Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant, le langage et le pouvoir

 | 
Pierre-Louis Reymond

Chapitre 3

La 7e Nuit du Livre du plaisir partagé en amitié : de l’usage nécessaire du fait rhétorique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ici a lieu un débat de fond. Si l’enjeu apparent en est la place de l’éloquence, autrement dit la place de l’instrument d’une parole qui doit retentir, qui doit être entendue, tout autant formulée élégamment que simplement, c’est donc, de façon plus ciblée, qu’il est question de la place de la parole du savant dans les milieux du pouvoir. L’enjeu est grand : c’est celui de ne pas se méprendre sur le rôle essentiel que doit jouer une notion fondatrice de la culture arabe classique, et dont la traduction française par le terme de « rhétorique » ne rend qu’imparfaitement compte de son statut à l’époque. Ce terme, on le sait, peut avoir une signification « technique », relative à un domaine spécialisé, donc désigner la rhétorique comme science. Mais il recouvre également une signification beaucoup plus large en référant à l’art de s’exprimer. C’est dans ce sens général que Tawḥīdī, comme les auteurs de son époque, utilise le terme balāġa : ils associent la fonction du secrétaire littéra...

© ENS Éditions, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540