Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

Dérivation arabisante et ištiqāq arabe : histoire d’un malentendu

Pierre Larcher

Texte intégral

  • 1 Notons que Cantineau ne traduit pas les mots. Or, s’il avait traduit ’abyaḍ, il l’aurait traduit c (...)

1Dans un article célèbre, Jean Cantineau (1899-1956) a proposé d’analyser tout mot régulier de l’arabe classique (et par-delà des langues sémitiques) en deux éléments : une racine et un schème (Cantineau 1950). Chez Cantineau lui-même, qui a lu Ferdinand de Saussure (1857-1913), il s’agit de ce que le linguiste genevois appelait une analyse associative (Saussure 1916). Un mot ne peut en effet être analysé en une racine et un schème que pour autant qu’il peut être associé à d’autres mots de même racine, mais de schème différent d’une part, de racine différente mais de même schème d’autre part. Racine et schème (et c’est un autre effet de la lecture de Saussure) sont explicitement traités comme des signes. La racine a pour signifiant « les éléments formels qui la constituent » et pour signifié « le concept plus ou moins précis, commun au groupe » (Cantineau 1950, p. 121). Le schème a pour signifiant « [sa] forme même » et pour signifié « la valeur grammaticale commune à chacun des mots rangés sous ce schème » (p. 123). Dans la mesure où le schème est doté d’une valeur explicitement reconnue comme grammaticale, on peut con sidérer que la racine est dotée d’une valeur implicitement reconnue comme lexicale. Cette analyse et cette interprétation de l’analyse sont confirmées par l’exemple et le schéma donnés par Cantineau (p. 124), celui du mot ’abyaḍ. Son association avec bayḍā’ (blanche), bayyaḍa (blanchir), bayāḍ (blancheur), etc. permet de dégager « la racine byḍ “blanc” »1 ; son as sociation avec ’aḥmar (rouge), ’azraq (bleu), ’aswad (noir), etc., permet de dégager le « schème ’af‘al des noms de couleur ». En conclusion, Cantineau reconnaît d’ailleurs que le système des schèmes appartient à la grammaire, mais celui des racines au vocabulaire, même si « leur système, leur forme générale et l’emploi qu’on en fait pour former les mots suivant les différents schèmes est peut-être à rattacher à la grammaire » (p. 124).

  • 2 David Cohen transfère indûment à la diachronie et à la synchronie ce qui constitue en fait les deu (...)

2Cantineau parlant lui-même des racines et des schèmes comme de « deux grands systèmes croisés » (p. 123), ce que donne à voir son schéma de la page 124, un de ses successeurs, David Cohen (1964 [1970]), est passé de l’analyse à la synthèse en voyant dans un mot régulier de l’arabe classique le produit de ce croisement, symbolisé par la formule mot = racine x schème. Ce n’est pas la seule inflexion que David Cohen fait subir à Cantineau. Car bien qu’il reprenne à celui-ci l’image du croisement, il n’en écrit pas moins (p. 31) que « dans une telle conception [...] toute forme sémitique est en quelque sorte dérivée ». Dérivée de la racine, comme le montre l’exemple des emprunts, ainsi nikl (< nickel), à l’origine du verbe nakkala « nickeler » : « Étymologiquement, écrit David Cohen (p. 32), nikl est bien la forme-mère de nakkala [...] mais le processus implique un passage par la racine : nikl > NKL nakkala. » Comme le montre l’usage des signes > et →, nakkala est dérivé, diachroniquement et indirectement, du nom nikl, mais synchroniquement et directement de la racine NKL, croisée avec la forme fa‘‘ala 2. Il est donc clair que, pour un arabisant et sémitisant comme David Cohen, la racine n’est pas seulement, avec la forme ou schème, un des deux éléments de la structure d’un mot arabe et sémitique, encore est-ce la base de ce mot. C’est d’elle qu’il est dérivé, c’est sur elle qu’il est « formé ». Ce faisant, David Cohen répète ce que la plupart des arabisants disent et écrivent, à savoir que tel mot est dérivé de telle racine, ou encore est de telle forme dérivée de telle racine (cette double formulation, comme d’ailleurs les citations que nous avons faites, montre la difficulté qu’ont les arabisants à préciser les relations entre les trois éléments qu’ils utilisent : racine, schème – ou forme – et mot).

3Au début du même article, David Cohen écrit (p. 31) que « c’est un mérite de Jean Cantineau d’avoir donné une formulation systématique à ce qui avait été la doctrine implicite des grammairiens du Moyen Âge et des grammairiens juifs après eux » (nous soulignons). Or, de la manière la plus explicite qui soit, telle n’est pas la doctrine classique des grammairiens arabes en matière de dérivation et de formation lexicales. Pour s’en convaincre, il suffit d’ouvrir le Kitāb al-ta‘rīfāt (Livre des définitions) du polygraphe ‘Alī b. Muḥammad, dit al-sayyid al-šarīf al-Ğurğānī (mort en 816/1413), au mot ištiqāq (c’est le mot arabe qu’on traduit généralement en français par dérivation). Voici ce qu’on y lit (Ğurğānī 1845 [1978], p. 27) :

  • 3 Toutes les traductions des citations arabes sont nôtres.

Dériver, c’est tirer une expression d’une autre, telles que les deux sont en rapport l’une avec l’autre sur le plan sémantique et de la combinaison [consonantique], mais différentes l’une de l’autre en ce qui concerne la forme (al-ištiqāq naz‘ lafẓ min ’āḫar bi-šarṭ munāsabatihimā ma‘nan wa-tarkīban wa-muġāyaratihimā fī l-ṣīġa).3

4Dériver, ce n’est donc pas tirer un mot d’une racine, mais un mot d’un autre. Pour autant, les grammairiens arabes n’ignorent ni la racine ni la forme (ou schème). Si la forme est appelée ici d’un mot (ṣīġa) qui en est un correspondant exact, il en va tout autrement de la racine, appelée ici tarkīb, c’est-à-dire « combinaison [de consonnes] ». Ils ignorent d’autant moins cette dernière que c’est elle qui permet de distinguer entre trois niveaux de dérivation : « petit » (ṣaġīr), « grand » (kabīr) et « encore plus grand » (’akbar), que Ğurğānī (1845 [1978], p. 28) définit aussitôt :

La petite dérivation, c’est le fait qu’il y a entre les deux expressions une correspondance mutuelle en ce qui concerne les consonnes et leur ordre, ainsi ḍaraba [il a frappé] tiré de ḍarb [frapper] (al-’ištiqāq al-ṣaġīr wahuwa ’an yakūna bayna l-lafẓayn tanāsub fī l-ḥurūf wa-tartīb naḥw ḍaraba min al-ḍarb).
La grande dérivation, c’est le fait qu’il y a entre les deux expressions correspondance mutuelle, formellement et sémantiquement, mais non dans l’ordre [des consonnes], ainsi ğabaḏa [il a tiré] tiré de ğaḏb [tirer] (al-’ištiqāq al-kabīr wa-huwa ’an yakūna bayna l-lafẓayn tanāsub fī l-ḥurūf wa-l-ma‘nā dūna l-tartīb naḥw ğabaḏa min al-ğaḏb).
La très grande dérivation, c’est le fait qu’il y a entre les deux expressions correspondance mutuelle en ce qui concerne le point d’articulation et sémantiquement, ainsi na‘aqa [il a poussé tel cri] tiré de nahq [cri d’animal] (al-’ištiqāq al-’akbar wa-huwa ’an yakūna bayna l-lafẓayn tanāsub fī l-maḫrağ wa-l-ma‘nā dūna l-tartīb naḥw na‘aqa min al-nahq).

5Non seulement les grammairiens arabes n’ignorent pas la racine, décrite comme une combinaison ordonnée (tartīb) de consonnes (ḥurūf), mais ils n’ignorent pas non plus les parentés sémantiques entre mots ayant les mêmes radicales, mais dans un ordre différent, voire deux radicales en commun et une ne différant que par un point d’articulation proche (par exemple la paryngale [‘] et la laryngale [h]). Mais classiquement, c’est-à-dire de la façon dont on l’enseigne dans les classes, « ce qu’on entend par le ištiqāq ici mentionné, c’est le petit ištiqāq » (wa-l-murād min al-ištiqāq al-maḏkūr hāhunā ištiqāq ṣaġīr), pour citer ce manuel scolaire du xiiie ou xive siècle qu’est le Marāḥ al-’arwāḥ de Aḥmad b. ‘Alī b. Mas‘ūd (Åkesson 2001, p. 48). Le fait que, dans les classes, ištiqaq soit synonyme de ištiqāq ṣaġīr vient alors rappeler que les deux autres niveaux de ištiqāq, issus, directement ou indirectement, de l’œuvre de Ibn Ğinnī (mort en 392/1002), sans être ignorés, n’en sont pas moins marginalisés dans la tradition arabe, alors qu’ils sont souvent valorisés dans la tradition arabisante. Les « arabesques » ne sont pas toujours du côté que l’on croit... Je renvoie ici à l’utile mise au point de Kees Versteegh (1986).

6Dans l’exemple donné de la petite dérivation (ou dérivation tout court) – ḍaraba tiré de ḍarb –, ḍaraba est la 3e personne du masculin singulier de l’accompli. C’est donc une forme conjuguée du verbe de sens « il a frappé » ; ḍarb, quant à lui, est le maṣdar, c’est-à-dire l’équivalent tout à la fois de notre infinitif et de notre nom d’action, autrement dit un nom verbal. Mais son nom arabe vient rappeler son rôle dans la dérivation, comme le précise le Marāḥ d’Ibn Mas‘ūd (Åkesson 2001, p. 48) :

Quand nous disons al-ḍarb, c’est un maṣdar d’où sont engendrées les neuf choses [pour le détail, voir infra] et il est la base dans la dérivation, selon les grammairiens de Baṣra (qawlunā al-ḍarb maṣdar yatawalladu minhu al-’ašyā’ al-tis‘a wa-huwa ’aṣl fī l-’ištiqāq ‘inda l-Baṣriyyīna).

7Le maṣdar (littéralement « source ») est ainsi appelé parce qu’il est considéré comme la base de la dérivation. Beaucoup d’arabisants croient que le mot arabe de ’aṣl est l’équivalent de « racine ». De la manière la plus explicite qui soit, ainsi que l’a rappelé avec force Gérard Troupeau (1984), ’aṣl est en fait une forme considérée comme basique par rapport à une autre.

8La dérivation ḍarb ḍaraba semble avoir une justification morphologique. La forme ḍarb est en effet morphologiquement plus simple que la forme ḍaraba. En fait, elle est essentiellement sémantique, comme le montre la suite même du Marāḥ (Åkesson 2001, p. 48) :

[Il est la base de la dérivation] parce que sa signification est une, alors que celle du verbe est multiple, du fait qu’il signifie le procès et le temps. Et l’un précède le multiple (li-’anna mafhūmahu wāḥid wa-mafhūm al-fi‘l muta‘addid li-dalālatihi ‘alā l-ḥadaṯ wa-l-zamān wa-l-wāḥid qabl al-muta‘addid).

9Le maṣdar est donc choisi comme base de la dérivation, parce qu’il est la forme sémantiquement la moins marquée du paradigme. Il dénote le seul procès, alors que la forme verbale qui en est immédiatement dérivée dénote, en plus du procès, le temps. C’est bien un choix, comme le prouve le fait que les grammairiens de Kūfa (l’école concurrente de celle de Baṣra) faisaient le choix contraire, dérivant non pas le verbe du maṣdar, mais le maṣdar du verbe. Beaucoup d’arabisants sont coufiotes sans le savoir, considérant le maṣdar, sans doute sous l’influence des noms d’action de nos langues, comme déverbaux. Quoi qu’il en soit, une seconde différence apparaît ici. La dérivation telle que l’entendent les arabisants est d’abord morphologique (voir supra citation de David Cohen) ; le ’ištiqāq des grammairiens arabes est indissolublement formel et sémantique.

10Par « les neuf choses », Ibn Mas‘ūd entend le paradigme verbal, c’est-à-dire l’ensemble des formes verbales conjuguées (accompli, inaccompli, impératif) et des formes nominales associées (participes actif et passif, noms de lieu et de temps, nom d’instrument). Curieusement, Ibn Mas‘ūd ajoute à l’impératif le prohibitif, arrivant ainsi à neuf, mais omet la ṣifa mušabbaha (adjectif assimilé [au participe actif]) qui est au verbe d’état ce que le participe actif est au verbe d’action, et l’élatif, qui est lié soit au verbe d’état, soit à une partie des verbes d’action. Quoi qu’il en soit, l’essentiel, ici, est que les « neuf choses » ne sont pas toutes dérivées directement du maṣdar : au contraire, est seul dérivé du maṣdar l’accompli ; de l’accompli est dérivé l’inaccompli et, de l’inaccompli, l’impératif. Des inaccomplis actif et passif sont dérivés les participes actif et passif, de l’inaccompli actif, encore et enfin, les noms de lieu, de temps et d’instrument. Apparaît ici la deuxième différence essentielle entre dérivation arabisante et ištiqāq arabe : alors que les arabisants dérivent d’une seule et même racine l’ensemble des formes de mots appartenant à une famille lexicale, les grammairiens arabes pratiquent une dérivation de mot à mot : la base première donne un mot, pris à son tour comme base d’un deuxième et ainsi de suite. Le résultat est que les grammairiens arabes sont capables de représenter les relations, non seulement sémantiques, mais encore morphologiques, existant entre les différents mots d’une même famille lexicale. Ainsi dériver l’inaccompli de l’accompli revient à désigner celui-ci comme la forme de base du verbe ; dériver l’impératif de l’inaccompli revient à faire apparaître le premier comme une simple variante (celle liée à la 2e personne) de l’inaccompli apocopé, etc. Les arabisants sont incapables de le faire, sauf à ajouter à une composante morphologique une composante... dérivationnelle. Ce que les arabisants font généralement. Ainsi, d’un verbe tel que iğtama‘a (se réunir) diront-ils à la fois : 1) que c’est une viiie forme ifta‘ala dérivée de la racine ğ-m-‘ et 2) que c’est la réfléchie directe de la forme de base I ğama‘a (réunir) ; l’affirmation 2) (et ce n’est pas le moindre paradoxe) fait alors aussitôt apparaître VIII comme une forme augmentée en t-de la forme de base, autrement dit une analyse, sur le plan morphologique, non plus en racine et schème, mais base et affixes. Jusqu’à aujourd’hui, la grammaire arabisante n’est pas sortie de la contradiction dialectique entre les deux modèles !

11Enfin, troisième et dernière différence : tout en dérivant d’une base concrète, les grammairiens n’ignorent pas, on l’a vu, le concept de racine, ni celui, corollaire, de forme. Par suite, la racine n’étant pas première, elle n’a pas de sens en elle-même, mais seulement comme trace de la base dans le dérivé. Cela apparaît très nettement dans la description que al-sayyid al-šarīf al-Ğurğānī donne de l’impératif dans ses Ḥawāšī (Gloses marginales) au Šarḥ al-Kāfiya de Raḍī al-dīn al-Astarābāḏī (mort en 688/1289). Ce dernier ayant parlé du « contenu de la phrase jussive » (maḍmūn al-ğumla al-ṭalabiyya), Ğurğānī (1310 de l’hégire, t. 1, p. 211) ajoute :

... c’est-à-dire son sens de maṣdar, celui qu’elle marque par sa substance, car c’est cela son contenu de base : quant à la demande, c’est le signifié de la forme incidente (ya‘nī ma‘nāhā al-maṣdarī allaḏī yadullu ‘alayhi bi-ğawharihā fa-’inna ḏālika huwa maḍmūnihā al-’aṣlī wa-’ammā al-ṭalab fa-huwa madlūl al-ṣīġa al-‘āriḍa).

  • 4 Cette notation vise à rappeler que la hamza [’] (il s’agit d‘une laryngale) est purement prosthéti (...)

12Il est clair que l’impératif (’i)ḍrib4 (frappe !) est analysé en une racine et un schème. On notera évidemment le vocabulaire philosophique : la forme est comprise comme un accident de la substance (le mot de ğawhar constituant avec celui de mādda « matière » un des noms arabes de la racine). D’autre part, c’est à la forme qu’est attachée la signification (grammaticale) de ṭalab « demande ». Enfin, la « substance » n’a de sens que comme représentant dans le dérivé de la « base », à savoir le maṣdar. Autrement dit, la racine a partout, pour les grammairiens arabes, le statut qu’elle a seulement, pour les grammairiens arabisants, dans un mot tel que nakkala : celui d’un signe dont le signifié est lui-même un signe. Ce faisant, les grammairiens arabes n’ont pas besoin, à la différence des grammairiens arabisants, de distinguer entre une dérivation primaire (c’est-à-dire à partir d’une racine traitée comme un signe dont le signifié est « un concept plus ou moins précis ») et une dérivation secondaire (c’est-à-dire à partir d’une base concrète, représentée dans le dérivé par une racine « extraite pour les besoins de la cause », selon l’expression de Cantineau [1950, p. 121]). Il leur suffit de distinguer la nature de la base : quand ce n’est pas un maṣdar, c’est un ism ğāmid (un « nom figé », c’est-à-dire lui-même non dérivé d’un maṣdar : c’est ainsi que seraient traités nikl et nakkala).

  • 5 Que ce soit directement ou, comme l’a rappelé Sophie Kessler-Mesguich, indirectement via l’hébreu (...)

13Pourquoi ce malentendu entre grammaire arabisante et grammaire arabe ? La raison est d’abord terminologique. Le mot ’aṣl a été traduit en latin par radix (« racine » en français)5. Et, ainsi que l’a rappelé Jean Rousseau (1984), du xvie au xviiie siècle, les grammairiens arabisants appellent « racine » la forme qu’ils considèrent comme basique par rapport aux autres. Simplement, pour eux, ce n’était pas, comme pour la plupart des grammairiens arabes, le maṣdar, mais la forme que les grammairiens arabes considéraient comme immédiatement dérivée du maṣdar, c’est-à-dire la 3e personne du masculin singulier de l’accompli. Observons que si le verbe est grammaticalement dérivé du maṣdar, scolairement le verbe est cité sous la forme ḍaraba-yaḍribu-ḍarban, qui fait apparaître l’accompli comme la forme de base, le maṣdar étant traité syntaxiquement comme un complément d’objet résultatif du verbe (maf‘ūl muṭlaq).

  • 6 Cela explique aussi que les arabisants ont valorisé, au point de les tenir pour centrales dans la (...)

14À la fin du xviiie siècle et au début du xixe intervient un changement de paradigme dans la morphologie des langues sémitiques, avec la découverte (ou la redécouverte, peu importe) de la racine consonantique (voir Rousseau 1980, 1984, 1987). Arabisants et sémitisants utilisent pour la désigner le même mot qu’ils utilisaient auparavant pour désigner la forme de base. Il faut sûrement y voir l’influence de la grammaire comparée des langues indo-européennes, qui dégage elle aussi un concept de « racine » : influence contrastive, cependant, car le caractère purement consonantique de la racine sémitique est précisément ce qui la distingue de la racine indoeuropéenne, syllabique. Ce qui devait arriver arriva : utilisant le même mot dans deux acceptions différentes, les arabisants (et sémitisants) ont rétro-projeté sur l’arabe ’aṣl la nouvelle acception6.

15Cette confusion a toutefois été favorisée objectivement par le fait qu’à côté de la grammaire arabe traditionnelle, où la racine ne joue pas de rôle majeur, il est, dans la tradition linguistique arabe, une autre discipline, où elle occupe une place apparemment centrale : c’est la lexicographie. Dès le départ, c’est-à-dire depuis le Kitāb al-‘Ayn attribué à Ḫalīl b. Aḥmad al-Farāhīdī (viiie siècle), les dictionnaires arabes sont organisés, d’une manière ou d’une autre, par ordre alphabétique des racines consonantiques.

16Pour trouver ou retrouver un mot dans le dictionnaire, il faut en extraire la racine. Or, extraire la racine du mot, cela revient de fait à analyser ce mot en une racine et une forme (ou schème) : la forme (ou schème) du mot, c’est ce qui reste quand on remplace les consonnes concrètes par des variables. Les grammairiens arabes utilisaient, eux, les consonnes du verbe fa‘ala, fā’, ‘ayn et lām désignant pour eux les 1re, 2e et 3e radicales (par exemple ḍaraba est un fa‘ala). On voit ainsi que l’analyse associative de Cantineau ne fait que donner un habillage saussurien à une pratique aussi vieille que les études arabes elles-mêmes.

17Et comme on entre dans l’article du dictionnaire par une racine consonantique, on croit alors, passant de l’analyse à la synthèse, que cette entrée est la base de la dérivation, que l’ensemble des mots rangés derrière cette racine en sont dérivés. Mais, là encore, une telle croyance procède d’une lecture beaucoup trop rapide des dictionnaires arabes traditionnels. Si l’on ouvre un des plus grands dictionnaires classiques, le Lisān al-‘Arab de Ibn Manẓūr (mort en 711/1311), on verra tout de suite que la « racine » est une entrée purement formelle d’article et que dans le corps même de l’article, on ne parle jamais de racine, mais toujours et seulement de relations entre mots. Ainsi à l’article q-s-m, Ibn Manẓūr distingue au moins entre trois dérivations : l’une à partir de al-qasm, maṣdar du verbe de base qasama « couper », une deuxième à partir de al-qasam, nom de sens « serment », et la troisième à partir de al-qasāma, maṣdar du verbe d’état qasuma (être beau). Bien qu’elles soient de même « racine », le lexicographe ne pose aucune relation sémantique entre ces trois familles lexicales. S’il ne le fait pas, c’est évidemment parce qu’en synchronie il ne perçoit pas de relation entre elles.

18La description strictement synchronique des relations entre mots, faite par un dictionnaire arabe traditionnel, doit alors servir de repère à un lexicographe arabisant d’aujourd’hui. Elle lui permet de reconstruire en amont des relations disparues. Par exemple al-qasam « serment » peut être relié à al-qasm « couper », via, par exemple, un geste consistant à couper quelque chose et symbolisant le châtiment attendant le parjure ; qasuma « être beau » peut être compris comme un statif-résultatif de qasama, dans un sens métaphorique (être bien loti). Et elle lui permet en aval de mesurer les évolutions. Chaque année, je fais avec mes étudiants des expériences. Ainsi, je leur ai demandé de me dire ce qu’ils pensaient de yatağahhaz dans cette phrase li-yatağahhaz li-l-ğahannam (Qu’il se prépare au Feu !) – il s’agit d’un ḥadīṯ cité par Ġazālī (mort en 505/1111), dans ’ayyuhā al-walad (p. 7). Tous m’ont dit que V tağahhaza (intransitif) était un réfléchi direct de II ğahhaza-hā « préparer quelque chose ». Mais beaucoup m’ont dit que ce dernier était un factitif de I *ğahaza « être prêt ». Si l’on ouvre le Lisān al-‘Arab, on verra que ce verbe n’existe pas et que la forme de base est en fait le nom al-ğahāz ou al-ğihāz, qui désigne un équipement ou un trousseau. Le verbe II ğahhaza est donc sûrement un dénominatif. Le fait que Lisān al-‘Arab donne ğahāz avant ğihāz montre qu’il sait ou devine que ğihāz (prononciation courante du mot) procède d’une relecture de l’homographe ğahāz, au nom du principe potius lectio facilior ! Mais si les étudiants construisent un *ğahaza qui n’existe pas, c’est parce qu’on emploie en fait une forme (celle du participe actif) d’un tel verbe, ğāhiz, dans le sens de « prêt ». Le fait que Lisān al-‘Arab ne l’enregistre pas davantage permet de faire l’hypothèse qu’historiquement c’est ğāhiz qui est dérivé régressivement de ğahhaza. La forme II fa‘‘ala est en effet au premier chef déverbative-factitive et, plus spécialement, d’un verbe d’état (ou fonctionnant comme tel).

19Ainsi, en dérivant, non pas d’une racine, mais d’une base concrète (la racine étant la trace de la base dans le dérivé), grammairiens et lexicographes arabes traditionnels se mettent (et nous mettent) en position de donner une bien meilleure idée du mouvement dans le lexique, tant morphologique que sémantique, tant en synchronie qu’en diachronie.

Bibliographie

Références

Åkesson Joyce, 2001, Arabic Morphology and Phonology. Based on the Marāḥ al-’arwāḥ by Aḥmad b. ‘Alī b. Mas‘ūd. Presented with an Introduction, Arabic Edition, English Translation and Commentary (Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 35), Leiden-Boston-Cologne, Brill.

Baggioni Daniel et Larcher Pierre, 2000, « Note sur la racine en indo-européen et en sémitique », La sémitologie aujourd’hui, Actes de la journée doctorale du 29 mai 1997, Philippe Cassuto et Pierre Larcher éd., Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, Travaux linguistiques du CLAIX, n° 16, p. 121-131.

Cantineau Jean, 1950, « Racines et schèmes », Mélanges William Marçais, Paris, G.-P. Maisonneuve, p. 119-124.

Cohen David, 1964 [1970], « Remarques sur la dérivation nominale par affixes dans quelques langues sémitiques », Semitica n° 14, p. 73-93 (repris dans Études de linguistique sémitique et arabe, La Haye-Paris, Mouton, 1970, p. 31-48).

—, 1996, « À propos de racines », Dictionnaire des racines sémitiques comprenant un fichier comparatif de Jean Cantineau, David Cohen éd., avec la collaboration de François Bron et Antoine Lonnet, t. 2, fasc. 6 : W-WLHP, Louvain, Peeters, p. I-XV.

Cohen Marcel, 1939, « Sur la racine dans les langues chamito-sémitiques », Réponses au questionnaire, Première publication, « Le problème de la racine », Ve congrès international des linguistes, Bruxelles, 28 août - 2 septembre 1939, Bruges, imprimerie Sainte-Catherine, p. 17-18.

Ġazālī (al-), Lettre au disciple (’ayyuhā al-walad), texte arabe et traduction française par Toufic Sabbagh, Commission libanaise pour la traduction des chefs-d’œuvre, Beyrouth, Librairie orientale, 1969, 3e édition.

Ğurğānī, Ta‘rīfāt (‘Alī b. Muḥammad al-Ğurğānī dit al-sayyid al-šarīf), Kitāb al-ta‘rīfāt, édition Gustav Flügel, Leipzig, Vogel, 1845 (réimpr. Beyrouth, Librairie du Liban, 1978).

Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab (Muḥammad b. Mukarram b. ‘Alīb. ’Aḥmad al-’Anṣārī al-’Ifrīqī al-Miṣrī Ğamāl al-dīn ’Abī l-Faḍl Ibn Manẓūr, Lisān al-‘Arab al-muḥīṭ), édition Yūsuf Ḥayyāṭ, 4 volumes, Beyrouth, Dār Lisān al-‘Arab, s. d.

Larcher Pierre, 1995, « Où il est montré qu’en arabe classique la racine n’a pas de sens et qu’il n’y a pas de sens à dériver d’elle », Arabica, t. 41, fasc. 3, p. 291-314.

—, 1999, « Vues “nouvelles” sur la dérivation lexicale en arabe classique », Tradition and Innovation : Norm and Deviation in Arabic and Semitic Linguistics, Lutz Edzard et Mohammad Nekroumi éd., Wiesbaden, Harrassowitz, p. 103-123.

Raḍī Al-Dīn Al-Astarābāḏī, Šarḥ al-Kāfiya (Muḥammad b. al-Ḥasan Ra ḍī al-dīn al-Astarābāḏī, ŠarḥKāfiyat Ibn al-Ḥāğib), 2 volumes, Istanbul, Maṭba‘at al-šarika al- šiḥāfiyya al-‘uṯmāniyya, 1275 et 1310 de l’hégire (avec en marge les Ḥawāšī de al-sayyid al-šarīf al-Ğurğānī) [réimpr. Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, s. d.]

Rousseau Jean, 1980, « Franz Bopp et la pratique de la grammaire arabe », Histoire Épistémologie Langage, t. 2, fasc. 1, p. 52-66.

—, 1984, « La racine arabe et son traitement par les grammairiens européens (1505-1831) », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, t. 89, fasc. 1, p. 285-321.

—, 1987, « La découverte de la racine trilitère en sémitique par l’idéologue Volney », Historiographia linguistica, t. 14, fasc. 3, p. 341-365.

Saussure Ferdinand de, 1916 [1972], Cours de linguistique générale, publié par Charles Bally et Albert Sechehaye, avec la collaboration d’Albert Riedlinger, édition critique préparée par Tullio de Mauro, Paris, Payot.

Troupeau Gérard, 1984, « La notion de “racine” chez les grammairiens arabes anciens », Matériaux pour une histoire des théories linguistiques, Sylvain Auroux, Michel Glatigny, André Joly, Anne Nicolas et Irène Rosier éd., Lille, Presses universitaires de Lille, p. 239-245.

Versteegh Kees, 1986, « La grande “étymologie” de Ibn Ğinnī », La linguistique fantastique, Sylvain Auroux, Jean-Claude Chevalier, Nicole Jacques-Chaquin et Christiane Marchello-Nizia éd., Paris, Joseph Clims éditeur / Denoël, p. 44-50.

Notes

1 Notons que Cantineau ne traduit pas les mots. Or, s’il avait traduit ’abyaḍ, il l’aurait traduit comme la « racine » byḍ par « blanc ». Cela n’entraîne pas de contradiction chez Cantineau : à la racine byḍ « blanc », la forme ’af‘al ajoute les significations grammaticales masculin et singulier. Ces significations sont marquées positivement en arabe, alors qu’elles ne le sont que négativement en français (« blanc », par opposition à « blanche »).

2 David Cohen transfère indûment à la diachronie et à la synchronie ce qui constitue en fait les deux faces, sémantique et morphologique, d’un processus de dérivation synchronique entre un nom et un verbe dénominatif.

3 Toutes les traductions des citations arabes sont nôtres.

4 Cette notation vise à rappeler que la hamza [’] (il s’agit d‘une laryngale) est purement prosthétique et disparaît en liaison : iḍrib mais wa-ḍrib (et frappe !).

5 Que ce soit directement ou, comme l’a rappelé Sophie Kessler-Mesguich, indirectement via l’hébreu šoreš.

6 Cela explique aussi que les arabisants ont valorisé, au point de les tenir pour centrales dans la tradition linguistique arabe, alors qu’elles y sont marginales, des positions comme celles de Ibn Ğinnī, un des très rares grammairiens à utiliser le terme de’aṣl dans le sens de racine consonantique, voir Troupeau (1984).

Auteur

Université de Provence

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par