Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un dialogue atlantique

 | 
Eni Puccinelli Orlandi
, 
Eduardo Guimarães

L’analyse du discours et ses entre-deux : notes sur son histoire au Brésil

Eni Puccinelli Orlandi

Texte intégral

À Paul Henry pour l’excellence théorique avec laquelle, dès le début, il a exploré la force et les nuances de l’analyse du discours.

Introduction

1Mettant hors du champ de la réflexion discursive la notion d’« intervalle », je propose une pratique matérialiste de l’analyse du discours par son inscription dans un espace d’« entre-deux », jusqu’au sein même de l’histoire des théories linguistiques. À la différence de celle d’intervalle, l’idée d’entre-deux renvoie à des espaces simultanément habités et établis par des relations contradictoires entre théories. Relations où les pressions, les processus d’inclusion et d’exclusion, les effacements, la hiérarchisation et la légitimation ne manquent pas. Relations de sens mais également de force, dans la mesure où la forme sujet historique, qui nous concerne, inclut, ou plutôt, se matérialise par la connaissance et par sa relation au pouvoir, décliné dans l’espace juridique. Une telle analyse de discours enrichit l’espace linguistique d’un questionnement sur le propre de la langue, qu’elle ne cherche pas à fermer de manière à éviter d’exclure de l’ordre du signifiant tout ce qui n’est pas grammaire, tout en évitant la quête d’un objet total, d’une forme qui intégrerait tout, mais ignorerait la présence de contradictions dans la démarche scientifique elle-même. Dans la mesure où notre approche parle d’une théorie et, en même temps, la situe au sein d’une histoire des idées linguistiques, elle prendra ces relations pour thème.

2Pourquoi situer l’analyse du discours dans cet espace où il n’y a pas affirmation catégorique d’un seul lieu, au titre des espaces transrelationnels entre disciplines ? Sans doute par le fait du déplacement de régions théoriques au milieu de terrains établis par la pratique positiviste de la science, de la linguistique aux sciences sociales. En somme, elle déterritorialise et, dans ce mouvement, elle remet en question le sujet de la connaissance, son champ d’application, son objet d’étude et sa méthode d’investigation, de par la théorie même qu’elle produit. Ainsi, tant le sujet que l’écriture de l’analyse du discours se distinguent dans leur manière propre d’exister, sous la modalité de l’entre-deux. Nullement positiviste, l’analyse du discours n’en abandonne pas pour autant le territoire de la réflexion à laquelle l’on donne le nom de science, plus spécifiquement dans le champ des sciences dites humaines et sociales.

3Ma pratique de l’analyse du discours prend au sérieux l’affirmation de Saussure sur la langue comme fait social. Mais il restait encore à établir, sur la base de cette définition, comment signifier ce qui est social dans la langue pensée comme fait. Or, c’est justement ce que l’analyse du discours rend possible, en raison même de sa singularité : lier la langue et l’extériorité, la langue et l’idéologie, l’idéologie et l’inconscient.

4À ce titre, l’analyse du discours opère un déplacement par rapport à Saussure : la dichotomie langue/parole glisse vers une relation non dichotomique entre langue et discours. Et la non-dichotomisation du rapport langue – discours imprime un nouveau sceau au développement de la connaissance linguistique. La théorie du discours, travaillée dans les entre-deux, va au-delà des relations dichotomiques au premier abord.

5Au moment où se produit un tel glissement, dans l’acte même de défaire toute relation dichotomique, la théorie du discours re-définit/re-signifie en tant qu’instrument de réflexion ce qu’est la langue pour la linguistique. Ainsi la langue est une structure, mais une structure sujette à des failles au plus loin d’« un système où tout se tient » (Saussure 1962 [1916]). Comme le dit Paul Henry (1975), la langue est relativement autonome. Et c’est ce « relativement » qui nous offre la possibilité théorique de ré-introduire le sujet et la situation dans le champ des études du langage. À ce titre, le sujet et la situation sont à leur tour redéfinis, re-signifiés. Le sujet n’est plus origine de soi et la situation n’est plus principalement empirique, mais elle est d’abord linguistico-historique. Dans cette perspective, sujet et situation du sujet permettent, ensemble, de soumettre à l’analyse non seulement leur passage sous la forme abstraite et/ou la forme empirique mais encore ce qu’il convient de décrire comme la forme matérielle, principalement à partir de Louis Hjelmslev (1968), en conformité aux apports du matérialisme historique – de la théorie de l’idéologie –, de la psychanalyse – de la notion d’inconscient, ou, dans l’analyse du discours, celle du dé-centrement du sujet – et de la linguistique, en déplaçant la notion de parole vers celle de discours avec des répercussions sur la notion de langue elle-même, qui s’en voit d’autant modifiée.

6Par conséquent, nous pouvons penser, avec Claudine Haroche (et al., 1971), le glissement de la notion de « valeur » vers la sémantique, sans subordination aucune à la signification, et non pas seulement, comme dans la linguistique saussurienne classique, vers la morphologie, la phonologie et la syntaxe. Qu’est-ce que cela signifie donc de penser la « valeur » en pensant l’objet discours dans sa relation à la langue ? Nous sommes ici renvoyés aux limites du structuralisme classique, donc vers une réflexion qui, en posant la question de la structure, introduit en même temps le besoin de penser la notion d’événement. La référence à l’événement permet en effet de penser à la fois la « valeur » d’un système, et la pratique qu’elle induit. Toujours selon Michel Pêcheux (1969), nous pouvons alors concevoir le texte dans sa dynamique événementielle à condition de nous demander de quel type de fonctionnement (processus) il s’agit. Nous pouvons considérer que la liaison entre le texte et son extériorité est constitutive du discours lui-même et rend possible l’analyse d’un tel processus (fonctionnement) discursif, à vrai dire foncièrement équivoque.

7Sans l’expliciter vraiment, quand il a opposé langue et parole, Saussure a permis le « retour triomphal » du sujet locuteur comme « subjectivité en acte », unité active qui se réalise par les moyens (linguistiques) mis à sa disposition. Dans cette perspective pragmatique, il suffirait de produire des instruments combinatoires de plus en plus puissants pour rendre compte de la totalité. Avec l’analyse du discours, il en est tout autrement. Le mot d’ordre est de changer de terrain en glissant de la dichotomie entre langue (sociale, générale, systématique) et parole (individuelle, singulière, dissymétrique, occasionnelle) vers le rapport langue/discours qui, comme nous l’avons dit, ne dualise pas, n’égalise pas l’universel et l’extra-individuel. Dans le champ discursif, dans l’entre-deux de la singularité individuelle et de l’universalité, se configure un espace théorique où l’on reconnaît ce qui est propre, ce qui est particulier, extra-individuel sans être universel. Nulle opposition entre le social et l’historique, le nécessaire et le casuel. Nulle visée d’un objet total ou une théorie toute-puissante à visée « totalitaire ».

8Quand on cherche à penser le discours, et non plus la parole, les relations deviennent plus complexes. C’est bien dans l’ordre du discours que l’on peut penser la notion de fonctionnement (processus) pour un texte. En le référant à son extériorité, mais une extériorité en relation avec le linguistique. Le refus de toute dissociation entre la langue et la situation renvoie, dans mes travaux, à une forme matérielle, de caractère foncièrement linguistico-historique, qui fait intervenir centralement la notion d’interdiscours, de mémoire, de savoir discursif : quelque chose parle avant, en un autre lieu et indépendamment (Pêcheux 1990a [1975]). L’extérieur spécifique est bien présent, mais il est traversé par l’extérieur constitutif (l’interdiscours).

9La notion de forme matérielle telle que je l’expose, en la distinguant de la forme abstraite et de la forme empirique, conserve le lien, constitutif de l’analyse du discours, entre langue et histoire. Au travers de la forme matérielle, nous pouvons considérer le travail de l’historique dans la langue et l’investissement du sens dans la syntaxe, au nom du principe réciproque de la matérialité de l’idéologie comme discours et de la matérialité spécifique du discours en tant que langue. Nous établissons ainsi un lien entre la forme-sujet et la forme du sens au travers de la notion de matérialité discursive, spécifiquement linguistico-historique. Comme nous le verrons plus bas, la psychanalyse est prise en considération dans le cadre d’un tel matérialisme discursif.

10Parallèlement, penser la forme matérielle, c’est ouvrir un espace pour penser la relation structure/événement qui, dans l’analyse du discours, se spécifie dans le constant va-et-vient entre description et interprétation. Nous retrouvons cet entre-deux où le geste de l’analyste produit ses effets propres. Un geste qui, en échappant aux dualismes (saussuriens, chomskyens et autres), parvient à ne pas réduire le symbolique, sans toutefois le survaloriser, et n’est donc pas sourd au signifiant, sans pour autant oublier le réel de l’histoire.

11C’est dans ces allées et venues de l’analyste qui, à l’identique de tout sujet, n’est pas centré sur sa compétence, c’est dans/par les effets du discours scientifique, que se concrétise la pratique de l’analyse du discours. Ainsi en est-il de cet entre-deux où le discours peut être saisi dans sa relation à la langue. Ce rapport entre la langue – comme système intrinsèquement passible de jeu (jeu dans et jeu sur) – et la discursivité – comme inscription d’effets linguistiques matériels dans l’histoire – est l’objet même du travail de l’analyste.

12Ainsi, quand il considère la linguistique elle-même dans cette perspective de l’entre-deux, qui plus est entre les lettrés et les hommes de science, Michel Pêcheux affirme que « la linguistique […] a effectivement à voir avec une matérialité spécifique de nature formelle (et en cela elle a pour ambition l’idéal des sciences) mais, en même temps, cette matérialité résiste de l’intérieur aux évidences de la logique, qu’elle soit dite “naturelle” ou “mathématique” ». Il ajoute ensuite que « la matérialité de la syntaxe est vraiment l’objet possible d’un calcul […] mais en même temps elle y échappe dans la mesure où le glissement, la faille, et l’ambiguïté sont constitutifs de la langue et que c’est par là que la question du sens surgit de l’intérieur de la syntaxe ». Il s’agit ici d’un point fondamental pour l’analyse du discours. L’analyste de discours ne peut pas oublier le sens, qui, pour sa part, n’est pas « séparé » de la syntaxe. Conduire l’analyse vers la matérialité de la langue ne signifie pas simplement transporter vers son champ, pour acquitter sa dette envers la linguistique, tel ou tel concept linguistique, par exemple ceux de « structure » repris des disciples de Saussure ou de « transformation » repris de Chomsky, voire des fragments d’analyse morphologique, à l’exemple du traitement de textes. Dans la visée de l’analyste de discours, considérant une relation réglée entre langue et discours, il convient de travailler l’« impulsion métaphorique interne de la discursivité par laquelle la langue s’inscrit dans l’histoire » (Pêcheux 1994).

13En somme, pour rendre compte de la forme matérielle, l’analyste de discours importe dans sa pratique le travail sur la métaphore, sur « l’équivoque », tels que je les ai définis dans le champ de l’analyse du discours à partir de la lecture de Michel Pêcheux, principalement sur l’effet de la faille de la langue qui s’inscrit dans l’histoire. Ainsi pouvons-nous comprendre le jeu non seulement de/dans la langue – qui plus est, dans sa capacité propre d’explicitation par la syntaxe – mais encore le jeu sur la langue propre à la discursivité. Nous parlons tous la même langue, mais différemment. Les notions de paraphrase et de métaphore, en tant que « transfert », sont les supports analytiques de base. Néanmoins, dans l’analyse du discours, la paraphrase et la métaphore ont une définition différente de celle que l’on retrouve, respectivement, dans la linguistique et dans les études littéraires. La paraphrase (Orlandi 1983b) est à la fois faite de langage et procédure heuristique. C’est la paraphrase, pensée par rapport à la configuration des formations discursives, qui est à la base de la notion de dérive, liée, pour sa part, à ce qui est défini comme effet métaphorique (Pêcheux 1969), donc phénomène sémantique issu d’une substitution contextuelle produisant un glissement de sens. En rapportant la notion d’effet métaphorique aux démarches analytiques et en la rapprochant de la notion de geste d’interprétation, l’analyste travaille la possibilité de décrire/interpréter un fonctionnement (processus) discursif « opérant » avec la paraphrase et la métaphore. Ainsi, la paraphrase et la métaphore s’explicitent en tant que démarches d’analyse centrée sur les relations. Dans cette procédure, l’analyste conceptualise l’interdiscours en tant que mémoire constituée par l’oubli, à la différence de la mémoire documentaire, institutionnelle, qui se caractérise par la stabilisation, par ce qui ne doit pas être oublié. C’est là une marque forte de la spécificité de l’analyse du discours : elle introduit une notion non linguistique de paraphrase et une notion de métaphore qui ne dérive ni de la rhétorique ni des études littéraires ; de plus, elle pratique l’analyse de la « mémoire » dans ses différentes déterminations. Le lien entre ces notions et la manière de procéder de l’analyse du discours, qui met en relation ce qui est stabilisé et ce qui est sujet à équivoque dans le mouvement même de la description et de l’interprétation, marquent profondément les études du langage.

14Cette position de l’analyste de discours est souvent mal comprise. Courtine en donne, de manière suggestive, une raison : pour pratiquer l’analyse du discours, il faut être linguiste et oublier qu’on l’est. Or, la plupart des praticiens soit ne le sont pas, soit ne l’oublient pas… D’où les dérives vers l’analyse de contenu, l’analyse textuelle, la pragmatique, la psychanalyse, etc., où s’articulent, sans se déplacer, linguistique et situation, linguistique et inconscient, etc. Dans tous ces cas, la matérialité de la langue dans la discursivité « disparaît » soit parce qu’elle est prise métaphoriquement, soit parce qu’elle n’est qu’« une vitre poussiéreuse au travers de laquelle l’on incite à épier les “choses elles-mêmes” » (Pêcheux, ibid.).

15Convenons qu’il n’est pas facile de pratiquer l’entre-deux en tant que position théorique assumée, comme le fait l’analyste de discours, sans prendre le risque de tomber dans un excès interprétatif de l’analyse de contenu sur un versant herméneutique, ou de pratiquer à l’excès les « outrances théoriques ». Mais qui peut vraiment se servir « de manière neutre » de l’analyse linguistique en tant que telle dans ses analyses pour ensuite y « ajouter » une composante d’un autre ordre, essentiellement basée sur la notion de situation (où le sujet est inclus), comme si le discours n’était que la langue continuée dans la situation d’énonciation. Il existe bien un lien complexe langue/discours qui n’apparaît pas dans le simple ajout successif de composantes à un noyau de langue. Une fois de plus, il faut changer de terrain, se redéfinir dans son geste même d’analyste de discours, sans oublier, j’insiste, que le discours ne constitue pas un simple substitut de la parole, dans une vision classique de l’héritage de Saussure.

16L’analyse du discours s’est constituée dans la conjoncture intellectuelle du structuralisme de la fin des années 1960, où le lien de la structure à l’histoire, de l’individu au sujet, de la langue à la parole était au centre des débats. Depuis lors, la remise en question des notions de sujet, d’individu, de langue, de parole, d’histoire alors en vigueur, ainsi que des dichotomies établies, s’est imposée. L’analyse du discours, formulée autour de Michel Pêcheux, prend tout cela en compte en proposant la notion de discours comme lieu possible de changement de terrain sans cesser pour autant de poser les questions initiales. Cet auteur pénètre ainsi dans une région qui sera ensuite appelée le post-structuralisme. Il prend bien sûr en compte Saussure et le matérialisme, mais en les redéfinissant dans une manière de penser l’« équivoque » qui travaille la liaison langue – extériorité, en articulant structure et événement, en conformité avec une entreprise théorique qui continue à lier langue et idéologie. En somme, il s’agit toujours de penser au mieux la discursivité. Voilà pourquoi, quand elle déplace son réseau de filiation théorique, langue – sujet – histoire pour construire un objet propre, l’analyse du discours réunit le discours comme objet d’investigation et un champ théorique spécifique, justement l’analyse du discours.

Les grandes lignes de division

17Nous pouvons indiquer plusieurs distinctions qui surgissent soit à l’intérieur de l’analyse du discours, soit dans les relations institutionnelles qui s’établissent à partir de son émergence dans le champ des théories du langage. Mais d’emblée, une première grande division entre les analyses de discours européenne et américaine (cette dernière entendue ici comme celle d’Amérique du Nord) s’impose. Côté américain (et ce n’est pas une division uniquement géographique), nous constatons une tendance à la déclinaison linguistico-pragmatique (empiriciste) de l’analyse du discours avec un sujet intentionnel ; côté européen, une tendance (matérialiste) qui déterritorialise les notions de langue et de sujet – affecté par l’inconscient et constitué par l’idéologie – dans leur relation au discours. Avec la tendance européenne de l’analyse du discours, du fait de l’accent mis sur le changement de territoire, l’analyse évite tout isomorphisme. En revanche, la tendance américaine, avec son marquage pragmatique, propose, sans les redéfinir, les mêmes mécanismes pour analyser ce qui y est appelé discours et ce qui se résout par la somme « langue + contexte » ou par une extension de l’analyse de la langue, selon l’expression souvent usitée de l’« au-delà de la phrase ». Rien de tel dans l’analyse du discours située hors de cette tendance linguistico-pragmatique, ne serait-ce qu’au titre du propos même de l’analyse du discours qui, selon la lecture que j’en fais, n’a d’intérêt que dans la mesure où il ne laisse pas intacte la région de la réflexion sur le langage. Ainsi l’analyse du discours ne se présente pas simplement comme quelque chose « en plus » du point de vue méthodologique, mais comme un champ autonome de réflexion qui interroge les théories constitutives des relations contradictoires qui lui permettent d’exister. Et c’est là que l’Amérique du Sud, plus précisément Campinas, entre dans cette histoire avec sa contribution propre. En termes d’histoire de la science, l’analyse du discours fait quelque peu bouger la relation déjà fixée et dominante qui voit, d’un côté, la tradition européenne et, de l’autre, la nord-américaine (ou anglo-saxonne). Elle va remettre en cause cette manière de dichotomiser l’histoire de la pensée sur le langage et montrer qu’il existe d’autres espaces où l’analyse du discours se développe avec ses contributions spécifiques.

18Dans le structuralisme, où la linguistique se présentait comme science pilote des sciences humaines, la relation de la linguistique aux sciences humaines et sociales soulevait quelques questions : qu’est-ce que cela signifie que de formaliser les études du langage ? Est-il possible de formaliser un objet comme la langue ? Est-il concevable de formaliser, de manière générale, les différents objets des sciences humaines ? Et à quel prix épistémologique ? Il est clair que ces questions se posaient surtout pour qui ne se contentait pas d’une parodie de formalisation, simple « traduction » vers un propos mathématique sur ce qui concerne la langue. Il ne s’agissait pas seulement d’une application périphérique, mais d’une redéfinition des instruments (Henry 1997) d’analyse, qui revenait sur la nature même de son objet. C’était le début de la critique de l’« analyse de contenu ».

19À mes yeux, l’analyse automatique du discours de Michel Pêcheux (1969) cherche à concrétiser cette proposition. La question de l’informatisation du modèle y joue un rôle heuristique et ne se réduit pas seulement à une application. C’est à ce titre qu’il fait progresser sa réflexion sur ce nouvel objet. Mais, à la différence de ce qui se passe au Brésil, comme nous le verrons plus bas, ce ne sont ni la question de l’informatisation ni même celle de la formalisation du modèle dans sa relation à la linguistique qui ont été les plus polémiques en France. La « scission » s’est faite sur la question théorico-politique posée par le marxisme « classique » et tout particulièrement par la prise de position althussérienne en faveur d’une relecture de Marx, conjointe, par la relation à la psychanalyse, à une relecture de Freud. Ainsi s’ouvrait une forte interrogation sur ce qu’est une formation sociale dans le continent Histoire.

20Dans ma lecture, je considère que le glissement produit de Marx à Althusser, mis en corrélation avec celui de Freud à Lacan, place Michel Pêcheux en un lieu où, tout en considérant le langage dans sa relation à ce qu’Althusser théorise sur l’idéologie et le sujet, il fonde un nouveau champ lié à la linguistique issue de Saussure. Bien que philosophe avant d’être linguiste, Michel Pêcheux a recours à la connaissance des faits linguistiques pour inaugurer, dans le domaine de la connaissance linguistique, un nouveau champ de questions qui produit un nouvel objet dans sa relation à la langue. La question du sujet et du sens – comme c’était déjà le cas du rapport de l’analyse du discours à la linguistique de filiation saussurienne – en constitue toujours la pierre angulaire. Effet de l’introduction de la notion de langage dans sa relation à l’idéologie – et, ajouterais-je, de l’interprétation telle que je la définis (Orlandi 1996), l’équation historico-théorico-politique se constitue autour des trilogies Freud/Marx/Saussure, Lacan/Althusser/Pêcheux.

21Dès son apparition, les adeptes de l’analyse du discours française marquent leur appartenance majoritaire à la gauche française, avec toutes sortes d’implications, d’abord dans les années 1960 avec la guerre d’Algérie, puis, en raison de l’invasion de la Tchécoslovaquie de 1968, avec les crises successives du monde communiste. Cette tension politique est décuplée par la situation polémique de la linguistique dans ces relations dans la mesure où le langage, avec la position althussérienne, n’apparaît plus comme un simple accessoire du politique, ni même de la science. Ainsi le sujet de la science qui pratique l’analyse du discours se confronte en permanence avec sa position de sujet politique, par la médiation même de son investissement théorique. Avec l’analyse du discours des années 1960, il n’est plus possible d’affirmer la neutralité de la science du langage. Ni par ses sujets, ni par son objet. Pour autant, la science ou le sujet de la science ne sont pas évacués. Au contraire, ils sont investis dans la théorie et sont perçus comme partie prenante de la pratique scientifique et de son institutionnalisation. Discours et science, voilà l’une des tâches de compréhension première : nulle surprise donc si Michel Pêcheux consacre toute une partie de ses Vérités de La Palice (1990a [1975]) à cette discussion.

22Michel Pêcheux intervient donc de manière centrale dans le champ de la linguistique autour de Saussure et à distance d’une certaine sémantique. Denise Maldidier y insiste, quand elle parle de l’« intervention épistémologique » comme du type de tâche que se donne ce philosophe passionné par la science et par la politique : « Que peut la linguistique quand il s’agit du sens ? » Michel Pêcheux parle alors de la coupure épistémologique produite par Saussure et critique ses recouvrements successifs : contre le structuralisme généralisé, il propose une méthode universelle d’analyse générale de l’esprit humain (1990b). Selon lui, l’« analogie », en dépit des efforts de Saussure, fait intervenir l’idée et, par là, la parole d’un sujet individuel, porte par laquelle s’engouffrent le formalisme et le subjectivisme. Nous insistons donc sur la coupure saussurienne et son recouvrement, et la prise de parti en la matière de Michel Pêcheux qui veut que le sens, objet de la sémantique, dépasse les limites de la linguistique en tant que science de la langue. Un axiome s’impose alors : la relation entre les significations d’un texte et ses conditions socio-historiques est constitutive des significations elles-mêmes. Dans la mesure où le sujet et le sens se constituent en même temps, j’en reviens donc à la proposition inaugurale selon laquelle il n’existe pas de discours sans sujet ni de sujet sans idéologie.

23Nous en sommes bien là au point qui fait différence et produit des dissensions à l’intérieur même de l’analyse du discours française, dès la fin des années 1970. Au risque d’ailleurs que la théorie y apparaisse parfois, selon Michel Pêcheux (Maldidier 1990), comme directement gouvernée par la politique (et par le programme de la gauche), c’est la bataille théorico-politique contre le réformisme qui rejaillit sur l’analyse du discours, ou sur le discours des sciences en général, dans cette conjoncture. Ici les positions de Michel Pêcheux – à ce sujet, il est intéressant de lire son article avec Françoise Gadet « Y a-t-il une voie pour la linguistique en dehors du logicisme et du sociologisme ? » (1977) – s’opposent à celles de Jean Baptiste Marcellesi, Bernard Gardin et Louis Guespin.

24Ainsi la crise de la linguistique a fait surgir des divergences, à l’intérieur même de l’analyse du discours, sur les questions de la langue et du sujet, selon des médiations et des trajets théoriques fort différents de ce qui va se passer au Brésil. Pour Marcellesi, l’analyse du discours est un domaine particulier de la sociolinguistique. Pour Michel Pêcheux, la sociolinguistique apparaît comme lieu de recouvrement de la politique par la psychologie – et par le sociologisme – et le formalisme apparaît comme une menace dans le domaine incontournable de la syntaxe. Symptôme d’une même crise : l’insistance sur le sujet individuel et collectif dans la communication intersubjective. En France, la présence (ou la référence à) de Valentin Voloshinov – avec son Marxisme et philosophie du langage – éclaire bien l’antagonisme à l’intérieur de l’école française d’analyse de discours, baptisée comme telle par Guespin. Au nom d’un marxisme plutôt idéaliste, ces linguistes marxistes suivent la voie ouverte par Voloshinov en 1929, et par là même contribuent à la fin des années 1970, à valider la philosophie anglo-saxonne et la pragmatique dans l’espace français, ce que l’on appelait déjà l’interaction, le dialogisme. De son côté, Michel Pêcheux, comme nous l’explique Denise Maldidier (1990), œuvre d’une position matérialiste clairement formulée pour considérer que la question du sens ne peut pas simplement être régulée dans la sphère des relations interindividuelles, dans la mesure où la sphère des relations sociales ne peut pas être pensée uniquement sur le mode de l’interaction entre groupes humains. Ainsi se constitue un clivage entre ceux qui, au travers de Voloshinov, tendaient à annuler la dimension proprement matérialiste de la langue et intégraient ainsi la linguistique au sein d’une vaste sémiologie, « en opposant au système abstrait des formes linguistiques le phénomène social de l’interaction verbale, réalisée au travers de l’énonciation et des énonciations ». Michel Pêcheux en reste donc bien à une réflexion sur l’entre-deux – entre la sociolinguistique, la linguistique, la pragmatique et la théorie de l’énonciation – en conservant, autour de la coupure saussurienne, la possibilité de penser « la singularité du sujet dans la langue ainsi que l’articulation entre langue et inconscient » et en abordant des points décisifs du matérialisme historique : la question de l’État, de la pratique politique et de la psychanalyse (Pêcheux 1990c). Remarquons une fois de plus qu’il inclut la psychanalyse dans les « points décisifs » du matérialisme historique.

25Venons-en maintenant au Brésil. Prise dans une relation hybride entre le politique et le théorique par rapport aux Américains et aux Européens dans la mesure où le courant de la linguistique américaine (ou anglo-saxonne) tend à dominer, la division se constitue dans notre territoire autour de la manière de mettre en relation l’analyse du discours avec la linguistique et la pragmatique. Les points de friction, à la différence de la France, portent moins sur la sociolinguistique que sur la relation sujet/langue/idéologie, déplacée sur une autre conjoncture théorique. En France, face à un formalisme dominant et agressif, l’antagonisme a d’abord pris la forme du sociologisme alors qu’au Brésil, il a pris, dès le début, la forme du pragmatisme, nuancé, en certains cas, par un structuralisme tardif.

26Au Brésil, l’analyse du discours s’institutionnalise rapidement, non sans quelques résistances comme nous le verrons plus bas. Disposant de sa production et de sa portée théorique propres, elle se configure comme une discipline au sol fertile, aux nombreux impacts aussi bien sur la théorie que sur la pratique du savoir linguistique. Des relations polémiques se créent en permanence. D’un côté, nous trouvons ceux qui, pris dans l’incompréhension de la relation entre l’analyse du discours et la linguistique – relation de « présupposition » (Pêcheux 1990a) – prétendent « préserver » la linguistique en tant que telle au titre des formalismes dominants. De l’autre côté, d’autres, comme moi, s’inscrivent dans une filiation linguistico-discursive, partent de la linguistique et reconnaissent/déplacent la coupure épistémologique saussurienne pour chercher à comprendre la relation entre la linguistique et l’analyse du discours dans le cadre des relations d’entre-deux, tout en considérant leurs contradictions.

27Ceux qui prétendaient/prétendent que la théorie du discours ne peut pas (ne doit pas) produire un déplacement des études linguistiques – ou, comme le dit Michel Pêcheux, poser des questions de la linguistique à la linguistique elle-même – donc maintenaient/maintiennent les réflexions du champ de la linguistique en un point fixe et se contentent d’« ajouter » des éléments de réflexion issus de deux champs « affines » : la pragmatique (les actes de langage) et la théorie de l’énonciation (le sujet). Ainsi, dans le meilleur des cas, ils pratiquent l’isomorphisme en étendant l’analyse linguistique au-delà de la phrase, perdant ainsi ce qui est spécifique du discours car, ne l’oublions pas, même pour Saussure, dans la dichotomie langue/parole, la langue n’est pas la somme des paroles, elle a son ordre propre.

28Parallèlement, nous pouvons dire que le discours n’est pas non plus une accumulation de phrases. De la même manière, langue et discours ne sont pas équivalents dans une relation des parties et du tout. En outre, le discours n’est pas non plus la langue de l’individu, car la question du sujet y intervient. L’élaboration d’une position théorique comme celle de Benveniste reconnaît la difficulté de cette relation mais, comme il se situe en un lieu où le linguistique est dominant, il finit par placer un sujet (origine) qui s’approprie la langue et la convertit en discours.

29Ces formes de réflexion appendiculaires, auxquelles je fais référence ci-dessus, créent, dans le meilleur des cas, une « confusion » théorique qui disqualifie le propre du discours. Voilà pourquoi surgissent des discours qui prennent une forme moraliste (« sauver », « menace », ou leurs variantes, la « véritable » science, la théorie qui « est/n’est pas » linguistique, « difficile/facile », « claire/obscure », etc.), et qui, en réalité, sont des discours de l’affirmation d’une forme de science dominante qui préserve son formalisme pour mieux empêcher la reconnaissance du savoir dans d’autres lieux que le sien. Attitude prévisible dans la mesure où il s’agit, pour une forme de connaissance, de maintenir son hégémonie par la partition entre la « véritable » science (du langage) et les « autres ». Ici, l’idéologie de la science s’affirme dans sa pratique même.

  • 1 Le résultat des reprises, en salle de classe, de ces textes préliminaires – comme Cohesion in Engl (...)

30Nous pensons, pour notre part, que l’analyse du discours offre la possibilité de travailler un objet nouveau : le discours. Dans cette direction, nous insistons sur la lecture des auteurs dont les textes se présentent comme des textes « préliminaires » à la compréhension du champ spécifique de l’analyse du discours : Halliday et sa notion de texte1, Émile Benveniste et sa notion de sujet, Roman Jakobson et ses fonctions du langage, Malinowski (et Firth) et sa notion de situation en tant que constitutive, Oswald Ducrot et son argumentation comme inhérente. Mais il convient surtout de rendre visible le champ spécifique de l’analyse du discours, voire de le construire, en caractérisant sa théorie, sa méthode, ses démarches analytiques et son objet propre. Ainsi, les notions de texte (lié au discours), de sujet (lié à l’auteur), de fonction et fonctionnement (liés à un processus), de situation (liée aux conditions de production) prennent un autre sens, sont re-signifiées à l’aide d’une autre filiation théorique, affirmant son objet propre, le discours, donc hors de toute considération sur une simple extension de la linguistique. Les travaux d’analyse de discours réalisés au Brésil sont fortement marqués par cet objectif scientifique.

31Quand nous caractérisons ainsi l’analyse du discours, nous cherchons à mettre l’accent sur la part spécifique de la proposition théorique suivante : la linguistique a son objet, la langue, et l’analyse du discours se constitue par l’affirmation d’un autre objet, le discours. Ainsi l’analyse du discours concerne ici les relations entre le linguistique et le discursif, entre le discursif et l’historique, et non stricto sensu la matérialité de la langue au sein de la discursivité (Orlandi 1994).

32Quand il se constitue, ce nouvel objet affecte – sans le défaire – le champ même de la linguistique par la nature de la relation proposée de la langue au sujet et à la situation, et en raison de la manière dont ils sont affectés par l’idéologie et par l’inconscient. Ici le champ disciplinaire des sciences du langage se reconfigure avec des effets sur les sciences humaines et sociales en général.

33D’une certaine manière, ni la linguistique ni les sciences sociales ne pouvaient répondre aux questions qu’elles affrontaient sans l’apport d’une nouvelle démarcation des limites et la formulation de questions inédites. C’est à cette tâche que nous travaillons à présent. Science pilote dans les années 1960, nul hasard, ni simples ajouts, dans le fait que la linguistique répondrait ou cesserait de répondre aux questions posées par les sciences humaines et sociales. Les difficultés sont d’ordre théorique, et la notion de discours ouvre à la compréhension de ces obstacles car elle s’érige comme le lieu d’où l’on peut observer la relation entre langue et idéologie, en tant que fonctionnement (processus) structuré, dans l’existence de la relation langue – sujet – histoire/société, et non occultation de ce même processus.

34Dans le même temps, par un retour vers la linguistique elle-même, l’analyse du discours désigne le besoin, pour la linguistique, de réfléchir sur son mode d’existence. Ainsi Michel Pêcheux (Gadet et Pêcheux 1981) précise que la linguistique s’efforce de « se renier au travers d’une alternance d’errances et de réunifications trompeuses », par la mobilisation de ce que cet auteur dénomme des philosophies spontanées, qui accompagnent les théories et recouvrent leurs contradictions en donnant une apparence de scientificité à leurs effets, et en apparaissant justement sous la forme d’alliances (avec la psychologie, la sociologie, l’histoire, etc.). Le recouvrement des contradictions, dans ces alliances, pousse la linguistique à s’éloigner de son champ plutôt que de reconnaître et de travailler son domaine spécifique, à savoir le propre de la langue, son réel. Ainsi, reconnaître l’objet discours comme un objet propre présuppose la linguistique. Mais si, d’un côté, quand l’analyse du discours le fait bien, elle reconnaît aussi, de l’autre, son champ propre ; elle ne relève donc pas d’un simple ajout dans le domaine de l’« application » de la linguistique. D’où le besoin de penser la place des systématicités linguistiques dans l’analyse du discours (Orlandi 1994). Ainsi l’analyse du discours ne peut pas simplement se servir des produits de l’analyse linguistique et leur ajouter quelques éléments qui la complètent. La théorie, les méthodes, les démarches d’analyse sont distinctes parce que ces théories distinctes ont des objets distincts, même si elles interfèrent, de par leurs résultats, dans la relation même entre langue et discours. Voilà pourquoi, mieux je comprends le discours, mieux je comprends ce qu’est la langue. Néanmoins, il ne s’agit pas de quelque chose d’automatique et d’analogique, mais d’une relation théorique réfléchie. Il s’agit de savoir être linguiste et d’oublier qu’on l’est, oubli qui se présente comme théoriquement nécessaire et productif. Il s’agit, une fois de plus, de rester dans l’entre-deux. Une position fortement travaillée au Brésil.

35Sur l’autre versant, non moins important, il s’agit de comprendre ce que c’est qu’une idéologie. Le problème tient ici au fait qu’en France, la notion d’idéologie a subi une certaine usure par des usages abusifs et fréquents qui expliquaient tout, perdant ainsi la valeur heuristique de la notion. Au Brésil, en tant que linguiste, nous posons un premier terme de la relation posée par la définition de ce qu’est la forme matérielle, le linguistico-discursif, puis nous élaborons la notion d’interprétation dans l’analyse du discours et nous la positionnons comme lieu d’inflexion de la question de l’idéologie, travail qui cherche à expliciter le linguistique dans sa relation au discursif en faisant jouer les questions du sujet et du sens. La langue est ainsi la matérialité spécifique du discours – elle constitue la base des processus discursifs – et le discours est la matérialité spécifique de l’idéologie. Il n’y a pas de discours sans sujet et il n’y a pas de sujet sans idéologie. Or, comme sujet et sens se constituent en même temps, il n’y a pas de sens sans interprétation car la langue s’inscrit dans l’histoire pour signifier et c’est ainsi que nous pouvons saisir la question de l’idéologie, du sujet et de l’interprétation.

36Sont alors liés – par la notion d’interprétation – sujet, sens, langue, histoire et idéologie. Relation qui ne saurait être élaborée en travaillant l’objet discours défini comme effet de sens entre les seuls locuteurs (Pêcheux 1969). Comme nous le savons, c’est dans le discours que l’on peut observer la relation de la langue à l’idéologie, cette dernière conçue non pas comme une occultation mais comme une structure/fonctionnement, un système/processus, par lequel sujet et sens se constituent en même temps par l’événement du signifiant dans l’histoire, fait d’interprétation, fonction (au sens formel) de l’idéologie. Nous abandonnons ainsi, grâce à l’analyse du discours, une définition « contenuiste » de l’idéologie (comme occultation), en pensant le fonctionnement (processus) et en réfléchissant sur l’interprétation.

« Silenciement » et histoire de la science

37Si nous situons notre réflexion scientifique dans la perspective de l’histoire des théories au Brésil, nous pouvons considérer deux tentatives de « silenciement » de la spécificité de l’analyse du discours, qui prennent essentiellement les directions suivantes.

38D’un côté, il y a ceux qui argumentent en faveur de la préséance de la question linguistique : c’est une première manière de mettre le discursif sous silence ou, autrement dit, d’effacer ce que la langue a à voir avec l’idéologie et vice versa. Un sous-produit de ce « silenciement » est un investissement dans la méconnaissance de ce que l’analyse du discours travaille de la langue dans la relation inconscient – idéologie, matériellement liés. Cette position vise à destituer l’analyse du discours de sa relation nuancée – en considérant à nouveau la question de l’entre-deux, cette fois-ci dans la relation entre inconscient et idéologie – avec la psychanalyse. Ainsi, ses partisans cherchent soit à « soumettre » grossièrement une théorie à l’autre, soit à aligner l’analyse du discours sur la pragmatique, soit en psychologisant la notion de sujet et en interprétant l’historicité de manière empiriciste. L’idéologie y devient une simple « vision de monde ».

39De l’autre côté, certains affirment bien l’existence de l’idéologie mais le font sur le mode d’une analyse sans lieu propre – les fameuses « outrances théoriques » – en se basant en réalité sur une analyse de contenu, et en isolant, de la même manière, la langue dans sa relation à l’idéologie. Ils parlent alors de « discours idéologiques » – pour l’analyse du discours, il n’y a pas de discours sans idéologie –, ou de « contenus idéologiques », sans toucher au fond de la question, à savoir le fonctionnement (processus) idéologique (l’idéologie, comme nous l’avons affirmé, n’est pas « x », mais le mécanisme qui produit « x »). Il n’y a pas de sujet, il n’y a pas de sens sans idéologie (sans interprétation). Les sujets et les sens se constituent dans/par l’interprétation (dans/par l’idéologie), production d’effets métaphoriques, où la langue est investie.

40Comme nous le voyons, cette polémique tourne autour de la relation de la langue à l’idéologie. Des discours sont analysés, mais l’objet est la langue et non pas le discours, ou c’est le sujet qui est visé et non pas la relation sujet/sens, etc. Les résultats ne peuvent donc pas être référés au discours si ce n’est sur le mode d’une réduction du discours à la langue augmentée d’éléments contextuels, sujet compris. Il ne s’agit pas d’analyses qui prennent le discours comme un objet propre, ni dans lesquelles l’on puisse observer la liaison de la langue à l’idéologie.

  • 2 Quand je parle de « lecture pragmatique », je ne fais pas allusion à une lecture faite par qui s’a (...)

41Abordons maintenant une autre manière de « laisser sur place » le mouvement théorique et analytique de l’analyse du discours, au nom d’une idéologie de la science, plus précisément dans une idéologie marquée par les différentes formations discursives qui constituent le discours de la science et le prestige de la fonction auteur. Elle représente une tentative de transformer le champ de l’analyse du discours en un no man’s land. Alors même qu’ils mettent à profit certaines contributions spécifiques à la pratique de l’analyse du discours, nombre d’analystes ne montrent pas le parcours effectué à l’intérieur même de l’analyse du discours, donc déjà travaillé par ses auteurs « historiques ». Le but est de disperser ce qui constitue le champ théorique et méthodologique de l’analyse du discours en utilisant ponctuellement ses conquêtes théoriques, sans les nommer vraiment. Des travaux impossibles sans la notion de discours, dans la mesure où ils se basent sur des questions qui ne sauraient être formulées que discursivement, sont mis en œuvre tout en effaçant les références à son corps théorique organisé et organisateur au niveau des présupposés et des résultats. Une forme très pratiquée de cet effacement est la lecture pragmatique de l’analyse du discours2 qui la réduit à des notions empiricistes, sans comprendre la manière dont le sujet et la situation, l’extériorité s’y travaillent, pour se présenter, « en utilisant » ce qui lui est propre, comme de « nouvelles » contributions fondées, en général, sur la psychanalyse, la linguistique ou la philosophie du langage, tout en taisant ce que l’analyse du discours pratique depuis 40 ans déjà. Cette manière de faire procède par un discours paraphrastique de l’analyse du discours, essentiellement en ce qui concerne les glissements (dérive), l’effet métaphorique (substitutions, déplacements et ruptures), le travail sur l’équivoque (l’historique, le politique, la faille, l’interprétation, le transfert) ou ses démarches analytiques (qui impliquent la relation paraphrase/métaphore), qui touchent à la question de l’idéologie définie discursivement, mise en relation avec ce qui est interdiscours : quelque chose parle avant, en un autre lieu, indépendamment. Sans le dire, ces chercheurs utilisent l’appareil analytique de l’analyse du discours, mais ne le réfèrent pas au dispositif théorique qui le soutient. Entre autres, ils diluent le fait que l’analyse du discours travaille depuis toujours sur un sujet qui est « parlé », dans ce cas par l’idéologie (dans sa relation à la langue), sans toutefois penser à un sujet automate, car, dans l’analyse du discours, le sujet est un sujet (linguistique) historique.

42D’autres « stratagèmes » sont perceptibles : essentiellement des manières de ne pas faire de l’analyse du discours, tout en en parlant. L’on remet ainsi incessamment en question son champ théorique, ses notions, concepts et définitions.

43Ouvrir un espace discursif ne signifie pas l’écarter d’un champ théorique défini. Il importe de marquer la différence énorme entre la remise en cause d’une théorie au travers d’affirmations fallacieuses et de faux dilemmes, et le fait de poser des questions à une théorie pour construire une analyse, et interpréter ses résultats, pour arriver à une compréhension de l’objet de l’analyse en question. Il est donc fondamental de référer l’analyste, saisi dans sa pratique même, à ce qui établit l’analyse du discours dans son champ de concepts et de définitions. Si on ne le fait pas, on prend le risque de méconnaître le propre de la filiation théorique de l’analyse du discours au sein des sciences du langage. De fait, cette filiation désorganise le lien de la linguistique aux sciences humaines et sociales quand elle aborde de manière propre ce qui est langue, ce qui est sujet, ce qui est sens. Elle montre en effet que la question sémantique « n’est pas seulement un autre niveau d’analyse mais le point nodal où la linguistique a à voir avec la philosophie et les sciences sociales » (Pêcheux 1990a). Parce qu’elle affirme en même temps le réel de la langue et celui de l’histoire. Parce qu’elle inscrit le sujet dans l’analyse. Parce qu’elle lie matériellement inconscient et idéologie et travaille non seulement sur l’interprétation mais également sur la description.

44Ainsi se présentent les courants qui veulent réduire le programme propre de l’analyse du discours et donc refuser l’ouverture d’un champ de questions et de réflexions sur le langage basé sur ce nouvel objet qu’est le discours. Ce sont des manières de réfléchir qui, très souvent, révèlent des positions plus bureaucratiques que théoriques, en tant que positions touchant à l’institutionnalisation, à la légitimation des théories et au jeu idéologique violent qui préside aux modes d’existence et de validation des théories, la science elle-même, en enfermant la science (du langage) dans le positivisme ou, de manière encore plus tortueuse, en réduisant toute forme de connaissance (du langage) au positivisme.

Une fin heureuse

45Malgré les difficultés que nous venons d’exposer, la pratique scientifique n’est toutefois plus la même depuis les premières réflexions formulées à propos de ce nouvel objet, le discours. De par la fécondité du champ de questions qu’elle inaugure au sein des disciplines du langage, l’analyse du discours a une présence effective dans ce champ. Et ce, de manière irrémédiable.

46Après avoir cité Danton, « L’on ne détruit vraiment que ce que l’on est capable de substituer effectivement », Michel Pêcheux (Maldidier 1990) fait une critique de la sémantique, avec, pour corollaire, un ensemble de propositions pour une sémantique discursive. Mais à mes yeux, Michel Pêcheux fait plus encore en instaurant un nouvel objet, le discours, qui jette les bases d’une nouvelle théorie. Et le travail réalisé au Brésil donne suite à cette théorie sous une forme définitionnelle affirmée. Si, comme le dit Gilles Deleuze (2001), l’on ne peut aller contre quelque chose que par des affirmations, c’est-à-dire par la création d’autre chose, l’analyse du discours le fait de manière exemplaire, en tant que science qui pratique la « déterritorialisation » de la connaissance, dans son cas, du langage. Aussi bien ceux qui essaient de « la nier » que ceux qui prétendent « l’ignorer », ou ceux qui « l’intègrent » en la mettant sous silence, en lui donnant un autre sens, prennent le risque de quitter le champ discursif sans le dire, et doivent donc expliciter leurs positions de manière plus argumentée, lorsqu’il est question de leur lien aussi bien au discours qu’à la langue. Ce lieu théorique introduit dans le champ des théories du langage par l’analyse du discours produit systématiquement ses effets. Voilà bien là de la science. L’analyse du discours s’y présente, comme le dit Paul Henry (1994) comme un « cheval de Troie » qui s’infiltre dans le champ des sciences sociales, et, ajouterais-je, dans la linguistique.

47Si, dans un premier temps, le discursif apparaît comme un objet en « appendice » dans les théories du langage, après l’élaboration féconde de l’analyse du discours, et ici encore le Brésil a une présence marquante, ce panorama s’inverse si l’on peut dire : toutes les théories du champ des sciences du langage ont été ébranlées par ce qui est discours – entité inséparable de la méthode et de la théorie qui le conçoit – et ont ainsi été refaçonnées (resignifiées) dans leur propre champ. L’analyse du discours s’impose comme un événement théorique qui restructure le champ des théories du langage.

48Explorons les conséquences visibles et significatives pour les sciences humaines et sociales. Des résultats notables de cette démarche, nous n’en citerons que quelques-uns.

  • Pour les sciences humaines et sociales en général, l’apport procède d’une explicitation de leurs relations mutuelles, puisqu’elles se fondent sur la notion de sujet, de langage et de situation. Avec la notion de discours, le champ des sciences humaines prend en compte ces relations et le rapport à leurs objets (traversés par le langage) en considérant la discursivité (le langage). Il en ressort une définition nouvelle de la politique, l’idéologie, l’historique et le social au moment où l’on fait intervenir le langage comme quelque chose sans transparence.
  • Du côté de la linguistique, il importe aussi de rappeler les réélaborations de la relation langue/parole, langue interne/externe ou langue empirique, etc., qui marquent le besoin de repenser le statut et les relations entre sémantique et lexique, morphologie et syntaxe, syntaxe et sémantique, etc. Sans oublier la question également de la relation entre langue et langues, qui réinterroge la division entre une perspective philologique (langues) et linguistique (langue). Pour les théories linguistiques « complémentaires » (pragmatique, théorie de l’énonciation, sociolinguistique, etc.), nous pouvons souligner leur besoin, fortement ressenti de raffiner leurs conceptions de l’extériorité – tant du côté du sujet, de la situation, du contexte que de la mémoire – et leurs articulations à l’intérieur du champ même de la linguistique.
  • Pour la psychanalyse, la notion de discours fait surgir des questions qui interrogent le sujet-au-monde, dans la relation même du réel de l’histoire, qui s’impose, au réel de la langue, qui s’affirme.
  • Quant à l’idéologie, ce qui a été mis sous silence, dans la signification même de la notion, n’a jamais cessé d’exister. Mais, pour le comprendre, il faut d’autres instruments au sens où Paul Henry (1994) définit un « instrument » dans la science qui exige des resignifications théoriques, des découvertes et des déplacements, donc une appropriation des instruments par la théorie.

49L’objet de la science n’est pas un objet empirique au sens trivial, mais une construction événementielle, sociale, théorique. Il s’ensuit à la fois une transformation efficace de son objet, sous l’emprise d’un travail d’élaboration théorico-conceptuelle de la rupture introduite, et une reproduction méthodique de cet objet. À ce titre, la fondation d’une science est également un moment de réinvention d’instruments qui existent déjà (Henry 1994).

50Par rapport à ces deux moments, absolument indissociables, le travail réalisé au Brésil commence à avoir un effet retour sur l’analyse du discours en France, ce qui s’avère fondamental pour la théorie et l’analyse du discours. Ainsi en est-il dans la publication Hommage à Denise Maldidier (Éditions des Cendres, 1993), où Francine Mazière souligne au sujet de Denise Maldidier « son exceptionnelle rencontre avec Eni Orlandi de l’université de Campinas, au Brésil ». La mention de cette rencontre est révélatrice d’une conjugaison d’efforts dans une perspective de réélaboration qui a fait progresser la théorie du discours après la mort de Michel Pêcheux. Au Brésil, ce dialogue se concrétise par la pratique permanente de l’analyse du discours en vue d’explorer de nouveaux objets et de nouveaux mouvements de la théorie, à la confluence des débats entre chercheurs français et chercheurs brésiliens.

51J’en viens maintenant à des considérations touchant au lien entre la construction d’une forme de connaissance et son institutionnalisation, au Brésil même.

52Dans la perspective de l’histoire des idées linguistiques (Auroux éd. 1989), de la manière dont je la situe et y travaille, je dois dire qu’il ne s’agit pas ici de considérer la simple « réception » d’un auteur (fondateur, « là-bas ») ayant des influences (« ici »), mais de prendre en compte la production d’un glissement dans la tradition linguistique, dans notre cas, brésilienne. Le point de vue théorique et la perspective sur la relation entre enseignement, recherche et institutionnalisation de cette forme de connaissance et de son installation comme discipline ici s’entremêlent. Comme nous le montrerons plus bas, l’analyse du discours affiliée à Michel Pêcheux a trouvé une place institutionnelle au Brésil avant d’en trouver une en France et cela dans des conditions particulières.

53Voyons ce que disent Chiss et Puech (1995), quand ils se penchent sur la différence entre prédécesseur (ordre empirique de succession) et précurseur (référé à l’unité, champ disciplinaire homogène) : « pour coexister, continuité disciplinaire et refondation passent donc ici par la distinction entre succession empirique des héros d’une tradition, et le recours à l’influence externe d’un prédécesseur dans l’ordre de la légitimité et de la rationalité épistémologique. » Pour comprendre cette distinction il faut, comme Louis Hjelmslev, établir une autre distinction, cette fois-ci entre « tradition » et « école ». Alors, estiment ces auteurs, « prendre en compte (rétrospectivement) l’horizon de projection de la discipline implique nécessairement un dé-centrement de la tradition nationale vers le Grand Prédécesseur ».

  • 3 Professeur à l’USP, en 1968, je suis partie en France pour faire mes études et être lectrice de la (...)
  • 4 Il est intéressant de noter que, à l’université de São Paulo, où j’ai donné des cours pendant 12 a (...)

54C’est dans cette ligne de réflexion que je me situe, d’un côté par rapport à Michel Pêcheux, en tant que fondateur de l’analyse du discours, et, de l’autre, vis-à-vis de la tradition linguistique, où je retiens la présence d’un auteur comme Louis Hjelmslev, sans cesser de rappeler deux maîtres brésiliens, l’un de philologie portugaise et l’autre de philologie romaniste : Clemente Segundo Pinho (pour ma maîtrise) et Theodor Henrique Maurer (tout au long de mon troisième cycle universitaire)3. Dans la relation entre la « tradition » linguistique brésilienne et la linguistique générale, ma pratique, dans cette histoire, désigne le passage – et sa présence dans le même temps – à une « école » d’analyse de discours « ici », au Brésil. Nous pouvons même parler d’un développement spécifique de l’analyse du discours au Brésil dans sa relation à l’école française d’analyse de discours, qui marque une singularité, comme me le disait mon ami et inoubliable sociolinguiste Fernando Tarallo, dans la tradition linguistique brésilienne. Insistons sur sa diversité face à ce qui se développait « là-bas », en France. Ainsi, dans cette filiation théorique, comme le disent Jean-Claude Chiss et Christian Puech (1994), « coexistent un domaine de mémoire certainement, dans lequel s’établissent des relations de genèse, de filiation, de continuité et de discontinuité, mais également un domaine de recherches dans lequel les énoncés du « maître » sont discutés et travaillés au sein de chaque projet scientifique, où le consensus est peut-être beaucoup plus recherché que le présupposé ». Sans aucun doute, au-delà des objectifs théoriques les plus liés à une filiation assumée, à ma curiosité scientifique dirigée vers le langage – qui existait déjà bien avant que je ne connaisse l’analyse du discours – je note également, dans ma pratique, un effort de disciplinarisation qui « organise le rapport de la cumulativité et de la découverte, [qui] administre l’héritage dans la perspective de l’innovation » (je dirais même « invention »), au Brésil. Il s’agit d’un travail d’institutionnalisation de l’analyse du discours en tant que discipline, par sa réinvention continue4.

55Il existe une relation, que j’appelle une « consistance historique », sans solution de continuité, entre ce qui s’appelle l’analyse du discours et son institutionnalisation. Ce qui n’est pas le cas en France. Le groupe de chercheurs responsables des élaborations théoriques qui fondent ce champ disciplinaire, réunis autour de Michel Pêcheux, ne « coïncide » pas, aujourd’hui, avec ceux qui se disent des analystes de discours de l’école française tout en institutionnalisant la pratique de ce qu’ils appellent l’analyse du discours. D’un autre côté, certains fondements de cette filiation théorique survivent chez des chercheurs qui ne sont pas inclus dans ce que, aujourd’hui, l’on appelle l’analyse du discours de l’école française. À l’époque de sa fondation (années 1960-1970), la dispersion était la règle : les praticiens de cette forme de connaissance, présents au séminaire de Michel Pêcheux, Paul Henry et Michel Plon, appartenaient à différentes institutions de recherche et d’enseignement supérieur en linguistique, histoire, psychologie, etc. De nos jours, on peut noter une absence de continuité entre les inventeurs du geste fondateur des années 1960-1970 et les tenants qui gèrent actuellement l’installation institutionnelle de cette discipline. Au Brésil, la production théorique qui s’inscrit à l’horizon de l’analyse du discours comme forme de connaissance (Orlandi 1997d) a trouvé un écho institutionnel et universitaire en instaurant une nouvelle étape dans notre tradition de réflexion sur le langage. Ainsi se précise une relation de consistance historique entre ce qui s’appelle, non sans ironie – laquelle renvoie à l’idéologie de colonisation –, analyse de discours de l’école française et son institutionnalisation. En France, je pense qu’un « gouffre » sépare ces deux moments, le « nom » d’AD et la « chose » institutionnelle AD, le temps de sa fondation et le moment de son institutionnalisation académique. Au Brésil, dès les années 1970-1980 et sans délai, qui plus est de manière consistante, le lien de l’un à l’autre s’est concrétisé par une conjugaison de la production scientifique et des conditions institutionnelles. À Campinas, l’analyse du discours s’est institutionnalisée grâce au concours de ceux qui se sont affiliés à son champ théorique. Par l’enseignement de cette discipline – comme partie des programmes d’enseignement des trois cycles universitaires de l’Institut des études du langage, et plus particulièrement du Département de linguistique, ce qui est d’ailleurs sa marque propre –, elle a été représentée dans des programmes de troisième cycle universitaire et dans des organismes de recherche, ce qui a garanti la stabilité institutionnelle de sa production scientifique. En France, chercheurs et enseignants-chercheurs, distribués dans différents laboratoires et universités, ont impulsé le champ de l’analyse du discours, mais sans constituer une discipline institutionnalisée jusqu’à une date récente. Au-delà de la question de la disciplinarisation de l’analyse du discours, nous ne saurions oublier qu’en France, la recherche en sciences humaines est relativement indépendante de l’enseignement universitaire, ce qui n’est pas le cas au Brésil. Dans le cas brésilien, soit elle devenait une discipline académique, soit elle n’aurait eu aucun avenir dans la recherche, sauf à rester dans sa phase initiale. Le pas, du geste initial à l’institutionnalisation, a donc été franchi, ce qui explique la production particulièrement importante de ce champ de recherche au Brésil.

  • 5 Il convient ici de souligner la publication par Rodrigo Naves, en 1981, de mon texte, « L’incomplé (...)

56Jetant un regard rétrospectif sur ces mouvements de la théorie et de la constitution de ses instruments, ainsi que de l’élaboration (institution) d’une discipline, œuvrant à leur compréhension, un autre fait important me frappe : dans notre réflexion sur l’établissement de la notion théorique de discours, l’interprétation (Orlandi 1996) est toujours située dans une interrogation sur le pourquoi et le comment d’un « entre-deux », d’abord par un travail dans l’espace de la relation du réel de la langue au réel de l’histoire (Payer 1995) ; puis par une redéfinition de ce qu’est une idéologie ; et enfin par la proposition d’une distinction première entre sujet et auteur (et écrivain), entre discours et texte (Orlandi 1988 et 2001c). Ce travail multiforme affecte très fortement la relation entre le dispositif théorique (spécifique de la théorie de l’analyse du discours) et le dispositif analytique de l’interprétation (qui s’ouvre sur les différentes théories liées au champ de questions assumé par l’analyste, qu’il soit linguiste, historien, spécialiste en sciences sociales, orthophoniste, etc.). Dès le début, ce qui est remis en cause, c’est la compréhension et l’élaboration de la relation non conclue, tendue et indistincte entre paraphrase (le même) et polysémie (le différent) (Orlandi 1978 ; Serrani 1993) ; l’incomplétude du sujet5 (Orlandi 1981) ; le sujet et l’énonciation (de Souza 1997) ; l’identité comme mouvement dans l’histoire ; la langue sujette à la faille et l’inscription de la langue dans l’histoire produisant l’équivoque (Ferreira 2000) ; le geste d’interprétation qui se fait dans le recouvrement de la structure par l’événement (Orlandi 1996) ; le jeu de la contradiction (Lagazzi-Rodrigues 1988) ; le passage de l’irréalisé à ce qui « fait » sens (discours fondateurs), en distinguant le non-sens et le sans-sens (ce qui a déjà signifié) ; la réflexion sur la relation entre écriture et oralité (Gallo 1992 ; de Souza 1998), ou des travaux sur le lecteur, sur le lexique (Nunes 1994) ou sur le discours politique (Indursky 1997 ; Mariani 1998a). Toutes ces élaborations théoriques et méthodologiques marquent mon travail personnel et celui d’une bonne partie des analystes de discours au Brésil : elles ont eu également des effets sur l’analyse du discours en général. Ainsi, nous avons contribué aux discussions sur la relation entre le champ des sciences sociales et celui de la linguistique. Non pas au titre de la négation ou de l’exclusion de l’une de ces disciplines, mais par la réinvention qui établit l’entre-deux propre à l’analyse du discours. Cette « ré-invention » a certainement été le fil conducteur de la pratique de l’analyste de discours au Brésil. Notons également l’importance de la manière dont a été introduite la notion de silence (Orlandi 1992) : elle en a gagné un statut théorique élargissant ainsi la notion même de discours, en théorisant la relation entre dire et ne pas dire et en déplaçant ce qui se dit sur l’implicite. Ainsi s’instaure une voie royale pour des analyses ayant une forte capacité heuristique dans différents champs du savoir (Roure 1996).

57En fin de compte, ces réflexions peuvent nous conduire à mieux comprendre pourquoi, quand il s’agit des formes de la connaissance, l’homme est toujours ballotté entre le champ des disciplines dites « exactes » et celui des disciplines dites « humaines et sociales », et pourquoi, finalement, ces différentes disciplines sont toujours considérées de manière inégale dans leur capacité à « dire/produire » l’homme. Ne serait-ce pas là l’un des effets de l’équivoque nécessaire qui constitue tout dire et nous place, en tant qu’analystes du langage, devant l’impossibilité de ne percevoir l’être déjà là que par la faille qui nous constitue face au symbolique ? Ne serions-nous pas le corps, la matière même de cette contradiction ? Et à la question théorique s’ajoute celle de la politique scientifique : le scientisme est la forme perfide qui, en même temps qu’elle institue la langue comme apte à constituer un champ de connaissance, soustrait, dans le même mouvement, les différentes formes de sa connaissance.

  • 6 Je fais ici référence à la « production » et non pas à la « formation », car ce qui a marqué les d (...)

58Je reprends un auteur qui a marqué le début de ma production6 dans la science du langage : « linguista sum et nihil linguistici mihi alienum puto » (Hjelmslev 1968). Quoi qu’il en soit, par la pratique de l’analyse du discours, je sais de nos jours plus de choses sur la langue que je n’en savais quand je travaillais dans la linguistique stricto sensu. Quant au discours, je suis encore bien loin de savoir ce qu’il est vraiment.

Notes

1 Le résultat des reprises, en salle de classe, de ces textes préliminaires – comme Cohesion in English, de Halliday et Hasan, ou la relecture de Malinowski, Jakobson, Benveniste, Foucault et autres – et des glissements que nous proposions alors (voir mes livres A linguagem e seu funcionamento, 1983 et Discurso e leitura, 1988), au travers de l’analyse du discours, font partie de l’institution de ce nouveau champ de questions, le discursif, et ont produit des effets présents dans grand nombre d’articles, de dissertations et de thèses soutenues qui déplaçaient et redéfinissaient les notions de sujet, de texte, d’auteur, de langue, du discours lui-même, de l’histoire, du politique, de l’imaginaire, etc. C’est-à-dire que cet « autre » lieu théorique était effectivement en train de se constituer.

2 Quand je parle de « lecture pragmatique », je ne fais pas allusion à une lecture faite par qui s’affilie à la pragmatique. Il existe des lectures pragmatiques de discours faites par des chercheurs de divers champs disciplinaires ou de différentes théories du langage. Cela montre que, idéologiquement, dans la science du langage, la position d’entre-deux n’est pas facile à soutenir, à comprendre ou à accueillir. L’on penche soit vers un côté (formaliste) soit vers l’autre (empiriste). Ici, une lecture pragmatique se base sur l’idéologie dominante de la linguistique, qui sépare sujet et objet, langue et sujet, langue et situation, intériorité et extériorité, etc.

3 Professeur à l’USP, en 1968, je suis partie en France pour faire mes études et être lectrice de langue et civilisation brésiliennes à l’université de Montpellier, envoyée par le professeur Audubert, selon un accord signé entre les professeurs Maurer et Antonio Cândido. De Montpellier je suis montée à Paris, où j’ai suivi les cours de N. Ruwet (syntaxe transformationnelle) et L. J. Prieto (sémantique ou ce qu’il désignait comme « noologie »), qui a été mon directeur de thèse de doctorat à l’université de Paris-Vincennes, en 1969-1970. À cette même époque, j’ai suivi régulièrement les cours d’O. Ducrot sur la logique et le langage, à l’EPHESS. Et j’ai également fréquenté, sporadiquement, les cours de R. Barthes, Greimas et Lacan (j’ai assisté à quelques-uns de ses séminaires, avant d’acheter et d’essayer de lire Les écrits), dans le simple but de les connaître, sans imaginer encore les impacts que ces auteurs auraient sur ma réflexion. À la librairie Maspero, lieu de rencontre des intellectuels de l’époque, j’ai connu M. Foucault, qui la fréquentait, et que nous admirions tous intensément, et deux livres y ont attiré mon attention : l’un de J. Kristeva et l’autre, Analyse automatique du discours, de M. Pêcheux (1969), qui venait de sortir, publié par Dunod. J’ai acheté le livre de M. Pêcheux, que j’ai lu en même temps que l’Introduction à la syntaxe transformationnelle de N. Ruwet (1970), publié chez Plon. Le texte de M. Pêcheux a été extrêmement stimulant et, à partir de ce moment-là, j’ai commencé à accompagner les publications variées, et pas toujours fréquentes, qui présentaient des réflexions sur le discours (notamment dans les revues Langages, Langue française, Mots, Langage et société, DRLAV).

4 Il est intéressant de noter que, à l’université de São Paulo, où j’ai donné des cours pendant 12 ans (de 1967 à 1978, avec des interruptions pour des stages en France), j’ai été professeur de philologie romaniste et de linguistique, et, pour ce qui est de la linguistique, de linguistique générale (essentiellement Saussure), de morphosyntaxe, de syntaxe générative et transformationnelle, de cadres formels des mathématiques appliqués au langage, de lexicologie et de sociolinguistique. Comme la discipline « analyse de discours » n’existait pas, j’ai été accréditée à donner des cours et à diriger des travaux de DEA en linguistique, dans la discipline « analyse sociolinguistique du discours pédagogique ». En 1979, je me suis transférée au Département de linguistique de l’IEL-Unicamp, où, dès le début, je me suis dévouée à l’établissement et à la consolidation du champ de l’analyse du discours.

5 Il convient ici de souligner la publication par Rodrigo Naves, en 1981, de mon texte, « L’incomplétude du sujet », dans Folhetim, supplément culturel qu’il dirigeait au journal Folha de São Paulo (plus tard Folhetim serait remplacé par l’encart Mais). À l’époque, ces réflexions sur l’incomplétude du sujet, sur la faille comme le possible dans le langage, ainsi que sur la non-transparence du langage, sur le politique comme constitutif, et sur la relation sujet/sens dans sa constitution ont eu de fortes répercussions.

6 Je fais ici référence à la « production » et non pas à la « formation », car ce qui a marqué les débuts de ma formation en linguistique, comme celle de nombre de mes contemporains, ce sont des auteurs comme Saussure, Martinet, Troubetzkoy, Bloomfield et Benveniste.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540