Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

La formation des mots et l’enrichissement de la langue vus par quelques auteurs latins1

Thorsten Fögen

Texte intégral

  • 1 Texte traduit en français par l’auteur. Nous remercions vivement Roger Sauter et Barbara Kaltz qui (...)

Der Wortschatz muß [...] ständig ergänzt werden,
um den an ihn gestellten Bezeichnungsanforderungen
gerecht zu werden. Kastovsky
(1982, p. 151)

Introduction

  • 2 Pour plus de détails, voir par exemple Fleischer (1974, p. 25-29), Serebrennikow et al. (1975, p.  (...)
  • 3 Voir Fleischer (1974, p. 19), Olsen (1986, p. 1 et suiv.) et aussi Fleischer (1997, p. 44 et suiv. (...)

1Quand il s’agit de délimiter le domaine de la recherche concernant la formation des mots, les linguistes diffèrent entre eux2. Une opinion largement répandue veut que la recherche sur la formation des mots, mis à part l’analyse structurale (hors flexion) de mots déjà existants et la révélation des règles et modèles de leur formation, consiste à étudier « l’enrichissement de la langue » et ainsi la croissance du vocabulaire d’une langue3.

2L’enrichissement de la langue peut se faire de différentes manières : un mot complètement nouveau, le « vrai » néologisme, fait plutôt exception. Le besoin de créer de nouvelles désignations pour des objets et des faits extralangagiers est compensé nettement plus souvent par d’autres moyens (voir par exemple Fleischer 1974, p. 9 et suivantes), en particulier :

  1. des décalages de la signification de mots déjà existants (ce qu’on appelle souvent l’« extension de la signification »), en partie à perte de la signification que le mot avait auparavant ;
  2. des formations secondaires à base d’éléments langagiers déjà existants, par suffixation, enchaînements, formations de mots composés, changements de catégorie, abréviations, ou par une combinaison de ces procédés ;
  3. enfin, par des emprunts aux langues étrangères4.

3Les langues classiques ne représentent pas des exceptions à cet égard. Or, les réflexions à propos d’aspects de la formation des mots et de l’enrichissement de la langue, chez les auteurs grecs et latins, ne se trouvent pas seulement dans les traités grammaticaux, mais surtout dans un contexte rhétorique au sens le plus large du terme. La discussion sur les problèmes de la formation des mots joue un rôle exceptionnel dans le cadre du développement d’un lexique scientifique qui permette de saisir des faits complexes dans les différents domaines scientifiques.

4Notre développement s’appuiera sur quelques passages choisis d’ouvrages d’auteurs latins, surtout de Quintilien, qui se consacrent d’une manière plus ou moins détaillée aux aspects évoqués ci-dessus. Pour ne pas dépasser les limites de cette contribution, ni Varron ni les grammairiens de l’Antiquité tardive ne seront traités.

Quintilien

  • 5 Voir Adamietz (1986, p. 2247 et suiv.) : « Wenn nichts übersehen wurde, so existiert kein Mittel, (...)

5Le rhéteur Quintilien compte parmi les écrivains qui se sont le plus intéressés dans leurs ouvrages aux questions de la formation des mots et de l’enrichissement de la langue. Dans son Institutio oratoria, ouvrage didactique en douze volumes dont la conception et la publication sont généralement datées par les chercheurs entre 86 et 96 après Jésus-Christ5, il mentionne de nombreux aspects qui dépassent l’intérêt purement rhétorique. Dans le premier livre, il traite, par exemple, de l’apprentissage de la langue par le futur orateur, et il ne renonce pas à discuter de problèmes grammaticaux particuliers qui, au sens strict, ne font pas partie du domaine du rhéteur.

Les mots composés (Inst. orat. 1, 5, 65-70)

  • 6 En ce qui concerne les mots composés en latin, on trouvera une brève vue d’en semble chez Lindsay (...)
  • 7 Inst. orat. 1, 5, 65 : « Simplices voces prima positione, id est natura sua constant, compositae a (...)

6Dans un passage du premier livre qui est essentiel pour le thème qui nous intéresse, on trouve des remarques concernant les possibilités de formation de mots composés en latin6. Quintilien distingue d’abord deux groupes de mots composés7 :

  1. D’après lui, le premier regroupe des mots qui se composent d’« éléments qui précèdent » (praepositiones) – Quintilien ne fait pas la différence entre préposition et préfixe – et de mots simples (simplices voces). Ceux-ci, d’après lui, sont soit des mots à deux éléments, se composant donc d’une praepositio et d’un mot simple (par exemple in-nocens), soit des mots à trois éléments, formés par deux praepositiones et un mot simple (par exemple in-com-positus, re-con-ditus). En ce qui concerne les mots composés à trois éléments, il dit qu’il faut éviter dans la mesure du possible que les deux éléments précédents se contredisent d’un point de vue sémantique, comme c’est le cas pour la forme im-per-territus (« qui n’est pas terrifié »).
  2. Dans le deuxième groupe, il compte les mots qui se composent de deux unités indépendantes (corpora) pour ainsi dire (par exemple male-ficus). Cependant, la combinaison, en latin, de trois éléments pour un seul mot est au fond jugée intolérable par Quintilien comme l’illustre l’exemple du poète archaïque Pacuvius et de ses mots forgés re-pandi-rostrus (« au bec courbé vers le haut ») et in-curvi-cervicus (« à la nuque incurvée »)8. Selon Quintilien, il en est autrement des mots à trois éléments dont chaque élément particulier, dans la plupart des cas, n’est plus reconnaissable comme tel pour des raisons de contraction ; ainsi, on ne peut guère dire du mot capsis qu’il a son origine dans cape si vis (« prends, si tu veux »)9.
  • 10 Inst. orat. 1, 5, 68 : « Iunguntur autem aut ex duobus Latinis integris ut “superfui”, “subterfugi (...)

7Or, Quintilien fait cette remarque particulièrement intéressante : les différents constituants de certains mots composés ne proviennent pas exclusivement du latin même. Naturellement, on peut former des compositions à partir d’éléments purement latins, comme c’est le cas de super-fui ou male-volus. Mais, mis à part de telles compositions, il y a des cas de combinaison d’un constituant latin et d’un constituant grec, tels les mots bi-clinium et epi-togium. Finalement, il est possible de combiner deux éléments non latins, comme le prouve le mot epi-raedium, dans lequel la préposition grecque ἐπί s’unit au substantif gaulois raeda. Pour Quintilien, la particularité de telles formations est de ne pas être usuelles dans les langues mêmes auxquelles chaque composant est emprunté10.

  • 11 Inst. orat. 1, 5, 70 : « ... sed res tota magis Graecos decet, nobis minus succedit : nec id fieri (...)

8En définitive, toute son analyse vise à constater que la formation de mots composés est au fond étrangère à la nature propre du latin, tandis qu’elle est nettement plus appropriée au grec. C’est pour cela que, selon Quintilien, les quelques composés traduits du grec ne sauraient produire qu’un effet de comique involontaire11. On peut retenir en premier lieu des remarques de Quintilien qu’il défend les formations composées en latin à moins qu’elles n’aillent à l’encontre du sens de la langue des Romains. Par contre, il se refuse apparemment aux formations qui, par leur structure, sont très proches du grec et qui représentent ainsi pour le latin une innovation trop osée, parce qu’elles sont étrangères à l’usage. Cependant, cela a moins à voir avec la « nature » d’une langue qu’avec les habitudes langagières et les sensations subjectives des locuteurs. L’argumentation de Quintilien n’est donc pas fondée sur des critères d’ordre structurel puisque, théoriquement, le latin se prête lui aussi à de multiples composés. En outre, le langage poétique en particulier révèle que les mots composés ne représentent pas des exceptions dans le système du latin (voir Lindner 1996).

Les mots étrangers (Inst. orat. 1, 5, 55-64)

  • 12 Inst. orat. 1, 5, 55 : « Hoc amplius, ut institutum ordinem sequar, verba aut Latina aut peregrina (...)
  • 13 Inst. orat. 1, 5, 58 : « ... sed haec divisio mea ad Graecum sermonem praecipue pertinet ; nam et (...)
  • 14 Inst. orat. 1, 6, 31 : « ... continet autem in se [etymologia] multam eruditionem, sive ex Graecis (...)

9Quintilien dit que par le contact avec différents peuples d’un côté et par l’immigration d’étrangers de l’autre, les Romains n’ont pas seulement fait connaissance avec les us et coutumes de ceux-ci, mais qu’ils ont aussi absorbé et intégré des éléments de ces langues dans le latin. Le vocabulaire latin peut donc être divisé en éléments originaires (Latina) et éléments étrangers (peregrina)12. Quintilien donne de nombreux exemples de mots étrangers provenant de langues différentes tout en insistant sur le fait que le grec exerce, aussi bien dans le passé que dans le présent, l’influence la plus marquante sur le latin, si on prend en considération toutes les langues avec lesquelles le latin entre en contact. Il se rallie même à une opinion apparemment répandue à l’époque, à savoir que le latin est, en sa plus grande partie, empruntée au grec13. Il reprend d’ailleurs cette thèse dans le chapitre concernant l’importance de l’étymologie (Inst. orat. 1, 6), quand il souligne que la plupart des mots latins sont d’origine grecque et que le dialecte éolien plus particulièrement montre une très grande affinité avec le latin14.

  • 15 Inst. orat. 1, 5, 63 : « ... nunc recentiores instituerunt Graecis nominibus Graecas declinationes (...)
  • 16 Inst. orat. 1, 5, 63 : « ... mihi autem placet rationem Latinam sequi, quousque patitur decor. neq (...)

10Toujours d’après Quintilien, on aurait surtout recours à des mots grecs lorsque le latin ne possède pas de lexèmes propres dans le processus de dénomination, et vice versa. Pour ces emprunts de matériel langagier, la question est de savoir comment on peut intégrer des formes non latines dans le système morphologique du latin (voir Zamora 1998). Les grammairiens conscients des traditions se sont décidés à changer les substantifs ainsi que les noms propres grecs de manière qu’elles s’adaptent sans difficultés au schéma de la déclinaison latine (Inst. orat. 1, 5, 59-62). Plus récemment, quelques spécialistes ont été amenés à garder dans les emprunts au grec la déclinaison qu’ils avaient dans leur langue d’origine15. Quintilien lui-même opte pour une latinisation modérée qui, cependant, respecte toujours l’usage courant. Ainsi, selon lui, pour quelques formes déclinées de mots grecs et adaptées aux paradigmes latins, on trouve bien des preuves chez des écrivains censés être des autorités, bien qu’à l’époque de Quintilien ces formes soient généralement classées peu usuelles16.

Les néologismes, les métaphores, les onomatopées

11Quintilien est convaincu que sa langue maternelle présente des déficiences lexicales surtout dans les domaines de la rhétorique et de la philosophie. Le plus souvent, il n’y a pas d’équivalents latins aux termes scientifiques grecs qui, eux, ne se prêtent pas à la traduction, et c’est la raison pour laquelle on est contraint de se contenter du matériel langagier grec ou de rendre celui-ci par une paraphrase assez libre. Mais Quintilien ne s’arrête point à cette remarque ; tout en suivant Cicéron, il traite à plusieurs reprises dans son Institutio oratoria les méthodes d’enrichissement du vocabulaire par les néologismes, les métaphores ainsi que les onomatopées.

  • 17 Inst. orat. 8, 3, 30 et suiv. : « Fingere, ut primo libro dixi, Graecis magis concessum est, qui s (...)
  • 18 Inst. orat. 8, 3, 33 : « ... multa ex Graeco formata nova ac plurima a Sergio Plauto, quorum dura (...)

12Dans le troisième chapitre du huitième livre, il étudie d’une manière particulièrement détaillée le problème des néologismes (au sens le plus large du terme). L’auteur introduit ce passage (Inst. orat. 8, 3, 30-37) en faisant remarquer que le grec dispose de plus de possibilités pour la formation de mots que le latin ; les Romains, par contre, en essayant d’enrichir le lexique de la langue latine, n’ont pas rencontré de succès, ni pour la formation de mots composés ni pour les dérivés17. Les mots forgés adaptés structurellement aux mots grecs sonnent parfois durement en latin, tels les substantifs ens et essentia18, forgés d’après (τὸ) ὄν et οὐσία. D’un autre côté, il n’y a pas de raison pour Quintilien de les refuser dès le début puisqu’ils ouvrent de nouvelles dimensions, surtout en ce qui concerne les besoins des langages scientifiques. Dans ce contexte, on voit apparaître pour la première fois chez Quintilien le stéréotype de la patrii sermonis egestas sous un angle différent :

... quae cur tanto opere aspernemur nihil video, nisi quod iniqui iudices adversus nos sumus ideoque paupertate sermonis laboramus. (Inst. orat. 8, 3, 33)
Je ne vois pas pourquoi nous refusons autant celles-ci [les susdites formations], à moins que ce ne soit parce que nous sommes envers nous des juges injustes et que nous souffrons pour cela de la pauvreté de notre langue.

  • 19 Cinq siècles plus tard, le grammairien Priscien, en regardant en arrière, s’exprime de la même man (...)
  • 20 Inst. orat. 8, 3, 34 : « ... quaedam tamen perdurant. nam et quae vetera nunc sunt, fuerunt olim n (...)
  • 21 Inst. orat. 8, 3, 37 : « ... sed si quid periculosius finxisse videbimur, quibusdam remediis praem (...)
  • 22 Inst. orat. 1, 6, 41 : « ... ergo ut novorum optima erunt maxime vetera, ita veterum maxime nova(...)

13Bien que, dans ce passage, Quintilien ne rejette pas l’opinion, exprimée ailleurs, de la « pauvreté » du latin, il conseille à ses concitoyens d’être plus audacieux dans l’emploi de créations langagières nouvelles19. En outre, il pense qu’il faudra seulement du temps pour que de telles formations soient ancrées dans l’usage, qu’elles ne soient plus perçues comme des éléments inhabituels20. Selon lui, on peut, dans la majorité des cas, former sans scrupules des mots nouveaux à partir du matériel langagier existant, par la dérivation (derivare), la flexion (flectere) ou bien par la composition (coniungere) (Inst. orat. 8, 3, 36). Quintilien fait remarquer que la dérivation peut se faire aussi bien à partir de noms propres, comme c’est le cas du verbe sullaturire, qui est un dérivé de Sulla ; pour ses exemples, il prend comme témoins Cicéron ainsi qu’Asinius Pollio et justifie l’emploi de tels modèles de formation en faisant référence au critère normatif de l’auctoritas (Inst. orat. 8, 3, 32). Par rapport aux formations osées, il évoque d’ailleurs la possibilité d’ajouter des tournures adverbiales adoucissantes comme « pour ainsi dire » ou « soi-disant », qui permettent de se défendre dès le début contre tout reproche d’audace excessive21. En outre, Quintilien admet lui aussi le principe retenu par d’autres pour le traitement des archaïsmes : parmi les mots nouveaux, les meilleurs sont les plus anciens, c’est-à-dire ceux qui sont déjà naturalisés ; on peut employer les archaïsmes d’autant mieux qu’ils sont moins éloignés de l’usage présent22.

14La question de l’importance à attribuer à la métaphore comme principe de l’enrichissement de la langue est abordée dans le chapitre traitant des tropes (Inst. orat. 8, 6, 4-18). Selon Quintilien, les tropes permettent de combler des lacunes dans le vocabulaire d’une langue :

... copiam quoque sermonis auget permutando aut mutuando quae non habet, quodque est difficillimum, praestat ne ulli rei nomen deesse videatur. transfertur ergo nomen aut verbum ex eo loco, in quo proprium est, in eum, in quo aut proprium deest aut translatum proprio melius est. id facimus, aut qui a necesse est aut quia significantius est aut, ut dixi, quia decentius. (Inst. orat. 8, 6, 5 et suiv.)
Elle augmente aussi la richesse de l’expression par le biais de l’échange et de l’emprunt, là où il y a un manque, et elle rend le service le plus difficile qui soit, en évitant qu’une chose ne semble dépourvue de sa dénomination. Un nom ou un verbe est alors transféré de son lieu propre dans un autre où soit le mot propre manque, soit le mot de sens figuré est meilleur que le mot propre. Nous faisons cela soit parce que c’est nécessaire soit parce que l’expression devient plus juste ou plus décente, comme je viens de le dire.

  • 23 Cicéron, De orat. 3, 155 et suiv., Orator 82, 86, 92, 186, 211. Voir Fögen (2000, p. 91-93).
  • 24 Inst. orat. 8, 6, 17 : « ... in illo vero plurimum erroris, quod ea, quae poetis, qui et omnia ad (...)

15D’un côté, les métaphores servent ainsi à remédier à un besoin de dénomination dans certains domaines de la langue. De l’autre, on les utilise selon Quintilien parce qu’elles sont plus justes que l’expression proprement dite. Enfin, elles constituent un ornement rhétorique (ornatus). Ce discours est au fond celui de Cicéron23. On voit d’ailleurs que Quintilien se réfère à lui, dans les exemples qu’il donne de métaphores utilisées pour saisir des objets ou des faits jusque-là sans désignation (Inst. orat. 8, 6, 6). Ceci vaut également pour la mise en garde contre l’emploi excessif de métaphores qui provoque, outre l’obscurcissement du sens, un effet de lassitude chez les auditeurs. De même, il convient d’éviter les métaphores laides ou indécentes (Inst. orat. 8, 6, 14-16). Quintilien fait remarquer qu’un texte doit rester convenable par rapport à ses effets, ce qui est également un principe de Cicéron : le degré d’acceptabilité des métaphores varie selon les genres littéraires. La poésie poursuit non seulement une autre fin que la prose, à savoir le delectare, mais on attribue aussi à ses auteurs des libertés de composition nettement plus grandes puisqu’ils sont par principe restreints dans le choix des moyens langagiers, surtout par des obligations d’ordre métrique24.

  • 25 Voir à ce sujet Fleischer (1974, p. 10, 12, 322, 324) ainsi que Saussure (1994, p. 101 et suiv. [1 (...)
  • 26 Inst. orat. 8, 6, 31 et suiv. : « Onomatopoeia quidem, id est fictio nominis, Graecis inter maxima (...)
  • 27 Barwick (1957, p. 80-85 ; voir aussi p. 29-33) a montré que cette idée de l’origine de la langue e (...)

16Quintilien n’envisage que brièvement la possibilité d’enrichir la langue grâce à des onomatopées25. Ce phénomène qu’il définit – d’une manière insuffisante – comme « formation d’un mot » (fictio nominis) n’est plus guère utile selon lui dans la langue latine pour forger des mots parce que, vu les onomatopées créées dans les anciens temps, on juge épuisées à présent les possibilités de nouvelles formations26. En effet, pendant la phase où le latin est né et s’est formé, les créations par onomatopée pouvaient très facilement se faire, telles mugitus (le mugissement), sibilus (le sifflement) ou murmur (le murmure). Selon Quintilien, une raison pour laquelle de telles πρῶται ϕωναί sont nées à l’époque, tient au fait qu’on a constitué des éléments de la langue à partir d’impressions sonores dans le monde environnant27. Au temps de Quintilien, on juge l’onomatopée comme peu convenable pour enrichir la langue, parce qu’elle paraît archaïque et donc démodée.

Analyse de la langue et jugement porté sur la langue

  • 28 Voir Leumann (1944 [1959, spécialement p. 87 et suiv., 106 et suiv.]), Fleischer (1974, p. 24 et s (...)

17Presque tous les passages de l’Institutio oratoria où Quintilien traite des questions de la formation des mots et de l’enrichissement de la langue réunissent ainsi des aspects synchroniques et diachroniques. Dans quelques points traités par l’auteur, il faut dire que la différenciation laisse à désirer, par exemple pour la terminologie. On pourrait cependant objecter qu’une séparation vraiment stricte de ces deux niveaux paraît presque impossible dans le domaine de la formation des mots ; cela est incontesté dans la linguistique actuelle28.

  • 29 Voir à ce sujet entre autres Karl-Richard Bausch, « Kontrastive Linguistik », Perspektiven der Lin (...)

18En outre, il est remarquable que les propos de Quintilien concernant la formation des mots et l’enrichissement de la langue latine soient le plus souvent des réflexions comparatives. Les caractéristiques de la formation des mots en latin ne sont généralement pas isolées, mais comparées à la situation du grec. Pour Quintilien, les limites des possibilités de sa langue maternelle dans le domaine de la formation des mots apparaissent le plus visiblement dans les traductions du grec. Dans ce contexte, il souligne toujours la « dureté » des traductions. L’expression d’un jugement en faveur du grec qui serait plus élaboré contredit bien évidemment les principes de la grammaire contrastive moderne29 ; cependant, pour ce qui est de Quintilien, il serait trop hâtif de vouloir juger un auteur antique selon les critères d’une linguistique aussi neutre que possible, purement descriptive, dont les principes n’ont pas non plus été toujours respectés ni tenus en estime par certains linguistes du xxe siècle.

19Bien des aspects ne sont pas traités de manière systématique par Quintilien pour la simple raison qu’il écrit en tant que rhéteur. Il faut donc le juger autrement que les grammairiens. L’auteur ne tenait pas à faire une description systématique de la formation des mots en latin ou bien de la totalité de la grammaire de sa langue maternelle, mais surtout à présenter des aspects de style qui soient profitables aux futurs orateurs. L’étudiant en rhétorique doit avant tout s’efforcer d’enrichir son vocabulaire personnel (copia verborum) et arriver à une intuition de la langue qui lui permettra de la manier comme il convient à toutes les occasions où il doit apparaître en public ; il lui faudra disposer d’une diction adaptée aux besoins.

Quelques exemples particuliers

Cicéron et Aulu-Gelle

  • 30 Voir surtout Marouzeau (1949, p. 35-56), Rosén (1983, p. 186 ; 1999, spécialement p. 53-56, 62-74, (...)
  • 31 Cicéron, De nat. deor. 1, 95 : « quid autem obstat quo minus sit beatus si non sit bipes, aut ista (...)
  • 32 Au sujet du critère de l’euphonie dans le cadre de la discussion sur la norme, voir Fögen (2000, p (...)

20Sur la formation des mots en latin, il est particulièrement intéressant de noter qu’il y a eu, jusqu’à l’époque de Cicéron, un certain nombre de suffixes nominaux en concurrence30. Ce côte à côte était en partie le résultat de tentatives de traduction qui avaient abouti à des mots qu’on ressentait comme « durs » et peu naturels. Un tel cas est présenté par Cicéron dans son ouvrage De la nature des dieux (De nat. deor. 1, 95). Il rend le mot grec εὐδαιμονία par les substantifs latins beatitas ou beatitudo, qu’apparemment il juge sémantiquement équivalents malgré leur suffixe différent et qu’il classe donc comme étant des variantes morphologiques ; il dit des deux qu’elles sont « peu maniables ». Selon lui, il faut que ces créations acquièrent droit de cité par un emploi courant avant d’être complètement intégrées dans l’usage31. C’est le seul endroit où Cicéron utilise les deux substantifs cités ci-dessus pour la latinisation du mot εὐδαιμονία ; sinon, il préfère le rendre par beatum (par exemple De fin. 5, 84, Tusc. 5, 45) et vita beata (par exemple De nat. deor. 1, 67). Probablement, un argument contre l’établissement d’une forme comme beatitas était fourni surtout par le fait que les formes obliques de ce mot n’étaient pas ressenties comme suffisamment euphoniques32. Mais le mot beatitudo subsiste, malgré les doutes de Cicéron, dans les langues romanes (français béatitude, italien beatitudine) et aura ainsi trouvé accès à l’usage des Romains eux-mêmes sans pour autant être attesté très souvent.

  • 33 Aulu-Gelle, Noct. Att. 17, 2, 19 et suiv. : « “sanctitas” quoque et “sanctimonia” non minus Latine (...)
  • 34 Pline l’Ancien chez Charisius, Gramm. Lat. 1, 118, 15-20 Keil : « ... “amicities” Plinius Secundus (...)

21Dans le cas d’une concurrence entre suffixes nominaux, on accorde parfois la préférence à telle ou telle forme parce qu’elle possède une plus grande « dignité » (dignitas). C’est la raison pour laquelle Aulu-Gelle, par exemple, loue les mots sanctitudo et duritudo, que l’on peut trouver chez les auteurs archaïques Claudius Quadrigarius et Caton, par rapport à leurs synonymes en -tas33. Cela montre l’effort stylistique afin d’arriver à une plus grande expressivité par le recours aux mots archaïques, non usuels et pour cela remarquables (voir Marouzeau 1949, p. 47) – un phénomène qui est notamment caractéristique des iie et iiie siècles après Jésus-Christ. Or, Pline l’Ancien, cité chez le grammairien Charisius, avait déjà fait remarquer dans son ouvrage Dubius sermo que les formations en -ies, par comparaison à des formations parallèles en -ia, étaient des formes « dignes », donc des archaïsmes34.

  • 35 Aulu-Gelle, Noct. Att. 13, 3, 1 : « Risu prorsus atque ludo res digna est, cum plerique grammatico (...)

22Aulu-Gelle, en prenant l’exemple des substantifs necessitudo et necessitas, consacre un chapitre entier de ses Noctes Atticae à la question de savoir si le rattachement des suffixes -tudo et -tas à la même racine conduit vraiment à une différence de sens. Selon l’hypothèse avancée par quelques grammairiens dont il ne mentionne pas le nom, necessitas signifie à peu près une « force insistante », tandis que necessitudo veut dire un « certain droit et une obligation sacrée »35. Comme à de nombreux autres endroits de son ouvrage où il se moque des grammairiens pédants, Aulu-Gelle juge lui-même artificielle cette différenciation en se référant à des paires similaires de substantifs qui ne se distinguent pas sur le plan sémantique. Par contre, il constate que les substantifs en -tudo se trouvent le plus souvent chez des auteurs archaïques (Noct. Att. 13, 3, 2-6).

Sénèque

  • 36 Epist. 58, 1 et 7 : « Quanta verborum nobis paupertas, immo egestas sit, numquam magis quam hodier (...)

23Parmi les auteurs de l’Antiquité qui s’intéressent aux problèmes méthodologiques de la traduction de textes scientifiques, à part Cicéron, Quintilien et Aulu-Gelle, il faut nommer surtout Sénèque (voir Fögen 2002a). Dans un passage de ses Epistulae morales, il rapporte que dans le cadre d’un débat concernant Platon il s’est particulièrement rendu compte de la faiblesse du latin pour décrire des données scientifiques complexes. Il ne constate pas seulement, au niveau du lexique, un manque de termes correspondants aux termes grecs ; sous un autre angle également, il juge sa langue maternelle insuffisante. Il explique ce point de vue en disant qu’il n’est pas possible de traduire le participe substantivé τὸ ὄν d’une manière appropriée ; il trouve peu satisfaisant de le rendre par la proposition relative quod est36. Certes, on n’ira pas de nos jours jusqu’à nier le fait que l’article en grec représente un avantage pour rendre compte de données complexes et surtout de faits abstraits. Cependant, l’absence d’un certain élément langagier ne saurait guère prouver l’inaptitude d’une langue particulière pour la communication scientifique. L’exemple des langues slaves montre à lui seul que l’article n’est pas du tout indispensable pour forger des termes abstraits. Pour ce qui est de sa conviction de la « pauvreté de la langue maternelle » (patrii sermonis egestas), Sénèque n’est toutefois pas le seul parmi les Romains (voir Fögen 2000).

Différents écrivains scientifiques

24Dans l’Antiquité, on avait parfaitement conscience des caractéristiques linguistiques propres aux textes et langages scientifiques (voir Fögen 2003a). Pour ce qui est du vocabulaire scientifique, de nombreuses questions de détail sont discutées par les auteurs antiques, entre autres la relation entre le lexique des langages scientifiques et celui de l’usage courant, la difficulté de choisir parmi les variantes terminologiques et ainsi le problème de la conformité, le changement de signification dans les termes scientifiques et les objections faites à un emploi impropre de certains termes, mais aussi la formation des mots par le biais de métaphores et de métonymies (voir Fögen 2002b, p. 259 ; 2003a, p. 33, 42-52). Nous illustrerons ce dernier aspect à l’aide de quelques exemples.

Les métaphores

25Aulu-Gelle donne une série d’exemples pour des expressions qui s’emploient surtout dans le domaine militaire et qui apparaissent ainsi dans des ouvrages spécialisés :

Vocabula sunt militaria, quibus instructa certo modo acies appellari solet : « frons », « subsidia », « cuneus », « orbis », « globus », « forfices », « serra », « alae », « turres ». Haec et quaedam item alia invenire est in libris eorum, qui de militari disciplina scripserunt. (Noct. Att. 10, 9, 1 et suiv.)
Il y a des mots militaires par lesquels d’habitude on désigne la ligne de soldats qui dans la bataille est arrangée d’une certaine manière : « front », « troupes auxiliaires », « formation de bataille en forme de coin », « cercle », « globe », « ciseaux », « scie », « ailes », « tours ». Ces dénominations et d’autres encore, on peut les trouver dans les ouvrages d’auteurs qui ont écrit sur le domaine militaire.

  • 37 Noct. Att. 10, 9, 3 : « Tralata autem sunt ab ipsis rebus, quae ita proprie nominantur, earumque r (...)
  • 38 Voir par ailleurs Végèce, Epit. 1, 20, 11 ; 2, 1, 2 ; 4, 14, 3 et suiv. ; 4, 16 ; 4, 21, 4 ; 4, 46 (...)

26Il explique que ces termes, par leur signification de base, ne sont pas purement scientifiques : leur emploi spécialisé est plutôt dû à leur caractère visuel, qui s’est prêté plus particulièrement à la description d’une ligne de soldats37. On est donc parti de mots représentant des données concrètes et on s’est servi de leur potentiel métaphorique inhérent pour constituer un nouveau langage scientifique. Comme nous l’avons remarqué à propos de Quintilien, les auteurs antiques ont clairement vu que de nombreux domaines scientifiques peuvent être abordés de cette manière par la langue38.

Les métonymies

27La formation de termes peut se faire en outre à l’aide de métonymies, surtout par le recours aux noms propres. Il s’agit d’un procédé largement employé dans les langages scientifiques modernes (voir Gläser 1996) ; il suffit de penser à des termes comme « roentgen », « (moteur) diesel », « bec Bunsen », « pasteuriser », « galvaniser », aux nombreuses unités de mesure qui tiennent leurs noms d’hommes savants (ampère, coulomb, ohm, watt), et enfin aux noms de maladies (la maladie de Parkinson) ou aux termes botaniques (dont « dahlia », du botanologue suédois Andreas Dahl, « forsythia » de l’horticulteur britannique William Forsyth, et « bégonia » en l’honneur de Michel Bégon).

  • 39 Pline l’Ancien, Nat. hist. 25, 5 et suiv. (Mithridatium), 25, 20 et suiv. (Britannica), 25, 65 (Eu (...)

28Les langages scientifiques et spécialisés antiques se sont servis de ce même principe de dénomination, comme le fait remarquer Pline l’Ancien qui cite l’exemple de noms de plantes et d’herbes dans quelques passages de ses textes39. Les noms propres jouent d’ailleurs un rôle important dans la création de termes, surtout en médecine (voir Langslow 2000, p. 130-139). Les noms de médicaments se réfèrent soit à leur inventeur, soit à leur origine, soit à une divinité aux forces salutaires ; cependant, leur étymologie n’est pas toujours indiquée dans les textes antiques.

Résumé

  • 40 Voir Vaahtera (1998, p. 147-165, 172 et suiv., 179-183), Fögen (2000, p. 180-220) et Fögen (2005).
  • 41 Voir Kircher (1988), Flobert (1989, p. 749-752), Vaahtera (1998, p. 60-93), et aussi Schöpsdau (19 (...)
  • 42 Au sujet du rôle de la formation des mots chez Varron, voir l’aperçu le plus récent chez Robins (2 (...)

29Nous n’avons donné bien évidemment qu’une vue d’ensemble assez brève des tentatives antiques visant à décrire certains aspects de la formation des mots, essentiellement celles d’auteurs latins. Les Noctes Atticae d’Aulu-Gelle40, auteur de miscellanées du iie siècle après Jésus-Christ, qui n’est traité ici que très brièvement, apportent beaucoup d’éléments à ce sujet. En outre, il faudrait bien entendu prendre en compte des grammairiens tardifs, Priscien41 en premier lieu, mais aussi Varron pour la période républicaine42.

30Pour l’Antiquité latine, on retiendra que les remarques concernant la formation des mots apparaissent souvent à la suite de questions stylistiques et rhétoriques, et qu’elles visent ainsi des réflexions sur le bon choix, le choix efficace des mots. Les passages correspondants chez Quintilien et Aulu-Gelle peuvent nous servir d’exemples de cette étroite liaison de l’analyse de la langue et de l’art du style.

31On a vu également que les réflexions sur la formation des mots vont souvent de pair avec une comparaison de la langue grecque et de la langue latine, ce qui, dans le cadre de l’histoire de la linguistique, peut être perçu comme une première tentative de linguistique contrastive. Mis à part le regard structural synchronique et diachronique sur le vocabulaire et sa formation, pour les auteurs latins, la question la plus importante reste celle de savoir dans quelle mesure les possibilités de formation des mots dans les langues particulières comparées, à savoir le grec et le latin, sont aptes à décrire des faits complexes. Ainsi, dans l’Antiquité, la comparaison des langues implique presque toujours un jugement porté sur les langues (voir Fögen 2000).

Bibliographie

Références

Adamietz Joachim, 1986, « Quintilians “Institutio oratoria” », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, no 2, 32.4, p. 2226-2271.

André Jacques, 1971, Emprunts et suffixes nominaux en latin, Genève, Paris, Droz.

Bader Françoise, 1962, La formation des composés nominaux du latin, Paris, Les Belles Lettres.

Barwick Karl, 1936, « Quintilians Stellung zu dem Problem sprachlicher Neuschöpfungen », Philologus, no 91, p. 89-113.

—, 1957, Probleme der stoischen Sprachlehre und Rhetorik (Abhandlungen der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig, Philologisch-historische Klasse, 49.3), Berlin, Akademie-Verlag.

Beard Robert, 1998, « Derivation », The Handbook of Morphology, Andrew Spencer et Arnold M. Zwicky éd., Oxford, Blackwell, p. 44-65.

Braun Peter, 1998, Tendenzen in der deutschen Gegenwartssprache : Sprachvarietäten, Stuttgart, Berlin, Cologne, Kohlhammer, 4e édition.

Brekle Herbert E., 1975, « Zur Stellung der Wortbildung in der Grammatik », Flexion und Wortbildung. Akten der V. Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft (Regensburg, 9.-14. September 1973), Helmut Rix éd., Wiesbaden, Reichert, p. 26-39.

Brekle Herbert E. et Kastovsky Dieter, 1977, « Wortbildungsforschung : Entwicklungen und Positionen », Perspektiven der Wortbildungsforschung. Beiträge zum Wuppertaler Wortbildungskolloquium vom 9.-10. Juli 1977, Herbert E. Brekle et Dieter Kastovsky éd., Bonn, Bouvier, p. 7-19.

Dam Jan van, 1969, « Beobachtungen zur modernen Wortbildung », Festschrift für Hugo Moser zum 60. Geburtstag am 19. Juni 1969, Ulrich Engel, Paul Grebe et Heinz Rupp éd., Düsseldorf, Schwann, p. 19-23.

Daneš František, 1997, « Zur Theorie und Praxis der Wortbildung », Wortbildung. Theorie und Anwendung, Alena Šimečková et Marie Vachková éd., Prague, Karolinum, p. 18-23.

Dressler Wolfgang, 1976, « Das Zusammenspiel verschiedener Ebenen und Prozesse in der diachronen Wortbildung », Wortbildung diachron - synchron.

Akten des Kolloquiums der Sektion für Diachrone Sprachwissenschaft im Österreichischen Linguistischen Programm, Oswald Panagl éd., Innsbruck, Institut für Sprachwissenschaft, p. 155-157.

Fleischer Wolfgang, 1974, Wortbildung der deutschen Gegenwartssprache, Leipzig, Bibliographisches Institut, 3e édition.

―, 1997, « Grundsatzfragen der Wortbildung aus germanistischer Sicht », Wortbildung. Theorie und Anwendung, Alena Šimečková et Marie Vachková éd., Prague, Karolinum, p. 42-60.

Flobert Pierre, 1989, « La dérivation nominale chez les grammairiens romains », Latomus, no 48, p. 741-752.

Fögen Thorsten, 1998, « Bezüge zwischen antiker und moderner Sprach normentheorie », Listy filologické, no 121, p. 199-219.

―, 2000, « Patrii sermonis egestas » : Einstellungen lateinischer Autoren zu ihrer Muttersprache. Ein Beitrag zum Sprachbewußtsein in der römischen Antike, Munich, Leipzig, Saur.

―, 2002a, « Fachsprachen in der Antike : Zur Analyse metasprachlicher Dokumente am Beispiel der philosophischen Schriften Senecas », Aktuelle Probleme der angewandten Übersetzungswissenschaft. Sprachliche und außersprachliche Faktoren der Fachübersetzung, Bogdan Kovtyk et Gabriele Wendt éd., Francfort, Lang, p. 10-35.

―, 2002b, « Der Umgang mit griechischen Termini in lateinischen Fachtexten : Versuch einer Systematisierung », Geschichte der Übersetzung. Beiträge zur Geschichte der neuzeitlichen, mittelalterlichen und antiken Übersetzung, Bogdan Kovtyk, Gerhard Meiser et Hans-Joachim Solms éd., Berlin, Logos, p. 259-276.

―, 2003a, « Metasprachliche Reflexionen antiker Autoren zu den Charakteristika von Fachtexten und Fachsprachen », Antike Fachschriftsteller. Literarischer Diskurs und sozialer Kontext, Marietta Horster et Christiane Reitz éd., Stuttgart, Steiner, p. 31-60.

―, 2003b, « Utraque lingua » : A Bibliography on Bi- and Multilingualism in Graeco-Roman Antiquity and in Modern Times, Essen, LAUD (Linguistic Agency Series A 573).

―, 2004, « Die Epitoma rei militaris des Vegetius : Fachtext und militärische Fachsprache in der Spätantike », Linguistische Studien im Europäischen Jahr der Sprachen. Akten des 36. Linguistischen Kolloquiums (Universität Ljubljana, 11. bis 14. September 2001), Stojan Bračič et al. éd., Francfort, Lang, p. 207-218.

―, 2005, « Language contact, language change and speakers’ attitudes. The case of Aulus Gellius’ Attic Nights as a metalinguistic source », Sprachkontakt und Sprachwandel. Akten der XI. Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft (Halle, 17. bis 23. September 2000), Gerhard Meiser et Olav Hackstein éd., Wiesbaden, Reichert, p. 91-104.

Gläser Rosemarie éd., 1996, Eigennamen in der Fachkommunikation, Francfort, Lang.

Hilmer Hermann, 1914, Schallnachahmung, Wortschöpfung und Bedeutungswandel, Halle (Saale), Niemeyer.

Kastovsky Dieter, 1982, Wortbildung und Semantik, Düsseldorf, Schwann-Bagel.

Kircher Chantal, 1988, « La formation des noms en latin d’après Priscien Institutions grammaticales, livres II, III et IV », Ktema, no 13, p. 195-203.

Kronasser Heinz, 1952, Handbuch der Semasiologie. Kurze Einführung in die Geschichte, Problematik und Terminologie der Bedeutungslehre, Heidelberg, Winter.

Langslow David R., 2000, Medical Latin in the Roman Empire, Oxford, Oxford University Press.

Leumann Manu, 1944 [1959], « Gruppierung und Funktionen der Wortbildungssuffixe des Lateins », Museum Helveticum, no 1, p. 129-151 (repris dans Kleine Schriften. Herausgegeben zum siebzigsten Geburtstag am 6. Oktober 1959, Zurich, Stuttgart, Artemis, 1959, p. 84-107).

Lindner Thomas, 1996, Lateinische Komposita. Ein Glossar vornehmlich zum Wortschatz der Dichtersprache, Innsbruck, Institut für Sprachwissenschaft.

―, 2002, Lateinische Komposita. Morphologische, historische und lexikalische Studien, Innsbruck, Institut für Sprachwissenschaft.

Lindsay Wallace M., 1894, The Latin Language, Oxford, Clarendon.

Lipka Leonhard et Günther Hartmut éd., 1981, Wortbildung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Marouzeau Jules, 1949, Quelques aspects de la formation du latin littéraire, Paris, Klincksieck.

Monaco Giusto, 1976, « Quintiliano e i composti Latini », Grammatici latini d’età imperiale. Miscellanea filologica, Gênes, Istituto di Filologia Classica e Medievale, p. 11-16.

Olsen Susan, 1986, Wortbildung des Deutschen. Eine Einführung in die Theorie der Wortstruktur, Stuttgart, Kröner.

Panagl Oswald, 1986, « Die Wiedergabe griechischer Komposita in derlateinischen Übersetzungsliteratur », o-o-pe-ro-si. Festschrift für Ernst Risch zum 75. Geburtstag, Annemarie Etter éd., Berlin, New York, de Gruyter, p. 574-582.

Paul Hermann, 1896 [1981], « Ueber die Aufgaben der Wortbildungslehre », Sitzungsberichte der philosophisch-philologischen und der historischen Classe der königlich bayerischen Akademie der Wissenschaften zu München, Munich, p. 692-713 (repris dans Lipka et Günther éd. 1981, p. 17-35).

―, 1937, Prinzipien der Sprachgeschichte, Halle (Saale), Niemeyer, 5e édition.

Robins Robert H., 2000, « Classical antiquity », Morphologie. Ein internationales Handbuch zur Flexion und Wortbildung, Geert Booij, Christian Lehmann et Joachim Mugdan éd., Berlin, New York, de Gruyter (Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft, 17.1), p. 52-67.

Rosén Hannah, 1983, « The mechanisms of Latin nominalization and conceptualization in historical view », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, no 2, 29.1, p. 178-211.

―, 1999, Latine loqui. Trends and Directions in the Crystallization of Classical Latin, Munich, Fink. Saussure Ferdinand de, 1994, Cours de linguistique générale, édition critique préparée par Tullio de Mauro, Paris, Payot (traduction allemande par Herman Lommel, Grundfragen der allgemeinen Sprachwissenschaft, Berlin, de Gruyter, 1967, 2e édition).

Schippan Thea, 1975, Einführung in die Semasiologie, Leipzig, Bibliographisches Institut, 2e édition.

Schöpsdau Klaus, 1992, « Vergleiche zwischen Lateinisch und Griechisch in der antiken Sprachwissenschaft », Zum Umgang mit fremden Sprachen in der griechisch-römischen Antike, Carl Werner Müller, Kurt Sier et Jürgen Werner éd., Stuttgart, Steiner, p. 115-136.

Serebrennikow Boris A. et al., 1975, « Wortbildung », Allgemeine Sprachwissenschaft. vol. 2 : Die innere Struktur der Sprache, Boris A. Serebrennikow et al. éd., Berlin, Akademie-Verlag, p. 284-320.

Sommerfeldt Karl-Ernst éd., 1988, Entwicklungstendenzen in der deutschen Gegenwartssprache, Leipzig, Bibliographisches Institut.

Stein Gabriele, 1977, « The place of word-formation in linguistic description », Perspektiven der Wortbildungsforschung. Beiträge zum Wuppertaler Wortbildungskolloquium vom 9.-10. Juli 1977, Herbert E. Brekle et Dieter Kastovsky éd., Bonn, Bouvier, p. 219-235.

Ullmann Stephen, 1963, The Principles of Semantics, Oxford, Blackwell, 2e édition.

Vaahtera Jaana, 1998, Derivation. Greek and Roman Views on Word Formation, Turku, Turun Yliopisto.

Wissemann Heinz, 1954, Untersuchungen zur Onomatopoiie. t. I : Die sprachpsychologischen Versuche, Heidelberg, Winter.

Zamora Juan C., 1998, « Quintilian on the adaptation of loanwords », Bilingual Review, no 23, p. 108-112.

Notes

2 Pour plus de détails, voir par exemple Fleischer (1974, p. 25-29), Serebrennikow et al. (1975, p. 284-296, 310, 314), Brekle et Kastovsky (1977), Stein (1977), Daneš (1997, p. 18-20), Braun (1998, p. 167 et suiv.) et Beard (1998, p. 44-46, 64), voir aussi Kastovsky (1982, p. 69-72, 154 et suiv.) et Brekle (1975, spécialement p. 26 et suivantes) ; mais voir au préalable Paul (1896, p. 692 et suiv. [1981, p. 17 et suiv.]). La remarque suivante de Dressler (1976, p. 157) est d’une importance particulière : « Eine Theorie der Wortbildung muß Zusammenspiel und Konflikte der oft gegenläufigen Tendenzen in Syntax, Flexions- und Derivationsmorphologie, Lexikon und Phonologie beachten. Die Interaktion so vieler Ebenen erklärt die synchrone und diachrone Komplexität der Wortbildung. Phänomene der Wortbildung lassen sich daher nicht auf einer einzigen sprachlichen Ebene behandeln. »

3 Voir Fleischer (1974, p. 19), Olsen (1986, p. 1 et suiv.) et aussi Fleischer (1997, p. 44 et suiv.), avec plus de littérature.

4 On peut se demander s’il convient de parler, pour ce qui est de cette démarche de l’enrichissement de la langue, du « moyen le plus juste » (van Dam [1969, p. 19] : « dem billigsten Mittel »).

5 Voir Adamietz (1986, p. 2247 et suiv.) : « Wenn nichts übersehen wurde, so existiert kein Mittel, die Entstehung und Publikation der “Inst. or.” innerhalb der durch die Jahre 86 und 96 gezogenen Grenzen näher zu fixieren. Ordnet man die Lehrtä tigkeit der Zeit zwischen 70 und 90 zu und setzt für die Arbeit an der Schrift und ihre Veröffentlichung etwa die Jahre 91-94 und 95 an, dann entsteht kein Widerspruch zwischen den bekannten Daten, aber es kann sich lediglich um eine Vermutung handeln, die weit von einer Gewißheit entfernt ist. »

6 En ce qui concerne les mots composés en latin, on trouvera une brève vue d’en semble chez Lindsay (1894, p. 358-365) ; Bader (1962), Lindner (2002), la collection de Lindner (1996) et Panagl (1986) donnent plus de détails. Monaco (1976) étudie plus particulièrement le traitement des mots composés chez Quintilien.

7 Inst. orat. 1, 5, 65 : « Simplices voces prima positione, id est natura sua constant, compositae aut praepositionibus subiunguntur, ut “innocens” (dum ne pugnantibus inter se duabus, quale est “inperterritus” : alioqui possunt aliquando continuari duae, ut “incompositus” “reconditus” et quo Cicero utitur “subabsurdum”), aut e duobus quasi corporibus coalescunt, ut “maleficus. »

8 Au sujet de la langue allemande actuelle, voir par exemple Sommerfeldt (1988, p. 176) : « In Anfragen zur Sprachpflege wird oft beanstandet, daß unsere Wörter immer länger werden. Wie viele Grundmorpheme kann ein Kompositum aufnehmen, werden die langen Benennungen die kurzen allmählich verdrängen ? Vorläufige Untersuchungen haben ergeben, daß acht Grundmorpheme die obere Grenze sind. »Voir aussi Braun (1998, p. 168-179).

9 Inst. orat. 1, 5, 66 et suiv. : « Nam ex tribus nostrae utique linguae non concesserim, quamvis “capsis” Cicero dicat compositum esse ex “cape si vis”, et inveniantur, qui “Lupercalia” aeque tris partes orationis esse contendant quasi “luere per caprum” : nam “Solitaurilia” iam persuasum est esse “Suovetaurilia”, et sane ita se habet sacrum, quale apud Homerum quoque est. Sed haec non tam ex tribus quam ex particulis trium coeunt. Ceterum etiam ex praepositione et duobus vocabulis dure videtur struxisse Pacuvius : “Nerei repandirostrum incurvicervicum pecus ” »

10 Inst. orat. 1, 5, 68 : « Iunguntur autem aut ex duobus Latinis integris ut “superfui”, “subterfugi”, quamquam ex integris an composita sint quaeritur, aut integro et corrupto, ut “malevolus”, aut ex corrupto et integro, ut “noctivagus”, aut <ex> duo-bus corruptis, ut “pedisecus”, aut ex nostro et peregrino, ut “biclinium”, aut contra, ut “epitogium” et “Anticato”, aliqua et ex duobus peregrinis, ut “epiraedium” ; nam cum sit “epi” praepositio Graeca, “raeda” Gallicum (neque Graecus tamen neque Gallus utitur conposiio), Romani suum ex alieno utroque fecerunt. » Plus tard, d’une manière similaire, Consentius, Gramm. Lat. 5, 350, 12-14 Keil : « Sunt etiam plerique, qui ex graeco et latino putant posse conponi, ut epiclinium, epiradium [sic] ». Voir aussi Bader (1962, p. 404-410). Des cas comparables en allemand sont discutés sous la catégorie de « préfixes d’emprunt » (Fremdpräfixe) chez Fleischer (1974, p. 113 et suiv., 226-229, 294 et suiv., 338 et suiv.).

11 Inst. orat. 1, 5, 70 : « ... sed res tota magis Graecos decet, nobis minus succedit : nec id fieri natura puto, sed alienis favemus, ideoque cum κυρταύχενα mirati simus, “incurvicervicum” vix a risu defendimus. » Voir aussi Tite-Live 27, 11, 5 : « Sinuessae natum ambiguo inter marem ac feminam sexu infantem, quos androgynos vulgus, ut pleraque faciliore ad duplicanda verba Graeca sermone, appellat. » Quintilien a raison de relever certains composés peu sérieux, d’autant plus que chez d’autres auteurs ils peuvent être considérés comme des compositions intentionnellement humoristiques (elles sont comparables à peu près à Donaudampfschiffahrtsgesellschaftskapitänsmütze) ; voir par exemple Lucilius fr. 311 et suiv. Warmington (p. 276 et suiv. Marx, p. 296 et suiv. Krenkel), Plaute, Persa 702-705, Miles gloriosus 14, 43, Poenulus 506, Pseudolus 988, Curculio 445 et suiv., Mostellaria 356, 828, Trinummus 100, 240, 251 et suiv., Truculentus 183, 551, 611 et Captivi 285, 471 et suiv., 726, et Juvénal, Sat. 3, 157 et suiv., mais surtout Laevius, Carm. fr. 9 Blänsdorf (= Aulu-Gelle, Noct. Att. 19, 7, 16) : « et quae multiplica ludens composuit [Laevius], quale istud est, quod vituperones suos subductisupercilicarptores [le texte pose des problèmes] appellavit. »

12 Inst. orat. 1, 5, 55 : « Hoc amplius, ut institutum ordinem sequar, verba aut Latina aut peregrina sunt. peregrina porro ex omnibus prope dixerim gentibus ut homines, ut instituta etiam multa venerunt. »

13 Inst. orat. 1, 5, 58 : « ... sed haec divisio mea ad Graecum sermonem praecipue pertinet ; nam et maxima ex parte Romanus inde conversus est, et confessis quoque Graecis utimur verbis, ubi nostra desunt, sicut illi a nobis nonnumquam mutuantur. »

14 Inst. orat. 1, 6, 31 : « ... continet autem in se [etymologia] multam eruditionem, sive ex Graecis orta tractemus, quae sunt plurima, praecipueque Aeolica ratione, cui est sermo noster simillimus, declinata [...]. » Voir Fögen (2000, p. 49-51).

15 Inst. orat. 1, 5, 63 : « ... nunc recentiores instituerunt Graecis nominibus Graecas declinationes potius dare, quod tamen ipsum non semper fieri potest. »

16 Inst. orat. 1, 5, 63 : « ... mihi autem placet rationem Latinam sequi, quousque patitur decor. neque enim iam “Calypsonem” dixerim ut “Iunonem”, quamquam secutus antiquos C. Caesar utitur hac ratione declinandi ; sed auctoritatem consuetudo superavit. »

17 Inst. orat. 8, 3, 30 et suiv. : « Fingere, ut primo libro dixi, Graecis magis concessum est, qui sonis etiam quibusdam et adfectibus non dubitaverunt nomina aptare, non alia libertate quam < qua > illi primi homines rebus appellationes dederunt. nostri aut in iungendo aut in derivando paulum aliquid ausi vix in hoc satis recipiuntur. »

18 Inst. orat. 8, 3, 33 : « ... multa ex Graeco formata nova ac plurima a Sergio Plauto, quorum dura quaedam admodum videntur, ut “ens” et “essentia”. » En m’appuyant sur Barwick (1936, p. 97 et suiv.), je privilégie la lecture Sergio Plauto, qui avait déjà été proposée par Detlefsen en 1881. En ce qui concerne ens et essentia, il s’agit là de formations qu’on ressentait comme problématiques jusque dans l’Antiquité tardive ; à ce sujet, voir, outre Sénèque, Epist. 58 (voir infra p. 77-78, note 35), les passages recueillis chez Fögen (2002a, p. 25 note 49).

19 Cinq siècles plus tard, le grammairien Priscien, en regardant en arrière, s’exprime de la même manière (Gramm. Lat. 2, 442, 7-16 Keil) : « ... nec incongruum vel absonum mihi videtur, posse verba quoque ex his ipsis ad similitudinem eorum, quibus usa est auctoritas, proferre. quid enim impedit, nos quoque aliquid copiae ad opulentiam Latinae conferre eloquentiae et ad imitationem “armo” et “armor armatus” dicere “tunico” et “tunicor tunicatus” [...] ? si enim auctoribus timiditas obstitisset, ut nullis novis uterentur dictionibus ipsa natura et significatione rerum exigente, perpetuis Latinitas angustiis damnata mansisset. »

20 Inst. orat. 8, 3, 34 : « ... quaedam tamen perdurant. nam et quae vetera nunc sunt, fuerunt olim nova, et quaedam sunt in usu perquam recenti [...]. » D’une manière similaire Inst. orat. 1, 5, 71 et suiv. : « usitatis [verbis] tutius utimur, nova non sine quodam periculo fingimus. nam si recepta sunt, modicam laudem adferunt orationi, repudiata etiam in iocos exeunt. audendum tamen : namque, ut Cicero ait, etiam quae primo dura visa sunt, usu molliuntur. »

21 Inst. orat. 8, 3, 37 : « ... sed si quid periculosius finxisse videbimur, quibusdam remediis praemuniendum est : “ut ita dicam”, “si licet dicere”, “quodam modo”, “permittite mihi sic uti”. » De nombreux exemples pour de telles relativisations sont recueillis et discutés chez Fögen (2002b, p. 267 et suiv.).

22 Inst. orat. 1, 6, 41 : « ... ergo ut novorum optima erunt maxime vetera, ita veterum maxime nova. » Des passages similaires chez des auteurs classiques sont étudiés par Fögen (2000, p. 94-97, 134-136, 202-204). On retrouve de pareilles réflexions dans la linguistique moderne, par exemple chez van Dam (1969, p. 22) ; voir aussi la présentation plus détaillée de Kastovsky (1982, p. 159-163). Des références supplémentaires sont données par Fögen (1998) et (2000, p. 94-97, spécialement p. 95, note 53).

23 Cicéron, De orat. 3, 155 et suiv., Orator 82, 86, 92, 186, 211. Voir Fögen (2000, p. 91-93).

24 Inst. orat. 8, 6, 17 : « ... in illo vero plurimum erroris, quod ea, quae poetis, qui et omnia ad voluptatem referunt et plurima vertere etiam ipsa metri necessitate coguntur, permissa sunt, convenire quidam etiam prorsae putant. »

25 Voir à ce sujet Fleischer (1974, p. 10, 12, 322, 324) ainsi que Saussure (1994, p. 101 et suiv. [1967, p. 81 et suiv.]), Ullmann (1963, p. 87 et suiv.), Schippan (1975, p. 56-58) ; voir également Paul (1937, p. 174-188) et Kronasser (1952, p. 160-168). Hilmer (1914) et Wissemann (1954) ont étudié le sujet d’une manière plus détaillée.

26 Inst. orat. 8, 6, 31 et suiv. : « Onomatopoeia quidem, id est fictio nominis, Graecis inter maximas habita virtutes, nobis vix permittitur. et sunt plurima ita posita ab his, qui sermonem primi fecerunt aptantes adfectibus vocem : nam “mugitus” et “sibilus” et “murmur” inde venerunt. deinde, tamquam consummata sint omnia, nihil generare audemus ipsi, cum multa cotidie ab antiquis ficta moriantur. » D’une manière similaire Inst. orat. 1, 5, 72 : « ... sed minime nobis concessa est ὀνοματοποιία. quis enim ferat, si quid simile illis merito laudatis λίγξε βιός et σίζεν ὀϕθαλμός fingere audeamus ? iam ne “balare” quidem aut “hinnire” fortiter diceremus, nisi iudicio vetustatis niterentur. »

27 Barwick (1957, p. 80-85 ; voir aussi p. 29-33) a montré que cette idée de l’origine de la langue est fondée sur des théories stoïciennes.

28 Voir Leumann (1944 [1959, spécialement p. 87 et suiv., 106 et suiv.]), Fleischer (1974, p. 24 et suiv.), Serebrennikow et al. (1975, p. 285, 314-319), Olsen (1986, p. 14-16) et Daneš (1997, p. 19 et suiv.).

29 Voir à ce sujet entre autres Karl-Richard Bausch, « Kontrastive Linguistik », Perspektiven der Linguistik I, Walter A. Koch éd., Stuttgart, Kröner, 1973, p. 159-182, spécialement p. 168 : « Es darf keiner der zu vergleichenden Sprachen irgendeine Vorrangstellung gegenüber den anderen eingeräumt werden. » Des réflexions essentielles se trouvent déjà chez Edward Sapir, Die Sprache. Eine Einführung in das Wesen der Sprache (traduction allemande de Language, New York, 1921, par Conrad P. Homberger), Munich, 1961, p. 29 et 117 et suiv.

30 Voir surtout Marouzeau (1949, p. 35-56), Rosén (1983, p. 186 ; 1999, spécialement p. 53-56, 62-74, 177 et suiv.)

31 Cicéron, De nat. deor. 1, 95 : « quid autem obstat quo minus sit beatus si non sit bipes, aut ista sive beatitas sive beatitudo dicendast (utrumque omnino durum, sed usu mollienda nobis verba sunt). » Ce passage se retrouve chez Quintilien, Inst. orat. 8, 3, 32.

32 Au sujet du critère de l’euphonie dans le cadre de la discussion sur la norme, voir Fögen (2000, p. 19-22, 134-136, 170-173, 202-205).

33 Aulu-Gelle, Noct. Att. 17, 2, 19 et suiv. : « “sanctitas” quoque et “sanctimonia” non minus Latine dicuntur, sed nescio quid maioris dignitatis est verbum “sanctitudo”, sicuti M. Cato in L. Veturium “duritudinem” quam “duritiam” dicere gravius putavit [...]. » Voir aussi Noct. Att. 19, 7, 9 (dolentia versus dolor, et fortescere versus fortis fieri), en se référant au poète Laevius.

34 Pline l’Ancien chez Charisius, Gramm. Lat. 1, 118, 15-20 Keil : « ... “amicities” Plinius Secundus sermonis dubii libro VI “ut planities” inquit “luxuries mollities et similia, veteri dignitate. Ceterum rationis via debet amicitia dici. Omnia enim nomina quae nominativo plurali ae syllaba finiuntur e deposita reddunt nominativo singulari speciem sui iuris ac formae. Quod si manus veterum licentiae porrigemus, potest et copies et observanties et benevolenties dici.” » Mais voir la position de Charisius dans Gramm. Lat. 1, 57, 4-7 Keil : « Canitia an canities dicenda sit quaeritur. Canitia nec inrationabiliter nec abhorride dicitur, et ideo non est ab analogia recedendum. Canities autem poetico decore in levitatem soni corrupta est. Porro prosae orationi, πεζῷ λόγῳ, cum poetica mollitia parum convenit. »

35 Aulu-Gelle, Noct. Att. 13, 3, 1 : « Risu prorsus atque ludo res digna est, cum plerique grammaticorum adseverant “necessitudinem” et “necessitatem” mutare longe differreque, ideo quod necessitas sit vis quaepiam premens et cogens, necessitudo autem dicatur ius quoddam et vinculum religiosae coniunctionis idque unum solitarium significet. »

36 Epist. 58, 1 et 7 : « Quanta verborum nobis paupertas, immo egestas sit, numquam magis quam hodierno die intellexi. Mille res inciderunt, cum forte de Platone loqueremur, quae nomina desiderarent nec haberent, quaedam vero < quae > cum habuissent, fastidio nostro perdidissent. Quis autem ferat in egestate fastidium ? [...] Quid proderit facilitas tua, cum ecce id nullo modo Latine exprimere possim, propter quod linguae nostrae convicium feci ? Magis damnabis angustias Romanas, si scieris unam syllabam esse, quam mutare non possum. Quae sit haec, quaeris ? τὸ ὄν. Duri tibi videor ingenii : in medio positum, posse sic transferri, ut dicam “quod est”. Sed multum interesse video : cogor verbum pro vocabulo ponere : sed ita necesse est, ponam “quod est”. » En plus, il faut citer Epist. 9, 2 ; 87, 40 ; 95, 65 ; 117, 5 ; 120, 4 ; De ira 1, 4, 2, De tranqu. an. 2, 3 ; Cons. ad Polyb. 2, 6 ; 11, 5. Ces passages sont analysés en détail par Fögen (2002a).

37 Noct. Att. 10, 9, 3 : « Tralata autem sunt ab ipsis rebus, quae ita proprie nominantur, earumque rerum in acie instruenda sui cuiusque vocabuli imagines ostenduntur. »

38 Voir par ailleurs Végèce, Epit. 1, 20, 11 ; 2, 1, 2 ; 4, 14, 3 et suiv. ; 4, 16 ; 4, 21, 4 ; 4, 46, 5 (voir Fögen 2004), Ammien Marcellin 23, 4, 7, Celse, De med. 7, 19, 7 au sujet de l’instrument de chirurgie corvus et Pedanios Dioscurides, De mat. med. 4, 20, 1. Les remarques essentielles de Langslow (2000, p. 178-201) se réfèrent spécialement aux textes médicaux.

39 Pline l’Ancien, Nat. hist. 25, 5 et suiv. (Mithridatium), 25, 20 et suiv. (Britannica), 25, 65 (Eupatoria), 25, 70 (Clymenus a rege herba appellata est), 25, 71 (Gentiana), 25, 72 (Invenit et Lysimachus quae ab eo nomen retinet, celebrata Erasistrato). Voir aussi Nat. hist. 15, 51 : orbiculata [...] haec in Epiro primum provenisse argumento sunt Graeci, qui Epirotica vocant (d’une manière similaire Pedanios Dioscurides, De mat. med. 1, 115, 4) ; voir Pedanios Dioscurides, De mat. med. 1, 71, 3 au sujet du nom Κολοφωνία pour une sorte de résine (colophane), qui probablement a été importée de Colophon, et 3, 3, 1 au sujet de la gentiane : γεντιανή· δοκεῖ μὲν ὑπὸ πρώτου εὑρῆσθαι Γέντιδος, τοῦ Ἰλλυριῶν βασιλέως, ἀϕ’ οὗ καὶ τὴν προσωνυμίαν ἔσχηκεν, ainsi que 3, 23, 6 ; 3, 26 ; 3, 51, 1 ; 4, 153, 4, 162, 1 et 5, 96, 1.

40 Voir Vaahtera (1998, p. 147-165, 172 et suiv., 179-183), Fögen (2000, p. 180-220) et Fögen (2005).

41 Voir Kircher (1988), Flobert (1989, p. 749-752), Vaahtera (1998, p. 60-93), et aussi Schöpsdau (1992, spécialement p. 121 et suiv.) et Robins (2000, p. 62-64). Les témoignages des grammairiens de l’Antiquité tardive au sujet des mots composés sont recueillis et étudiés par Lindner (2002, p. 179-210).

42 Au sujet du rôle de la formation des mots chez Varron, voir l’aperçu le plus récent chez Robins (2000, p. 60-62), l’étude plus détaillée de Flobert (1989, p. 741-748) et surtout Vaahtera (1998, p. 115-146), avec une bibliographie abondante.

Notes de fin

1 Texte traduit en français par l’auteur. Nous remercions vivement Roger Sauter et Barbara Kaltz qui ont bien voulu se charger de la révision de la traduction.

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site