Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

La conception de la formation des mots selon Karl Ferdinand Becker1

Kjell-Åke Forsgren

Texte intégral

  • 1 Texte traduit de l’allemand par Barbara Kaltz, qui remercie vivement Thierry Grass (université de S (...)

1Karl Ferdinand Becker, qui compte parmi les grammairiens allemands les mieux connus, est un auteur très controversé. On le considère généralement comme le « père » de la syntaxe traditionnelle allemande, à savoir de la théorie des membres de phrase (Satzglieder). Cela est justifié dans la mesure où les principes de la syntaxe traditionnelle tels que nous les connaissons de nos jours sont exposés pour la première fois dans son ouvrage Organism der Sprache (1827). Cependant, Becker n’a nullement inventé ou construit sa théorie syntaxique à partir d’une tabula rasa. S’il se place nettement dans la tradition de la grammaire philosophique ou générale dont tous ses écrits sont imprégnés, il manifeste néanmoins une certaine indépendance par rapport à celle-ci. Les principes syntaxiques que Becker expose dans son Organism der Sprache constituent les fondements de toute théorie syntaxique, y compris des variantes modernes. À la différence de ses prédécesseurs, Becker distingue de manière beaucoup plus nette entre fonction et catégorie, comme nous dirions aujourd’hui.

  • 2 Voir également Jankowsky (2004) à propos de la biographie de l’auteur, de la réception et de l’impo (...)

2En 1824, trois ans avant de publier son Organism, Becker fit paraître un ouvrage traitant non pas de la syntaxe, mais de la formation des mots. Ce qui caractérise l’approche théorique de l’auteur en général, c’est le souci d’expliquer le fonctionnement de la langue par un principe global, universel, celui d’organisme (Organismus). En 1833 suivait un ouvrage reposant lui aussi essentiellement sur le concept d’organisme et centré cette fois-ci sur le mot, Das Wort in seiner organischen Verwandlung. Il ne s’agit pas d’un traité classique de formation des mots, mais plutôt d’une étude historico-comparée et étymologique mettant l’accent sur le contenu des mots. Nous nous attacherons dans cette contribution à analyser la théorie de la formation des mots de Becker sur la base du principe de l’organisme et de sa théorie syntaxique, prenant en considération également le texte de 1833. Il va de soi que notre étude ne prétend pas être exhaustive2.

De la grammaire philosophique en général

3Visant l’universalité, la grammaire philosophique cherchait à réduire la complexité linguistique du monde à un dénominateur commun, la logique d’Aristote, en déduisant les parties du discours de l’assertion logique, à savoir des catégories de sujet, copule et prédicat (Subjekt, Kopula, Prädikat). En 1824, plus encore qu’en 1833, les termes de Subjekt et d’Objekt étaient essentiellement utilisés dans leur seule acception philosophique bien que quelques auteurs les aient employés auparavant pour désigner des phénomènes de langue ou de syntaxe. Les concepts ontologiques de substance, d’accident et, plus tardivement, d’attribut (Substanz, Akzidens, Attribut) intervenaient à leur tour dans le cadre de modèles explicatifs sémantico-cognitifs, comme l’illustrent les schémas suivants :

Tableau 1.
Déduction des parties du discours sur la base de catégories logiques

1. Parties du discours principales (Hauptwörter) :

Tableau 2.
Déduction des parties du discours à partir de catégories ontologiques

2. Parties du discours secondaires (Nebenwörter) : articles, conjonctions, prépositions

4Le projet devait échouer puisque le jugement logique ne saurait à lui seul rendre compte de la complexité des langues naturelles. Il reste que la grammaire philosophique constitue une étape très importante dans le développement de la syntaxe puisque sa terminologie fut l’objet d’un transfert vers la théorie grammaticale et qu’elle amena les grammairiens à réfléchir aux problèmes d’ordre syntaxique, voire à trouver des solutions à ces problèmes.

Le concept d’organisme

5Au xixe siècle, le concept de mécanisme des Lumières fut remplacé par celui d’organisme. Popularisé sans doute par les avancées des sciences naturelles, le terme fut alors utilisé à tort et à travers. Introduit par le biais de la philosophie de la nature de Schelling, le terme d’organisme était souvent employé en philosophie du langage et en linguistique. De la même manière qu’un organisme est constitué d’organes qui sont tous en relation de dépendance les uns par rapport aux autres, chaque organe remplit une fonction donnée par rapport aux autres organes et à l’ensemble. À cet aspect systématique et fonctionnel du concept d’organisme, s’ajoute l’aspect reproductif, généalogique, évolutif : la capacité de reproduction des organismes et leur évolution en tant qu’individus et espèces. En sciences du langage, cette distinction nous amène à distinguer les perspectives synchronique et diachronique. Il convient de mentionner une autre caractéristique importante du concept d’organisme, la polarité, autrement dit le principe des oppositions dichotomiques. Voici comment se présentent les divers aspects du concept d’organisme (d’après Forsgren 1985, p. 46, p. 56-57) :

  • aspect systématique et fonctionnel : fonction des organes / parties individuel(le)s par rapport aux autres organes et à l’ensemble = relation synchronique ;

  • aspect généalogique, évolutif : capacité de reproduction des organismes et évolution en tant qu’individus et espèces = relation dia chronique ;

  • polarité des organes/parties = relation d’opposition des organes / parties en interaction.

La théorie de la formation des mots selon Becker

Les fondements

6Dans son ouvrage sur la formation des mots, Becker considère la langue comme un organisme autonome, complet par lui-même (in sich geschlossen). L’aspect généalogique, évolutif du principe de l’organisme se reflète selon lui de manière imparfaite (auf eine unvollkommene Weise) dans l’évolution du langage, que ce soit celle de l’enfant ou celle de l’humanité tout entière. Chez l’enfant, tout comme dans les débuts de l’évolution du langage humain, c’est plutôt le principe euphonique qui prédomine, le principe logique prenant le dessus avec l’âge. Enfin, c’est du principe euphonique que découlerait la diversité des langues et des dialectes, leur identité s’expliquant, elle, par le principe logique (Becker 1824, p. 4-6). De ce point de vue, Becker est un représentant typique de la grammaire universelle et philosophique. La polarité binaire ou dichotomique se manifeste chez l’auteur dans l’opposition de la sphère interne (Inneres) et de la sphère externe (Äußeres). La dimension interne est constituée par la représentation, l’idée (Vorstellung, Gedanke), l’aspect intellectuel du langage, la dimension externe consistant en la diversité des sons articulés (die Mannigfaltigkeit gegliederter Laute), à savoir l’aspect physique (körperliche Seite) ou phonétique de l’organisme linguistique. C’est ainsi que Becker distingue à sa manière entre ce que l’on désignera plus tard par les termes de signifiant et de signifié. L’aspect phonétique revêtant également un caractère esthétique (Wohllaut), l’auteur distingue le principe logique et le principe euphonique de l’organisme linguistique. L’unité des deux principes constitue la base de l’organisme, dans l’idéal, ils sont en équilibre : « l’organisme linguistique résulte de l’union intérieure et de la fusion des principes logique et euphonique » (Der Sprachorganismus geht aus der innerlichen Vereinigung und Durchdringung des logischen und des euphonischen Prinzips hervor). Plus le rapport entre les deux principes est déséquilibré, moins les formes de la langue seront organiques ( p. 6-7).

7Telles sont en résumé les bases sur lesquelles Becker construit sa théorie de la formation des mots puis, trois ans plus tard, sa théorie syntaxique. Le concept d’organisme tel qu’il est présenté dans la première inclut un aspect syntaxique, ce qui peut s’expliquer par l’influence de la grammaire philosophique. La formation des mots impliquant la diachronie, l’auteur insiste davantage sur l’aspect généalogique et évolutif dans son traité de la formation des mots que dans sa syntaxe. Rappelons que l’orientation diachronique est particulièrement forte dans l’ouvrage de 1833.

Le principe euphonique et le principe logique

8Appliquant le concept d’organisme à la formation des mots en allemand, Becker affirme que l’usage est à la fois l’expression et la norme de l’organisme linguistique autonome, les principes euphonique et logique étant en équilibre dans l’évolution linguistique spontanée. Si l’un des deux est absent d’une unité, elle sera considérée comme inorganique. C’est le cas, dit-il, des formes minnechlichen, vollechlichen en moyen haut allemand ou encore des formes dialectales du haut allemand anderner, krankener, besserner, qui présentent toutes des morphèmes sémantiquement vides. Pour Becker, de telles formes sont uniquement régies par le principe euphonique. L’usage qui évolue spontanément et le système de règles qui lui est associé constituent l’usage véritablement organique, l’usage naturel.

9Le principe logique peut lui aussi être prédominant, dans un usage conventionnel fondé sur la convenance et l’imitation, présent dans les langages scientifique et juridique dont de nombreux éléments sont empruntés à d’autres langues ou forgés artificiellement. Selon Becker, la « légitimité organique » (organische Legitimität) ferait défaut à de telles formations. Ce serait le cas, par exemple, de formules exagérées de politesse, telles que der Herr Baron sind ausgegangen ou encore du recours excessif aux verbes support, tels que einen Besuch machen au lieu du verbe besuchen, calques conventionnels et inorganiques selon lui. Il en est autrement de l’analogie, qui n’a pas d’origine externe mais résulte d’un conflit entre les principes logique et euphonique, ce qui n’ empêche pas l’auteur de considérer les formations analogiques comme étant organiques. C’est la raison pour laquelle, pour des raisons de rythme, les formes nominales telles que Wolfenbütteler et Frankfurter se substituent à Wolfenbüttelischer et Frankfur tischer, formes dérivées selon les règles (Becker 1824, p. 7-10).

Dérivation, changement vocalique, suffixation et composition

10Selon Becker, l’évolution organique de la langue comprend deux phénomènes, la dérivation (Ableitung) qui permet de former de nouveaux mots venant s’ajouter aux éléments de la langue, d’un côté, et la flexion qui permet de désigner diverses relations d’un élément par rapport à d’autres formes existantes, de l’autre. L’auteur illustre la différence entre les deux phénomènes en opposant les dérivés aux formes du génitif. En tant qu’attributs, les dérivés désignent des concepts à part entière, les formes fléchies, elles, ne désignant que des relations variables et accidentelles entre les formes (Akzidenzien) :

Tableau 3.
Dérivation versus flexion (formation des mots versus grammaire)

11Les deux phénomènes prenant leur origine dans les principes logique et euphonique, il arrive qu’on les confonde par analogie, comme c’est le cas de anfangs et de morgens où la forme fléchie a évolué vers la forme dérivée. On voit bien ici le raisonnement typique de la grammaire philosophique pour laquelle le groupe nominal contenant un adjectif épithète représente un jugement conceptualisé (Der Baum ist grün > der grüne Baum). En posant une relation sémantique plus étroite entre väterlich et Rat dans le groupe väterlicher Rat, entre fürstlich et Pracht dans fürstliche Pracht, que dans le cas de Fluch et Vater, Tod et Fürst dans Fluch des Vaters et Tod des Fürsten, Becker (1824, p. 11-13) cherche à étayer son hypothèse d’un lien conceptuel entre l’épithète et le nom sur lequel il porte. Il raisonne sans doute de la sorte parce qu’il considère les dérivés comme des phénomènes sémantico-lexicaux alors que les formes casuelles servent fréquemment à indiquer une fonction syntaxique. Dans sa théorie syntaxique, Becker a souvent recours à ce type de comparaison lorsqu’il cherche à prouver l’équivalence syntaxique entre l’adjectif épithète et le complément de nom au génitif.

  • 3 Voir Kaltz (2002, p. 32-33).

12Selon l’auteur, il convient de distinguer trois processus dans l’évolution organique de la langue, le changement vocalique (Umlautung), la suffixation (Umendung) et la composition (Zusammensetzung). Le premier terme désigne tant les dérivés par changement vocalique au sens strict (Ablaut), tels que binden, Band, que les formes résultant de l’inflexion de la voyelle (Umlaut), telles que Glück, Gelübde, bien que l’Umlaut, contrairement à l’Ablaut, soit plutôt un phénomène accessoire (par exemple hart – Härte). Pour Becker, la perte de productivité de l’Ablaut s’explique par le fait que l’Umendung, à savoir la formation par des suffixes tels que -lich, -sam, -ig, -isch, etc., est restée productive plus longtemps que l’Umlautung avant d’éliminer complètement cette dernière. La composition (Zusammensetzung) permet de former de nouveaux mots par amalgame, « durch Verschmelzung, z.B. Hals-tuch », une analyse que Becker partage avec Adelung, qu’il cite par ailleurs fréquemment3. Umlautung, Umendung et Zusammensetzung représentent des étapes de l’évolution de la langue qui, conformément à la nature d’une évolution organique (dem Charakter einer organischen Entwickelung gemäβ), évoluent parallèlement et se superposent au fur et à mesure. Au cours de chaque étape de l’évolution, l’un de ces procédés est prédominant et particulièrement productif (der herrschende und gleichsam tongebende). Pour Becker, la suffixation et plus encore la composition sont davantage régies par le principe logique (mehr unter der Herrschaft des logischen Prinzips) que le changement vocalique dont les origines remontent à une époque plus ancienne, davantage marquée par le principe euphonique (p. 13-17).

La face « logique » de la formation des mots, le subjectif et l’objectif

13Lorsque Becker analyse le principe euphonique, il prend en considération des aspects phonétiques et prosodiques dont nous ferons abstraction ici.

14Nous nous intéresserons en revanche à la face logique qui fait apparaître très clairement les implications syntaxiques de la théorie de la formation des mots. La citation suivante témoigne, nous semble-t-il, de manière particulièrement nette de la formation de médecin et de scientifique de l’auteur :

  • 4 « Das Wesen eines Organismus besteht nämlich darin, daß Ein Leben in vielfach wiederholter Entzweiu (...)

Il est dans la nature d’un organisme qu’un même être vivant se manifeste à travers la division, souvent répétée, des fonctions vitales subordonnées, et forme ainsi de multiples oppositions et différences, telles que celles entre les systèmes sensitif et productif, ou encore le système nerveux, puis, à l’intérieur de ces systèmes, les différences entre les nerfs et les ganglions, l’assimilation et la sécrétion, les mouvements conscients et inconscients, etc. Le fait que ces fonctions et les organes qui les régissent se distinguent les uns des autres tout en formant une unité dans la vie de l’ensemble explique la nature organique, par conséquent interne et nécessaire des liens entre eux.4

15Tout comme dans l’organisme naturel, même les oppositions polaires telles que celles entre le pôle Nord et le pôle Sud, la lumière et la matière, l’oxygène et l’hydrogène sont des « répétitions différentes d’une même opposition suprême » (verschiedene Wiederholungen eines obersten Gegensatzes), les différences entre la substance et l’accident, entre celui qui regarde et ce qu’on regarde, entre le principe actif et le principe passif sont des répétitions des dimensions externe et interne qui toutes peuvent être subsumées par l’opposition générale entre le subjectif et l’objectif (p. 20). Tout comme les différences phonétiques sont en cause pour le principe euphonique, les différences conceptuelles le sont pour le principe logique, et « le premier réflexe » (der erste Reflex) du subjectif et de l’objectif, c’est la différence entre le sujet ou la substance d’un côté et le prédicat ou l’accident de l’autre, différence que les parties du discours du nom et du verbe rendent manifeste. On voit une fois de plus que l’approche de l’auteur est spéculative. Selon lui, le substantif et le verbe sont les parties du discours les plus anciennes, les autres en étant dérivées. Au substantif, antérieur à toutes les autres, seraient venus s’ajouter les verbes en tant qu’accidents. Une même substance pouvant être caractérisée par plusieurs accidents, les verbes seraient en plus grand nombre. Toutefois, on peut également envisager la substance comme accident, et l’accident comme substance, ce qui explique la fréquence de formations telles que Schiff à partir de schiffen et Band sur la base de binden. Le pronom ich désigne de manière directe (unmittelbar) le sujet parlant, alors que dans le cas de mots tels que Bürger (citoyen) et Bauer (agriculteur), le sujet est désigné à l’aide de l’accident de la résidence ou de l’occupation. Le verbe désigne l’être du sujet, ce qui revient à dire qu’il lui est propre en tant qu’activité, comme dans l’exemple der Vogel fliegt (l’oiseau vole). L’adjectif, en revanche, est ajouté de l’extérieur au sujet comme une caractéristique accidentelle, comme le montre l’exemple die Jungen sind flück (= flügge). Le schéma qui suit illustre la manière dont Becker applique la différence du subjectif et de l’objectif aux substantifs déverbaux :

Tableau 4.
Schéma de la dichotomie subjectif-objectif chez Becker

16Formes linguistiques inorganiques :

  • prépondérance du principe euphonique dans les dialectes et les étapes antérieures de l’évolution de la langue (exemples : moyen haut allemand minnechlichen, vollechlichen ; haut allemand anderner, krankener, besserner) et absence de signification des éléments

  • prépondérance du principe logique dans l’usage artificiel, conventionnel d’étapes ultérieures de l’évolution (exemples Der Herr Baron sind ausgegangen ; einen Besuch machen, calque du français « faire une visite » ; Platz nehmen ; « prenez place », et formes purement conceptuelles, créées sans égard aux lois organiques (« ohne Rücksicht auf organische Gesetze bloß nach Begriffen geschaffen »).

Aspects syntaxiques et « ramification » des différences conceptuelles

17Suivant en cela la grammaire philosophique, Becker postule ainsi qu’à partir de la différence entre sujet et prédicat, la langue a développé d’abord les parties du discours du substantif puis du verbe, avant de créer celles du pronom, de l’adjectif et de l’adverbe, cette dernière classe regroupant également les prépositions et les conjonctions, autrement dit, toutes les classes de mots invariables. Toujours en accord avec cette tradition, il considère que les formes conjuguées de verbes pleins désignent « l’activité intérieure ou un état » (innere Thätigkeit oder ein Sein) du sujet. En revanche, les adjectifs en position d’attribut du sujet désignent une « propriété accidentelle, ajoutée au sujet pour ainsi dire de l’extérieur » (zufällige, dem Subjekte gleichsam äußerlich beigelegte Eigenschaft) : der Baum grünet versus die Wand ist grün. Selon Becker, les différences entre substantif concret et substantif abstrait, entre verbe transitif et verbe intransitif, entre autres, se sont constituées sur ces bases. Pour ce qui est de la formation des mots, il cite l’exemple de la différence entre les pré-fixes er- et ver- (erwerben, ersparen versus verspielen, verschwenden). La différence entre actant et patient, à savoir celle entre actif et passif, ou entre sujet et objet se manifeste pour l’auteur dans les déverbaux (Verba-lien) tels que Lehrer, Erzieher ou Lehrling, Zögling. Les substantifs tels que Ritterschaft, Judenschaft sont des noms abstraits du sujet personnel même. Rittertum et Judentum représentent en revanche un autre type, les noms abstraits désignant l’appartenance de la personne à un groupe. Ces distinctions se retrouvent dans les adjectifs en tant qu’abstractions de prédicats : Hoheit, Flachheit, Zucht, Nahme sont de purs adjectifs abstraits, et les formations Höhe, Fläche, Zug, Vernunft renferment le concept du sujet, comme das Ziehende, das Vernehmende. Cette différenciation des adjectifs se reflète dans les participes (liebend versus geliebt), tout comme dans les formes argwöhnisch – argwöhnend et verdächtig – Verdacht leidend. On retrouve ce phénomène pour les adverbes (schamhaft erröthen sich schämend erröthen ; schändlich fliehen – fliehen, daß es Schande macht). Pour toutes ces différenciations conceptuelles, Becker présuppose en quelque sorte l’isomorphie du signifiant et du signifié : « La ramification des différences conceptuelles, fondée dans la nature de la faculté de représentation, constitue le type et la norme pour la ramification de toutes les différences des formes linguistiques, et plus particulièrement des formes dérivées » (« Die in der Natur des Vorstellungsvermögens begründete Verzweigung der Begriffsdifferenzen ist der Typus und die Norm für die Verzweigung aller Differenzen der Sprachformen und besonders der Ableitungsformen », Becker 1824, p. 57).

Tableau 5.
Schéma des « développements » (Entwicklungen) à partir de la relation sujet-prédicat

  • 5 Lors d’une étape ultérieure de l’évolution syntaxique, cela devait amener à différencier le prédica (...)

18Ainsi, si Becker suit assez fidèlement la conception de la grammaire philosophique, il manifeste néanmoins une certaine indépendance par rapport à celle-ci en n’accordant, tout comme dans son traité de syntaxe plus tardif, qu’un rôle secondaire à la copule, fait significatif pour le développement ultérieur de la syntaxe (voir ci-dessus, tableau 1)5. Le caractère philosophique de sa terminologie est cependant manifeste, comme le montrent, entre autres, sa distinction entre pronoms subjectifs et pronoms objectifs ou encore celle entre noms de personnes et noms de choses sous la catégorie du « sujet », qu’il ne faut pas interpréter dans ce contexte comme une catégorie syntaxique. Le fait que l’opposition sujet-objet apparaisse à cinq niveaux différents de la hiérarchie illustre la répétition constante des phénomènes dans le principe d’évolution de l’organisme linguistique. Dans sa théorie syntaxique, Becker restera fidèle à ces principes en recourant fréquemment aux termes de répétition et d’évolution. La citation suivante atteste à la fois l’originalité de l’auteur et son souci de prendre en considération la réalité linguistique tout en poursuivant son raisonnement logique :

  • 6 « Wir haben nämlich hiedurch die Überzeugung gewonnen, daß man in der Lehre von der Ableitung sich (...)

En effet, nous sommes ainsi parvenus à la conviction selon laquelle on s’éloigne, dans la théorie de la dérivation, tout autant de la vérité si l’on transpose à la langue de manière unilatérale un système logique de différences conceptuelles, repris à telle ou telle école, que si l’on recherche de manière tout autant unilatérale les multiples changements des sons de la langue, tentant d’expliquer toute l’essence des formes dérivées par la variabilité des dialectes. En d’autres termes, la théorie et l’empirisme doivent être en équilibre.6

Racines, « noyaux », « rameaux » (Wurzeln, Kernformen, Sprossformen)

19La grammaire traditionnelle du xixe siècle fut marquée par un conflit résultant sans doute de la tension entre le dualisme sujet-prédicat de la logique d’Aristote et la place privilégiée qui revient assez naturellement au verbe du point de vue syntaxique et morphologique. Herling et Grimm, parmi d’autres, ont adopté simultanément les deux points de vue, alors que d’autres grammairiens, dont Götzinger et Kern, ont pris clairement position en faveur du rôle primordial du verbe, anticipant ainsi en quelque sorte la théorie valencielle. Le même conflit se manifeste, nous semble-t-il, dans la théorie de la formation des mots de notre auteur. Becker glisse d’un point de vue vers l’autre avec une aisance remarquable pour finalement affirmer, contredisant ainsi son postulat antérieur de la primauté du substantif, que les verbes caractérisés par l’Ablaut sont les racines (Wurzeln) :

  • 7 « Beinahe der ganze Sprachvorrath geht zuletzt vom Substantiv und Verb aus [...] ; und obgleich uns (...)

En dernière analyse, la quasi-totalité des éléments linguistiques est issue du substantif et du verbe [...] ; et si nos recherches ne nous permettent guère de remonter loin dans l’histoire la plus ancienne de la formation de la langue, elles nous enseignent néanmoins que la très grande majorité des substantifs sont des déverbaux (Verbalien). En conséquence, ce sont les verbes et les déverbaux qui constituent le véritable noyau de la langue. Seule la formation des déverbaux nous permet encore de reconnaître le processus de formation que nous considérons comme le plus ancien, c’est-à-dire la formation par un changement interne du mot, le changement vocalique.7

20Selon Becker, les substantifs déverbaux constituent les « formes noyaux » (Kernformen) qui servent de fondement, au cours de l’étape suivante de l’évolution, aux dérivés ou Sprossformen, qui tiennent leur origine du tronc d’un arbre, tels les rameaux, les feuilles et les fleurs.

21C’est ainsi que le verbe sitzen (être assis) a donné naissance à une multitude de mots, dont Sitz, Satz, Gesetz, setzen, Setzer, Sessel, sesshaft, besitzen, Besitz, Besatzung, Ersatz parmi bien d’autres. Comme il est toujours possible de reconnaître le sens premier de la racine dans les dérivés, ceux-ci sont plus faciles à comprendre. Voici comment Becker interprète le fait qu’une racine puisse constituer la base de mots d’une autre catégorie :

  • 8 « In der Sprache ist schon die höhere Weltansicht niedergelegt, welche jedes Sein im Raume zugleich (...)

Le langage renferme la vision du monde supérieure qui envisage simultanément tout être dans l’espace comme une activité dans le temps et qui présuppose, pour toute activité, un être dans l’espace. Tout comme l’opinion commune qui ne reconnaît pas de vie intérieure dans les choses qui nous entourent et divise le monde en masses sans vie, la langue perd une grande partie de sa clarté et de sa force vitale si le sens verbal de ses formations n’est plus compris.8

22Pour Becker, le sens de la racine constitue le « sens naturel » (natürliche Bedeutung), qui s’oppose au « sens artificiel » (künstliche Bedeutung) pouvant être modifié par l’usage de manière arbitraire au cours de l’évolution linguistique. Le sens premier de la racine peut alors se perdre complètement et être remplacé par un sens totalement contraire. Becker illustre ce phénomène à l’aide de l’exemple de Knecht, dont la racine aurait eu le sens de kennen, erzeugen et qui aurait signifié, entre autres, Kind, en vieux haut allemand. En allemand moderne, il signifie pourtant Sklave, et l’équivalent anglais a le sens de Ritter. Comparée à la forme noyau que caractérise, comme la racine, un maximum de clarté et de transparence, la forme rameau est moins claire, moins transparente puisqu’elle réunit toujours deux « concepts », celui de la base et celui de la désinence (Becker 1824, p. 262-263).

Formes rameaux, composés, formes associées et amalgames (Sprossformen, Zusammensetzungen, Zusammenfügungen et Zusammenschmelzungen)

23Conformément à son principe de l’organisme, Becker pose un parallélisme entre formes rameaux et composés. Les deux consistent en deux (ou plusieurs) mots, le déterminé (Grundwort), tels que Brot et blau dans Weißbrot et himmelblau, et le déterminant (Bestimmungswort), weiß et Himmel. Du point de vue « logique », c’est le déterminant qui est l’élément le plus important puisqu’il a une fonction de spécification et qu’il renferme en conséquence le concept principal (Hauptbegriff ). Le sens du déterminé est plus général, fait illustré par le parallélisme entre les composés tels que Forstmann, Findelkind et les formes rameau Förster, Findling. L’accent que porte le déterminé fournit un argument supplémentaire à l’auteur, qui reprendra ces principes dans son modèle syntaxique : dans la relation prédicative, le prédicat correspond au déterminant et renferme le concept principal, et le sens le plus général est propre au sujet, qui correspond au déterminé. Becker distingue deux sous-catégories de composés, les formes associées (Zusammenfügungen) et les amalgames (Zusammenschmelzungen). Landesvater est un exemple d’une association syntaxique qui représente deux référents distincts, Vater et Land, il s’agit donc d’une Zusammenfügung. Le mot Strumpfband, en revanche, est un amalgame puisqu’il ne représente qu’un seul objet, à l’instar de Schuh ou Strumpf. Les amalgames peuvent donc être rapprochés des formes de dérivation, les formes associées des relations syntaxiques (voir ci-dessus, tableau 2). Une fois de plus, Becker vise à tout ramener à un même principe.

24Dans la partie traitant de la composition, les relations syntaxiques occupent une place importante. Becker considère que la relation entre les constituants dans le cas de auf-, mit, zu-, vorbeifahren, Schlittenfahrt, Ankunft, par exemple, est une relation de déterminant à déterminé, le deuxième constituant renfermant un élément verbal. De la même manière, les formations du type Steinkohle, Dampfboot renfermeraient un élément au départ verbal, dont l’origine est devenue obscure, où la relation au déterminant serait de même nature que celle entre l’adverbe et le verbe. Le concept verbal est déterminé ou modifié, de la même manière que dans le cas de la dérivation par préfixe et suffixe. Il s’agit d’un amalgame aboutissant à un seul concept.

  • 9 On reconnaît ici l’idée de base de sa théorie syntaxique : une même fonction peut être remplie par (...)
  • 10 Celle-ci correspond sans doute à ce que Becker appelle la relation attributive dans sa théorie synt (...)

25Les relations entre les éléments entrant en composition correspondent aux relations syntaxiques, les fonctions pouvant être assumées par différentes sortes de formes linguistiques. Dans la phrase Die Sonne geht auf, le verbe représente la copule, l’adverbe (auf) le prédicat9. Les relations du substantif en tant que déterminant reflètent trois types de relations syntaxiques, la relation nominale (Substantivverhältnis)10, la relation adverbiale (adverbiales Verhältnis) et la relation de génitif (Genitivverhältnis). Dans le premier cas, le nom est véritablement un substantif puisqu’il est régi par des déverbaux (Verbalien), formes verbales à l’origine, dans les fonctions de sujet ou d’objet, comme pour gottergeben, menschenähnlich. Selon Becker, les formes associées sont toutefois peu nombreuses, et les formes telles que haushalten, glückwünschen ont évolué pour devenir des amalgames.

26Dans le cas de la relation adverbiale, c’est le substantif qui détermine le verbe et la préposition (adverbe) qui marque la relation. Les groupes prépositionnels tels que am Ende, mit dem Munde, in Eile ont strictement la même fonction que mündlich, endlich, eilig. Dans la relation de génitif, ce n’est plus le verbe mais le substantif qui est déterminé par un autre nom : Vogelgesang – Gesang des Vogels, Fürstenhaus – Haus des Fürsten, Christenfeind – Feind der Christen. La relation entre forme associée et amalgame apparaît également lorsqu’on compare Amtsdienergehülfe – Amtmannhaus, Erdensohn – Erdbeerapfel, Jahrestagwechsel – Jahrgeldmarkt : les morphèmes de jonction -s-et -en-, absents des amalgames adverbiaux, indiquent que la relation de génitif correspond à la forme associée.

Le changement organique du mot

  • 11 Becker (1833, p. 3) utilise le terme de Wortfamilie dans le sens qu’il a encore de nos jours.

27Dans son traité de 1824, Becker expose les types de formation des mots pour l’allemand et la structuration du lexique en familles de mots (Wortfamilien)11. Dans l’ouvrage de 1833, il adopte une perspective plus large, s’intéressant à l’ensemble des langues indo-européennes et mettant l’accent sur le concept (Begriff ), le contenu. Abstraction faite de quelques différences terminologiques, le second texte reprend pour l’essentiel le raisonnement du premier. Afin de tenir compte des liens de parenté entre les mots de différentes langues indo-européennes, Becker est amené à distinguer entre la dérivation (Ableitung) en tant que procédé de formation des mots et le changement lexical (Abänderung), évolution plus libre, plus arbitraire des mots et de leur sens dans les différentes langues. La dichotomie Laut-Begriff constitue toujours le principe directeur de son travail, et comme auparavant, l’auteur met en parallèle l’évolution organique de la langue dans les deux domaines (Becker 1833, p. 1-12). Tout comme l’inventaire de « sons racines » (Wurzellaute) s’est différencié et individualisé (individualisiert) au fur et à mesure, les concepts se sont eux aussi individualisés progressivement à partir d’un certain nombre de « concepts racines » ou « concepts premiers » (Wurzel-, Urbegriffe). Ces derniers, indéterminés, se seraient individualisés, lors de la première étape, en « concepts cardinaux » (Kardinalbegriffe) selon les différents types et rapports des relations « de l’être animé dans la représentation concrète » (des bewegten Seins in der sinnlichen Anschauung). Les concepts cardinaux correspondent ainsi aux formes noyaux de l’ouvrage de 1824, et les concepts qui en découlent sont des « concepts dérivés » (abgeleitete Begriffe), le terme de Sproßform/Sproßbegriff apparaissant lui aussi fréquemment (Becker 1833, p. 10-11). Comme l’auteur l’explique plus loin (p. 98-100), ce processus se poursuit indéfiniment, créant d’innombrables différences de sens.

Becker et les théories de son temps sur la formation des mots

  • 12 L’histoire des théories de la formation des mots a été le thème principal du 14e colloque internati (...)

28Nous ne saurions éluder la question de savoir comment la pensée de notre auteur se situe par rapport aux théories de la formation des mots en cours à son époque. On notera tout d’abord que la formation des mots a été relativement peu étudiée par les historiographes travaillant sur la grammaticographie allemande12. Pour la période antérieure à 1800, l’ouvrage de Jellinek (1914, p. 126-180) reste une source précieuse de renseignements. Les récentes études sur la période de 1750 à 1800 (Kaltz 2002) et celle de 1600 à 1800 (Kaltz 2004) font apparaître que Becker doit beaucoup à ses prédécesseurs, à Adelung en particulier et, indirectement, aux grammairiens dont celui-ci s’est inspiré, à savoir Mäzke, Fulda et, en dernière instance, Schottelius. Ce constat vaut pour la distinction générale entre mots racines, dérivés et composés tout comme pour celle entre dérivés et formes fléchies ainsi que l’interprétation de la dérivation en tant qu’étape de l’évolution historique du lexique (voir Kaltz 2002, p. 31-34 ; Jellinek 1914, p. 154-158). De ce cadre général, Becker se distingue tout d’abord par sa terminologie en partie originale (Umlautung, Umendung, etc.). Il innove par ailleurs radicalement en appliquant le concept d’organisme à la langue, se démarquant ainsi des grammairiens qui l’ont précédé.

29Adelung avait fondé sa théorie sur le concept d’onomatopée, envisageant la naissance des mots et plus généralement du langage comme un processus initié par des stimulus extérieurs, progressant par l’apprentissage. En revanche, Becker interprète la faculté de langage de l’homme comme une « activité organique » (organische Verrichtung), une faculté innée :

  • 13 « Wie das geheimnisvolle Wesen des Lichtes sich kund thut in dem wunderbaren Spiele von Glanz und F (...)

Tout comme la nature mystérieuse de la lumière apparaît à travers le jeu merveilleux de l’éclat et des couleurs, comme toute activité naturelle cachée en vient à se manifester d’une manière particulière, la représentation et la pensée, chez l’homme, se manifestent à travers la langue. L’homme parle parce qu’il pense : et le langage n’est pas une invention issue d’un besoin de la vie extérieure, il n’est pas créé en vue d’un objectif extérieur, c’est au contraire une activité organique, et plus précisément celle qui est propre à l’homme parmi toutes les autres activités organiques, et ce parce qu’aucune autre n’est issue comme elle de l’unité de la vie intellectuelle et de la vie physique.13

  • 14 Ainsi, il note à juste titre que le suffixe gotique -ei ne peut correspondre au suffixe de dérivati (...)

30À plusieurs reprises, Becker renvoie à Adelung, parfois en le critiquant14. Dans son traité de la formation des mots, notre auteur présente un riche matériau linguistique, s’inspirant de Grimm, Rask et d’autres représentants de la linguistique historico-comparée. D’une manière générale, Becker semble avoir été bien au fait de la recherche de son époque.

*

31Il ressort de notre analyse, très incomplète, de la théorie de la formation des mots chez Becker que celle-ci préfigure la théorie syntaxique que l’auteur devait développer par la suite. Comme dans ses ouvrages consacrés à la syntaxe, le raisonnement philosophique, spéculatif parfois, s’accompagne de solides observations empiriques sur la langue. Becker fait preuve d’une grande rigueur dans la théorisation, même s’il se voit parfois contraint de forcer un peu afin de maintenir la symétrie de ses constructions théoriques.

Bibliographie

Références

Becker Karl Ferdinand, 1824, Die deutsche Wortbildung oder die organische Entwicklung der deutschen Sprache in der Ableitung, Francfort, Hermann.

―, 1827, Organism der Sprache, als Einleitung zur deutschen Grammatik, Francfort, Hermann.

―, 1833, Das Wort in seiner organischen Verwandlung, Francfort, Hermann.

Forsgren Kjell-Åke, 1985, Die deutsche Satzgliedlehre. Zur Entwicklung der traditionellen Grammatik im Spiegel einiger allgemeiner und deutscher Grammatiken, Universität Göteborg (Göteborger germanistische Forschungen, 29).

―, 1992, Satz, Satzarten, Satzglieder. Zur Gestaltung der deutschen traditionellen Grammatik von Karl Ferdinand Becker bis Konrad Duden, Münster, Nodus.

―, 1998, « On valency theory in 19th century German grammar », Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft, 8.1, p. 55-68.

Jankowsky Kurt, 2004, « Karl Ferdinand Becker’s (1775-1849) concept of word formation within the framework of his general linguistic theory », Studien zur Geschichte der Wortbildungstheorie, Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft, 14.1, p. 89-106.

Jellinek Max Hermann, 1914, Geschichte der neuhochdeutschen Grammatik von den Anfängen bis auf Adelung, t. 2, Heidelberg, Winter.

Kaltz Barbara, 2002, « Zur Entwicklung der Wortbildungstheorie in der deutschen Grammatikographie 1750-1800 », Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft, 12.1, p. 28-47.

―, 2004, « Zur Herausbildung der Wortbildungstheorie in der deutschen Grammatikographie (1600-1800) », Studien zur Geschichte der Wortbildungstheorie, Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft, 14.1, p. 23-40.

Notes

1 Texte traduit de l’allemand par Barbara Kaltz, qui remercie vivement Thierry Grass (université de Strasbourg) d’avoir relu et révisé la version française.

2 Voir également Jankowsky (2004) à propos de la biographie de l’auteur, de la réception et de l’importance de son œuvre.

3 Voir Kaltz (2002, p. 32-33).

4 « Das Wesen eines Organismus besteht nämlich darin, daß Ein Leben in vielfach wiederholter Entzweiung der untergeordneten Lebensfunktionen in die Erscheinung tritt, und so mannigfaltige Gegensätze und Differenzen bildet, wie z.B. in dem menschlichen Organism die Differenzen des sensiblen und produktiven Systems, und des zwischen beiden in der Mitte stehenden irritablen Systems ; ferner in diesen Systemen wieder die Differenzen der Sinnes- und Gengliennerven, der Assimilation und Sekretion, der willkürlichen und unwillkürlichen Bewegung u.s.f. Daß diese Verrichtungen und die ihnen vorstehenden Organe unter einander different, aber in dem Leben des Ganzen Eins sind, macht ihre Verbindung zu einer organischen und hiermit zu einer innern und nothwendigen » (Becker 1824, p. 19 ; l’auteur souligne).

5 Lors d’une étape ultérieure de l’évolution syntaxique, cela devait amener à différencier le prédicat de l’attribut du sujet et à rattacher plus directement le terme de prédicat au verbe fléchi.

6 « Wir haben nämlich hiedurch die Überzeugung gewonnen, daß man in der Lehre von der Ableitung sich ebenso sehr von der Wahrheit entfernt, wenn man einseitig ein im Sinne dieser oder jener Schule aufgeführtes System logischer Begriffsunterscheidungen in die Sprache hinüberträgt, als wenn man ebenfalls einseitig nur den mannigfaltigen Verwandlungen der Sprachlaute nachspürt, und das ganze Wesen der Ableitungsformen aus dem wandelbaren Spiele der Mundarten erklären will » Becker (1824, p. 69).

7 « Beinahe der ganze Sprachvorrath geht zuletzt vom Substantiv und Verb aus [...] ; und obgleich unsere Forschungen nicht weit in die älteste Bildungsgeschichte der Sprache einzudringen vermögen ; so lehren sie uns doch bald, daß bei weitem die meisten Substantiven selbst Verbalien sind. Verben und Verbalien machen daher den eigentlichen Kern der Sprache aus. Nur in der Bildung der Verbalien stellt sich uns noch derjenige Bildungsvorgang dar, welchen wir als den ältesten bezeichnet haben, nämlich die Bildung durch eine innere Veränderung des Wortes – durch Ablautung » Becker (1824, p. 71 ; l’auteur souligne).

8 « In der Sprache ist schon die höhere Weltansicht niedergelegt, welche jedes Sein im Raume zugleich als eine Thätigkeit in der Zeit auffasset, und jeder Thätigkeit wieder ein Sein im Raume unterlegt. Wie nun vor der gemeinen Ansicht, die in den Dingen um uns kein inneres Leben anerkennt, die Welt in todten Massen auseinanderfällt ; so geht auch der Sprache ihre Klarheit und ihre belebende Kraft großentheils verloren, wenn die verbale Bedeutung ihrer Gebilde nicht mehr verstanden wird » Becker (1824, p. 72). Dans l’Organism de 1827, la dichotomie de Tätigkeit-Sein reste le principe suprême dont Becker déduit toutes ses catégories, y compris syntaxiques.

9 On reconnaît ici l’idée de base de sa théorie syntaxique : une même fonction peut être remplie par différentes formes, autrement dit, il convient de distinguer entre fonction et catégorie.

10 Celle-ci correspond sans doute à ce que Becker appelle la relation attributive dans sa théorie syntaxique.

11 Becker (1833, p. 3) utilise le terme de Wortfamilie dans le sens qu’il a encore de nos jours.

12 L’histoire des théories de la formation des mots a été le thème principal du 14e colloque international du Studienkreis Geschichte der Sprachwissenschaft, qui s’est tenu en 2002 à Umeå (Suède).

13 « Wie das geheimnisvolle Wesen des Lichtes sich kund thut in dem wunderbaren Spiele von Glanz und Farben, und wie jede verborgene Naturthätigkeit auf eine eigenthümliche Weise hinüberschreitet in die Erscheinung ; so offenbart sich an dem Menschen das Vorstellen und Denken durch die Sprache. Der Mensch spricht, weil er denkt : und die Sprache ist nicht eine Erfindung hervorgegangen aus einem Bedürfnisse des äußerlichen Lebens, oder ersonnen um eines äußerlichen Zweckes willen, sondern eine organische Verrichtung, und zwar vor allen andern organischen Verrichtungen eine eigentlich menschliche ; weil keine andere so, wie diese, aus der Einheit des geistigen und leiblichen Lebens hervorgeht » (Becker 1824, p.1).

14 Ainsi, il note à juste titre que le suffixe gotique -ei ne peut correspondre au suffixe de dérivation -ei en allemand puisqu’on a toujours -e dans ce cas en allemand (voir Beck er 1824, p. 272-273).

Table des illustrations

Légende Tableau 1.Déduction des parties du discours sur la base de catégories logiques
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tableau 2.Déduction des parties du discours à partir de catégories ontologiques
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau 3.Dérivation versus flexion (formation des mots versus grammaire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Tableau 4.Schéma de la dichotomie subjectif-objectif chez Becker
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Tableau 5.Schéma des « développements » (Entwicklungen) à partir de la relation sujet-prédicat
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1042/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

Université d’Umeå, Suède

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540