Version classiqueVersion mobile

Parcourir le monde

 | 
Dominique de Courcelles

Sixième partie. Matérielle et immatérielle cartographie

Le département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France et le programme MeDIan : cartographie de l’océan Indien

Jean-Yves Sarazin et Emmanuelle Vagnon

Texte intégral

1La Bibliothèque nationale de France propose au public, à l’automne 2012, une grande exposition cartographique qui résulte de la collaboration entre deux programmes de recherches triennaux : l’un, mené au département des Cartes et Plans, concerne la cartographie nautique du XIIIe au XVIIIe siècle ; l’autre, organisé dans le cadre de l’Agence nationale de la Recherche par plusieurs partenaires universitaires, s’intéresse aux représentations de l’océan Indien de l’Antiquité au début de l’époque moderne. Dans ce texte à quatre mains, les auteurs analysent comment se mettent en place des partenariats scientifiques entre la Bibliothèque nationale de France – dont les trois missions principales sont la collecte, la conservation et la communication du patrimoine national –, et des doctorants ou post-doctorants rattachés à une université française ou à un laboratoire du CNRS. Ils décrivent l’exemplarité de l’association, les enjeux et les résultats attendus par les différents partenaires : promouvoir la recherche scientifique à la BNF et renouveler les approches historiographiques par l’étude des documents patrimoniaux.

I. — LA PLACE DE LA RECHERCHE AU DÉPARTEMENT DES CARTES ET PLANS

  • 1 Les chiffres sont extraits des rapports annuels 2011 des trois départements : Cartes et Plans ; Es (...)

2Au sein de la Bibliothèque nationale de France existe un département de collections dont la vocation est de rassembler les cartes, les plans, les globes et tout autre objet géographique, français ou étranger. Le département des Cartes et Plans, cinquième par ordre chronologique de création (1828), occupe aux côtés des quatorze autres départements de collections de la BNF une place relativement modeste. Trente-cinq titulaires de la fonction publique d’État y assument toutes les missions classiques d’une bibliothèque nationale, mais parmi eux, on dénombre six conservateurs dont le directeur. Ce nombre paraît faible lorsqu’il est rapporté aux effectifs des « grands » départements : seize conservateurs d’État au département des Estampes et de la photographie ; vingt-six au département des Manuscrits1. Certes, le département conserve l’une des plus importantes collections cartographiques au monde et il occupe sur le plan national une position de tête de réseau des collections cartographiques, mais ce nombre réduit de personnels scientifiques limite son action et sa zone d’influence. Les directeurs successifs ont, comme aujourd’hui, été confrontés à cette problématique : comment accomplir les missions fondamentales de la BNF et réserver un quota d’heures pour mettre en place et réaliser des travaux scientifiques de niveau national, voire international ?

  • 2 Le Livre blanc des musées de France, rapport par l’association générale des conservateurs des coll (...)
  • 3 Existent néanmoins des programmes scientifiques subventionnés par la BNF et entièrement pris en ch (...)

3Après avoir dénombré les membres scientifiques de son département, le directeur se rappelle qu’un conservateur est un agent de l’État dont la mission de service public consiste à préserver, enrichir, étudier, valoriser, transmettre le patrimoine dont il a la charge. Il est avant tout cela un cadre, un responsable d’équipe et de projets, qui a diverses responsabilités par rapport au personnel placé sous son autorité et vis-à-vis des objectifs de l’établissement. Au quotidien, le conservateur mobilise de multiples compétences : « guidé par un esprit de service public, il doit être doté d’un haut niveau de connaissances scientifiques »2 et de pratiques managériales. Ce qui suppose de maîtriser les techniques de conservation, de valorisation (expositions, blogs, lettre d’information, journées d’études), de communication, et de maîtriser l’environnement administratif, financier et juridique pour construire des partenariats (prestataires, vendeurs). Le constat est promptement établi qu’avec un effectif de cinq conservateurs et un rôle éminent d’experts à tenir au sommet des cartothèques françaises, il est préférable de développer des partenariats liant le département au monde scientifique, plutôt que de bâtir en solitaire des programmes de recherches3.

4À cela s’ajoute le fait que l’histoire de la cartographie n’est pas une discipline universitaire. En France, où l’on dénombre une vingtaine d’excellents scientifiques dans ce domaine tant dans les universités qu’au CNRS, le département des Cartes et Plans tente de jouer un rôle fédérateur des initiatives en histoire de la cartographie. Il accueille ainsi avec beaucoup de bienveillance tous les chercheurs qui sont amenés à exploiter ses ressources. Depuis des décennies, peut-être même depuis sa création par Edme-François Jomard en 1828, les conservateurs nouent des échanges toujours plus étroits avec les spécialistes de la cartographie qui ont aussi besoin de comprendre la nature de nos collections, leur provenance, leur complémentarité, de suivre l’évolution des recherches à l’étranger ou encore de tester leurs problématiques, leurs intuitions par des discussions informelles. Ce processus débouche quelquefois sur un type de collaborations scientifiques très formalisé, que le département soit à l’initiative d’un programme de recherches et s’adjoigne les compétences d’un scientifique externe, ou qu’il réponde à l’annonce d’un projet de recherches extérieur à la BNF.

  • 4 La première partie du catalogue des cartes sur parchemin consacrée aux 463 cartes nautiques conser (...)
  • 5 Ancienne directrice de la bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle.
  • 6 Ancien élève de l’École normale supérieure et pensionnaire au département des Cartes et Plans de 1 (...)
  • 7 Paris, BNF, 2002, 430 pages, réédition en 2006. Marine Sibille, bibliothécaire, prit en charge la (...)
  • 8 Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’histoire, chargée de recherches documentai (...)
  • 9 Ancienne élève de l’École normale supérieure et agrégée d’histoire, enseigne actuellement l’histoi (...)
  • 10 Chercheuse associée entre 2008 et 2010 sous la responsabilité de C. Hofmann, L. Haguet a soutenu s (...)
  • 11 Chercheuse associée puis invitée entre 2003 et 2005 sous la responsabilité d’Olivier Loiseaux, M. (...)
  • 12 Chercheuse invitée puis associée entre 2008 et 2010, bénéficiant de la bourse Pasteur Vallery-Rado (...)
  • 13 Actuellement A.T.E.R. à l’Université Lumière Lyon 2.

5Nés d’échanges passionnés dans la salle de lecture, poursuivis en « back office », les projets de recherches ont souvent abouti à des publications majeures et définitives. Le passé est riche d’exemples d’association fructueuse : Myriem Foncin, directrice de 1942 à 1964, conçut avec Monique de La Roncière (bibliothécaire) et Marcel Destombes (chercheur), le Catalogue des cartes nautiques sur vélin conservées au département des Cartes et plans4 ; Edmond Pognon, directeur de 1965 à 1976, aida à la parution de la Liste des globes terrestres et célestes anciens conservés dans les collections publiques de France par Gabrielle Duprat5 en 1970 ; Monique Pelletier, directrice de 1977 à 1999, veilla avec bienveillance à l’aboutissement de l’ouvrage de Jean Bouder6, Les Plans de Paris des origines (1493) à la fin du XVIIIe siècle, études, carto-bibliographie et catalogue collectif7. Entre 2000 et 2009, Hélène Richard, directrice du département, a multiplié l’insertion de jeunes doctorants parmi l’équipe scientifique grâce aux deux dispositifs des « chercheurs associés ou chercheurs invités de la BNF » et des « chargés de recherches documentaires de l’École Normale Supérieure ». C’est ainsi qu’Emmanuelle Vagnon8 a étudié un ensemble de cartes régionales du Moyen Âge, notamment les cartes marines conservées au département des Cartes et Plans et au département des Manuscrits de la BNF ; qu’Axelle Chassagnette9 s’est intéressée à la production des éditeurs allemands de cartes au XVIe siècle ; que Lucile Haguet10 s’est penchée sur l’activité du géographe Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville ; que Maya Goubina11 a inventorié les 244 cartes russes du fonds Roland Bonaparte ; tandis qu’Aurélie Champ12 s’est chargée des photographies sur plaque de verre de l’Asie. Enfin, en octobre 2011, bénéficiant de la bourse Louis Roederer, Fabienne Maillard13 a rejoint l’équipe pour travailler durant une année au traitement du fonds photographique de la collection Terre Humaine des éditions Plon.

  • 14 Description du programme 2010-2012 co-piloté par C. Hofmann et L. Haguet : Un Cabinet savant à l’é (...)
  • 15 Description du programme 2010-2012 co-piloté par C. Hofmann et H. Richard : Les Cartes portulans c (...)

6En 2009, le département a convaincu la direction de la BNF de l’opportunité de lancer deux programmes triennaux de recherches, le premier sur le grand géographe français du siècle des Lumières, Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville14, le second sur les cartes portulans (nom donné couramment aux cartes marines anciennes) conservées en France dans les bibliothèques, les archives et les musées15 Dans les deux cas, Catherine Hofmann, conservateur en chef des bibliothèques, chef du service Dépôt légal et fonds patrimoniaux, co-pilote avec une personne extérieure au département les projets ; et grâce à un budget d’emploi, elle effectue des recrutements judicieux permettant de scinder les opérations. Ce système contraignant pour le conservateur qui ne compte plus ses heures produit des résultats qui sont au fondement du rayonnement scientifique du département. Les programmes se terminent en 2012 : celui sur le cartographe d’Anville par la tenue d’un colloque international et une publication des actes ; celui sur les cartes portulans par une journée d’études et par une grande exposition intitulée « L’âge d’or des cartes marines, quand l’Europe découvrait le monde », ainsi que par la mise en ligne dans la bibliothèque numérique Gallica des cartes portulans conservées en France.

  • 16 http://cartogallica.hypotheses.org
  • 17 L’International society for the history of maps (ISHM) a été fondée en juillet 2011.
  • 18 Guillaume Lebailly, François Nawrocki et J.-Y. Sarazin sont les principaux contributeurs. Pour une (...)

7En 2010, Catherine Hofmann, en tant que secrétaire de la commission histoire du Comité français de cartographie, et en s’adossant au département, a innové en ouvrant un blog scientifique sur le site Hypothèses.org. Ce blog16 intitulé Cartes et figures du monde, histoire de la cartographie, cultures et savoirs géographiques permet d’augmenter le rayonnement du département des Cartes et Plans. Une partie du personnel scientifique œuvre à ses côtés et auprès d’universitaires afin d’impulser des axes de recherches au sein de la « commission histoire » du Comité français de cartographie. Cet organisme bénéficie d’une revue trimestrielle Cartes et géomatique. Catherine Hofmann est aussi membre du bureau des directeurs de la grande revue internationale Imago Mundi, et elle fait partie des membres fondateurs d’une nouvelle Société internationale d’histoire de la cartographie17 au sein de laquelle elle doit défendre, face au monde anglo-saxon, le renouveau d’une école française d’historiens de la cartographie. Depuis juin 2010, une autre revue dédiée à la cartographie, Carto le monde en cartes, bimestrielle, construite en partenariat avec la BNF, accueille des articles de différentes natures : billets d’actualités, articles historiques, chroniques18.

  • 19 Les atlas dans les cultures scientifiques et artistiques modernes et contemporaines : représenter, (...)

8En résumé, la collection cartographique nationale de référence est conservée par un département de petite taille qui assume toutes les missions classiques de la BNF, tout en étant conscient de la nécessité de s’ouvrir au monde universitaire et de jouer un rôle fédérateur et stimulant pour la recherche en histoire de la cartographie. À l’avenir, la direction du département entend s’associer à un programme sur l’histoire de la forme « atlas » dans l’Europe savante19, promouvoir un programme de recherche triennal sur l’exceptionnel fonds cartographique du service hydrographique de la Marine (XVIIe-XVIIIe siècle) et reprendre le catalogue collectif des globes terrestres et célestes conservés en France et antérieurs à 1940. À l’image des autres départements de la BNF, il inscrit son activité de recherche sous les deux espèces : concevoir des programmes avec le concours de jeunes chercheurs en thèse de type « chercheurs associés ou invités » ; répondre à des appels à projet de l’Agence nationale de la recherche pour des contributions collectives avec des partenaires externes. MeDIan et le département des Cartes et Plans sont devenus naturellement partenaires dès 2009 au moment de l’instruction du programme de recherches sur les cartes portulans. Il existe une convergence positive des deux programmes de recherches dans la réalisation d’événements scientifiques : colloques, publications et expositions.

II. — UN EXEMPLE DE PARTENARIAT : LE PROGRAMME MEDIAN

9Le programme MeDIan, coordonné par le professeur Didier Marcotte, réunit des chercheurs de divers horizons autour de la question des savoirs et des représentations de l’océan Indien : spécialistes de l’Antiquité, historiens de l’époque médiévale en terre d’islam et dans le monde latin, historiens et archéologues de l’Afrique, de l’Inde et de l’Asie du Sud-est, et enfin historiens de l’aventure portugaise en Asie au XVIe siècle. Ce programme de recherche de trois ans, financé par l’Agence nationale de la Recherche, concerne quatre institutions principales : l’Université de Reims avec l’équipe de Didier Marcotte, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon, le Laboratoire Islam Médiéval (UMR 8167), unité de recherche du CNRS liée en particulier à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et enfin la Bibliothèque nationale de France. Le programme MeDIan envisage l’océan Indien comme objet d’étude et de connaissance dans les sociétés méditerranéennes, de ses premières mentions dans les sources grecques sous le nom de mer Érythrée, jusqu’à la fin du XVIe siècle. Le programme appréhende ainsi dans un même ensemble géographique et culturel – une sorte de creuset commun –, les cultures qui se sont épanouies autour de la Méditerranée et qui ont entretenu entre elles des rapports souvent étroits. L’idée directrice de ce programme est que ces savoirs communs (non pas seulement des « lieux communs » mais des « savoirs partagés ») sur l’océan Indien sont les produits de connaissances sans cesse recopiées, revues et enrichies, qui ont circulé dans les sociétés du monde méditerranéen pré-moderne à travers des langues et des cultures diverses : grecque, latine, syriaque, arabe, persane, italienne, turque ou portugaise, mais aussi sous des formes diverses (descriptions géographiques ou ethnographiques, cartes, itinéraires de marins ou guides de la pratique marchande, récits de voyage).

  • 20 Les perspectives de l’histoire globale se sont développées ces dernières années dans l’historiogra (...)

10Il s’agit ainsi d’éclairer sous un jour nouveau les connaissances synthétisées au moment des explorations portugaises de l’océan Indien au XVIe siècle, en les replaçant dans le contexte plus large des interactions établies de longue date, dès l’Antiquité et au cours du Moyen Âge, entre la Méditerranée et l’océan Indien. En cela, le projet MeDIan est en rapport avec le courant historiographique de l’histoire globale, ou de « l’histoire à parts égales » (selon l’expression de Romain Bertrand) qui remet à sa juste place le rôle des Européens dans des processus mondiaux qui ont commencé bien avant ce qu’on appelle encore les « Grandes Découvertes »20. À partir du constat que la conception de l’océan Indien comme espace géographique cohérent avait de longtemps précédé l’époque des explorations modernes, et s’était nourrie de sources très variées, le projet MeDIan s’est développé autour de plusieurs ambitions : comprendre la constitution et la tradition d’un patrimoine textuel commun, des premiers témoins grecs aux sources portugaises, restituer les acteurs et les outils de ce discours et de ce savoir sur l’océan Indien (géographes, voyageurs, marins, marchands), étudier les représentations de cet espace. La cartographie de l’océan Indien dans les sociétés méditerranéennes constitue un des supports particulièrement importants de ces représentations de l’océan Indien, à la fois comme synthèse scientifique des savoirs et comme instrument de pouvoir. La cartographie de l’océan Indien témoigne ainsi des transformations de l’image ptoléméenne du sud-est de l’œkoumène par l’expérience de l’océan et de ses golfes dans la science arabe, ottomane et portugaise.

  • 21 Informations sur le site http://www.islam-medieval.cnrs.fr/apim.php. La « Lettre d’APIM » peut êtr (...)
  • 22 Le programme dispose d’un carnet de recherche en ligne (ou « blog ») à l’adresse : http://www.medi (...)
  • 23 Par ordre chronologique : « Les ports des mers de l’Arabie et de la Perse » (BNF, octobre 2010) ; (...)

11Ces axes de recherche sont accompagnés de réalisations et de publications. Ce sont tout d’abord des bases de données informatiques, classant les données textuelles et archéologiques des chercheurs : la base APIM – Atlas des Ports et Itinéraires Maritimes de l’Islam Médiéval – hébergée par le laboratoire Islam Médiéval, réunissant les données textuelles et archéologiques ; la base Érythrée et la base APOME hébergées par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon, pour les sources archéologiques et les données textuelles antiques concernant la mer Rouge et l’océan Indien21. D’autre part, des publications scientifiques de sources sont en cours d’édition : anthologie de textes antiques et médiévaux sur l’océan Indien, édition critique du Périple de la mer Érythrée sous la direction de Didier Marcotte. Des rencontres régulières ont été organisées dans les différentes institutions partenaires. Un séminaire hebdomadaire, « Les mondes de l’océan Indien », coordonné par Éric Vallet, Thomas Vernet, Philippe Beaujard, Déjanirah Couto et Emmanuelle Vagnon, a permis depuis 2010 de réunir en un seul lieu les spécialistes de toutes ces périodes et de toutes ces régions, et de croiser leurs perspectives22. Plusieurs colloques et journées d’étude ont jalonné ces trois années23.

  • 24 http://expositions.bnf.fr

12La Bibliothèque nationale de France est partenaire de ce projet à plusieurs titres, et tout d’abord pour la réalisation d’un recueil de cartes anciennes de l’océan Indien, commentées, replaçant les cartes dans leur contexte et étudiant leurs sources et l’évolution de leur contenu. L’ouvrage, si les circonstances éditoriales le permettent, se présentera sous la forme d’un livre classique ; mais une partie de son contenu doit être d’ores-et-déjà présenté dans l’espace « expositions virtuelles » et « ressources pédagogiques » du site internet de la Bibliothèque nationale de France24.

  • 25 Philippe Beaujard, « Un seul système-monde avant le XVIe siècle ? L’océan Indien au cœur de l’inté (...)

13Le titre du livre en préparation, La Fabrique de l’océan Indien, reflète une des problématiques importantes du programme MeDIan, celle d’une mise en place progressive – et peu à peu consensuelle et unifiée à l’époque moderne –, d’une certaine conception de l’océan Indien en tant qu’entité géographique cohérente. En effet, la conception même d’un océan Indien unifié implique de considérer cet espace immense non pas seulement en termes de rivages discontinus – rivages de l’Afrique, de l’Arabie, de l’Inde, de l’Insulinde –, mais aussi et surtout en tant qu’océan commun, partagé par les activités de commerce et de navigation, lieu de confrontations mais avant tout d’échanges entre des peuples et des cultures fort différents, et cela depuis la plus haute Antiquité. On note par exemple la trace de navigations très anciennes entre les îles de l’Asie du Sud-est (ou Austronésie) et Madagascar ; le régime saisonnier de la mousson, bien connu des navigateurs arabes et indiens au Moyen Age, contraignait les navires à des traversées triangulaires qui mettaient en contact la côte occidentale de l’Inde, l’Arabie et la corne de l’Afrique25.

14Dès lors, cette prise de conscience de l’existence d’un océan Indien commun à ses différents rivages a pu se faire à plusieurs niveaux et selon des modalités très variées en fonction des temps historiques. L’histoire de la cartographie, discipline éminemment culturelle, reflète ces représentations mentales et ces conceptions de l’espace. Chaque culture à sa manière propre de représenter l’espace, et l’on sait bien qu’une carte géographique n’est jamais une copie neutre de la réalité d’un territoire. Aussi le développement parallèle de la cartographie de l’océan Indien, en particulier en Méditerranée chrétienne et dans le monde de l’Islam, reflète-t-il particulièrement les savoirs, les pratiques et les intérêts commerciaux et politiques des peuples qui ont cherché à connaître et représenter l’océan Indien de l’Antiquité au XVIe siècle. C’est pourquoi nous avons fait le choix, pour le livre La Fabrique de l’océan Indien, d’un plan thématique qui permet de s’affranchir des découpages chronologiques et géographiques. L’idée centrale de l’ouvrage est la question des transferts de savoirs dans la cartographie de l’océan Indien, à différentes échelles, et dans une perspective comparatiste, essentiellement entre Occident latin et monde de l’Islam.

  • 26 J. B. Harley et D. Woodward (dir.), The History of cartography, vol. 1: Cartography in Prehistoric (...)

15Il s’agit d’abord, à l’échelle du monde entier, d’observer la place qu’occupe l’océan Indien dans les mappemondes. Cela consiste non seulement à rapprocher des formes, mais aussi à comprendre les sources, les enjeux intellectuels et culturels des différentes représentations, qu’elles soient géométriques ou non, qu’elles utilisent ou non des concepts scientifiques et astronomiques. Le lien avec la Géographie de Ptolémée, utilisée de manière différente dans le monde arabe et dans l’Occident latin, peut servir de fil directeur à cette réflexion26.

  • 27 Pour des exemples d’études toponymiques de cartes et de textes géographiques concernant l’océan In (...)
  • 28 George Cary, The medieval Alexander, Cambridge, Cambridge University Press, 1956 ; Danielle Lecoq, (...)

16Ensuite, à l’échelle régionale, la deuxième partie du livre devrait aborder l’évolution de la connaissance de régions spécifiques bordant l’océan Indien : d’abord autour de la péninsule arabique, un espace maritime connu depuis l’Antiquité et familier aux navigateurs arabes et persans ; ensuite, la côte occidentale de l’Inde ; puis la côte orientale de l’Afrique, très peu explorée par les marins avant le XVIe siècle dans sa partie méridionale ; enfin l’Asie du Sud-est et l’Indonésie. C’est là que les cartes marines trouvent toute leur place. Le détail de leur toponymie doit être comparé aux sources antiques et médiévales concernant l’océan Indien27. Une troisième partie serait consacrée au contenu iconographique de ces cartes anciennes très riches en détails sur la navigation, les peuples, les productions et le commerce, et le bestiaire exotique ou merveilleux. Là encore, il s’agit de souligner les convergences entre les cultures et le voyage des images entre Orient et Occident, autour de thèmes littéraires communs, comme par exemple le mythe des races monstrueuses peuplant les extrémités du monde, ou encore l’histoire d’Alexandre le Grand, adaptée dans la littérature romane comme dans la littérature islamique28.

III. — L’EXPOSITION « L’ÂGE D’OR DES CARTES MARINES, QUAND L’EUROPE DÉCOUVRAIT LE MONDE »

  • 29 Commissaires : Jean-Yves Sarazin, Catherine Hofmann, Emmanuelle Vagnon et Hélène Richard ; chargée (...)

17Le projet cartographique du programme MeDIan s’est harmonieusement intégré aux résultats du programme de recherches triennal portant sur l’analyse des cartes portulans conservées sur tout le territoire français, afin de réaliser une grande exposition de cartes anciennes. De fait, les deux projets ne coïncident pas exactement : alors que MeDIan s’intéresse à tous types de représentations cartographiques de l’océan Indien, de l’Antiquité au XVIe siècle, et dans toutes les sociétés méditerranéennes, le programme « portulans » s’intéresse à un genre particulier de cartographie marine européenne, utilisé du XIIIe au XVIIIe siècle. L’articulation des deux programmes donne sa richesse et sa profondeur à l’exposition intitulée « L’âge d’or des cartes marines, quand l’Europe découvrait le monde » qui se tiendra du 23 octobre 2012 au 27 janvier 2013 à la BNF sur le site François-Mitterrand29.

18Cette exposition est d’abord destinée à mettre en valeur l’exceptionnelle collection de cartes portulans qui figurent parmi les trésors de la Bibliothèque nationale de France. Il s’agit des cartes marines enluminées sur parchemin, souvent rehaussées d’or, que l’on appelle couramment « cartes portulans » ou « portulans », par rapprochement avec l’italien « portolano » (qui désigne non pas une carte, mais un livre d’instructions nautiques). Ces cartes donnent la succession des ports et des havres le long des côtes, tandis que l’espace maritime compris entre celles-ci est sillonné par des lignes géographiques (lignes de rhumb) qui correspondent aux directions de la boussole. Ce système graphique permettait aux marins de s’orienter et de faire le point, en reportant sur la carte la distance qu’ils estimaient avoir parcourue. La plus ancienne carte portulan occidentale connue daterait de la fin du XIIIe siècle : c’est la fameuse « carte pisane » qui est conservée au département des Cartes et Plans de la Bibliothèque nationale de France. De ces premières cartes nautiques, seuls de rares vestiges ont survécu aux outrages du temps.

  • 30 L’expression est impropre et datée, pour une mise au point voir la synthèse de la revue L’Histoire (...)

19Sous un angle inédit, l’exposition interroge la manière dont les Européens ont entrepris d’explorer et de se partager le monde, et de quelle façon les portulans donnent une représentation des territoires et de leurs peuples entre le XIVe et le XVIIIe siècle. En effet, ces documents à la portée scientifique mais aussi politique, renvoient spontanément au souvenir des navigations européennes que l’on appelle traditionnellement les « Grandes Découvertes »30, à partir de la fin du XVe siècle. Mais il convient de les remettre à leur juste place dans l’histoire de la cartographie. En effet, les cartes marines occidentales ne donnent pas une image objective de la réalité géographique du monde exploré, mais sont le reflet d’une certaine image européocentrée du monde et représentent les ambitions territoriales et politiques des grandes puissances maritimes européennes du XIIIe au XVIIIe siècle.

20C’est pourquoi, dès le XIVe siècle, les cartes portulans ont joué un rôle fondamental dans la maîtrise des espaces maritimes de la Méditerranée comme dans la diffusion de la représentation de territoires nouvellement découverts. Innovation technique, en même temps qu’objet de science et de quête d’un ailleurs, réel ou fantasmé, les « cartes portulans » s’imposent aussi au regard contemporain comme de véritables œuvres d’art dont le caractère spectaculaire tient autant à leur taille, souvent imposante, qu’à leur polychromie et à leur univers exotique. L’exposition, à la fois savante et didactique, présente quatre-vingt des plus belles cartes portulans des collections nationales associées à une centaine de pièces insignes – cartes, globes, instruments astronomiques, objets d’art et d’ethnographie, animaux naturalisés, dessins, estampes et manuscrits, issus des collections de la BNF ou prêtés par des établissements prestigieux comme le musée du Quai Branly, le musée des arts asiatiques Guimet, le service historique de la Défense, la British Library, la bibliothèque Laurenziana de Florence, le Louvre, le Musée des Arts et métiers, le Mobilier national, le musée de la Marine, le musée du Nouveau Monde de La Rochelle ou encore le château-musée de Dieppe.

  • 31 Dans l’ordre chronologique : l’atlas catalan, 1375 ; le planisphère du Génois Nicolay de Caverio, (...)

21L’exposition aborde tour à tour plusieurs phénomènes : les conditions de circulation en mer et le rôle des cartes ; les découvertes de l’Afrique, de l’océan Indien, des Amériques et du Pacifique ; l’hégémonie politique, culturelle et économique des Européens et les rivalités entre les grandes puissances maritimes ; la création et la diffusion d’une iconographie des Nouveaux Mondes avec leurs peuples, leur faune, leur flore, leurs mœurs et leurs paysages. En effet, à partir des récits des premiers découvreurs, les artistes ont mis au point une iconographie extrêmement codifiée des peuples, des plantes et des animaux. Ils ont créé des modèles récurrents que l’on retrouve dans tous les arts décoratifs de l’Ancien Régime : hommes nus, cannibales ou paisibles, esclaves ou libres ; potentats ou souverains glorieux ; scènes de chasse, bêtes sauvages et chimères, végétation luxuriante, etc. La première partie de l’exposition traite de la matière même : l’apparition des cartes portulans, leurs techniques de fabrication, leurs usages et leurs utilisateurs. La deuxième analyse le sens politique des cartes, la manifestation de la domination et de la concurrence des grandes puissances européennes. Après une troisième partie consacrée à l’océan Indien, la quatrième aborde la polysémie des cartes portulans par la mise en valeur de cinq trésors cartographiques rarement présentés au public31.

  • 32 Pour une analyse approfondie du commerce dans l’océan Indien au Moyen Âge, Éric Vallet, L’Arabie m (...)
  • 33 Par exemple dans la grande mappemonde de Fra Mauro de 1459, conservée à la Bibliotheca Marciana de (...)
  • 34 Un clin d’œil aux cartographies asiatiques est introduit dans l’exposition et son catalogue sous l (...)

22C’est naturellement dans la troisième partie, consacrée à l’océan Indien, que les axes de recherche du programme MeDIan sont le mieux mis en évidence. Ce secteur de l’exposition, plus que les autres, montre combien la cartographie marine occidentale fut tributaire d’autres types de cartes et d’autres sources d’information géographiques que les « découvertes » portugaises. En effet, ce n’est pas dans un monde nouveau, mais dans un espace de très ancienne civilisation que firent irruption les Portugais à partir de 1488 (contournement de l’Afrique par Bartolomeo Diaz) et 1498 (explorations de Vasco de Gama). Il s’agissait alors d’atteindre par de nouvelles routes les îles aux épices de l’Extrême-Orient et d’infiltrer, voire de supplanter, le très riche marché contrôlé par les navigateurs arabes, persans, indiens et indonésiens32. Les cartes portulans qui représentent l’océan Indien sont tributaires de cartographies plus anciennes de cet espace : la Géographie de Ptolémée ou encore la cartographie arabe. Les synthèses élaborées au XVe siècle33 entre savoir antique, cartographie arabe et rapports de voyageurs furent ensuite complétées par les relevés des navigateurs au XVIe siècle. C’est cette polysémie des sources des cartes portulans que l’exposition veut mettre en valeur, tout en laissant ouverte la question des cartographies asiatiques (notamment chinoises) de l’océan Indien, dont les rapports avec la cartographie occidentale ne sont pas pleinement élucidés34.

23L’océan Indien est également présent dans la deuxième partie consacrée au partage du monde entre les puissances européennes, ou encore dans la quatrième partie, à travers les documents phares qui représentent l’ensemble du monde connu : l’atlas Catalan traditionnellement daté de 1375, qui s’inspire de la cartographie arabe ; le planisphère de Nicolay de Caverio de 1505 ; les planches de l’atlas Miller de 1519. La riche iconographie de l’Orient se déploie sur les cartes elles-mêmes, mais aussi dans des manuscrits que l’exposition rapproche des documents cartographiques, par exemple le célèbre Livre des Merveilles contenant le récit de Marco Polo, qui inspira aussi bien l’atlas Catalan que la mappemonde de Fra Mauro.

24L’exemple réussi de l’association entre la BNF et le programme de recherche MeDIan montre la complémentarité des approches et permet une meilleure visibilité du travail des conservateurs des bibliothèques et des historiens auprès d’un public plus large que celui des experts et des connaisseurs. L’effort de diffusion du savoir se traduit d’abord dans la forme même de l’exposition, où une attention particulière a été prêtée à la pédagogie. Un espace a été prévu pour la démonstration de l’utilisation des instruments de navigation, de même que seront proposés des parcours scolaires avec des visites guidées spécifiques. Sur le site internet de la BNF, une exposition virtuelle détaillée est mise en place avec un chapitre consacré à l’océan Indien et une mosaïque permettant l’accès direct aux documents cartographiques sur la bibliothèque numérique Gallica. Le catalogue de l’exposition s’adresse également à un large public, avec un appareil d’illustrations soignées et des textes issus de la collaboration de chercheurs de plusieurs pays européens. On peut espérer qu’à l’issue de cette exposition, les préjugés sur les « Grandes Découvertes » auront évolué et que l’histoire de l’océan Indien sera remise à sa juste place ; les documents cartographiques du patrimoine national, durablement mis en valeur et expliqués, seront mieux connus et universellement admirés.

Notes

1 Les chiffres sont extraits des rapports annuels 2011 des trois départements : Cartes et Plans ; Estampes et Photographie ; Manuscrits

2 Le Livre blanc des musées de France, rapport par l’association générale des conservateurs des collections publiques de France rédigé par Christophe Vital rendu public le 4 février 2011 au Palais d’Iéna, p. 18-19.

3 Existent néanmoins des programmes scientifiques subventionnés par la BNF et entièrement pris en charge par les conservateurs du département : Mireille Pastoureau puis Catherine Hofmann sur les Atlas français ; Monique Pelletier puis Jean-Yves Sarazin sur les Cartographes français ; Olivier Loiseaux sur les fonds de la Société de géographie. On pourrait a contrario citer les nombreuses expositions et leurs catalogues qui ont fait largement appel à des contributions scientifiques extérieures au département : Couleurs de la terre sous la direction de M. Pelletier en 1998, La mer, terreur et fascination sous la direction d’Hélène Richard en 2005, etc.

4 La première partie du catalogue des cartes sur parchemin consacrée aux 463 cartes nautiques conservées au département est parue en 1964. Il est l’aboutissement d’un travail commencé en 1933 par Georges Dheulin, souvent interrompu, repris entre 1946 et 1947 par Marcel Destombes. Voir l’historique dans l’introduction générale par M. Foncin, Paris, BNF, 1964, p. XII-XV. La seconde partie est le Catalogue des cartes géographiques sur parchemin conservées au département des Cartes et plans, parue en 1974 grâce au concours de Roger Hervé, d’E. Pognon et d’Henri Hugonnard-Roche, mais il n’est pas le fruit d’une association conservateurs/chercheurs.

5 Ancienne directrice de la bibliothèque du Muséum national d’Histoire naturelle.

6 Ancien élève de l’École normale supérieure et pensionnaire au département des Cartes et Plans de 1982 à 1984, il est directeur d’études à l’antenne de Marseille de l’EHESS.

7 Paris, BNF, 2002, 430 pages, réédition en 2006. Marine Sibille, bibliothécaire, prit en charge la couverture photographique et J.-Y. Sarazin, conservateur, assura un travail complémentaire sur le XVIIIe siècle et rédigea ou supervisa les six index.

8 Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’histoire, chargée de recherches documentaires dans les départements des Cartes et Plans et des Manuscrits de 2000 et 2004, a soutenu, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sa thèse de doctorat intitulée Cartographie et représentations occidentales de l’Orient méditerranéen (du milieu du XIIIe à la fin du XVe siècle).

9 Ancienne élève de l’École normale supérieure et agrégée d’histoire, enseigne actuellement l’histoire-géographie au lycée Jean-Monnet de Strasbourg (notamment en section Abibac). Elle a été de septembre 2003 à août 2007 chargée de recherches documentaires (CRD) au département des Cartes et Plans où elle a travaillé à l’inventaire, au catalogage et à la mise en valeur des cartes et livres scientifiques allemands imprimés au XVIe siècle, ainsi qu’à l’Université de Tours, où elle a assuré un enseignement en histoire moderne.

10 Chercheuse associée entre 2008 et 2010 sous la responsabilité de C. Hofmann, L. Haguet a soutenu son doctorat en histoire à l’Université Paris 4 Sorbonne. Elle est maintenant conservateur des bibliothèques.

11 Chercheuse associée puis invitée entre 2003 et 2005 sous la responsabilité d’Olivier Loiseaux, M. Goubina a fait l’inventaire des cartes anciennes en russe de la collection du prince Roland Bonaparte et a soutenu sa thèse en cotutelle, Université Paris 4 – Université d’État Lomonossov à Moscou.

12 Chercheuse invitée puis associée entre 2008 et 2010, bénéficiant de la bourse Pasteur Vallery-Radot sous la responsabilité d’Olivier Loiseaux, A. Champ soutiendra sa thèse sur « L’Asie orientale dans le fonds photographiques de la Société de géographie (1860-1930). Recherches sur une iconographie et ses usages documentaires et culturels » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en décembre 2012.

13 Actuellement A.T.E.R. à l’Université Lumière Lyon 2.

14 Description du programme 2010-2012 co-piloté par C. Hofmann et L. Haguet : Un Cabinet savant à l’époque des Lumières, cartes, archives et manuscrits du géographe du roi Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782). L’objectif est de rassembler, d’organiser et de décrire les cartes et les archives du géographe Jean-Baptiste d’Anville (1697-1782), pour mettre en lumière la « méthode d’Anville », ainsi que les réseaux sur lesquels il s’est appuyé (protecteurs, scientifiques). Présenté sur les pages http://cartogallica.hypotheses.org/255. Carnet de recherche en ligne dédié à J.-B. d’Anville : http://danville.hypotheses.org

15 Description du programme 2010-2012 co-piloté par C. Hofmann et H. Richard : Les Cartes portulans conservées en France. L’objectif est d’identifier et de décrire les cartes et les atlas portulans produits du XIIIe au XVIIIe siècle, conservés dans les collections publiques françaises (archives, bibliothèques et musées), puis de mettre en ligne l’ensemble de ces cartes sur un portail dédié. Présenté sur les pages http://cartogallica.hypotheses.org/190

16 http://cartogallica.hypotheses.org

17 L’International society for the history of maps (ISHM) a été fondée en juillet 2011.

18 Guillaume Lebailly, François Nawrocki et J.-Y. Sarazin sont les principaux contributeurs. Pour une recension complète des articles, voir http://www.carto-presse.com

19 Les atlas dans les cultures scientifiques et artistiques modernes et contemporaines : représenter, organiser, conserver les connaissances et les objets, projet mis en place par l’umr Géographie-cités dirigé par Jean-Marc Besse et l’École française de Rome avec la participation de la BNF.

20 Les perspectives de l’histoire globale se sont développées ces dernières années dans l’historiographie française, par exemple Denys Lombard, Le Carrefour javanais. Essai d’histoire globale, Paris, EHESS, 1990 ; Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Seuil, 2011 ; Patrick Boucheron (dir.), Histoire du monde au XVe siècle (coordonné par Yann Potin, Pierre Monnet et Julien Loiseau), Paris, Fayard, 2009 ; Serge Gruzinski, Les Quatre Parties du monde. Histoire de la mondialisation, Paris, éditions de La Martinière, 2004 ; Sanjay Subrahmanyam, Vasco de Gama. Légende et tribulations du vice-roi des Indes, traduit de l’anglais par Myriam Dennehy, Paris, 2012 (traduction de The Career and Legend of Vasco Da Gama, Cambridge University Press, 1997).

21 Informations sur le site http://www.islam-medieval.cnrs.fr/apim.php. La « Lettre d’APIM » peut être téléchargée en format pdf à l’adresse suivante : http://median.hypotheses.org/files/2010/10/apim_lettre.pdf

22 Le programme dispose d’un carnet de recherche en ligne (ou « blog ») à l’adresse : http://www.median.hypotheses.org

23 Par ordre chronologique : « Les ports des mers de l’Arabie et de la Perse » (BNF, octobre 2010) ; « Autour du Périple de la mer Érythrée » (Lyon, décembre 2010) ; « The ports of the Indian Ocean » (Inde, Kolkata, février 2011) ; « Transferts de savoirs dans les cartographies de l’océan Indien » (BNF, octobre 2011) ; colloque « Autour de l’exposition : L’âge d’or des cartes marines » (BNF, 3 décembre 2012). Les programmes et les résumés des communications sont présentés sur le carnet de recherche en ligne (note précédente).

24 http://expositions.bnf.fr

25 Philippe Beaujard, « Un seul système-monde avant le XVIe siècle ? L’océan Indien au cœur de l’intégration de l’hémisphère afro-eurasien », dans Histoire globale, mondialisations et capitalisme, P. Beaujard, L. Berger et P. Norel (éds.), Paris, Éditions La Découverte, 2009 ; Éric Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasûlides du Yemen (626-858/1229-1454), Paris, 2010, Publications de la Sorbonne (Bibliothèque historique des pays d’Islam, I).

26 J. B. Harley et D. Woodward (dir.), The History of cartography, vol. 1: Cartography in Prehistoric, Ancient and Medieval Europe and the Mediterranean, Chicago-Londres, 1987; vol. 2, 1: Cartography in the traditional islamic and South Asian societies, Chicago-Londres, 1994. Sur la réception de Ptolémée dans le monde latin au Moyen Âge, Patrick Gautier Dalché, La Géographie de Ptolémée en Occident (IVe-XVIe siècle), Turnhout, Brepols, 2009 (Terrarum Orbis, 9).

27 Pour des exemples d’études toponymiques de cartes et de textes géographiques concernant l’océan Indien, Atlas historique du golfe Persique (XVIe-XVIIIe siècle), édité par D. Couto, J.-L. Bacqué-Grammont, M. Taleghani, coordonné par Z. Biedermann, Turnhout, Brepols, 2006 (Terrarum Orbis, 6) ; Jean Charles Ducène, L’Afrique dans le Uns al-muhağ wa-rawd al-furağ d’Al-Idrisi, Louvain, Peeters, 2010 ; Patrick Gautier Dalché, Du Yorkshire à l’Inde : une « géographie » urbaine et maritime de la fin du XIIe siècle (Roger de Howden ?), Genève, Droz, 2005.

28 George Cary, The medieval Alexander, Cambridge, Cambridge University Press, 1956 ; Danielle Lecoq, « L’image d’Alexandre à travers les mappemondes médiévales (XIIe-XIIIe s.) », dans Geographia Antiqua, II, 1993, p. 63-111; Faustina Doufikar-Aerts, Alexander Magnus Arabicus: a survey of the Alexander tradition through seven centuries: from Pseudo-Callisthenes to Zuhri, Louvain-Paris, éd. Peeters, 2010 (Mediaevalia Groningana ; New series 13).

29 Commissaires : Jean-Yves Sarazin, Catherine Hofmann, Emmanuelle Vagnon et Hélène Richard ; chargée d’exposition : Anne Manouvrier. Une exposition dévolue à la Grande galerie du site François-Mitterrand représente un enjeu important pour l’établissement. Inscrite au planning trois ans avant son inauguration, elle est conçue très en amont afin d’en assurer le succès. Une dizaine d’opérations parallèles se développent tout au long de sa conception : cahier des charges, sélection des pièces, affirmation d’un discours et d’un titre porteur, scénographie, communication et promotion, exposition virtuelle, offre pédagogique, manifestations complémentaires comme des lectures de texte, des interviews, des reportages et des journées d’étude. Dans le cas de l’exposition « L’âge d’or des cartes marines, quand l’Europe découvrait le monde », deux journées d’étude sont prévues les 3 et 4 décembre 2012.

30 L’expression est impropre et datée, pour une mise au point voir la synthèse de la revue L’Histoire, spécial « Les Grandes Découvertes », n° 355, année 2010 ; Sanjay Subrahmanyam et Claude Markovits, « Navigation, exploration, colonisation. Pour en finir avec les Grandes Découvertes », dans Histoire du monde au XV siècle, sous la direction de Patrick Boucheron, Paris, Fayard, 2009, p. 603-616.

31 Dans l’ordre chronologique : l’atlas catalan, 1375 ; le planisphère du Génois Nicolay de Caverio, vers 1505 ; l’Atlas portugais dit « Atlas Miller », 1519 ; la Cosmographie universelle du Havrais Guillaume Le Testu, 1556 ; la carte du Pacifique du Hollandais Hessel Guerritsz., 1622.

32 Pour une analyse approfondie du commerce dans l’océan Indien au Moyen Âge, Éric Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasûlides du Yemen (626-858/1229-1454), Paris, 2010, Publications de la Sorbonne (Bibliothèque historique des pays d’Islam, I).

33 Par exemple dans la grande mappemonde de Fra Mauro de 1459, conservée à la Bibliotheca Marciana de Venise.

34 Un clin d’œil aux cartographies asiatiques est introduit dans l’exposition et son catalogue sous la forme de deux documents des fonds orientaux du département des Manuscrits évoquant les navigations de l’amiral Zheng He au XVIe siècle. Pour une vue d’ensemble, « De l’expansion au recentrement. La Chine et son monde », dans Histoire du monde au XVe siècle, sous la direction de Patrick Boucheron, Paris, Fayard, p. 619-635 ; voir aussi Philippe Forêt et Andreas Kaplony, The journey of maps and images on the silk road, Leyde, Brill, 2008.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search