allons tenter de recenser dans le tableau suivant les possibilités de dérivation par rapport aux classes Prolex : nous verrons qu’on ne rencontre pas de dérivés parmi toutes les classes de noms propres, ainsi, dans nos recherches, nous n’avons pas pu trouver en allemand de dérivés formés sur un nom d’organisation internationale, ceci contrairement au français qui sur ONU forme « onusien ». Le tableau qui suit ne prétend donc qu’à une exhaustivité relative et il est sans doute possible de le compléter.

9À la lecture de ce tableau, on constate d’une part que ce sont les anthroponymes et les toponymes qui sont le plus sujets à dérivation, suivis des ergonymes. Par contre, les noms d’événements, souvent polylexicaux, se prêtent de ce fait peu à la dérivation. D’autre part, il apparaît des suffixes spécifiques à certaines classes. À ces suffixes sont souvent liées pour les dérivés nominaux des propriétés de genre.

Mode de formation des dérivés de noms propres

10Schweickard (1992, p. 1) envisage pour deux cas principaux la formation de dérivés : sans changement morphologique (Poubelle > poubelle) et avec changement morphologique (Napoléon > napoléonien). Si le nom du préfet « Poubelle » est un nom propre, le passage au nom commun « poubelle » s’accompagne de la perte de la majuscule sur le p. Du point de vue strictement morphologique, la présence ou l’absence de majuscule constitue bien un changement de forme attestant un changement de classe, et en fait, la distinction de Schweickard ne se révèle pas assez fine dans la pratique. De plus, la possibilité de pluriel du nom commun avec la flexion s alors que ce même s n’est pas possible avec le nom propre anthroponymique atteste un fonctionnement morphologique différent (les Poubelle versus les poubelles).

11Corbin (1987) et surtout Eggert (2002) utilisent un système beaucoup plus différencié selon que la base du nom propre est altérée ou non. Lorsque Eggert étudie la formation des gentilés à partir des noms de communes français, il considère qu’elle a lieu par suffixation d’un radical se construisant soit par allomorphie (Vesoul > vésulien), soit par supplétion (Beaulieu > Bellocois), soit par épenthèse ou ajout d’une jonction précédant le suffixe (Nolay > Nolaysois), soit encore par simple troncation (Marseille > Marseillais). Nous considérons pour notre part que la formation des dérivés a lieu par suffixation, mais aussi, bien que nettement plus rarement, par préfixation sur une base, constituée par le nom propre qui conserve ou non son intégrité. Notons au passage que les phénomènes d’allomorphie et de supplétion sont très difficiles à détecter dans le traitement automatique de corpus et qu’ils relèvent de ce fait davantage d’une étude diachronique. Au dépouillement du corpus, il apparaît que ces phénomènes sont plus rares en allemand qu’en français, ce qui est d’ailleurs évident pour les gentilés où seuls quelques rares noms de villes sont tronqués (München > Münchner / Munich > Munichois), alors que la majorité ne connaît pas d’altérations qui, comme l’allomorphie ou la supplétion, modifient profondément la suite de caractères de la base.

12Ajoutons au titre des remarques liminaires que les dérivés de noms propres sont très rarement attestés dans le dictionnaire monolingue et a fortiori dans le dictionnaire bilingue. Dans une large mesure, les noms propres et leurs dérivés font figure d’orphelins dans la lexicographie bilingue. Ce manque d’intérêt est peut-être dû au caractère volatil des noms propres en général, à leur contenu référentiel plus que conceptuel qui fait qu’ils ne restent pas facilement en mémoire, ce qu’illustre ce mot symptomatique de Marcel Pagnol à l’adresse de son ami Marcel Achard ayant oublié le nom de famille d’une de ses connaissances : « Je voulais te parler de… Ah ! Comment il s’appelle ? » et Pagnol de lui répondre : « Quand tu en seras à oublier les noms communs, ce sera plus inquiétant ! »

13Une autre raison du relatif ostracisme lexicographique dont les noms propres et leurs dérivés font l’objet réside dans leur nombre : alors que les noms communs d’une langue sont recensés dans les dictionnaires et lexiques spécialisés, ce qui les rend en principe dénombrables, les noms propres ne peuvent, par leurs nombres et leurs variations, faire l’objet d’un inventaire exhaustif.

14Reste une troisième restriction qui nous intéresse ici : les possibilités de former des dérivés, bien qu’obéissant à des règles générales plus ou moins systématiques, sont quasiment illimitées et sujettes à des variations parfois importantes (nous avons dénombré en allemand sur la base Goethe les dérivés adjectivaux goethisch ou goethesch, soit deux suffixes possibles, pour la base Fellini, nous avons rencontré pas moins de six suffixes, comme nous le verrons par la suite).

15Il apparaît d’autre part que les suffixes ont certaines affinités sémantiques qui les lient à un type particulier de noms propres. Dans sa thèse, Sarah Leroy (2001) étudie de façon exhaustive les suffixes du français et leurs propriétés sémantiques, celles-ci apparaissent de façon évidente pour des suffixes comme -able dans « goncourable » (qu’on ne pourra évidemment pas traduire par *goncourbar mais par une adaptation comme kommt für den literarischen Goncourt-Preis in Frage où l’on retrouve le suffixe traduit) ou en allemand dans les diminutifs en -chen comme dans Kläuschen (hypocoristique également intraduisible mais qu’on peut à la rigueur restituer par « mon petit Klaus »). Pour former des hypocoristiques à partir des prénoms, le français fonctionne davantage par troncation et redoublement de la première syllabe préfixée (Michel > Mimi, Paul > Popaul, Claude > Cloclo, etc.). On retrouve le suffixe -esk lié exclusivement à des humains individuels ou collectifs (Kafka > kafkaesk, Beatles > beatlesk).

16Pour ce qui est des dérivés adjectivaux de noms propres, on constate une différence entre le français et l’allemand dans la spécialisation, comme le montrent les couples toponymes/gentilés : en français, le suffixe -ois(e) sert indifféremment à former des noms et des adjectifs (Munichois(e), munichois) alors qu’en allemand, le suffixe -er(in) est réservé aux noms (Münchner, Münchnerin) – on ajoute un deuxième suffixe -isch à la forme masculine du suffixe servant à former les noms pour former des adjectifs (münchnerisch). Cette spécialisation apparaît davantage sur le plan syntaxique en allemand où il est possible de composer les suffixes. Simple ou composé, le suffixe permet la plupart du temps d’identifier la classe de mots (nom, verbe, adjectif et adverbe). Toutefois, en allemand comme en français, la spécialisation du suffixe intervient aussi au niveau sémantique car les suffixes – et eux seuls car il n’existe aucune régularité pour les préfixes – sont associés au sein de la classe de mots à une classe lexico- syntaxique que nous avons indiquée entre chevrons (-iden sert par exemple à former des noms de < dynasties > à partir des noms de < célébrités >). Enfin, on constate aussi que de très nombreux suffixes n’ont quasiment aucun sémantisme inhérent et restent seulement phonétiques. Dans Mozarteum, on peut toutefois associer un genre neutre ainsi que le sème afférent de la latinité et du classicisme, selon les termes de la sémantique interprétative (Rastier, 1987). Dans Mozartiana par contre, l’origine du suffixe est beaucoup plus confuse. Dans le tableau suivant, nous retrouverons quelques exemples de suffixes associés à une classe de mots et au sein de celle-ci à une classe d’objets lexico-syntaxique, il s’agit là encore d’une sélection représentative, mais non exhaustive.

17Dans certains des exemples qui vont suivre, les chiffres figurant entre parenthèses donnent la fréquence relevée dans le corpus informatisé Cos-mas. À défaut de tout autre critère normatif, la fréquence est un paramètre assez fiable pour savoir, en cas de pluralité de formes, laquelle inclure dans un dictionnaire électronique. La fréquence permet aussi de révéler si un suffixe est habituel ou occasionnel. Nous verrons cependant que le paramètre fréquentiel a lui-même ses limites qui sont inhérentes à la taille du corpus utilisé et à son caractère écrit.

18Relevons dans le tableau qui suit le dérivé verbal entnazifizieren composé à la fois du préfixe ent-exprimant le retour à un état antérieur et du suffixe propre aux verbes -izieren ; sur ce dérivé verbal, on peut également former par suffixation en -ung le déverbal Entnazifizierung. La dérivation apparaît comme un processus évolutif dans lequel une base est susceptible de se complexifier, mais au début du processus, il y a toujours le nom propre seul : Nazi > nazifizieren > entnazifizieren > Entnazifizierung. La quasi-totalité des dérivés de noms propres sont formés par suffixation et il n’existe que quelques cas rares de préfixation que l’on retrouve en priorité dans les noms de marques, ceux-ci bénéficiant sans doute d’une productivité moins contingente :

Lipobay > Bayer < appellation commerciale > (formé après troncation de Bayer)

19Le préfixe lipo-est tiré du grec λίπος signifiant graisse. Il s’agit d’une unité lexicale qui peut exister seule, mais dans une autre langue que la langue source. Certains préfixes d’origine grecque fréquents dans la langue scientifique sont attestés dans le dictionnaire de langue, nous avons aussi évoqué des préfixes inhérents à la langue source comme ent-, mais le gros contingent des dérivés est formé par suffixation. Pour l’allemand, le procédé de concaténation qui consiste à accoler le suffixe directement à la base comme dans Paris > Pariser ou Kafka> kafkaesk semble le plus courant. Vient ensuite la troncation qui consiste à retrancher une ou plusieurs lettres si l’on se fonde sur la forme graphique du mot, une ou plusieurs syllabes si l’on se fonde sur sa forme phonique.

20Pour Corbin (1987, p. 342) « la troncation intervient lorsque des mots apparaissent construits, et que leur base sémantique n’est pas formellement entièrement incluse dans le mot construit ». Les éléments tronqués sont appelés troncats dans la terminologie de Corbin. Par troncation, il faut aussi retenir l’apocope du n final pour les noms de villes comme dans Tübingen > Tübinger.

21La troncation apparaît souvent de façon arbitraire et il n’est pas possible de se prévaloir d’une forme représentative pour déduire une règle, ce qui est le cas par exemple dans Ötztal> Ötzi avec ajout d’un diminutif en -i propre à former des hypocoristiques. L’épenthèse qui consiste à ajouter une jonction qui précède le suffixe comme dans Nazi > nazifizieren et non *nazizieren est relativement peu courante en allemand.

22Souvent pourtant, les règles de dérivation apparaissent floues et les locuteurs hésitent entre les différentes solutions possibles par rapport à la formation d’un dérivé sur la base d’un nom propre, ce qui conduit à l’existence d’un certain nombre de variantes lorsqu’un dérivé n’est pas lexicalisé ou absent du dictionnaire de langue. Pour le traitement automatique, la présence de ces variantes constitue un problème dans la mesure où il ne s’agit pas de définir une norme. Il importe toutefois, notamment pour la traduction automatique, de donner aussi peu d’alternatives que possible. En traduction automatique d’ailleurs, il n’est guère concevable de proposer plus d’une traduction par token. Parfois, il est difficile de déterminer quel adjectif dérivé on doit retenir dans la mesure où les corpus ne privilégient pas une forme par rapport à une autre, comme l’illustre l’exemple suivant où la fréquence est indiquée entre parenthèses :

Don-Quichjotesk (1)
Don-Quichotesk (1)
Don-Quijotesk (1)

23Parfois cependant, il est possible de déterminer une forme plus fréquente, mais celle-ci ne sera pas forcément la mieux construite, c’est-à-dire celle qui impliquera le minimum de règles selon un principe présupposé d’économie. Pour la formation de dérivés de noms propres, c'est une sorte de liberté encadrée qui semble prévaloir.

fellinesk (8)
felliniesk (4) → forme la plus économique en règles (concaténation)
fellininesk (2)
fellini-esk (1)
Fellinesk (1)
fellinisch (1)

24Enfin, nous signalons un domaine où la création de dérivés est particulièrement riche, celui des noms de produits formés à partir du nom de marque. Ainsi, pour la marque suisse Nestlé, dont le siège est à Vevey, dans le canton de Vaud, on retrouve le mot Nest signifiant nid, auquel on a ajouté le diminutif -le caractéristique du sud des pays germaniques, le sens de Nestlé est donc « petit nid » même si l’orthographe est francisée avec ajout de l’accent aigu sur le e final pour obtenir la prononciation adéquate. L’image du nid n’est pas une fantaisie d’apprenti sémiologue puisqu’elle fait partie elle-même du logo de la marque. Sur ce nom de marque tronqué, on rajoute un mot internationalement compréhensible pour former des noms de produits :

Nestea > Nes (base tronquée) + tea
Nescafé > Nes + café
Nespresso = Nes + espresso
Nesquik (boisson chocolatée) = Nes + quick tronqué

25L’emprunt de mots s’effectue dans différentes langues et met ainsi en valeur le caractère international du produit. Les suffixes créés ne sont pas récurrents et ce sont souvent des créations ad hoc uniques.

La traduction des dérivés

26Pour la plupart des cas de suffixation, il n’est pas possible de substituer un suffixe français au suffixe allemand pour obtenir une traduction. La traduction des dérivés ne va pas de soi : tantôt il faudra traduire le suffixe, tantôt il faudra procéder à une incrémentialisation ou traduction explicative. Ainsi, CDUler ne peut être traduit par « *cédéutiste » sur le modèle de « cégétiste » (<CGT), mais doit l’être par « membre du parti chrétien-démocrate allemand ». L’autre question qui se pose lorsqu’on recense les dérivés est de savoir quelle importance leur accorder : si certains ont leur place dans un dictionnaire bilingue général comme les gentilés, d’autres ressortent davantage du néologisme et sont très passagers comme MacDonald > macdonaldisieren.

27Dans le tableau suivant, nous avons essayé de systématiser des propositions de traductions, mais ne perdons pas de vue que la traduction des dérivés de noms propres est délicate parce qu’elle est truffée d’exceptions.

28La difficulté de systématiser la traduction des dérivés de noms propres est en partie due au fait que certains ont un référent local et culturel qu’il convient d’expliciter, mais pas seulement. Elle vient aussi de ce que les systèmes de suffixation varient profondément d’une langue à l’autre et que les correspondances entre suffixes sont souvent multiples. Dans le dernier tableau (voir page suivante), nous avons fait figurer quelques exemples de suffixes nominaux et adjectivaux ainsi que leurs traductions. Une autre difficulté inhérente au lexique est qu’à la traduction, le genre ne se conserve pas, ainsi Mozarteum, neutre en allemand, devient masculin en français.

29Pour ce qui concerne les classes des < organisations internationales > ainsi que des < associations et partis >, le français peut former des dérivés nominaux à partir de l’acronyme qui constitue la forme écrite de la version oralisée du sigle, par exemple dans ONU > onusien, CGT > cégétiste ; l’allemand offre la possibilité comparable d’ajouter au sigle le suffixe -ler comme dans CDUler. Pour la traduction, CDUiste ne convient pas en français, de même que CGTler en allemand : la traduction d’un dérivé de sigle ou d’acronyme suppose un haut degré de notoriété.

30Tous ces exemples et contre-exemples tendent à montrer qu’il n’existe pas de règles absolues pour traduire les dérivés, ce dont tout linguiste sensé pouvait se douter. Il existe cependant des microsystèmes suffisamment récurrents pour pouvoir s’avérer justes statistiquement, mais on sait que l’emploi des méthodes statistiques n’est guère fiable dans le traitement automatique du langage. En fait, la seule méthode véritablement digne de confiance est celle du cas par cas, autrement dit de la compilation.

*

31Pour conclure, nous aimerions mettre en relief un point qui, malgré sa trivialité, n’en constitue pas moins le principal enseignement de cette étude : il est presque impossible de systématiser et a fortiori d’automatiser la traduction des dérivés de noms propres car ceux-ci sont se révèlent largement adaptés ou, s’ils ne sont pas, particulièrement réticents à la formation de patrons récurrents, tels les gentilés Londoner qui se traduit par « Londoniens », Berliner par « Berlinois », Römer par « Romains », et Budapester qui s’adapte en « habitants de Budapest ». Pour un suffixe allemand -er on peut avoir une pluralité de suffixes traduits en français.

32D’autre part, tantôt les dérivés sont traduits, tantôt, comme Mozarteum, ils restent tels quels. Un autre point mérite d’être relevé : on retrouve des dérivés pour presque toutes les classes de noms propres qui ont été évoquées. La déonomastique se montre productive non seulement à partir des anthroponymes et des toponymes, mais aussi à partir des ergonymes et des pragmonymes. Enfin, il faut relever que le nom propre offre des possibilités dérivationnelles beaucoup plus libres que le nom commun, notamment de préfixation et de suffixation empruntées à d’autres langues ou bien tout simplement créées, quasiment idiolectales. Puisque nous avons presque toujours affaire à des exceptions, l’approche traductionnelle de la déonomastique suppose bien plus la constitution de dictionnaires bilingues que l’édification de règles. Ainsi l’exige d’ailleurs l’onomastique, mais pour la traduction automatique, il est nécessaire de faire coexister des systèmes de règles puissants avec des dictionnaires complets, – les informaticiens linguistes et les lexicographes ont encore du grain à moudre.

Bibliographie

Références

Buchi Eva, 2002, « Réflexions sur l'apport de la déonomastique pour la théorie du nom propre », Onomastik – Akten des 18. Internationalen Kongresses für Namenforschung (Trier, 12.-17. April 1993), vol. V, Onomastik und Lexikographie Deonomastik, Dieter Kremer éd. Tübingen, Max Niemeyer Verlag., p. 171-188.

Corbin Danielle, 1987, Morphologie dérivationnelle et structuration du lexique, Lille, Presses universitaires de Lille, 2 tomes.

Dugas Jean-Yves, 1982, « Le provignement dans les noms propres », Travaux de terminologie et de linguistique, vol. 1, p. 21-39.

Eggert Elmar, 2002, La dérivation toponymes-gentilés en français : mise en évidence des régularités utilisables dans le cadre d’un traitement automatique, thèse de doctorat en cotutelle des Universités de Tours et de Münster.

Grass Thierry, 2002, Quoi ! Vous voulez traduire « Goethe » ? Essai sur la traduction des noms propres allemand-français, Bern, Peter Lang (Travaux interdisciplinaires et plurilingues en LEA).

Hornbruch Heike, 1996, Deonomastika. Adjektivbildungen auf der Basis von Eigennamen in der älteren Überlieferung des Deutschen, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht.

Le Pesant Denis et Mathieu-Colas Michel, 1998, « Introduction aux classes d’objets », Langages, n° 131, p. 6-33.

Leroy Sarah, 2001, Entre identification et catégorisation, l’antonomase du nom propre en français, thèse de doctorat de l’Université Paul Valéry Montpellier III.

Rastier François, 1987, Sémantique interprétative, Paris, PUF.

Schweickard Wolfgang, 1992, « Deonomastik ». Ableitungen auf der Basis von Eigennamen im Französischen (unter vergleichender Berücksichtigung des Italienischen, Rumänischen und Spanischen), Tübingen, Niemeyer.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Lipobay > Bayer < appellation commerciale > (formé après troncation de Bayer)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1050/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search