Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

Composés nominaux et qualités prototypiques

Roger Sauter

Texte intégral

1Le fait que le meilleur exemplaire de la catégorie « oiseau » – le prototype de Eleonor Rosch (1973) – est en anglais robin (rossignol), en français moineau et en allemand Rotkehlchen (rouge-gorge) ne doit pas nous étonner car notre connaissance du monde dépend avant tout des objets qui nous sont les plus familiers. De plus, ils ont nombre de qualités communes : capacité de voler, taille, couleur générale du plumage, chant, etc. En revanche, si le même test, réalisé auprès d’enfants de la campagne, donnait pie ou corbeau, le nombre de qualités communes entre oiseaux des villes et de la campagne diminuerait grandement. Cette constatation va, entre autres, conduire Eleonor Rosch (1973) à une redéfinition de sa notion de « prototype », qui ne reposera plus sur des objets existant réellement, mais sur des qualités typiques pour l’ensemble d’une catégorie. C’est la cue validity qui souligne la fréquence avec laquelle une qualité est liée à une catégorie : la cue validity étant alors la somme des cue validities des qualités propres à chacun de ses éléments. Plus tard, le degré de prototypicalité sera défini par le concept de ressemblance de famille (George Lakoff 1987, p. 12), emprunté à Ludwig Wittgenstein (1953) et établissant que des éléments non homogènes peuvent partager certaines qualités communes, mais pas toutes : un élément 1 peut avoir les qualités A et B, un élément 2 les qualités B et C et un élément 3 les qualités C et D. Les éléments 1 et 3 se trouvent dans la même catégorie, non parce qu’ils ont les mêmes qualités, mais parce que chacun d’entre eux a une qualité qu’il partage avec un des autres membres de la catégorie.

2On s’aperçoit donc de la place centrale que va prendre la notion de qualités prototypiques aux dépens du prototype lui-même. Le principal problème, pour un linguiste, était donc de savoir comment ces qualités, fondant les catégories, pouvaient se retrouver dans la langue, miroir de notre représentation du monde. C’est dans l’étude de la structure des composés nominaux que nous avons trouvé un début de réponse prometteur, qui devrait encourager à entreprendre une étude plus systématique que celle-ci.

La structure sémantique des composés nominaux

3L’allemand, comme les autres langues germaniques, a une très grande facilité pour créer des noms composés et, a priori, aucune combinaison n’est à proscrire. Cela donne, en simplifiant et en se plaçant sur un plan purement syntaxique, deux grands groupes de composés :

  • les composés hypotaxiques, où le déterminant A limite la définition extensionnelle du déterminé B en créant notamment des sous-classes de B par l’opposition de propriétés :

4Kuhmilch lait de vache

5Ziegenmilch lait de chèvre

  • les composés parataxiques, où A est la dénomination de B (la relation entre A et B est parfois également définie comme une coordination). Le test proposé pour reconnaître ce type de composition est : A est un B :

6Grislybär ours-grizly

7Tannenbaum *arbre-sapin

8Dans de nombreux cas cependant, la relation n’est pas si simple et contribue à créer une sous-classe par inclusion de B en A : Rabenvogel, Hühnervogel signifient, selon le dictionnaire Wahrig, que nous avons respectivement affaire à des représentants de l’ordre des corvidés et des gallinacés.

9Si on analyse de façon plus précise les relations sémantiques entre C (composé) et les constituants A et B, puis entre A et B, on arrive aux résultats suivants :

Relation entre C et B

10Le contenu de B contient entièrement le contenu de C (implique C), le contraire n’étant pas vrai. C est dans une situation d’hyponymie par rapport à l’archilexème B :

11eine Gartentür une porte de jardin

Relation entre C et A

12C est un élément (ou une qualité de A). Un élément de ce qu’on pourrait appeler la puissance (ou la virtualité) de A. Tous les C possibles enrichissent la compréhension de A. Si nous prenons par exemple le constituant A Garten :

13Description d’un jardin : Gartentür, Gartenzaun, Gartenhaus, Gartenbeet, Gartenmöbel, Gartentisch...

14Activités que l’on peut exercer dans un jardin : Gartenbau, Gartenkunst, Gartenfest, Gartentheater Gartenschau, Gartengeräte, Gartenschlauch, Gartenschere...

15Tous ces composés nous permettent de parvenir à une définition en compréhension de Garten : endroit clos, à ciel ouvert, où l’on peut trouver des légumes, des fruits, du gazon ou des plantes d’ornement et où on peut organiser un certain nombre d’activités ou se reposer.

Relation entre A et B

16Pour François Schanen et Jean-Paul Confais (1986, p. 365), le signifié abstrait de la relation hypotaxique est la délimitation du signifié du déterminé par celui du signifiant : ainsi, pour Haustür, l’ensemble des portes concevables est plus restreint que pour le lexème simple Tür.

17A limite la définition en extension de B en introduisant un critère sémantique, qui doit correspondre à notre connaissance du monde. En français et en allemand, des composés comme *Vaterbruder, Mutterbruder – *frère de père, de mère sont inacceptables, nos deux langues pratiquant la distinction, lorsque c’est nécessaire dans le contexte, par l’ajout d’une spécification ultérieure : mütterlicherseits, väterlicherseits – du côté maternel, paternel. Dans les langues scandinaves, on trouve en revanche : morfar, farfar, etc.

18Judith Levi (1978, p. 243) ajoute d’autres conditions de compatibilité :

  • les complex nominals sont normalement endocentriques.
  • le choix du déterminant doit correspondre à un trait distinctif. Ce trait ne doit ni contenir une relation négative, ni exprimer une information redondante : *salt lake (un lac n’est en général pas salé dans nos contrées) ; *water lake (redondant).
  • la relation entre les constituants doit être permanente, ce qui exclut tous les composés occasionnels (Adhoc-, Augenblickskomposita).

19La deuxième incompatibilité est particulièrement importante puisque à l’intérieur d’un champ lexical donné, elle permet d’expliquer des lacunes incompréhensibles. Si nous prenons par exemple la catégorie « oiseau », nous trouvons certes des oppositions de sous-classes telles que :

20Stubenvogel oiseau d’appartement

21Waldvogel oiseau sylvestre

22Wasservogel oiseau d’eau

23Laufvogel ( ?) oiseau marcheur

24Schwimmvogel ( ?) oiseau nageur

25Or, l’opposition à Stube (chambre, intérieur) qui serait air libre, extérieur, éventuellement sauvage n’existe pas. De même schwimmen, laufen ne s’opposent pas, dans un composé, à fliegen qui est pourtant beaucoup plus habituel à un oiseau. Nous retrouvons d’ailleurs le même phénomène avec Nachtvogel (oiseau nocturne), Raubvogel (oiseau de proie). Il manque lexicalement des oppositions qui désigneraient pourtant des propriétés spécifiques attachées à oiseau.

26Les attributs physiques attachés communément à Vogel ne peuvent pas, pour la même raison, entrer en combinaison avec lui :

27*Schnabelvogel *oiseau à bec

28*Federvogel *oiseau à plumes

29*Flügelvogel *oiseau à ailes

30Cependant on trouve Schnabeltier (ornithorynque), Flughörnchen (écureuil volant), Flughund (chauve-souris au nez de chien de la famille des macrochiroptères) Federvieh (volaille), Federwild (gibier à plumes)...

31Si ce qui est considéré comme redondant par notre connaissance du monde ne peut pas apparaître en A, nous devons analyser la présence des déterminants possibles comme exprimant une exception à l’image consensuelle qu’on se fait de B. Wasservogel, Schwimmvogel marquent parfaitement des sous-classes à l’intérieur de la catégorie Vogel, mais ils s’opposent à une autre sous-classe implicite, que nous nommerons Ø, et qui, si elle n’a pas d’existence sur le plan lexical, en a une dans notre perception du monde.

32Cela a une conséquence importante : les qualités typiques n’étant pas exprimées pour cause de redondance, elles ne peuvent être définies que négativement. On peut reprendre ici le test que Georges Kleiber (1990) propose pour dresser la liste des qualités prototypiques d’un objet et, en même temps, définir les qualités non nécessaires pour l’ensemble de la catégorie, mais entrant dans la « ressemblance de famille ». Ce test repose sur l’emploi de l’adversatif mais :

*c’est un oiseau, mais il vole (redondant)
c’est un oiseau, mais il ne vole pas (exception ne remettant pas en cause
l’appartenance à la famille)
c’est un oiseau, mais il nage (exception)
c’est un oiseau, mais il ne nage pas (évidence)
*c’est un oiseau, mais il a des plumes (redondant)
c’est un oiseau, mais il n’a pas de plumes (exception)

Relation entre B et A

33B, l’élément hiérarchiquement supérieur qui donne le genre et le nombre au composé, apporte à A un caractère de spécificité, de généricité comme l’écrit Wilfried Kürschner (1974, p. 97) (fonction généralisante, désactualisante). A est réduit en quelque sorte à une fonction adjectivale de spécification. Lorsque, dans certaines constructions, A ne peut pas entrer dans un paradigme de déterminants possibles de B, nous nous trouvons devant l’expression d’une qualité prototypique de B :

34Bärenhunger faim d’ours

35Vogelzug vol d’oiseaux

36Il n’y a pas d’autres A possibles et, s’il y en avait un, il ne créerait pas de sous-classe mais serait considéré comme une variante possible :

37Bärenkälte, Hundekälte... froid de chien

38Nous sommes ici dans un cas différent de celui de la relation entre A et B parce qu’elle prend un caractère nettement métaphorique.

39Après cette analyse rapide des relations sémantiques entre les différentes composantes des composés nominaux, nous allons tenter d’en faire l’application dans l’une des catégories qui fut à la base des premiers tests élaborés par Eleonor Rosch, celle des oiseaux.

Qualités protypiques de la catégorie Vogel

La constellation des traits descriptifs

Vogel est B

40Vogel est un hyperonyme d’espèce ou de catégorie (comme Säugetier par exemple) et, à ce titre, les traits descriptifs ne peuvent pas être très précis car l’ensemble est trop vaste et trop varié. Plus on descend toutefois vers les hyponymes désignant des sous-classes, plus les traits descriptifs distinctifs deviennent importants (voir notre article « “Ours” et “Bär” : parents ou étrangers », 1983).

41Contrairement à certains de ses constituants (hyponymes) : Grün specht, Buntspecht, Graupapagei, Silberreiher, etc., la classe des oiseaux n’est définie par des oppositions de couleurs ni par rapport à d’autres catégories animales, ni pour créer des sous-classes reconnaissables. Cela ne correspondrait pas en effet à notre connaissance du monde des oiseaux, où la couleur est un phénomène des plus variés qui soient. C’est donc un critère non valide de qualification. La couleur « gris » par exemple n’est pas pertinente pour l’ensemble de la catégorie ; elle ne devient qualité prototypique dans les protocoles de Eleonor Rosch que lorsque le moineau est désigné meilleur exemplaire de la catégorie et donc porteur de ses qualités centrales. Lorsque Georg Trakl emploie le terme de Schwarzvogel (oiseau noir), il s’agit d’une création poétique interprétable plus ou moins facilement, selon le contexte, mais cela ne correspond pas à notre découpage de la catégorie. Toutefois, deux composés, Eisvogel (martin pêcheur) qui est une déformation de Eisenvogel et Paradiesvogel, mettent en valeur des couleurs non représentatives de la catégorie : bleu métallique pour le premier et couleurs chatoyantes/éclatantes pour le second.

42De même, la taille n’est pas déterminante et aucune opposition ne joue sur ce critère, sauf en français où le nom courant du colibri est oiseau-mouche, qui insiste sur cette qualité exceptionnelle qu’est l’extrême petitesse, comparable à celle d’un insecte, pour un oiseau.

43En ce qui concerne d’autres détails physiques, on trouve Ruderfußvogel, moins fréquent que Ruderfüßer (palmipède, oiseau à pattes palmées) et Haarvogel (oiseau à poils) tandis que le français connaît l’oiseau-lyre, dont la queue évoque une lyre à la période des amours. Stelzvogel et son correspondant français échassier mettent l’accent sur la longueur inusitée des pattes chez un oiseau. Totenvogel désigne une chouette dont la tête est particulièrement effrayante, comme c’est souvent le cas pour les rapaces nocturnes. Ces composés n’entrent jamais en opposition avec d’autres composés désignant ces parties du corps d’un oiseau. Comme nous l’avons déjà noté, il n’existe aucun composé comprenant en A un organe consensuel tel que Schnabel, Feder, Flügel etc., alors qu’on les trouve associés à d’autres animaux où ils marquent une exception ou une curiosité.

44Son domaine est défini par deux termes : Landvogel (oiseau terrestre) et Wasservogel (oiseau aquatique). Chacun de ces deux composés a des hyponymes : Waldvogel, Bergvogel, Felsenvogel et Meeresvogel, Seevogel, Sumpfvogel, Schlammvogel... Curieusement (ou plutôt normalement, selon notre théorie), ce à quoi est intimement lié l’oiseau dans nos représentations mentales, l’air, die Luft, est absent de cette série.

45Son comportement est caractérisé par une étonnante richesse de composés qui couvrent toute sa sphère d’activité, mais là encore, nous sommes étonnés par un certain nombre de lacunes désignant des activités pourtant maintes fois décrites comme prototypiques de l’oiseau :

46À Laufvogel (oiseau coureur), Sitzvogel (oiseau percheur), Schwimmvogel (oiseau nageur) ne s’oppose aucun *Flugvogel (*oiseau volant).

47À Greifvogel, Raubvogel (oiseau de proie) ne s’oppose rien.

48À Nachtvogel ne s’oppose aucun *Tagesvogel.

49Un problème se pose à propos de Brutvogel (oiseau nicheur) et de Singvogel (oiseau chanteur) qui semblent désigner des qualités inhérentes à l’espèce des oiseaux. Or, une analyse plus fine nous permet de résoudre cette contradiction. En fait, Brutvogel ne s’oppose en rien à un oiseau qui ne serait pas nicheur, mais à un oiseau qui ne niche pas en Europe, c’est-à-dire à Zugvogel. De ce point de vue, Brutvogel est proche de Standvogel (oiseau sédentaire) et ne marque plus une qualité prototypique mais simplement une sous-classe d’oiseaux. De même, Singvogel désigne une sous-classe d’oiseaux bien particuliers que le Wahrig définit de la façon suivante : « Angehöriger einer Unterordnung der Sperlingsvögel, die sich durch meist fünf Paar Singmuskeln auszeichnen ».

50Nous sommes bien ici dans un domaine particulier, qui ne saurait être étendu à l’ensemble des oiseaux.

Vogel est A

51Il est en position de déterminant et « ses attributs » sont en déterminé, en relation métonymique avec lui. Ce n’est donc pas ici l’animal qui est au centre du composé, mais un certain nombre de qualités qui semblent être inhérentes à la catégorie « oiseau ». Il n’y a d’ailleurs guère d’opposition possible avec une autre catégorie. Nous avons par exemple montré dans un précédent article que Bär en position de déterminant marquait un paroxysme, la plus grande intensité possible de la qualité se trouvant en déterminé (Bärenhunger, Bärenkälte, Bärenkraft, Bärenschlaf, etc.).

52Nous trouvons des organes ou parties du corps de l’oiseau en B :

53Vogelflügel aile d’oiseau

54Vogelfeder plume d’oiseau

55Vogelschnabel bec d’oiseau

56Vogelfuß laiche, pied d’oiseau

  • 1 Poème d’enfant d’une classe élémentaire en Allemagne, paru sur internet : « Vivre, c’est se mouvoi (...)

57Vogelflügel est employé dans de nombreux domaines, allant de la physique à la poésie : son emploi est fondé sur la ressemblance réelle ou métaphorique avec un objet concret ou abstrait (modèle de rotor, « Leben ist die Bewegung der Vogelflügel »)1.

58Vogelfeder est souvent mis en parallèle avec Schreibfeder, Vogelschnabel a un très large éventail d’emplois fondés également sur la ressemblance avec un bec d’oiseau : couteau à lame courbe, formations de quartz, sous-espèce de requin (squale savate), nez d’un masque :

  • 2 Conte écrit par les enfants de cette même école : « Un jour le joueur de flûte traverse le marché. (...)

Eines Tages spaziert der Flötenspieler durch den Markt. Da hat er es entdeckt : Ein wunderschönes Kostüm aus vielen bunten Federn und eine Maske mit einer langen Nase, die einem Vogelschnabel gleicht.2

59Quant à Vogelschwanz, plus rare, il évoque dans ces vers la longue queue-redingote des pies.

60Intéressant également est Vogelfuß, qui désigne une plante ressemblant curieusement à un pied d’oiseau avec ses doigts et ses ongles. Le passage d’une catégorie à l’autre à cause de similarités réelles ou imaginaires est très fréquent, particulièrement entre animaux et plantes.

La constellation de traits symboliques

61Elle rassemble des traits abstraits relatifs à l’imaginaire développé par l’homme autour d’oiseau. Nous avons déjà pu constater l’importance de cette constellation avec les composés où Vogel est en position de déterminant et où il donne à la composition cette image de légèreté, at tachée essentiellement au vol et à l’élément « air ». Un certain nombre de composés reprenant cette activité sous forme de déterminé prolongent cette représentation :

62Vogelflug vol d’oiseau

63Vogelzug passage de migrateurs

64Par leur forme et leur régularité, ces deux mots se retrouvent dans le langage poétique pour marquer l’inexorabilité du temps qui passe et la beauté du spectacle. Chez Günter Eich (1978, p. 16), le second évoque l’aiguille d’une horloge cosmique qui rythme la naissance et la mort :

  • 3 « Je confie mon désespoir au vol des migrateurs. / Il mesure calmement sa part d’éternité. / Ses p (...)

Dem Vogelzug vertraue ich meine Verzweiflung an. Er mißt seinen Teil von Ewigkeit gelassen ab. Seine Strecken werden sichtbar im Blattwerk als dunkler Zwang, die Bewegung der Flügel färbt die Früchte.3

65D’autres composés traduisent cette métaphore de façon différente, reprenant plutôt l’altitude et l’aisance du vol se jouant de tous les obstacles :

66Vogelfluglinie à vol d’oiseau

67Vogelperspektive perspective aérienne

68Vogelschau idem

  • 4 Friedrich Kluge, Etymologisches Wörterbuch, Berlin, W. de Gruyter, 1967, p. 823.

69On serait tenté de compléter ces exemples par vogelfrei, qui contrairement à ce que pourrait signifier ce composé s’il était motivé, renvoie à quelqu’un sans feu ni lieu, mis hors la loi. L’histoire et l’étymologie nous viennent cependant en aide en nous indiquant que dans le droit du Moyen-Âge ce composé signifiait tout simplement que le hors-la-loi était banni de tous et abandonné aux oiseaux de proie. Toutefois, un emploi attesté au xve siècle au Tyrol présente vogelfrei comme synonyme de « libre de toute corvée »4.

70Une deuxième série de composés, sans doute complémentaire de la première, insiste sur la volonté de l’homme de chasser les oiseaux, pour les capturer et les enfermer :

71Vogelsteller, Vogelfänger oiseleur

72Vogelnetz filet de capture

73Vogelpfeife sifflet de leurre

74Vogelleim glu

75Vogelherd lieu préhistorique, caverne (le foyer des oiseaux)

76Vogelbauer, Vogelkäfig cage à oiseaux

77Vogelhaus serre d’oiseaux

78Vogelzucht élevage d’oiseaux

79Face à cette axiologie positive, il en existe une autre, négative, déjà abordée avec vogelfrei, l’oiseau voleur, grappilleur, qu’il convient de chasser des vergers et des cultures, en l’effrayant ou en le tuant :

80Vogelscheuche épouvantail

81Vogelschrot, Vogeldunst petits plombs (chasse)

82Vogelschießen tir au pigeon

83Vogel sert d’ailleurs également à désigner un individu frivole, dissipé et cela apparaît dans les exemples suivants avec Vogel en déterminé :

84Spaßvogel plaisantin

85Galgenvogel gibier de potence

86Unglücksvogel oiseau de malheur

87Pechvogel malchanceux (collé à la poix)

88À propos de ces derniers exemples, on peut ajouter qu’ils ont, par rapport aux précédents, une caractéristique bien particulière : ce sont des composés exocentriques, qui désignent non une sous-catégorie d’oiseaux, mais des êtres humains.

*

89En conclusion, on peut présenter les qualités prototypiques centrales de Vogel de la façon suivante : animal apte au vol, lié de façon redondante à l’élément « air », de taille non marquée (en français toutefois, il ne se confond qu’exceptionnellement avec la taille d’un insecte), de couleur également non marquée (exceptionnellement bleu métallique, ou aux couleurs éclatantes), aux pattes généralement courtes se terminant par des doigts minces et longs avec ongles longs également. Les autres attributs (bec, plume, ailes, queue) sont prototypiques de la catégorie et de tous objets de configuration semblable. Les qualités non centrales sont pour l’aspect : une couleur bleu métallique, des couleurs éclatantes, de longues pattes, des pattes palmées, des plumes ayant l’aspect de poils ; pour l’habitat, l’allemand possède les mots : Land-, Wasservogel (terrestre, aquatique) avec leurs hyponymes et, pour l’activité : Lauf-, Kletter-, Schwimm-, Tauchvogel (coureur, grimpeur, nageur, plongeur, chanteur).

90L’animal est de plus prototypique pour l’habileté en vol, l’impression de légèreté, d’aisance et de liberté. Ce qui le fait rechercher et capturer ou élever en captivité. Cette extrême liberté qui ne connaît pas d’obstacles l’inscrit également dans une axiologie négative où il devient le modèle d’individus peu fréquentables.

Bibliographie

Références

Barz Irmhild et al., 2003, Wortbildung – praktisch und integrativ, Francfort, Peter Lang.

Brekle Heinrich, 1976, Generative Satzsemantik im System der englischen Nominalkomposition, Munich, Fink.

―, 1984, « Les composés ad hoc en allemand contemporain : réflexions pragmatico-sémantiques », DRLAV, 31, p. 97-106.

Eich Günter, 1978, Gedichte, Francfort, Suhrkamp.

Erben Johann, 2006, Einführung in die deutsche Wortbildungslehre. 5. durchges.u. erg. Auflage, Berlin, Schmidt Verlag.

Fleischer Wolfgang et Barz Irmhild, 1995, Wortbildung der deutschen Gegenwartssprache,Tübingen, Niemeyer.

Handwerker Brigitte, 1979, « Composés motives : langue commune et langues de spécialité », DRLAV, 21, p. 25-31.

Hillert Dieter, 1987, Zur mentalen Repräsentation von Wortbedeutungen, Tubingue, Narr.

Jackendoff Ray, 1983, Semantics and Cognition, Cambridge (Mass.), MIT Press.

Kleiber Georges, 1990, La sémantique du prototype, Paris, PUF.

Kürschner Wilfried, 1974, Zur syntaktischen Beschreibung deutscher Nominalkomposita auf der Grundlage generativer Transformationsgrammatiken (Linguistische Arbeiten, 18), Tübingen, Niemeyer.

Lakoff George, 1987, Women, Fire and Dangerous Things. What Categories Reveal about the Mind, Chicago et Londres, University of Chicago Press.

Levy Judith, 1978, The Syntax and Semantics of Complex Nominals, New York, Academic Press.

Martin Robert, 1991, « Typicalité et sens des mots », Sémantique et cognition. Catégories, prototypes, typicalité, Danièle Dubois éd., Paris, CNRS (Sciences du langage).

Ortner Hanspeter et Ortner Lorelies, 1984, Zur Theorie und Praxis der Kompositaforschung, Tübinguen, Narr.

Picoche Jacqueline, 1977, Précis de lexicologie française, Paris, Nathan.

Rosch Eleonor, 1973, « Natural categories », Cognitive Psychology, 4, p. 328 350.

Sauter Roger, 1983, « “Ours” et “Bär” : parents ou étrangers ? », AniMOTS, Marie-Luce Honeste et Roger Sauter éd., Saint-Étienne, CIEREC, p. 148 158.

―, 1998, « Situative Komposita und Textkohärenz », Grenzsteine und Wegweiser, Dalmas Martine et Roger Sauter éd., Tübingen, Stauffenburg.

Schanen François et Confais Jean-Paul, 1986, Grammaire de l’allemand, formes et fonctions, Paris, Nathan.

Notes

1 Poème d’enfant d’une classe élémentaire en Allemagne, paru sur internet : « Vivre, c’est se mouvoir comme une aile d’oiseau ».

2 Conte écrit par les enfants de cette même école : « Un jour le joueur de flûte traverse le marché. Là, il y découvre enfin ce qu’il lui faut : un magnifique costume de plumes multicolores et un masque avec un long nez, comme un bec d’oiseau. »

3 « Je confie mon désespoir au vol des migrateurs. / Il mesure calmement sa part d’éternité. / Ses passages / S’inscrivent dans le feuillage comme une sombre nécessité, / Le battement des ailes mûrit les fruits » (je traduis).

4 Friedrich Kluge, Etymologisches Wörterbuch, Berlin, W. de Gruyter, 1967, p. 823.

Auteur

Université de Montpellier 3

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search