Version classiqueVersion mobile

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

De Platon aux grammairiens : regards grecs sur la structure des mots non simples

Jean Lallot

Texte intégral

Premières intuitions sur la complexité des signifiants linguistiques

1Ce n’est pas un hasard si, en Occident, les Grecs ont inventé la grammaire : ils ont manifestement été fascinés par le langage, dans lequel ils ont reconnu un merveilleux dispositif capable de représenter le monde, de signifier l’être par des sons vocaux, puis par des mots écrits.

2Si fascination il y a eu, elle n’a pas abouti à confiner les Grecs dans une attitude d’admiration passive. Bien au contraire, leur intérêt pour le langage a induit chez eux toute une gamme de démarches créatives. Sans prétendre en donner ainsi une liste exhaustive, on peut en signaler quelques-unes qui ne sont pas sans intérêt pour le sujet traité.

  1. Les mots qui disent l’être, en particulier les noms – noms communs et noms propres –, sont des instruments sémantiques remarquablement bien faits. Si on les regarde de près, on s’aperçoit à quel point ils disent bien ce qu’ils ont à dire. Ainsi les poètes s’attardent-ils volontiers à mettre en évidence ce que les noms, par leur matérialité phonique, peuvent nous apprendre sur ce (celui) qu’ils désignent. Suivant le modèle d’Homère qui lit dans le nom d’Ulysse (Ὀδυσσεύς) celui d’un héros souffrant et persécuté (rapproché, dans l’Odyssée I. v. 55-62, de δύστηνος « malheureux », ὀδυρόμενος « gémissant », ὠδύσαο « [Zeus, tu l’] as poursuivi de ta haine »), Eschyle ne manque pas une occasion de souligner l’éponymie, c’est-à-dire l’exactitude descriptive, de noms comme celui d’Hélène, d’Apollon, de Polynice, de la Justice personnifiée (Δίκη), etc. La démarche est toujours la même : elle consiste à retrouver dans le nom, manipulé avec plus ou moins de liberté sinon de désinvolture, des segments « parlants » – par exemple Hélène (Ἑλένα) est celle qui a détruit (έλε-) les navires (ναῦς). Il s’agit en gros de ce que les savants modernes ont appelé « étymologie populaire », et qui n’est autre à leurs yeux qu’une étymologie « sauvage ».
  2. Platon, dans le Cratyle, affronte à son tour le problème de la justesse des noms, ὀρθότης τῶν ὀνομάτων. Techniquement parlant, sa démarche est la même que celle des poètes : faire parler les noms… par tous les moyens, pour savoir s’ils disent bien la vérité sur les êtres et les choses. Si nous laissons de côté ici, comme étant hors de notre propos, la question philosophique de l’origine – naturelle ou conventionnelle – du langage, nous retiendrons que la pratique étymologique du Cratyle fait place, à côté de décompositions hautement fantaisistes, à des observations parfaitement justes sur la structure de certains mots. Ceux qui se prêtent par excellence à ces observations sont les mots composés, nombreux dans l’onomastique, dont les éléments composants sont en général aisément reconnaissables dans la composition. Ainsi en va-t-il de Polynice, clairement constitué de πολυ- « beaucoup » et de νεῖκος « conflit », correctement déchiffré par Eschyle et salué comme nom véridique de l’adversaire irréconciliable de son frère et de sa cité, ou, chez Platon d’Astyanax, « prince (ἄναξ) de la cité (ἄστυ) », nom excellent pour désigner un roi. Cette grande lisibilité des composés, qui va de pair avec la productivité synchronique du procédé de la composition, constitue donc, dès avant l’existence d’une discipline proprement grammaticale, un acquis solide de la tradition en matière d’analyse des mots complexes.
  3. Acquis précieux, mais dangereux à la fois, dans la mesure où il encourage l’analyste à chercher dans tout mot tant soit peu long – au moins disyllabique, a fortiori polysyllabique – le résultat d’une composition. C’est ici que, à nos yeux du moins, la technique cratylienne dérape. Ainsi, pour des mots tels que κακία ou δειλία (Cratyle, 415b-c), qui appartiennent à un grand paradigme dérivationnel d’abstraits en ια sur base adjectivale – κακός « méchant » → κακία « méchanceté », δειλός « lâche » → δειλία « lâcheté » –, le Socrate du Cratyle n’hésite pas à proposer une analyse compositionnelle, au demeurant différente dans chaque cas : δειλία est décomposé en δει(ι) + λίαν et interprété comme ce qui lie (δεῖν « lier ») fortement (λίαν « beaucoup »), la lâcheté étant conçue comme une puissante entrave à l’exercice de la volonté, tandis que κακία, décomposé en κακ-ία est censé signifier ce qui va (ἰέναι « aller ») mal (κακῶς « mal »). L’idée sous-jacente à de telles analyses – exposée en 387c – est que, par principe, tout nom (ὄνομα) doit recouvrir, moyennant des modifications phonétiques non réglées, un énoncé (λόγος) qui dit quelque chose de vrai sur le designatum. Or un λόγος, au sens qu’il faut donner ici à ce terme, se compose au minimum de deux constituants lexicaux. On voit d’après les exemples donnés que l’application systématique de pareille théorie conduit à un brouillage total de la distinction, pour nous capitale, entre composition et dérivation1. Ce n’est donc pas a priori une piste méthodologiquement très prometteuse pour l’analyse des mots complexes que trace le Socrate du Cratyle. Trouverons-nous mieux chez Aristote ?

Aristote

3Comme souvent lorsqu’on s’intéresse à l’analyse linguistique d’Aristote, c’est à deux textes principalement qu’il convient de s’adresser : aux chapitres 20-22 de la Poétique, et aux cinq premiers chapitres du De interpretatione. Nous trouvons effectivement là matière à réflexion pour le sujet que nous traitons.

  • 2 Lui-même parle, dans la Poétique, des « parties de l’expression » (τῆς λέξεως τὰ μέρη), ce qui n’é (...)

4Nous sommes très loin ici des spéculations étymologiques cratyliennes, auxquelles le Stagirite ne semble pas s’être spécialement intéressé. Dans les deux textes signalés, Aristote jette les bases de l’analyse du langage en parties du discours2. Reprenant l’analyse fondatrice de Platon, dans le Sophiste (262), il dégage deux constituants fondamentaux de l’énoncé (λόγος), le nom (ὄνομα) et le verbe (ῥῆμα), le second se distinguant du premier par sa capacité à exprimer le temps. À ce trait distinctif près, nom et verbe reçoivent la même définition : ce sont des entités langagières « signifiantes composées dont aucune partie n’est signifiante par elle-même » (Po. 20, 1457a 11 et 15 ; De int. 2, 16a 20 et 3, 16b 6). Cette définition, dont chaque mot est pesé, intéresse directement notre propos :

  • « composées » oppose au phonème-lettre, l’élément simple du langage, toute unité de dimension supérieure à un phonème, de la syllabe à l’énoncé ;
  • « signifiantes » est le trait qui distingue les unités supérieures – nom, verbe, flexion nominale ou verbale, énoncé – des unités inférieures – syllabe, conjonction, articulation – ; « signifiant » (σημαντικός) est plutôt à prendre ici au sens de « porteur d’un signifié lexical », noms et verbes, etc., s’opposant par là aussi bien à la syllabe (pour nous vraiment non signifiante) qu’à des mots-outils (porteurs de signifiés grammaticaux) ;
  • dont aucune partie n’est signifiante par elle-même, (ou : « séparément », κεχωρισμένον) permet de distinguer les unités sémantiquement simples – en gros les mots porteurs d’une signification lexicale – des ensembles construits dont elles sont les constituants – par excellence le λόγος, défini comme incluant des parties signifiantes par elles-mêmes (Po. 20, 1457a 24 ; De int. 4, 16b 26).

5C’est à propos de ce dernier critère qu’Aristote rencontre les composés nominaux, qu’il appelle « noms doubles » (διπλᾶ). Le problème se pose en effet de décider si un composé limpide, comme Κάλλιππος, où le premier venu reconnaît d’emblée un constituant καλ-, identifiable au nom (adjectif) καλός « beau », et un constituant -ιππος, identifiable au nom (substantif) ἵππος « cheval », est à ranger du côté des noms ou relève déjà du λόγος. Aristote tranche catégoriquement : « dans Κάλλιππος, -ιππος ne signifie rien par lui-même, comme il le fait dans καλὸς ἵππος [beau cheval] » (De int. 2, 16a 21).

6Nous nous contenterons pour le moment de prendre acte de cette décision et de cette explication, en notant le contexte dans lequel apparaît le mot composé : celui de la complexité ou de la simplicité sémantique d’un segment linguistique. Nous retrouverons cette problématique chez les grammairiens.

7Toujours dans la Poétique, au début du chapitre XXI (1457a 31), Aristote esquisse un classement, formel cette fois, des noms en simples et doubles (éventuellement même triples et quadruples), les noms doubles étant à leur tour subdivisés en deux classes selon que l’un de leurs constituants est ou non dépourvu de signification (ἄσημος). Le nom de la « terre », en grec le monosyllabe γῆ, sert d’exemple pour les noms simples ; pour les doubles, le texte ne comporte pas d’exemples, mais on ne risque guère de se tromper en suggérant que Κάλλιππος, déjà cité, serait un bon exemple de nom double à deux parties signifiantes, tandis que ἔϕιππος « à cheval », avec son premier élément ἐπ-prépositionnel, illustrerait bien la sous-classe des noms doubles à une seule partie signifiante. De cette taxinomie fort pertinente, Aristote ne tire rien de spécial : dans le contexte particulier de la Poétique, il se contente de mentionner un peu plus loin (22, 1459a 5 et 9) des principes de bon usage des noms composés dans l’écriture poétique. Prenons acte, ici encore, de ces premiers pas aristotéliciens dans la classification formelle des noms, simples et composés ; nous allons examiner ce que les grammairiens en ont retenu dans leur traitement de la question.

8Mais avant de quitter Aristote, nous devons encore relever un élément important de sa description des parties du discours : l’introduction, à côté du nom et du verbe, de leur « flexion » (forme fléchie), πτῶσις ὀνόματος / ῥήματος, comme partie de l’expression (Po. 1458b 21 et 1457a 18 ; voir De int. 16a 32 et b 16) distincte. Πτῶσις (traduit en latin casus, en français « cas ») apparaît pour la première fois chez Aristote. La motivation première de ce terme, qui signifie proprement « chute », n’est pas assurée. Aristote l’applique aux formes, nominales ou verbales, qui s’écartent – morphologiquement et fonctionnellement – d’une forme considérée comme forme de base : sont ainsi des πτώσεις, face à l’indicatif présent ὑγιαίνει « est en bonne santé », le futur ὑγιανεῖ « sera en bonne santé », ou, face au nominatif Φίλων « Philon », le génitif Φίλωνος « de Philon ». Aristote désigne aussi comme πτῶσις l’adverbe en -ως dérivé d’adjectif, par exemple δικαίως dérivé de δίκαιος. Quoi qu’il en soit du destin ultérieur de πτῶσις dans le vocabulaire grammatical, il importe de noter que l’introduction de ce terme manifeste l’attention portée par Aristote aux phénomènes que nous classons, selon le cas, dans la flexion ou dans la dérivation. Au sujet de cette dernière, il faut rappeler ici qu’elle a été observée au moins dès le ve siècle, puisqu’elle est mentionnée déjà chez Eschyle, sous le nom de « paronymie », littéralement « appellation voisine » : parlant de Φοῖβος, l’auteur des Euménides dit (v. 8) qu’il « a un nom paronyme de Phoibè » (Φοίβης ὄνομ’ ἔχει παρώνυμον). C’est pourtant Aristote, encore lui, qui donnera à la paronymie ses lettres de noblesse en la définissant, après l’homonymie et la synonymie, dans le premier chapitre des Catégories (1a 12). Voici sa définition :

Sont dites paronymes les [entités] qui tirent de quelque autre (ἀπό τινος), avec différenciation flexionnelle (διαφέροντα τῇ πτώσει), la désignation qui fournit leur nom ; par exemple, de la grammaire est tiré le grammairien, et du courage le courageux.

  • 3 Voir le commentaire d’Ackrill (1963, p. 72).

9Malgré les apparences, le contenu de ce texte n’est pas, ou n’est pas principalement grammatical3. Il est cependant important pour le grammairien dans la mesure où il fait fond sur le constat qu’il y a dans la langue (grecque) certaines désignations génétiquement apparentées à d’autres et qui s’en différencient par la πτῶσις, le segment final du nom. Il est clair qu’on a ici en germe la base d’une théorie de la dérivation.

10Après avoir un peu longuement insisté sur les amorces pré-grammaticales de la théorie de mots qu’à un titre ou à un autre on peut considérer comme non simples, je passerai rapidement sur les taxinomies techniques des grammairiens grecs en la matière, pour privilégier l’examen critique de certaines difficultés, ou imprécisions théoriques, auxquelles un moderne est sensible quand il lit leurs travaux.

Les mots complexes dans la Technè (aperçu)

11Les mots non simples de la langue grecque sont décrits explicitement comme tels sous les rubriques de deux accidents (παρεπόμενα) observables dans les noms, et, à un moindre degré, dans les verbes, les adverbes. Ces accidents, qui sont mis sur le même plan que le genre, le nombre, la personne, etc., sont les suivants :

  1. L’espèce (εἶδος) permet d’opposer le primaire (πρωτότυπον, littéralement « de première frappe ») et le dérivé (παράγωγον, littéralement « tiré de côté »), illustrés par le couple Γῆ « Terre » – Γαιήϊος « né de la Terre ». Voici donc, très tôt mise en place dans l’histoire de la grammaire occidentale, une distinction qui a traversé les siècles et, semble-t-il, se porte encore très bien. Les deux espèces s’opposent, selon la Technè qui ne s’explique pas davantage à leur sujet, parce que, dans le cas du primaire, on a affaire à un mot dont la forme renvoie à « l’institution première » (τὸ κατὰ τὴν πρώτην θέσιν λεχθέν), tandis que le dérivé est celui « qui tient son origine d’un autre » (τὸ ἀϕ’ ἑτέρου τὴν γένεσιν ἐσχηκός). La Technè recense ensuite sept variétés de noms dérivés, dont cinq présentent, outre des morphèmes de dérivation remarquables, une spécificité sémantique : patronymique, possessif, comparatif, superlatif, diminutif. Les deux derniers, respectivement le paronyme et le verbal, n’ont chacun en propre qu’une caractéristique morphologique : le fait que leur base est nominale pour le premier, verbale pour le second.
  2. La figure (σχῆμα) est l’accident selon lequel un nom est soit simple (ἁπλοῦν), soit composé (σύνθετον), soit dérivé de composé (παρασύνθετον).

12On se reportera, dans le présent volume, à la contribution de Stefanos Matthaios pour une présentation détaillée du traitement de l’espèce et de la figure dans la Technè. Je me contenterai d’attirer l’attention sur la filiation aristotélicienne tant des dérivés (voir le paronyme des Catégories, terme qui se retrouve pour désigner une sous-classe de dérivés) que des composés (voir les noms doubles ou multiples de la Poétique), tout en soulignant le progrès remarquable dans la technicité de la description, dont on peut voir un signe dans la prolifération des sous-classes.

  • La Technè présente encore un domaine où le grammairien grec rencontre des mots non simples : celui des prépositions. Il entre en effet dans la définition de la préposition dans la grammaire alexandrine qu’elle peut se préposer à toutes les parties du discours « à la fois en composition (συνθέσει) et en construction (συντάξει) ». Ce trait définitoire, qui permet d’isoler sans hésitation les dix-huit prépositions du grec ancien, suppose, pour être opératoire, que le grammairien sache établir, pour chaque contexte dans lequel elle peut apparaître, si une séquence phonique telle que [paranomon] doit s’analyser comme une forme du composé παράνομος « illégal » ou comme un syntagme construit associant la préposition παρά juxtaposée au nom νόμος « loi ». De ce savoir-faire, et de la doctrine de la composition qu’il présuppose, la Technè ne dit rien. Apollonius au contraire, au livre IV de sa Syntaxe, consacré aux prépositions, apporte à ce sujet des éléments décisifs.

Apollonius Dyscole aux prises avec les mots complexes : quelques remarques

Qu’est-ce qu’un composé prépositionnel ?
quels sont les critères de la composition ?

13Reprenons le terme παράνομος, ou plutôt, pour nous rapprocher des conditions réelles de l’expérimentation, πapanomon non accentué tel qu’on peut le rencontrer dans un manuscrit préalexandrin : est-ce un composé (un seul mot) ou un juxtaposé (syntagme Prép. + N) ? Précisons d’abord que les manuscrits grecs, écrits sans espace entre les mots (scriptio continua), ne fournissent pas par eux-mêmes de réponse à cette question. Une solution peut en revanche venir d’une lecture à haute voix du texte où figure la séquence problématique. Si cette lecture – impliquant que le lecteur a une intelligence correcte du passage – conduit à accentuer [paranómon], avec l’accent de νόμος maintenu en place, alors on a affaire à deux mots en juxtaposition ; si au contraire la lecture dégage une prononciation proparoxytone [paranómon], alors cette remontée de l’accent dénonce la composition : c’est en effet une tendance assez générale des composés grecs de présenter une accentuation plus à gauche que celle de son deuxième composant. En outre, quand les deux constituants sont toniques à l’état libre, le composé se signale par la réduction de deux accents à un seul : c’est ainsi qu’au syntagme Διὶ φίλος « cher à Zeus » s’oppose l’anthroponyme Δίφιλος. Déplacement et réduction accentuels constituent donc un premier critère de la composition.

14Il est pourtant des cas où ce critère n’est pas opérationnel. Ainsi la séquence ΠΑΡΑΝΟΜΟΥ, à cause de la quantité vocalique longue de la finale, ne connaît qu’une accentuation possible [paranómon] – la préposition παρά, proclitique, n’ayant pas d’accent propre. Apollonius propose ici un test discriminant, celui de l’insertion d’un article : si le passage correctement compris autorise l’insertion de l’article défini τοῦ entre παρά et νόμου, c’est qu’on a affaire à une juxtaposition, s’il ne l’autorise pas, alors παρανόμου est un composé. C’est ici le trait quasi définitionnel du composé comme séquence insécable, autrement dit comme mot unique, qui est mis en évidence par la procédure de test.

15Ainsi se dessine, au fil des pages d’Apollonius, une appréhension du mot composé comme séquence complexe unifiée, qui partage avec le mot simple deux traits essentiels définitoires du mot : l’insécabilité et le fait de porter un accent unique.

La sémantique des composés

16Les caractéristiques formelles de la composition étant dégagées, la question se pose de savoir si le grammairien propose aussi une analyse interne, syntaxique et sémantique, des composés. Force est de constater que, de ce point de vue, le lexique grec des composés, riche, varié et vivant, ne donne pratiquement lieu à aucun effort d’interprétation. Autrement dit, l’identification d’un mot comme composé ne détermine pas chez le grammairien une démarche explicite d’examen des conditions dans lesquelles se constitue sa signification : tout se passe comme si, comme pour les mots simples, la connaissance du sens des composés reposait sur la pure empirie, aucun appel n’étant fait dans leur cas, consciemment ou inconsciemment, par les locuteurs ou les auditeurs, à une interprétation de leur structure formelle de composés. Il n’apparaît pas, par exemple, que, en face d’une formule iliadique comme μέγας κορυθαίολος Ἕκτωρ (par exemple Iliade, III, v. 324), quelqu’un comme Apollonius se soit senti tenu d’analyser, ni encore moins de théoriser l’analyse du composé κορυθαίολος : le lecteur d’Homère est supposé maîtriser immédiatement, et de la même façon, le sens de ce composé – quelque chose comme « dont le casque s’agite » ou « étincelle » – et celui du simple μέγας « grand ».

17Ce constat appelle toutefois deux correctifs :

  • Le premier peut précisément être exemplifié sur ΚΟΡΥΘΑΙΟΛΟΣ, dont l’accentuation faisait l’objet d’un débat entre les grammairiens : contre une accentuation proparoxytone κορυθαίολος, correspondant à un sens « dont le casque est étincelant », Hérodien (fils d’Apollonius et grand maître alexandrin de l’accentuation homérique) défendait l’accentuation paroxytons κορυθαιόλος, correspondant à une interprétation verbale du deuxième élément : « qui agite son casque » (Hérod. I, 228, 12). Le cas est doublement intéressant : il montre, d’une part, qu’Hérodien (entre autres) avait une interprétation syntaxique interne du composé – ce qui oblige donc à corriger ce que j’ai dit plus haut –, mais d’autre part, que ce genre de débat n’affleure que parce qu’il est corrélé à un problème philologique, on pourrait dire éditorial, d’accentuation. Nous touchons là du doigt une caractéristique capitale de la grammaire alexandrine comme grammaire ordonnée aux impératifs de la philologie – et généralement peu soucieuse de théoriser au-delà de ce que ces impératifs lui imposent. Vaste problème dans lequel il n’est pas question d’entrer maintenant.
  • Le deuxième correctif nous est suggéré par Apollonius lui-même. Traitant (Synt. II, § 161) de composés comme μισογυνής clairement interprété comme « qui hait (μισεῖν “haïr”) les femmes (γυνή “femme”), misogyne », Apollonius envisage le cas particulier du nom propre Ἀρίσταρχος, qui n’est autre que l’adjectif composé ἀρίσταρχος « excellent (ἄριστος) chef (voir ἀρχός) » employé comme anthroponyme. Aux yeux de certains, écrit Apollonius :

Ἀρίσταρχος et mots similaires, en tant que noms propres, ne figurent pas au nombre des composés parce qu’ils n’en ont pas le signifié (τὸ δηλούμενον).

18Nous entrevoyons ici un débat doctrinal : un mot morphologiquement composé est-il encore à répertorier comme composé quand, devenu un nom de personne à référence simple, il a tout perdu de sa signification complexe primitive ? Ce débat me paraît avoir des origines lointaines, et renvoyer en dernière analyse au texte d’Aristote (De int. 2, 16a 21), cité plus haut : « dans Κάλλιππος, -ιππος ne signifie rien par lui-même, comme il le fait dans καλὸς ἵππος “beau cheval” ».

19Ἀρίσταρχος n’est pas plus un « excellent chef » que Κάλλιππος n’est (ou n’a) un « beau cheval », et du coup le mot double est sémantiquement simple. À ce problème, Apollonius donne une solution claire et nette (loc. cit.) :

Pour ces mots-là, c’est la composition première qui fait loi (ἡ πρώτη σύνθεσις ἐπεκράτει), comme dans « ἀρίσταρχος Ζεύς » [« Zeus excellent-chef », Bacchylide], et non la transposition conventionnelle qui en a été faite ensuite (ἡ ἐξ ὑστέρου γενομένη συμβολικὴ μετάθεσις).

  • 4 Je reviens sur les enseignements de ce passage dans Lallot (2007).

20On peut comprendre que la démonstration faite sur ἀρίσταρχος a valeur générale, à savoir que tout composé, à l’origine, a un signifié complexe résultant d’une certaine combinaison du sens de ses éléments et est alors un composé au plein sens du terme. C’est seulement quand il fait l’objet d’une transposition conventionnelle (συμβολικὴ μετάθεσις), qui sans doute reproduit plus ou moins la forme « juridique » de l’institution première (πρώτη θέσις) d’un mot simple, que le composé, dépouillé de sa motivation originelle, fonctionne comme une désignation nominale simple. La discussion de l’exception, avec la solution retenue du problème qu’elle pose, nous informe indirectement sur la norme dont elle s’écarte : un composé morphologique est aussi un composé sémantique4.

Composé ou dérivé ?

21Ma dernière remarque – qui sera aussi ma conclusion – portera sur la délicate question que rencontre le grammairien en face de certains mots non simples : sont-ils des composés ou des dérivés ? Le Platon du Cratyle, préoccupé de « faire parler » les noms en dévoilant le logos qu’ils sont censés condenser, ne se posait même pas cette question, proposant par principe pour tout mot étudié une analyse compositionnelle. Au contraire, une fois que, suivant les vues novatrices d’Aristote dans ce domaine, les premiers grammairiens eurent distingué de manière ferme, sous le chef de l’espèce et de la figure, la dérivation de la composition, il était devenu difficile d’ignorer la question de la structure, dérivationnelle ou compositionnelle, d’un mot complexe.

22De fait, nous constatons sur un exemple, traité avec une minutie et une rigueur exemplaires, combien un grammairien comme Apollonius prenait cette question au sérieux. Dans le livre II de sa Syntaxe, qui traite du pronom, Apollonius consacre (§ 133-160) une étude approfondie à la composition pronominale, qui fournit, en grec comme dans beaucoup d’autres langues, l’expression du réfléchi (ἑ-αυτόν « lui-même ») et du réciproque (ἀλλ-ήλους « les uns les autres »). Au terme de cette étude, il se met en devoir de rendre compte du petit paradigme constitué par les trois formes ἡμεδαπός, ὑμεδαπός, ἀλλοδαπός, qui, bâties respectivement sur les pronoms de première et de deuxième personne du pluriel et, pour la troisième, sur le mot signifiant « autre », sont des adjectifs indiquant très précisément communauté (pour les deux premiers) ou différence (pour le troisième) d’appartenance ethnique ; on peut les traduire par : (quelqu’un) « de chez nous » / « de chez vous » / « d’un autre pays ». Cette valeur précise encourageait à faire l’hypothèse que la finale -δαπός, disyllabe d’allure peu canonique comme morphème dérivationnel, n’était autre en fait qu’un allomorphe compositionnel du substantif ἔδαφος, qui signifie « sol, territoire ». Cette hypothèse qui, en raison de sa plausibilité sémantique et de sa bonne qualité phonétique, devait, à n’en pas douter, avoir été adoptée par les meilleurs esprits, est magistralement réfutée par Apollonius. Voici le texte (Synt. II, § 163-165), que je cite in extenso (dans ma traduction de 1997) pour que rien ne disparaisse de la démarche méthodique du grammairien :

163. Ceci étant, la réfutation serait plus rigoureuse si l’on disait que les pronoms de première et de deuxième personnes n’entrent jamais en composition avec une autre partie de phrase, et les pronoms pluriels jamais [tout court]. Plutôt que des composés avec une autre partie de phrase, les pronoms donnent des dérivés, ainsi ἐμός [mon] dérive de ἐμοῦ [de moi (gén.)], νωίτερος [notre (à nous deux)] de νῶιν [de nous deux (gén.)], ἡμέτερος [notre] de ἡμῶν [de nous (gén.)]. Supposons en effet que [les mots en -δαπός] soient des composés : ils ne seront bien formés ni comme pronoms, ni comme noms. Car dans les composés, c’est la finale qui est prépondérante ; ainsi μισ-άνθρωπος [misanthrope] est un nom malgré la présence du verbe μισεῖν [haïr], εὐ-σεβῶ [je vénère] est un verbe bien qu’il contienne l’adverbe εὖ [bien], et pareillement χειρο-γραϕῶ [lit. : je manuscris], malgré la présence de χείρ [main]. On peut observer sur de tels ex emples que n’importe quelle partie de phrase (pouvant entrer en composition, s’entend) peut garder en composition l’identité qui était la sienne au simple – à l’exception de la préposition, mot qui pourtant figure dans d’innombrables composés, mais toujours à l’initiale : or ce n’est pas l’initiale qui est prépondérante. Si cela est vrai, comment ἡμεδαπός ne serait-il pas un nom, s’il contient ἔδαϕος [sol] ? Mais comment voir un nom dans [un mot] qui s’emploie à la place d’un nom ? Comment un nom peut-il exprimer la distinction entre des personnes déterminées ? Or nous disons bien ἡμεδαπός [de notre pays] et ὑμεδαπός [de votre pays], en recourant à des pronoms pour nous désigner nous-mêmes et ceux à qui nous nous adressons.

164. Mais, dira-t-on, il y a aussi prépondérance des morphèmes de dérivation : ὀψινός [tardif], dérivé de ὀψέ [tard (adv.)], n’est pas un adverbe ; ποιητής[poète], dérivé du verbe ποιῶ[je compose], est un nom. Ainsi, si ἡμεδαπός est un dérivé, on peut accorder que la forme totale est un nom. Voici ce que nous répondrons à cela. Ὀψινός a pris ses distances avec l’adverbe en admettant d’exprimer le cas et le genre et d’entrer en relation adjective avec un nom, et non plus avec un verbe : il y a une différence entre ὀψὲ ἦλθε [il est venu tard] et ὀψινὸς ὁ Διονύσιος ἦλθεν [litt. : Denys est venu tardif] ; quant à ποιητής [poète], il ignore toute flexion régulière qui lui permettrait d’exprimer l’actif et le passif, la distinction des personnes, la variation temporelle. Ἡμεδαπός, qui remplace, lui, un nom, continue à distinguer les personnes : il n’a donc pas pris ses distances avec ce qui est le propre [du pronom], et partant il ne les prendra pas non plus avec l’appellation de « pronom » – pour la même raison qui maintient ἡμέτερος [notre] parmi les pronoms, même si, à en juger d’après sa finale, ce dérivé devrait avoir statut de nom ; c’est qu’il conserve lui aussi tout ce qui fait un pronom.

165. Ce point étant démontré, les arguments énoncés plus haut concourront aussi au raisonnement, sans cependant être décisifs, comme on l’a dit ; il y a encore la graphie, dont le témoignage va contre la présence de ἔδαφος. L’interprétation erronée provient de la ressemblance qui existe entre le morphème de dérivation et la forme ἔδαφος. C’est là une illusion dont il y a une foule d’autres exemples : ainsi χαλκήρης[(garni) de bronze] ne comporte pas le [verbe] ἀρηρέναι [être ajusté], mais est formé comme < … > Φανίας, Ἀρχίας ou Γοργίας ; quant à μελιτηρόν (ἀγγεῖον) [(vase) pour le miel], il ne contient pas non plus le [verbe] τηρεῖν [con server], mais il vient du génitif μέλιτος[miel], comme δειματηρός [effrayant] vient de δείματος [gén. de δεῖμα « frayeur »], καματηρός [fatigant] de καμάτου [gén. de κάματος « fatigue »], ὀλισθηρός [glissant] de ὀλίσθου [gén. de ὄλισθος] ; on peut ici multiplier les exemples. De même donc que d’autres dérivations réalisent le signifié du mot dans lequel elles se transposent

– Κρονίδης [Cronide (dér. patronymique)] est le fils (υἱός) de Cronos, γοργότερος [plus-terrible (dér. comparatif)] est celui qui est terrible plus (μᾶλλον) qu’un autre, ou, parmi les adverbes, οἴκοθι [à la maison (adv. dér. inessif)] égale : dans (ἐν) la maison –, de même ἡμεδαπός, dérivé ethnique, a reçu, avec la dérivation, le signifié concordant avec celui du nom dans lequel il se transpose.

23Ce texte demande à être éclairé par des notes ; je renvoie, faute de pouvoir les reproduire ici, à celles de mon édition (Lallot 1997, vol. 2, p. 153-155). Quoi qu’il en soit d’éventuelles obscurités dans le détail de l’argumentation, il n’aura pas échappé au lecteur qu’un exemple comme celui-là montre excellemment, à lui seul, à quel point le maître alexandrin du iie siècle de notre ère maîtrisait la grande dichotomie entre composition et dérivation que la grammaire alexandrine avait mise en place pour décrire les mots non simples.

Bibliographie

Références

Sources primaires

Apollonii Dyscoli De constructione libri quattor (Synt.), Gustavus Uhlig éd., Leipzig, Teubner, 1910 (GrGr II 2).

Aristotelis De arte poetica liber (Po.), Rudolph Kassel éd., Oxford, Oxford University Press, 1965.

Aristotelis Categoriae (Cat.) et liber De Interpretatione (De int.), Lorenzo Minio-Paluello éd., Oxford, Oxford University Press, 1949.

Dionysii Thracis Ars grammatica (Technè), Gustavus Uhlig éd., Leipzig, Teubner, 1883 (GrGr I 1).

Grammatici Graeci (GrGr), 4 parties, 10 volumes, Leipzig, Teubner, 1867-1910.

Herodiani Prosodia catholica (Hérod.), August Lentz éd., Leipzig, Teubner, 1867 (GrGr III 1).

Platonis Cratylus, Ioannes Burnet éd., Oxford (Oxford Classical Texts), 1900.

Sources secondaires

Ackrill John Lloyd, 1963, Aristotle’s Categories and De interpretatione, translated with notes, Oxford, Clarendon Press.

Dupont-Roc Roselyne et Lallot Jean, 1980, Aristote. La Poétique, Paris, Seuil.

Ildefonse Frédérique et Lallot Jean, 2002, Aristote. Catégories, présentation, traduction et commentaires, Paris, Seuil.

Lallot Jean, 1997, Apollonius Dyscole. De la construction (syntaxe). vol. 1, Introduction, texte et traduction. vol. 2, Notes et index, Paris, Vrin (Histoire des doctrines de l’Antiquité classique 19).

―, 1998, La grammaire de Denys le Thrace. Traduite et annotée, 2e édition revue et augmentée, Paris, Éditions du CNRS.

―, 2007, « L’invention du nom propre dans la tradition grecque ancienne », Lalies, no 27.

Notes

1 On peut avoir à l’occasion l’impression que Platon n’est pas complètement asservi à sa théorie. Ainsi, mentionnant, à côté du nom d’Astyanax, celui de son père Hector, Ἕκτωρ, il se contente de rapprocher ce dernier du verbe ἔχειν « détenir, posséder », laissant de côté la syllabe -τωρ. Rien n’interdit de penser qu’implicitement Platon prenne acte de ce que son sentiment linguistique spontané devait lui indiquer : que τωρ est ici un morphème de nom d’agent, ἕκτωρ signifiant ainsi « celui qui détient (le pouvoir) », ce qui fait de ce mot, comme d’Astyanax, un excellent nom de roi. Quoi qu’il en soit de la plausibilité de cette supposition, l’important à noter dans le cadre de cette étude est que, ni ici ni ailleurs dans le Cratyle, il n’est explicitement question de pareille analyse.

2 Lui-même parle, dans la Poétique, des « parties de l’expression » (τῆς λέξεως τὰ μέρη), ce qui n’équivaut pas à « parties du discours (ou : de la phrase) » – les μέρη τοῦ λόγου des grammairiens. Sur la distinction, qui ne nous importe pas ici, voir Dupont-Roc et Lallot (1980, p. 314 et suiv.).

3 Voir le commentaire d’Ackrill (1963, p. 72).

4 Je reviens sur les enseignements de ce passage dans Lallot (2007).

Auteur

UMR 7597 CNRS

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search