Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

Du mot non simple au texte non simple ?

Françoise Dubois-Charlier

Texte intégral

1Dans le titre de l’ouvrage, le qualificatif « non simple » est utilisé pour désigner (entre autres) les mots dérivés. Si l’on donne à ce qualificatif « simple » un sens très banal et quotidien, on peut envisager l’idée que les mots dérivés soient perçus comme plus « compliqués » ou plus « difficiles » que les mots non dérivés. Et, partant de là, on peut formuler l’hypothèse que la plus ou moins grande utilisation de ce type de mots, les dérivés, dans les textes puisse jouer un rôle dans la plus ou moins grande difficulté de ces textes.

2Autrement dit, on s’est ici posé la question : les mots dérivés, ou dérivations d’un type ou d’un autre, sont-ils plus nombreux dans les textes intuitivement perçus comme difficiles à lire que dans des textes jugés plus simples ? Y a-t-il des raisons de penser que cette utilisation de dérivés est une source de complexité ou difficulté d’un texte ?

3On a étudié cette question sur un échantillon de trois couples de textes, anglais et français ; effectuant une étude de corpus, sur des textes qui diffèrent par le niveau de communication et le type de contenu, on a examiné la densité des mots dérivés et la nature des formes de dérivation.

Premier corpus, textes en anglais

4Des extraits de deux romans anglais contemporains ont été comparés,

  • The Debt to Pleasure, roman jugé par les lecteurs comme « très sophistiqué » ; sur la quatrième de couverture, les critiques de journaux « intellectuels » louent le style éblouissant, l’érudition, la virtuosité verbale, etc. La lecture de ce roman demande une certaine application. Par souci de clarté, nous le désignerons ci-dessous comme le difficile.
  • Monsieur Pamplemousse s’inscrit dans la littérature « de quai de gare » ; la quatrième de couverture se borne à signaler que l’histoire est très amusante, le livre se lit avec une très grande facilité et rapidité. Nous le désignerons ci-dessous comme le facile.

5Les deux extraits, choisis au hasard dans les romans, ont le même nombre de mots, environ 1200. Après avoir écarté les nombres, les noms propres ainsi que les mots outils (qui représentent environ 62 % du texte dans les deux extraits), on a dressé la liste des lexèmes employés. Il reste environ 450 mots de contenu dans les deux textes.

L’emploi des dérivés dans les deux textes

6Pour simplifier l’analyse, on a réparti les mots de contenu en 4 catégories grammaticales, et examiné la répartition des mots des deux textes dans ces catégories.

7Les deux textes sont assez analogues dans cette répartition : environ 45 % de noms, 18 % d’adjectifs, 25 % de verbes, 10 % d’adverbes, avec cette petite différence que le texte qualifié de « difficile » contient légèrement plus de noms et d’adjectifs, et légèrement moins de verbes et d’adverbes, ce qui tient au fait que le premier est plus descriptif des états de choses, plus fait de réflexions, tandis que le second est le récit des actions du héros.

8Si on étudie le pourcentage de mots dérivés (versus mots simples) dans les deux textes, on constate que le nombre de dérivés est sensiblement plus élevé dans le roman « sophistiqué » que dans « le facile » :

  • pour les noms 43 % sont dérivés dans « le difficile » contre 37 % dans « le facile »
  • pour les adjectifs 65 % contre 51 %
  • pour les verbes 38 % contre 19 %
  • pour les adverbes 66 % contre 58 %

9Les écarts les plus nets portent sur les adjectifs et les verbes :

  • le nombre d’adjectifs dérivés dans « le difficile » est deux fois celui des adjectifs simples (65-35 %), alors que simples et dérivés sont en même nombre dans l’autre texte (51-49 %),
  • plus du tiers des verbes sont dérivés dans « le difficile » (38 %), alors que moins d’un cinquième le sont dans l’autre (19 %).

10En conclusion, pour l’ensemble du vocabulaire, apparaît une différence très marquée dans l’utilisation des dérivés :

  • pour « le difficile », le nombre de mots dérivés est presque égal au nombre de mots simples (213-225), avec un pourcentage moyen de densité de 53 % dans les 4 catégories ;
  • pour « le facile », le nombre de mots dérivés est très inférieur au nombre de mots simples (151-269), avec un pourcentage moyen de densité de 41 % dans les 4 catégories.

11Cette comparaison permet donc d’envisager l’idée que l’utilisation plus massive de mots dérivés soit un facteur dans la « complexité » ou « difficulté » d’un texte – au moins pour les textes de ce type, à savoir des extraits de deux romans contemporains qui se distinguent par le style, le thème, et le public auquel ils sont destinés.

Un autre facteur possible dans l’opposition « texte simple » versus « texte non simple »

12Dans la mesure où « non simple » signifie couramment « difficile » et où la notion de « vocabulaire difficile » renvoie plutôt à des mots peu fréquents, spécialisés, désignant des entités non connues du grand public, il convenait de se demander si la différence très sensible que nous venons de mettre en évidence entre nos deux textes ne pourrait pas s’expliquer, tout simplement, par le fait que l’un emploie des mots rares et l’autre des mots courants.

  • 1 Pour une étude précise des fréquences, cette liste présenterait plusieurs inconvénients : elle est (...)

13On a donc examiné la fréquence des mots employés dans les deux extraits, en affectant ces termes de leur indice de fréquence dans la langue anglaise, selon les indices du Thorndike-Lorge1, qui a l’avantage de répertorier beaucoup de mots (30 000). Les indices peuvent se regrouper en quatre grandes zones de fréquence : très fréquent = figure plus de 100 fois dans un million de mots, fréquent = de 10 à 100 fois, rare = 1 ou 2 fois, très rare = n’est pas dans la liste des 30 000 retenus.

14L’examen permet de constater une différence entre les deux textes :

  • il y a plus de mots très fréquents ou fréquents dans « le facile » que dans « le difficile » (288 versus 235) ;
  • il y a moins de mots peu fréquents ou rares dans « le facile » que dans « le difficile » (128 versus 203) ;

15En résumé « le facile » utilise un vocabulaire plus courant dans la langue en général que « le difficile ».

16La question qui se pose alors est celle-ci : nos deux résultats (l’un sur la différence dans la densité en mots dérivés, l’autre sur la différence de fréquence des mots utilisés) sont-ils liés ? Est-ce parce qu’il emploie surtout des mots courants que « le facile » emploie moins de dérivés ?

17La réponse à cette question, dans notre corpus, est double :

  • dans les deux textes, apparaît clairement un rapport entre la fréquence et la dérivation : les dérivés sont beaucoup plus nombreux dans les mots de basse fréquence que dans les mots de grande fréquence (60 % de dérivés dans les mots rares versus environ 10 % de dérivés dans les mots courants) ;
  • on remarque toutefois que, à l’intérieur d’une zone de fréquence donnée, les pourcentages ne sont pas identiques pour les deux textes, ce qui montre une certaine autonomie entre dérivation et fréquence :
  • pour les mots rares, les dérivés sont plus nombreux dans « le difficile » que dans « le facile » (65 versus 55 %). Ce qu’on pourrait formuler par « l’auteur facile n’aime pas la dérivation, même pour les mots rares ».
  • pour les mots très courants, les dérivés sont plus fréquents dans « le facile » que dans l’autre (11 versus 8 %). Ce qu’on pourrait formuler par « l’auteur facile n’hésite pas à employer un dérivé si celui-ci est courant » ou « certains dérivés sont entrés dans le vocabulaire de base, perdant toute valeur de “dérivation” ».

18Donc, si la difficulté du premier texte est due en partie au fait que son vocabulaire contient des mots de fréquence moyenne ou basse, il n’en reste pas moins qu’il emploie aussi beaucoup les procédés de dérivation, qui ne donnent pas nécessairement des mots rares, et que cet emploi de mots dérivés, « non simples », peut être un facteur dans la difficulté perçue du texte.

Un troisième facteur possible dans l’opposition « texte simple » versus « texte non simple »

19Une autre hypothèse pourrait être : « un texte est plus facile quand il contient plus de redondance (mots répétés) que quand chaque ligne apporte des éléments nouveaux et introduit des mots nouveaux ».

20On a donc étudié et comparé les taux de répétition des lexèmes dans les deux textes, et constaté que, dans les deux textes :

  • les mots réemployés sont à peu près en même quantité (17 et 14 % des mots sont réemployés),
  • il s’agit essentiellement de 1 ou 2 répétitions (90 % des mots réemployés),
  • les lexèmes répétés sont massivement des mots d’usage très courant (take, bring, time, day, etc.).

21Cette comparaison permet de dire que, pour ces deux extraits au moins, le réemploi des mêmes mots dans un texte ne détermine pas la plus ou moins grande simplicité / facilité de lecture et compréhension du texte.

De la plus ou moins grande simplicité des dérivations

22Le principe général de la dérivation suffixale est toujours le même :

  • un mot A d’une certaine catégorie grammaticale, dans une phrase, sert de base pour la formation d’un autre mot B, apparaissant dans une autre phrase ;
  • le processus dérivationnel se manifeste en surface par la présence d’un suffixe ;
  • le mot B est, selon les cas, d’une catégorie grammaticale différente de celle du mot A (administrer, administration / rouge, rougeur), ou de la même catégorie (maison, maisonnette / histoire, historien / parler, parlotter)2.

23Néanmoins, les phénomènes de dérivation ne sont pas tous également « simples », et on peut apercevoir diverses sources de plus ou moins grande simplicité, concernant la nature du mot de base, le « sens » du mot dérivé, la forme de la phrase de base, le nombre et la nature des opérations impliquées dans le passage de la phrase de base à la phrase avec dérivé, etc. Nous examinerons ici, à titre d’exemple, deux de ces facteurs de variation dans la « simplicité ».

Propriétés du dérivé et du mot de base

Propriétés du dérivé

24Si l’on suppose que ce qui est abstrait est plus « difficile », moins « simple », que ce qui est concret, on peut distinguer des groupes de suffixes selon le caractère abstrait ou concret du dérivé résultant.

25Ainsi, certains donnent un nom de type abstrait (état / action / qualité)

  • à partir d’un verbe, les suffixes -tion, -ing, -ment, -al (starvation, understanding, judgement, survival) ;
  • à partir d’un adjectif, les suffixes -ity, -ness, -th (toxicity, sadness, truth) ;
  • à partir d’un nom, les suffixes -age, -dom, -ry, -hood, -ism (mileage, stardom, slavery, boyhood, heroism).

26D’autres donnent un nom de type concret (agent animé ou instrument) :

  • à partir d’un verbe, les suffixes -er, -ee, -ant (reader, employee, inhabitant) ;
  • à partir d’un nom, les suffixes -er, -ess, -let (villager, lioness, booklet).

27En comparant les dérivés des deux textes sur ce point, on constate que le texte « non simple » contient sensiblement plus de dérivés abstraits que le texte « simple » (35 versus 25 = 40 % de plus), alors que le nombre de dérivés concrets, désignant un agent ou un instrument, est le même dans les deux cas (7 versus 8).

Propriétés du mot de base

28Si l’on suppose que ce qui est étranger, venu d’ailleurs est plus « difficile », moins « simple », que ce qui est local, familier, on peut distinguer des groupes de suffixes selon que le mot de base entrant dans la dérivation est dit « natif » – anglo-saxon, ou « néoclassique » – du latin ou du grec.

29Ainsi, pour former des adjectifs s’ajoutent à des mots d’origine locale des suffixes comme -ful, -less, -ly (delightful, childless, friendly) ; tandis que sont associés à des mots d’origine gréco-latine des suffixes comme -al, -ic, -ous, -ary (ancestral, academic, rebellious, solitary).

30En comparant les dérivés des deux textes sur ce point, on constate que

  • le texte « non simple » contient sensiblement plus de dérivés à base gréco-latine que le texte « simple » (20 versus 9 = le double) ;
  • le texte « simple » contient sensiblement plus de dérivés à base anglo-saxonne que le texte « non simple » (9 versus 1).

Complexité syntaxique de la dérivation

31Bien que, comme nous l’avons dit plus haut, le processus dérivationnel relève toujours du même principe général, les opérations qui font passer d’un mot à un autre par l’addition d’un suffixe peuvent elles-mêmes être considérées comme plus ou moins simples selon les suffixes.

32Pour illustrer l’idée d’une dérivation « simple », on peut citer, par exemple, la dérivation d’un adverbe en -ly (-ment) à partir d’un adjectif. Cette addition a toujours la même forme et toujours le même sens, qui relève toujours de la même paraphrase simple : « adverbe en -ment = de façon + adjectif », politely = in a polite manner.

33D’autres opérations peuvent s’effectuer sur une phrase de base elle-même plus ou moins simple. Prenons par exemple les suffixes -ity ou -ness, qui entrent dans la formation d’un nom à partir d’un adjectif, stupid/stupidity (stupide/stupidité), sad/sadness (triste/tristesse). Le nom dérivé représente la qualité correspondant à l’adjectif qualificatif dont il est dérivé, la relation sémantique est directe, la phrase de base est élémentaire : the story is stupid/sad → the sadness/stupidity of the story (l’histoire est stupide la stupidité de l’histoire). L’opération peut être considérée comme simple parce que – outre le caractère élémentaire de la phrase de base –, dans les deux formules [avec nom ou avec adjectif], il n’y a qu’un participant (le sujet de « être »), et parce que les deux formules représentent la même attribution d’une qualité à cet unique participant, qui, dans la dérivation, devient toujours complément du nom en « de ».

34Assez différent est un suffixe comme -ion, qui entre dans la formation d’un nom à partir d’un verbe. Là, la phrase de base peut comporter deux participants (le sujet et le COD du verbe), ou trois quand le verbe est ditransitif, ou plus quand le verbe a plusieurs compléments (X achète 10 euros qqch à qqn pour qqn).

35La nominalisation implique alors le réagencement, dans un groupe nominal structuré, de ces divers participants, en compléments du nom, introduits par une préposition, ou en déterminants du nom, en position soit postnominale soit prénominale (forme de génitif) ; selon les cas, le complément de nom sera à décoder comme étant le sujet du verbe ou l’objet du verbe, etc.

36Prenons un exemple du texte « difficile » : (the influence of Eastern art on that of the West can be compared with) the introduction of Eastern vegetables.

37Pour ce dernier syntagme nominal (SN), la phrase de base est Somebody introduced Eastern vegetables somewhere. Et le passage au nom déverbal « introduction » implique, outre l’addition d’un suffixe -ion qui connaît des variations morphologiques :

  1. la transformation du COD vegetables en un complément de nom introduit par of ;
  2. l’effacement du sujet de introduce, et donc la nécessité de décoder ce sujet comme étant non identifié, « on » ;
  3. l’effacement du second complément de introduce (somewhere), et donc la nécessité de retrouver in the West dans le contexte précédent.

38C’est une dérivation impliquant plusieurs opérations de natures diverses, assez « complexe » par conséquent.

39À cela viennent s’ajouter d’autres satellites entourant le mot dérivé, source également de plus ou moins grande compexité. Prenons par exemple les noms dérivés d’un adjectif.

40Ce dernier (dénotant une qualité) a pour modificateur canonique un adverbe de degré/quantité sad et very sad (triste, très triste). Quand, dans la dérivation, on passe au dérivé nominal, l’adverbe qui accompagnait l’adjectif devient un adjectif accompagnant le nom, que cet adjectif soit de type quantitatif (he was very sad → his great sadness), ou intensif (his terrible sadness). Les adjectifs de ce type quantitatif/intensif appartiennent à une liste limitée, leur emploi est très cadré. Ainsi cette opération concernant le modificateur dans la dérivation peut être considérée comme relativement « simple ».

41Il n’en est pas de même pour les noms dérivés de verbe, qui impliquent toutes sortes de modificateurs adjectivaux, donnant des SN complexes, provenant de plusieurs réagencements de phrases de base. Prenons un exemple du texte difficile : (if one were to have) a proper historical understanding of the potato. On peut voir derrière ce SN plusieurs phrases de base :

  1. « il faut comprendre la pomme de terre » ;
  2. « ceci doit se faire dans une perspective historique » ;
  3. « cette compréhension de la pomme de terre du point de vue historique doit être adéquate (c’est-à-dire tenir compte des faits énumérés ensuite) ».

42L’emploi du dérivé nominal understanding entraîne donc une série d’opérations, enchâssements, déplacement et effacements. Ainsi l’ensemble de la dérivation peut être considéré comme relativement complexe, « non simple ».

43À partir de ces analyses, on a examiné dans les deux textes du corpus la complexité des SN contenant un nom dérivé de verbe, en appelant « complexe » un SN qui a des satellites adjectivaux et compléments prépositionnels du nom, illustrant une dérivation « non simple », par opposition au SN minimal, déterminant + nom.

44Le SN est complexe :

  • pour les dérivés en -ion, dans 55 % des cas du texte « difficile », versus 33 % des cas du « facile » ;
  • pour les dérivés en -ing, dans 62 % des cas du texte « difficile », versus 55 % des cas du « facile » ;
  • pour les dérivés à suffixes divers (-ure, -ance, -al, etc.), dans 100 % des cas du texte « difficile », versus 65 % des cas du « facile ».

45Ainsi la complexité potentielle pour le SN résultant d’une dérivation verbe nom est très sensiblement plus exploitée dans le texte « difficile » que dans le texte « facile ». C’est un peu comme si, dans le texte simple, les mots dérivés étaient utilisés comme des mots de base, entrant dans des structures simples, tandis que, dans le texte difficile, les dérivés sont utilisés avec la complexité de leur origine dérivationnelle.

Conclusion sur le premier corpus

46Les conclusions de cette première comparaison de deux discours, concernant la plus ou moins grande utilisation des mots dérivés dits « non simples », sont tout à fait nettes :

  • le texte « difficile » emploie sensiblement plus de mots dérivés que le texte « facile » ;
  • les dérivés et dérivations sont moins simples dans le texte « difficile » que dans l’autre : caractère abstrait du mot résultant, base savante, complexité du SN issu d’une nominalisation.

47Cela n’explique pas tout (le degré de difficulté tient aussi à la longueur des phrases, à la complexité de la syntaxe, aux références culturelles, etc.), mais il n’est pas interdit de penser que l’utilisation de mots « non simples » trouve sa place dans l’ensemble des éléments qui font qu’un texte est perçu comme difficile.

48Les conclusions seront-elles identiques si l’on considère un autre type de discours, à savoir le discours journalistique, dans une langue différente, le français, dont le système de formation des mots présente certaines différences, en même temps que des ressemblances, avec celui de l’anglais ?

Deuxième corpus, textes en français

49On a comparé des extraits de deux quotidiens de grande diffusion, dont l’un est considéré comme difficile à lire (Le Monde) et l’autre comme facile à lire (La Provence). Le premier est surtout lu par les « intellectuels », les professions libérales, les milieux socioculturels d’un certain niveau ; en stéréotype, une personne qui se plonge dans Le Monde lit avec attention pendant un certain temps. Le second se trouve sur les tables de tous les cafés de Provence, même les plus populaires ; en stéréotype, une personne qui lit La Provence tourne les pages assez rapidement en jetant un coup d’œil sur le contenu des articles, et en poursuivant éventuellement une conversation avec les habitués du café.

50Les journaux posent d’emblée une difficulté qui ne s’était pas rencontrée avec les romans, à savoir qu’un grand journal national comme Le Monde et un journal régional comme La Provence ne contiennent tout simplement pas le même type de textes. N’ayant pas à se préoccuper des nouvelles locales, Le Monde offre des articles longs sur des problèmes de fond, des débats de société ou d’idées, etc. – toutes choses que La Provence ne contient pas : ses pages sont essentiellement faites de courts articles sur tel ou tel événement local. Pour essayer de limiter cette non-comparabilité de départ, on a choisi des articles sortant au même moment sur le même sujet, une question « d’intérêt général » : celle des retraites, telle qu’elle était examinée en janvier 2003 par le gouvernement (après et pendant des consultations avec les partenaires sociaux).

51Les deux textes sont semblables en ce qui concerne la redondance, la répartition en mots de contenu, et présentent à peu près la même répartition des mots en catégories grammaticales (environ 50 % de noms, 12 % d’adjectifs, 28 % de verbes, 6 % d’adverbes).

52Si l’on observe la densité en dérivés du point de vue numérique, les deux textes sont similaires pour deux catégories à système suffixal développé, nom et adjectif, ils ont à peu près 66 % de suffixés. Mais ils se distinguent par les types de suffixes et de dérivations.

53Nous reprendrons ici l’idée déjà exprimée que dans les suffixes eux-mêmes, la simplicité est variable, qu’on peut distinguer des degrés de simplicité, en retenant par exemple trois pistes comme sources de variation :

  1. suffixation unique versus suffixation multiple : ainsi « pâleur » n’implique qu’un suffixe (-eur sur l’adjectif « pâle »), tandis que « fiscalité » implique deux suffixes (-al et -ité) ;
  2. suffixation formant un mot abstrait versus suffixation donnant un mot concret : ainsi le -ité de « pénibilité » est caractérisé par l’abstraction, tandis que le -eur de « travailleur » inscrit ce mot dans la catégorie « agent concret » ;
  3. plus ou moins grande complexité des transformations syntaxiques impliquées dans les suffixes :
  4. le nom « l’essentiel »résulte d’une opération simple à partir de « la chose essentielle » ;
  5. « le bégaiement de l’orateur » résulte de la nominalisation d’une phrase à un seul participant + V intransitif ;
  6. « le financement des retraites » résulte de la nominalisation d’une phrase avec deux participants ( X finance Y), avec deux bases possibles, active ou passive ;
  7. et un nom comme « élection » implique une phrase de base à trois participants : l’élection de Chirac à la présidence par 80 % des voix (électeurs, Chirac, présidence).

54Dans nos deux textes, on constate par exemple que les suffixations caractérisées par l’abstraction (-ion, -ment, -age, -nce, -ité, -ie, -eur f, -isme) représentent 37 % des noms dérivés dans Le Monde, et seulement 28 % dans La Provence ; en revanche, pour les suffixations donnant des noms d’agents humains, les pourcentages ne sont pas très différents dans les deux journaux. On peut donc penser que les dérivés caractérisés par l’abstraction sont proportionnellement plus employés dans le journal « intellectuel ». D’autre part, le plus grand emploi de certains suffixes entraîne une plus grande complexité dans la dérivation. Ainsi le suffixe le plus représenté dans Le Monde est le suffixe -ion (nom dérivé de verbe), qui inscrit ses noms dans des SN complexes (exemple : « l’actuelle répartition de la valeur ajoutée entre revenus du travail et ceux du capital »).

55Tandis que le suffixe le plus représenté dans La Provence est le suffixe -ité (nom dérivé d’adjectif), qui relève d’une dérivation élémentaire (exemple : la réforme est nécessaire / opportune --> la nécessité / opportunité de la réforme).

Conclusion sur le deuxième corpus

56Les différences dans la densité des dérivés sont ici beaucoup moins nettes, du point de vue numérique, que précédemment. Une explication possible est que, pour ce type de sujet d’intérêt national, un journal régional comme La Provence, dont les rédacteurs sont plutôt branchés sur les problèmes locaux, fait appel aux mêmes sources (sous-rédacteurs) que Le Monde. Mais si l’on entre dans le détail des types de suffixes dans les mots employés, et de la nature des dérivations (manifestée par la complexité des syntagmes et phrases résultantes), alors on retrouve la tendance de « non simplicité », c’est-à-dire l’abstraction et la complexité syntaxique, caractérisant le journal dit « intellectuel ».

Troisième corpus, textes en français

57Pour le dernier corpus, on a repris le discours journalistique en français, mais sous un autre angle d’attaque, c’est-à-dire en neutralisant les facteurs vus précédemment.

58Les deux textes sont cette fois-ci tirés du même journal, Le Monde, très homogène de niveau. Ce sont des articles de même longueur et même présentation, publiés le même jour sur un même sujet scientifique, à savoir la découverte de la structure de l’ADN en 1953 (en mars 2003, le journal signale le cinquantenaire de cette découverte).

59Ce qui nous a fait retenir ces deux articles est qu’à la lecture on perçoit clairement une différence d’orientation :

  • l’un est la description, historique, des faits qui ont conduit à cette découverte (laboratoires, chercheurs en compétition, premier modèle erroné, dates des échanges, jusqu’à l’assemblage du modèle final en mars 1953) ;
  • l’autre est une réflexion sur les implications de cette découverte en biologie et en génétique (l’ADN clé de voûte du vivant, est-ce toujours d’actualité ? le génome est-il si important que cela ? n’en sommes-nous pas à l’ère de la postgénomique ? faut-il aller vers d’autres manières de concevoir l’organisation biologique ?).

60Deux façons différentes donc de traiter le sujet, d’un côté une description d’événements, de l’autre une réflexion (et prise de position) sur les fondements de la génétique. D’où la question : cette différence d’orientation est-elle accompagnée d’une différence dans l’utilisation des mots dérivés ?

61Cette fois-ci, comme pour le premier corpus, la réponse est nette. Nous passons sur le détail des analyses (qui deviendrait lassant) pour aller directement aux conclusions.

62Le pourcentage de mots non simples est sensiblement plus élevé dans le texte centré sur une problématique que dans le texte descriptif : pour les noms, 52 % versus 42 % ; pour les adjectifs, 65 % versus 45 %.

63Et la différence est particulièrement marquée :

  • pour les suffixes d’abstraction (-ion, -ment, -té, -ence, -isme) : 35 % versus 20 % ;
  • pour les suffixes « théoriques » : adjectifs en -ique 14 versus 4 ; verbes en -iser 6 versus 0.

64Le seul type de dérivés qui soit plus fréquent dans le texte descriptif est l’adverbe en -ment, qui représente une dérivation très élémentaire, et qui a naturellement plus sa place dans un texte décrivant des actions que dans un texte évaluant des concepts.

Conclusion sur le troisième corpus

65Pour un paramètre différent, à savoir le type d’article (simple description d’événements versus réflexion et débat d’idées sur le sens et l’importance d’un phénomène), on retrouve la même tendance que précédemment : le texte plus « intellectuel » se caractérise par un plus grand nombre de dérivés abstraits et une plus grande complexité des dérivations.

Conclusion générale

66Ce qui se dégage, à travers cette étude, très limitée, de l’opposition « mot dérivé versus mot de base », dans des discours de types divers (et de langues différentes) est :

  • d’une part, la constatation que le concept de « mot dérivé » recouvre des éléments qui, pragmatiquement, sont perçus et utilisés de plusieurs manières (certains dérivés sont assimilés à des mots de base, d’autres non, par exemple « biscuit » versus « anticonstitutionnellement ») ;
  • d’autre part, l’idée que le caractère « difficile » se manifeste par le degré d’abstraction, qui est lui-même lié à la proportion des dérivés d’un certain type (qualité / action / état résultant de l’action), qui nécessitent une plus grande manipulation de phrase, manipulation elle-même liée à une complexité qui embrasse dans la phrase un plus grand nombre de fonctions (ces dérivations étant issues de phrases de base non élémentaires et impliquant des opérations non élémentaires et de types divers).

Bibliographie

Références

Lancaster John, 1996, The Debt to Pleasure, Londres, Picador.

Bond Michael, 1987, Monsieur Pamplemousse Takes the Cure, Londres, Headline.

Thorndike et Lorge, 1944, The Teacher’s Word Book of 30,000 Words, New York, Columbia University.

Notes

1 Pour une étude précise des fréquences, cette liste présenterait plusieurs inconvénients : elle est ancienne, porte sur l’américain, ne distingue pas les catégories grammaticales..., mais notre objectif étant de comparer rapidement le vocabulaire des deux textes, elle pouvait paraître suffire.

2 Le phénomène est sans doute différent, plus lexical, en cas de maintien dans la même catégorie, mais nous ne l’étudierons pas ici parce qu’il est peu représenté dans notre corpus.

Auteur

Université de Provence

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search