Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un dialogue atlantique

 | 
Eni Puccinelli Orlandi
, 
Eduardo Guimarães

Énonciation et grammaire. Le champ de production des grammaires dans le Brésil contemporain

Luiz Francisco Dias

Texte intégral

1L’évaluation du champ de production de grammaires pendant les deux dernières décennies du xxe siècle est l’objet de cette étude. Cette évaluation est fondée sur trois profils de grammaire.

2Le premier est constitué des grammaires qui suivent une ligne traditionnelle, où la description de la langue s’intègre au travail de normativité concernant les variantes linguistiques. Dans ce profil, deux grammaires ressortent au cours des vingt dernières années : la Nova gramática do português contemporâneo de Celso Cunha et Lindley Cintra, et la Moderna gramática portuguesa d’Evanildo Bechara. La première a été éditée d’abord en 1966, mais notre attention se porte sur sa dernière édition (1985, reformulée), quand elle a eu comme coauteur le grammairien portugais Lindley Cintra. La deuxième, dont la première édition est de 1961, a été révisée pour la dernière fois en 1999, moment où elle a fait l’objet de modifications substantielles, influencées par les modèles structuralistes et fonctionnels.

3L’axe du deuxième profil est une grammaire de base formelle ; elle s’occupe exclusivement de la description des facteurs morphosyntaxiques qui sous-tendent l’organisation de la langue portugaise. C’est le profil de la Gramática descritiva do português, de Mário Alberto Perini, publiée en 1995, où la normativité n’est pas prise comme objet d’analyse, étant donné que son intérêt fondamental est la description de la charpente structurale de la langue, que l’œuvre postule comme quelque chose de fondamental, indépendamment des variations de l’usage qu’on en fait.

4Le troisième profil considéré s’appuie sur le fonctionnalisme, et l’on y analysera deux œuvres : Uma gramática de valências para o português, de Francisco da Silva Borba, publiée en 1996 et la Gramática de usos do português, de Maria Helena de Moura Neves, publiée en 2000. La première est consacrée à la définition des paramètres théoriques du modèle fonctionnel, qui associe les propositions syntaxiques de Zellig Harris et Lucien Tesnière à la grammaire des cas de Charles J. Fillmore, unies dans une théorie des prédicats, selon laquelle les rapports entre le prédicat et ses arguments constitutifs acquièrent un statut syntactico-sémantique. La deuxième est une grammaire référentielle du portugais et fournit une description de l’usage effectif des items de la langue, à partir de leur fonctionnement depuis le syntagme jusqu’au texte.

5Bien que les variations de l’usage de la langue constituent l’objet privilégié de cette grammaire, la normativité y trouve de nouvelles nuances : ici, il s’agit de présenter comparativement les différences linguistiques et d’informer l’usager des restrictions qui sont faites à quelques emplois dans certains genres de textes.

6Notre étude a été conçue selon l’itinéraire suivant : d’abord on présentera la conception de la grammaire qui permettra l’esquisse de notre domaine de travail. Ensuite, on évaluera le champ de production des grammaires au Brésil, à partir de deux aspects : le point de vue que les grammaires brésiliennes adoptent dans l’appréhension de la langue ainsi que la conception du « fait grammatical » qui traverse les différentes lignes grammaticales.

Conception de la grammaire

7Nous avons recours ici à une conception de la grammaire qui repose sur trois piliers : la « projection de complétude » – c’est-à-dire le fait qu’on projette sur la langue l’idée qu’elle est un tout et doit être analysée comme telle –, la conformité typologique et l’objectif pédagogique.

  • 1 D’après Auroux (1994), la production de grammaires tout au long de l’histoire a créé une « technolo (...)

8La grammaire présente une projection de complétude parce qu’elle est doublement affectée. D’abord, par une unification linguistique historiquement projetée. En effet, une langue ne possède pas de complétude en soi. Elle se nourrit de forces agglutinantes qui procèdent de sa contrepartie : les idiomes. Cette conception s’éloigne de certaines perspectives pragmatiques de définition d’une langue, justifiées par le concept de communication. Dans ce sens, la question suivante est légitime : dans une situation où deux ou plusieurs personnes sont en communication, est-ce qu’on peut affirmer qu’elles utilisent la même langue ? On peut se demander également : dans une situation où deux ou plusieurs personnes utilisent la même langue, peut-on affirmer qu’elles communiquent ? En effet, la langue, prise comme addition d’idiomes, se constitue par la projection d’une unité, agglutinée dans l’imaginaire social, et déterminée par des contraintes d’ordre historique. C’est en fonction de cette unité que les désignations du type grammaire de la langue portugaise, grammaire de la langue française ou grammaire de la langue espagnole prennent un sens. Pour cela, la grammaire renonce aux détails et à l’approfondissement spécifiques d’un article de recherche, par exemple, car elle envisage un compromis avec l’intégralité de la langue. Nous avons dit que la grammaire présente une « projection de complétude » parce qu’elle est doublement affectée. Le deuxième aspect de cette projection de complétude tient à la raison suivante : la grammaire est affectée par la convergence d’une « technologie intellectuelle »1, qui vise à harmoniser ses parties. La grammaire est produite dans une perspective théorique et méthodologique qui oriente des questions telles que celle du rapport entre concept/règle et démonstration, par la conformité aux chapitres du livre qui lui servent d’appui. Au Brésil, généralement, trois points de vue servent la convergence vers la complétude. Celle-ci est produite, soit par l’agencement d’un savoir sur la réalité (perspective classique), soit par l’agencement de traits dans l’organisation de la langue (perspective structuraliste), soit par l’agencement d’usages établis à partir d’un corpus (perspective fonctionnelle).

9La conformité typologique provient du rapport nécessaire que toute grammaire maintient avec le genre qui préserve son identité, ce genre découlant de l’histoire des productions de grammaires. Cela ne signifie pas qu’une nouvelle grammaire ne doive ou ne puisse pas produire des déplacements dans l’espace des catégories, ni élaborer de nouvelles définitions pour ces catégories-là. Mais toute nouvelle grammaire devra établir un dialogue ou des références avec l’histoire de la production des grammaires dans laquelle elle s’inscrit. Un bon exemple se trouve dans la Gramática descritiva do português de Mário Alberto Perini (1995). Cette grammaire ne reconnaît pas de traits structuraux suffisamment spécifiques à la catégorie nommée « pronom » par les grammaires traditionnelles, pour la concevoir. Pour Mário Alberto Perini, ce qui pourrait être nommé « pronom personnel » agit, du point de vue morphosyntaxique, exactement comme un substantif. Ainsi, dans la perspective de Mário Alberto Perini, les pronoms personnels ne seraient que des sous-types de substantifs. Quel type de besoin a poussé à la création d’une section spéciale dans une grammaire de cette nature pour défendre cette position ? À la limite, une grammaire ne serait pas reconnue comme telle, si elle ignorait la pertinence de catégories comme le pronom dans le champ grammatical. Dans le cas de la grammaire précitée, la création d’une section vouée à nier la spécificité du pronom comme classe grammaticale est un effet de la référence obligée de la grammaire à l’histoire de son genre.

  • 2 Perspective adoptée par Moura Neves (2000), selon ce qui a été dit dans l’introduction.
  • 3 Perspective adoptée par Perini (1995).

10Le troisième fondement de notre conception de la grammaire, c’est l’objectif pédagogique. Sous cet aspect, aussi bien la projection d’une complétude que la stabilité typologique favorisent l’instrumentalisation de la grammaire dans l’enseignement de la langue. Complétude et stabilité, d’un côté, constituent la nature même des cursus ; d’un autre côté, elles permettent de condenser un savoir consolidé et stable, donc adéquat à la pratique de la consultation. Il faut pourtant remarquer que les grammaires modernes se libèrent petit à petit de cette image de manuel de consultation, très enracinée dans les grammaires traditionnelles. Celles-ci ne fournissent plus d’instructions pour l’emploi « correct » des prépositions, des pronoms, ou des traits qui marquent l’accord entre les mots dans la phrase, ou même à propos de l’usage des signes de ponctuation ou des conventions orthographiques. La présence de ces instructions faisait de la grammaire un outil assez utile. Ce rôle est joué, ces dernières années, par des manuels de rédaction publiés par les maisons d’édition de journaux et de magazines à grand tirage ou bien même par des émissions de radio et de télévision connues sous le nom de « consultations grammaticales », qui ont pour but d’enseigner à ceux qui parlent le portugais l’emploi de constructions conformes aux normes du registre cultivé. Malgré cela, les grammaires modernes continuent à maintenir un objectif pédagogique. D’un côté, en ce qui concerne les variations de l’emploi des prépositions, des pronoms ou des procédés de concordance, on adopte un point de vue informatif2, qui explicite ces variations pour le lecteur. D’un autre côté, on adopte également un point de vue informatif selon lequel la grammaire doit agir sur l’enseignement, en offrant une synthèse des recherches en linguistique3. Dans les deux cas, on rejette toute position théorique dans l’enseignement de la langue.

  • 4 Au regard des trois piliers que nous venons de décrire, ce qu’on appelle « grammaire générative » n (...)

11Après avoir évoqué les fondements du concept de grammaire mobilisés dans cette étude4, nous allons étudier maintenant le profil des grammaires contemporaines produites au Brésil.

Le champ de production de grammaires dans le Brésil contemporain : évaluations

L’appréhension de la langue

12La question fondamentale est la suivante : comment la grammaire, étant donné le profil théorique qui la détermine, conçoit-elle l’identité de la langue ? Pour y répondre, il est important de réfléchir au rapport entre concept/règle et démonstration dans les grammaires. Sous cet angle, le champ de production des grammaires au Brésil est divisé en trois profils.

  • 5 La nouvelle édition de la Moderna gramática portuguesa, de Bechara, éditée en 1999, opère effective (...)

13Le premier profil correspond aux grammaires qui suivent la ligne traditionnelle. La langue y est conçue comme étant au service de la pensée dans la représentation du réel. Ce qu’on nomme « exemple » sert à montrer les formes dont la langue dispose pour représenter ce réel. Quand on cherche à démontrer la règle en citant des écrivains consacrés, l’exemple acquiert une dimension supplémentaire : fournir un modèle à suivre aux usagers, apprentis de la langue, fondé sur l’autorité de ces écrivains-là. Ainsi, la grammaire est à la fois une description du rapport entre langue et réel et un instrument pour établir la façon d’opérer avec elle (la langue), à partir de paradigmes esthétiques ou logiques (de l’ordre de la pensée). Le respect de ces paradigmes aurait une efficacité déterminante pour appréhender et transmettre les catégories du réel. Dans ce cas, « exemple » signifie « exemplaire », dans le sens de modèle à suivre5. Cela fournit, dans une large mesure, la base de l’enseignement de la grammaire dans l’école brésilienne. Le concept de « correction », à son tour, présuppose qu’il y a un « état » de langue dégradé et, par voie de conséquence, une manière, peu efficace, d’employer la langue pour appréhender et transmettre les catégories du réel. Cela justifie l’intervention de la grammaire comme norme. Quand on parle d’enseignement du portugais, l’idée maîtresse qui apparaît généralement est celle d’un perfectionnement de l’habileté dans l’usage de la langue, celle-ci étant confondue, la plupart du temps, avec la maîtrise de la norme cultivée. Dès lors, on peut comprendre « l’attachement » à la grammaire traditionnelle pour l’enseignement du portugais dans nos écoles.

14Un deuxième profil de grammaire se configure à partir de la thèse selon laquelle la langue est considérée comme une structure constituée à partir des possibilités et des contraintes d’ordre formel (morphologiques et syntaxiques). L’exemple a, dans ce cas, comme seule fonction de montrer la productivité de la règle/concept. Le grammairien produit lui-même ses exemples qui sont équivalents aux autres exemples découlant de la même règle/concept. L’ampleur de l’exemple est relative aux autres occurrences possibles qui actualisent la même propriété. Se dessinent alors les structures susceptibles de répétition et il s’ensuit un effet d’homogénéité des constructions. Dans ce cas, « exemple » donne un autre sens à « exemplaire », qui désigne alors un item parmi d’autres ayant la même propriété. Dans ce sens, l’objectif pédagogique ne peut pas s’ancrer dans le rapport entre le concept et l’exemple, comme c’est le cas dans les grammaires traditionnelles. Si la grammaire permet d’accéder à un savoir sur la langue, la question de la pertinence de ce savoir pour l’école n’est pas inscrite dans le rapport entre le concept et l’exemple. En effet Mário Alberto Perini, dans sa grammaire descriptive (1995), soutient la thèse que connaître une langue inclut l’acquisition de l’aptitude à reconnaître dans une séquence linguistique un ensemble de traits formels acceptés comme structurant cette séquence, en tant qu’unité de langue.

15Le troisième profil de grammaire, à fondement fonctionnel, place le rapport entre langue et extériorité dans l’organisation des moyens d’interaction. Cela équivaut à dire que l’organisation des moyens linguistiques est directement déterminée par les régularités de l’organisation de l’expérience humaine. Ainsi, il faut mettre en rapport les usages et les modulations de signification qu’ils acquièrent, en ayant en vue les spécificités des moyens d’interaction. L’organisation d’un corpus ayant un profil défini gagne de l’importance ; on en extrait des paramètres déterminants pour pouvoir définir l’organisation même de la grammaire. Dans ce cas, « exemple » confère un troisième sens à « exemplaire », qui désigne alors l’attestation d’une occurrence spécifique du corpus. Comme on l’a vu plus haut, dans le deuxième profil, l’exemple sert à démontrer la règle / le concept. Spécialement chez Maria Helena de Moura Neves (2000), l’exemple n’est pas sans rapport avec les catégorisations spécifiques du modèle théorique adopté, mais ces dernières sont également informatives sur l’état d’usages diversifiés. Ce caractère informatif, constituant du rapport entre l’instrument et le savoir linguistique, fournit à la grammaire de base fonctionnelle une spécificité quant à sa place dans l’enseignement. Dans ce sens, la grammaire joue un rôle d’explicitation des usages de la langue d’après des modèles réguliers, indépendamment du prestige de ces usages dans le milieu social. Elle soutient la thèse que connaître la langue inclut l’exposition de l’usager à la diversité de ses usages.

16Ainsi, les trois manières d’envisager le concept d’exemplarité reprennent trois aspects des procédés grammaticaux. Dans le premier profil, les occurrences de langue sont considérées comme des modèles ; dans le deuxième, comme pouvant être répétées, avec un effet d’homogénéité des constructions ; dans le troisième, elles sont perçues à travers les dispositifs d’un corpus.

La conception du fait grammatical

  • 6 Dans quelques grammaires de la ligne traditionnelle, récemment produites, on trouve des définitions (...)
  • 7 NdP, c’est-à-dire núcleo do predicado (noyau de prédication) [note des éditeurs].

17Trois types de conditions déterminent la conception du fait grammatical dans les grammaires brésiliennes : les conditions distributives, les conditions attributives et les conditions opérationnelles. La syntaxe en est le modèle. Pour mieux comprendre ces trois types, nous allons faire une rapide incursion à travers les concepts de sujet et d’objet dans nos grammaires. Les conditions distributives du fait grammatical font référence à la conformité des unités dans la séquence. La constitution de la séquence est centrée sur les éléments (termes) qui sont dans un rapport d’interdépendance. La plupart des grammaires brésiliennes traditionnelles, publiées à partir des années 1970, définissent le sujet comme « l’être sur lequel on fait une déclaration ». Tel est le concept de Celso Cunha et Lindley Cintra (1985, p. 119), par exemple. À la même page, ils définissent le prédicat comme « tout ce qu’on dit à propos du sujet ». Dans cette perspective, ils analysent « nous » comme sujet de la phrase Nous écrivons un article sur la grammaire. Pourtant, « nous », en tant qu’élément de la phrase, appartient à l’ordre du linguistique. De son côté, l’être (indiqué dans le concept) appartient à l’ordre de ce qui est extérieur au linguistique. Le rapport entre ces deux ordres est dû à la nécessaire pertinence de l’événement énonciatif. À cause de cette nécessité, « nous » serait « l’être » sur lequel on a affirmé qu’il « a écrit un article sur la grammaire ». C’est ainsi que connaître la catégorie syntaxique sujet implique l’apprentissage de ce que produit la confluence de deux ordres, donc implique l’apprentissage du mouvement de convergence, à travers lequel le monde extérieur acquiert de la pertinence dans le discours sur le langage6. Ce rapport de dépendance entre les catégories fonctionnelles de sujet et de prédicat, dû à l’expression de la pensée dans la représentation du réel, forme la base de ce qu’on nomme des conditions distributives du fait grammatical. Dans les études de conception formelle, la base des conditions distributives se trouve dans les caractéristiques morphosyntaxiques (concordance), contractées par le noyau du prédicat. Dans une grammaire de conception formaliste, comme celle de Mário Alberto Perini, le sujet est entièrement conçu à partir de la configuration du trait structural. Pour lui, le sujet est un aspect de l’organisation formelle de la proposition et il propose la définition suivante : « sujet est le terme de la proposition en rapport de concordance avec le NdP »7 (Perini 1995, p. 77). Dans l’exemple que nous avons donné plus haut, « nous » est sujet parce qu’il maintient un rapport de concordance avec « écrivons un article sur la grammaire ». Quant à l’objet, chez Mário Alberto Perini, il s’agit d’un terme dont l’occurrence est déterminée par un trait du verbe, en tant qu’item lexical décrit dans le dictionnaire (Perini 1995, p. 163). Ici, l’objet aussi est décrit comme « terme », bien qu’il ne soit pas conçu à partir de traits morphosyntaxiques, mais d’une propriété attachée au verbe, en tant qu’item lexical. Ainsi, dans le premier comme dans le deuxième profil de grammaire (analysés dans « L’appréhension de la langue »), la constitution des concepts nodaux de la syntaxe obéit à des conditions distributives. Sous ces conditions, le sujet et l’objet acquièrent le statut d’êtres (par la confluence entre la pensée et le réel) ou de termes (par la distribution d’unités dans la structure).

18À leur tour, les conditions attributives dépendent de la projection de places des unités dans la séquence. On a vu que, du point de vue distributif, la séquence est conçue comme suite de « termes », tandis que, du point de vue attributif, elle est conçue comme « lieu-support » pour les termes. La conception du sujet se fonde sur des conditions attributives, quand elle s’appuie sur l’attribution de la place du sujet, que ce soit par le statut lexical ou par le statut morphosyntaxique du verbe. Quand la place est attribuée par le statut lexical du verbe, le sujet est un argument prévu et sélectionné par cette unité lexicale. Dans notre exemple, le verbe « écrire », en tant qu’item lexical, attribue une place à un argument. Dans ce cas-là, la place est occupée par « nous ». D’un autre côté, quand la place est spécifiquement attribuée par le statut morphosyntaxique du verbe, elle l’est par les morphèmes de nombre/personne. Il s’ensuit que la forme « écrivons », par le morphème « -ons », revendique une place grammaticale de sujet, ayant l’identité de « 1re personne du pluriel ». Le pronom « nous » consisterait en « une explicitation lexicale du sujet grammatical », dans le propos d’Evanildo Bechara (1999, p. 409). La présence du pronom aurait une dimension secondaire, puisque le sujet est d’abord la place attribuée par les marques morphosyntaxiques du verbe. La configuration de l’objet (ou complément verbal) peut aussi être déterminée par des conditions attributives. Aussi bien pour Evanildo Bechara que pour la grammaire fonctionnelle, l’objet est un argument attribué à partir du statut lexical du verbe. Le « signe lexical de nature substantive » (Bechara 1999, p. 416) qui occupe la place de l’objet est, en vérité, un représentant de la place-argument. La grammaire fonctionnelle adopte une position parallèle : les actants sont des « items lexicaux qui remplissent les arguments » (Borba 1996, p. 21).

19Enfin, les conditions opérationnelles du fait grammatical réfèrent à l’occupation de ces places et aux répercussions de cette occupation en dehors de la séquence. Pour la grammaire traditionnelle et la grammaire à base formelle (comme celle de Mário Alberto Perini), les conditions opérationnelles ne sont pas pertinentes pour le fait grammatical, étant donné qu’elles n’opèrent pas avec le concept de place. Pourtant, dans la grammaire d’Evanildo Bechara, qui opère avec le concept de place syntaxique, les conditions d’ »  explicitation lexicale » du sujet grammatical, c’est-à-dire les conditions qui régissent l’insertion d’un terme à la place du sujet grammatical, on ne trouve pas non plus de conditions opérationnelles du fait grammatical. Selon Evanildo Bechara, ces conditions ne feraient pas partie de la grammaire, mais appartiendraient au texte. Elles seraient nécessaires pour la « transmission effective et claire du message » (1999, p. 409). Ainsi, pour cet auteur, l’occupation de la place du sujet dans « nous écrivons… », en opposition à son manque d’occupation dans « écrivons… », serait un trait textuel pertinent. Au contraire, dans une grammaire fonctionnelle, ces conditions appartiendraient bien au cadre du fait grammatical. Pour cela, elle cherche à investir dans le développement d’une typologie des rôles sémantiques projetés par le verbe, tels que agent, expérimentateur, patient, causatif, qui peuvent remplir aussi bien l’argument-sujet que l’argument-objet. La configuration lexicale d’ »  écrire », par exemple, donnerait une place de sujet (c’est-à-dire un argument) à remplir par un agent ayant un trait humain, à la différence de « flotter », qui donnerait une place de sujet patient non obligatoirement humain. La grammaire fonctionnelle inclut aussi dans le fait grammatical des questions d’ordre pragmatique. Elle admettrait, par exemple, que dans les deux constructions ci-dessous, la transformation en topique de l’argument-sujet marquerait des attitudes de celui qui parle par rapport à son discours, en attirant l’attention sur les premiers éléments constitutifs de la phrase.

  1. Pierre s’est marié avec Marie, n’est-ce pas ? Alors, sa vie va changer !

  2. Marie s’est mariée avec Pierre, n’est-ce pas ? Alors, sa vie va changer !

20Spécifiquement, pour la grammaire fonctionnelle, le « contenu propositionnel » de la première proposition de 1) équivaut au contenu propositionnel de la première proposition de 2). Ainsi, ce ne serait pas seulement en se fondant sur le rôle que « Pierre » et « Marie » exercent comme arguments du verbe dans les deux phrases que la conception de sujet serait esquissée. En effet, « Pierre », en 1), se constitue comme information importante en termes opérationnels. C’est pourquoi l’adjectif « sa » reprendrait « Pierre », qui fonctionne comme topique. De son côté, en 2), « Marie » est le sujet. Donc, elle devient la base de reprise de l’adjectif « sa ». Ainsi, le modèle de la grammaire fonctionnelle conçoit le fait grammatical, à partir aussi bien des conditions de remplissage des places syntaxiques, que des conditions de mise en action de ces places, pour tenir compte des visées fonctionnelles de l’usager dans le contexte communicationnel.

21Bref, si l’on considère les conditions distributives, la reconnaissance du fait grammatical invoque une pratique centrée sur la localisation des mots dans la séquence, à partir, soit de caractéristiques morphologiques (affixes), soit d’opérations de la pensée. À son tour, face aux conditions attributives, la reconnaissance du fait grammatical rappelle une pratique centrée dans la configuration de places-support à partir de la projection du verbe. Concernant les conditions opératives, la pratique qui ressort est centrée sur des facteurs d’ordre sémantique ou pragmatique qui déterminent l’occupation et la position des places-support.

22L’introduction des conditions attributives dans les grammaires contemporaines apporte une dimension plus large pour la compréhension du fait grammatical. Les catégories syntaxiques sont conçues à partir du rapport entre un mot et l’organisation de la phrase. On prend en considération, en premier lieu, la projection de ces places et, en second lieu, les facteurs qui déterminent l’occupation de ces places. Toutefois, il faut observer que l’existence des places, tant du sujet que de l’objet, dans la structure d’argumentation du verbe, fonctionne comme un pilier fixe pour le concept. Cette existence serait antérieure à la formation des conditions de constitution du syntagme, puisque ce dernier est une projection du verbe en tant qu’item lexical du dictionnaire. En ce sens, sujet et objet ne seraient que des variantes du verbe, ou en d’autres termes, seraient sélectionnés par le prédicat.

23Revenons à la conception de la grammaire qui sous-tend ce travail. Nous avons vu qu’une grammaire est fondée sur trois piliers : la « projection de complétude », la conformité typologique et l’objectif pédagogique. Les trois profils de grammaire analysés ici reposent, bien que chacun à sa manière, sur ces trois piliers. Pourtant, il faut souligner le rôle d’autres études grammaticales faites au Brésil, études tournées vers l’analyse du portugais. Il s’agit d’études fondées tantôt sur la théorie générative, tantôt sur la théorie de la variation.

24Bien que la principale préoccupation des générativistes soit la production d’hypothèses sur la faculté du langage, et qu’ils soient plutôt tournés vers l’élaboration d’une théorie capable d’expliquer les moyens employés par le cerveau pour produire le langage, quelques chercheurs ont eu recours à la charpente méthodologique développée par cette théorie pour produire au Brésil des analyses d’aspects syntaxiques de la langue portugaise. Parmi les études générativistes les plus importantes consacrées à l’analyse du portugais au Brésil ressortent, notamment, celles de Miriam Lemle (1984) et de Charlotte Galves (2001).

25À leur tour, quelques variationnistes se sont tournés vers une explication plus large du fonctionnement de la langue portugaise au Brésil. Ainsi, ils sont partis de phénomènes grammaticaux isolés (tels que la concordance nominale ou le rapport entre propositions), avec en vue la construction d’un tableau explicatif intégré des forces qui agissent sur la variation et le changement du portugais brésilien. Nous soulignons, dans cette perspective, les travaux de Fernando Tarallo (1990) et de Anthony J. Naro et Maria Marta Scherre (2003).

26Cependant, même si elles présentent les traits d’une « projection de complétude », ces études n’ont pas une forme stable et ne présentent pas de conformité typologique avec le genre « grammaire ». En outre, elles se placent en dehors de tout objectif pédagogique.

Considérations finales

27Nous espérons avoir montré les principaux traits qui définissent le champ de production de grammaires au Brésil. Les différences et les rapports entre les unités linguistiques y sont expliqués par :

  1. La pensée, spécifiquement à travers la représentation de la réalité (approche traditionnelle).

  2. La structuration de la langue, à travers les marques morphologiques et les déterminations lexicales (approche structuraliste).

  3. La relation de dépendance sémantique due aux arguments liés aux verbes (approche fonctionnelle).

28Les trois orientations principales que nous venons de mentionner qui servent à définir les relations entre les unités linguistiques de la grammaire sont celles qui déterminent les clivages les plus aigus dans ce champ.

Notes

1 D’après Auroux (1994), la production de grammaires tout au long de l’histoire a créé une « technologie intellectuelle », dont la force et l’importance vont au-delà du champ même des études du langage.

2 Perspective adoptée par Moura Neves (2000), selon ce qui a été dit dans l’introduction.

3 Perspective adoptée par Perini (1995).

4 Au regard des trois piliers que nous venons de décrire, ce qu’on appelle « grammaire générative » n’a pas de pertinence pour le concept de grammaire que nous traitons dans cette étude.

5 La nouvelle édition de la Moderna gramática portuguesa, de Bechara, éditée en 1999, opère effectivement avec cette conception de l’« exemplarité », bien que parfois elle adopte des positions théoriques éloignées de la tradition grammaticale (concept de sujet et de complément, par exemple).

6 Dans quelques grammaires de la ligne traditionnelle, récemment produites, on trouve des définitions du type : « le sujet est le terme dont on déclare quelque chose » (Faraco et Moura 1999, p. 226). De telles conceptions effacent le rapport entre les deux ordres, mais maintiennent la nécessité de la pertinence. Le résultat (déclarer quelque chose sur le terme X) constitue un désastre conceptuel.

7 NdP, c’est-à-dire núcleo do predicado (noyau de prédication) [note des éditeurs].

Auteur

UFMG – Brésil

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540