Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur les mots non simples

 | 
Barbara Kaltz

Les mots non simples dans la tradition indienne pāṇinéenne

Sylvain Brocquet

Texte intégral

  • 1 On trouvera une présentation à la fois succincte et complète de la tradition pāṇinéenne dans Pinaul (...)
  • 2 Conformément à un usage bien établi, le nom ini et l’expression « grammaire pāṇinéenne » renvoie (...)

1Avant d’aborder le problème spécifique du « mot non simple », il convient de présenter une brève situation historique de la tradition grammaticale pāṇinéenne1. On considère généralement que Pāṇini vécut au Gāndhāra, dans le nord-ouest de la péninsule indienne, entre le vie et le ive siècle avant J.-C. (les thèses sur ce point varient). C’était un pandit, c’est-à-dire un brahmane « savant », spécialisé dans l’étude du Veda, vaste corpus d’hymnes accompagnant les sacrifices et de commentaires exégétiques, transmis oralement de maître à disciple au sein des familles de prêtres héréditaires, et dont les débuts remontent vraisemblablement au milieu du second millénaire avant J.-C. La grammaire de Pāṇini se présente comme un ensemble de règles (lakaa), condensées jusqu’à l’aphorisme (sūtra), prescrivant les opérations nécessaires à la formation d’énoncés corrects, c’est-à-dire en accord avec l’usage des brahmanes habitant le pays ārya (āryavarta). C’est une grammaire qui se veut descriptive et explicative de cet usage correct, et non pas prescriptive. Cependant, il en sera fait un usage largement normatif : elle apparaît comme une entreprise de normalisation linguistique, survenue à un moment où, en raison des différenciations dialectales, la maîtrise du parler correct risquait d’échapper à l’élite brahmanique, dépositaire du Veda. L’œuvre de Pāṇini, qui s’adresse à des brahmanes ayant déjà acquis la connaissance des textes védiques et de leur langue, devient le manuel de référence de ce qu’on appellera le « sanskrit », sasktā bhāā, expression signifiant « langue purifiée », « langue parfaite », et le fondement du sanskrit dit « classique », destiné à être employé pendant plus de deux millénaires sans variations majeures. La grammaire de Pāṇini est intégrée au Veda, avec le titre de « Veda annexe » (Vedāga). Il faut noter qu’elle n’est accessible qu’à travers la médiation de commentaires – les premiers commentateurs faisant autorité (Kātyāyana et Patañjali : iiie siècle avant J.-C. ?)2.

  • 3 On remarquera que ce même terme désigne également les prescriptions rituelles.

2L’expression « mots non simples » pose une première question : la grammaire de Pāṇini possède-t-elle une catégorie correspondant à celle du « mot » ? La seule unité signifiante réelle reconnue par Pāṇini est l’« énoncé », ou « phrase » : vākya – le critère employé étant celui de l’autonomie sémantique. La grammaire pāṇinéenne est une grammaire générative prescrivant les opérations transformatives (vidhi)3 permettant la formation des vākya à partir du matériel lexical de la langue. Cependant, il n’existe pas, chez Pāṇini, d’opposition entre syntaxe et morphologie : la génération de l’énoncé est pensée comme un processus morphologique de dérivation, comparable à la dérivation des unités inférieures. La phrase (vākya) est dérivée des mots (pada) en lesquels elle se décompose, unités plus petites et non autonomes, tout comme ceux-ci se décomposent en unités inférieures (que nous appellerions « morphèmes » : voir infra) : l’assemblage des mots dans la phrase et celui des morphèmes dans le mot ne sont pas envisagés comme des modalités génératives différentes. On notera que Pāṇini reconnaît deux grands types de pada : les subanta (à finale -sup), ou nāman (noms), et les tianta (à finale -ti), ou ākhyāta (formes personnelles) – les invariants (avyaya), quant à eux, sont conçus comme une modalité particulière des subanta, à désinence amuïe.

3Une fois repérée la catégorie du mot (pada), il devient possible d’envisager la question des « mots non simples » : l’expression présuppose une opposition fondamentale entre « mots simples » et « mots non simples », les seconds se définissant négativement par rapport aux premiers. La question est donc double : (1) Cette opposition est-elle pertinente dans la grammaire pāṇinéenne ? (2) Si la réponse s’avère positive, quelle est alors la ligne de partage que reconnaît la perspective indienne ? Et quelle division impose-t-elle au lexique ?

  • 4 Le terme kdanta signifie exactement : « à finale -k», c’est-à-dire « facteur de l’action » (c’e (...)
  • 5 C’est-à-dire « à finale taddhita » (voir infra, la seconde partie de l’étude).
  • 6 Les exemples et leur glose sont pour la plupart tirés de Filliozat (1988, p. 145-170), et parfois d (...)

4L’étude s’articulera autour de trois moments. On verra, tout d’abord, que l’analyse du mot en constituants plus petits, ou morphèmes, fait apparaître une ligne de partage entre deux ensembles de « dérivés » : d’une part les dérivés « primaires » (kdanta)4, d’autre part les dérivés « secondaires » (taddhitānta)5 et les composés (samāsa) ; ces deux catégories de composés possèdent en commun une caractéristique majeure : les uns et les autres sont dérivés d’une phrase (vākya), pour laquelle le locuteur a la liberté d’opter. On examinera ensuite successivement ces deux modalités du mot complexe, le taddhitānta et le samāsa6.

L’analyse du mot : dérivés primaires et dérivés secondaires

5Le mot (pada) s’analyse à son tour en constituants inférieurs, éléments signifiants irréductibles (les unités plus petites que ces dernières relèvent de la phonologie), isolés par l’application de l’anvaya-vyatireka (conséquence-opposition), jeu de suppressions et d’additions qui permet de repérer des correspondances régulières entre sens et formes minimales : il est composé d’une base (prakti) à laquelle s’ajoute un suffixe (pratyaya). Les désinences personnelles ou nominales (vibhakti), qui ont pour fonction de signifier les relations entre les mots dans la phrase, sont un cas particulier de suffixe. On posera donc : pada (mot) = prakti (base) + pratyaya (suffixe).

  • 7 Il en existe environ 2 000, recensées dans des listes apprises par cœur, les dhātupāha.

6La prakti peut être de deux sortes : 1) une racine verbale (dhātu)7 ou 2) un thème nominal dérivé (prātipadika).

    • 8 Par convention, les racines sont translittérées en majuscules.
    • 9 Les verbes dénominatifs appartiennent à cette catégorie : les bases nominales dont ils sont dérivés (...)

    Des racines, sont dérivées les formes personnelles des verbes, mais aussi des dérivés nominaux primaires : par exemple, de la racine8 PAC-, « cuire », est dérivé le présent pacati « il cuit », aussi bien que le nom d’action masculin pāka- « cuisson », etc.9 Les suffixes qui permettent la dérivation de thèmes nominaux à partir d’une racine sont appelés kt, et les dérivés nominaux, kdanta « qui se terminent par k» ; ce terme désigne donc les dérivés nominaux primaires. Ce type de dérivation n’est pas décrit comme la transformation d’un syntagme (vākya), et il n’existe donc pas de syntagme analytique alternatif pour lequel le locuteur puisse opter ; les commentaires gloseront de tels dérivés au moyen de synonymes.

    • 10 Appelé aussi vigrahavākya : « énoncé de séparation ».

    À partir d’un prātipadika (lui-même primaire ou secondaire), sont dérivés des thèmes nominaux secondaires. Les suffixes qui permettent ce type de dérivation sont appelés taddhita, et les dérivés, taddhitānta, littéralement « qui se terminent par taddhita » : ce terme peut donc être traduit par « dérivés secondaires ». Ce type de dérivation est conçu comme la transformation d’un syntagme composé de mots fléchis (vākya)10. Le prātipadika complexe qui résulte de ce processus transformatif s’oppose au vākya en ce qu’il constitue un pada – donc une unité lexicale – unique, tandis que le vākya est composé de plusieurs pada distincts.

  • 11 On verra, en effet, qu’il existe quelques cas (explicables par la diachronie) pour lesquels le déri (...)
  • 12 Il est intéressant de remarquer que cette équivalence est exploitée à des fins métalinguistiques : (...)
  • 13 Littéralement « tournure » ; on pourrait le traduire par « transformation ».

7Son engendrement est donc structurellement comparable à celui des composés (samāsa), qui comportent plusieurs thèmes nominaux rassemblés, là aussi, en une seule unité lexicale. La différence entre dérivé secondaire et composé réside dans le fait que la transformation qui aboutit au premier efface tous les mots du syntagme-base sauf le premier (les autres étant remplacés par un suffixe), tandis que celle qui préside à l’engendrement du second en conserve tous les mots, qui ne perdent que leur désinence. Mais l’un et autre ont en commun le fait qu’ils reposent sur un syntagme analytique dont ils sont issus par transformation, et qui constitue toujours – ou presque toujours11 – une alternative pour le locuteur ; ce syntagme est en effet un équivalent sémantique du mot complexe12. Le concept de vtti traduit l’unité du composé et du dérivé secondaire : le terme vtti13 désigne la transformation d’un énoncé composé de plusieurs mots en un seul mot plus long. Il correspond donc à la « complexité » que l’on cherche à identifier dans le cadre théorique indien. Le samāsa et le taddhitānta sont deux subdivisions de cette catégorie, deux modalités de la complexité.

  • 14 Littéralement « fait de prendre un seul sens ».
  • 15 L’Aṣṭādhyāyī, la grammaire de Pāṇini, comporte huit chapitres, chacun divisé en quatre sections dan (...)
  • 16 Cette notion porte le nom de samudāyaśakti : « pouvoir [sémantique] de l’ensemble ».

8La grammaire indienne s’est intéressée de très près à la nature de la transformation, et à ce qui la rend possible. Dans le vākya, chaque pada nomme son objet, tandis que les désinences indiquent les relations qui les unissent. En effet, les mots fléchis expriment simultanément leur sens propre et leurs relations mutuelles par leurs désinences. Chaque pada possède donc un sens indépendant, en même temps que l’ensemble présente une unité de sens : la « corrélation sémantico-syntactique » (sāmarthya), qui repose sur la connexion mutuelle des mots (vyapekā) par le besoin de complément, la proximité, l’aptitude. Il y a donc unification du sens (ekārthībhāva)14 : des mots qui possèdent chacun un sens individuel prennent le sens de l’ensemble quand ils sont joints. La transformation d’un énoncé en un mot unique présuppose ce sāmarthya ; c’est ce qu’exprime le sūtra 2.1.1 de l’Aṣṭādhyāyī 15 : samartha padavidhi, « une opération transformative portant sur des mots [s’applique à des mots] en relation sémantico-syntactique ». Ainsi, les éléments composant le mot unique, dérivé secondaire ou composé, qui résulte de la transformation d’un énoncé, ne possèdent plus de sens indépendant. Ils sont réduits à un seul pada, plus long, qui exprime l’ensemble16. Comme l’écrit Pierre Sylvain Filliozat, il y a « unification du sens de mots multiples en le sens d’un mot unique » (1988, p. 146).

9On voit donc se dessiner clairement une ligne de partage, que l’on décrira de la façon suivante :

  1. Les mots simples sont les dérivés primaires (verbaux ou nominaux, c’est-à-dire kdanta), qui ne résultent pas d’un processus transformationnel à partir d’un énoncé.

  2. Les mots complexes (ou non simples) regroupent dérivés nominaux secondaires (taddhitānta) et composés (samāsa), qui ont en commun d’être un mot unique résultant de la transformation d’un énoncé analytique (vigrahavākya) composé de plusieurs mots.

Le taddhitānta « dérivé secondaire »

  • 17 « Optionnellement », parce que le locuteur a le choix entre l’énoncé analytique (vākya) et le dériv (...)

10Rappelons que les dérivés taddhitānta sont les dérivés à suffixe taddhita : ce mot taddhita est le terme générique des suffixes qui génèrent des dérivés à partir d’une base constituée d’un syntagme de mots fléchis. Cet énoncé est transformé, par l’opération de dérivation, en une nouvelle unité lexicale. Dans l’équation ci-dessus (pada = prakti + pratyaya), la base est elle-même un dérivé nominal ; on peut donc poser : prakti = prātipadika. Le caractère spécifique du taddhitānta, qui le différencie du composé (samāsa) au sein de la catégorie de la vtti, est que seul est conservé, dans la forme dérivée, le premier mot (pada) de l’énoncé analytique (vigrahavākya) servant de base : le deuxième et les suivants sont remplacés par le suffixe (pratyaya), qui en exprime le sens. Ce processus est explicité par la règle du sūtra 4.1.82 samarthānā prathamād vā : « [Le suffixe est introduit] optionnellement17 après le premier des [mots] en relation [syntactico]-sémantique ».

11On donnera trois exemples de dérivation à partir d’un énoncé.

  • 18 Le suffixe est mentionné une fois pour toutes au sūtra 83 : il est mis « en facteur commun » à une (...)

12Exemple 1 : sūtra 4.1.92 tasyāpatyam [a]18 « [le suffixe -a s’emploie pour signifier] « la descendance d’Untel ». Le processus s’accomplit en trois étapes :

  1. La forme tasya est le génitif de tad-(pronom anaphorique neutre), qui désigne la variable représentant le premier pada du vigrahavākya. Ici, cette variable reçoit la 6e désinence (génitif), parce que dans la séquence équivalente, le premier pada porte la 6e désinence.

  2. Le suffixe -a remplace le second pada de la séquence-base, qui est apatyam (descendance), et dont il véhicule le sens. Dans le dérivé, il y a amuïssement de la désinence. Par ailleurs, le suffixe comporte deux composantes :

    • -a-est le suffixe « réél », c’est-à-dire le matériau morpho-phonologique servant à créer la finale ;

    • - est un exposant, ou marqueur, qui ne représente pas un phonème, mais indique une ration que subit la base ; en l’occurrence, la vddhi (degré long) de la syllabe initiale du premier pada de la séquence-base.

  1. Nouvelle unité lexicale, le dérivé reçoit une nouvelle désinence (vibhakti) exprimant sa relation aux autres mots de la phrase où il est inséré. En remplaçant la variable tad-par le nom upagu-, on obtient la dérivation suivante : upagor apatyam > aupagava « descendant d’Upagu ».

13On décomposera la dérivation en reprenant chacune des étapes ci- dessus :

  1. tad- : tasya = upagu-as (thème upagu- suivi de la 6e désinence, -as), qui, en vertu des règles morphophonologiques, prend la forme actuelle upagos (génitif de upagu-).

  2. -a remplace apatyam. Corrélativement, la désinence de upagos s’amuït ; on a donc upagu-. Une règle prescrit, pour la base à laquelle s’ajoute ce suffixe, le gua (degré plein) de la syllabe présuffixale, qui sera ainsi -o-(devant consonne) / -av-(devant voyelle). Enfin, le suffixe -a contient le morphème -a-, et le marqueur - qui indique le degré long de la syllabe initiale : on obtient donc le thème aupagava-.

  3. Ce thème reçoit une nouvelle désinence, qui assure son insertion dans la phrase : avec la première désinence (nominatif), on aboutit ainsi à aupagava.

14Il est possible de formaliser ce processus de la façon suivante : upagor apatyam > upagor-a > upagu-a > upaga-a > aupagava- > aupagava. On peut se livrer à la même opération avec le nom raghu- : raghor apatyam > rāghava « descendant de Raghu [c’est-à-dire Rāma] » : raghor apatyam > raghor-a > raghu-a > raghav-a > rāghava- > rāghava.

15Exemple 2 : sūtra 4.2.59 tad adhīte tad veda « il étudie cela, il connaît cela » : ce sūtra se rapporte au même suffixe -a, qui peut donc se substituer à ces deux verbes simultanément, et exprimer leur signification.

16Ainsi a-t-on la dérivation suivante : vyākaraam adhīte veda vā (il étudie ou connaît la grammaire) > vaiyākaraa « grammairien ». Un autre suffixe véhicule également cette valeur, -vun, auquel est substitué -aka : mīmāsām adhīte veda vā > mīmāsaka « spécialiste de la mīmā » (système philosophique).

  • 19 Il fait partie d’une série de suffixes, à laquelle appartient également -a, mis en facteur commun (...)

17Exemple 3 : le sūtra 4.1.92 (tasyāpatyam) vaut également pour le suffixe -yañ19. On a donc la dérivation : gargasya apatyam > gārgaya « descendant de Garga », qui se décompose de la façon suivante :

  1. tad- : tasya = gargasya « de Garga ».

  2. yañ remplace apatyam, après amuïssement de la désinence. Il consiste dans le morphème -ya- et contient le marqueur -ñ qui indique la vddhi de la syllabe initiale : on obtient ainsi le thème gārgaya-.

18Ici intervient une opération intermédiaire : devant un suffixe commençant par -y-, la base est dite de type bha (dans les autres cas, la base est le mot lui-même) ; or, les bases de type bha subissent l’amuïssement des voyelles finales -a, , -i et -ī. Le thème sera donc, finalement, gārgya-.

  1. Avec adjonction de la 1re désinence (nominatif), on aura la forme gārgya. L’ensemble du processus se formalisera ainsi : gargasya apatyam > gargasya-yañ > garga-yañ > gārgaya- > gārgya- > gārgya.

Le samāsa « composé »

19Bien qu’il dérive d’une racine de sens différent (AS- « jeter », d’où « le fait de jeter ensemble », « assemblage »), le mot samāsa est, sémantiquement, comparable au grec súnthetos, súnthesis. Le samāsa procède de la transformation d’un syntagme de mots fléchis, dans laquelle tous les termes sont conservés, et non seulement le premier, comme dans le taddhitānta : c’est en cela qu’il s’oppose au taddhitānta, au sein de la catégorie des mots reposant sur la vtti. Il y a amuïssement de toutes les désinences, puis addition d’une désinence nouvelle, qui indique la création d’une unité lexicale nouvelle et unique (pada). Le processus dérivationnel d’un composé comporte trois étapes :

    • 20 Littéralement : « l’homme du roi ».

    Le prātipadika dont il est issu est un syntagme. Par exemple, rājña purua « le serviteur du roi »20.

  1. Toutes les désinences de ce syntagme sont amuïes : on aboutit à rājan- purua-.

  2. Une nouvelle désinence est affectée à la séquence ainsi formée, qui reçoit conjointement le statut de mot unique : rājapurua.

20Il faut se rappeler que le composé repose sur l’unification sémantique (ekārthībhāva : voir supra) des éléments qui ont chacun un sens propre dans le syntagme initial : dans la vtti, ils n’en ont plus qu’un, celui de l’ensemble. Ainsi, rāja-, le premier membre du composé rājapurua, n’est plus une unité signifiant « roi », mais signifie l’ensemble. Par conséquent, il ne peut se construire avec une unité extérieure au composé. De cette propriété résulte un critère d’analyse du composé : un des deux membres du composé possède le sens principal ou subordonné selon qu’il peut ou ne peut pas se construire avec le sens d’un mot extérieur. Ainsi, dans l’expression caturo rājapurua, l’épithète catura (habile, caturo en raison de l’euphonie) qualifie l’élément principal purua- (homme, serviteur), et non l’élément subordonné rāja- (roi) : le sens est donc « le serviteur habile du roi », et non « *le serviteur du roi habile ».

  • 21 Traditionnellement, et de façon hypothétique, on appelle « védique » la langue des brahmanes depuis (...)

21Un composé est toujours dérivé de deux pada, chacun pouvant à son tour être lui-même un composé, et cette décomposition est en théorie susceptible d’un nombre infini de duplications. Si la grammaire de Pāṇini décrit officiellement la langue en usage à la fin de la période védique21, où les composés de plus de deux membres (c’est-à-dire dans lesquels l’un ou l’autre des deux termes de l’énoncé analytique correspondant se révèle lui-même être un composé, issu d’un autre syntagme) sont assez rares, elle crée les conditions théoriques de ce qui apparaîtra, à juste titre, comme l’une des caractéristiques majeures du sanskrit classique : le développement extrême de la composition nominale. En effet, les œuvres de la littérature savante, le kāvya, multiplient et allongent volontiers les composés, réduisant à la portion congrue la syntaxe stricto sensu de la phrase. Ces composés qui, dans certains textes en prose, peuvent avoir jusqu’à plus de vingt membres, favorisent évidemment l’ambiguïté, qui est une des tendances de la littérature savante : leur analyse, qui consiste à reconstruire l’enchaînement des syntagmes comportant deux mots fléchis qu’ils transposent, est parfois volontairement difficile, ne serait-ce que dans la détermination des « frontières » intérieures. L’une des fonctions essentielles du commentaire est d’ailleurs de procéder à l’analyse des composés, en fournissant aux lecteurs les énoncés correspondants.

22La grammaire indienne distingue quatre grandes classes de composés :

  1. les composés adverbiaux (invariants) : avyayībhāva ;

  2. les composés déterminatifs : tatpurua ;

  3. les composés possessifs : bahuvrīhi ;

  4. les composés copulatifs : dvandva.

23Cette classification est fondée sur deux critères essentiels : tout d’abord, sur la nature de la relation unissant les membres ; cette relation est explicitée dans l’énoncé correspondant par la désinence du premier pada et par des mots outils (démonstratifs, conjonctions, particules), qui jouent le rôle de signifiants syntaxiques. Elle se définit ensuite par la rection, c’est-à-dire par le sens de la dépendance des membres entre eux, qui peut être soit régressive, soit progressive. Pour certains commentateurs, le critère pertinent est la détermination de celui des deux membres qui possède le sens principal :

  1. le terme inférieur dans les avyayībhāva (type upāgni, « près d’Agni ») ;

  2. le terme ultérieur dans les tatpurua (type rāja-purua) ;

  3. aucun des deux termes dans les bahuvrīhi (type bahu-vrīhi « qui a beaucoup de riz ») ;

  4. les deux termes dans les dvandva (type mātā-pitarau « père et mère »).

Les avyayībhāva « composés invariants » (Aṣṭādhyāyī, 2.1.5-20)

  • 22 Il s’agit d’une désinence d’accusatif : cette formation est à rapprocher, d’un point de vue compara (...)

24Dans les composés de ce type, le premier membre est invariant et possède le sens principal. Ils ont pour particularité d’être obligatoires (nitya) : le locuteur n’a pas la possibilité d’opter pour un syntagme alternatif, mais la glose est possible grâce à une périphrase. Cette formation est prescrite pour les invariants ayant le sens d’une désinence. Ainsi, par exemple, la préposition adhi, qui se construit avec un mot portant la septième désinence (locatif) : adhipāi « dans la main », « à la main ». Une règle particulière prescrit que si le second terme est en -a-, la désinence ultérieure n’est pas amuïe : on lui substitue la finale -am22 (sauf dans le cas de la 5e désinence – ablatif). Par exemple, satvaram « en hâte », de tvara-, substantif masculin signifiant « hâte ».

Les tatpuruṣa « composés déterminatifs » (Aṣṭādhyāyī, 2.1.22-2.2.23)

  • 23 Ce composé signifie littéralement « l’homme de lui », donc « son serviteur », et sa glose est tasya (...)

25Le mot tatpurua23 est le terme générique désignant une catégorie de composés, dans lesquels le membre inférieur (qu’on appellera A) est le régime, donc le terme subordonné, qui ne peut se construire avec un mot extérieur. Le membre ultérieur (B) est le terme principal, déterminé par le membre inférieur (d’où le nom donné par la linguistique occidentale à la catégorie), qui peut se construire avec un mot extérieur.

26Les subdivisions du tatpurua se définissent selon la fonction du membre inférieur dans le vākya correspondant – fonction déterminée par sa désinence, effacée dans le processus de composition –, et par la nature du membre ultérieur.

  • 24 La désinence du composé, qui figure après le terme ultérieur, est déterminée par la fonction de ce (...)
  • 25 La grammaire indienne ne donne pas de nom aux désinences, mais seulement un numéro d’ordre. Des règ (...)

27a) La subdivision la plus importante est celle des vibhaktitatpurua, c’est-à-dire des tatpurua définis par la désinence (vibhakti) du membre inférieur dans le vigrahavākya dont ils dérivent : celui-ci revêt la forme A(x)-B24, où x appartient à [2, 7]25.

    • Dvitīyātatpuru: x = 2e désinence (accusatif) ; l’énoncé-base revêt la forme A(2)-B, où B est un kdanta, un « dérivé primaire », ici construit avec l’accusatif – c’est-à-dire un nom ayant une rection verbale, comme les noms d’agent.

28Exemple 1. anna bubhuku > anna-bubhuku « avide de nourriture », littéralement « désireux de manger de la nourriture » ; bubhuku est en effet un adjectif désidératif dérivé de la racine BHUJ- « manger » ; A désigne l’objet.

    • Tritīyātatpuru: x = 3e désinence (instrumental) ; l’énoncé-base revêt la forme A(3)-B, où B est un kdanta.

29Exemple 2 : hariā trāta > hari-tāta « protégé de Hari », où trāta est l’adjectif verbal à sens passif de la racine TṚ-, « protéger » (au causatif) ; A désigne l’agent.

30Exemple 3 : vātena chedya tṛṇam > vāta-chedya tṛṇam « herbe que le vent peut rompre », où chedyam est un adjectif verbal, exprimant ici la possibilité, de la racine CHID- « rompre », et vātena l’agent (le composé étant un adjectif, il convient de mentionner comme invariant un substantif qu’il qualifie).

  • 26 L’énoncé de base a subi une contraction euphonique : il repose sur dadhnā odana. Sans désinence, c (...)

31Exemple 4 : dadhnaudana > dadhn-odana « riz au yaourt ». La désinence de l’instrumental dadhnā26 exprime ici l’accompagnement.

    • Caturthītatpuru: x = 4e désinence (datif) ; l’énoncé-base revêt la forme A(4)-B, où B est tout nom fléchi.

32Exemple 5 : yūpāya dāruv > yūpa-dāru, « bois destiné à une palissade », où la désinence du datif yūpāya exprime la destination.

33Exemple 6 : bhūtebhyo bali > bhūta-bali, « offrande aux fantômes », où le datif bhūtebhya désigne le destinataire.

34Il faut noter que si B est le mot artha-, « but », le composé est obligatoire, et la glose est ainsi formulée : A(4) idam B, « ce B pour A » (idam est un adjectif démonstratif, construit avec le second terme).

  • 27 Hors euphonie : *dvijāya aya sūpa ; ayam est le masculin de idam (ce). On peut aussi analyser sūp (...)

35Exemple 7 : dvijārtha sūpa, « mets destiné au prêtre », glosé par : dvijāyāya sūpa27, « ce mets [est] pour le prêtre ».

    • Pañcamītatpuru: x = 5e désinence (ablatif) ; l’énoncé-base revêt la forme A(5)-B, où B est tout mot fléchi.

36Exemple 8 : corād bhayam > cora-bhayam « peur du voleur », où A désigne la cause.

37Exemple 9 : rogān mukta > roga-mukta « délivré de la maladie », où la désinence d’ablatif exprime l’éloignement.

    • aṣṭhītatpuru: x = 6e désinence (génitif) ; l’énoncé-base revêt la forme A(6)-B, où B est tout mot fléchi.

38Exemple 10 : rājña purua > rāja-purua « le serviteur du roi », où le génitif est complément de nom.

39On remarquera qu’il existe des cas d’exclusion. Notamment, la détermination dans une classe, ou le superlatif et son complément au génitif pluriel. Ainsi encore, bhart- « époux » ou « maître » ne peut être membre inférieur de ce type de composé qu’avec le sens d’« époux ».

  • 28 Ce composé pourrait prêter à confusion : dans l’Inde classique, le roi est considéré comme l’époux (...)

40Exemple 11 : bhuvo bhartā > bhū-bhartā signifie exclusivement « époux de la Terre » (appellation fréquente des rois)28, tandis que *vajra-bhartā « maître du foudre » est impossible.

    • Saptamītatpuruśa : x = 7e désinence (locatif) ; l’énoncé-base a la forme A(7)-B, où B signifie śauṇḍa- « passionné par », etc.

41Exemple 12 : akeu śauṇḍa > akśa-śauṇḍa « passionné par les dés ».

  • 29 Sūtra 1.2.42 : tatpurua samānādhikaraa karmadhāraya « un composé déterminatif dans lequel il y (...)

42b) Les karmadhāraya « composés appositionnels » (Aṣṭādhyāyī, 2.1.4972) constituent une autre subdivision importante au sein de la catégorie des tatpurua. Le karmadhāraya est un tatpurua dans lequel le membre inférieur est un qualifiant et le membre ultérieur un qualifié : les deux membres réfèrent au même objet (samānādhikaraa)29. Dans le vākya alternatif, A et B ont par conséquent la même désinence. Il existe plusieurs variétés de karmadhāraya, selon la répartition des termes entre les catégories de l’adjectif et du substantif :

    • Deux substantifs (le premier étant ce que nous appellerions « apposé » au second)

43Exemple 13 : rājā cāsav ṛṣiś ca > rājari « ascète-roi » (ascète ayant été roi avant de renoncer à ses prérogatives pour se retirer dans un ermitage).

  • 30 Voir le chapitre précédent pour ce qui est de la formation du dérivé jāmadagnya (jamadagner apatya (...)

44Dans la glose, l’emploi du démonstratif (asau) différencie le karmadhāraya du dvandva (composé « copulatif », visant deux référents, voir infra) ; littéralement, le vākya alternatif signifie : « celui-ci, ascète et roi ». On remarquera qu’il existe des cas d’exclusion : l’énoncé rāmo jāmadagnya « Rāma fils de Jamadagni »30 ne peut se transformer en composé : *rāma-jāmadagnya est impossible, les dérivés exprimant l’ascendance ne pouvant jouer, dans un composé de ce type, le rôle du qualifié.

    • Adjectif suivi d’un substantif

45Exemple 14 : nīlam utpalam > nīlotpalam « lotus bleu ».

  • 31 Il est analysable comme un cas de lexicalisation.

46Il arrive que le composé soit obligatoire31 : ainsi, kṛṣṇa-sarpa (nom d’un type de serpent) ne peut être remplacé par l’énoncé kṛṣṇa sarpa « serpent noir », qui possède un autre sens.

    • Deux adjectifs

47Exemple 15 : paramaś cāsav īśvaraś ca > parameśvara « seigneur suprême ».

48Exemple 16 : dṛṣṭaś cāsau naṣṭa ca > dṛṣṭa-naṣṭa « aussitôt vu, aussitôt perdu ».

49Exemple 17 : pītaś cāsau raktaś ca > pīta-rakta « d’un rouge jaunâtre ».

    • Substantif suivi d’un adjectif : il s’agit alors d’un composé comparatif (upamānasamāsa), dans lequel le premier terme, c’est-à-dire le terme qualifiant, joue le rôle du comparant (signalé dans la glose par la particule postposée iva « comme »), et le second terme celui de la qualité commune.

50Exemple 18 : ghana() iva śyāma > ghana-śyāma « sombre comme un nuage ».

51Il faut remarquer que le schéma à deux substantifs peut lui aussi permettre la formation d’un composé comparatif ; dans ce cas, l’ordre est inversé : le premier membre est le comparé et le second, le comparant.

  • 32 Il est permis de s’interroger sur ce qui semble une rupture de la séquence qualifiant-qualifié qui (...)

52Exemple 19 : puruo vyāghra() iva > purua-vyāghra « un homme pareil à un tigre »32.

53Par ailleurs, les poéticiens instaurent une catégorie étrangère à Pāṇini : celle de rūpakasamāsa, « composé métaphore », où le membre inférieur est, là encore, le comparé, tandis que le membre ultérieur est le comparant.

54Exemple 20 : kanyaiva ratnam > kanyā-ratnam « un trésor de jeune fille ».

55Exemple 21 : caraam eva pakajam > caraa-pakajam « un lotus qui est un pied », « un pied-lotus ».

  • 33 Le poéticien Mammaṭa (xie siècle après J.-C.) définit ainsi le rūpaka dans son traité, le Kāvyaprak (...)

56La glose de ce type de composés recourt à la particule eva, qui exprime la décision. Il y a surimpression de la non-différence aux deux termes qui présentent un trait commun, mais constituent deux objets différents (or, les poéticiens définissent le rūpaka, qui correspond à notre « métaphore en présence », comme une comparaison dans laquelle il n’y a pas différenciation du comparant et du comparé, mais surimposition)33.

57On remarquera qu’un karmadhāraya de ce type, où le membre inférieur désigne le comparé et le membre ultérieur le comparant, est ambigu : il peut être analysé comme un upamānasamāsa ou comme un rūpakasamāsa ; ainsi, l’exemple 21 peut se gloser de deux façons : soit caraa pakajam iva « un pied pareil à un lotus », soit caraam eva pakajam « un lotus qui est un pied ». Néanmoins, le contexte syntaxique permet de faire la distinction, car le sens principal et le sens subordonné ne sont pas distribués de la même façon, ce qui a une incidence sur la construction des membres du composé avec un terme extérieur : si le membre inférieur (le comparé) peut se construire avec un terme extérieur, il possède alors le sens principal, et il s’agit d’un composé comparatif.

58Exemple 21a : hareś caraa-pakajam « le pied pareil à un lotus de Hari ».

59Si c’est au contraire le membre ultérieur (le comparant), qui peut se construire avec un terme extérieur, c’est lui qui possède le sens principal, et il s’agit d’un composé-métaphore.

60Exemple 21b : nīla caraa-pakajam « le lotus bleu qui est un pied ».

  • 34 Ce composé est un archétype de cette classe ; il signifie « une paire de bœufs ».

61c) Les dvigu34 constituent un cas particulier de karmadhāraya dans lequel le membre inférieur est un nom de nombre. Il existe trois cas :

    • le composé est le premier mot d’un énoncé dont on dérive un taddhitānta

62Exemple 22 : aṇṇā mātṝṇām apatyam > āmātura (suffixe -a) « descendant des six Mères ».

    • le composé désigne une « collection de »

63Exemple 23 : pañcānā gavā samāhāra > pañca-gavam (neutre singulier) « un ensemble de cinq vaches ».

    • le composé est le premier membre d’un autre composé

  • 35 Ce nouveau composé est un bahuvrīhi : voir infra.

64Exemple 24 : pañca gāvo dhana yasya > pañcagava-dhana « dont la richesse consiste en cinq vaches »35.

65d) Dans les ekadeśitatpurua (Aṣṭādhyāyī, 2.2.1-3), « composés déterminatifs [désignant] une partie [d’un tout] », le membre inférieur désigne une partie, le membre ultérieur désigne le tout, l’ensemble auquel appartient le signifié du membre inférieur.

66Exemple 25 : pūrva kāyasya > pūrva-kāya « partie antérieure du corps ».

67Exemple 26 : dvitīya bhikāyā > dvitīya-bhikā « seconde partie de l’aumône ».

68e) Les nañtatpurua « composés déterminatifs à préfixe nañ- », sont des composés privatifs. Leur membre inférieur est le préfixe nañ-, qui prend la forme a- devant consonne et an- devant voyelle, et leur membre ultérieur un nom, substantif ou adjectif.

69Exemple 27 : na brāhmaa > a-brāhmaa « non-brahmane ».

70Exemple 28 : nāśva > an-aśva « non-cheval ».

  • 36 Ce que nous appelons « composé verbal » est, pour les grammairiens indiens, un mot simple, dérivé d (...)
  • 37 C’est-à-dire un dérivé kdanta : dérivé nominal sur la base d’une racine verbale, et désignant un d (...)

71f) Dans les prāditatpurua (Aṣṭādhyāyī 2.2.18), « composés déterminatifs commençant par pra-, etc. », le membre inférieur est un invariant. Ce n’est pas un composé si le membre ultérieur est une forme personnelle du verbe (il n’existe donc pas, dans la grammaire pāṇinéenne, de composition verbale)36, mais c’en est un dès lors que ce membre ultérieur est un dérivé primaire nominal37.

72Exemple 29 : pramīyate anena « est mesuré par celui-ci » > pramāam, « norme ».

73Dans cet exemple, il faut envisager la formation du dérivé primaire après la jonction de la racine avec le préverbe (upasarga), qui en détermine le sens (le sens n’est pas l’addition du sens du préverbe et de celui de la racine verbale, mais un sens différent). On remarquera que les formes nominales des verbes préverbés entrent dans cette catégorie : pranamya « après s’être incliné », urī-ktya « ayant accepté ».

74g) Les upapadasamāsa (Aṣṭādhyāyī, 2.2.19) ont pour second membre un dérivé primaire qui ne s’emploie qu’en second élément de composé ; le composé est donc obligatoire, puisque le dérivé n’existe pas isolément (la glose ne constitue pas une alternative).

75Exemple 30 : kumbha karoti : kumbha-am k-tip > kumbha-kāra « faiseur de pots », « potier ».

Les bahuvrīhi « composés possessifs »

76Ces composés réfèrent à un objet différent de ceux qui sont signifiés par ses termes : c’est en cela qu’ils se distinguent des tatpurua. Le bahuvrīhi est dépendant d’un terme extérieur : c’est un adjectif, d’ailleurs susceptible d’être substantivé. De ce fait, la glose adjoint au syntagme analytique regroupant les éléments dont il est composé un démonstratif référant à l’objet extérieur, ou un relatif dont il est l’antécédent (éventuellement rappelé par un corrélatif).

77Exemple 31 : bahavo vrīhayo asya « celui-ci possède beaucoup de riz » > bahuvrīhi, ou bien : bahavo vrīhayo yasya sa « celui qui possède beaucoup de riz » > bahu-vrīhi.

78Le référent extérieur commun (sāmānādhikaraya) implique l’accord en genre, en nombre et en cas avec le terme extérieur.

79La relation entre les deux membres est le plus souvent celle du qualifié et du qualifiant (comme dans le karmadhāraya) ; dans la glose, cette relation est exprimée par la 1re désinence (nominatif), dont est affecté le membre inférieur.

80Exemple 32 : pītam ambaram asya/yasya sa hari> pītāmbaro hari « Hari au vêtement jaune ».

81La relation entre la vtti et l’objet extérieur est le plus souvent une relation d’objet possédé à possesseur (tel est le cas dans les deux exemples ci-dessus), mais d’autres relations peuvent être exprimées. La glose explicite ces relations au moyen de la désinence qui affecte le démonstratif ou le relatif. La détermination de cette désinence constitue un critère permettant de subdiviser les bahuvrīhi en plusieurs sous-catégories, à l’instar des vibhaktitatpurua :

    • 2e désinence (accusatif) : le terme extérieur est objet.

82Exemple 33 : prāptam udaka ya sa grāma « le village que l’eau a atteint » > prāptodako grāma « village atteint par les eaux ».

    • 3e désinence (instrumental) : le terme extérieur est agent.

83Exemple 34 : ūho ratho yena so ‘navān « le bœuf par lequel un char a été tiré » > ūha-ratho ‘navān « bœuf ayant tiré un char ».

    • 4e désinence (datif) : le terme extérieur est bénéficiaire.

84Exemple 35 : upahta paśur yasmai sa rudra > upahta-paśū rudra « Rudra, à qui l’on a offert un animal sacrificiel ».

    • 5e désinence (ablatif) : le terme extérieur est le point de départ.

85Exemple 36 : uddhta odano yasyā sā sthalī > uddhtaudanā sthalī « plateau d’où l’on a enlevé le riz ».

  • 6e désinence (génitif) : le terme extérieur est possesseur. Exemples 31 et 32, voir supra.

  • 7e désinence (locatif) : le terme extérieur indique le lieu.

86Exemple 37 : vīrā puruā yasmin sa grāma > vīra-puruako grāma « village où les hommes sont héroïques ».

87On notera que dans ce type de bahuvrīhi, en plus de la présence d’un terme extérieur dont il dépend, le suffixe -kap évite l’ambiguïté entre deux interprétations auxquelles, sans cela, pourrait se prêter le composé : il pourrait s’analyser comme un karmadhāraya ou comme un bahuvrīhi (mais vīra-purua, hors de toute dépendance vis-à-vis d’un terme extérieur, est un karmadhāraya signifiant « homme héroïque »).

88Il faut enfin remarquer que dans les trois cas suivants, l’énoncé analytique alternatif contient un terme additionnel amuï :

    • Le membre inférieur peut être nañ- : on dérive d’abord un nañtatpurua, puis le bahuvrīhi avec amuïssement du second membre du nañtatpurua.

89Exemple 38 : na vidyamānaḥ putro yasya sa « celui dont il n’existe pas de fils » > a-vidyamānaḥ putro yasya sa « celui dont le fils est inexistant » > a-putra « qui n’a pas de fils ».

  • 38 Diachroniquement, il faut certainement considérer ce type de composé – au reste assez peu représent (...)

90b) Le membre inférieur peut porter une 7e désinence (locatif). C’est le seul cas où la marque flexionnelle du premier terme n’est pas amuïe38.

  • 39 tha, en second élément de composé, signifie « qui se tient » (upapadasamāsa : voir supra).

91Exemple 39 : kaṇṭhe-sthaḥ kālo yasya sa > kaṇṭhe-kāla, « qui a une tache noire sur la gorge » (appellation du dieu Śiva)39.

92c) Le membre inférieur peut être un comparant (voir les upamānasamāsa).

93Exemple 40 : uṣṭra-mukham iva mukham yasya sa > uṣṭra-mukha, « au visage semblable à celui d’un chameau ».

Les dvandva « composés copulatifs »40

  • 40 Ce mot signifie, proprement, « paire ».
  • 41 Si les deux termes d’un composé sont deux qualifiants, il s’agit alors d’un karmadhāraya comportant (...)
  • 42 Cette copule a quatre sens, dont trois peuvent s’actualiser dans des dvandva : samuccaya « coordina (...)

94Les deux termes portent la même désinence dans le vākya alternatif. Ils sont liés par une relation mutuelle vis-à-vis de l’action, et par une idée de rassemblement. La coordination est corrélée à l’action : c’est pour exprimer la coopération à cette dernière qu’est réalisé le dvandva ; il ne peut donc exister de dvandva adjectifs, car ils seraient corrélés à un nom extérieur41. La glose a recours à la particule copulative ca « et »42. Les membres du dvandva ont le même statut : il n’y a pas un membre ayant un sens principal et un autre un sens subordonné. Il en résulte que le dvandva peut avoir, à date classique, un nombre indéterminé de membres, tandis que les autres composés se ramènent à deux termes. En cela, la catégorie du dvandva présente une particularité qui la différencie des autres : l’analyse des composés de ce type ne procède pas par dichotomies successives.

  • 43 C’est vraisemblablement la fonction la plus ancienne du composé copulatif ; le texte sanskrit le pl (...)

95Les dvandva se distinguent entre eux selon qu’ils sont au duel, lorsque le référent constitue une paire véritable43, ou au pluriel dans le cas d’ensembles numériquement plus importants. Les exemples 41 et 42 sont au duel, les exemples 43 et 44 au pluriel (on notera l’opposition entre 42 et 43, qui témoigne de l’importance du nombre).

96Exemple 41 : sutaś ca bhāryā ca > suta-bhārye « le fils et l’épouse ».

97Exemple 42 : hastī cāśvaś ca > hasty-aśvau « un éléphant et un cheval ».

98Exemple 43 : hastinaś cāśvāś ca > hasty-aśvā « des éléphants et des chevaux ».

99Exemple 44 : vkāś ca sihāś ca vyāghrāś ca > vka-siha-vyāghrā « des loups, des lions et des tigres ».

100On notera que dans les deux cas, le dvandva a le genre de son dernier membre. Il existe aussi des dvandva au neutre singulier collectif. Domine alors l’idée d’un ensemble composé d’éléments plus ou moins indissociables.

101Exemple 45 : sukha ca dukha ca > sukha-dukham, « le bonheur et le malheur », plus littéralement « l’ensemble [que constituent] le bonheur et le malheur ».

Conclusion

102Comment la grammaire pāṇinéenne pense-t-elle la complexité ? Pour répondre à cette question, il aurait été concevable, bien évidemment, d’embrasser l’ensemble de la dérivation : dès lors que l’analyse d’une unité lexicale fait apparaître des éléments signifiants, que ce soient des morphèmes ou des unités existant elles-mêmes comme unités lexicales, on est en face d’une forme de « complexité », conçue comme processus de signification du multiple à travers l’unité. Mais cette définition est trop large, elle ne fait pas apparaître la spécificité de l’approche indienne, pas plus, d’ailleurs, que d’aucune autre.

103Il semble donc préférable de retenir l’hypothèse défendue ici, qui consiste à repérer la complexité dans le processus de la vtti, c’est-à-dire dans la transformation d’un énoncé complet en une unité lexicale unique. Reposant sur cette vtti, le mot complexe se définit alors comme dérivé d’un syntagme analytique, soit par effacement du second terme fléchi (dérivé secondaire), soit avec conservation de tous les termes fléchis, mais effacement des désinences (composé nominal). Ces deux modalités de la complexité partagent en outre leur caractère d’alternative, qui garantit au locuteur le choix entre le syntagme et son dérivé, entre l’expression analytique et l’expression complexe.

104Cette définition a le mérite de mettre en évidence un découpage conceptuel propre à la tradition indienne : les catégories de la grammaire occidentale et celles de la grammaire indienne ne se recoupent pas. Pour la première, en effet, l’opposition la plus importante distingue composés et dérivés, ces derniers se subdivisant en deux sous-catégories, celle des dérivés primaires et celle des dérivés secondaires. Pour la seconde, l’opposition fondamentale est entre dérivés primaires et dérivés procédant de la transformation d’un énoncé, qui constituent une catégorie unique regroupant deux subdivisions définies par deux modalités du même processus transformatif : celle des dérivés secondaires et celle des composés. En d’autres termes, par le concept de vtti, la tradition pāṇinéenne exprime de façon plus radicale que la nôtre l’opposition entre « mots simples » et « mots complexes ».

105La grammaire pāṇinéenne, première théorie linguistique que produisit l’humanité, qui repose sur une approche structurale des faits de langue, et constitue aussi, on l’a vu, une grammaire générative et transformationnelle, a vraisemblablement exercé une influence non négligeable sur la pensée linguistique occidentale – même si celle-ci est aussi difficile à mesurer qu’à prouver : la permanence de termes tels que dvandva ou bahuvrīhi, couramment utilisés par les philologues pour décrire les composés nominaux d’autres langues que le sanskrit, nous incite à le penser. Il ne faut pas oublier que la linguistique occidentale, avant de construire le concept de synchronie, était diachronique et comparatiste ; que le sanskrit représente, pour la grammaire comparée des langues indo- européennes, une source essentielle de documentation, et que les linguistes qui, au xixe siècle, ont posé les fondements de cette science, étaient indianistes ; que l’œuvre de Pāṇini, enfin, a été éditée par Otto Böhtlingk en 1840, puis traduite en allemand en 1887. Ferdinand de Saussure, le fondateur « officiel » de la linguistique moderne, lui-même comparatiste et indianiste, connaissait très probablement cet ouvrage.

106On terminera par un regard sur l’emploi que les écrivains firent de la composition : la littérature sanskrite, littérature de lettrés s’adressant à des lettrés (la connaissance de la grammaire pāṇinéenne est de rigueur), fait un usage de plus en plus important de la composition nominale, qui en vient presque à effacer la syntaxe de la phrase. Il n’est pas rare, dans les textes, que la phrase se compose simplement (car la complexité du mot engendre, a contrario, la simplicité de la phrase !) d’un sujet au nominatif et d’un prédicat consistant en un long composé. N’est-ce pas une tentative de penser la complexité dans l’unité ? De subsumer le multiple, propriété caractéristique du réel, dans l’Un, conçu comme vérité ultime à laquelle le langage permet d’accéder ? Un exemple illustrera l’intérêt littéraire de la composition nominale. Il s’agit d’un extrait d’une œuvre de Bhavabhūti, dramaturge célèbre du viiie siècle après J.-C., l’Uttararāmacaritam (La dernière aventure de Rāma) :

  • 44 Le texte est tiré de l’édition de Stchoupak (1968, p. 40).

iha samada-śakuntākrānta-vānīra-mukta-prasava-surabhi-śīta-
svaccha-toyā vahanti |
phala-bhara-pariṇāma-śyāma-jambū-nikuñja-
skhalana-mukhara-bhūri-srotaso nirjhāriṇyaḥ ||44

  • 45 « Ici » désigne le Janasthāna, une partie de la forêt DaṇḍakaRāma, au cours de son exil, séjour (...)
  • 46 Dans la traduction, des tirets relient les mots que le texte sanskrit regroupe dans des composés ; (...)

Ici45, avec-leurs-eaux-fraîches-et-limpides,-[qui exhalent]-le-parfum-desfleurs-qui-se-détachent-des-roseaux-envahis-par-les-oiseaux-ivres-d’amour, Avec-leurs-courants-abondants-et-bruissants-qui-trébuchent-contre-lesbosquets-de-Jambū-assombris-par-la-pesante-maturité-des-fruits, coulent les torrents. (Acte II, strophe 20)46

  • 47 À l’instar d’un grand nombre de strophes de la littérature classique, où la description, créatrice (...)

107Il s’agit d’une strophe purement descriptive47, construite de la façon la plus simple possible (sujet-verbe intransitif), et dans laquelle le rôle majeur est dévolu à deux composés bahuvrīhi (adjectifs possessifs) apposés au sujet, lui-même réduit à un seul substantif qui occupe la dernière place : l’identité de l’objet décrit ne se révèle explicitement qu’à la chute, mais se perçoit progressivement dans la lecture des composés, donc à travers la découverte de ses attributs, qui, dans l’univers codifié de la poésie savante, connotent le sentiment amoureux et déterminent un climat érotique. On remarquera que chacun des deux composés obéit au même schéma : l’un et l’autre se terminent, comme il se doit pour des bahuvrīhi, par un substantif que qualifient leurs autres éléments ; et dans les deux cas, ce substantif désigne le même objet, l’eau (ils sont presque synonymes, si ce n’est que le second, plus marqué que le premier en ce qu’il réfère également au mouvement, fait écho au verbe de la phrase, vahanti « se déplacer », traduit ici par « couler ») – objet qui permet évidemment d’identifier par avance les torrents.

108On voit à travers cet exemple, qui se révèle assez représentatif du style littéraire, tout le parti que les poètes peuvent tirer de la composition nominale, exploitée avec pertinence. Elle permet, en faisant l’économie d’une syntaxe complexe et de mots outils, de focaliser la description sur son objet et ses attributs, signifiés par une série ininterrompue de substantifs et d’adjectifs, une sorte d’« avalanche » de substances et d’accidents dans laquelle les signifiants morphosyntaxiques sont réduits à leur plus simple expression, afin de créer le climat psychologique recherché. En même temps, l’attention, la mémoire immédiate et la sagacité du lecteur ou, a fortiori, de l’auditeur sont sollicités par la nécessité d’analyser les composés (leurs membres étant dépourvus de marques flexionnelles) ; ils sont amenés à « deviner » les choses avant qu’elles ne soient énoncées. Cette participation du récepteur contribue à son implication émotionnelle, et c’est elle, vraisemblablement, qui confère son caractère dynamique à une esthétique stéréotypée à l’extrême.

Bibliographie

Références

Cardona George, 1976, ini, a Survey of Research, La Haye, Mouton.

Filliozat Pierre-Sylvain, 1988, Grammaire sanskrite paninéenne, Paris, Picard.

Macdonell Arthur Antony, 1916, A Vedic Grammar for Students, Oxford, Clarendon Press (réimpression, Oxford University Press, 1955, etc.).

Pinault Georges-Jean, s. d. [1989], « Chapitre v. La tradition indienne. Sections 3-5 », Histoire des idées linguistiques, t. 1 : La naissance des métalangages en Orient et en Occident, Sylvain Auroux éd., Liège, Mardaga, p. 331-400.

Renou Louis, 1966, La grammaire de Pāini, Paris, École française d’Extrême-Orient, 2 tomes.

Stchoupak Nadine, 1968, Uttararāmacaritam (La dernière aventure de Rāma), Paris, Les Belles Lettres, 2e édition.

Notes

1 On trouvera une présentation à la fois succincte et complète de la tradition pāṇinéenne dans Pinault (s. d. [1989]).

2 Conformément à un usage bien établi, le nom ini et l’expression « grammaire pāṇinéenne » renvoient, par métonymie, à la tradition grammaticale qui se réclame de ce fondateur, et non pas seulement au personnage ou à son œuvre stricto sensu.

3 On remarquera que ce même terme désigne également les prescriptions rituelles.

4 Le terme kdanta signifie exactement : « à finale -k», c’est-à-dire « facteur de l’action » (c’est un dérivé de la racine verbale KṚ- « faire », « agir »).

5 C’est-à-dire « à finale taddhita » (voir infra, la seconde partie de l’étude).

6 Les exemples et leur glose sont pour la plupart tirés de Filliozat (1988, p. 145-170), et parfois de Cardona (1976, p. 212-215). Cette étude est, d’une façon générale, redevable au premier de ces deux ouvrages, sorte de manuel de grammaire pāṇinéenne unique en son genre.

7 Il en existe environ 2 000, recensées dans des listes apprises par cœur, les dhātupāha.

8 Par convention, les racines sont translittérées en majuscules.

9 Les verbes dénominatifs appartiennent à cette catégorie : les bases nominales dont ils sont dérivés sont en effet considérées comme des racines.

10 Appelé aussi vigrahavākya : « énoncé de séparation ».

11 On verra, en effet, qu’il existe quelques cas (explicables par la diachronie) pour lesquels le dérivé ou le composé sont obligatoires (voir infra).

12 Il est intéressant de remarquer que cette équivalence est exploitée à des fins métalinguistiques : la glose d’un mot complexe, que ce soit un dérivé secondaire ou un composé, consiste dans le syntagme analytique alternatif. Le commentaire procède donc au rebours du processus dérivationnel.

13 Littéralement « tournure » ; on pourrait le traduire par « transformation ».

14 Littéralement « fait de prendre un seul sens ».

15 L’Aṣṭādhyāyī, la grammaire de Pāṇini, comporte huit chapitres, chacun divisé en quatre sections dans lesquelles sont regroupés les sūtra (strophes où l’expression est condensée). On pourra se reporter à l’édition traduite et commentée de Renou (1966). Pour une présentation de l’économie interne de l’Aṣṭādhyāyī, voir Pinault (s. d. [1989], p. 354-370).

16 Cette notion porte le nom de samudāyaśakti : « pouvoir [sémantique] de l’ensemble ».

17 « Optionnellement », parce que le locuteur a le choix entre l’énoncé analytique (vākya) et le dérivé.

18 Le suffixe est mentionné une fois pour toutes au sūtra 83 : il est mis « en facteur commun » à une série de sūtra, selon un procédé de condensation très fréquent chez Pāṇini.

19 Il fait partie d’une série de suffixes, à laquelle appartient également -a, mis en facteur commun à un ensemble de sūtra qui en explicitent la valeur et l’emploi.

20 Littéralement : « l’homme du roi ».

21 Traditionnellement, et de façon hypothétique, on appelle « védique » la langue des brahmanes depuis les invasions ārya (au milieu du second millénaire avant J.-C.) jusqu’au ve siècle avant J.-C., et « classique » celle qu’ils emploient ensuite. Mais il va de soi qu’on ne saurait discerner de rupture tranchée, d’autant que notre appréciation est largement tributaire du style et du genre des textes qui constituent notre documentation. Ainsi les hymnes du Veda sont-ils vraisemblablement archaïsants. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que dans les siècles ultérieurs, la grammaire de Pāṇini a servi de référence absolue à tous ceux qui se sont piqués d’employer le sanskrit (langue réservée à une élite sociale) : l’usage littéraire et savant a enfermé la langue dans un état normalisé, comparable, mutatis mutandis, au latin classique.

22 Il s’agit d’une désinence d’accusatif : cette formation est à rapprocher, d’un point de vue comparatif, de l’accusatif neutre adverbial, formation bien connue dans les langues indo-européennes.

23 Ce composé signifie littéralement « l’homme de lui », donc « son serviteur », et sa glose est tasya purua, où tasya est le génitif du pronom anaphorique : c’est un vibhaktitatpurua, appartenant à la subdivision des aṣṭhītatpurua « à sixième désinence » (voir infra).

24 La désinence du composé, qui figure après le terme ultérieur, est déterminée par la fonction de ce composé dans la phrase, et n’intervient donc pas dans la classification.

25 La grammaire indienne ne donne pas de nom aux désinences, mais seulement un numéro d’ordre. Des règles spécifiques affectent au nom telle ou telle désinence selon son statut syntaxique. Ce système, plus algébrique que celui que nous avons hérité de la grammaire grecque, présente l’avantage de ne pas présumer de la valeur d’un morphème avant qu’elle ne soit actualisée par l’insertion dans une phrase de l’unité dans la formation de laquelle il entre, et de ne pas réduire à une seule l’ensemble des significations qu’il est susceptible d’exprimer. Entre notre système et celui de Pāṇini, on peut établir la correspondance suivante : 1re désinence : nominatif ; 2e : accusatif ; 3e : instrumental ; 4e : datif ; 5e : ablatif ; 6e : génitif ; 7e : locatif (seul le vocatif, qui a une valeur unique, est nommé : āmantritam).

26 L’énoncé de base a subi une contraction euphonique : il repose sur dadhnā odana. Sans désinence, comme premier élément du composé, il prend la forme dadhn-.

27 Hors euphonie : *dvijāya aya sūpa ; ayam est le masculin de idam (ce). On peut aussi analyser sūpa comme bhūtebhya (datif pluriel) : « pour les prêtres ».

28 Ce composé pourrait prêter à confusion : dans l’Inde classique, le roi est considéré comme l’époux de la Terre comme le dieu Viṣṇu est l’époux de la déesse Bhū, qui la personnifie. Le roi est en effet une incarnation de ce dieu, tandis que l’une des reines est une incarnation de Bhū.

29 Sūtra 1.2.42 : tatpurua samānādhikaraa karmadhāraya « un composé déterminatif dans lequel il y a identité de référence [pour les deux termes s’appelle] composé appositionnel ».

30 Voir le chapitre précédent pour ce qui est de la formation du dérivé jāmadagnya (jamadagner apatyam > jamadagnes-yañ > jamadagni-yañ > jāmadagnya- > jāmadagnya).

31 Il est analysable comme un cas de lexicalisation.

32 Il est permis de s’interroger sur ce qui semble une rupture de la séquence qualifiant-qualifié qui définit le karmadhāraya. Il faut cependant noter que ce sont les poéticiens qui distinguent, parmi les composés fondés sur une séquence comparé-comparant, entre composés comparatifs, où ce problème se pose (la glose exclut que le comparé soit le terme qualifiant), et composés-métaphores, que l’on peut sans difficulté faire entrer dans la catégorie des karmadhāraya : caraa-pakajam, glosé caraam eva pakajam, littéralement « un lotus qui est un pied », n’inverse pas la séquence qualifiant-qualifié ; la preuve en est que c’est bien le membre ultérieur, le comparant, qui possède le sens principal, ainsi que l’atteste la possibilité de construire le composé avec un adjectif qui le détermine (voir infra). L’analyse rhétorique ne recoupe pas exactement l’analyse grammaticale.

33 Le poéticien Mammaṭa (xie siècle après J.-C.) définit ainsi le rūpaka dans son traité, le Kāvyaprakāśa, X, 139 : tad rūpakam abhedo ya upamānopameyayo « le rūpaka consiste dans l’identité du comparant et du comparé ».

34 Ce composé est un archétype de cette classe ; il signifie « une paire de bœufs ».

35 Ce nouveau composé est un bahuvrīhi : voir infra.

36 Ce que nous appelons « composé verbal » est, pour les grammairiens indiens, un mot simple, dérivé d’une racine propre. Le fait que ce soient généralement les règles de l’euphonie externe (pertinentes pour la rencontre des mots dans la phrase), comme dans les composés nominaux, qui s’appliquent éventuellement entre le préverbe et la racine, et non celles de l’euphonie interne (pertinentes pour la rencontre des morphèmes dans le mot) atteste cependant que les locuteurs avaient conscience de la composition verbale. L’existence de quelques verbes anciennement composés mais où s’appliquent les règles de l’euphonie interne, et qui sont donc des agglutinés, ne contredit pas cette affirmation.

37 C’est-à-dire un dérivé kdanta : dérivé nominal sur la base d’une racine verbale, et désignant un des facteurs de l’action (voir supra).

38 Diachroniquement, il faut certainement considérer ce type de composé – au reste assez peu représenté – comme la réinterprétation de syntagmes agglutinés, suivie de la généralisation du procédé.

39 tha, en second élément de composé, signifie « qui se tient » (upapadasamāsa : voir supra).

40 Ce mot signifie, proprement, « paire ».

41 Si les deux termes d’un composé sont deux qualifiants, il s’agit alors d’un karmadhāraya comportant deux adjectifs (voir supra, les exemples 16 et 17).

42 Cette copule a quatre sens, dont trois peuvent s’actualiser dans des dvandva : samuccaya « coordination » ; itaretarayoga, « relation mutuelle » ; samāhāra « rassemblement ». La relation appelée anvācaya « coordination indirecte » exclut le composé dvandva, car il n’existe pas alors de relation mutuelle vis-à-vis de l’action.

43 C’est vraisemblablement la fonction la plus ancienne du composé copulatif ; le texte sanskrit le plus archaïque, le gveda (Veda des strophes, recueil d’hymnes adressés aux dieux à l’occasion du sacrifice) contient majoritairement des dvandva de ce type ; voir Macdonell (1916, § 186).

44 Le texte est tiré de l’édition de Stchoupak (1968, p. 40).

45 « Ici » désigne le Janasthāna, une partie de la forêt DaṇḍakaRāma, au cours de son exil, séjourna avec sa femme Sītā et qui fut témoin de leur amour. L’évocation de ce paysage et des symboles nombreux qui le peuplent éveille chez le héros, à présent séparé de son épouse, des souvenirs douloureux – et annonce les retrouvailles qui concluent la pièce.

46 Dans la traduction, des tirets relient les mots que le texte sanskrit regroupe dans des composés ; le nombre et l’ordre des mots, cependant, ne sont pas les mêmes dans les deux langues. Les deux composés originaux s’analysent de la façon suivante : (1) samada- (ivres d’amour) śakunta- (oiseaux) ākrānta- (envahis) vānīra- (roseaux) mukta- (détachés) prasava- (fleurs) surabhi- (parfum) śīta- (fraîches) svaccha-(limpides) toyā[] (eaux) ; (2) phala- (fruits) bhara- (fardeau/abondance) pariāma-(maturité) śyāma- (sombre) jambū- (arbre Jambū) nikuñja- (bosquet) skhalana- (fait de trébucher) mukhara- (bruissants) bhūri- (abondants) srotaso (courants). On notera que bhara- peut se comprendre de deux façons.

47 À l’instar d’un grand nombre de strophes de la littérature classique, où la description, créatrice d’atmosphère (donc source du rasa, ou tonalité émotionnelle, qui constitue le but suprême de toute création esthétique), l’emporte généralement sur la narration.

Auteur

Université de Provence

© ENS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540