Version classiqueVersion mobile

Parcourir le monde

 | 
Dominique de Courcelles

Quatrième partie. L'impulsion cartographique

Géographies orientales : en dérive du Voyage des princes fortunés de Béroalde de Verville

Tom Conley

Texte intégral

1Au septième dessein du Voyage des princes fortunés (1610), avatar du roman courtois, de l’Amadis de Gaule et ça et là, tributaire du Lignon de l’Astrée, la belle et brave Etherine rencontre un des braves et beaux voyageurs qui, comme elle, est à la recherche d’un amour fidèle et glorieux. Émue en sa présence, elle déclare au prince fortuné que, pour mériter son affection, il aurait à faire preuve de sa vertu. Lui, véritable « fils de France » qui se plie devant sa parole, lui répond que pour l’honorer il irait jusqu’au bout du monde. Reprenant un air hautain, sur un ton grave et solennel elle propose qu’il fasse un long voyage à la fin duquel, après bien des péripéties ils se rencontreraient et se réjouiraient ensemble. Pour la visée de la lecture qui suit, la parole d’Etherine exige une ample citation. Elle annonce au prince :

  • 1 Béroalde de Verville, L’Histoire véritable ou le voyage des princes fortunés (Albi : Éditions Pass (...)

Puisque votre serment est en ma main, que je vous ai déclaré mon courage, vous êtes obligé à ce que je désire. Vous partirez de cette cour comme pour aller visiter d’autres royaumes et accomplir vos voyages, et irez vous préparer aux bords de la mer Arabique. Je vous fournirai de toutes commodités, d’autant que loin de votre pays vous ne pourrez si promptement en avoir et mon affaire tarderait. Vous pouvez savoir que le roi mon seigneur a là sur le golfe de la mer Rouge de grandes seigneuries, et sur cette côte heureuse une belle longueur du pays ; et d’autant que dans peu de jours il veut vous envoyer en Ofir [autre pays imaginaire], il ira là faire dresser l’équipage, et j’irai avec lui. Un peu après que la flotte aura levé l’ancre, selon sa coutume, joint qu’il y a à faire, il ira en l’île des Écrevisses, qui se pétrifient quand elles perdent. Cependant qu’il s’y délectera je passerai en l’île des Perles, où j’ai un beau château, et tendant en votre vaisseau léger, et ainsi que je passerai, vous attaquerez ma nef qui sera fort dégarnie et vous saisirez de moi, et ferez mettre tous mes gens à terre et m’emmènerez avec mon vaisseau ; cela fait, vous tirerez au détroit où sera votre équipage, où nous entrerons et laisserons les deux vaisseaux à l’ancre, en amusement à ceux qui voudraient venir après nous, et en diligence nous suivrons la route de Glindicée1.

  • 2 A propos du legs de Buondelmonti et de son Libro insularum archipelagi, voir P. D. A. Harvey, « Lo (...)
  • 3 La colonne de manchettes à gauche se termine par M tandis que celle qui est à droite commence par (...)

2C’est une rude épreuve que celle qu’elle lui propose. Le prince va côtoyer le littoral de l’Arabie avant de passer la mer Rouge ; rencontrer le roi d’Ofir qui va s’égarer à file des Écrevisses ; capter Etherine en bataille navale auprès de l’île des Perles en pénétrant sa « nef » ; la faire passer par un détroit et enfin, avec ceux qui seront avec eux, allant à toute allure, faire cap sur « Glindicée » avant la prochaine étape de son aventure. Ayant à vérifier si les lieux-dits qu’évoque la princesse font partie de la géographie du roman, le lecteur est invité à consulter un plan, genre « prière d’insérer », mis en face du premier chapitre (fig. 1). De taille modeste, la carte en gravure sur bois figure un archipel d’îles et de mers environnantes où détroits, écueils, et passages portant des noms évocateurs (anagrammes de termes empruntés à l’alchimie) constituent un grimoire de lieux imaginaires. Le titre même du roman est au bord supérieur, impliquant que le roman et le plan sont identiques. On lit en bas, sous forme emblématique de subscriptio, une légende : « Description du Grant Continant de Moso, terres & isles des Regions d’Enos en l’Ocean Oriental, estant partie en la Zone Torride, & en partie en la Temperee Septentrionale ». Ressemblant aux grandes îles des isolarii de Cristoforo Buondelmonti et de ses héritiers Benedetto Bordone et Tomasso Porcacchi, en dérive, celui du « continent » de Moso, lui aussi, flotte à la mer2. Le pays de Nabadonce [Abondance] en bas, près de l’encoignure sud-ouest du plan, est croisé au milieu par une ligne hachurée qui représente l’Équateur. Aux marges à gauche et à droite se trouvent une liste des lieux-dits signalés par des lettres en majuscules, allant de A (« Festanie ») à Y (« La Forest Vive »)3. Au milieu du continent et près du pli qui divise la carte en deux moitiés quasiment égales s’impriment deux fois, l’une au-dessus de l’autre, les majuscules M (« Separation de Nabadonce & de Glindicee ») auprès des touffes d’arbres signalant la Forêt Vise.

  • 4 Il se peut que la majuscule E, en bas du nom-de-lieu Malique, renvoie à une fausse piste. Apparten (...)

3Les jalons de l’itinéraire d’Etherine et son prince ne sont guère évidents. Il ne se trouve sur la carte aucune indication ni des mers Rouge et Arabique, ni de l’île des Écrevisses. Par contre, l’île d’Ofir est près de l’encoignure en bas à droite, séparée de la péninsule (nommée « Malique ») du continent de Moso par un détroit de la « Mer dangereuse »4. La route de Glindicée qui va mener le couple à leur port du salut serait peut-être accédée par la croisée du pays de Pargence. Au-dessus du X signalant la Forêt [T]écalée se trouve le fleuve « Glandicée », à la source duquel le couple ferait un portage pour gagner le grand fleuve allant de l’arrière-pays de Nabadonce à son embouchure à K, « Le Havre de Furose ». Plusieurs lieux-dits s’y trouvent, d’autres non, le tout indiquant que des béances, des trous, des apories font partie intégrale du voyage. Mais il y a encore le fait que l’aventure virtuelle du couple reprend les éléments narratifs mis en évidence dès le début du roman afin, semble-t-il, de souligner l’importance du plan qui se replie dans le récit même. Le rapport entre texte et carte est double dans la mesure où, dès le début, le voyage d’Etherine aurait été tracé par les princes à même la carte. Le lecteur découvre que ce que propose la belle dame fait partie d’une structure de modulation épisodique, voire de différences et répétitions narratives. Bientôt, après leur tout premier départ, les princes découvrent que pour s’orienter et parachever leurs visées, ils ont besoin d’une carte. Un mage savant, un cartographe, leur prépare l’objet qu’il leur faut :

Or est-il que les sages de notre pays, parfaits en la sainte tradition des meilleures connaissances, savaient bien le sujet de notre entreprise ; par quoi les ayant pratiqués, ils instruisirent les plus aisés d’entre nous, lesquels reçurent d’eux une carte marine pour l’adresse de nos voies. Avec ce beau moyen et autres instructions, nous tâchâmes de prendre la route de Nabadonce et Glindicée. (46)

4Ils vont suivre (ou bien croiser) la route qui sera en partie celle dans laquelle plus tard vont s’engager Etherine et son amant. Au début du roman les princes cherchent à connaître les joies de l’amour céleste mais, chemin faisant, comme le couple, ils se bronchent et perdent la voie. Ils sont trop sûrs d’eux-mêmes :

[et] à vrai dire trop aises de notre fortune tant prospère, estimant être déjà les plus avancés en connaissances, nous nous laissâmes emporter aux vents de Soniponi, qui nous enveloppèrent en tant d’ondes qu’alors que nos cuidions être près de surgir en un port délectable, nous fûmes jetés contre l’écueil de Filoé où notre vaisseau fut un peu froissé au côté, et enfin eût été brisé et nous perdus du tout, sans l’inespéré secours qui nous vint d’un navire qui nous fut propice (Ibid.).

5Ici, au départ, se trouve la contrepartie périlleuse du voyage idéal auquel songe Etherine. Les vaisseaux se frôlent et se froissent ; leur bateau est relevé grâce à la « rencontre de gens charitables » qui viennent au secours. Et là, plus tard, avant que les amants n’arrivent à leur destination finale, les navires s’entre-pénètrent dans un scénario de bataille amoureuse on ne peut plus érotique.

  • 5 L’espace, selon Michel de Certeau s’invente en fonction d’une pratique d’un lieu. Voir L’Invention (...)
  • 6 Cf. Gilles Deleuze, Le Pli : Leibniz et le baroque (Paris : Éditions de Minuit, 1988), à propos de (...)

6Pour les princes fortunés la « carte marine », mise en abîme du plan du livre, sera un beau moyen « de parvenir » aux connaissances supérieures. Comme partout dans l’écriture de Béroalde, le moyen d’accéder aux plaisirs du savoir est à mi-chemin entre création romanesque et diagramme, entre dessin et dessein, entre fiction onirique et floue – au dire de Béroalde, flouëtte – et table ou tableau. La forme modulaire du roman dépend de ce qui serait son supplément cartographique. Étant donné que les épisodes s’entretissent en brodant le fil conducteur d’un voyage qui fraye de multiples chemins, il faut que lecteur et personnage se perdent, se trouvent et se reperdent encore. Les événements du texte suivent un fil qui bifurque et, en même temps, s’enroule dans l’espace, chemin faisant, qu’il invente5. La carte est ainsi le point de repère auquel on revient et d’où l’on repart. À la fois boussole et labyrinthe, elle fait partie intégrale du dispositif « baroque » du roman6.

  • 7 Le sens du célèbre incipit de « L’Experience » (III, xiii) que Montaigne tire d’Aristote est bien (...)

7Revenons au dessein d’Etherine : le plaisir qu’elle éprouve à la rencontre du prince n’est ni innocent ni gratuit. À la cour à l’île de Boron (qui se trouve au nord et à l’est de Nabadonce, entre « la Mer de Triscovie », les îles de « Simpsiquee » et « Cravez »), d’autres hommes du même rang poursuivaient ses charmes. Le prince qui lui fut « le plus aventureux, et qui sut mieux sa cour amoureuse » (88) est « autant brave que véritable, autant résolu en ses conceptions que juste en ses paroles, et fidèle en actions tel que le devait être fils de France » (89). L’allusion subite à la nation française – d’ailleurs assez rare dans la masse du roman – invite à une comparaison entre le personnage du prince et un fils d’Henri IV (peut-être Louis XIII), d’autant plus que dès l’incipit « l’odeur de la paix » (43) qui embaume le roman rappelle l’arôme salé de l’Édit de Nantes à l’embouchure de la Loire. Vers l’encoignure supérieure à gauche du frontispice, le portrait du roi (vêtu du style péplum et portant à la main gauche un oiseau de concorde) ressemble à l’effigie d’Henri dans bien des portraits d’époque en taille-douce (fig. 2). Le prince fortuné serait de la lignée de Navarre. Nous apprenons que le père du prince l’avait envoyé en expédition d’« Ofir », mot en écho du livre de la Genèse, pays doré en Arabie du sud. Son premier entretien avec la reine témoigne d’une galanterie qui frise une pornographie en douce. Elle « lui donnait occasion de découvrir quelques ombres de ses intentions qu’elle recueillait pour s’en aider, et, par attraits vertueux l’enlaçait mignonnement, si bien que petit à petit il se découvrait à elle, aussi elle le recevait d’une grâce tant obligeante qu’il fut tout sien » (89). Etherine incarne une espèce de désir qui semble non moins animal – ou amical – que le « désir de connaissance » par lequel la narration avait été amorcée7. En lui expliquant son « secret » (91) de mettre sous son emprise le roi et le royaume de Glindicée, elle avoue, « je ne veux pas qu’il y ait un autre que moi qui excelle en ce que j’abonde » (ibid.). Mais, étant femme et non amazone, elle voudrait le dompter doucement. Après s’être débarqué, le prince fortuné se déguise en marchand et, du coup, devient pour elle un moyen de parvenir à la cour du roi. Elle voudrait le charmer et, pendant qu’il lui serait son serviteur, le prince ira en « Quimalée » [Alquemie] où, seul et sûr, il attendra l’arrivée de sa bien-aimée. Les événements se déroulent selon le dessein proposé. Le roi accueille le marchand et bientôt, après l’avoir rencontrée, tombe amoureux d’Etherine. Victime de ses soupirs amoureux et appréhensions spirituelles, malade, il se sent soulagé quand les princes lui répètent le refrain d’une élégie, « Pauvre Etherine hélas ! Toutes grâces périssent,/Car avec ta ruine elles s’ensevelissent » (107). La forme insulaire du roman dicte que le récit se laisse en suspension et, de par sa forme de rencontres inopinées, s’enlace avec d’autres aventures de semblable tissu. Levant l’ancre, les princes s’en vont et c’est là, au départ, où s’amorce l’histoire de la belle Épinoise, la fée de la Fontane des Amoureux (120).

8La forme du récit entérine une remarque du narrateur au début du neuvième « dessein » du premier livre : « Nous entrons au sujet qui enveloppe le nôtre ; nous commençons en recommençant » (98). L’auteur a du plaisir en soulignant combien les récits de voyage sont enjolives par la forme d’une « œuvre ouverte » telle quelle met en scène un rapport intime entre un archipel de lieux-dits allégoriques (chez Béroalde de trempe alchimique) où les épisodes ont lieu et, en plus, où les traversées permettent que le narrateur suspende leur développement. Les chapitres nommés « desseins » offrent au regard du lecteur des tessons d’une mosaïque romanesque qui sont bien ordonnés en raison de la présence de la carte, outil de référence et mode d’emploi d’une lecture, et parcours visuel aussi.

  • 8 Il n’y a pas eu pénurie d’éditions du livre proche de la vision du Voyage. Il paraît chez Gilles C (...)

9Il reste à savoir d’où vient cette impulsion cartographique au fin fond du Voyage. D’abord, ainsi que dans le Tableau de très riches inventions, le Poliphile qu’avait rédigé Béroalde en 1600, étant un patron du roman de 1610, il y va de la « stéganographie ». Les lieux peu communs de la fiction portent souvent des noms et des signes renvoyant à l’œuvre de Béroalde de sorte que, dans un sens cinématographique, il serait un « auteur » performatif, surtout dans la mesure où chaque facette ou détail qu’il remarque serait un reflet, réfraction ou inversion d’un effet provenant d’un plus vaste ensemble. Telle serait la « mise en scène » de cet auteur. Les princes visent l’Orient. Parfois ils se trouvent au beau milieu d’un endroit où le nom-de-lieu double ce qu’ils désirent. Ainsi, à la recherche du roi de Glindicée, le prince épris d’Etherine, en habit de marchand, arrive à « Belon, ville métropolitaine » en laquelle demeure l’empereur. Le lieu-dit se trouve près du centre de la carte, à côté d’un ensemble de lieux-dits signalés par des lettres en majuscule qui figurent dans la fiction aussi : la « Fontaine d’Épinoise », 1’« Estang malheureux », le « Palais du jardin ». Mais Belon qui, Belon quoi ? S’agit-il d’un Orient replié en un autre Orient ? Le nom fait-il allusion aux Observations de plusieurs singularitez & choses mémorables, trouvées en Grece, Asie, Iudée, Egypte, Arabie & autres pays estranges8 ? Le nom fait allusion à une géographie orientale repliée dans celle du Voyage. Une autre sorte de dédoublement signalant la présence de l’auteur dans le texte fait mention du nom Besson. En premier lieu, il signale le Théâtre des instruments mathématiques & mechaniques (édition de Lyon : Barthelemy Vincent, 1578), livre richement illustré et orné qu’avait scrupuleusement commenté Béroalde en sa jeunesse, à l’âge de vingt-deux ans :

Ces bons insulaires nous faisaient beaucoup de courtoisies, & tant que nous en étions confus ; <de> même <ils> nous donnaient pleine liberté de voir, aller, venir, choisir, élire, et nous saisir de ce qui nous était agréable ; et même nous fûmes en la grotte et en apportâmes de la pierre rassasiante. Il fut un polypaston avec lequel je descendis dedans le creux, & en tournant aussi m’en relevai, ainsi qu’il est démontré aux Théâtre des machines. La machine éprouvée il en fut fait une grande, tellement que plusieurs furent en cest antre où l’on trouva le corps de la mauvaise fée qui s’y était précipitée. Après cette aventure, ayant un de nos désirs avec plusieurs autres secrets qui nous furent libéralement communiqués, nous prîmes congé de ces gens de bien et tâchâmes de trouver les Fortunés.... (85)

  • 9 Jean Nicot, Thresor de la langue française (1606) : « didumos, de dus, qui signifie cela mesme. Ce (...)

10Le Theatrum instrumentorum et machinarum (1578) – pour lequel Androuet du Cerceau et René Boyvin ont dessiné les images en taille-douce – a connu un grand succès. Afin de remplir les lacunes du livre, terminé peu avant la mort de Fauteur, l’éditeur a embauché Béroalde pour écrire des explications de ses machines insolites. Sans doute là où une « vis infinie » servait à faire descendre des chercheurs et éplucheurs au fond des grottes et des lieux recelés Béroalde a-t-il trouvé de quoi faire éclore son imaginaire (fig. 3). Le voyage en Orient va aussi au fond du monde : mais plus tard Besson, nom qui confère un sens cardinal – géographique, onirique, tellurique – à cet épisode du voyage, bifurque en son quasi-jumeau besson. Dans le onzième dessein, qui explique la magie du « Miroir de Justice » que possède un vieil empereur que les princes ont le plaisir de rencontrer, celui-là décrit à ceux-ci les vertus de l’instrument. En notant que le miroir fait voir la vérité ou fausseté des mobiles des personnes qui le regardent, l’empereur entame sa généalogie qui est un effet de multiples dédoublements : « “L’heureux empereur possesseur de ce miroir, après long âge rassasié de jours laissa ce monde, et l’empereur mon père fut son héritier. Or mon père avait un besson qui eût bien voulu que le partage eût autrement été fait...” » (281). La distribution d’un héritage se fait à même le mot besson, à vrai dire mot-miroir, qui signifie deux et signale comment une division originaire – un commencement qui se recommence sous la forme de son articulation – génère le texte du roman et le voyage de l’écriture9. Le lecteur dirait que la différence (ou, selon Derrida, différance) entre le nom propre et le nom commun suscite le « désir de connoissance » qui est à l’origine du principe du voyage.

  • 10 La Cosmographie universelle de François de Belleforest (Paris : Sonnius, 1575), fidèle à la vision (...)
  • 11 François de Dainville, introduction à son édition en fac-simile du Théâtre françoys dans la Britis (...)

11Se mobilisant à partir de miroitements de figures et de mots, le roman est d’une facture cartographique. Le plan, inséré au début du roman, devancier ou aïeul de la Carte du Tendre, signale que l’écriture qui suit est une géo-graphie. Sans ce « guide », « plan » ou « table », le roman perdrait son azimut et le lecteur son gouvernail. De ce fait, il se peut que le dispositif d’une écriture soudée à la cartographie remonte à la collaboration, à Tours, en 1594, entre Béroalde et l’auteur du premier atlas national, Le Théâtre François. À la fin de l’année 1593 l’imprimeur Maurice Bouguereau a eu l’idée de composer, à la manière du Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius (livre de luxe qui témoignait d’un grand succès depuis sa première édition en 1570) un atlas topographique qui serait une description intégrale de la France10. Un atlas, de signature protestante, de la nation vue sous « un roy, une loy, une foy » serait à donner à Henri de Navarre, à cette époque lors en escale à Tours et sur le point de prendre la ville de Paris11. Lui, déjà connu comme grand « visuel », trouverait dans l’atlas des « instruments » graphiques qui serviraient aux fins de l’administration et, en plus, à la défense et illustration de la géographie française. Face à des délais qui s’imposaient, Bouguereau a dû réaliser le projet à toute vitesse. Il embaucha Gabriel Tavernier, graveur naguère sous l’égide d’Ortelius, pour buriner sur cuivre un ensemble de cartes de la France et de ses régions. Bouguereau a pu rassembler une quinzaine de topographies et trois cartes récentes de Gallia par Jean Jolivet, Guillaume Postel et Petrus Plancius. Afin d’enjoliver le projet il avait invité quelques auteurs à faire l’éloge de l’ensemble. Pour la préface Béroalde a composé un poème de circonstance, de trente-six vers en octosyllabe, sous le titre « A la Touraine, en faveur de Maurice Bouguereau imprimeur, sur son invention du Theatre François » (fig. 4). Il annonce que par le don miraculeux de l’atlas conçu à Tours et en Touraine, la France va renaître du jardin de la France. Une nation entière et intégrale va découler de la région – leur sienne d’autant plus que Béroalde est chanoine de la cathédrale Saint-Gatien, et Bouguereau imprimeur tourangeau installé à la rue de Scellerie – avec laquelle l’imprimeur et le poète s’identifient. À la fin des guerres de religion un nouvel accord viendra, surtout lorsque le roi Henri se servira des desseins que des topographes ont tracés en vue du projet. « Nourris des hommes qui puissent / Des desseins qui t’establissent, / Et recognois leur labeur : / Desja une belle envie / Dans leur cœur se multiplie / Pour augmenter ton honneur » (v. 25-30).

  • 12 Dans The Self-Made Map: Cartographic Writing in Early Modem France (Minneapolis, University of Min (...)
  • 13 À la fin du Moyen de parvenir le narrateur exclame, « Or ça ! mes bons amis, vivons en liberté ! » (...)

12Eu égard à l’aspect général du Théâtre françoys, le lecteur du Voyage et d’autres ouvrages de trempe géographique (comme Le Moyen de parvenir) trouve des éléments qui semblent informer leur composition. D’abord, la présence du roi Henri, destinataire de l’atlas : c’est lui, semble-t-il, qui se trouve en profil au frontispice du Voyage (fig. 5) et c’est lui qui serait le père du « fils de France » dans le texte du roman qui se dit oriental. Il est possible de voir dans les périples des princes une réflexion sur la terre et la langue françaises dans un monde de plus grande envergure. Dans le frontispice du Théâtre le pouvoir magique que Bouguereau confère sur la géographie serait omnipotent et quasiment panoptique. L’imprimeur a remanié le frontispice d’un traité d’architecture d’Antonio Labacco (paru à Rome en 1559) dans lequel, aux côtés d’un édicule triomphal donnant sur un paysage antique, deux personnages allégoriques, Geometria et Geographica, tiennent leurs attributs, celle-là un compas et une règle, celle-ci un astrolabe et une tablette sur laquelle figurent deux cercles ornés de triangles ressemblant aux intarsia mosaïques. Chez Bouguereau les personnages allégoriques changent de place (fig. 6) ; le paysage de ruines fait place au titre de l’atlas ; se substitue aux formes euclidiennes à même la tablette une carte-portrait de France. Le regard de Geographia est ombragé afin, semble-t-il, de mettre l’accent sur son pouvoir omnivoyant (fig. 7) : ses yeux se fixent et sur le spectateur et sur la tablette qui semble émaner des plis de sa robe et figurer un objet on ne saurait plus phallique (fig. 8). La carte de la France à la main droite de Geographia se voit d’un angle oblique, et du coup les bords tracent ce qui ressemble à la silhouette d’un roi vu de profil12 Ainsi la carte que tient Geographia se mue-t-elle en un objet double. Deux formes se mêlent quand le spectateur va les voir et lire d’un point de vue oblique. C’est grâce à la composition anamorphique que la synthèse du roi et du pays se réalise13. En même temps, vis-à-vis de Geometria, dont le pubis se dévoile des plis de sa toge, sa contrepartie pénile, la tablette cartographique, sert à érotiser l’ensemble. La carte, organe « masculin » vu à côté de son complément « féminin » va signaler, si Henri va prendre le pouvoir, un avenir fructueux. Grâce ce que peut faire la géographie aux mains du roi l’avenir de la France sera assuré.

  • 14 Mythologiques 1 : Le cru et le cuit (Paris, Plon, 1962) p. 33.

13Du point de vue du roman et de la cartographie du voyage en orient, l’édition de la Hypnerotomachia poliphilii que lance l’auteur en 1600 est révélatrice. Le titre, Tableau des riches inventions couuertes du voile des feintes amoureuses, qui sont representees dans le Songe de Poliphile [:] Des voilees des ombres du Songe, & subtilement exposees par Beroalde, suggère que ce qu’il appelle plus loin « occultes replis de la stéganographie », art de voiler et dévoiler des vérités absconses, aurait lien à l’anamorphose, art de plier et de replier, quand ils sont vus et lus ensemble, les mots et les choses. De là on voit comment l’art du roman, tel le Voyage, ou du convivium facétieux, le Moyen de parvenir, sont des créations doubles, ou bien, bessonnes, qui se dévoilent en se bifurquant. Il s’agit – le trait d’union oblige – d’une géographie romanesque visant l’inconnu qui a pour nom l’Orient. Pour conclure, en situant le Voyage dans l’ensemble de l’œuvre de Béroalde, le lecteur, véritable amateur de cartes et d’estampes, rappelle la parole de Claude Lévi-Strauss dans Mythologiques, à bien des égards lui aussi roman polymorphe composé de lambeaux de mythes retrouvés au nouveau monde : ce qui compte, ce n’est plus la destination mais les principes de la navigation. Béroalde aurait pu écrire : « Il ne s’agit pas de voguer vers d’autres terres, leur situation fût-elle inconnue et leur existence hypothétique. Le renversement qu’on propose est beaucoup plus radical : seul le voyage est réel, non la terre, et les routes sont remplacées par les règles de navigation »14.

Notes

1 Béroalde de Verville, L’Histoire véritable ou le voyage des princes fortunés (Albi : Éditions Passage du Nord/Ouest, 2005). Au frontispice de l’édition de 1610 on lit : Le/Voyage/des princes/fortunez./Œuvre steganographi-/que, receuilli par/Beroalde.

2 A propos du legs de Buondelmonti et de son Libro insularum archipelagi, voir P. D. A. Harvey, « Local and Regional Cartography in Medieval Europe », dans B. Harley et David Woodward, éd., History of Cartography 1: Cartography in Prehistoric, Ancient, and Medieval Europe and the Mediterranean Isolarii (Chicago: University of Chicago Press, 1987), p. 482-484.

3 La colonne de manchettes à gauche se termine par M tandis que celle qui est à droite commence par N. Le formatage semble chiffré. La carte doit comprendre 24 lettres de l’alphabet pour signaler autant de toponymes à l’intérieur du tracé, et la lettre mitoyenne, M, est à voir au milieu de l’ensemble, là où la colonne à gauche fait place à son complément à droite. Le plan visuel fait souligner la présence d’un ensemble de cryptogrammes. Dans la conception alchimique du livre, la mise en place de la lettre M « tient d’ailleurs le juste milieu entre Nabadonce (esprit) et Glindicée (le corps) » (note de l’édition de 2005, p. 704). Les éditeurs remarquent que « Glindicée » résonne à partir du grec kleinos (beau) et dikè (justice) (p. 705). Le lecteur n’a pas tort d’y voir un avatar de la Carte du Tendre, car M se prononce à la manière de « “aime”, l’amour étant le moteur principal de la transmutation de l’âme » (705), dans la mesure où le roman alchimique comprend un itinéraire de purification amoureuse, la partie spirituelle de l’être gagnant sur sa contrepartie animale. Mettons aussi que le pli même de la carte se situent à la lisière de la Forêt Vive : ainsi le dessein quasiment platonicien est ancré toujours dans la forme, matière et disposition de la carte.

4 Il se peut que la majuscule E, en bas du nom-de-lieu Malique, renvoie à une fausse piste. Appartenant au continent, elle ne peut pas figurer « l’île des Lions » indiquée dans la liste à gauche.

5 L’espace, selon Michel de Certeau s’invente en fonction d’une pratique d’un lieu. Voir L’Invention du quotidien 1 : Arts de faire, éd. Luce Giard (Paris : Éditions Gallimard, 1990), p. 173-179. Chez Béroalde, la narration crée des espaces à partir du travail qu’exerce le style sur des formes héritées – des lieux communs – du roman de la Renaissance auxquelles il fait souvent allusion.

6 Cf. Gilles Deleuze, Le Pli : Leibniz et le baroque (Paris : Éditions de Minuit, 1988), à propos de Borges : « On appelle bifurcation un point comme la sortie du temple, au voisinage duquel les séries divergent. Un disciple de Leibniz, Borges, invoquait un philosophe chinois, Ts’ui Pên, inventeur du jardin aux sentiers qui bifurquent” : labyrinthe baroque dont les séries infinies convergent ou divergent, et qui forme une trame de temps embrassant toutes les possibilités » (p. 83).

7 Le sens du célèbre incipit de « L’Experience » (III, xiii) que Montaigne tire d’Aristote est bien proche de Béroalde. Dans la préface à son édition du Tableau des riches inventions couuertes du voile des feintes amoureuses, qui sont représentées dans le Songe de Poliphile... (Paris, Matthieu Guillemot 1600), réédition qui remanie et retouche le Poliphile de 1546 (Paris, Jacques Kerver), véritable laboratoire d’où sortira le Voyage des princes fortunés, Béroalde note, « Il n’est point des-agreable aux bons esprits de leur representer ce qu’ils sçauent, & n’y a souhait qui sollicite tant le cœur que le desir de sçauoir » (f. **ii.r)

8 Il n’y a pas eu pénurie d’éditions du livre proche de la vision du Voyage. Il paraît chez Gilles Corrozet (Paris) en 1553, 1554, et 1555 ; chez Guillaume Cavellat (Paris) en 1554 et 1555 ; chez Christophe Plantin (Anvers) en 1553 et 1555 ; dans l’édition de Hierosme de Marnef/la veufue de Guillaume Cavellat (Paris, 1588) une carte en gravure sur bois de l’île de Lemnos, pliée en deux, les deux parties séparées et insérées aux pages 1 et 65 [Harvard Houghton Library FC*5 B4186 553oe]. Pour le dessein que trace Béroalde du voyage insulaire en Orient il semble que cette édition aurait été décisive.

9 Jean Nicot, Thresor de la langue française (1606) : « didumos, de dus, qui signifie cela mesme. Ce mot est fréquent aux Languedoc, Provençal, et pays adjacents, qui appellent les fruits Bessons qui sont nez doubles, comme une amande bessonne, quand il y en a deux, venues dans une mesme coque, Gemellum amygdalum, Le François use plus ordinairement de Jumeau ». Cotgrave: Besson: m. A twinne (...) borne together, both ofa birth.

10 La Cosmographie universelle de François de Belleforest (Paris : Sonnius, 1575), fidèle à la vision de son patron Sébastian Münster, avait mis ensemble bon nombre de topographies et de vues de villes ; les Civitates orbis terrarum (Cologne, 1572) de Braun et Hogenburg offraient aux yeux du lecteur une somme impressionnante de vues urbaines. Ces projets visaient un public international et, surtout, était d’une inspiration commerciale.

11 François de Dainville, introduction à son édition en fac-simile du Théâtre françoys dans la British Library (1594) reconstruit l’histoire de la naissance de l’idée de l’atlas et de son exécution hâtive (Amsterdam : Theatrum Orbis Terrarum, 1966). Voir aussi le texte de l’essai dans La Cartographie reflet de l’histoire (Genève : Slatkine, 1986).

12 Dans The Self-Made Map: Cartographic Writing in Early Modem France (Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996/2011) se trouve l’amorce de cette lecture. C’est Henri Zerner qui depuis a identifié l’origine italienne du frontispice. Je tiens à le remercier pour cette observation.

13 À la fin du Moyen de parvenir le narrateur exclame, « Or ça ! mes bons amis, vivons en liberté ! » et offre ensuite au lecteur un conseil capiteux : « Bien donc, dites-moi : avez-vous envie de parvenir ? Lisez ce volume de son vrai biais. Il est fait comme ces peintres, qui montrent d’un [point de vue] et puis d’autre » [édition de Michel Renaud, avec une préface par Michel Jeanneret (Paris, Gallimard, 2005) 450].

14 Mythologiques 1 : Le cru et le cuit (Paris, Plon, 1962) p. 33.

© Publications de l’École nationale des chartes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search