Publications de l’École nationale des chartes https://books.openedition.org/enc CC0 publications@chartes.psl.eu Le clan Bochetel Autour des premiers secrétaires d’État, apparus en 1547, se forme un clan de pouvoir composé de familles alliées, dont les membres exercent les plus hautes charges sous les Valois. Ces familles ont émergé au xve siècle, d’abord au service des princes dans le Val de Loire, avant de s’agréger, à la Renaissance, par les alliances matrimoniales des enfants de Guillaume Bochetel. Ainsi liées entre elles, ces familles de robins en ascension, les L’Aubespine, les Bourdin, les Morvillier notamment, à leur tour ont apporté leurs propres alliés, comme les Neufville ou les Brulart. Le clan se délite progressivement à l’orée du xviie siècle, laissant pour héritier politique Villeroy, secrétaire d’État de Charles IX à Louis XIII.

 

Le clan Bochetel, marqué par une forte solidarité et l’importance des liens du sang, illustre le fonctionnement de la monarchie française de la première modernité, qui compte sur les réseaux de serviteurs à la fois pour l’exercice des charges et pour assurer l’exécution de ses ordres dans les provinces où ces familles ont conservé des alliés. Hommes et femmes du clan partagent une identité sociale particulière, entre haute robe cultivée et noblesse. Ils sont un miroir des transformations de la monarchie française à l’époque moderne qui évolue entre État domestique et naissance d’une administration expérimentée.

]]>
https://books.openedition.org/enc/14722 2024-04-08 Damien Fontvieille Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Succès des textes latins dans l'Occident médiéval La base de données Fama (Fama Auctorum Medii Aevi), élaborée et pilotée conjointement par l’École nationale des chartes et par l’Institut de recherche et d’histoire des textes, propose d’aborder la production littéraire médiévale à travers le prisme des goûts et des besoins des lecteurs médiévaux, traduits en nombre de manuscrits subsistants. Ce nouvel angle d’étude suscite bien des étonnements, les auteurs influents – en tout cas ceux que nous considérons comme tels – n’étant pas toujours les plus représentés sur les rayons des bibliothèques actuelles. Ces distorsions entre le génie littéraire et le succès ainsi mesuré apportent des éclaircissements sur le contexte intellectuel et culturel d’une époque et sur ses évolutions au fil du temps. C’est ce qu’ont cherché à montrer les auteurs ici rassemblés, chacun s’appuyant sur son domaine d’expertise : quelles sont les fonctionnalités offertes par Fama ? Comment les améliorer ? Comment faire progresser à travers cet outil notre connaissance de la circulation des textes, des besoins culturels et des goûts intellectuels des lecteurs médiévaux ? Ce retour d’expérience constitue également un appel à la collaboration internationale afin de rendre cet outil plus performant à travers la publication des recherches en cours et de leurs résultats.

]]>
https://books.openedition.org/enc/8544 2024-04-05 Pascale Bourgain et Francesco Siri Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Doléances Entre la révolution du gouvernement, au XIIIe siècle, et la révolution de la citoyenneté, au XVIIIe siècle, la doléance, ou la plainte politique, a fonctionné telle une voie de régulation du rapport entre gouvernés et gouvernants. Si l’histoire d’autres formes de demandes est bien connue, la requête par exemple, celle de la doléance restait à entreprendre. Cet ouvrage en propose les premiers jalons, sur la base d’une enquête documentaire de dimension européenne visant à déterminer l’identité propre de la doléance. Émerge ainsi toute la complexité des supposées origines des «cahiers de doléances», dont la mémoire a été avivée, en France, par le récent Grand débat national et les «cahiers des mairies». À travers des contributions d’historiens spécialistes du politique et du social ainsi que de juristes historiens du droit, l’ouvrage met délibérément l’accent sur les sources qui permettent d’exprimer et donc de connaître la doléance, qu’il s’agisse de suppliques, de requêtes, de mémoires, de billets manuscrits, de cahiers synthétiques, de placets ou de recueils imprimés. Une attention particulière est également apportée à l’économie interne de ces supports, et notamment à la langue et au vocabulaire employés. Ces approches croisées permettent ainsi d’appréhender la doléance comme un objet historique à part entière.

]]>
https://books.openedition.org/enc/9551 2024-04-05 Michelle Bubenicek et François Foronda Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Le grand veneur de Napoléon I<sup>er</sup> à Charles X Activité royale par excellence, pratiquée par tous les rois de France, la chasse était plus qu’une simple distraction, mais bien un accessoire du pouvoir, un moyen de représentation et de contrôle des courtisans. Disparues avec la Révolution française, les chasses royales furent remises au goût du jour par Napoléon Ier, soucieux de s’approprier les apparences du pouvoir et qui en fit un instrument politique puissant. La Restauration, au lieu de revenir à l’organisation d’Ancien Régime, choisit de conserver l’équipage de Napoléon, qui fonctionna jusqu’en 1830, année où la révolution de juillet se déchaîna contre la figure du roi-chasseur, personnifiant l’impopularité de Charles X et de son fils.

Cette continuité humaine, budgétaire, mais aussi politique et symbolique, se retrouve dans les différents aspects liés à l’organisation des chasses analysés ici : les voyages de la Cour entre les différents palais de la Couronne, la mise en place d’une étiquette spécifique, les invitations d’ambassadeurs ou de souverains étrangers, mais aussi l’élevage du gibier, l’aménagement des forêts, la constitution de la meute et des écuries, et enfin, au cœur de la Maison du souverain, le rôle du grand veneur, officier en charge des chasses impériales puis royales.

S’appuyant sur des sources variées et pour la plupart méconnues – archives, mémoires, journaux intimes, ou encore tableaux et objets d’art –, cette étude permet d’aborder, sous un angle singulier, l’évolution de la politique et de la société sous l’Empire et la Restauration. Elle met en lumière non seulement la résurgence des traditions de Versailles et de la symbolique royale en ce début de l’époque contemporaine, mais aussi la passion de la chasse, partagée par Napoléon et par les derniers Bourbons.

]]>
https://books.openedition.org/enc/10703 2024-01-16 Charles-Éloi Vial Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Les premières lois imprimées L’affermissement du pouvoir monarchique constitue l’un des principaux facteurs de transformation du droit en France à la Renaissance, notamment à travers la promulgation croissante de lettres patentes, qui commencent à être imprimées à l’unité à la fin du xve siècle. Si l’initiative revient d’abord aux imprimeurs-libraires, les institutions monarchiques s’aperçoivent rapidement des bénéfices d’une telle reproduction et amorcent la régulation de ce marché par l’attribution de privilèges de librairie. La protection ainsi accordée se double du contrôle d’une activité qui touche à une prérogative essentielle du roi : faire loi.

Outre ses effets sur le marché du livre juridique, la mise sous presse des lois royales ne reste pas sans incidence sur le processus législatif lui-même, introduisant un certain nombre d’innovations et d’expérimentations. Si le cas des originaux imprimés retient en particulier l’attention, la très grande majorité des pièces imprimées demeure néanmoins constituée de copies privées à destination d’un public de juristes et d’érudits. L’intensification de l’impression des lois à partir du règne de François Ier permet alors le développement d’un mode non institutionnel de diffusion et de conservation grâce à la formation de collections d’actes royaux imprimés, qui constituent encore aujourd’hui une ressource inépuisable pour la connaissance de la législation monarchique.

Tout en offrant un panorama des textes législatifs, cette histoire matérielle de la loi à l’aube de l’État moderne dévoile ainsi des aspects méconnus des formes du droit par le recours à l’histoire du livre.

Ouvrage couronné par le prix Madeleine-Lenoir 2018, publié avec le soutien de la Société de l’École des chartes.

]]>
https://books.openedition.org/enc/10887 2024-01-16 Xavier Prévost Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Le roi et le déshonneur des familles Au xviiie siècle, le roi reçoit des suppliques désespérées de dizaines de milliers de familles qui redoutent que le comportement déviant de l'un des leurs ne conduise au scandale d’une condamnation judiciaire. C’est un quotidien familial intime et douloureux, pris sur le vif, qu’exposent sans fard les dossiers de lettres de cachet pour affaires de famille de l’intendance de Franche-Comté. Les conséquences dangereuses des excès d’un fils cadet, de la folie d’un neveu ou de l’adultère d’une épouse amènent le monarque, père et juge suprême des sujets, à intervenir pour préserver l’honneur de la famille, en expédiant une lettre de cachet qui ordonne la détention de l’accusé.

Les archives comtoises révèlent une prise en compte attentive des conflits de plus de 270 familles, principalement nobles et bourgeoises, par la monarchie absolue. Faisant des affaires de famille une affaire d’État, le roi emploie la lettre de cachet pour le règlement de différends privés, dans un subtil parallèle entre ordre familial, social et politique. Une procédure complexe, basée sur une enquête de terrain, mobilise toute la hiérarchie administrative, dévoilant une famille déchirée par des luttes de pouvoir intestines et des frustrations anciennes.

Le succès des lettres de cachet de famille éclaire d’un jour nouveau le rapport unissant l’État et la famille à la fin de l’Ancien Régime et la crise profonde née de la confrontation entre l’intérêt familial et les aspirations individuelles. La cruelle destinée des correctionnaires comtois enfermés à l’hôpital de Bellevaux à Besançon, au château de Joux, à Bicêtre, ou même exilés en Nouvelle-France et aux Antilles, montre quel est le prix payé par ceux qui, rejetés par leur famille avec l’aide de l’État, commencent à apparaître à l’approche de la Révolution comme les victimes de l’arbitraire monarchique.

Ouvrage couronné par le prix Madeleine-Lenoir 2015, publié avec le soutien de la Société de l’École des chartes.

]]>
https://books.openedition.org/enc/13222 2024-01-16 Jeanne-Marie Jandeaux Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Trois bibliothèques européennes face à Google Trois bibliothèques nationales européennes (France, Royaume-Uni, Autriche) ont mené une révolution numérique entre 1990 et 2010. Durant cette période, elles ont aussi été confrontées aux défis lancés par l'entreprise commerciale Google. Ces bibliothèques, qui conservaient un patrimoine matériel, ont dû se transformer afin de produire et gérer un patrimoine numérique. Comment cette mue s'est-elle accomplie ? Quels ont été les processus qui ont permis la constitution de ces bibliothèques numériques ? Quel a été l'impact de l'émergence d’une concurrence privée pour la diffusion du patrimoine culturel ?

Pour comprendre la transition des bibliothèques vers le numérique, cette étude associe recherche historique et démarche sociologique : la sociologie des organisations s’intéresse au changement et aux zones d’incertitude techniques ou économiques, et met en lumière ces individus qui ont contribué à la différenciation structurelle de leur organisation et à son adaptation au nouvel environnement. La construction sociale de la technique permet d'appréhender le processus de création de la bibliothèque numérique – une combinaison d’inventions conduisant à l’innovation grâce à l’action de multiples groupes sociaux qui constituent avec elle un réseau socio-technique spécifique. Enfin, la sociologie de l’innovation rappelle l’importance des controverses – nombreuses autour de la numérisation –, en tant que moments privilégiés où se dévoilent les positions des acteurs de l’innovation.

Cette démarche théorique, ainsi que la réalisation d'entretiens approfondis avec les acteurs de ce changement et l'exploitation des archives disponibles, révèle comment ces trois bibliothèques nationales ont fait preuve de leur capacité à entrer de plain-pied dans le monde de l’information connectée. Loin d'être des institutions obsolètes, elles sont, avec Google, les opérateurs de la patrimonialisation numérique.

]]>
https://books.openedition.org/enc/14063 2024-01-16 Gaëlle Béquet Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Les sources au cœur de l’épistémologie historique et littéraire Au commencement était la source… Puis vinrent les difficultés. Chaque source pose en effet des problèmes spécifiques. Le présent recueil, issu de deux journées d’étude organisées à l’Institut catholique d’études supérieures (La Roche-sur-Yon), s’efforce d’en brosser un panorama, à partir de cas relevant de disciplines, de périodes et de corpus suffisamment variés pour présenter au chercheur en sciences humaines une vue générale des questions que suscitent ses propres pratiques en lien avec de telles sources. À la lumière de ces études, des questions récurrentes déterminent la recherche documentaire : ce que sont les sources, par quel examen critique les évaluer, comment les organiser, enfin comment élaborer un récit scientifique fidèle, autant que possible, à leurs enseignements.

La source est-elle intègre, authentique, sincère, représentative ? Son témoignage, parfois polémique, est lacunaire aussi, parce que séparé de la culture dans laquelle il s’intégrait et que cherche à reconstituer le chercheur, à la manière d’un puzzle dont il ne subsisterait que quelques pièces. La critique des sources navigue entre une lecture littérale et une lecture hypercritique. Cette dernière risque de disqualifier par principe tout récit historien fondé sur des sources qui ne seraient jugées ni sûres, ni vérifiables, ni exploitables, comme les récits légendaires de la fondation de Rome. L’esprit critique, pourtant nécessaire à la déontologie scientifique, peut paralyser le discours savant quand il est systématisé. Mais comment apprécier un degré approprié de critique et un degré excessif ? La question des sources en vient donc à en ouvrir une autre, une interrogation de nature épistémologique et philosophique : comment fonder le savoir ?  

]]>
https://books.openedition.org/enc/12342 2022-12-05 Jean-Baptiste Amadieu, Jean-Marc Joubert, François Ploton-Nicollet et Mădălina Vârtejanu-Joubert Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Gôuter la terre « Goûter la terre » correspond à des sensations et des sentiments inscrits dans des cosmologies, des mystiques et des humanismes du passé et du présent, partout dans le monde. La terre, c'est aussi bien la terre mythique des aïeux que la planète ou la propriété foncière. Mais c'est aussi, depuis les recherches contemporaines sur une « éthique de la Terre », l’ensemble des communautés biotiques dans ce qu’elles ont de territorialisé. Le parcours, le paysage, la ville et la campagne, le territoire, l’agriculture, la souveraineté, le droit ainsi que la créativité artistique sont les principaux motifs abordés ici, du Bouddha à Bachelard, des Pyrénées au Japon.

Le colloque « Histoire culturelle et philosophique des éléments : goûter la terre », première étape d’un programme qui portera sur les différents éléments, sans prétendre à l’exhaustivité, a souhaité étudier la terre à travers des spiritualités et des pratiques sociales, corporelles, symboliques, artistiques, qui consacrent son importance.  

]]>
https://books.openedition.org/enc/12534 2022-12-05 Dominique de Courcelles Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Lire, choisir, écrire L’analyse du livre scientifique, conduite dans le cadre du programme de recherches « Le livre scientifique : définition et émergence d’un genre – 1450-1850 », a fait émerger une interrogation sur la notion de vulgarisation, au cours de la longue période du Moyen Âge et de la Renaissance. L’idée de vulgarisation reste en effet, à ces époques, peu explorée ; quand elle l’est, c’est souvent de manière fragmentaire, en liaison avec un temps, une discipline ou un genre donnés. Or elle pose de nombreux problèmes ; on peut s’interroger sur la nature même de la vulgarisation, sur la pertinence du concept et du mot appliqués au Moyen Âge et à la Renaissance : est-elle la continuité naturelle de la science, son miroir, ou donne-t-elle naissance à un savoir différent, autonome ? Est-elle un genre, une forme, ou peut-elle prendre des formes variées ? Est-ce que des critères comme la simplification, le choix de la langue, l’illustration, le lectorat, sont pertinents ? Et le sont-ils toujours ? S’est également posée la question du vulgarisateur, ce troisième homme qui, sous l’aile des autorités, commence lui-même par lire, puis choisit, sélectionne, élimine, compile et, pour finir, modifie, réécrit. La vulgarisation entre-t-elle alors dans le champ de la création, comme une variation musicale sur la matière scientifique ?

Deux journées d’études, à Bordeaux en 2007 puis à Paris en 2008, ont permis à des chercheurs des deux périodes de se confronter à la diversité et la difficulté de ces questions : ce livre est le fruit de leurs travaux. Il se donne pour but de réfléchir à la notion, complexe car multiforme, de vulgarisation, à son statut, ses réalisations et ses applications du Moyen Âge à la Renaissance, sans l’attacher précisément ni à un genre donné, ni à une période limitée, ni à un type de savoir.

]]>
https://books.openedition.org/enc/4022 2021-12-09 Violaine Giacomotto-Charra et Christine Silvi Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Diplomatique et diplomatie De la diplomatique à la diplomatie, il n’y a que deux lettres. La proximité entre les deux termes n’est pas qu’un phénomène d’allitération : la diplomatique, et la diplomatique des traités en particulier, est après tout un reflet du rapport de force et de la culture des sociétés dans lesquelles elle se développe. Par l’analyse qu’elle fait de la rédaction et de la validation des traités, elle permet d’explorer la formation et l’évolution d’une culture européenne de l’écrit, du Moyen Âge au XIXe siècle. Les divers états du texte qu’elle met au jour invitent ainsi à revisiter une composante essentielle de la négociation diplomatique : la recherche du meilleur accord possible, dans des termes acceptés et partagés par tous. Par nature fruit d’une collaboration, d’une relecture partagée, d’une application normalement consentie, les traités sont nécessairement le résultat d’un dialogue, d’un compromis. Ils font l’objet d’attentions particulières, d’abord dans l’acheminement progressif vers la décision de les conclure, ensuite dans leur rédaction, de leur genèse jusqu’à leur ultime validation, enfin dans leur réception et leur diffusion.

Les études de ce recueil tentent de répondre à quelques-unes des questions posées par cette documentation singulière avec les armes du questionnaire de la diplomatique. Elles apportent des éléments tangibles à l’appréciation de l’émergence de l’État moderne, dont les traités sont aussi la manifestation : de la convergence des modèles à la dissolution des modalités pratiques d’écriture sur la longue période allant du Moyen Âge au début de l’époque contemporaine, les voies empruntées témoignent de l’originalité du processus européen de civilisation.

]]>
https://books.openedition.org/enc/4322 2021-12-09 Olivier Poncet Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
De l’autorité à la référence L’histoire du livre, située au carrefour de plusieurs autres disciplines, est en position de s’intéresser à un champ de recherche qui préoccupe depuis longtemps l’histoire littéraire : celui de l’autorité et de l’auctorialité. Elle est par là conduite à s’interroger sur le statut et l’identité du scripteur, de l’auteur, des cercles qui l’entourent, et invitée à aborder les textes dans leur mouvance. Dans cet ouvrage, de nouvelles perspectives sont apportées, tant par la méthode suivie – l’analyse matérielle des textes, qu’ils soient manuscrits ou, en ces temps de révolution du livre, imprimés – que par le point de vue adopté à partir de la notion, centrale pour la Renaissance, de « référence ». Des chercheurs spécialistes de disciplines différentes s’interrogent sur l’émergence de cette notion de « référence ». Bien que de manière implicite, elle régit le statut des textes, de leur édition intellectuelle et matérielle, de leurs auteurs et de leurs transmetteurs, à un moment crucial : celui où le discours médiéval fondé sur l’auctoritas fait place au dialogue humaniste, qui s’appuie sur une intense circulation des idées et des textes à travers correspondances, échanges de manuscrits, participation à des éditions collectives ou successives des sources du savoir. Avec le passage du manuscrit à l’imprimé et le développement de réseaux savants dans l’Europe de la Renaissance, l’érudition s’appuie désormais sur la notion de « référence », qui tend à supplanter celle d’« autorité ». La révérence médiévale à l’égard des auctoritates légitimant le discours s’efface devant la « référence », notion emblématique de la culture humaniste.

]]>
https://books.openedition.org/enc/3442 2021-12-02 Isabelle Diu et Raphaële Mouren Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Philosophie et esthétique dans le Don Quichotte de Cervantès L’acculturation philosophique par la traduction des textes d’origine grecque et latine ou arabe accompagne la découverte philologique, la découverte de la langue de l’autre et de la langue de soi, l’élaboration esthétique. Les mots, les motifs et les rythmes sont traduits et métamorphosés. Elaborée dans l’Espagne de la première modernité, l’œuvre majeure de Cervantès, entre plasticité et conceptualité, propose aux lecteurs une belle évidence - evidentia, selon la définition de Quintilien, cet effet poétique de présence associé à la perspicuitas, transparence du texte aisément intelligible, où le signifiant - le mot - s’efface devant le signifié - la chose. Ainsi se déploie une rhétorique de la vision verbale, de l’image verbale ou de la parole imagée, bien propre à susciter à son tour la réflexion, l’émotion, l’interprétation des lecteurs, où se joignent les croyances et les gestes, la foi et les extases, l’angoisse et le plaisir, le mouvement de la pensée. Le livre de Don Quijote, que son auteur affirme avoir traduit en castillan à partir d’un original arabe, permet de façon exemplaire de mesurer comment l’expérience philosophique croise l’expérience esthétique dans la pratique de la langue vernaculaire et les jeux du langage.

]]>
https://books.openedition.org/enc/178 2018-09-26 Dominique de Courcelles Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Les halles de Paris et leur quartier (1137-1969) Comment approvisionner une ville de la taille de Paris ? C'est à cette nécessité que répond le quartier des Halles depuis le XIIe siècle. Ce qui n'était alors qu'un marché né spontanément à l'intérieur du cimetière des Champeaux, à la périphérie de la ville, est peu à peu devenu le poumon économique de la capitale, sous l'effet de la croissance urbaine et des efforts des autorités publiques. Celles-ci n'ont cessé d'aménager les Halles pour mieux les contrôler : construction des deux premiers bâtiments destinés aux marchands par Philippe Auguste en 1183, réforme d'Hugues Aubriot au XIVe siècle, Réformation du XVIe siècle, construction des pavillons Baltard en 1857 et enfin transfert à Rungis en 1969. Ces opérations ambitieuses ne résument cependant pas l'histoire des Halles : le foisonnement, souvent désordonné, de l'activité marchande, l'impuissance à contenir et à organiser cette dernière, l'abandon auquel fut laissé le quartier à certaines époques, à la fin du Moyen Âge ou pendant les trois siècles qui précédèrent les aménagements du Second Empire, ont aussi laissé leur marque dans le paysage urbain. Épisodes de déclin ou périodes florissantes, ces phases témoignent toutes de l'enfermement auquel furent soumises les Halles et leur activité, au nom de la conception qu'architectes, urbanistes et dirigeants se faisaient d'un marché au cœur de la ville.

C'est cette histoire qu'Anne Lombard-Jourdan s'attache à reconstruire dans sa globalité, en suivant les marchands de tous horizons venus alimenter Paris, en décrivant halles, rues, places et étaux au gré des évolutions urbaines, en scrutant les témoignages textuels et iconographiques de la physionomie changeante du quartier. Fruit de trois quarts de siècle de recherche, son ouvrage offre ainsi un panorama éclairant de ce que furent les Halles de Paris.

]]>
https://books.openedition.org/enc/209 2018-09-26 Anne Lombard-Jourdan Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Juger le faux Le discrimen veri ac falsi appartient depuis les Temps modernes à l’art de l’historien. Récemment le couple vrai/faux est entré uni dans le langage de l’historien qui a cherché ce que le faux lui apprenait de vrai sur la société qui l’avait vu naître, prospérer et souvent demeurer indétecté. Il est peu fréquent cependant que l’on se penche sur les circonstances qui ont déterminé un faux à être repéré et dénoncé, puis que l’on s’attarde sur la manière dont ce dernier était saisi, discuté, éventuellement puni par la justice. Les contributions rassemblées ici prennent le faux comme point de départ et non comme point d’arrivée, autrement dit s’intéressent moins à sa fabrication, à ses modèles ou aux motivations de son faussaire qu’à l’aval de son histoire, depuis la découverte ou la dénonciation jusqu’à son jugement ou sa condamnation, en passant par les moyens et les hommes qui permettent d’établir son caractère falsifié. Ce livre constitue un élément d’une plus vaste enquête engagée autour de l’écrit comme moteur, et non plus seulement symptôme ou instrument, de la construction de l’État et de ses rapports avec la société.

]]>
https://books.openedition.org/enc/253 2018-09-26 Olivier Poncet Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Se donner à la France ? La commémoration du cent cinquantième anniversaire de la réunion de la Savoie et du pays niçois à la France, par le traité de Turin du 24 mars 1860, a été l'occasion de prendre quelque recul devant cet événement, et de présenter différents rattachements pacifiques de territoires à la France, du Moyen Âge jusqu'en 1860, en soulignant leurs différents contextes historiques et leurs diverses modalités. Ces rattachements ou réunions n'ont pas eu lieu dans le sang et les larmes, ce qui ne veut pas dire sans tensions ni débats, pendant et après les événements. La grille d'analyse qu'ont affron­tée les participants à ce volume est claire. Comment ces rattachements « pacifiques » sont-ils survenus ? Quel a été leur moteur premier ? L'élan fut-il donné par une élite ou porté par l'ensemble des classes sociales ? Quels furent les termes employés pour définir ces réunions ? Quelle fut l'idéologie (politique, culture, langue), ou - si l'on préfère - la culture politique, qui les a soutenus ? Venait-elle, cette idéologie, de la France elle-même ou des pays « réunis » ? Quels furent les symboles qui les accom­pagnèrent ? Quelles conséquences ces réunions ont-elles eu sur la conscience des pays réunis quant à leur spécificité historique ? En un mot, du Moyen Âge au XIXe siècle, un comparatisme raisonné de ces rattachements était-il possible ?

]]>
https://books.openedition.org/enc/297 2018-09-26 Jacques Berlioz et Olivier Poncet Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Les clercs et les princes Fruit de la collaboration interdisciplinaire associant des juristes, des historiens, des canonistes et des théologiens, français comme étrangers, ce volume aborde les multiples facettes des relations d'autorité entretenues tant au sein de l'institution ecclésiale qu'entre les princes et les clercs à l'époque moderne. Les approches sont nombreuses qui permettent de saisir ces dialogues riches et nuancés tenus par ceux qui servent tout à la fois monarchie et pouvoir spirituel. Formulation de normes juridiques subtiles, souvent susceptibles d'exceptions ; invention d'un pragmatisme sous l'empire des circonstances. Telle est la réalité quotidienne, politique, religieuse, sociale, et telles sont les relations entre les divers degrés de la hiérarchie ecclésiastique ou avec les monarques souverains. La modernité connaît le phénomène conjugué de la centralisation pontificale et de la centralisation monarchique, en pleine croissance, parallèlement à l'essor d'une sécularisation dans laquelle spirituel et temporel s'affirment, voire s'affrontent, en deux sphères bien distinctes. Roi, ministres, parlement, doctrines politiques séculières ; pape, évêques, curés, religieux, orientations canoniques ; inspirés par la raison d'État ou celle d'Église, tous président ensemble aux destinées des populations. Leur coexistence et l'harmonie de leurs actions, pour être désirées et même idéalisées, ont-elles toujours résisté à l'épreuve de l'histoire ?

]]>
https://books.openedition.org/enc/335 2018-09-26 Patrick Arabeyre et Brigitte Basdevant-Gaudemet Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Le répertoire de l’Opéra de Paris (1671-2009) L'Opéra de Paris, loin de l'uniformité qui règne aujourd'hui entre tous les opéras du monde, a longtemps fait cavalier seul : en jouant majoritairement des œuvres anciennes, en se refusant aux langues étrangères, en cultivant jalousement sa propre tradition. Les études réunies ici explorent les principales options qui structurent son répertoire pendant plus de trois siècles : l'ancien et le nouveau, l'équilibre entre opéra et ballet, l'inclusion progressive d'autres genres et d'autres styles, la montée en puissance de la mise en scène. Ce répertoire forme un continent en grande partie englouti, mais il suffit d'en chercher la problématique sous-jacente pour qu'il nous apparaisse sous un jour étrangement familier.

]]>
https://books.openedition.org/enc/424 2018-09-26 Michel Noiray et Solveig Serre Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Passeurs de textes Ce volume rassemble les communications du colloque tenu à l'École nationale des chartes et à la bibliothèque Sainte-Geneviève les 30 et 31 mars 2009, à l'initiative conjointe du Centre d'études supérieures de la Renaissance et de l'École nationale des chartes.

L'articulation entre imprimerie et humanisme, trop souvent perçue comme évidente, est le fil conducteur de ces contributions qui interrogent la place singulière des imprimeurs-libraires dans la communauté savante du XVIe siècle. Véritables médiateurs, ces « passeurs de textes » figurent aux côtés des auteurs parmi ceux qui recueillent un héritage autant qu'ils le transmettent.

La variété méthodologique des analyses - portant aussi bien sur les catalogues des maisons d'édition que sur des collaborations suivies avec des auteurs, des mises en texte originales, la portée et la réception de certaines éditions, la diffusion par des réseaux commerciaux ou culturels - a permis de préciser les notions d'« imprimeur humaniste » et d'« humaniste imprimeur », tout en décrivant des réalités et des stratégies singulières : du savant qui se fait typographe au marchand-libraire soucieux avant tout de profit, le rapport à l'humanisme peut en effet se déployer en un large éventail.

]]>
https://books.openedition.org/enc/507 2018-09-26 Christine Bénévent, Anne Charon, Isabelle Diu et Magali Vène Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
La mise en page du livre religieux (XIII<sup>e</sup>-XX<sup>e</sup> siècle) Dans le cadre d'un cycle consacré par l'Institut d'histoire du livre aux problèmes de la « mise en livre », la journée d'étude organisée par l'École des chartes s'est penchée sur le cas des textes religieux. Des manuels de dévotion aux éditions patristiques contemporaines, ce sont des ouvrages très divers qui ont été examinés, à l'exception des Bibles déjà étudiées par Henri-Jean Martin. Les communications, ici réunies, se sont attachées à montrer comment la présentation matérielle des ouvrages, leur structuration, leur illustration témoignent de choix de publics, de projets de lecture et, plus largement, de systèmes de pensée.

]]>
https://books.openedition.org/enc/559 2018-09-26 Annie Charon, Isabelle Diu et Élisabeth Parinet Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
François de Dainville François de Dainville se familiarise tout jeune avec les cartons d'archives en compagnie de son père chartiste. Il entre en 1928 dans la Compagnie de Jésus, où il fait ses premières expériences pédagogiques. Son doctorat d'état, qu'il défend à l'aube de la guerre, embrasse les savoirs des géographes humanistes et leur mode de transmission. Dès l'après guerre, il renonce à en publier le troisième volet et élargit ses contacts avec les sciences humaines. Historien de la pédagogie et de la cartographie, il marque ses auditeurs de l'École pratique des hautes études et de l'École des chartes. Il publie des documents inédits qui piquent la curiosité, des ouvrages qui sont de vrais guides de recherche. En 1964, il réalise la première synthèse sur les signes des cartes anciennes et réfléchit à l'élaboration d'un langage pour les atlas thématiques. Les contributions de ce volume témoignent de l'homme, de sa place dans la communauté scientifique et des travaux qu'il a inspirés.

]]>
https://books.openedition.org/enc/587 2018-09-26 Catherine Bousquet-Bressolier Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Archives et nations dans l’Europe du XIX<sup>e</sup> siècle Dans l'Europe du XIXe siècle, des virtualités nationales s'affirment et aspirent à une consécration étatique. Chaque instance nationale, reconnue ou émergente, voulait alors se fonder sur une tradition d'histoire, sur une inscription monumentale dans les annales politiques. Cette prétention de mémoire comportait des aspects archivistiques singuliers. La constitution d'archives nationales pouvait ainsi devenir un enjeu politique puissant, représenter une sorte d'attribut de la souveraineté.

Les travaux des érudits et des historiens cherchaient à appuyer les écrits des poètes et des politiques. Plus trivialement, les réalités des archives, leur caractère massif ou résiduel, les nécessités de l'administration courante se conjuguaient avec la culture politique pour justifier l'érection de nouveaux lieux du savoir. Cette carte des nouveaux dépôts nationaux pouvait, ou non, se confondre avec celle des États. Chaque projet archivistique suscitait sans doute sa part de transferts, de démembrements, de destructions ou de sauvegardes de fonds d'archives. Des bâtiments médiocres ou solennels, plus ou moins fonctionnels, pouvaient être les traductions architecturales de ces choix. Des conséquences historiographiques en résultaient certainement. L'interaction des enjeux politiques et des évidences matérielles des fonds offraient sans doute plusieurs modèles possibles, selon les conjonctures propres à chaque nation.

De nombreuses pistes de recherche sont donc ouvertes : rapports de la chronique archivistique et des histoires politiques nationales, comparaison avec les évolutions contemporaines des autres lieux de savoir (musées, bibliothèques), liens avec d'autres mouvements culturels, influences sur l'écriture de l'histoire et son enseignement, etc.

]]>
https://books.openedition.org/enc/640 2018-09-26 Bruno Delmas et Christine Nougaret Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Pratiques philologiques en Europe Comprendre pourquoi chaque pays met en œuvre des pratiques philologiques spécifiques, tel était l’objectif de la journée d’étude « Pratiques philologiques en Europe » qui s’est tenue à l’École des chartes le 23 septembre 2005. On y a cherché à mesurer l’incidence de la tradition universitaire, de la langue, du corpus et même de l’histoire politique sur les choix les plus anodins des éditeurs de textes.

Ces actes réunissent des communications portant sur l’édition des textes en allemand médiéval, en ancien et moyen anglais, en moyen néerlandais, en italien médiéval, en ancien et moyen français, ainsi qu’en médiolatin. Chaque contribution constitue une introduction à la philologie du pays et de la langue considérés, mais c’est leur réunion en un seul volume et la structure identique des exposés qui font l’originalité de ces actes. Dressant un panorama des pratiques européennes, ils invitent à engager une réflexion de fond sur la place du choix scientifique dans une discipline où les pratiques héritées sont souvent dominantes.

Ce volume intéressera les philologues confirmés, tout autant que les apprentis éditeurs, qui pourront s’initier aux orientations philologiques actuelles et se situer par rapport à elles.

]]>
https://books.openedition.org/enc/692 2018-09-26 Frédéric Duval Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Mémoire et subjectivité (XIV<sup>e</sup>-XVII<sup>e</sup> siècle) Si les prouesses des artes memoriae sont celles d’une mémoire artificielle, c’est la memoria, au sens limité d’évocation de faits singuliers ou d’événements, dans la mesure où elle importe à la constitution de la subjectivité, qui a été au centre des travaux de cette journée d’étude. La memoria est un phénomène aussi bien individuel que social. L’écriture accomplit un geste mémorial, lorsque son auteur déclare qu’il favorise ou suscite la mémoire des autres passés ou présents, renommés, fameux, dont il transmet l’histoire, les histoires. En même temps et surtout, l’auteur élabore au présent sa fama tout au long de son œuvre. Entre le livre mémorial et la manière d’agir il y a une constante tension. L’entrelacement de fama, memoria et historia a des implications d’ordre politique, idéologique, subjectif.

Les articles réunis ici visent à examiner, sans prétendre à l’exhaustivité, comment des individus, dans les circonstances les plus différentes, sont amenés à construire leur mémoire et leur identité en racontant l’histoire des autres, qu’il s’agisse de pays, de groupes sociaux, d’hommes et de femmes, en faisant œuvre de création historique, littéraire ou artistique. Renommés en leur temps, ces individus ont parfois été oubliés. Car il y a une vulnérabilité fondamentale de la mémoire, entre l’absence de la chose souvenue et sa présence sur le mode de la représentation.

]]>
https://books.openedition.org/enc/714 2018-09-26 Dominique de Courcelles Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Nature et paysages La fin du Moyen Âge et la Renaissance sont un moment essentiel dans l'émergence du sujet en tant qu'auteur rendant compte d'une expérience particulière d'interprétation et/ou d'existence. Les éléments naturels et le paysage ont leur part dans la constitution de cette identité.

Les études réunies ici interrogent cette relation entre la nature et la subjectivité, essentiellement à partir des représentations littéraires et au travers de plusieurs axes de réflexion. Comment les éléments naturels sont-ils convoqués pour participer à l'émergence du sujet ? Comment la description subjective de la nature contribue-t-elle à la naissance du paysage ? Quel rôle tient la médiation spirituelle entre l'homme et la nature, œuvre de la création divine ? En fin de compte, à quoi servent les éléments naturels sinon à ce que le sujet se connaisse mieux et se situe par rapport au monde et à l'autre, humain ou divin ?

]]>
https://books.openedition.org/enc/740 2018-09-26 Dominique de Courcelles Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Mémoire des chevaliers Ce colloque est le fruit d'une collaboration entre l'Université de Reims, la Bibliothèque municipale à vocation régionale de Troyes et l'École nationale des chartes. Il s'agissait, lors de ces journées, de donner l'occasion à des chercheurs venus d'horizons divers de s'interroger sur la postérité de ce qu'il est convenu d'appeler « romans de chevalerie ».

Les différentes interventions n'ont pas eu pour objet de présenter la survie des textes en eux-mêmes, mais plutôt de mettre en lumière le rôle des intermédiaires, qu'ils aient succombé aux charmes de la réécriture, exploité les avancées de la science philologique ou mobilisé les ressources du monde de l'édition pour la conquête de nouveaux publics.

]]>
https://books.openedition.org/enc/782 2018-09-26 Isabelle Diu, Élisabeth Parinet et Françoise Vielliard Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
La Prise de décision en France (1525-1559) Prendre une décision à la Renaissance relève-t-il du fait du prince ? Si la question semble entendue pour les théoriciens partisans d'un pouvoir incarné par un seul homme, l'expérience vécue par les gouvernements princiers ou royal en France, durant les règnes de François Ier et de Henri II, est sensiblement différente. Le circuit de l'information et des requêtes diverses déborde largement la seule initiative royale. Reconstituer les réseaux, factions, partis, clans, fidélités ou clientèles qui évoluent dans l'entourage du prince restitue une part non négligeable du contexte de la décision. La forme la plus pérenne et la plus apparente de cette dernière découle du pouvoir normatif du roi ou du prince : l'acte royal. Mais toute décision passe-t-elle par un acte ? La croissance de l'appareil d'État, l'obéissance consentie des agents du pouvoir, ne permettent-elles pas dans un grand nombre de cas de se contenter d'une indication épistolaire ? L'institution du secrétaire, qui plonge ses racines dans le XIVe siècle et qui a connu un développement remarquable sous Louis XI, conquiert durant le deuxième quart du XVIe siècle une place inédite au sommet des cercles du pouvoir. Enfin, la réception de la décision offre un dernier angle de vue, essentiel. Étape juridique importante mais non exclusive, la promulgation judiciaire et la réception des décisions prises invite à se pencher sur le contrôle de la décision par les corps et compagnies d'officiers, par les pouvoirs intermédiaires (villes, états provinciaux), par les peuples eux-mêmes. Les contributions ici rassemblées apportent un nouvel éclairage sur la société politique de l'État moderne naissant.

]]>
https://books.openedition.org/enc/829 2018-09-26 Roseline Claerr et Olivier Poncet Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
L’Opéra de Paris, la Comédie-Française et l’Opéra-Comique Sous l’Ancien Régime, le système théâtral est à l’image de toute la structure sociale, fortement hiérarchisé. L’Opéra, qui jouit du statut d’académie dès son origine, y occupe la première place. La Comédie-Française vient en second : elle est constituée par la troupe des « Comédiens ordinaires du roi », titre attribué également, à la mort du Régent Philippe d’Orléans, à la troupe de la Comédie- Italienne (Opéra-Comique par la suite), qui forme le troisième théâtre privilégié. Si l’édifice privilégié s’effondre à la Révolution française, les trois théâtres continuent à jouer un rôle prépondérant dans la capitale et à entretenir des relations ambigües, entre complémentarité et rivalité.

À la croisée de deux domaines de recherche trop souvent séparés, l’histoire institutionnelle et l’histoire des œuvres, cet ouvrage se propose de susciter une réflexion collective sur l’histoire administrative et artistique des trois théâtres parisiens. Avec l’espoir que, de la confrontation et la comparaison des données sur le temps long, ressorte une vision d’ensemble de la manière dont ces trois institutions théâtrales majeures dans le paysage culturel français ont conçu au fil des siècles leurs stratégies entrepreneuriales et artistiques, en rapport les unes aux autres.

]]>
https://books.openedition.org/enc/868 2018-09-26 Sabine Chaouche, Denis Herlin et Solveig Serre Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Parcourir le monde Les grands récits de l'histoire de l'humanité s'accordent à rappeler que l'homme s'est très tôt attaché à recueillir les données topographiques du monde, afin de mieux comprendre et s'approprier ses valeurs matérielles et immatérielles, ses richesses et son énergie existentielle. Pour les pays d'Occident et en particulier pour l'Europe, l'Orient a très tôt constitué un horizon attirant de désirs et de voyages, comme un paradis perdu, un monde originel.

Sans prétendre à l'exhaustivité, cet ouvrage, fruit des travaux du colloque international « Parcourir le monde : les voyages d'Orient » (Paris, École nationale des chartes, 22-23 mars 2012), a souhaité contribuer, par quelques exemples comme autant d'étapes clés d'une longue histoire, à la compréhension de quelques enjeux de la cartographie, majeurs pour l'histoire du dialogue complexe des cultures et des civilisations, et plus particulièrement pour l'histoire des relations entre l'orientale Arabie et l'Occident.

]]>
https://books.openedition.org/enc/941 2018-09-26 Dominique de Courcelles Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes
Des femmes et des livres Au centre de la journée d'étude « Des femmes et des livres » se trouve la question de l'appropriation des livres par les femmes. Les analyses de nature sociologique, qualifiant les livres en tant que productions culturelles à partir de l'identité non seulement sociale mais « générique » de leur public, y croisent les études visant à cerner la signification des livres à partir de leur fonctionnement linguistique et littéraire.

Les études de cas alternées avec les approches synthétiques soumettent à des éclairages divers, sur une période de quelque trois siècles, les domaines de la France, de l'Espagne et de la Nouvelle-Espagne, et l'ensemble de la chaîne de production littéraire, de l'auteur et de l'imprimeur-libraire jusqu'à la bibliothèque, au lecteur et à la lectrice.

]]>
https://books.openedition.org/enc/985 2018-09-26 Dominique de Courcelles et Carmen Val Julián Publications de l’École nationale des chartes fr Publications de l’École nationale des chartes