Version classiqueVersion mobile

Des femmes et des livres

 | 
Dominique de Courcelles
, 
Carmen Val Julián

I. Bibliothèques de femmes : identités sociales et génériques

Bibliothèques et lectures de femmes en Nouvelle-Espagne

Manuel Ramos Medina

Texte intégral

I

1Au XVIe siècle, en Amérique, la Nouvelle-Espagne naît et prend forme selon un processus inconnu jusqu’ici : l’implantation d’une nouvelle culture par les fondations européennes et l’acculturation de peuples divers. Dans ce processus, les livres ont une importance majeure, qu’ils soient ouvrages de religion, de théologie, de géographie ou d’histoire, de philosophie, de littérature. Les femmes qui arrivent en Nouvelle-Espagne contribuent à leur mesure à diffuser les livres et participent ainsi à l’établissement des nouvelles formes sociales et culturelles, caractéristiques de la Nouvelle-Espagne.

  • 1 Josefina Muriel, Cultura femenina novohispana, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, In (...)
  • 2 Milagros Ortega Acosta, « Spanish Women in the Reformation », dans Women in Reformation and Counte (...)

2Les femmes des premières migrations sont aussi bien des « conquérantes » issues de familles nobles et pauvres, des paysannes, des commerçantes, des maîtresses d’école, des prostituées. Comme les hommes, elles partent essentiellement de Castille, d’Estrémadure et d’Andalousie et espèrent trouver dans le Nouveau Monde ce qu’elles ne peuvent attendre de l’Ancien1 : les richesses et une certaine liberté d’action2.

3Parmi ces femmes, celles qui sont venues fonder en Nouvelle-Espagne des ordres religieux féminins et des beateríos, sortes de béguinages, jouissent d’une particulière autonomie et ont un rapport au livre extrêmement important. Par les offices liturgiques et par la prière, comme par l’enseignement quelles dispensent aux enfants et aux femmes, elles appuient non seulement la tâche d’évangélisation mais aussi la domination politique, sociale et culturelle de l’Espagne.

II

4Vers 1530, peu après la prise de la ville de Mexico-Tenochtitlan par les Espagnols, le frère Juan de Zumárraga est nommé évêque du diocèse dans le Nouveau Monde. Il se rend compte de l’urgence de donner une instruction à la population féminine, qu’elle soit indigène, métisse ou blanche. C’est alors qu’il a recours à l’impératrice Isabelle, épouse de Charles Quint, et lui parle de la nécessité d’une éducation spécifique des femmes. Il demande la création d’une nouvelle institution à Mexico :

  • 3 Vasco de Puga, Cedulario de la Nueva España, Mexico, 1563.

« ... Désirant que les natifs de ladite terre, aussi bien les hommes que les femmes, soient instruits des choses de notre sainte foi catholique de toutes les façons possibles, il nous a paru convenir qu’il y eût une maison de beatas (béguines) par qui pourraient être guidées les filles et les demoiselles qui le désireraient et, comme vous le verrez, il y a maintenant six beatas à qui nous avons fait une aumône pour leur nourriture et pour les maisons où elles vont demeurer. Par conséquent, je vous demande de veiller à ce qu’elles soient bien traitées et protégées et à ce que la maison où elles vont demeurer soit le plus près possible de l’église paroissiale de Mexico, et je vous recommande de les rattacher au clergé diocésain, parce que, présentement, elles ne sont ni professes ni cloîtrées et ne doivent être soumises à aucune règle conventuelle »3.

5Ainsi ce beaterío de México est le point de départ de l’éducation féminine en Nouvelle-Espagne. Les beatas sont rassemblées pour accomplir en groupe des tâches religieuses et d’enseignement, sans être soumises à une règle ni prononcer les trois vœux. Ce premier beaterío est connu sous le nom de « couvent de la Mère de Dieu », alors qu’il ne s’agit pas d’un couvent. En sont issus plusieurs collèges de la Nouvelle-Espagne : parmi ceux-ci, le « collège de Notre-Dame de la Charité », destiné aux enfants métisses et espagnoles (le plus important peut-être), et l’éphémère « collège de la Mère de Dieu » qui accueillit momentanément des enfants indiennes.

6Ce sont surtout les monastères féminins qui ont eu par la suite en Nouvelle-Espagne la responsabilité de l’éducation des filles. L’évêque Juan de Zumárraga fonde à Mexico le couvent de la Conception, afin de donner une éducation chrétienne aux jeunes filles nobles indiennes et de susciter des vocations religieuses. Il fait donc venir d’Espagne des religieuses. Même si, par la suite, il s’avère que les indiennes ne font pas profession de foi et que le couvent est un espace réservé aux jeunes filles créoles, la démarche de Zumárraga témoigne des aspirations généreuses de l’époque et de la volonté d’intégrer le monde indien dans la culture chrétienne.

7C’est surtout à partir de 1573 que se développe l’ordre de la Conception. A Mexico seulement, huit monastères sont fondés. Des villes proches comme Puebla, ou éloignées comme San Cristobal de las Casas au Chiapas ou Mérida au Yucatan, complètent la carte géographique de l’ordre de la Conception. La plupart des religieuses sont d’origine créole, c’est-à-dire nées dans le Nouveau Monde. La société du Nouveau Monde, comme celle de l’Ancien, a besoin, pour assurer son équilibre démographique, économique, social, de lieux où enfermer ses femmes.

8Les petites filles enseignées par les beatas ou par les religieuses sont formées à la musique cultuelle, à la lecture des heures liturgiques et aux pratiques de dévotion, ainsi qu’aux soins de la maison et des enfants.

III

  • 4 Francisco Fernández del Castillo, Libros y libreros en el siglo XVI, Mexico, Archivo General de la (...)

9La première imprimerie d’Amérique est inaugurée en 1539 à Mexico. L’imprimerie mexicaine a toujours soutenu l’œuvre d’évangélisation des Indiens réalisée principalement par les ordres mendiants ; elle produit durant tout le XVIe siècle des livres de prières et de dévotion, des vies de saints, des chroniques, des sermons ou recueils de sermons, etc. Mais les livres viennent aussi d’Espagne. Grâce aux rapports d’inspection des navires qui, assurant la liaison entre l’Espagne et la Nouvelle-Espagne, abordent au port de Veracruz, nous connaissons assez bien quels livres étaient exportés d’Espagne vers le Nouveau Monde4, c’est-à-dire autorisés par la couronne d’Espagne et par l’Église.

  • 5 Josefina Muriel a établi la liste des livres les plus anciens du Colegio de Nuestra Señora de la C (...)

10Parmi les livres destinés aux couvents de religieuses, les titres qui reviennent le plus fréquemment dans les rapports d’inspection, sur l’ensemble du XVIe siècle, sont les suivants : les livres d’heures en castillan et en latin, la Historia pontifical, le Contemptus mundi, El parto de la Virgen, la Vida de san Luis, les Oratorios ou recueils de prières pour les différentes nécessités, la Vida de Pedro de Alcántara, le Guía de pecadores de Fray Luis de Granada, les anonymes et célèbres opuscules Oratorio espiritual, Nuevo rezado, Espejo de consolación, Nuestra Señora del Rosario. On trouve également les Flos sanctorum, l’Escala espiritual de saint Jean Climaque, les Evangiles en castillan ou en latin, les Ejercicios d’Ignace de Loyola5.

11Nous savons aussi que des ouvrages censurés circulent, tels que le Tercer abecedario de Francisco de Osuna, la Perla preciosa de la religieuse Uisa de los Reyes, entre autres. L’impact de ces livres sur les femmes est sans doute très limité, en raison des interdits de l’Inquisition.

12Chaque couvent possède une bibliothèque, dont l’importance dépend du nombre de ses religieuses et de ses revenus. On ne peut comparer un couvent de l’ordre de la Conception, possédant de nombreux biens meubles et immeubles, avec un couvent de religieuses déchaussées, carmélites ou capucines. La bibliothèque reflète à la fois la richesse matérielle du couvent et le niveau de formation intellectuelle de ses membres.

13Parmi les ouvrages conservés par la majorité des couvents, on trouve les fondamentales reglas conventuales composées par les fondatrices des ordres et qui renferment les normes de la vie communautaire ainsi que les règles disciplinaires. Il y a aussi les ceremoniales et costumbres, décrivant l’organisation de la vie quotidienne, y compris l’activité liturgique propre à chaque monastère. Il y a encore les vies des saints et des saintes qui se distinguèrent dans les différents ordres : Ignace de Loyola, Beatriz de Silva, Catherine de Sienne, Thérèse d’Avila, Jean de la Croix. Certaines religieuses disposent dans leur cellule d’une petite bibliothèque privée : ainsi Sor Juana Inés de la Cruz au XVIIe siècle, dont la bibliothèque renfermait plus de mille volumes.

14La présence des œuvres de Thérèse d’Avila est extrêmement fréquente. Cette diffusion, aussi bien en Espagne qu’en Nouvelle-Espagne, est sans doute le résultat de l’appui apporté par les autorités espagnoles à la ContreRéforme, pour qui l’œuvre thérésienne est un modèle à suivre par les catholiques souhaitant contrer efficacement les hérétiques protestants. Grâce aux chroniques de Fray Agustín de la Madre, nous savons que c’est à Veracruz que sont arrivés les premiers livres destinés à soutenir le beaterío le plus ancien du Carmel, établi dans le port et administré par les Jésuites :

  • 6 Fray Agustín de la Madre de Dios, Tesoro escondido en el santo Carmelo mexicano, introd. et notes (...)

« Il arriva alors qu’un religieux (franciscain)... apporta d’Espagne le livre de notre mère sainte Thérèse, qui fut le premier à parvenir aux Indes, et, comme j’avais entendu parler de la vertu de ces saintes femmes, j’ai voulu leur donner ce joyau de si grand prix »6.

  • 7 José Gómez de la Parra, Fundación y primer siglo : chronique du premier couvent de carmélites déch (...)

15L’ouvrage est immédiatement diffusé grâce à la lecture à haute voix devant la communauté réunie aux heures indiquées par la règle, « pendant les moments quelles occupaient à la leçon spirituelle »7. La lecture devient ainsi un acte communautaire, une façon de partager un savoir et une spiritualité.

16Les écrits imprimés de Thérèse d’Avila sont médités non seulement par l’ordre du Carmel mais aussi par les autres familles religieuses, telles les Clarisses. Ils deviennent les textes fondamentaux de l’enseignement et de la méditation. De Mère Josefa de San Agustín, clarisse de la ville de Puebla, il est rapporté :

  • 8 Agustín de Vetancourt, Menologio franciscano de los varones mas señalados que con sus vidas exempl (...)

« Parce qu’elle prenait son repos dans le chœur une grande partie de la nuit et que la prière continue était son état de veille, elle lut le livre de sainte Thérèse, imita sa vie et, en suivant l’exemple d’une telle guide, la disciple ne pouvait qu’exceller dans les vertus »8.

  • 9 Cf. les articles éclairants d’Augustin Redondo, « Les livrets de lecture (cartillas para enseñar a (...)
  • 10 Cf. Antonio Palau y Dulcet, Manual del librero hispanoamericano, Barcelona, 3e éd. corr. et augm., (...)

17Pour apprendre à lire, les religieuses et les élèves étudient dans les cartillas, ou livrets de lecture, extrêmement diffusées en Espagne et imprimés dès l’apparition de la typographie. Les cartillas permettent à la fois l’apprentissage de la lecture et l’assimilation d’un message doctrinal9. Elles sont utilisées dans tous les centres d’éducation de la Nouvelle-Espagne. Des nombreuses éditions réalisées au XVIe siècle, il ne subsiste apparemment rien, de nouvelles éditions ayant régulièrement remplacé les plus anciennes10.

IV

18Dès la fin du XVIe siècle, dans les couvents les femmes écrivent des livres. Elles composent principalement des chroniques de leurs couvents et des autobiographies. Ce ne sont pas là des genres nouveaux : elles poursuivent en Nouvelle-Espagne une pratique courante en Espagne.

19Chaque couvent désigne une chroniqueuse chargée de noter les événements de sa vie économique, sociale, religieuse. Beaucoup de chroniques ont disparu, lorsque les archives des couvents ont été dispersées au XIXe siècle. Ces chroniques sont de véritables livres de souvenirs, elles recèlent des informations d’une grande valeur pour l’histoire de la vie quotidienne des couvents mais aussi pour l’histoire sociale et culturelle de la Nouvelle-Espagne. On y trouve évoqués la vie des fondateurs et fondatrices, tous les problèmes économiques ou juridiques des communautés, et d’abondantes descriptions des expériences religieuses de telle ou telle religieuse. Les extases, les apparitions d’anges ou de démons, du Christ, de la Vierge font l’objet de récits détaillés et émerveillés.

20Dans certains cas, la communauté des religieuses demande à un homme, religieux lui-même ou prêtre du diocèse, de se charger de la publication de tout ou partie d’une chronique. Le compilateur emprunte alors le journal du couvent ou demande aux religieuses de lui raconter leurs souvenirs. C’est comme un atelier d’histoire. Le chroniqueur réunit le matériel et publie le travail, non sans attribuer aux religieuses tout le mérite qui leur revient. Tel est le cas de Carlos de Sigüenza y Gongóra, avec la célèbre chronique intitulée Parayso occidental en 1684, et de José Gómez de la Parra, déjà mentionné, avec la Fundación y primero siglo en 1732. Ces ouvrages s’adressent alors à un public choisi, proche des religieuses et largement féminin.

21Les livres de professions, rédigés avec un but purement administratif, ont également une grande valeur documentaire. Les religieuses y inscrivent les entrées au couvent, les dates de profession, les maladies parfois mortelles dont souffrent les religieuses, les raisons d’abandon des novices et des postulantes, les noms et professions des parents, les dots versées, les formes de paiement, le nombre de professions, etc. Les communautés assurent la conservation de ces livres qui constituent leur véritable mémoire organique.

22Les autobiographies de religieuses connaissent en Nouvelle-Espagne un grand développement au XVIIe siècle, mais on en compte déjà quelques-unes au XVIe siècle. Aucune autobiographie n’a cependant été imprimée, et les manuscrits sont jalousement conservés dans les archives des couvents. Elles ont pu du moins être utilisées par certains chroniqueurs, tels Sigüenza y Gongóra et Gómez de la Parra, pour enrichir les monologues qu’ils ont inclus dans leurs propres livres. Les prêtres qui écrivent les livres sont souvent les confesseurs des religieuses et exercent une forte influence sur leurs écrits. Mais on retrouve aussi dans ces textes les reflets des Flos sanctorum et des grands livres spirituels du temps.

23Ainsi, en Nouvelle-Espagne, dans les temps difficiles qui suivent la conquête, tandis que s’imposent les formes sociales et culturelles de la domination espagnole, les beatas et les religieuses des premières fondations manifestent un rapport privilégié aux livres, dans la mesure où elles reçoivent immédiatement la tâche d’enseigner les petites filles et les femmes, et où elles disposent des premières bibliothèques. Elles écrivent elles-mêmes les chroniques qui marquent leur implantation en terre nouvelle et poursuivent dans le Nouveau Monde, à leur mesure, ce que Thérèse d’Avila a entrepris en Espagne : l’écriture de leur expérience religieuse.

Notes

1 Josefina Muriel, Cultura femenina novohispana, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Históricas, 1984.

2 Milagros Ortega Acosta, « Spanish Women in the Reformation », dans Women in Reformation and Counter-Reformation Europe, éd. Sherrin Marshall, Indiana University Press, 1989, p. 89 et suiv.

3 Vasco de Puga, Cedulario de la Nueva España, Mexico, 1563.

4 Francisco Fernández del Castillo, Libros y libreros en el siglo XVI, Mexico, Archivo General de la Nación y Fondo de Cultura Económica, 1982, p. 382 et suiv.

5 Josefina Muriel a établi la liste des livres les plus anciens du Colegio de Nuestra Señora de la Caridad qui sont conserves dans la bibliothèque du Colegio de San Ignacio à Mexico. Voir La Sociedad Novohispana y sus colegios de niñas, Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Históricas, 1995.

6 Fray Agustín de la Madre de Dios, Tesoro escondido en el santo Carmelo mexicano, introd. et notes de Manuel Ramos Medina, Mexico, 1984.

7 José Gómez de la Parra, Fundación y primer siglo : chronique du premier couvent de carmélites déchaussées à Puebla (1604-1704). Première éd. en 1732. Éd. en fac-similé, introd. de Manuel Ramos Medina, Mexico, 1992.

8 Agustín de Vetancourt, Menologio franciscano de los varones mas señalados que con sus vidas exemplares, perfección religiosa, ciencia, predicación evangélica, en su vida y muerte ilustraron la Provincia del Santo Evangelio de México, Mexico, 1697, publié à l’instigation de Doña María de Benavides, veuve de Juan de Rivera.

9 Cf. les articles éclairants d’Augustin Redondo, « Les livrets de lecture (cartillas para enseñar a leer) au XVIe siècle », dans La formation de l’enfant en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publ. de la Sorbonne / Presses de la Sorbonne-Nouvelle, 1996, p. 71-103 ; et Victor Infantes, « La Cartilla en el siglo XVII. Primeros textos », ibid., p. 105-123.

10 Cf. Antonio Palau y Dulcet, Manual del librero hispanoamericano, Barcelona, 3e éd. corr. et augm., 1950, t. III, p. 230.

Auteur

Centro de Estudios de Historia de Mexico-Condumex.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search