Version classiqueVersion mobile

Des femmes et des livres

 | 
Dominique de Courcelles
, 
Carmen Val Julián

I. Bibliothèques de femmes : identités sociales et génériques

Des bibliothèques féminines en Espagne (XVIe-XVIIe siècles

Quelques exemples

Araceli Guillaume-Alonso

Texte intégral

  • 1 C’est, en d’autres termes, ce qu’affirme Jean-Pierre Étienvre à propos des academias littéraires a (...)
  • 2 Mariló Vigil, La vida de las mujeres en los siglos XVI y XVII, Madrid, Siglo XXI, 1986, analyse da (...)

1A la Renaissance, mais aussi bien au XVIIe siècle, la femme est plus souvent objet que sujet de discours1. En effet, seules quelques femmes, dont les noms sont bien connus, ont écrit et réussi à diffuser leurs écrits. En outre, pour plus d’une de ces femmes, l’acte d’écriture s’est produit sur les conseils d’un homme, qui pouvait être son confesseur. En revanche, bon nombre d’hommes leurs contemporains, et parmi eux les humanistes les plus célèbres, ont traité dans leurs écrits de la question du savoir des femmes et discuté du bien-fondé de leur accession à l’instruction et à la culture. Ils ont adopté sur le sujet des positions diverses, mais qui se caractérisent globalement par des avis peu audacieux et qui assignent, à quelques exceptions près, des limites fort modestes à la culture féminine2.

  • 3 De l’alphabétisation aux circuits du livre en Espagne, XVIe-XVIIe siècles, ouvrage collectif, Toul (...)
  • 4 L’univers des monastères et de leurs bibliothèques appartient à une sphère bien particulière du sa (...)

2Historiquement, il est très difficile de déterminer le degré d’alphabétisation des femmes espagnoles de l’époque ; mais il était certainement faible, plus encore que celui des hommes, et, comme pour ceux-ci, inégal en fonction du milieu social et géographique3. Dans ce contexte, la question de la bibliothèque féminine est nécessairement circonscrite aux milieux aisés, voire aux élites4. Par ailleurs, comme pour les hommes et davantage encore, la possession de livres par les femmes doit être dissociée, au moins relativement, de la question de la lecture.

  • 5 Parmi les très nombreux ouvrages consacrés ces temps-ci à la lecture et aux lecteurs, nous ne cite (...)
  • 6 A Barcelone, les notaires font parfois la distinction entre les biens du mari et ceux de l’épouse, (...)

3En effet, la lecture et la possession de livres, bien évidemment, ne vont pas toujours de pair. On peut posséder un livre dont on a hérité ou qui a été offert par l’auteur, pratique courante dans les milieux aristocratiques qui vont être au centre de notre réflexion. A l’inverse, les livres circulaient entre amis, entre voisines, voire entre la reine et les dames de sa suite. Les livres se prêtaient, s’échangeaient. Les très nombreuses études menées ces dernières années, en Espagne et en France, sur le livre, sa diffusion et sa circulation, parviennent à la conclusion qu’il n’y a pas de coïncidence entre lecteurs et possesseurs5. En outre, quand il s’agit de la femme, la notion de propriété, étant donné son statut familial et juridique, est encore plus complexe à cerner, à plus forte raison quand il s’agit de livres dont on ignore tout des circonstances de l’achat6.

4Il s’agira donc ici de porter notre réflexion, tout d’abord, sur la notion même de bibliothèque féminine à partir de quelques-unes dont nous connaissons le fonds, avant d’analyser, dans un deuxième temps, la nature des ouvrages qui les composent.

I. — LA BIBLIOTHÈQUE FÉMININE : LIMITES DU CONCEPT

5C’est en très grande partie grâce aux inventaires après décès que nous connaissons l’existence de livres chez les particuliers. Ce document présente pour le chercheur des caractéristiques bien particulières et un bon nombre de difficultés d’interprétation. Il est rédigé très souvent avant un partage de biens, mais qui ne concerne parfois qu’un résidu d’héritage, après une première répartition faite à l’amiable, voire selon les dispositions testamentaires du défunt. Quelquefois, l’inventaire doit servir ensuite à une vente publique : tous les biens sont alors estimés. Dans l’inventaire, les livres se trouvent donc insérés dans une liste générale de biens, et souvent même, surtout s’ils sont peu nombreux, présentés sans distinction au milieu des autres objets.

  • 7 Cf. la centaine d’inventaires pour la seule ville de Valladolid, présentés par Pedro Cátedra à l’o (...)

6Au cours des dernières années, en ce qui concerne l’Espagne, d’assez nombreux inventaires de livres ont vu le jour. Pour les plus importants d’un point de vue quantitatif, à quelques rares exceptions près, les propriétaires sont des hommes qui appartenaient à la noblesse, parfois au clergé. Pour les femmes, nous avons encore connaissance de relativement peu d’inventaires même si la liste s’accroît de jour en jour7. Nous en avons retenu ici quatre établis entre 1503 et 1634.

  • 8 La première publication partielle semble avoir été celle de Diego Clemencín, « Elogio de la Reina (...)

7Pour deux d’entre eux, les propriétaires en titre sont deux femmes significatives : Isabelle la Catholique, morte en 1504, et sa fille Jeanne la Folle, décédée en 1556. Dans les deux cas, les propriétaires sont donc des reines, et les inventaires ont été parfois établis dans des circonstances particulières. Quant aux livres attribués à Isabelle la Catholique, le fonds se trouve divisé en quatre lots dont le contenu a été inventorié à des dates diverses et sur plusieurs lieux8.

  • 9 Ce fonds de livres cité par Fernando Huarte Mortón, « Las bibliotecas particulares españolas en la (...)

8Un troisième document, le plus tardif, dressé en 1634 à Palerme, est celui des biens d’Ana de Sandoval y Mendoza, marquise de Tarifa et fille du duc de l’Infantado9. Cet inventaire minutieux comprend un petit fonds de livres au milieu d’objets et de bijoux dont la valeur estimée est à la hauteur du lignage de la propriétaire, issue de la plus grande noblesse espagnole.

  • 10 Publié par Francisco Rafael de Uhagón, marqués de Laurencín, Documentos inéditos referentes al poe (...)
  • 11 Ibid., p. 6-7, 34 et suiv.

9Le quatrième inventaire retenu, quelque peu différent par l’origine sociale de la propriétaire, est celui de Sancha de Guzmán, mère du poète Garcilaso de la Vega ; il a été établi un siècle plus tôt, entre décembre 1537 et juin 153810. Cette dame appartenait à la bonne noblesse urbaine de Tolède, financièrement très aisée. Issue d’une branche cadette de la grande famille des Guzman, elle avait rempli la charge de gouvernante auprès de l’infant Ferdinand, avant d’hériter de son frère la seigneurie et le majorat de Batres. Elle épousa Garcilaso de la Vega (premier du nom), seigneur des Arcos et commandeur de l’ordre de Saint-Jacques11. L’inventaire des livres qui se trouvaient en sa possession a été fait au moment de sa mort, alors qu’elle était déjà veuve depuis plusieurs années.

  • 12 Lors du décès du mari, la femme garde, au moins en théorie, sa dot et les arrhes versées par son m (...)

10Hormis le cas de membres des familles royales ou de la très haute noblesse, la caractéristique des bibliothèques féminines est en effet qu’elles appartiennent très majoritairement à des veuves ou, tout au moins, que l’inventaire a lieu quand, déjà veuves, elle viennent à mourir à leur tour12. Et il est difficile dans tous les cas de savoir si les livres qu’on y trouve obéissent exclusivement à un choix de la femme, du couple, ou s’ils avaient tous appartenu au défunt mari.

  • 13 Nous avons obtenu les chiffres et autres détails relatifs aux femmes en extrapolant les données gl (...)
  • 14 Dans la même étude, les hommes, même membres du clergé, ne possèdent pas davantage de livres.

11Ainsi, si nous prenons l’exemple d’une étude générale et exhaustive menée sur une ville, celle que Manuel Peña a consacrée à Barcelone au XVIe siècle, nous constatons que, parmi les femmes de Barcelone propriétaires de livres, on compte 25 nobles dont 5 veuves, 3 veuves de ciudadano honrado, 2 moniales, 2 veuves d’avocat, 4 veuves de notaire, une veuve de maître d’escrime, une veuve de courtier, une épouse de mercier et une veuve de commerçant ayant pignon sur rue, une veuve d’homme d’affaires, 17 veuves de marchand, 5 veuves d’ouvrier du textile, 2 veuves d’hommes ayant travaillé dans les métiers de l’alimentation (sucre, boucherie), une épouse et une veuve d’orfèvre, une veuve de maréchal-ferrant, 2 veuves de menuisier, 2 veuves d’agriculteur (un paysan et un maraîcher) et 7 femmes dont on ignore tout sauf le nom, mais dont certaines semblent avoir appartenu a la petite noblesse13. Au total, une trentaine de femmes nobles, une trentaine de bourgeoises et une vingtaine de membres de la petite classe moyenne, du monde du travail. A deux exceptions près, toutes sont veuves dans les deux dernières catégories (bourgeoisie et travail manuel). Mais la structure sociale et économique de la ville de Barcelone, avec sa société de marchands et sa classe moyenne très étendue, en fait un cas à part et ne permet guère de généraliser ces conclusions pour les étendre à toute l’Espagne. Ce qui nous apparaît plus important ici, en fin de compte, c’est le nombre de livres possédés par ces femmes, un par femme dans la plupart de cas, deux ou trois pour certaines, entre quatre et six pour quelques nobles et deux ou trois veuves de notable, sept étant le maximum, qui ne se rencontre que chez une seule femme. En tout, elles sont propriétaires de 139 ouvrages, c’est-à-dire de moins de 2 livres chacune en moyenne14. Dans ces conditions, on peut difficilement parler de bibliothèque ; en revanche, on peut déduire que le ou les quelques livres possédés avaient une signification particulière, qu’il s’agit réellement d’œuvres choisies par leurs propriétaires ou auxquelles elles sont restées attachées. On ne s’étonnera pas d’apprendre qu’il s’agit presque toujours de livres pieux (voir aussi à ce sujet l’article de Dominique de Courcelles dans le présent volume).

  • 15 Un cas intéressant, mais qui n’a pas retenu notre attention ici, est celui de la bibliothèque de M (...)

12Un cas très différent, et même tout à l’opposé, nous est offert par les bibliothèques des deux grandes dames citées en premier lieu15.

  • 16 Voir F. J. Sánchez Cantón, Libros, tapices y cuadros..., p. 18.

13Pour la reine Isabelle la Catholique, nous avons l’inventaire des livres qu’elle possédait dans différents palais, à quatre endroits exactement, répertoriés à quelques années d’intervalle pour trois d’entre eux et presque quatre-vingt-dix ans après sa mort pour le quatrième16. Vingt volumes sont décrits à Grenade, avant même la mort de la reine, en 1499, et cinquante-deux auprès de son camérier ou chambellan Sancho de Paredes en 1501. En 1503, 201 volumes ont été inventoriés à l’Alcazar de Ségovie. Enfin, en 1591, 130 livres qui se trouvaient à la chapelle royale de Grenade, et qui semblent avoir appartenu à Isabelle, sont transférés, à la demande de son arrière-petit-fils Philippe II, à la bibliothèque de l’Escurial. En tout, un total de 400 volumes.

  • 17 F. Hueso Rolland, Exposición.... p. 151-152 ; F. J. Sánchez Canton, Libros, tapices y cuadros..., (...)

14Les anecdotes concernant la Reine Catholique, sa sagesse, son savoir, sa pratique de la langue latine et ses connaissances dans d’autres langues sont bien connues. Elle a su s’entourer de femmes savantes, en particulier de la fameuse Béatrix Galindo « la Latine », qui lui aurait appris le latin ; les chroniqueurs insistent sur ce point. Elle a sûrement eu le goût de la lecture, d’après quelques témoignages dignes de foi. Elle a aussi écrit des lettres, en particulier à son confesseur Hernando de Talavera, auteur lui-même d’un ouvrage rédigé à l’intention d’une autre femme de son temps, la comtesse de Benavente : De cómo se ha de ordenar el tiempo para que sea bien expendido. Hernando de Talavera, dans cette œuvre, assigne à la femme un rôle traditionnel, au foyer, et n’évoque nulle part la question de sa formation intellectuelle ou de sa culture. Dans une de ses lettres à ce prélat moraliste, Isabelle de Castille s’explique sur une affaire de danse, affirmant qu’elle n’a nullement pris part à un tel divertissement impudique. Face à cette rigueur morale, il paraît étonnant de trouver parmi ses livres des titres non seulement profanes et légers mais licencieux. De même il est pour le moins curieux de constater l’absence de certaines œuvres dont la reine a été la dédicataire ou la destinataire, ou dont le contenu la touchait particulièrement, comme l’ouvrage de Juan del Encina, A la dolorosa muerte del príncipe D. Juan. En revanche, la bibliothèque, surtout le fonds géré par le camérier, contient plusieurs exemples de livres, très usagés, qui semblent avoir servi à l’éducation du prince17. Enfin, plusieurs ouvrages portent les armes du roi et de la reine, alors qu’ils sont attribués exclusivement à cette dernière.

15Toutes ces constatations doivent limiter la portée de notre analyse du contenu de la bibliothèque et écartent la tentation d’établir une relation absolue de cause à effet entre le riche contenu de ces fonds et le savoir ou les lectures de la reine, comme l’ont souvent fait les historiens.

  • 18 Voir ci-dessus, note 8.
  • 19 F. Hueso Rolland présente la liste sous un titre très explicite, mais dont on ignore à la lecture (...)

16En partant du même principe, la bibliothèque de Jeanne la Folle semble significative à plus d’un titre. Il s’agit d’un ensemble de 44 volumes, groupés à Simancas, que Philippe II, son petit-fils, réclame en 1592 (Jeanne est morte en 1556) pour enrichir le contenu de la grande bibliothèque qu’il est en train de réunir à l’Escurial18. Ce qui paraît intéressant dans ce cas est qu’il s’agit d’un petit fonds apparemment resté groupé longtemps après le décès de Jeanne, dans un coffre lui ayant appartenu19. On peut imaginer que ces livres ont véritablement accompagné la reine dans sa très longue retraite et dans sa solitude. Le fonds correspond d’ailleurs tout à fait à ce qu’on peut en attendre, du point de vue des genres littéraires aussi bien que de la qualité matérielle.

17La bibliothèque de la marquise de Tarifa, décédée à Palerme, est composée de 26 titres pour un total de 30 volumes. L’inventaire établi au moment de sa mort ne comprend que les biens meubles trouvés dans sa chambre au sens large, ses appartements : « en su quarto ». Il est très détaillé, et ordonné par chapitres : « joyas », « plata », « retratos, cuadros y láminas », « escriptorios y bufetes », « ropa blanca », « otros trastos », « ornamentos de altar », « camas », « rama » [sic], « libros », « reloxes », « bienes que parecieron después » ; même si, ensuite, on ne respecte pas nécessairement ce plan et que certains objets difficiles à classer s’insèrent çà et là. En face de certains des biens (bijoux, portraits) on peut lire, dans la marge, la mention : « pour le duc », « pour les duègnes », « pour la princesse », etc., et pour certains bijoux « il a été vendu pour x ducats ». Le plus frappant, dans l’inventaire général, est le nombre très élevé d’objets et de meubles (bureaux, secrétaires, écritoires, etc.) révélant une pratique assidue de l’écriture, nombre qui est probablement à mettre en rapport avec l’éloignement géographique de la péninsule Ibérique, mais aussi avec les usages d’une femme cultivée. Pour ce qui est des livres, l’emplacement qu’ils occupent dans la résidence de Palerme, leur nombre, leur genre, poussent à croire que, pour la plupart, ils ont pu effectivement faire l’objet du choix de la marquise.

  • 20 « ... Asimismo mandamos que haya todos los aderezos de la brida y la gineta y armas y artillería q (...)

18La quatrième bibliothèque, bien qu’ayant appartenu à une femme socialement inférieure aux précédentes, présente des similitudes avec celle de la reine Jeanne, par ses dimensions modestes d’abord, 19 ouvrages, et aussi, comme nous le verrons plus tard, par le caractère dominant des œuvres qu’elle contient. Mais, dans ce cas encore, l’éditeur de l’inventaire, éminent connaisseur de la vie de Garcilaso et de sa famille, met en garde les érudits contre les conclusions hâtives : les biens les plus importants sont passés directement au fils aîné, titulaire du majorat — mais on peut supposer que cela s’est produit à la mort du père — ; d’autres ont probablement été partagés à l’amiable entre les frères, et certains ont été vendus aux enchères pour payer des dettes. En effet, une clause du testament rédigé devant notaire par le couple en 1504, à Cuerva, prévoyait pour Don Pedro, l’aîné, outre les biens du majorat, une série d’objets de valeur, des équipements d’équitation et tous les livres20. Ce qui frappe surtout dans ce fonds et nous fait l’aborder avec précaution, est l’absence de toute œuvre du fils de la défunte, Garcilaso, même s’il est permis de supposer que ses œuvres ont pu faire l’objet d’un partage familial.

19Toutes ces remarques limitent la portée de l’analyse du contenu de ces bibliothèques comme autant d’exemples d’un choix « féminin » des livres, mais il n’en reste pas moins que certaines de ces réserves pourraient aussi être émises à propos des bibliothèques masculines. En général, un fonds composé d’un nombre relativement modeste de volumes, gardé dans l’espace intime de celle qui en détient la propriété et, de surcroît, composé d’un certain type de livres peut plus vraisemblablement avoir été familier à sa propriétaire.

II. — LES LIVRES

  • 21 F. J. Sánchez Cantón, Libros, tapices y cuadros..., outre la publication des fonds, donne une anal (...)
  • 22 Ibid., p. 21.

20Le fonds de la bibliothèque d’Isabelle la Catholique comprend des genres littéraires très variés. Une analyse rapide nous permet d’en dégager les traits dominants21. On remarque un nombre élevé d’ouvrages en langue latine — dont quelques grammaires et des dictionnaires —, ce qui confirmerait la connaissance approfondie de cette langue que lui ont attribuée ses exégètes. Ainsi, le plus souvent, les auteurs latins n’y sont pas traduits : Tite-Live, Pline, Virgile, Cicéron, Quinte-Curce, Salluste, Sénèque, Valère Maxime, etc. Néanmoins, on y trouve quelques œuvres de ces mêmes auteurs traduites en castillan, dont les tragédies de Sénèque, les Vies parallèles de Plutarque, les Fables d’Ésope glosées et illustrées avec des gravures « scabreuses » d’après l’éditeur de l’inventaire22. Au chapitre des lectures peu édifiantes, on peut souligner les œuvres du Pogge et le Décameron de Boccace. Elle possédait d’autres œuvres de ce même auteur, dont certaines traduites en espagnol, et son roman de Fiammetta, ainsi que les Triomphi de Pétrarque, tous deux en italien.

21On a répertorié cinq livres de poésie en langue française. La littérature castillane, en vers et en prose, est très largement représentée avec les Cantigas, Calila e Dina, Los milagros de Berceo, les Coplas de l’archiprêtre d’Hita, El caballero Cifar, des œuvres de Juan de Mena, Villasandino, Alfonso de Baena, puis El conde Lucanor, Los trabajos de Hércules de Villena, El corbacho de l’archiprêtre de Talavera, le fameux Libro de las virtuosas e claras mujeres d’Alvaro de Luna, etc. La seule absence remarquée est celle du marquis de Santillana. Enfin, il y a au moins trois romans de chevalerie : La historia de Lanzarote, El baladro de Merlin et La demanda del santo Grial. Le fonds est très pauvre en matière scientifique, à part quelques livres d’astrologie ou de médecine. En revanche, tous les traités connus et moins connus en matière de gouvernement sont présents, depuis saint Thomas d’Aquin jusqu’au Doctrinal de principes dédié par Diego de Valera à Ferdinand le Catholique en 1475. Six ouvrages, dont ceux déjà cités de Luna et de l’archiprêtre de Talavera, abordent la question des femmes de manière très diverse.

22Quelques livres de stratégie militaire et sur l’usage des armes, deux ou trois sur les ordres militaires, la chasse et le jeu d’échecs accompagnent un fonds très garni de livres de loi, de textes juridiques et de chroniques et autres livres d’histoire espagnole ou étrangère. Quelques livres de musique et de danse ainsi que des cahiers et manuels à l’usage du prince Don Juan pour son apprentissage de ces matières, précèdent la section la plus fournie : celle des livres de piété, morale et religion en général. Celle-ci compose plus de la moitié de l’ensemble, avec toute la littérature patristique, plusieurs exemplaires de la Bible et des Écritures, l’incontournable Vita Christi de Ludolphe de Saxe le Chartreux (présente dans la majorité des bibliothèques, parfois en plusieurs exemplaires), les œuvres de Raymond Lulle, neuf livres d’heures, des bréviaires et autres livres liturgiques, etc. Il est assez difficile de deviner, dans cette somme d’ouvrages, en plusieurs langues (dont trois en arabe), auxquels était particulièrement attachée la propriétaire.

23La vie itinérante de la Reine Catholique a dû avoir une incidence sur la composition de sa bibliothèque. Outre les livres que l’on connaît, il devait y en avoir dans les diverses résidences royales. L’ensemble de 52 livres inventoriés en 1501 auprès de son camérier Paredes, lors d’un contrôle financier ordinaire, offre peut-être un exemple des livres qui ont pu être proches de la reine à un moment de sa vie. En effet, dans ce fonds, il y a une douzaine de livres religieux, tous genres confondus (liturgie, dévotion, édification, patristique), ne représentant donc ici qu’environ un cinquième du total. Les auteurs classiques, en latin, sont au nombre de trois et ne comptent pas parmi les plus austères : Pline le Jeune avec ses Lettres, Quinte-Curce et sa Vie d’Alexandre romancée et, surtout, Térence et ses Comédies. Dans le domaine castillan, la Crónica troyana relève du même esprit. Seul Aristote représente les auteurs grecs, avec cinq exemplaires de l’Éthique, dont trois en latin et deux en castillan, mais sous la forme commentée par Leonardo Aristino pour deux exemplaires latins et par Fray Diego de Belmonte pour un en castillan.

24On trouve aussi parmi tous ces livres, trois de Lebrija, dont en castillan (outre l’Arte en latin et le Bocabulista) le Tratado que fizo Lebrija para la serenísima reina doña Isabel de gramática. Le Bocabulista d’Alonso de Palencia s’y trouve aussi, tout comme deux exemplaires des Partidas, une Mapa mundi, et un exemplaire de la General historia.

  • 23 Ibid., p. 29.

25La formation du prince est couverte par trois ouvrages : un de saint Thomas (« Santo Tomás sobre las políticas »), un Regimiento de principes, peut-être de Fray Francisco Eximenis, et le Doctrinal de principes dédié par Mosén Diego de Valera, en 1475, à Ferdinand le Catholique23. A tous ces livres, et à ceux de dévotion, d’oraison et de liturgie, dont le Lucero de la vida cristiana de Pedro Ximenès, disciple du Tostado, qui plus tard sera mis à l’Index des livres interdits, les Epîtres de saint Jerôme, l’Oracional de Hernán Pérez de Guzmán, deux livres d’heures, un bréviaire, etc., viennent s’ajouter des cartillas et autres ouvrages destinés à la formation de l’enfant.

  • 24 F. Hueso Rolland, Exposición..., p. 154, n° 38. De ce point de vue, l’édition partielle d’Hueso Ro (...)
  • 25 F. Hueso Rolland, Exposición..., p. 151, n° 12. Voir aussi F. J. Sánchez Canton, Libros, tapices y (...)

26Car c’est dans ce fonds que se trouvent réunis tous les livres et les cahiers qui ont pu servir à instruire les enfants de la reine, et en particulier le prince Don Juan, comme ces cinq cahiers de notes ainsi désignés : « cinco cartapacios borrados de cuando al príncipe se mostraba latín »24. C’est aussi au milieu de cet ensemble que nous trouvons le petit ouvrage Epístola fecha al ilustrísimo rei don Fernando mi señor padre, dont fauteur aurait été le prince Don Juan lui-même. Il est décrit comme un « petit livre » manuscrit en latin, en parchemin, relié en cuir bleu et fermé par des rubans. En 1501, alors que le prince est décédé en 1497, à l’âge de dix-huit ans, le livre sera estimé à deux « castillans »25. Les deux derniers livres (nos 51 et 52) de cet ensemble que conservait le camérier de la reine sont deux ouvrages relatifs à la ville de Grenade qui n’ont pas grand-chose à voir avec le reste : l’un concerne le monastère Saint-Jacques de Grenade et l’autre est une liste des bulles, privilèges, prébendes et autres bénéfices de l’évêché. Leur présence dans ce lot pourrait signifier que cette bibliothèque aurait été celle de la reine au moment de la conquête de Grenade, quand ses enfants étaient en âge d’apprendre et que le prince Don Juan était encore un jeune adolescent. L’assortiment composite de livres de piété et d’œuvres de divertissement, l’équilibre quantitatif entre les genres, la présence d’un nombre élevé d’œuvres et d’instruments à vocation didactique, la trace directe du prince héritier lui-même tendraient bien à conforter cette hypothèse séduisante.

27En outre, cet ensemble de livres est également hétérogène sous l’aspect matériel. A côté d’œuvres d’une grande richesse quant aux matériaux et à la reliure, nous avons des ouvrages modestes, en papier ou en parchemin, souvent très usagés. Une petite moitié des livres font l’objet d’une estimation de prix, et celle-ci varie de 2 réaux à 5 000 maravédis : il ne semble en aucun cas que la valeur marchande du livre ait été le facteur déterminant pour faire partie du lot. En définitive, ce fonds, par ses caractéristiques, bien davantage que la liste globale examinée plus haut, paraît avoir pu constituer une petite bibliothèque personnelle, dont certaines pièces auraient été retenues pour leur beauté et d’autres auraient fait l’objet d’un choix délibéré pour la lecture ou pour l’étude.

  • 26 F. Hueso Rolland, Exposición..., p. 157-259. Les livres d’Isabelle la Catholique étaient, eux auss (...)

28Le fonds attribué à Jeanne la Folle est plus facile à manier, tout d’abord par ses dimensions réduites : 44 ouvrages. Les livres de contenu religieux dominent aussi l’ensemble, mais on y trouve un nombre élevé de livres-objets, comme on dirait aujourd’hui, remarquables pour la qualité des matériaux, de la reliure, de l’enluminure. L’inventaire, de ce point de vue, est assez exceptionnel, car il décrit attentivement les ouvrages, s’intéressant souvent davantage à leur aspect matériel qu’au contenu26. La reliure est presque toujours indiquée : en cuir de différentes couleurs, en velours vert, violet, noir, grenat, en satin rouge, en soie noire, en parchemin blanc, en brocart... Parfois elle porte des fermoirs de laiton ou d’argent, et dans deux ou trois cas il s’agit d’ais de bois. Parmi ces livres, une douzaine sont en parchemin, manuscrits ou imprimés. Quinze portent la mention « de mano » (manuscrit) et huit « de molde » (imprimé), mais il n’y a rien de systématique ni d’exhaustif dans cette description, où sont surtout soulignés pour chaque livre, de manière inégale, les caractères les plus frappants, les plus caractéristiques : le format, par exemple, quand le livre est particulièrement grand ou petit, mais on peut aussi trouver la mention in quarto ou in octavo quand il n’y rien de particulier à souligner. On remarque parfois le mauvais état de conservation, par exemple pour le missel qui se trouve en tête de liste : « misal viejo desenquadernado ». La langue dans laquelle est écrit le livre est parfois spécifiée, mais pas toujours : à deux reprises nous trouvons la mention « en latín », et deux fois aussi « en francés ». Pour les autres, rien n’est indiqué sauf en trois occasions « en romance » c’est-à-dire ici en castillan.

29A quel genre ces livres appartiennent-ils ? Les ouvrages de spiritualité dominent très largement comme nous l’avons dit, mais aussi les livres liturgiques. On y trouve 14 livres d’heures, pour la plupart des Heures de Notre-Dame, quatre missels, deux bréviaires, une bible manuscrite, deux livres des offices diurnes et quelques autres livres de dévotions diverses et d’édification, dont les bien connus Lucero de la vida cristiana, Vision deleitable, Flor de virtudes, une méditation sur la Passion, deux exemplaires de la Vita Christi de Ludolphe de Saxe, un Flos sanctorum... La dévotion à la Vierge est également fort présente : outre les Heures, on rencontre des copias à la Vierge, Les sept douleurs de Notre-Dame, un De conceptione beate Marie manuscrit, etc. En revanche, ici, peu de livres profanes : une chronique manuscrite des Rois Catholiques, les Fables d’Ésope et un traité dit de « noblesse et loyauté » difficile à rattacher à un genre précis.

30Cet ensemble de la reine Jeanne reste assez cohérent et nous sommes tentés de croire qu’il obéit bien à un choix personnel. D’une part, il fournit une matière de lecture raisonnablement variée, assez conforme à celles que les hommes d’Église préconisent pour les femmes, du moins ceux qui se soucient de cette question. D’autre part, il traduit aussi le rang de la propriétaire et un certain goût pour les objets raffinés. Ce sont souvent, particulièrement pour les livres d’heures, des livres-objets, précieux et délicats. C’est d’ailleurs une constante de ce type d’ouvrage, très présent dans l’ensemble des bibliothèques féminines.

31Par exemple dans celle de Doña Sancha, mère de Garcilaso. Dans l’inventaire de ses biens, trois livres d’heures figurent à côté de quelques meubles et ustensiles de cuisine (« cosa de cosina ») : chaudron, cuillères, casseroles, reliques, bougies, etc., non estimés : « no se tasaron ». Les livres eux, le sont et leur description est détaillée. De l’un, on nous dit qu’il est manuscrit, garni de soie rouge et orné de médailles d’or et d’argent ; il est estimé 1 250 maravédis. Un autre, manuscrit également, avec un fermoir en argent et un marque-page d’or, est estimé 5 000 maravédis. Le troisième est désigné comme un « livre d’heures de dévotion » manuscrit, sans autre précision, et sa valeur est très inférieure : 300 maravédis.

  • 27 Cet ouvrage du disciple du Tostado, Pedro Ximénez de Prejano, plus tard interdit, mais présent dan (...)
  • 28 A propos des livres d’heures, M. Peña Díaz, EL laberinto de los libros..., p. 391, parle pour Barc (...)

32Ensuite commence la liste de livres proprement dite, et annoncée comme telle. Encore quatre exemplaires d’heures, ici de Notre-Dame, à des prix très modiques, autour de 150 maravédis, puis des livres sur la Passion du Christ, sur les dix Commandements, des vies de saints : saint François, sainte Caire, saint Léon, les Evangiles, la glose d’un psaume, la règle des religieuses bénédictines, Les mystères de la messe et les omniprésents Vita Christi et Lucero de la vida [cristiana]27. Les deux œuvres les plus significatives de cette petite bibliothèque sont le Tesoro de pobres, traduisant un intérêt pour la question de la pauvreté, qui commence à être tant controversée alors, et surtout El caballero Tristano, qui illustre l’engouement bien connu pour le roman de chevalerie. C’est dire que, avec ses dimensions réduites, cette collection paraît bien représentative d’une bibliothèque féminine de l’époque : quelques exemplaires de valeur considérés davantage comme des objets que comme des livres, puis un nombre important de livres d’heures plus modestes28, la panoplie habituelle de livres de dévotion et d’édification, enfin un roman profane.

  • 29 Ces Méditations connaissent un grand succès dans toute l’Europe, dès le début du XVIIe siècle, sur (...)

33Un siècle plus tard, la bibliothèque détenue par la marquise de Tarifa à Palerme présente un choix de livres quelque peu différent. Certes, on y trouve toujours un bréviaire et des Heures de la Notre-Dame, à côté d’un Flos sanctorum et des œuvres de Pedro de Alcántara et de Thérèse d’Avila, mais la liste comporte une proportion beaucoup plus élevée de livres profanes, en vers mais surtout en prose. Parmi ces livres, beaucoup ont été écrits à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe. Les goûts ont changé et les modes aussi. Seul Sénèque rappelle les Anciens, alors que les Méditations du jésuite Luis de la Puente, qui glosent les Exercices spirituels de saint Ignace, révèlent des formes de spiritualité bien différentes de celles de la Renaissance29. En revanche, en matière de grammaire normative, Lebrija reste la référence. A côté des ouvrages dédiés à la chasse, traditionnels dans les bibliothèques nobles, nous en trouvons un sur les « pesquerías », qu’il faut sûrement rapprocher ici de l’environnement naturel de la marquise à Palerme et des pêcheries de thon ou madragues de Sicile. Les livres portant sur les Turcs traduisent le même conditionnement géographique de proximité aussi bien qu’une mode littéraire de l’époque. La bibliothèque laissée en Sicile par la marquise à sa mort ne comporte aucun livre très coûteux, le plus cher, illustré, étant estimé 2 ducats et 11 réaux. L’ensemble des livres, d’ailleurs, représente à peine 19 ducats, alors que le total des biens évalués sur place atteint 10 928 ducats.

  • 30 M. A. Ladero Quesada et M. C. Quintanilla, « Bibliotecas de la alta nobleza castellana en el siglo (...)

34Que conclure ? Que la possession de livres reste modeste et qu’un ou deux exemples royaux ne sont pas très représentatifs, ni par l’étendue du fonds, ni par la richesse matérielle des ouvrages conservés. Par ailleurs, une bibliothèque comme celle d’Isabelle la Catholique, si l’on prend en compte tout le fonds, ressemble, en plus vaste, à celles des hommes de la haute noblesse, avec le même goût pour les chroniques, l’histoire, la guerre, les textes juridiques, les classiques, les livres de dévotion, etc. Ainsi, elle ne diffère pas beaucoup de celle du duc de Medina Sidonia inventoriée en 150730.

  • 31 Insérerait-on aujourd’hui dans un inventaire après décès les livres de poche et romans policiers ?

35C’est peut-être dans des bibliothèques aux dimensions plus réduites que nous trouvons un exemple plus fidèle de ce que pouvaient aimer les femmes. Mais, là encore, d’après ces inventaires, et contrairement à l’image véhiculée par la littérature et attestée par les succès éditoriaux, ce ne sont pas les romans de chevalerie qui auraient occupé les femmes mais des livres plus édifiants, dont les livres d’heures, véritable spécialité féminine. Cache-t-on certains livres ? sont-ils absents des inventaires ? dans certains milieux plus que d’autres31 ? Il est plausible d’imaginer que, dans beaucoup de cas, aussi bien dans les bibliothèques des femmes que dans celles des hommes, au moment de l’inventaire, certains livres d’une faible valeur marchande — le Caballero Tristano de Doña Sancha n’est estimé que 25 maravedís à côte des 5 000 du livre d’heures — auront pu disparaître, ou être partagés entre les proches, comme peu dignes d’être mentionnés dans la succession.

Annexes

APPENDICE

Livres figurant dans l’inventaire des biens laissés à sa mort par Doña Ana de Sandoval y Mendoza, marquise de Tarifa, fait à Palerme, le 3 octobre 1634, en présence de Don Francisco de Castilla, sergent majeur du Tercio et l’un des exécuteurs testamentaires de la défunte.

[1]

Un Breviario en quarto, en dos tomos, en 4 ducados

4 ds -

[2]

Una Oras de Nuestra Señora, con manecillas de plata y cubiertas de tapa ……………..

1 d - 2

[3]

Un Flos Sanctorum, primero tomo en 18 reales ………….

1 d - 6

[4]

Obras de fray Pedro de Alcántara, tres reales ………..

ds - 3

[5]

Aprovechamiento espiritual, 7 rs ………………

ds - 7

[6]

Obras de la madre Teresa de Jesús, en quarto, 7 rs ……….

ds - 7

[7]

Meditaciones de Luis de la Puente, primero tomo, en quarto, 4 rs

ds - 4

[8]

Séneca, De veneficiis, en quarto, 4 tts ……………….

ds - 4

[9]

Lugares comunes de Juan de Aranda, en quarto ………..

ds - 4

[10]

Orlando el furioso, en quarto, viejo, en tres tts ………..

ds - 3

[11]

Celos divinos y humanos, en quarto, en 5 tts …………..

ds - 5

[12]

Expedición contra Turcos y Griegos, en quarto, en 4 tts ……..

ds - 4

[13]

Obras del conde Villamediana, en quarto, en 5 tts ……….

ds - 5

[14]

Viaje de Jerusalem, en quarto, en 5 tts ………………

ds - 5

[15]

Nuevo tratado de Turquía, en quarto, en 3 tts ……………..

ds - 3

[16]

Novelas de Zerbantes de sucesos y prodigios de amor, en 3 tts ...

ds - 3

[17]

Discursos morales, en 3 tts …………………

ds - 3

[18]

Seiba de aventuras ……………………….

ds - 2

[19]

Arminta de Torcatto33, en dos tts …………………

ds - 2

[20]

Panegírico de poesía, en un tomín ………………..

ds - 1

[21]

Arte de Antonio de Lebrija, en seis tts ……………..

ds - 6

[22-26]

Cinco libros de estampas de diversas figuras en [...] a siete tts.

2 ds - 11

[27]

Otro de la vida de la madre Teresa, en estampas, en 4 tts …..

ds - 4

[28]

Otro de diferentes figuras, en estampas ………….

1 d -

[29]

Otro libro angosto de estampas, de caça y pesquería, en …….

ds - 6

[30]

Otro menor de montería, en 6 tts ……………

ds - 6

Notes

1 C’est, en d’autres termes, ce qu’affirme Jean-Pierre Étienvre à propos des academias littéraires au XVIIe siècle et à la participation féminine, quand il dit que « la femme y reçoit dans l’énoncé la place qui lui est refusée dans l’énonciation » (« Visages et profils féminins dans les academias littéraires du XVIIe siècle », dans Images de la femme en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, éd. Augustin Redondo, Paris, Publ. de la Sorbonne / Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 1994, p. 351-364, à la p. 364).

2 Mariló Vigil, La vida de las mujeres en los siglos XVI y XVII, Madrid, Siglo XXI, 1986, analyse dans ce sens les écrits d’Erasme, Vives, Guevara, Thomas More, puis de Pedro de Luján, Fray Luis de León, etc.

3 De l’alphabétisation aux circuits du livre en Espagne, XVIe-XVIIe siècles, ouvrage collectif, Toulouse : C.N.R.S., 1987 (voir les articles de Le Flemm, Larquié, Vincent, etc.). Sur le cas des femmes, voir P. W. Bomli, La femme dans l’Espagne du Siècle d’or, La Haye, Nijhoff, 1950 (en particulier le chapitre IV, « Quelques tendances de l’esprit »), qui, cependant, utilise surtout des sources littéraires.

4 L’univers des monastères et de leurs bibliothèques appartient à une sphère bien particulière du savoir de l’époque, et la pratique du livre — son utilisation, sa possession — de la part des moniales relève d’autres usages. Voir l’article de Pedro Cátedra dans ce volume.

5 Parmi les très nombreux ouvrages consacrés ces temps-ci à la lecture et aux lecteurs, nous ne citerons, pour mémoire, que le plus récent portant sur le domaine hispanique et faisant le point sur la question : Les livres des Espagnols à l’époque moderne, Bordeaux, Université de Bordeaux-III / C.N.R.S. Éditions, 1997 (Bulletin hispanique, t. 99, n° 1, janvier-juin 1997).

6 A Barcelone, les notaires font parfois la distinction entre les biens du mari et ceux de l’épouse, mais ceci n’est pas le cas partout. Manuel Peña Díaz, El laberinto de los libros. Historia cultural de la Barcelona del Quinientos, Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez / Pirámide, 1997, p. 55.

7 Cf. la centaine d’inventaires pour la seule ville de Valladolid, présentés par Pedro Cátedra à l’occasion de notre rencontre à l’École des chartes, et dont il est question dans son article.

8 La première publication partielle semble avoir été celle de Diego Clemencín, « Elogio de la Reina Católica Doña Isabel leído en la Real Academia de la Historia el 31 de julio de 1807 », dans Memorias, t. VI, Madrid, 1821. Ensuite, Francisco Hueso Rolland, Exposición de encuadernaciones españolas, siglos XII al XIX. Catálogo general ilustrado, Madrid, Sociedad Española de Amigos del Arte, 1934, p. 151-154 (d’après Archivo de Simancas, Arca y archivo particular de los testamentos reales) décrit 201 livres de l’Alcazar de Ségovie et 52 inventoriés auprès de Sancho de Paredes. Puis José Ferrandis, « Inventarios reales (Juan II a Juana la Loca) », dans Datos documentales para la historia del arte español t. III, Madrid, C.S.I.C., Inst. « Diego Velázquez », 1943, reprend la liste de Ségovie. Finalement, Francisco Javier Sánchez Cantón, Libros, tapices y cuadros que coleccionó Isabel la Católica, Madrid, C.S.I.C., 1950, publie une liste plus ample et commentée de 393 livres, en y insérant cependant aussi quelques titres d’œuvres qu’on ne trouve pas dans les inventaires mais qui avaient été dédiées à la Reine Catholique, ce qui introduit une distorsion dans la notion de « bibliothèque ». Pour les livres attribués à la reine Jeanne, voir Hueso Rolland, Exposición..., p. 157-159, d’après Archivo General de Simancas, Descargos del emperador Carlos V, leg. 13, folio 346.

9 Ce fonds de livres cité par Fernando Huarte Mortón, « Las bibliotecas particulares españolas en la Edad Moderna », dans Revista de archivos, bibliotecas y museos, t. 61/2, 1955, p. 555-576, à la p. 560, note 21, n’a cependant, à notre connaissance, jamais été ni publié ni même utilisé. Voir l’appendice à la fin de cet article.

10 Publié par Francisco Rafael de Uhagón, marqués de Laurencín, Documentos inéditos referentes al poeta Garcilaso de la Vega, Madrid, Establecimiento tipográfico de Fortanet, impresor de la Real Academia de la Historia, 1915, doc. 8, p. 113-153 : « Escritura de inventario, tasación y partición de los bienes que quedaron por fin y muerte de la señora doña Sancha de Guzmán, entre sus hijos doña Leonor de la Vega, condesa de Palma, don Pedro Laso, señor de Cuerva y Batres y Garcilaso de la Vega, ya difunto, marido de doña Elena de Zúñiga quien representa como tutora los derechos de sus hijos ».

11 Ibid., p. 6-7, 34 et suiv.

12 Lors du décès du mari, la femme garde, au moins en théorie, sa dot et les arrhes versées par son mari au moment du mariage. Elle peut aussi garder des biens non aliénés par le majorat, en particulier des objets dont des livres.

13 Nous avons obtenu les chiffres et autres détails relatifs aux femmes en extrapolant les données globales fournies dans le remarquable ouvrage de M. Peña Díaz, El laberinto de los libros...

14 Dans la même étude, les hommes, même membres du clergé, ne possèdent pas davantage de livres.

15 Un cas intéressant, mais qui n’a pas retenu notre attention ici, est celui de la bibliothèque de Marie d’Aragon, épouse d’Alphonse V et fille de Henri III de Castille et de Catherine de Lancastre qui réunit, en 1458, 71 ouvrages, soit, pour son époque, une collection importante. Car même au cours du XVIe siècle, alors que l’imprimerie s’est considérablement développée en Espagne, les bibliothèques masculines dépassent rarement 100 volumes, et une bibliothèque de la haute noblesse, comme celle du duc de Medina Sidonia, en 1507, n’en compte qu’un peu plus de 200. Ce fonds a été publié par F. Hueso Rolland, Exposición..., p. 129-135, d’après Archivo Histórico del Reino de Valencia, Testamentos y codicilos de las reinas doña María y doña Catalina, leg. único, nos 2-3.

16 Voir F. J. Sánchez Cantón, Libros, tapices y cuadros..., p. 18.

17 F. Hueso Rolland, Exposición.... p. 151-152 ; F. J. Sánchez Canton, Libros, tapices y cuadros..., p. 36-37.

18 Voir ci-dessus, note 8.

19 F. Hueso Rolland présente la liste sous un titre très explicite, mais dont on ignore à la lecture s’il lui appartient ou s’il correspond à une indication trouvée avec le fonds : « Libros que Don Felipe II mandó le fuesen entregados de los bienes de Simancas ; fueron hallados éstos en un cofre de la reina doña Juana ».

20 « ... Asimismo mandamos que haya todos los aderezos de la brida y la gineta y armas y artillería que estuvieren en las dichas fortalezas (de los Arcos y de Batres) como en nuestras casas de morada y todos los libros (en latín y en romance) » (c’est nous qui soulignons). Laurencín, Documentos..., p. 35.

21 F. J. Sánchez Cantón, Libros, tapices y cuadros..., outre la publication des fonds, donne une analyse détaillée du contenu de la bibliothèque, p. 17-38.

22 Ibid., p. 21.

23 Ibid., p. 29.

24 F. Hueso Rolland, Exposición..., p. 154, n° 38. De ce point de vue, l’édition partielle d’Hueso Rolland qui conserve le partage original des livres, selon l’ordre dans lequel ils se trouvaient au moment de l’inventaire, s’avère plus utile et plus parlante que celle, exhaustive, de Sánchez Canton. En effet, celui-ci présente son propre classement et va même au-delà en proposant une sorte de « bibliothèque idéale » dans la mesure où il ajoute aux fonds réellement répertoriés toutes les œuvres dont la reine avait été dédicataire ou sur lesquelles elle avait exercé son mécénat.

25 F. Hueso Rolland, Exposición..., p. 151, n° 12. Voir aussi F. J. Sánchez Canton, Libros, tapices y cuadros..., p. 37. Le « castillan » ou castellano est une pièce d’or qui vaut environ 480 maravédis (cf. Diccionario de autoridades). Seule l’identité de l’auteur pouvait justifier un prix aussi élevé.

26 F. Hueso Rolland, Exposición..., p. 157-259. Les livres d’Isabelle la Catholique étaient, eux aussi, très bien décrits mais l’accent était mis sur les titres ou les auteurs.

27 Cet ouvrage du disciple du Tostado, Pedro Ximénez de Prejano, plus tard interdit, mais présent dans nos trois bibliothèques féminines, semble avoir connu un grand succès auprès des femmes.

28 A propos des livres d’heures, M. Peña Díaz, EL laberinto de los libros..., p. 391, parle pour Barcelone de « vrai succès de littérature populaire ».

29 Ces Méditations connaissent un grand succès dans toute l’Europe, dès le début du XVIIe siècle, surtout auprès des femmes : voir Araceli Guillaume-Alonso, « Enfer et damnation dans la pastorale jésuite au XVIe siècle », dans Enfers et damnations dans le monde hispanique et hispano-américain, éd. J.-P. Duviols et A. Molinié, Paris, P.U.F., 1996 (« Histoires »), p. 247-262, à la p. 249. La première édition espagnole, parue à Valladolid, est de 1605 et la première traduction française de 1610 : Louys du Pont, Très excellentes méditations sur tous les mystères de la foy, avec la pratique de l’oraison mentale, trad. de M. R. Gaultier, Paris, chez Charles Chastellain, 1610 (puis 1612, etc.).

30 M. A. Ladero Quesada et M. C. Quintanilla, « Bibliotecas de la alta nobleza castellana en el siglo XV », dans Livre et lecture en Espagne et en France sous l’Ancien Régime, Paris, A.D.P.F., 1981, p. 47-59. Voir, publiée en appendice, la liste des 200 livres du duc.

31 Insérerait-on aujourd’hui dans un inventaire après décès les livres de poche et romans policiers ?

32 L’abréviation « tts » correspond à « tomines » comme le confirme le prix du titre [20], non abrégé. Le « tomís » équivaut dans les monnaies d’or à 1/8 du castellano (cf. Diccionario de autoridades), mais, ici, il semble être tout simplement assimilé au réal, selon le report dans la colonne de droite. De même, la valeur courante du ducat (375 maravédis ou 11 réaux) est ici assimilée à celle de l’écu d’argent (12 réaux) d’après le prix du livre [3].

33 C’est-à-dire Torquato Tasso, Aminta.

Table des illustrations

Légende Note3232.
URL http://books.openedition.org/enc/docannexe/image/997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Publications de l’École nationale des chartes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search