Version classiqueVersion mobile

Des femmes et des livres

 | 
Dominique de Courcelles
, 
Carmen Val Julián

Avant-propos

Dominique de Courcelles

Texte intégral

1L’École nationale des chartes, en accueillant dans le cadre du cycle « Textes littéraires et sociétés, XVe-XVIIe siècle » une journée d’étude consacrée au thème « Des femmes et des livres », en collaboration avec l’École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, a permis de poser les bases d’une enquête internationale qui doit se poursuivre à l’initiative des différents intervenants invités et en collaboration avec d’autres chercheurs, en différents pays et en différents centres de recherche.

2La notion d’appropriation des livres par les femmes est au centre de la démarche, sans qu’il y ait évidemment opposition entre les analyses de type sociologique, qualifiant les livres en tant que productions culturelles à partir de l’identité non seulement sociale mais aussi générique de leur public, et les analyses établissant la signification de ces livres à partir de leur fonctionnement linguistique et littéraire.

3La première conférence magistrale, due à Pedro Cátedra, privilégie le premier type d’analyse en présentant cinq inventaires portant sur quatre bibliothèques de couvents féminins dans l’Espagne des XIVe-XVIe siècles, ainsi que le guide de lecture rédigé à l’intention des moniales cisterciennes d’Avila par Hernando de Talavera, évêque d’Avila entre 1485 et 1492.

4Dans la même perspective, Manuel Ramos Medina montre l’importance en Nouvelle-Espagne, aux XVIe et XVIIe siècles, de la diffusion des livres par les femmes, et en particulier par les moniales. L’éducation féminine est un des soucis majeurs des pouvoirs ecclésiastiques, qui comprennent que les femmes contribuent à l’établissement de nouvelles formes sociales et culturelles. Araceli Guillaume-Alonso examine quatre bibliothèques de femmes nobles espagnoles en posant la question du choix des livres de leurs bibliothèques et de leur véritable accès au savoir ; ces femmes sont la reine Isabelle la Catholique et sa fille Jeanne la Folle, la marquise de Tarifa, Ana de Sandoval y Mendoza, enfin la mère du poète Garcilaso de la Vega, Sancha de Guzmán.

5La seconde conférence magistrale, due à Margarete Zimmermann, privilégie le second type d’analyse en montrant, à partir de ce que l’on nomme la « querelle des Femmes », comment les femmes construisent un sens à partir d’un livre et à partir d’un texte qu’elles ne produisent pas toujours elles-mêmes.

6Existe-t-il véritablement une « culture » des femmes ? Les significations données aux livres par les femmes, lectrices, écrivains, propriétaires ou détentrices, voire traductrices, peuvent être plurielles et mobiles. S’il est sûr qu’il existe des lectrices, il n’est pas sûr que l’on puisse identifier de façon radicale une lecture « féminine ». Les livres sont partagés entre hommes et femmes, mais on peut se demander quelles sont les tactiques d’appropriation. Dominique de Courcelles, étudiant le cas de la Catalogne des XVe-XVIe siècles, examine le rapport des femmes catalanes aux livres comme facteur essentiel de leur affirmation dans une société dominée par les hommes, et l’apparition d’un espace féminin des livres et de la lecture avant la disparition de la langue catalane comme langue littéraire.

7Est-ce que les dédicaces aux femmes prouvent véritablement une attention spéciale portée aux lectrices, à la représentation de telle ou telle réalité féminine, au « goût féminin », par les auteurs et par le libraire ? Lorsque les femmes écrivent, si elles emploient des modèles, des codes, ne créent-elles pas leurs lieux propres ? Comment un libraire a-t-il été amené à publier les œuvres de plusieurs dames de son temps et à accepter une collaboratrice ? Comment expliquer ensuite ses réticences à l’égard des femmes de lettres ? A ces questions et à quelques autres, Jean Balsamo, dans son analyse des publications du libraire parisien Abel L’Angelier, apporte d’importants éclaircissements.

8Deux études privilégient les femmes libraires du Paris de la Renaissance. Que signifie l’émergence de personnalités exceptionnelles ? est-elle propre aux métiers du livre ? s’interroge Annie Charon, qui examine la place des femmes dans l’activité marchande du XVIe siècle. Michel Simonin retrace l’évolution d’une famille, la succession de trois générations de femmes libraires dans le milieu des marchands du Palais et de la rue Saint-Jacques, de 1571 à 1645. Le rôle des veuves dans les métiers du livre est donc parfaitement mis en lumière et appelle la comparaison avec d’autres lieux.

9Ainsi ont été soulevés différents types de problèmes, qui doivent donner lieu dans les trois prochaines années à de successifs approfondissements.

10Je remercie particulièrement Carmen Val Julian (École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud) qui a apporté toute sa compétence à la préparation scientifique de la journée.

11Ce volume est le quatrième de la collection des Études et rencontres. Je remercie Yves-Marie Bercé, directeur de l’École nationale des chartes, d’avoir bien voulu l’accueillir dans ce cadre, et Marc Smith, professeur à l’École, d’en avoir assuré l’édition.

© Publications de l’École nationale des chartes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search