Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un dialogue atlantique

 | 
Eni Puccinelli Orlandi
, 
Eduardo Guimarães

L’institutionnalisation des dictionnaires monolingues au Brésil1

José Horta Nunes

Texte intégral

  • 1 Nous remercions la Fapesp (Fundação de amparo à pesquisa do estado de São Paulo – procès n° 01/102 (...)

1La production de dictionnaires au Brésil est strictement liée à la formation des institutions et aux rapports qui s’établissent entre les sujets et les langues par cette voie. Depuis l’époque coloniale, lorsque la Compagnie de Jésus a été introduite, en 1549, les institutions ont eu un rôle important dans la définition de politiques linguistiques et dans la production d’instruments linguistiques tels que grammaires et dictionnaires. Ces instruments ont établi des rapports entre les locuteurs, en construisant des images de langues soutenues par les institutions. Les dictionnaires bilingues des jésuites, après les listes de mots des voyageurs et des missionnaires, sont les premiers résultats de cette institutionnalisation. Ils ont fonctionné comme des instruments de catéchèse et de colonisation.

2Le Brésil monarchique a vécu des changements considérables de l’imaginaire linguistique. La sortie des jésuites, expulsés en 1757, et l’arrivée de la famille royale en 1808, créent de nouvelles conditions pour la production de dictionnaires. Des institutions comme la Bibliothèque nationale et l’Institut historique et géographique brésilien ont donné d’autres directions à la politique linguistique. La langue de l’autre, en particulier des Indiens, est alors vue comme un passé linguistique, à cultiver et à préserver romantiquement. Les dictionnaires bilingues élaborés ou compilés ont servi comme documents qui historiaient les langues indiennes et construisaient l’image d’un passé linguistique brésilien.

  • 2 Sur le rôle des académies dans l’institutionnalisation de la langue, voir B. Mariani, « L’institut (...)
  • 3 E. Guimarães montre qu’à la fin du xixe siècle les études de la signification au Brésil amènent à (...)

3Toutes ces institutions ne se sont pourtant pas penchées sur les dictionnaires. Les académies des xviiie et xixe siècles2 ne les ont pas produits. Les grands monolingues n’apparaissent qu’au xxe siècle. Les changements consécutifs au passage de l’Empire à la République ont été en cela décisifs. L’un de ces changements concerne la place attribuée au portugais brésilien comme langue nationale et comme expression du « peuple », de la « nation », de la « culture ». Il s’agit d’une langue transformée par les conditions locales. Dans la seconde moitié du xixe siècle, les dictionnaires de régionalismes, de « brésiliennismes » et de compléments aux dictionnaires portugais enregistraient les parlers brésiliens, alors que l’étude de la signification commençait à prendre en compte le « peuple » en tant que sujet collectif3. Avec le mouvement républicain naît le discours de défense et éloge de la langue nationale. C’est de cette époque que date la production des premières grammaires du portugais brésilien, ainsi que celle des grandes compilations de brésiliennismes. Pourtant, il a fallu attendre le milieu du xxe siècle pour voir l’établissement des monolingues.

4Nous proposons de réfléchir sur le rôle de quelques institutions dans ce processus. Nous partirons de l’Academia Brasileira de Letras. L’Académie, fondée en 1897, s’est intéressée dès le début aux dictionnaires. La concurrence des projets, les interruptions et reprises, les conflits, les résultats acceptés ou laissés de côté, montrent les enjeux de cette institution, les prises de position dans un contexte où ont lieu des accords internationaux, des décisions du gouvernement et des changements de la conjoncture. L’effort initial a été d’élaborer un dictionnaire de brésiliennismes. Ensuite, deux projets soutenus par l’Académie sont signes du passage du dictionnaire littéraire, avec des citations d’auteurs classiques (plan de Laudelino Freire), au dictionnaire de base de la langue parlée, sans citations et avec transcription phonétique (plan d’Antenor Nascentes). C’est ce dernier projet qui a été accepté, au moins temporairement, pour représenter l’Académie.

5Le second lieu institutionnel est celui des éditeurs, dont le rôle dans la publication de dictionnaires a été très important. La diffusion de dictionnaires par les éditeurs constitue une étape spécifique pour la production lexicographique, où se construisent des images de la langue de « civilisation », de « culture », du « travail », de la « citoyenneté », du « quotidien » des sujets. Les premiers monolingues brésiliens, à savoir le Pequeno dicionário brasileiro da língua portuguesa, de Gustavo Barroso et Hildebrando Lima (1938) et le Grande e novíssimo dicionário da língua portuguesa, de Laudelino Freire (1939-1944), ont été publiés par des éditeurs indépendants, en dépit de l’appartenance de leurs auteurs à l’Académie. Deux dictionnaires de la seconde moitié du siècle ont eu une réception très large. Il s’agit du Novo dicionário brasileiro Melhoramentos ilustrado, organisé par Adalberto Prado e Silva (1962), publié chez Melhoramentos, et du Novo dicionário da língua portuguesa, d’Aurélio Buarque de Hollanda Ferreira (1975), publié chez Nova Fronteira. Il faut donc réfléchir sur le rôle des éditeurs dans la production d’un discours lexico-graphique.

6Nous allons aborder aussi le discours officiel produit par le ministère de l’Éducation. L’amplification du réseau scolaire a été l’une des raisons de l’avènement du dictionnaire monolingue. En 1930, aux commencements du gouvernement de Getulio Vargas, le ministère de l’Éducation a publié des dictionnaires scolaires à prix réduit. Cela a conduit à une défense de l’unité de la langue nationale et de la scolarisation. Le ministère a participé, avec l’Académie brésilienne de Lettres, aux décisions sur la normalisation de l’orthographe et à la publication du dictionnaire de l’Académie par Antenor Nascentes. Nous aborderons la publication du Novo dicionário da língua portugueza, de Francisco da Silveira Bueno (1975), par le ministère de l’Éducation. Le parcours de ce dictionnaire, avec plusieurs rééditions, atteste de la formation d’un public scolaire et de la constitution d’un discours officiel qui dépasse la « fonction auteur » du dictionnaire.

7Les universités et les journaux ont joué aussi un rôle significatif dans la production lexicographique. Les unes ont développé la formation de lexicographes et de collaborateurs, mais ce n’est qu’à la fin du siècle qu’un projet universitaire arrive à son terme, avec une méthodologie linguistique. Il s’agit du Dicionário de usos do português contemporâneo, de Francisco da Silva Borba (2002). Les autres deviennent au xxe siècle de grandes entreprises. D’abord, les journaux ont servi de matière pour la production de dictionnaires. Ensuite, ils ont édité des versions réduites de quelques œuvres et ils ont fait circuler une image du dictionnaire liée au quotidien des lecteurs.

8Les réflexions menées ici reposent sur une analyse de la matérialité des textes. Nous prenons en compte les préfaces et quelques aspects de la macro et de la microstructure des dictionnaires. Ainsi nous considérons les institutions au travers des discours qu’elles produisent, soutenues par les dimensions symboliques et imaginaires. La perspective théorique est celle de l’analyse du discours associée au champ de l’histoire des idées linguistiques (voir Orlandi 2001b ; Orlandi et Guimarâes 2002 ; Auroux 1992 ; Collinot et Mazière 1997 ; Auroux, Mazière et Orlandi 1998 ; Nunes et Petter 2002).

L’Academia Brasileira de Letras : à la recherche d’un dictionnaire

  • 4 Sur le débat à propos du nom de la langue dans les années 1930-1940 au Brésil, voir Dias 1996.

9L’Académie a été fondée en 1897, à Rio de Janeiro, comme une institution civile, quelques années après la proclamation de la République, en 1889. Le premier président en a été l’écrivain Machado de Assis. En prenant modèle sur l’Académie française, on a créé quarante « fauteuils » renouvelables, occupés par des membres « effectifs et perpétuels ». Les règlements proposent une image de la langue de culture, liée à la formation de la langue nationale. La polémique autour du nom et de l’unité de la langue n’est pas évoquée. On n’y trouve ni la désignation de « langue portugaise » ni celle de « langue brésilienne ». L’Académie pose comme finalité la « culture de la langue nationale » et laisse ouverte la détermination de cette langue. Mais les débats sur l’identité linguistique débordent sur les premières décennies du xxe siècle et la conception du dictionnaire est affectée par de l’instabilité et des transformations4.

10Le premier but de l’Académie était d’élaborer un dictionnaire de brésiliennismes. Ce projet a pourtant été abandonné au milieu du xxe siècle, alors qu’émergeaient des projets de dictionnaires de langue. Par rapport à ces derniers, un changement a marqué le passage d’un dictionnaire des « autorités classiques » à un dictionnaire de la langue parlée, sans citations et commandé à un expert extérieur à l’Académie. Dans ce passage, réalisé brusquement dans les années 1940, se produisent quelques modifications dans l’image de la langue.

  • 5 Nous employons le terme « archive » dans le sens proposé par M. Pêcheux : « champ de documents per (...)
  • 6 Sur le mode d’inclusion des brésiliennismes chez Figueiredo, voir De Oliveira 2002.

11Commençons par les dictionnaires de brésiliennismes. Au début du siècle, des discussions à ce propos se tiennent à l’Académie. À ce moment, il y avait déjà une archive considérable de brésiliennismes5. À partir de ces matériaux, on voulait confectionner un dictionnaire de brésiliennismes qui refléterait la langue en usage. D’un autre côté, les dictionnaires portugais en circulation au Brésil étaient critiqués, surtout à cause de la façon dont ils incluaient ou n’incluaient pas les brésiliennismes6.

12Les dictionnaires portugais ont été interprétés de diverses manières. Dans cette production, on distingue le Diccionario da lingua portuguesa... (Silva 1789), toujours pris comme une œuvre fondatrice. Appelé « Moraes », ce dictionnaire, fait par un Brésilien, a connu plusieurs rééditions au xixe siècle, au Portugal, et en 1922 il a connu une édition brésilienne commémorative de l’Indépendance du Brésil (Silva 1922). C’était une édition en fac-similé de la deuxième édition de 1813. Deux grands dictionnaires de la fin du xixe siècle se distinguent également. Le premier est le Diccionario contemporâneo da língua portuguesa de Caldas Aulete (1881). Ce dictionnaire a été très bien reçu par le public brésilien, surtout après sa première édition brésilienne en 1958. Le second est le Novo dicionário da língua portuguesa de Cândido de Figueiredo (1899). Ce dictionnaire a introduit un grand nombre de brésiliennismes, il a cependant été le plus critiqué.

13La Revista da Academia, commencée en 1910, publie cette année-là deux textes qui ouvrent la discussion sur le dictionnaire de langue. Le premier est un article de José Verissimo qui faisait des remarques sur le dictionnaire de Cândido de Figueiredo (1899) et soutenait l’élaboration d’un dictionnaire de langue. Le second est un article de Joâo Ribeiro qui évaluait la façon dont les dictionnaires portugais introduisaient des brésiliennismes. Il traitait aussi des dictionnaires de brésiliennismes réalisés au Brésil, en proposant une révision de la matière. Dans les années 1930, Joaquim Ribeiro annonce les travaux en géographie linguistique : les brésiliennismes ne sont plus pensés dans une perspective historique et étymologique, mais d’un point de vue synchronique et en fonction de la variation géographique. La revue publie dans les années qui suivent plusieurs listes de brésiliennismes.

14Le projet d’un dictionnaire de brésiliennismes entre en concurrence dans les années 1930-1940 avec le plan d’un dictionnaire complet de la langue. En 1951, Múcio Leão présente un avis favorable à la reprise des travaux sur les brésiliennismes. Mais le projet est abandonné et le dictionnaire n’est pas publié.

15En 1931 apparaît dans la revue le plan d’un dictionnaire général, élaboré par Laudelino Freire, membre de l’Académie. Le dictionnaire reposerait sur le Morais et introduirait des mots déjà présents dans les dictionnaires portugais, ainsi que des brésiliennismes et des régionalismes. Le projet a avancé, mais, à la fin, le dictionnaire n’a pas été publié par l’Académie. Laudelino Freire l’a achevé et fait publier indépendamment par la maison d’édition A Noite, en 1939-1944.

16Dans les années 1940 a lieu un changement. Après le refus du plan de Laudelino Freire, un nouveau projet est proposé. Il prévoit l’engagement d’un expert extérieur à l’Académie : le philologue et linguiste Antenor Nascentes. Le plan est publié dans la revue de l’Académie en 1943 : il prend pour modèles les dictionnaires de l’Académie française et de l’Académie espagnole, sans citations d’auteurs. Livré à l’Académie en 1945, ce dictionnaire n’a été publié qu’en 1961-1967.

Des « grands auteurs » au « grand auteur » : un tournant linguistique

17Les préfaces des deux dictionnaires soutenus par l’Académie montrent le changement de perspective théorique et de rapport du lexicographe à la « fonction auteur ». Ce tournant est celui du passage d’un dictionnaire des autorités classiques au dictionnaire d’un spécialiste.

18La préface du Grande e novíssimo dicionário da língua portuguesa de Laudelino Freire (1939-1944) présente des traces de la tradition lexicographique portugaise. Le dictionnaire du Portugais Cândido de Figueiredo (1899) est cité comme une œuvre de référence, qui doit être enrichie par l’introduction de mots :

  • 7 Toutes les traductions en français des citations en portugais sont de nous.

Le Grande e novíssimo dicionário da língua portuguesa, que je présente au public, apporte à celui de Cândido de Figueiredo un grand nombre de mots, en enregistrant un nombre de termes simples et composés jamais atteint par aucun dictionnaire.7 (Freire 1939-1944, p. VII)

19Le discours établit une filiation avec la tradition portugaise. On note d’abord que le titre de Laudelino Freire (Grande e novíssimo dicionário da língua portuguesa) reprend et déplace celui de Cândido de Figueiredo (Novo dicionário da língua portuguesa). Ce mécanisme de dénomination assure une continuité par rapport au champ portugais. L’argument concernant le nombre de mots confirme cette continuité par référence à des notions d’« opulence » et de « patrimoine lexicographique ». D’autres filiations sont passées sous silence : aucune référence aux dictionnaires de brésiliennismes ou à d’autres textes produits au Brésil. Du côté portugais, seul Cândido de Figueiredo est cité : aucune mention de Morais ou d’Aulete. Ce faisant, Laudelino Freire, s’appuyant sur l’argument de la quantité, construit une identification avec Cândido de Figueiredo et une image d’unité de la langue portugaise.

20Ensuite l’auteur parle de la structure de l’œuvre, du public visé et de la langue retenue :

  • vocables en général, ou mots propres de la langue ;
  • mots originaires d’autres idiomes et fréquents dans le langage ordinaire ;
  • expressions idiomatiques, manières de dire, mots à la mode, brésiliennismes et régionalismes ;
  • locutions en général, dont quelques-unes, latines, déjà incorporées au vocabulaire ;
  • indianismes et africanismes ;
  • termes scientifiques et techniques, dont le registre est nécessaire ;
  • néologismes et termes du langage commun des nouveaux écrivains déjà consacrés par l’usage ;
  • préfixes et suffixes, y inclus les éléments de composition vernaculaires, latins, grecs et tupis ;
  • abréviations et sigles ;
  • termes de conversation ou argots ;
  • variantes morphologiques des vocables, quoiqu’erronés, mais admis par l’usage commun. (Freire 1939-1944, p. VII-VIII)

21Cette liste couvre des régions de la langue retenue et en construit une image divisée. Il y a d’abord ce qui est le « propre » de la langue. Ensuite, il y a les parlers de la « langue ordinaire », de « l’usage commun », de la « conversation », des « termes scientifiques », etc. De cette façon, lorsqu’on introduit la notion de « langage commun », se produit une opposition entre ce qui est le « propre de la langue », c’est-à-dire les auteurs déjà consacrés, une tradition d’écriture déjà établie et ce qui vient la compléter, le langage ordinaire, l’usage commun. Cela se voit également dans le sens attribué au terme « langage », qui rassemble l’« érudit » et le « vulgaire », en les distinguant toutefois : « au propre langage, aussi bien érudit que vulgaire » (p. vii). Les nouveaux mots sont ainsi « incorporés » et distribués selon cette division.

22La distinction entre l’érudit et le vulgaire sépare les « auteurs consacrés » des « plébéismes ». Ainsi, lorsque l’auteur introduit les parlers quotidiens, il distingue les usages supposés propres à l’idiome des usages considérés comme extérieurs (« argots », « mots grossiers », « barbarismes », etc.), qui résulteraient d’une « corruption du vocabulaire ». Ces éléments tenus à distance s’opposent à ceux qui apportent « grâces et galas » au langage, comme on dit quand on traite des locutions adverbiales et prépositives, ainsi que des verbes soutenus par des « exemples classiques ».

23Par rapport au public visé, Laudelino Freire affirme : « Fait surtout pour les Brésiliens, ce dictionnaire n’a pas besoin d’indication de brésiliennisme pour la connaissance du langage parlé au Brésil. » Ainsi Laudelino Freire ne marque-t-il pas les brésiliennismes à l’intérieur des articles. On note aussi dans cette affirmation l’identification des brésiliennismes au « langage parlé », en opposition à la tradition écrite déjà retenue par les dictionnaires. On construit donc l’unité de la langue nationale, en même temps qu’une différence entre la langue parlée et la langue écrite.

24À la suite des discussions au sein de l’Académie, la commission chargée du dictionnaire se dissout en 1934. En 1940, un technicien extérieur à l’Académie est engagé pour élaborer le dictionnaire de l’Académie : Antenor Nascentes, un philologue linguiste. Le dictionnaire ne sera plus confectionné par les académiciens et il sera soutenu par le discours de la nouvelle science qui s’établit. Ce tournant linguistique conduit, alors, à un passage du dictionnaire des autorités classiques à un dictionnaire de linguiste.

25Ce fait semble lié à un processus plus ample, qui affecte un ensemble de pratiques, incluant celles de normalisation de la langue. L’apparition de normes officielles comme le Pequeno vocabulário da língua portuguesa (1943) et la Nova nomenclatura gramatical brasileira – NGB (1959) apportent des modifications dans la « fonction auteur ». Ces normes sont adoptées par les dictionnaires qui suivent. Selon Eni Orlandi :

Ayant déjà la garantie de l’État, l’exercice de production des grammaires prend une autre forme et un autre sens au xxe siècle. Avec la NGB (1959) la situation change sensiblement, lorsque c’est une commission qui, à partir d’un décret, établit l’homogénéité d’une terminologie qui « dés-autorise » les diverses positions (grammaire générale, grammaire historique, grammaire analytique, grammaire descriptive, etc.) des grammairiens qui prenaient la responsabilité d’un savoir sur la langue.
Après ce déplacement, la fonction auteur du savoir n’est plus une position du grammairien et elle sera patronnée par le linguiste. (Orlandi 2000, p. 30)

26Dans le cas des dictionnaires, un processus semblable se produit. La voix de la science prend la place du lexicographe. Antenor Nascentes, qui a participé à la commission de la NGB, apparaît comme un « technicien » qui se substitue aux lexicographes non experts. Dans ce sens, pour ce qui est de la production antérieure de l’Académie, Antenor Nascentes affirme : « Je sais qu’à l’Académie existent plusieurs projets anciens de dictionnaires. Pour ne pas me laisser impressionner par eux, je ne les ai pas même vus » (Nascentes 1961-1967, p. ix). La filiation à l’Académie française et espagnole est réitérée lorsque Antenor Nascentes parle de l’exemplification :

À ce propos, j’ai suivi l’Académie française et espagnole. Aucun exemple d’emploi n’apparaît, d’aucun écrivain. Tous les exemples ont été préparés à dessein. Une Académie ne cite pas d’auteurs. Elle a l’autorité. Autorité qu’elle s’est arrogée quand elle s’est constituée et que tacitement lui reconnaissent le Gouvernement et la société. (Ibid., p. x)

27Sans citations d’auteurs et avec des exemples créés par le lexicographe, le dictionnaire construit l’image d’une langue académique. Antenor Nascentes établit aussi une filiation avec d’autres dictionnaires. D’abord, il cite, du côté portugais, le Dicionário contemporâneo, de Caldas Aulete (1881), et, du côté brésilien, un dictionnaire de brésiliennismes, le Dicionário de vocábulos brasileiros, de Henrique de Beaurepaire-Rohan (1889). Silva (1789) est cité pour « ce qui est ancien » et Cândido de Figueiredo (1899) pour les « néologismes ultérieurs ». De cette façon, à la différence de Laudelino Freire, qui prend Cândido de Figueiredo comme référence, Antenor Nascentes en appelle à Caldas Aulete comme première filiation. Cela va de pair avec le discours scientifique soutenu par ses œuvres.

28Un déplacement significatif chez Antenor Nascentes consiste dans la construction d’une image de la « langue vivante ». Pendant que Laudelino Freire suit l’orientation de Cândido de Figueiredo sur l’aspect quantitatif, Antenor Nascentes prend une position inverse, en affirmant que « Cândido de Figueiredo a colligé 136 533 [vocables], mais dans ce dessein il a réuni des mots courants en Asie et en Afrique, des archaïsmes, des néologismes sans vie, etc., etc. S’il y a donc un travail nécessaire dans notre trésor lexical, c’est celui de couper toutes ces inutilités, en présentant la langue vivante du Brésil d’aujourd’hui avec les mots qu’il possède vraiment ». L’énoncé « langue vivante » renvoie aussi au passage de la langue écrite à l’oralité. Antenor Nascentes effectue pour la première fois une transcription phonétique dans un dictionnaire brésilien. Cette rupture avec l’écriture, qui, au plan des exemples, accompagne la décision de ne pas citer d’auteurs, va vers une image de la langue parlée. La variété décrite par Antenor Nascentes est celle de Rio de Janeiro, considérée à l’époque comme un modèle pour la langue nationale. À ce moment, Antenor Nascentes construit une filiation avec la lexicographie de langue anglaise :

D’après ce que je sais, jusqu’à nos jours, seul l’anglais possède tous ses mots transcrits en alphabet phonétique, grâce à Daniel Jones. Dorénavant le portugais aura donc aussi ses transcriptions. En étudiant les œuvres de Passy, Daniel Jones, Navarro Tomás, Oliveira Guimaràes et Sa Nogueira, j’ai organisé le système par lequel ont été transcrits nos phonèmes, système qui sera plus tard reconnu comme celui de l’Académie brésilienne de Lettres, pourvu qu’elle accepte le projet. (Nascentes 1961-1967, p. x)

29Antenor Nascentes mentionne aussi la définition de termes scientifiques et les transformations technologiques de la « vie moderne ». Pour cela, il propose la consultation de spécialistes. Il prend en compte « les transformations apportées par les nouvelles inventions, les nouvelles habitudes, etc. ». C’est donc tout un faisceau de changements qui se produit au milieu du siècle.

30Le dictionnaire d’Antenor Nascentes, terminé en 1945, n’est publié qu’en 1961-1967. Il n’a pas connu un grand succès. À la fin du siècle, l’Académie projette un autre dictionnaire. La présentation du Vocabulário ortográfico da língua portuguesa, publié en 1999, prévoit une version majeure de 150 000 articles.

Les maisons d’édition : un lieu pour le dictionnaire brésilien

31Les premiers dictionnaires brésiliens apparaissent discrètement à la fin des années 1930. Le projet de Laudelino Freire, abordé ci-dessus, est rejeté par l’Académie, mais il est publié par la maison d’édition A Noite, de 1939 à 1944. Cela montre que les maisons d’édition ont soutenu des projets lexicographiques. On note que, dans la préface de la première édition, aucune allusion n’est faite au projet développé à l’Académie, ni non plus au fait que c’était le premier monolingue brésilien. Ce n’est qu’à la deuxième édition, après la mort de l’auteur, que Laudelino Freire Jr., son fils, mentionne, dans une note, le passage de Laudelino Freire par l’Académie et l’aspect précurseur de l’œuvre :

Le premier grand dictionnaire fait au Brésil a été lancé par la maison A Noite, dont la première édition est déjà épuisée, et qui est réédité aujourd’hui par la maison José Olympio. [...] Le GNDLP a été organisé par mon père, Laudelino Freire, membre de l’Académie brésilienne de Lettres, directeur de la Revue de langue portugaise. (Freire Jr. 1957)

32Une année avant la publication de Laudelino Freire, en 1938, apparaît, chez l’éditeur Civilizaçào Brasileira, une œuvre qui est aussi considérée comme le premier dictionnaire : le Pequeno dicionário brasileiro da língua portuguesa. La lexicographie brésilienne gagne alors un espace qui n’est ni académique ni officiel, mais qui est celui des institutions culturelles implantées dans le pays.

33À partir des années 1930, commence au Brésil la période connue sous le nom d’État nouveau, qui signale le passage d’une politique agraire et oligarchique à une politique urbaine et industrielle. Le marché du travail et la demande d’instruction s’accroissent, et par conséquent le réseau scolaire augmente. Dans ce contexte d’unification culturelle, se fixe au Brésil un marché du livre et s’ouvre un chemin pour les publications indépendantes, qui abritent des projets lexicographiques. Selon Heloísa Pontes (1989, p. 364), avec la révolution de 1930, une nouvelle configuration « s’exprime dans les divers secteurs de la vie culturelle du pays : avec l’instruction publique, l’enseignement élémentaire et secondaire, la création de nouvelles facultés et des premières universités brésiliennes, la production artistique et littéraire, les véhicules de diffusion culturelle et, surtout, le développement des études et la connaissance de la réalité nationale ». Comme le montre Pontes, les maisons d’édition ont exercé un rôle important dans la publication d’études sur le pays et de livres didactiques nationalisés. Parmi ces maisons, l’on trouve la Companhia Editora Nacional/Civilizaçào Brasileira, qui publie le Pequeno dicionário brasileiro da língua portuguesa (PDBLP). Le dictionnaire atteint une importante diffusion. En 1967, il comptait déjà onze éditions. Sans exemples et sans citations d’auteurs, le PDBLP est un petit dictionnaire de 72 000 articles environ. La 11e édition présente 87 332 articles. En tête de la première édition, on trouve cette note des éditeurs :

Le Pequeno dicionário brasileiro da língua portuguesa que nous avons le plaisir de vous présenter est un travail élaboré par plusieurs philologues et, autant que l’on sache, la première tentative d’un dictionnaire véritablement brésilien, enrichi d’un grand nombre de vocables nouveaux et soulagé de mots archaïques, déjà complètement désuets au Portugal et principalement au Brésil. (Barroso et Lima 1938, note des éditeurs)

34On s’aperçoit qu’il n’y a pas de la part des auteurs un geste de fondation. La séquence « autant que l’on sache » montre une distance par rapport à l’affirmation de la « fonction auteur ». Et l’adverbe « véritablement » donne comme préconstruite l’existence d’autres dictionnaires qui ne méritaient pas la désignation de brésiliens. De plus, la « fonction auteur » est passée sous silence : on ne donne pas les noms des auteurs, qui sont recouverts par la désignation de « plusieurs philologues ». Considérons que, à partir de la deuxième édition, en 1939, la note des éditeurs sert à identifier les organisateurs : Gustavo Barroso et Hildebrando Lima, ainsi que les collaborateurs. L’image à donner est celle de la langue en « usage » au Brésil, un usage qui se montre généralisé, puisqu’on ne détermine pas le public. C’est donc dans l’anonymat des maisons d’édition que sont réalisés les deux premiers dictionnaires brésiliens.

35Les maisons d’édition produisent également des modèles de dictionnaires populaires et scolaires. Au début, ces dictionnaires se présentent comme des reformulations de dictionnaires portugais ; ensuite ils gagnent des contours propres. La Livraria Teixeira, une des plus anciennes maisons d’édition de São Paulo, qui avait publié des livres très importants de la littérature brésilienne, comme A carne (La chair) de Julio Ribeiro, ainsi que des auteurs comme Aluízio Azevedo et Olavo Bilac, publie en 1939 la deuxième édition du Dicionário popular ilustrado da língua portuguesa. Il s’agit d’une réimpression, organisée par José dos Santos Rodrigues, du dictionnaire d’Antônio Lopes dos Santos :

Voulant offrir au public et surtout à la jeunesse scolaire un dictionnaire aussi complet que possible, et en même temps portable, la Livraria Teixeira a choisi de réimprimer le très connu Dicionário popular ilustrado da língua portuguesa, d’A. Lopes dos Santos, en y ajoutant plusieurs milliers d’articles, absents de la première édition, et d’usage commun, de nos jours, aussi bien au Brésil qu’au Portugal. Il convient de souligner que, dans cet ajout, méritent une attention particulière les innombrables locutions et termes utilisés seulement au Brésil. De cette façon, la Livraria Teixeira a rendu un grand service, surtout à nos étudiants, en exhumant un dictionnaire qui s’imposait de lui-même, puisqu’il est venu combler le manque d’un dictionnaire que nos jeunes puissent apporter quotidiennement aux cours de portugais. Il était désolant et même révoltant de voir des dictionnaires de toutes les langues dans les mains de nos élèves, mais jamais de dictionnaire de leur propre langue.

36On note le contexte d’expansion du réseau scolaire et l’attention portée aux étudiants. La maison d’édition répond donc à la demande de ce public. L’image de la langue est celle de « l’usage commun », avec « l’ajout » de locutions utilisées au Brésil, y compris les argots.

37Au-delà du public scolaire, les petits dictionnaires étaient destinés aussi à d’autres utilisateurs. C’est ce qu’on note dans la première édition du Dicionário moderno da língua portuguesa, publié par les Éditions Úteis en 1958. Après une critique des grands dictionnaires (« ils ne descendent pas de leur opulence ») et des dictionnaires spécialisés (« ils se prennent aussi pour des nobles »), Telles Alves propose un dictionnaire voué au « peuple », c’est-à-dire, selon lui, « à l’étudiant de deuxième cycle, au banquier, au fonctionnaire public, au chef de famille, à tous ceux qui ne disposent pas de suffisamment temps pour trouver la définition qu’ils veulent » (Alves 1958, préface). Les dictionnaires populaires, en s’opposant aux grands dictionnaires, comme celui de Laudelino Freire, évoqué par la mention aux galanteries (« galarins ») et à la noblesse, configurent un public urbain spécifique. Grâce à leur format portatif, ils circulent à l’école, au travail, dans la famille. Le discours socio-économique distingue les classes sociales, en indiquant les différentes conditions d’utilisation des dictionnaires.

38Dans les années 1930-1940 paraissent des dictionnaires moyens qui construisent une image unifiée de la langue nationale. La rupture avec la tradition portugaise était déjà annoncée dans les premiers dictionnaires : il s’agit alors de pousser la description des parlers locaux. Un cas significatif consiste dans la série de dictionnaires publiés par la maison Globo. On en mentionnera trois : le Dicionário enciclopédico brasileiro ilustrado, d’álvaro Magalhães (1958), le Dicionário brasileiro contemporâneo, de Francisco Fernandes (1960 [1953]), et le Dicionário pratico da língua nacional, de José Mesquita de Carvalho (1953), respectivement un dictionnaire encyclopédique, un dictionnaire de la langue contemporaine et un dictionnaire organisé selon des critères grammaticaux (homophones, homographes, cognats, dérivés, etc.). Publiés à Porto Alegre, Rio de Janeiro et São Paulo, ces dictionnaires contribuent à créer une image d’unité nationale, en associant trois centres urbains et géographiques.

39Le parcours du Dicionário brasileiro contemporâneo de Francisco Fernandes (1960 [1953]) permet de montrer l’établissement et les transformations de l’image du « dictionnaire Globo ». Les articles enregistrent des « brésiliennismes, régionalismes, expressions idiomatiques, termes populaires, argots », entre autres. Le texte ne présente pas de citations d’auteurs, mais on introduit des exemples de phrases et des locutions d’usage courant, ce qui montre l’orientation vers la langue parlée et la distance par rapport aux dictionnaires d’autorités. Les rééditions de ce dictionnaire montrent des changements dans l’image du dictionnaire et du public visé. La première édition est destinée à un public « populaire », au « grand public », aux « étudiants de deuxième degré et aux hommes qui travaillent ». Dans une autre version, en 1958, le titre et l’image du public changent. Les adjectifs « populaire » et « brésilien » n’apparaissent plus. Le dictionnaire est alors appelé Dicionário da língua portuguesa et construit l’image d’une langue de « civilisation et culture » : « On a essayé d’augmenter le répertoire lexical par l’annexion de nouveaux articles et d’acceptions qui répondent à la croissance de la civilisation et de la culture contemporaines » (Fernandes et Guimaràes 1966 [1958]). Une autre version encore, du même dictionnaire, paraît sous le titre Dicionário brasileiro Globo, où le nom de la maison d’édition prend place à côté des auteurs déjà cités. En 1985, pour la troisième édition, un autre changement a lieu. La note des éditeurs construit une image de la langue de « communication » :

Connaître l’idiome national et l’utiliser avec propriété, de nos jours, n’est pas seulement une question d’éducation. C’est une vraie nécessité, qui dépasse les limites de l’école et de la formation académique pour atteindre la qualité de vie des citoyens. Celui qui rencontre des difficultés pour écrire, pour parler, n’est pas préparé pour la lutte quotidienne de conquête de son bien-être et de l’acceptation sociale. Il ne peut pas exprimer ses pensées, ses opinions ne sont pas comprises, ses revendications sont laissées sans suite, enfin, tout le processus de communication avec les autres est altéré. (Fernandes, Luft et Guimarães 1985)

40Les lecteurs sont caractérisés comme des « citoyens » qui ont des besoins et des « problèmes de communication ». On voit aussi l’insertion d’un discours « biologique », à travers les notions de « bien-être » et de « qualité de vie ».

41Passons maintenant à l’examen des années 1960-1970. Deux grands dictionnaires apparaissent alors sur le marché avec le support des maisons d’édition. Le premier est le Novo dicionário brasileiro Melhoramentos ilustrado, organisé par Adalberto Prado e Silva (1962) et édité par Melhoramentos. Le second est le Novo dicionário da língua portuguesa, d’Aurélio Buarque de Hollanda Ferreira (1975), édité par Nova Fronteira. On peut dire que ces dictionnaires suivent deux tendances : la scientifique et la littéraire. La tendance scientifique est marquée dans la préface d’Adalberto Prado e Silva par la place accordée à la linguistique :

Le progrès des études linguistiques dans notre pays ces derniers temps justifie la grande entreprise que représente ce Novo dicionário brasileiro Melhoramentos. Comme dans d’autres domaines de recherche, ce progrès ne se signale pas seulement par un plus grand nombre de travaux, mais aussi par un nouvel intérêt, de caractère objectif, pour les choses de la nation. [...] Sur ce point, devait prévaloir la leçon de Ferdinand de Saussure, résumée au principe que la valeur d’une forme linguistique quelconque dépendra, toujours, « du système dont elle fait partie ». (Prado e Silva 1964)

42La position de l’éditeur met en scène la voix de la science et le « caractère objectif par rapport aux choses de la nation ». La citation de Saussure signale le rapport à la linguistique synchronique au moyen du terme « système ». La préface critique les œuvres qui effectuent une compilation des dictionnaires portugais et qui y ajoutent simplement des indications de brésiliennismes. Bien que le dictionnaire d’Adalberto Prado e Silva ait recours à des citations littéraires, elles ne sont pas fréquentes. En revanche, il introduit des locutions de la langue en usage, des marques d’argot et des expressions populaires. Mais ce qui le caractérise de façon décisive est son aspect encyclopédique ou « technologique », avec des indications de domaines de spécialités et l’inclusion de termes scientifiques. En distinguant deux directions de dictionnarisation, la régionale (« émotionnelle », « mots à la mode », « corruptions », « incorporation de grands groupes démographiques marginaux ») et l’urbaine (« formes qui deviennent courantes dans les centres urbains et qui se diffusent par l’action éducative », « développement technologique, puisque les groupes spéciaux de travail créent et enrichissent leur propre langage avec des formes d’origines les plus diverses », « nouveaux instruments comme la radio, une certaine espèce de publications, le théâtre, et même la production cinématographique régionale qui commence », « des écrivains modernes »), on note que la tendance urbaine (et technologique) gagne une place prédominante dans ce discours. La maison Melhoramentos, créée en 1915, liée à l’entreprise de papier du même nom fondée aux débuts de la République, offre une aide technologique à la production de dictionnaires. En 1998, après quelques rééditions, le dictionnaire est publié sous le titre de Michaelis-Moderno dicionário da língua portuguesa.

43Traitons maintenant de la voie littéraire du Novo dicionário da língua portuguesa (Hollanda Ferreira 1975), l’Aurélio. Le dictionnaire le plus diffusé pendant le dernier quart du xxe siècle, le Ferreira, offre un grand nombre de brésiliennismes et de citations littéraires. La carrière de l’auteur comme lexicographe débute avec la troisième édition du Pequeno dicionário da língua portuguesa, abordé ci-dessus. À la sixième édition de ce dictionnaire, Aurélio Buarque de Hollanda Ferreira (1946) signe une préface qui restera jusqu’aux dernières éditions. « La dernière édition, la 11e, de 1967, interrompt la carrière victorieuse du PDBLP parce que les militaires ont fermé la maison d’édition qui le publiait – l’Editora Civilizaçào Brasileira » (Biderman 2002, p. 79).

44La participation d’Aurélio Buarque de Hollanda Ferreira aux rééditions du PDBLP indique une certaine continuité entre celles-ci et le Ferreira (1975). En 1965, apparaît la maison d’édition Nova Fronteira, fondée par le politicien Carlos Lacerda, qui publie l’Aurélio en 1975. Aurélio Buarque de Hollanda Ferreira ouvre la préface avec un texte qui évoque la mémoire de Littré : « Littré a consacré plus de trente années à la confection de son fameux Dictionnaire de la langue française, quoiqu’il lui dédiât quatorze heures par jour. » Il donne ensuite les orientations du dictionnaire :

Nous avons prétendu faire un dictionnaire moyen, étymologique, avec un contingent raisonnable de vocabulaire (bien plus de cent mille articles et sous-articles), actualisé (dans ses limites), attentif non seulement à la langue des écrivains (très spécialement les modernes, mais sans mépris, ce qui serait puéril, des classiques), mais aussi à la langue des journaux et revues, du théâtre, de la radio et de la télévision, au parler du peuple, aux langages divers – régionaux, dépréciatifs, plaisants, professionnels, argotiques...
Parmi les auteurs, de genres les plus divers, figurent fréquemment les chroniqueurs, parce qu’ils apparaissent, plus ou moins, comme de bons miroirs de la langue vivante. Plusieurs d’entre eux sont d’ailleurs des maîtres de la prose d’aujourd’hui. On n’a pas oublié non plus une autre classe d’auteurs : celle des paroliers de sambas, marches, chansons. Ils captent – ainsi que, jusqu’à un certain point, les chroniqueurs – la création linguistique populaire et, de plus, sont souvent des créateurs, des inventeurs de mots. (Hollanda Ferreira 1975, préface)

45L’auteur se présente comme un lieu d’écoute (« attentif ») des divers parlers. Lorsqu’il inclut les écrivains modernes, il argumente qu’il ne méprisera pas les classiques, en maintenant ainsi une filiation avec les grands dictionnaires d’autorités. Il inclut ensuite les discours des médias (journaux, revues, radio, télévision) et les parlers populaires, y compris les modalités « dépréciatives » ou « plaisantes ». L’image est celle de la « langue vivante », dont les représentants les plus significatifs seraient les chroniqueurs et les auteurs de chansons populaires (« créateurs, inventeurs de mots »). À la fin de la préface, Aurélio Buarque de Hollanda Ferreira réintroduit la voix du littéraire, en citant le poète Carlos Drummond de Andrade : « Lutar com palavras é a luta mais vã. Entanto lutamos mal rompe a manhã. » Le lexicographe unit, de cette façon, la voix du « poète » et celle de « l’apprenti de lexicographie », en réitérant l’aspect créateur de l’artiste et de l’auteur inséré dans une situation quotidienne, dans la « langue vivante ».

Le ministère de l’Éducation et la publication de dictionnaires scolaires

46L’apparition des premiers dictionnaires brésiliens, nous l’avons vu, n’est pas le résultat d’une intervention directe de l’État, mais d’institutions comme l’Académie brésilienne et les maisons d’édition. Cependant l’État a agi de façon décisive, par l’intermédiaire du ministère de l’Éducation, pour la promotion d’une unité de la langue portugaise sur le territoire national, pour la normalisation de la langue et pour l’expansion du système scolaire.

47Créé aux commencements du long gouvernement de Getúlio Vargas, en 1930, le ministère a adopté des mesures d’ampleur nationale, touchant un vaste public. L’unité de la langue a été visée d’abord par l’unification de l’orthographe. Après quelques décrets officiels, plus ou moins efficaces, celle-ci a été fixée par un dictionnaire orthographique. Le ministère de l’Éducation, dirigé à l’époque par Gustavo Capanema, a agi auprès de l’Académie en vue de la confection du Pequeno vocabulário ortográfico da língua portuguesa, basé sur le Vocabulário ortografico da língua portuguesa de l’Academia das Ciências de Lisboa. Le Pequeno vocabulário... a été publié par l’Imprensa nacional en 1943 et a été adopté pour l’élaboration des dictionnaires brésiliens ultérieurs.

48La même Imprensa nacional a participé à la publication du Dicionário da língua portuguesa, d’Antenor Nascentes (1961-1967), par l’Académie. Mais l’aspect le plus saillant de la pratique du ministère, à notre avis, est l’élaboration de dictionnaires scolaires, avec circulation d’un discours officiel sur l’enseignement. C’est le cas du Dicionário escolar da língua portuguesa, de Francisco da Silveira Bueno (1955). Ce dictionnaire, publié en 1955 par le ministère de l’Éducation, a connu dix éditions jusqu’en 1976. Cela montre la consolidation d’un public scolaire dans une période où le ministère a pourvu à la publication de matériaux didactiques à un prix plus accessible que celui des ouvrages des maisons d’édition. La préface du Dicionário escolar... est signée par Carlos Pasquale, alors directeur général du Département d’éducation :

La volonté de donner à l’enseignement les conditions nécessaires pour qu’il devienne efficient et offre aux étudiants les éléments dont ils ont besoin pour en tirer le meilleur profit a conduit le ministère de l’Éducation et de la Culture à se soucier du problème des livres scolaires. [...] Il s’agit d’un dictionnaire scolaire qui a pour objectif d’offrir aux élèves des lycées un instrument de consultation adapté, comprenant les éléments indispensables à leurs besoins en littérature et en linguistique, en utilisant le vocabulaire d’usage commun. (Bueno 1955, préface)

49La présentation est soutenue par un discours économique orienté vers l’offre de conditions aux « étudiants nécessiteux ». La position est celle d’un État pourvoyeur qui vient satisfaire les besoins des élèves. Une autre édition de ce dictionnaire, en 1962, a pour titre Dictionário escolar do professor et inclut une préface de Darcy Ribeiro, ministre de l’Éducation et de la Culture :

  • 8 En portugais, ce nom est fléchi selon le genre. L’original est au féminin : professora.

Professeur8,
Une des mesures les plus importantes du Programme d’Émergence, mis en place par le ministère de l’Éducation et de la Culture, est celle qui vise l’assistance du professeur du cycle élémentaire, très peu aidé dans sa mission. (Bueno 1962, préface)

50Dans cette préface, Darcy Ribeiro réinscrit le discours d’assistance, le discours nationaliste et celui de la citoyenneté : « Par cette publication, le ministère accomplit son devoir fondamental : il offre au formateur de citoyens de bons instruments pour l’exercice de sa fonction nationale. » Ici, une fois encore, le discours se déplace d’un sujet collectif (« les étudiants ») vers un sujet individuel. L’individualisation de l’interlocuteur par le vocatif « professeur », tout particulièrement ici les femmes, est un signe de ce déplacement.

51Les préfaces du Dicionário escolar... construisent une image d’assistance publique. La voix de l’auteur en tant qu’académicien et organisateur est masquée. Il n’est cité que comme celui qui a eu la « charge » de confectionner le dictionnaire (« De l’élaboration du dictionnaire s’est chargé le professeur Francisco da Silveira Bueno ») et comme argument d’autorité (« illustre titulaire de la chaire de philologie et langue portugaise de la faculté de philosophie, sciences et lettres de l’université de Sào Paulo »). Sans exemples ni citations d’auteurs, le dictionnaire est présenté comme une évidence de l’usage. Les travaux en sémantique de Francisco da Silveira Bueno (1965), par exemple, ne sont pas mentionnés, aucune relation ne s’établissant donc explicitement avec la production du savoir linguistique de l’époque. De cette façon, le discours officiel circule de façon homogénéisante.

Les universités et leurs conséquences pratiques

52Les conséquences du développement des universités et particulièrement des facultés de Lettres, à partir des années i930, ne sont visibles, quand on considère les grands projets lexicographiques, qu’à la fin du siècle. Une grande partie des lexicographes avaient une formation humaniste, mais non spécialisée. Laudelino Freire avait une formation en droit. Aurélio B. de Holanda s’était formé également au droit avant de devenir professeur de portugais et lexicographe. Francisco Fernandes avait été journaliste et banquier avant de se dédier à la lexicographie. Les exemples se multiplient. À partir de la moitié du siècle, nous voyons la participation de collaborateurs ou même d’organisateurs de dictionnaires avec une formation dans les disciplines langagières. Mais ce que nous voulons souligner ici, c’est le développement d’un grand projet lexicographique dans l’université.

  • 9 Voir Borba 1997.

53Le seul projet de ce type est celui du CEL (Centre d’études lexicographiques) de l’Universidade Estadual Paulista (UNESP – Araraquara). Il s’agit du Dicionário de usos do português contemporâneo, piloté par Francisco da Silva Borba et par l’équipe du CEL. Publié en 2002, c’est le premier dictionnaire né de l’exploitation d’un corpus électronique de la langue écrite et le seul qui suive une méthodologie linguistique explicite. Ce corpus, actuellement en augmentation, réunit des textes de la littérature romanesque, journalistique, dramatique, technique et oratoire9. Voyons une séquence de la préface de Francisco da Silva Borba :

Le développement de la linguistique textuelle, de la pragmatique et des études sur l’acquisition du vocabulaire démontrent que les dictionnaires de langue ne doivent pas présenter les mots comme des unités isolées, mais, plutôt, en fonction de leur combinatoire avec d’autres mots et structures. Ainsi, une attention spéciale doit être dédiée aux relations grammaticales et aux propriétés collocationnelles. […] Lorsqu’on prétend contribuer à l’agilité de l’usage (écrit), il est nécessaire d’adopter une théorie grammaticale qui soutienne la présentation systématique de la structure et du fonctionnement de la langue. En profitant des principes plus généraux de la linguistique descriptive synchronique, on a essayé d’organiser les articles de telle manière que le consultant ait, d’un côté, une information générale sur la façon dont la langue s’organise et, de l’autre côté, une série d’exemples sur la façon dont la langue est effectivement utilisée dans les textes. […] Chaque article se présente comme une minigrammaire de l’item lexical, montée à partir d’une conception distributionnelle, selon la combinatoire des traits. Ces traits n’ont été enregistrés et même combinés que lorsqu’ils étaient en opposition ou lorsqu’ils impliquaient une distribution spéciale. (Borba 2002, p. vii)

54La présentation situe dès le début un domaine théorique, avec le support de quelques disciplines linguistiques. Plus avant, Francisco da Silva Borba explicite la théorie grammaticale utilisée et les conséquences pour la structuration des articles. Il ne suffit pas dans ce cas de mentionner la linguistique, il faut mettre en œuvre les procédures théoriques et méthodologiques dans l’analyse des textes et dans la rédaction des articles. La « fonction auteur » est bien celle du linguiste.

Les journaux et les dictionnaires

55Les journaux, depuis la fin du xixe siècle, ont connu une part importante dans la production lexicographique brésilienne. Les dictionnaires de brésiliennismes les utilisaient comme source, comme on le voit dans le Dicionário brasileiro da língua portuguesa, de Macedo Soares (1888), où sont cités plusieurs journaux et périodiques brésiliens. Dans la première moitié du xxe siècle, les journaux ont été peu visibles dans les monolingues, mis à l’arrière-plan des autorités classiques. Dans les petits dictionnaires, on utilisait rarement des exemples pris dans les journaux.

56C’est dans la seconde moitié du siècle que les journaux apparaissent de façon plus importante dans les grands dictionnaires, qui prennent en compte les transformations technologiques et les médias. L’image de la langue comme instrument de communication a été introduite dans divers dictionnaires et l’écriture journalistique devient un modèle de la langue en usage. Les journaux sont utilisés comme sources lexicographiques, comme exemples d’usage et comme lieux d’observation de la langue et de ses transformations, particulièrement des néologismes.

57Les journaux au xxe siècle deviennent de grandes entreprises. Dans les dernières décennies du siècle, ils se présentent non seulement comme des sources ou comme des modèles de langue, mais aussi comme des éditeurs de dictionnaires. On voit l’avènement d’éditions abrégées, proposées par des journaux de grande diffusion. À côté des manuels et des normes orthographiques, les dictionnaires publiés par les journaux font circuler une image de la langue du quotidien, qui soutient la conception communicationnelle de la langue et qui fait du lecteur un sujet inséré dans ses nécessités quotidiennes. Considérons les deux séquences ci-dessous : la première provient d’une version abrégée du Dicionário da língua portuguesa, d’Adalberto Prado e Silva, publié par le journal Folha da Tarde en 1994 ; la seconde d’une version abrégée du Dicionário Aurélio, publiée en fascicules par le journal Folha de S. Paulo, de 1994 à 1995 :

Le Dictionnaire Folha da Tarde est un service de plus, offert par la FT pour faciliter votre vie quotidienne. […] Édité par la Melhoramentos, ce dictionnaire est le fruit d’un travail minutieux de recherche. Vous aurez ainsi les réponses à tous les doutes qui entourent l’usage quotidien de notre vocabulaire. (Pestana 1994)
Sur la base du Novo dicionário da língua portuguesa, on a voulu faire un dictionnaire réduit de moitié. Il est réduit en ce qui concerne l’enregistrement de termes et, surtout, de locutions ; en ce qui concerne le nombre d’acceptions ou de signifiés, dont, ici ou là, quelques-uns ont été supprimés (pendant que d’autres ont été réduits) ; et il est réduit encore par l’absence d’étymologies et d’éléments de composition, et par l’inexistence des exemples. Cependant apparaissent d’innombrables citations ou exemples forgés par l’auteur et par ses assistants. (Hollanda Ferreira 1994-1995)

58Le discours économique (« service ») localise le sujet dans un contexte de nécessités quotidiennes. Il y a un processus d’individualisation marqué par l’interlocution avec le pronom « vous », ce qui se rapproche du discours de la publicité. La deuxième séquence montre que les coupures réalisées pour « réduire » le dictionnaire atteignent les citations d’écrivains et les locutions, alors que les exemples créés par le lexicographe demeurent. Le dictionnaire renonce donc à s’en remettre à un extérieur discursif, à montrer les façons de parler d’une société, et il se centre sur la parole autonome de l’auteur.

59Remarquons finalement l’espace que les journaux occupent dans la constitution de corpus électroniques. Ces matériaux constituent un vaste observatoire de la langue en usage et sont utilisés comme des sources aisément accessibles. Dans le corpus du Dicionário de usos do português contemporâneo mentionné plus haut, par exemple, des 77 millions d’occurrences de mots dans des textes écrits, 59 millions correspondent à deux années de publication du journal Folha de S. Paulo (1994-1995). Cela montre, comme l’indique Francisco da Silva Borba, « la prédominance absolue de la littérature journalistique, ce qui importe beaucoup dans la mesure où c’est là qu’il y a non seulement variété d’auteurs, mais principalement grande variété de sujets et de perspectives » (Borba 2002, p. vi).

Institutions, dictionnaires et diversité linguistique

60La constitution des monolingues est un fait significatif de la grammatisation brésilienne du xxe siècle. L’institutionnalisation de ce fait donne un sens spécifique à la production qui en résulte. Les pratiques lexicographiques construisent différentes situations énonciatives qui historicisent la langue. Cette historicisation comprend en même temps une extension des dictionnaires portugais, surtout au début du siècle, et une production locale qui travaille la double voie de l’unité et de la différence. Selon Eni Orlandi :

La grammatisation dans un pays colonisé travaille selon un double axe : celui de l’universalisation, celui des déplacements. Avoir une grammaire, dans ces conditions, signifie avoir le droit à l’universalité, avoir le droit à l’unité (imaginaire) constitutive de toute identité. D’un autre côté, parler des « usages variés », c’est défendre une « autre » langue. En effet, une fois conquis le droit à l’unité, on recommence immédiatement à reconnaître les variétés : l’influence des langues des Indiens, des langues africaines, etc. Cette reconnaissance est le propre de la constitution de l’unité du portugais brésilien. (Orlandi 2001b, p. 35)

61Dans différentes situations d’institutionalisation des monolingues, on s’aperçoit de ce double axe de l’universalisation et des déplacements. La diversité des sujets et des discours marque l’émergence des dictionnaires, en y incluant les discours populaires, scolaires, scientifiques, littéraires, encyclopédiques, journalistiques, officiels, entre autres. À l’intérieur d’une telle diversité, nous pouvons entrevoir quelques propriétés du processus de grammatisation.

62Nous proposons de distinguer trois moments dans ce processus. Le premier est celui de la décolonisation, caractérisé par le détachement progressif de la tradition portugaise, soutenu par une production locale et par la critique des dictionnaires portugais en usage au Brésil. Cela conduit au remplacement des traits laissés par le processus colonisateur. L’abandon des projets de brésiliennismes et l’apparition de plans de dictionnaires de langue sont un indice du déplacement qui évite l’effet de complémentarité.

63Le second moment est celui de la socialisation et touche à l’établissement des monolingues. Dans ce contexte plusieurs formations sociales sont représentées dans les dictionnaires, de façon à produire en même temps un effet d’unité et un espace de diversité. Un tel processus est suivi d’une historicisation de ces formes sociales. Outre la désignation générale de brésilien, qui déjà circulait, d’autres se présentent : travailleur, étudiant, commerçant, fonctionnaire public, famille, professionnel de lettres, scientifique, citoyen, etc. Quelques-unes de ces désignations couvrent des ensembles plus petits et dessinent des tendances de la dictionnarisation. La première concerne la distinction entre l’« érudit » et le « populaire », qui divise la perspective des dictionnaires d’autorités classiques, des groupes « érudits », de celle du dictionnaire populaire. La notion de « peuple » couvre divers segments selon le cas, et souvent elle comprend des étudiants, des fonctionnaires publics, des travailleurs. Cela se double d’un processus de popularisation de la lexicographie, initié par les institutions officielles et lié surtout au contexte scolaire. Ce processus est marqué par un discours d’assistance sociale. Soulignons encore les images de la langue de culture et de civilisation, deux signes de discours lexicographiques différents et de caractérisation des formations sociales. Une autre distinction s’établit entre l’urbain (« technologie », « éducation », « groupes spéciaux de travail », « radio », « théâtre », « cinéma », « écrivains modernes ») et le régional (« brésiliennismes », « régionalismes », « émotion », « mode », « corruption du langage », « groupes marginaux »). Ce processus est une conséquence de l’urbanisation sans précédent advenue pendant le xxe siècle.

64Le troisième moment comprend ce que nous appelons une internationalisation. Dans ce processus, le public visé n’est plus seulement le public brésilien, mais concerne les relations internationales. Il s’agit d’une extension de l’espace de grammatisation. Les indices de ce processus sont, d’un côté, la production d’une image internationale de la langue, et d’un autre côté, la déstabilisation de la notion de langue nationale. Accompagne ce fait un processus d’individualisation des sujets, projeté avec l’image du sujet quotidien, du citoyen, du consultant, ainsi qu’avec une conception de la langue comme instrument de communication.

65La publication récente du Dicionário Houaiss da língua portuguesa par l’Instituto Houaiss, au Brésil, montre l’effort d’unification de ce qu’on appelle la « lusophonie ». On y voit, sous une perspective de grammaire historique, une certaine « réconciliation » avec la tradition portugaise, dans un mouvement d’universalisation : « un effort d’actualisation qui honore les lexicographes du passé, ne les rejetant pas, mais essayant de répondre aux nécessités du présent » (Houaiss et Villar 2001, p. xiv). On note aussi un déplacement du populaire vers le « culturel » : « Nous préconisons aussi un dictionnaire lusophone, en essayant de rendre évident un accord entre la norme culturelle du Brésil, celle du Portugal et celles qui émergent dans les pays africains de langue officielle portugaise – les PALOP » (Houaiss et Villar 2001, p. xiv). On observe encore, dans la troisième édition du Dicionário Aurélio..., un retour semblable au passé : « une œuvre entièrement revue et amplifiée sur la base du portugais contemporain, mais qui concilie des mots et signifiés du présent avec ceux utilisés dans la littérature du passé » (Hollanda Ferreira 1999, p. ix).

66Nous dirons finalement que l’institutionnalisation a produit une diversité de dictionnaires monolingues. Si l’on considère la période qui va des années 1930 jusqu’aux années 1970, on voit une série de gestes de fondation soutenus par les institutions. Cela conduit à considérer la dictionnarisation brésilienne comme résultant des diverses productions de cette période, depuis les dictionnaires attachés à la tradition portugaise, dans les années 1930, jusqu’au moment où la lexicographie brésilienne devient autonome, à partir des années 1960-1970.

Notes

1 Nous remercions la Fapesp (Fundação de amparo à pesquisa do estado de São Paulo – procès n° 01/10281-0) pour son appui pour la réalisation d’une recherche sur des dictionnaires du xxe siècle. Ce travail est lié aussi au projet « Histoire des idées linguistiques au Brésil : éthique et politique linguistiques ».

2 Sur le rôle des académies dans l’institutionnalisation de la langue, voir B. Mariani, « L’institutionnalisation de la langue, de la mémoire et de la citoyenneté au Brésil durant le xviiie siècle. Le rôle des académies littéraires et de la politique du Marquis de Pombal », Langages, 130, Paris, Larousse, 1998, p. 84-96.

3 E. Guimarães montre qu’à la fin du xixe siècle les études de la signification au Brésil amènent à prendre en considération un sujet collectif sociopolitique. Selon l’auteur, la grammaire de P. Silva Jr. (Grammatica historica da lingua portuguesa), de 1879, lorsqu’elle traite des changements de mots, produit un déplacement de l’Homme (la personne) vers le Peuple, comme fondement (Guimarães 2002a).

4 Sur le débat à propos du nom de la langue dans les années 1930-1940 au Brésil, voir Dias 1996.

5 Nous employons le terme « archive » dans le sens proposé par M. Pêcheux : « champ de documents pertinents et disponibles sur une question » (Pêcheux 1982b).

6 Sur le mode d’inclusion des brésiliennismes chez Figueiredo, voir De Oliveira 2002.

7 Toutes les traductions en français des citations en portugais sont de nous.

8 En portugais, ce nom est fléchi selon le genre. L’original est au féminin : professora.

9 Voir Borba 1997.

Auteur

UNESP – Brésil

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540